Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

I. L'ordre des mots : fait de langue ou fait de style ?

Les traîtrises de la position initiale du circonstant : le cas du complément de lieu

Sylvianne Rémi-Giraud

Texte intégral

1Le point de départ de cette étude est la position initiale du circonstant. Comme tout un chacun, j’ai été amenée à utiliser dans mes enseignements de linguistique des opérations de déplacement pour décrire les propriétés du circonstant, et tout particulièrement, celle qui consiste à mettre ce constituant en tête de phrase afin de prouver sa mobilité. Or le travail sur des exemples authentiques montre qu’il s’agit d’une opération risquée, qui produit souvent des résultats indésirables par rapport à la démonstration qu’on entend mener… Je me propose donc d’examiner de plus près les caractéristiques de cette position cruciale afin de mettre en évidence ce qui en fait l’ambiguïté. Je prendrai le cas exemplaire du circonstant de lieu, dans la mesure où il fait apparaître très clairement les mécanismes syntaxiques et sémantiques qui fondent la problématique de cette position. Je ferai une étude linguistique du phénomène puis j’essaierai de montrer en fin de parcours, à partir de quelques extraits littéraires, les effets stylistiques que peut favoriser la position initiale, du fait même de son ambiguïté.

Le complément de lieu : localisation étroite et localisation large

  • 1 On trouve aussi les appellations suivantes : complément essentiel/circonstanciel, complément de ve (...)
  • 2 Riegel, Pellat et Rioul (1994, p. 140).

2Dans la plupart des grammaires, les constituants qui se rattachent au verbe s’inscrivent dans un cadre binaire qui oppose, sous des appellations diverses, deux types de compléments : les compléments essentiels (COD et COI de la grammaire traditionnelle) qui ont une forte cohésion avec le verbe et les compléments non essentiels ou circonstants (compléments circonstanciels de la grammaire traditionnelle) qui entretiennent une relation plus lâche avec le verbe1. Deux critères sont généralement utilisés pour établir cette distinction : le caractère facultatif et la mobilité du complément. Les compléments essentiels sont en principe obligatoires et non mobiles (sauf en cas de cliticisation) tandis que les compléments non essentiels sont facultatifs et mobiles (sans cliticisation). La mobilité est souvent présentée comme la propriété typique du circonstant2 et la position initiale comme emblématique de cette mobilité. Toutefois cette binarité est souvent mise à mal. Si les COD et COI se laissent ranger sans problème dans la catégorie des compléments essentiels, on sait qu’il n’en est pas de même des compléments circonstanciels de la grammaire traditionnelle, en particulier des compléments de lieu.

  • 3 Je reprends sous une forme remaniée une analyse proposée dans Rémi-Giraud (2003).

3Je partirai d’un exemple simple, inspiré de Dubois et Lagane (1973, p. 154)3 :

(1) Le petit chat boit du lait dans la cuisine.

(2) Le petit chat boit du lait dans une tasse.

4Pour la grammaire traditionnelle, il y a un complément circonstanciel de lieu dans chacune de ces phrases : dans la cuisine (1) et dans une tasse (2). Mais ces compléments ne répondent pas de la même manière aux tests évoqués ci-dessus. S’ils sont l’un et l’autre facultatifs, ils n’ont pas la même mobilité :

(3) Dans la cuisine, le petit chat boit du lait.

(4) ? Dans une tasse, le petit chat boit du lait.

  • 4 C’est pour Martin (1976) un pseudo-circonstanciel, pour Gross (1990) un complément essentiel, pour (...)

5Le complément dans la cuisine admet sans restriction la position initiale tandis que le complément dans une tasse résiste à ce test. Le premier est un authentique complément non essentiel tandis que le second se rapproche des compléments essentiels4. Or, au plan sémantico-référentiel, un rapport de localisation différent s’établit entre le lieu et le référent du sujet (le petit chat). En (1), le lieu concerné (la cuisine) est susceptible de contenir le chat. En (2), le lieu n’est pas en principe (selon notre savoir stéréotypé) destiné à accueillir le félin. Je dirai qu’en (1) on a affaire à une localisation large et en (2) à une localisation étroite.

6Cette distinction explique les mécanismes sémantico-syntaxiques des phrases concernées. En (3), le complément dans la cuisine accepte, avec la position initiale, d’être mis en fonction de complément de phrase. Cette fonction est liée, au plan interprétatif, à une portée large de la localisation qui englobe à la fois l’action (boit) et le référent du sujet (le petit chat), c’est-à-dire l’événement tout entier. En (4), le complément dans une tasse récuse la position initiale qui tendrait à lui donner cette portée large incompatible avec la représentation de la situation. Il n’admet que la position postverbale, et donc la fonction de complément de verbe, qui donne à la localisation une portée étroite qui situe l’action sans englober le référent du sujet.

  • 5 On voit par là que s’établit une distinction entre deux niveaux d’analyse. Au niveau abstrait du s (...)

