Version classiqueVersion mobile

L'Ordre des mots à la lecture des textes

 | 
Agnès Fontvieille-Cordani
, 
Stéphanie Thonnérieux

I. L'ordre des mots : fait de langue ou fait de style ?

La question du marquage à réception

Georges Molinié

Texte intégral

1C’est surtout d’un point de vue métathéorique, à tout le moins métastylistique, que je vais tenter de m’exprimer ici.

  • 1 On se reportera aux avancées de François Rastier, notamment à la publication d’une partie de notre (...)

2On a bien raison, à mon sens, de parler de lecture et de textes : le texte, en effet, comment qu’on le définisse1, représente l’une des formes majeures que l’histoire de notre civilisation a donnée à la manifestation concrète des discours sociaux comme scripturaires, toute question de littérarisation mise à part ; et la lecture, quels qu’en soient aussi les avatars empiriques, représente également la forme générale, fût-ce comme étape forcément initiale, de réception de ces discours textuels, ce qui veut dire, dans ma théorisation, de coconstruction du corps textuel.

  • 2 L’autre forme phénoménale de lecture. On est toujours du côté de la réception.

3On a donc affaire à une opération, active et réactive, d’ordre sensori-intellectuel, très balisée culturellement, assez puissamment physico-physiologique : dans l’espace de la page, ou dans la durée de l’audition2. C’est la raison pour laquelle j’ai indiqué, il y a longtemps, que les deux aperceptions fondamentales et premières dans la matérialité linguistique de l’opération discursive sont déterminées par les faits de distribution et par les faits de figures. Mais ces faits sont des effets, en quoi ils s’épuisent comme significatifs. Et c’est bien là la difficulté, comme l’intérêt épistémologique de notre problème. La pensée du fait linguistique comme fait reste pour moi en partie problématique.

4La tentation a été grande de séparer des déterminations de langue, c’est-à-dire de syntaxe, elles-mêmes variables et indexables selon les époques, de déterminations plus instables, que l’on qualifiait de style, elles-mêmes variables et indexables selon des sortes de régularités génériques, à leur tour variablement indexables selon de complexes algorithmes s’étendant du plus collectif au plus singulier. Les modalisations que je suis contraint d’ajouter à chacun des termes de la bicatégorisation complique, déstabilise et subvertit sérieusement les choses. On aurait ainsi, d’un côté, des structures d’interrogation, ou, de l’autre côté, la place de l’adjectif qualificatif épithète par rapport au nom (dans les cas apparemment « libres » — pour qui ?). Néanmoins, on peut faire, comme on le montrera bien ici, des analyses beaucoup plus subtiles sur des faits qui ont l’air pourtant fort simples : de quoi relève vraiment le système d’antéposition ou de non-antéposition des sujets après des initiales adverbiales ou à relatif objet ? quel niveau de langage est-il concrètement marqué, et pour qui, dans les systèmes interrogatifs avec ou sans inversion ? Et dans les jeux avec segmentation et reprise du sujet, ou avec annonce et postposition du sujet, ou avec anticipation et reprise du COD ? L’abondance de la littérature critique sur ces points déborde largement sur les considérations de socio-linguistique.

  • 3 Joann Sfar, Le Chat du rabbin, Paris, Dargaud, 2003.

5Et le cadre doit certainement en être encore généralisé, si l’on examine des séquences du type : les pauvres, même pas ils ont la mer3. On semble pouvoir décrire d’une manière simple ; et pourtant, on va très vite se trouver coincé. Par rapport à une sorte d’hypostase de français attendu (par qui ? et selon quelle situation d’interaction langagière ?), on dira que cet énoncé est très marqué, pour deux ordres de traits linguistiques, syntaxiques en l’espèce : la négation et l’ordre des éléments. Pour qu’il y ait marquage, il faut que deux conditions soient réunies : la sensation à réception d’une distorsion dans un continuum, et le sentiment latent d’un minimum de consistance de ce continuum.

