Version classiqueVersion mobile

On a marché sur la terre

 | 
Pierre Masson

Conclusion

Texte intégral

1D’emblée nous avions défini la fonction voyageuse de Tintin comme un travail de relecture du monde, avec ce que ce mot implique de reconnaissance d’un texte antérieur, parfois enfoui sous le mensonge ou la routine, mais aussi d’interprétation et même de recréation, voyager n’étant pas pour Tintin un délassement, mais une pénible parenthèse entre deux périodes de « repos bien mérité », selon la formule employée à l’ouverture du Lotus bleu : effort pour nommer les lieux et les choses et les empêcher de se transformer en mythes aux dangereux usages, comme la Lune et le Soleil. Effort pour décrypter la syntaxe du mal, ces réseaux de fripouilles qui quadrillent la Terre, l’énonciation ayant alors valeur de dénonciation. Effort enfin pour donner voix et vie à cette part d’humanité étouffée sous le manteau des égoïsmes adultes et des certitudes officielles : Gitans, moines bouddhistes, pèlerins noirs, jeunes fous et vieux sages, tous incarnant cet esprit d’enfance qui est la mémoire de la pureté originelle.

2S’il se veut au départ une entreprise rationnelle, qui devient même, progressivement, sceptique, le voyage selon Tintin ne peut cependant s’empêcher d’être en même temps un acte de foi, et c’est ce dynamisme interne qui, en fait, permet au déplacement du héros de ne pas être qu’un mirage. À la structure cyclique qui le ramène à son point de départ, point zéro qui prend rapidement l’apparence de Moulinsart, s’ajoute une structure progressiste qui permet de dire qu’il a tout de même avancé dans sa connaissance du monde. Armé de la certitude que, de toute façon, c’est sur cette Terre et dans nulle chimère que se joue notre vie, il avance un peu à la façon d’un équilibriste, récusant matérialistes et fanatiques, courant après un paradis qu’il sait perdu, et dont la nostalgie seule lui sert de signe de ralliement avec les autres hommes.

3C’est pourquoi il nous apparaît tantôt comme un Prométhée, confronté aux puissances tutélaires qu’il voudrait détrôner, tantôt comme un enfant désireux de le rester ou de le redevenir. Être adulte, cela voudrait dire s’affirmer lié à un unique lieu, s’enraciner, devenir raisonnable. Rester enfant, ce serait se maintenir en état de dépendance, sous un joug matériel ou spirituel que Tintin passe son temps à dénoncer. Récusant ces deux postulats, refusant à la fois d’avoir un père et de le devenir, il ne peut être qu’orphelin, ou encore voyageur, c’est-à-dire ouvert à la diversité du monde, prêt à se reconnaître plusieurs frères dans la mesure où il n’est d’aucune famille.

4Lecture de l’univers et de ses signes, le voyage est donc aussi écriture, puisque ces signes, reliés entre eux par les pas du héros, n’ont de sens que si son action, qu’ils ont d’abord suscitée, se prolonge au-delà d’eux. Sans Tintin, le monde et ses trésors existeraient pourtant. Sans le monde, Tintin ne serait rien, lui qui n’existe que mis en branle par une sollicitation venue de l’extérieur. Mais ce monde nous intéresserait-il autant, nous parlerait-il autant, si, le découvrant à notre tour, nous ne savions pas que Tintin, déjà, y a marché ?

© Presses universitaires de Lyon, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search