7Il convient toutefois de préciser que les structures ne se limitent pas à l’opposition binaire entre complément de phrase (à portée large) et complément de verbe (à portée étroite). En effet, si le complément dans une tasse n’admet que la fonction de complément de verbe, il n’en est pas de même du complément dans la cuisine. En vertu de l’adage : « Qui peut le plus peut le moins », pourrait-on dire, ce complément admet parfaitement, comme on l’a vu en (1), la fonction de complément de verbe et donc, la portée étroite selon laquelle il ne localise que l’action (et non le chat). Il en résulte une situation dissymétrique entre ces deux types de complément de lieu. Alors que la seule fonction syntaxique de complément de verbe est dévolue au complément dans une tasse, qui exprime une localisation étroite, les deux fonctions de complément de phrase et de complément de verbe sont possibles pour le complément de localisation large dans la cuisine5.

8Mais le contact avec des exemples authentiques vient souvent brouiller les choses. Prenons la phrase suivante :

Ma mère […] cachait dans sa poche les premières noix. (Colette)

9Au plan sémantico-référentiel, le complément dans sa poche exprime à l’évidence une localisation étroite (la mère ne pouvant être contenue dans la poche de son vêtement). Comme on peut s’y attendre, ce complément est en fonction de complément de verbe et a, au plan interprétatif, une portée étroite qui situe uniquement l’action sans englober le référent du sujet. Pourtant, ce complément admet sans difficulté le déplacement en tête de phrase (sans cliticisation) :

Dans sa poche, ma mère cachait les premières noix.

  • 6 Cette portée étroite ne change pas avec la position initiale : on comprend toujours que le complém (...)

10Il y a donc discordance entre l’approche sémantico-référentielle et interprétative (localisation et portée étroites)6 et la propriété de mobilité mise en évidence par le déplacement en position initiale. Doit-on accorder la primauté aux propriétés formelles au détriment du sens et faire de ce complément un complément non essentiel, en fonction de complément de phrase quand il se trouve en position initiale ? On peut se demander ce que vaut l’appellation de complément de phrase si elle ne se double pas, au plan interprétatif, d’une portée sur l’événement que recouvre précisément l’unité phrastique. D’autre part, on ne voit pas le bien-fondé d’une analyse qui dissocierait des constructions verbales telles que boire dans une tasse et cacher dans sa poche, qui, à première vue, présentent un degré similaire de cohésion du complément avec le verbe. Enfin, on peut observer que le complément dans une tasse peut lui aussi figurer en position initiale, si l’on a affaire à un syntagme nominal (SN) complexe (à une ou deux expansions) :

Dans une superbe tasse à arabesques dorées, le petit chat boit du lait.

  • 7 On notera que les auteurs qui établissent une typologie des circonstants, et, en particulier, des (...)

11Ces considérations conduisent à faire l’hypothèse que le complément dans sa poche est un complément du même type que dans une tasse, c’est-à-dire qu’il s’agit dans les deux cas de compléments de localisation et de portée étroites, proches des compléments essentiels et ayant vocation à occuper la fonction syntaxique de complément de verbe. La mobilité dont fait preuve ce complément ne serait qu’un trompe-l’œil et la position initiale, une traîtrise de l’ordre des mots n’ayant rien à voir avec la fonction syntaxique de complément de phrase… Encore faut-il le montrer et pour cela essayer de définir, à partir de la phrase, ce que peut être un authentique complément de phrase7 afin de démasquer la fonction usurpatrice et lui donner sa véritable identité.

La phrase minimale

  • 8 Benveniste (1966).

12L’opposition traditionnellement retenue entre complément de verbe et complément de phrase occulte un fait important. C’est que la relation syntaxique qui s’établit entre un constituant et un autre constituant (complément de verbe) ne peut être de même nature que celle qui s’établit entre un constituant et la phrase, unité complexe qui s’inscrit dans une dimension énonciative8. Si la première peut être décrite comme une relation de dépendance hiérarchique entre deux constituants dont l’un est dominant (verbe) et l’autre dominé (complément), la seconde échappe à ce modèle dans la mesure où la phrase ne peut être assimilée purement et simplement à un constituant dominant. Je vais donc partir de la structure interne de la phrase afin de mettre en évidence le type de relation qu’elle instaure avec le complément « de phrase ».

13La phrase (P) canonique minimale du type SN + SV (syntagme nominal + syntagme verbal) repose sur la relation sujet-verbe, qui, elle-même, ne relève pas d’une relation de dépendance hiérarchique (comme la relation verbe-COD, par exemple). Ce fait est implicitement reconnu si l’on considère que les formules distributionnelles habituellement utilisées ne produisent pas les mêmes résultats :

(1) V + SN (COD) = SV

(2) SN (sujet) + SV = P

  • 9 On met à part le modèle de Tesnière.