  • 4 Ce qui semble plus massivement attendu que l’ordre inverse (pas même).

6Livrons-nous à une petite expérience de stylistique transformationnelle. En l’occurrence, le continuum se construit dans l’attente d’un énoncé comme les pauvres, ils n’ont même pas la mer ; ou ils n’ont même pas la mer, les pauvres — sur lequel on constate un stade rudimentaire de modification (possible) : la réduction de la négation conjointe à l’auxiliaire, par disparition du pivot adverbial antéposé au verbe (ou au premier élément verbal) ne. On admettra aisément que c’est là un trait syntaxique du français parlé courant aujourd’hui. Ce qui induit qu’on ne sait pas très bien comment légitimer (voilà le point sensible de ce ventre mou) la structure abstraite par rapport à quoi on a déclenché l’analyse différentielle. Et comme il s’agit d’un texte issu d’une bande dessinée contemporaine, on se dira que le marquage n’existe peut-être pas comme marquage au sens où l’on croyait pouvoir l’entendre évidemment, c’est-à-dire comme distorsion, mais au contraire comme confirmation d’un continuum d’un autre ordre (à moins que la lectrice ne se situe dans la situation artificielle d’une juge-censeur d’une hiérarchie des français). Mais il y a ici manifestement autre chose : c’est que la négation (marquée par le seul pas) est étoffée d’un modalisateur qui la complète spécifiquement (même pas), qui lui est « normalement » antéposé et conjoint4, et que ce groupe se balade d’une façon qui marque davantage, comme un fort effet de distorsion, dans la mesure où on a généralement l’impression que le marqueur pas de la négation ne peut absolument pas s’antéposer à l’élément verbal, par interdit structural (pour une fois, l’ordre des niveaux linguistiques a l’air clair). Seulement, même pas n’est pas pas. L’étoffement semble autoriser le déplacement maximal (antéposition au lieu de postposition), sans quoi ce ne serait pas possible. On peut proposer deux remarques d’appréciation pour tenter de mesurer la portée de cette disposition (où l’on aboutit à mettre en évidence le délicat problème du jugement linguistique) : c’est un trait de parler pied-noir, puisque la bande dessinée a pour cadre fictionnel le milieu des juifs d’Algérie dans l’entre-deux-guerres ; mais, relativement au lectorat des années 2000, c’est aussi apparenté au parler beur. Et, cette fois, éclate la question de la stratification des ressentiments de constitution des continuum, par sensation soit plutôt de distorsion soit plutôt de confirmation relatives à réception. La considération esthétique se love, éventuellement, dans un autre niveau de sensation, qui est un mixte affectif et intellectuel face à l’insertion de ce genre de témoignages et d’évocations dans la forme scripturaire de l’objet social livre. Enfin, en neutralisant encore davantage l’analyse, on pourrait soutenir que ce type de séquence présente la redondance de la structuration qui génère le commencement des énoncés par l’indication des éléments prédicatifs, avant toute mise en place thématique : il y aurait ici affinité structurale entre l’ouverture les pauvres, comme apposition antéposée d’on ne sait évidemment pas encore quoi, indiquant d’emblée la charge affective essentielle de la prise de parole, et la suite immédiate même pas, signalant la spécification du même mouvement affectif de déploration, toujours avant quelque position ou quelque cadrage à quoi raccrocher ces réactions thymiques : en somme, c’est le dynamisme articulé du dirème.

  • 5 Je renvoie aux exemples de mon Dictionnaire de Rhétorique (Le Livre de Poche, 1992).