14En (1) où l’on a une relation hiérarchique entre un constituant dominant (V) et un constituant dominé (SN), l’ensemble constitue un syntagme qui porte le nom du constituant dominant (SV). Il n’en est pas de même en (2) où l’on considère généralement9 que l’ensemble ne constitue pas un SV (encore moins un SN !) mais une unité d’une autre nature (P) que celle de chacun des constituants qui la composent. Précisons les propriétés de cette relation SN + SV :

  1. Au niveau morphologique, le SN confère au verbe ses marques d’accord en personne et en nombre.
  2. Au niveau syntaxique, le SN est suppressible à condition que soit rétablie devant le verbe une forme du clitique sujet (en accord avec les marques verbales de personne et de nombre). Dans ce cas, la forme verbale précédée du clitique reconstitue l’unité phrastique10.
  3. Au niveau de l’ordre des mots, le SN est en principe antéposé au SV.
  4. Au niveau logico-sémantique, le SN représente le thème, c’est-à-dire le point de départ de l’information (ce dont on parle), tandis que le SV est le prédicat, c’est-à-dire l’apport d’information (ce qu’on dit du thème)11.
  • 12 Sur ce morphème personnel discontinu, on se reportera à Berrendonner (1978).
  • 13 Pour Creissels (1995), désinence et clitique sont des indices pronominaux.
  • 14 Rappelons que dans certaines langues (latin, arabe, par exemple), la forme verbale pourvue de sa s (...)

15Ces propriétés s’éclairent si l’on prend en compte la morphologie complexe du verbe, qui intègre en lui la personne, sous la forme réduite de la désinence dans la phrase canonique du type SN + SV (Le chat dort) et sous la forme pleine d’un constituant discontinu « clitique + désinence »12 dans la phrase Il dort. La phrase Le chat dort peut donc être considérée comme issue de la phrase Le chat [il] dort par effacement du clitique13. Ce dispositif, qui permet à la forme verbale d’incorporer son support, en fait une unité fonctionnellement autonome de nature phrastique14. À partir de là, on peut considérer que le SN est une autre unité phrastique, de nature nominale. La phrase canonique dans son entier Le chat dort résulte alors de l’intégration et du figement de deux unités phrastiques, sur le modèle suivant :

Le chat ? Il dort.

  • 15 Rappelons que, pour Bally (1965, p. 62), dans la phrase disloquée, « le thème est une sorte de que (...)

Le chat, il dort15.

Le chat [il] dort.

  • 16 Il n’a donc rien à voir avec une relation de dépendance syntaxique dont on ne voit guère d’ailleur (...)

16La relation sujet/verbe n’est pas une relation de dépendance hiérarchique entre deux constituants mais bien une relation entre deux propositions. Cette relation est temporelle dans la mesure où les deux propositions, posées en deux temps distincts, s’enchaînent l’une à l’autre et une relation pragmatique puisqu’elles forment une paire adjacente du type question-réponse. On peut interpréter dans ce cadre les propriétés posées précédemment. L’accord du verbe en personne et en nombre est la marque réduite d’une anaphore coréférentielle avec le SN sujet16. Les fonctions logico-sémantiques de thème et de prédicat coïncident, respectivement, avec le contenu de la question posée dans le SN (dont l’antéposition se trouve ainsi justifiée) et la réponse fournie par le verbe. Enfin, la domination du verbe par rapport au SN sujet (suppressible) n’est pas de nature hiérarchique, mais elle est temporelle et pragmatique. Temporelle, parce que le verbe représente la proposition d’après par rapport au SN qui constitue la proposition d’avant. Pragmatique, parce que cette proposition d’après est une assertion qui fournit la réponse à la question posée dans le SN et qu’elle donne à la totalité de la phrase son identité pragmatique (la phrase est une assertion comme cette seconde proposition). Ainsi s’explique la réduction possible de la phrase à la forme verbale (précédée du clitique) qui reconstitue l’unité phrastique.

17Au plan cognitif, on peut schématiser ainsi le fonctionnement de cette relation :

  • 17 Il s’agit d’une question partielle portant sur le prédicat (virtuel).
  • 18 Dans le schéma, le premier mouvement est en trait plein et le second en pointillé.

18Un double mécanisme se met en place lors du passage du SN au SV, interprété comme l’enchaînement de P1 (question) à P2 (réponse). En t1, le SN (le chat) met en appel un prédicat virtuel (le chat que fait-il ?)17 qui s’actualise en t2 dans le lexème verbal, selon un mouvement qui porte à la connaissance. D’autre part, le SN contenu dans P1 se mémorise en P2 dans la marque (anaphorique) de la personne verbale, selon un mouvement qui rappelle à la connaissance18. Ainsi se construit l’information contenue dans la phrase, à travers ces mouvements de pensée fondamentaux que sont l’anticipation et la mémorisation.

La position initiale du complément de lieu

19C’est dans le cadre de cette approche de la phrase que je vais situer l’étude comparée des deux types de complément de lieu en position initiale. Commençons par le complément de phrase prototypique dans la cuisine :

Dans la cuisine, le petit chat boit du lait.

20Si la phrase est faite de deux propositions en complémentarité pragmatique, ce complément doit entretenir une relation sémantique et syntaxique complexe qui le rattache à l’ensemble de la phrase, en passant par la première proposition avant d’atteindre la seconde qui est dominante temporellement et pragmatiquement. Je schématiserai ainsi cette double relation :

* Le signe Ø symbolise le prédicat virtuel de la proposition interrogative.

  • 19 Wilmet (1997, p. 526) parle, à propos de ce type de complément, d’une prédication seconde sur le s (...)

21Voyons d’abord la portée sémantique. Le complément de lieu porte effectivement sur l’action contenue dans la seconde proposition mais en passant par la première proposition. C’est ce qui explique sa portée large, c’est-à-dire le fait qu’il couvre l’événement tout entier, en englobant le référent du sujet19. Mais ce cadre d’analyse permet de mettre au jour un autre mécanisme interprétatif. C’est que la portée sur l’action se décompose en deux temps, dans la mesure où la localisation passe d’abord par le prédicat virtuel de la première proposition avant de s’appliquer à l’action contenue dans le verbe de la seconde proposition. Ce que l’on pourrait paraphraser par :

Dans la cuisine, le petit chat que fait-il ? Il fait quelque chose qui est boire du lait.

  • 20 Ce phénomène est particulièrement perceptible dans des oppositions du type : (1) Conformément à la (...)

22Ce mécanisme explique le fait que l’on ait d’abord une lecture générique (à travers la notion de « faire quelque chose »), la localisation intervenant en P1 avant que le verbe ait livré son sémantisme lexical, et ensuite seulement la lecture spécifique du lexème verbal en P220.

  • 21 Le test de suppression conduit, on l’a vu, à effacer la première et à conserver la seconde proposi (...)

23Voyons maintenant les propriétés formelles. Deux tests seront utilisés, qui montrent que le complément de lieu se rattache à la première proposition avant d’engager son rattachement principal à la seconde21. Le premier consiste à reformuler explicitement le couple question-réponse présent dans la phrase canonique, en lui donnant la structure d’un dialogue du type :

L1 : Dans la cuisine, le petit chat [que fait-il ?]

L2 : (Dans la cuisine), il boit du lait.

24On voit alors que le complément de lieu peut figurer dans la phrase interrogative de L1 la phrase assertive de et qu’elle est reprise (implicitement) dans réponse de L2.

25Le second test est celui de la négation,

Dans la cuisine, le petit chat ne boit pas du lait (il dort).

26qui témoigne de l’émancipation du complément par rapport au verbe et peut s’expliquer, là encore, par le mécanisme d’enchaînement des deux propositions. En effet, si le complément de lieu se rattache d’abord à la proposition interrogative Le petit chat [que fait-il ?], il entre en relation avec un prédicat virtuel non marqué (positivement ou négativement), ce qui laisse le choix ouvert à la seconde proposition, qui peut avoir une modalité affirmative ou négative.

27Enfin, le test d’emphase par extraction,

Dans la cuisine, c’est le petit chat qui boit du lait.

  • 22 Sur l’analyse de ce type de structure, qui comporte une relative intégrative, on se reportera à Le (...)
  • 23 Le test de suppression conduit à effacer qui boit du lait et à conserver c’est le petit chat.

28montre que le complément de lieu n’a pas d’attache particulière avec tel ou tel verbe (en l’occurrence le verbe boire de la seconde proposition). Il conserve son fonctionnement malgré l’inversion entre le thème et le rhème22 qui fait de c’est le petit chat la seconde proposition, en réponse à la question posée dans [celui] qui boit du lait [c’est qui ?]23.

29Voyons maintenant le complément de lieu de localisation étroite en position initiale. Je vais essayer de montrer que les propriétés sémantiques et formelles qu’il possède invalident la schématisation suivante, selon laquelle ce complément entretiendrait une relation avec l’ensemble de la phrase.

30En ce qui concerne la portée sémantique, le complément de lieu ne porte que sur l’action contenue dans la seconde proposition, sans passer par la première. Malgré la position initiale, la localisation a une portée étroite qui n’englobe pas le référent du sujet et ne couvre pas l’événement dans son entier. D’autre part, il n’y a pas de lecture en deux temps de l’action, générique puis spécifique, comme le montre l’impossibilité de la paraphrase :

*Dans sa poche, ma mère que faisait-elle ? Elle faisait quelque chose qui était cacher les premières noix.

31La localisation ne passe donc pas par le prédicat virtuel de la première proposition mais s’applique exclusivement à la signification spécifique du lexème verbal.

32Les propriétés formelles sont également opposées. La reformulation du couple question-réponse en structure dialogale,

L1 : * Dans sa poche, ma mère [que faisait-elle ?]

L2 : [Dans sa poche], elle cachait les premières noix.

33montre que le complément de lieu ne peut figurer que dans la seconde proposition, et non dans la première comme précédemment. D’autre part, le test de la négation, également récusé,

*Dans sa poche, ma mère ne cachait pas les premières noix.