7Pour rester dans cette atmosphère apparemment et illusoirement positiviste, on tentera un petit détour par la rhétorique des figures (microstructurales de construction, évidemment). Il y en a au moins deux qu’on doit convoquer pour notre réflexion : l’hyperbate (par renversement), et la synchyse (une hyperbate généralisée). C’est superficiellement impeccable : il s’agit d’une subversion matérielle totale de l’ordre attendu dans la suite des syntagmes5. Deux aspects paraissent clairs : il y a rupture manifeste de la distribution prévue, concernant l’enchaînement de la suite sujet-verbe-complément, ainsi qu’à l’intérieur des expansions intra-syntagmatiques ; l’effet est toujours fort, avoisinant la génération d’une sensation d’incompréhension, voire d’incompréhensibilité congénitale au texte occurrent (on va ainsi du comique, moliéresque, à l’hermétisme, mallarméen). Mais c’est une obscure clarté, puisque l’on se situe au niveau de la structure : d’abord, on a stabilisation, à un niveau extrême de généralité discursive, qui fait sauter le couple langue/style, d’un dispositif de marquage abstraitement descriptible (comme précisément rhétorico-discursif, c’est-à-dire d’une forme de topique) ; et d’autre part, ce descriptif implique la prégnance d’un modèle phrastico-syntaxique absolument stable lui aussi, dont la modification fût forcément reçue non comme la sensation d’une variation, mais comme celle d’une subversion. Le degré de généralité de cette abstraction structurale est tel qu’on se rapproche des confins de l’agrammaticalité riffaterrienne, interprétée cependant à l’horizon de la neutralité du générique rhétorique.

  • 6 En l’occurrence, au moins un type unique de syntagme et deux distributions différentes.

8Allons plus au large. Que faire des antépositions du complément déterminatif par rapport au nom dans la poésie jusqu’à Baudelaire ? On répondra que c’est un fait de stylistique générique, dont la subversion éventuelle, assez massive chez Rimbaud, produit un effet de marquage relatif pour qui connaît ce possible stylème de littérarité générique, signalant une entrée dans une modernité. Voire, et vraisemblablement. Mais quand on lit Corneille, on en rencontre beaucoup moins, de ces antépositions, que chez Racine ; et alors, comment apprécier ? pas comme un couple de faits différentiel de langue d’époque : on ne parlait pas plus comme Corneille à son époque qu’on ne parlait différemment de Racine à la sienne ; pas comme un fait de stylistique de la poésie également d’époque : les antépositions dominaient la versification baroque comme la versification de la crispation classique ; sans doute comme une détermination stylistique générico-singulière, contribuant, justement en tant que stylème-détermination (liaison d’une variable et d’une constante)6, à caractériser le style de la poésie dramatique de Corneille. Mais comment en apprécier plus praxiquement la valeur ? Dira-t-on qu’on a là l’architecture d’un stylème intergénérique, qui rapprocherait, sous cet angle, un style tragique d’un style comique (dont celui des pièces de Molière) ? Et qui (c’est-à-dire quelle réception) peut être sensible à ce système d’effets, c’est-à-dire seulement d’abord en soupçonner puis en démonter le dispositif ? C’est tout le problème de la stylistique historique, et aussi, consubstantiellement, de l’analyse linguistique des états de langue synchroniques, ce qui montre que les deux disciplines ne sont pas séparables.

9Tout en restant dans le domaine empirique, on peut commencer à se diriger vers des perspectives (provisoirement) conclusives en élargissant encore le champ, pour rejoindre l’aire du questionnement de fond, celui des rapports de l’ordre et du sens. Rassemblons trois séries de production textuelle.

  • 7 Senghor, on le sait, est coutumier du fait ; cela montre que le style est vraiment une combinaison (...)
  • 8 Les exemples sont tirés de l’édition de poche du Testament d’un poète juif assassiné (Paris, Seuil (...)

10On sait que l’une des caractéristiques du style d’Élie Wiesel, formant l’ébauche d’un stylème de littérarité singulière, tient à l’usage rémanent qu’il fait de l’initiale de phrase en dirème7. C’est parfois un dirème régressif pur8, ce qui, au cœur même de la prolation narrative, produit un effet indirect de décalage énonciativo-actantiel, dépendant de cette double structuration d’anticipation prédicative ; on ressent comme une suspension, ou une déstabilisation de la production de signification :

Fini, le passé avec ses chants de Shabbat ; fini, le foyer chaleureux où un veuf, entouré de six enfants affamés, glorifie le Ciel et sa Grâce. Fini, le royaume hassidique où Maîtres et disciples s’inventent des raisons d’espérer, de croire, de mendier la foi en chantant… Vive la Révolution, vive la Révolution internationale !