34témoigne du fait que le complément de lieu ne peut s’émanciper de sa relation au verbe et doit rester sous la portée de la négation. Enfin, le test d’emphase par extraction,

*Dans sa poche, c’est ma mère qui cachait les premières noix.

35confirme l’attache particulière du complément de lieu avec le verbe cacher de la seconde proposition, puisque l’inversion du thème et du rhème n’est plus possible ici.

36On ajoutera que l’intonation traduit aussi la différence entre les deux types de complément de lieu en position initiale. Si l’on compare :

Dans la cuisine, le petit chat boit du lait.

Dans sa poche, ma mère cachait les premières noix.

37On peut constater que le complément dans la cuisine se détache distinctement de la suite de la phrase, avec une pause et une intonation suspensive marquées. En revanche, le complément dans sa poche est plus lié à ce qui suit, avec un affaiblissement de la pause et de l’intonation suspensive, comme si ce constituant avait hâte d’atteindre le verbe avec lequel il a partie liée…

38Les propriétés sémantiques et formelles de ces deux compléments sont opposées. Elles montrent clairement que le complément dans la cuisine en position initiale établit une relation avec la phrase tout entière, conçue comme l’enchaînement de deux propositions en relation temporelle et pragmatique. Le complément dans sa poche, quant à lui, fait un peu figure de prolepse (au sens syntaxique du terme), comme s’il était jeté en avant de la phrase alors que tout le rattache, sémantiquement et syntaxiquement, au verbe de la seconde proposition.

Effets de sens et textualité

39Voyons maintenant l’interprétation que l’on peut faire de cette différence de fonctionnement et les effets de sens qui peuvent résulter de l’ambiguïté de la position initiale du complément de lieu.

  • 24 Voir Le Goffic (1993, p. 463, § 320) et la notion de complément scénique dans Riegel, Pellat et Ri (...)
  • 25 Cette position d’ouverture en t1 d’une succession temporelle pourrait expliquer le fait que certai (...)

40Dans la phrase : Dans la cuisine, le petit chat boit du lait, le complément de lieu est en quelque sorte à sa place. Il ouvre la phrase en posant le cadre locatif dans lequel vient se situer l’événement tout entier, selon les deux phases de l’information qu’apportent la première puis la seconde proposition. Au plan de la communication, il est souvent considéré comme le thème par rapport à la phrase24 en fonction de rhème, qui elle-même se décompose en thème (le SN sujet) et rhème (le prédicat verbal) selon une logique d’emboîtements successifs. Du point de vue de l’enchaînement temporel, on peut considérer qu’il est posé dans un temps t 1, distinct et antérieur à celui de la phrase, qui contient elle-même, comme on l’a vu, deux temps distincts correspondant à chacune des propositions qu’elle contient25.

41Dans la phrase : Dans sa poche, ma mère cachait les premières noix, le complément de lieu n’est pas à sa place, parce qu’il se rattache sémantiquement et syntaxiquement au verbe et appartient donc fondamentalement à la seconde proposition. Il ne fournit pas de cadre locatif à l’événement et ne constitue pas le thème de la phrase. La position initiale résulte ici de ce que l’on peut considérer comme un phénomène d’inversion, et de ce fait, elle gagne en expressivité stylistique ce qu’elle perd au plan de la « normalité » linguistique. En effet, le complément de lieu, soustrait à sa structure d’accueil, se trouve comme suspendu dans le temps, attendant de se fixer sur le lexème verbal qu’il anticipe, retenu et mémorisé jusqu’à l’apparition de ce dernier dont il annonce la venue. Il résulte de cette mise en tension du verbe par le complément qui le devance, un effet d’emphase qui met en valeur l’un et l’autre. Ce qui pourrait expliquer le pouvoir d’évocation et la force suggestive de ce type de construction.

42Mais, au plan stylistique, on peut espérer plus encore. Quand, à la lecture, se présente un complément de lieu en position initiale, on ne sait pas toujours si l’on a affaire à un complément de localisation large en fonction de complément de phrase ou à un complément de localisation étroite faisant l’objet d’une inversion. L’ambiguïté de cette position peut alors créer une sorte de syllepse syntaxique, qui déstabilise la lecture et favorise un effet de « feuilleté interprétatif ». C’est ce que nous allons voir brièvement à partir de deux séquences poétiques. D’abord ces vers d’Apollinaire :

Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
Et son bœuf lentement dans le brouillard d’automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux (Alcools, « Automne »)

  • 26 On ne peut exclure, en raison de l’inversion du sujet, une troisième lecture dans laquelle la stru (...)
  • 27 Donc à portée sémantique étroite, comme il a été vu au début de cet article.

43Le complément de lieu « dans le brouillard », en ouverture du poème, peut être interprété, en raison du sémantisme du mot « brouillard » susceptible de contenir aussi bien des êtres que des événements, comme porteur d’une localisation large — ce qui incite à en faire un complément de phrase qui fournirait le cadre d’une scène à venir. Mais le verbe s’en aller introduit une ambiguïté. S’il est compatible avec la localisation large, il autorise aussi à réinterpréter le complément de lieu comme exprimant une localisation étroite par rapport au mouvement vu dans sa finalité (s’en aller quelque part) et, dans ce cas, à voir dans la position initiale un phénomène d’inversion. Il en résulte une impression de flou — bienvenue dans ce contexte — qui crée un changement de perspective et brouille (si l’on ose dire ici !) le repérage spatial, le brouillard étant à la fois le milieu qui environne et, par un effet d’éloignement, l’élément dans lequel on s’enfonce26. La reprise de « dans le brouillard » au deuxième vers contribue à entretenir ce flou dans la mesure où ce complément peut être à nouveau un complément de localisation étroite ou de localisation large (en fonction de complément de verbe)27, sans qu’on puisse exclure, en l’absence de ponctuation, un complément de phrase détaché en position finale…

44Le second fragment est extrait de « La nuit de décembre » de Musset dont je cite la première strophe :

Du temps que j’étais écolier,
Je restais un soir à veiller
Dans notre salle solitaire.
Devant ma table vint s’asseoir
Un pauvre enfant vêtu de noir,
Qui me ressemblait comme un frère.

  • 28 Qui pose d’ailleurs des problèmes de découpage que je n’aborderai pas ici (me contentant d’en fair (...)
  • 29 Les remarques de la note 27 peuvent être reprises ici.
  • 30 Ce qui favorise l’ambiguïté, c’est le fait que les prépositions ou locutions prépositionnelles int (...)

45Là encore, on trouve, au quatrième vers, un complément de lieu en position initiale (« devant ma table »), qui peut évoquer, par défaut, une localisation large (quelque chose se passant devant cette table), le complément étant alors complément de phrase. Mais la périphrase verbale « vint s’asseoir »28 introduit une autre lecture, qui fait de ce complément un complément de localisation étroite (en raison du trait directionnel que contient cette périphrase) et autorise là encore à voir dans cette position initiale un phénomène d’inversion29. L’effet de sens qui en résulte est tout à fait bienvenu. Le cadre initialement posé pour accueillir une scène éventuelle se transforme en but d’un mouvement accompli par un être énigmatique. La logique temporelle s’en trouve très expressivement renversée. Tout se passe en effet comme si l’on percevait d’abord une sorte d’être-là de cette présence avant d’appréhender le mouvement qui l’a conduite en ce lieu. On ne peut mieux rendre l’impression de surgissement d’un fantôme qui apparaît en quelque sorte avant d’être venu… Cette phrase et cette construction seront d’ailleurs reprises dans tout le poème, avec une simple variante des compléments de lieu, toujours susceptibles de susciter les deux lectures : « au pied d’un arbre », « au coin de mon feu », « en face de moi », « au chevet du lit »30.

  • 31 Et sans doute, plus largement, de la position initiale des compléments circonstanciels.
  • 32 Cohen (1966, p. 74).

46Ces deux extraits fournissent une illustration bien trop rapide des ressources expressives de la position initiale du complément de lieu31. On peut toutefois penser que cette position, du fait de son ambiguïté même, est particulièrement propice à certaines recherches de l’écriture poétique dont Jean Cohen disait qu’elle avait pour finalité de « brouiller le message »32, ce qui passe peut-être d’abord par cette déstabilisation de l’espace qui fonde, avec le temps, la logique de notre perception du monde « réel ».

47J’opterai pour une très œcuménique conclusion sur la nécessité de conjuguer, sur un même objet linguistique, des approches qui se regardent parfois en chiens de faïence. Ainsi l’analyse de phrases canoniques fabriquées n’est pas à rejeter sous le prétexte qu’effectuée in vitro, elle ne fabriquerait qu’un artefact de linguiste sans rapport avec le fonctionnement authentique des discours. Elle peut permettre, par l’effet de loupe résultant des limites mêmes qu’elle s’impose, de mettre au jour des mécanismes fondamentaux que l’immersion dans un contexte large rendrait sans doute moins accessibles. Ainsi, l’examen de la relation minimale sujet/verbe a permis de dégager la dimension temporelle et pragmatique de la phrase. Mais ce type d’approche n’empêche nullement de dire que les textes sont des témoins irremplaçables de la vitalité et des ressources du système linguistique. Quand on est confronté à des corpus authentiques, on est en effet constamment amené à tailler et retailler, à ajuster et à réajuster les principes d’analyse et les instruments de mesure peaufinés dans les officines. Ainsi en est-il de la propriété de mobilité considérée comme typique du complément non essentiel, et de la position initiale souvent donnée comme emblématique de la fonction de complément de phrase. Il suffit de quelques exemples authentiques pour constater que ce critère n’a pas la fiabilité qu’on attend de lui et que la position initiale est un véritable trompe-l’œil qui recouvre des mécanismes sémantiques et syntaxiques hétérogènes. Ces résistances conduisent à interroger la notion même d’opération linguistique qui, avant de servir d’instrument à une démonstration est d’abord un phénomène inscrit, avec toute sa complexité, dans la réalité des discours. Elles conduisent aussi à mieux comprendre les effets de sens qui, dans les textes, résultent de la mise en œuvre de cette complexité.