11L’effet est ici évidemment renforcé et nuancé à la fois par la structure de la répétition distributivo-syntaxique (l’hypozeuxe), montant avant la suite liée finale (au lieu de la segmentation), thématiquement et tonalement discordante, et fonctionnant plutôt comme homéoptote majeur.

12La lectrice qui est imprégnée de cette structure en reconnaît, à la fois différentiellement et semblablement, la prégnance de valeur dans la réalisation de dirèmes progressifs :

La rue : jonchée de corps mutilés. Dans les demeures béantes : hommes massacrés, femmes éventrées, enfants recroquevillés. Reb Galmiel : une croix de sang gravée sur son front. Asher-le-Fossoyeur : crucifié. Mania, son épouse : égorgée. Leurs huit fils et filles : battus à mort.

  • 9 Le texte est en italiques (c’est du poète qui va être assassiné).

13Plus subtil dans sa matérialisation, mais conditionné par la récurrence de cette double structure élémentaire, le système des mélanges, où s’imbriquent les modèles avec une forte activité de l’acte procédural de la saisie-lecture9 :

Désorienté, je ne tenais pas en place. Chose que je fais rarement, je suis sorti me promener. Krasnograd, la nuit, ce n’est pas fameux.
Désertes, les ruelles ; mortes, les lumières. La prison, mais en plus grand, avec des geôliers invisibles derrière les façades sombres. Chaque fenêtre est un judas. Chaque bruit, un gémissement, un cri d’épouvante. Les détenus retiennent leur souffle comme au matin d’une exécution.

14Ce qui compte, ce n’est pas la différenciation des structures syntaxiques chacune précisément descriptible : c’est leur mélange, et l’effet de fondu et de transformation distributionnels qu’induit la prolation qui les intègre. Ce type d’effet à réception se retrouve, se modifie et se développe dans des passages au phrastique encore plus malléable :

Ce que j’ai ressenti ? Vous ne comprendrez pas. Je n’ai éprouvé ni colère ni haine. Ni soif de sang ni désir de vengeance. Seulement de la tristesse. Lourde, envahissante. Ancienne. Venue des profondeurs du temps, elle m’arrachait au présent. J’étais là et ailleurs, seul et pas seul, plus lucide que jamais, plus ivre que jamais. Tristesse personnelle et collective : mes souvenirs, mes gestes, la pulsation de mon sang, les battements de mon cœur s’en imprégnèrent.

15L’hyperbate permanente génère réellement un acte progressif d’interprétation successive et variable de la structuration syntaxique, y compris réversiblement. L’important, pour les familiers de cette écriture qui y reconnaissent ainsi une atmosphère particulière, tient à l’impression d’instabilité phrastique, due à l’effet-vie, au dynamisme véritablement chronotopique de la saisie comme acte et global et pas fini : une rencontre incertaine.

16Plus connu : le mode de prolation phrastique chez Claude Simon. On a parfois opposé les macro-initiales (dont l’exemple le plus fameux est sans doute le début des Géorgiques), référant (intrafictionnellement) à des thématisations postérieures nécessairement inconnues (de la lectrice), aux expansions (souvent sous forme de participes présents) des suites phrastiques débordant unités macro-propositionnelles, paragraphes, pages, voire ensembles narratifs, de telle manière qu’on ne sait plus de quoi il s’agit. Je veux bien admettre que c’est la limite de la question de l’ordre des mots, mais c’est la limite de la question : la question dans sa valeur limite, car c’est la question du sens de l’ordre. Et c’est bien des syntagmes que je parle.