48L’exemple très modeste du complément de lieu témoigne de l’intérêt de faire interagir deux types d’appréhension des faits, l’une qui tente de dégager des structures linguistiques fondamentales et l’autre qui prend en compte l’extrême souplesse des mécanismes discursifs. Cette dualité est à l’image même du fonctionnement langagier, conçu comme un système qui repousse toujours ses limites, et qui contient en lui-même les possibilités d’extension, voire de transgression, dont témoignent la diversité et la richesse des usages.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bally C., 1965, Linguistique générale et linguistique française, Berne, Francke (4e édition).

Benveniste É., 1966, Problèmes de linguistique générale, t. I, Paris, Gallimard.

Berrendonner A., 1978, Les Référents nominaux du français et la structure de l’énoncé, thèse de doctorat d’État, Université Lyon 2.

Borillo A., 1990, « À propos de la localisation spatiale », Langue française, no°86, p. 75-84.

Charolles M. et Vigier D., 2005, « Les adverbiaux en position pré-verbale : portée cadrative et organisation des discours », Langue française, no°148, p. 9-30.

Cohen J., 1966, Structure du langage poétique, Paris, Flammarion.

Combettes B., 1998, Les Constructions détachées en français, Paris/Gap, Ophrys.

Creissels D., 1995, Éléments de syntaxe générale, Paris, Presses universitaires de France.

Dubois J. et Lagane R., 1973, La Nouvelle grammaire du français, Paris, Larousse.

Fuchs C. et Fournier N., 2003, « Du rôle cadratif des compléments localisants initiaux selon la position du sujet nominal », Travaux de linguistique, no°47, p. 79-110.

Gross M., 1990, « La caractérisation des adverbes dans un lexique-grammaire », Langue française, no°86, p. 90-102.

Guillet A. et Leclère C., 1992, La Structure des phrases simples en français, t. II, Constructions transitives locatives, Genève, Droz.

Guimier C., 1996, Les Adverbes du français : le cas des adverbes en -ment, Paris/Gap, Ophrys.

Le Goffic P., 1993, Grammaire de la phrase française, Paris, Hachette.

Le Querler N., 1993, « Les circonstants et la position initiale », dans C. Guimier (dir.), 1 001 circonstants, Caen, Presses universitaires de Caen, p. 159-184.

Martin R., 1976, Inférence, antonymie et paraphrase : éléments pour une théorie sémantique, Paris, Klincksieck.

Melis L., 1983, Les Circonstants et la phrase, Louvain, Presses universitaires de Louvain.

Rémi-Giraud S., 1989, « Le verbe dans le système morpho-syntaxique du français », Le Français moderne, no°57, 3/4, p. 167-177.

—, 2003, « À propos du circonstant de phrase : le cas exemplaire du complément de lieu », dans P. Hadermann, A. Van Slijcke et M. Berré (dir.), La Syntaxe raisonnée. Mélanges de linguistique générale et française offerts à Annie Boone à l’occasion de son 60e anniversaire, Bruxelles, Duculot, p. 251-265.

Riegel M., Pellat J.-C. et Rioul R., 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, Presses universitaires de France.

Tesnière L., 1959, Éléments de syntaxe structurale, Paris, Klincksieck.

Van Ræmdonck D., 2000, « À la recherche de l’adverbe de phrase : temps perdu ? », dans A. Englebert, M. Pierrard, L. Rosier et D. Van Ræmdonck (dir.), Actes du XXIIe congrès international de linguistique et de philologie romanes (Bruxelles, 1998), vol. VI, De la grammaire des formes à la grammaire du sens, Tübingen, Niemeyer, p. 557-570.

Vargas C., 1995, Grammaire pour enseigner, vol. II, La Phrase verbale, les fonctions et les catégories, Paris, Armand Colin.

Wilmet M., 1997, Grammaire critique du français, Bruxelles/Paris, Duculot/Hachette.

Notes

1 On trouve aussi les appellations suivantes : complément essentiel/circonstanciel, complément de verbe/complément de phrase, complément intra-prédicatif/extra-prédicatif.

2 Riegel, Pellat et Rioul (1994, p. 140).

3 Je reprends sous une forme remaniée une analyse proposée dans Rémi-Giraud (2003).

4 C’est pour Martin (1976) un pseudo-circonstanciel, pour Gross (1990) un complément essentiel, pour Guillet et Leclère (1992) un complément qui appartient au noyau verbal.

5 On voit par là que s’établit une distinction entre deux niveaux d’analyse. Au niveau abstrait du système, le complément peut être dit essentiel ou non essentiel en vertu de son aptitude à engager tel ou tel type de relation (étroite ou lâche) avec le verbe. Dans la phrase réalisée, le complément est complément de verbe ou de phrase selon sa position par rapport au verbe (et éventuellement des marques de ponctuation). Rien n’empêche donc un complément non essentiel d’être complément de verbe. De ce point de vue, l’opposition complément essentiel/complément non-essentiel ne doit pas être mise sur le même plan que l’opposition complément de verbe/complément de phrase, comme c’est souvent le cas (voir les appellations signalées dans la note 1).