17Enfin, retour au baroque :

Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?
Que le jour recommence et que le jour finisse,
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice,
Sans que de tout le jour je puisse voir Titus ?

  • 10 J’ai déjà évoqué cette question, en la rattachant à une perspective différente, dans « Effets de p (...)

18Dans ces vers sublimes de Bérénice, sans évoquer l’antéposition, dans le dernier vers, du complément de temps, ce qui seul permet de faire commencer le second hémistiche par « je », doublement inaccentué (si l’on l’ose dire), favorisant ainsi et l’atténuation et la violence du passage de la troisième à la première personne pour faire pathétiquement éclater la brisure et la motivation centrale de tout ce discours de la personne qui parle, je me contente de relever l’effet fascinant de l’hyperbate généralisée, comme de vagues qui toujours plus profond emportent la locutrice, dans l’ajout inarrêtable des dépendances, au point de changer la saisie syntactico-informative à chaque stade apparemment clos de la prolation phrastique10.

19Ce que je veux dire, c’est que l’ordre, c’est une question de suite ; et que la suite ne s’appréhende pas uniquement en termes de distribution relative, mais du point de vue de l’effet même de la prolation spatio-temporelle de la séquence. La génération du sens tient au système de la conscience syntaxique, qui se dilue, se déplace et se réajuste dans les divers modes de ce type particulier d’enchaînement dont je viens de donner quelque crayon. Et la limite de ces effets (pas forcément dans la linéarité chronologique), une fois de plus, fait sauter la barrière de l’unité phrastique, en focalisant sur la matérialité segmentale des actes de parole : l’ordre, c’est comme le visage du discours.

  • 11 Pour reprendre le titre de Jean-Michel Adam (Delachaux et Niestlé, Lausanne, 1997).

20Où l’on retrouve la question de la reconnaissance, c’est-à-dire la question sémiotique de la valeur. Le style est forcément dans la langue11, comme algorithme de combinatoires indéfiniment sous-stratifiables, recomposables et ordonnables. À condition que quelqu’un, que quelques-unes, telles ou telles en chair et en os, en ressentent hic et nunc psychosomatiquement la stylicité ; sans quoi, rien ; et la découverte, chaque fois bouleversante ou simplement rassurante, du corps textuel, dans le contact au geste fondateur de la présentification dans l’ordre, risque alors (si ne se vit pas une telle rencontre) de s’étioler, ou de s’évanouir, ou de s’asphyxier devant un discours sans parole.

Notes

1 On se reportera aux avancées de François Rastier, notamment à la publication d’une partie de notre ancien séminaire commun Textes et Sens (Paris, Didier, 1996).

2 L’autre forme phénoménale de lecture. On est toujours du côté de la réception.

3 Joann Sfar, Le Chat du rabbin, Paris, Dargaud, 2003.

4 Ce qui semble plus massivement attendu que l’ordre inverse (pas même).

5 Je renvoie aux exemples de mon Dictionnaire de Rhétorique (Le Livre de Poche, 1992).

6 En l’occurrence, au moins un type unique de syntagme et deux distributions différentes.

7 Senghor, on le sait, est coutumier du fait ; cela montre que le style est vraiment une combinaison stylématique. Il n’empêche qu’on pourrait avoir là les constituants d’un stylème de lyricité générique au xxe siècle.

8 Les exemples sont tirés de l’édition de poche du Testament d’un poète juif assassiné (Paris, Seuil, coll. « Points », 1980). Dans l’ordre : p. 183, p. 45, p. 321, p. 275.

9 Le texte est en italiques (c’est du poète qui va être assassiné).

10 J’ai déjà évoqué cette question, en la rattachant à une perspective différente, dans « Effets de phrase », « La langue du xviie siècle », L’Information grammaticale, no°78, juin 1998.

11 Pour reprendre le titre de Jean-Michel Adam (Delachaux et Niestlé, Lausanne, 1997).

© Presses universitaires de Lyon, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search