6 Cette portée étroite ne change pas avec la position initiale : on comprend toujours que le complément dans sa poche situe uniquement l’action sans englober le référent du sujet.

7 On notera que les auteurs qui établissent une typologie des circonstants, et, en particulier, des adverbes, le font toujours à partir d’une conceptualisation de la structure phrastique. Voir Melis (1983), Guimier (1996), Wilmet (1997), Van Ræmdonck (2000).

8 Benveniste (1966).

9 On met à part le modèle de Tesnière.

10 La suppression du COD est, elle aussi, possible sous condition de rétablissement d’un clitique devant le verbe. Mais le sujet est une fonction nécessaire à tous les verbes tandis que le COD ne concerne que la sous-classe des verbes transitifs directs. Et l’ensemble formé par la forme verbale et le clitique COD ne constitue pas une unité phrastique.

11 Pour une clarification de la terminologie, on se reportera à Combettes (1998).

12 Sur ce morphème personnel discontinu, on se reportera à Berrendonner (1978).

13 Pour Creissels (1995), désinence et clitique sont des indices pronominaux.

14 Rappelons que dans certaines langues (latin, arabe, par exemple), la forme verbale pourvue de sa seule désinence est une phrase à part entière.

15 Rappelons que, pour Bally (1965, p. 62), dans la phrase disloquée, « le thème est une sorte de question, dont le propos est la réponse ».

16 Il n’a donc rien à voir avec une relation de dépendance syntaxique dont on ne voit guère d’ailleurs dans quel sens elle s’exercerait.

17 Il s’agit d’une question partielle portant sur le prédicat (virtuel).

18 Dans le schéma, le premier mouvement est en trait plein et le second en pointillé.

19 Wilmet (1997, p. 526) parle, à propos de ce type de complément, d’une prédication seconde sur le sujet.

20 Ce phénomène est particulièrement perceptible dans des oppositions du type : (1) Conformément à la loi, le tribunal a condamné l’accusé opposé à (2) Le tribunal a condamné l’accusé conformément à la loi. En (1), la manière (ou le rapport de conformité) contenue dans le complément de phrase conformément à la loi a une portée large qui s’exerce en deux temps, d’abord sur la notion de « faire quelque chose » (P1) puis sur le sens spécifique du verbe condamner en P2 (d’où la paraphrase : « Le fait de condamner l’accusé a été conforme à la loi. ») On voit bien la différence avec la portée étroite du complément de verbe conformément à la loi en (2), qui intervient une fois que le verbe a livré son sémantisme lexical (d’où la paraphrase : « La condamnation de l’accusé a été conforme à la loi. »). Pour des exemples similaires voir Dubois et Lagane (1973, p. 154) ; Vargas (1995, p. 223).

21 Le test de suppression conduit, on l’a vu, à effacer la première et à conserver la seconde proposition (Dans la cuisine, [il] boit du lait).

22 Sur l’analyse de ce type de structure, qui comporte une relative intégrative, on se reportera à Le Goffic (1993, p. 221, § 155).

23 Le test de suppression conduit à effacer qui boit du lait et à conserver c’est le petit chat.

24 Voir Le Goffic (1993, p. 463, § 320) et la notion de complément scénique dans Riegel, Pellat et Rioul (1994, p. 144).

25 Cette position d’ouverture en t1 d’une succession temporelle pourrait expliquer le fait que certains circonstants étendent leur influence au-delà de la phrase d’accueil. Voir Charolles et Vigier (2005).

26 On ne peut exclure, en raison de l’inversion du sujet, une troisième lecture dans laquelle la structure présente serait le renversement en miroir de la phrase : Un paysan cagneux et son bœuf s’en vont dans le brouillard, avec un complément de localisation étroite en fonction de complément de verbe. Ajoutons que cette inversion du sujet apporte également une incertitude sur la répartition en thème et rhème (celui-ci pouvant être représenté par le SN sujet). Sur la complexité des énoncés à inversion du sujet, on se reportera à Fuchs et Fournier (2003).

27 Donc à portée sémantique étroite, comme il a été vu au début de cet article.

28 Qui pose d’ailleurs des problèmes de découpage que je n’aborderai pas ici (me contentant d’en faire l’équivalent d’une forme verbale simple).

29 Les remarques de la note 27 peuvent être reprises ici.

30 Ce qui favorise l’ambiguïté, c’est le fait que les prépositions ou locutions prépositionnelles introductrices des compléments de lieu ne contiennent pas de trait spécifiquement dynamique, ce qui autorise par défaut cette première interprétation de cadrage d’un événement.

31 Et sans doute, plus largement, de la position initiale des compléments circonstanciels.

32 Cohen (1966, p. 74).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende * Le signe Ø symbolise le prédicat virtuel de la proposition interrogative.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/2484/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search