Version classiqueVersion mobile

Le récit du commun

 | 
Françoise Lantheaume
, 
Jocelyn Létourneau

III. France : territoires

Les récits corses : entre histoire et mémoire

Angelina Ogier-Cesari

Texte intégral

1Alors que les récits collectés en France continentale prennent peu en compte les particularités et les particularismes locaux concernant l’histoire et les références au patrimoine culturel, ceux qui ont été recueillis auprès des jeunes Corses mêlent l’histoire de France et l’histoire de Corse. Cela témoigne de l’existence, chez les élèves habitant l’« île de beauté », d’une identité forte mais plurielle : française, régionale et en partie européenne. Leurs récits se nourrissent assurément des enseignements reçus à l’école. Mais la mémoire familiale et les médias jouent aussi un rôle important. Comment ces jeunes s’approprient-ils et fabriquent-ils un discours sur l’histoire ? Quelles sont les caractéristiques historiques et mémorielles de ce discours ? Comment intègrent-ils l’histoire spécifique de la Corse et l’articulent-ils à celle de la France ? Telles sont les questions qui orientent l’analyse présentée ci-après.

L’enquête en Corse

2En Corse, 662 récits ont été recueillis, dont 534 en classe de sixième dans 8 collèges et 128 en classe de seconde dans 3 lycées. Les établissements sélectionnés constituent un échantillon représentatif de la situation démographique et sociologique de la Corse. Pour ce qui est des collèges, 5 établissements appartiennent au secteur rural, 2 scolarisent des élèves de centre-ville et un se situe dans une zone périurbaine. Dans le cas des lycées, l’un d’entre eux, un lycée d’enseignement général et professionnel, est localisé dans une commune de 7 000 habitants du centre de la Corse avec un recrutement rural et un internat d’excellence. Un des deux lycées agricoles de l’académie fait partie de l’échantillon. Il en est de même d’un lycée d’enseignement professionnel.

3Le dispositif de collecte des données est celui qui a été adopté pour les îles et qui a été présenté dans le chapitre méthodologique de l’ouvrage (p. 13-20). Comme pour l’île de La Réunion, nous avons récolté deux types de récits. Dans chaque classe visitée, la moitié des élèves devait répondre à la question « Raconte l’histoire de France » alors que l’autre moitié traitait la question « Raconte l’histoire du pays ». Le choix de ne pas utiliser l’adjectif possessif « ton » (« ton pays ») visait à laisser les élèves libres d’interpréter la consigne comme renvoyant à l’histoire de la Corse, de la France ou d’un autre pays d’origine, le choix pouvant être significatif d’un sentiment d’appartenance singulier. Au total, 43 % des répondants ont fait état de la France comme lieu référentiel, 18 % n’ont mentionné que la Corse et 23 % ont évoqué la France et la Corse ; les autres élèves n’ont pas, comme tel, indiqué d’espace référentiel. Précisons que 3 collégiens ont signalé le Maroc comme étant leur pays d’origine et qu’un élève de lycée a affirmé son identité portugaise. La rédaction des récits a eu lieu au printemps 2012, soit un peu plus tard que dans les autres régions et dans un contexte de campagne présidentielle, deux caractéristiques dont l’analyse doit tenir compte.

4L’enquête prend place dans un contexte qu’il faut rappeler. La Corse est dans une phase de généralisation de l’enseignement de la langue et de la culture corses. Pour beaucoup d’entre eux, les élèves ont reçu cet enseignement en primaire et au collège sous la forme d’un cours de langue corse, voire d’un enseignement bilingue. En revanche, durant leur scolarité au collège, la plupart des élèves de lycée n’ont pas été touchés par cet enseignement, alors facultatif.

5L’analyse qui suit prend en compte les éléments concernant l’histoire de la Corse dans les deux corpus recueillis auprès des élèves de l’île. La Corse est en effet présente dans les récits « Raconte l’histoire de France », au collège comme au lycée. Certains élèvent traitent uniquement de la Corse, d’autres mêlent France et Corse, d’autres encore ne s’intéressent qu’à la France. De même, les récits « Raconte l’histoire du pays » ont pour sujet la France, la Corse ou les deux entités. Ce premier constat indique une absence de césure, dans les récits des élèves, entre ce qui relève de l’histoire nationale et ce qui se rapporte à l’histoire régionale. Malgré cela s’exprime un sentiment d’appartenance, si ce n’est d’identification, à un territoire ; il s’agit même d’une caractéristique forte des récits des élèves scolarisés en Corse. Nous comprenons « territoire » dans le sens où l’entend Roger Brunet, c’est-à-dire « un espace approprié avec un sentiment ou la conscience de son appropriation » (1992, 1996, p. 480). Cependant, une distinction apparaît entre les récits d’élèves de collège et de lycée. En collège, le rapport à la Corse est enchanté, proche de ce qui est observé dans les récits d’élèves de La Réunion (voir l’article de Raoul Lucas, Mario Serviable et Stéphane Guesnet dans cet ouvrage, p. 145-163). En lycée, un phénomène de déterritorialisation coexiste avec une politisation de certains récits revendiquant une appartenance corse de façon plus exclusive.

Entre amour, chauvinisme et mythe : des collégiens amoureux de leur « pays »

6Pour les élèves, la Corse fait partie de la France, mais aussi de l’Europe ; elle est en Méditerranée. Ils la positionnent d’abord géographiquement, puis dans son rapport à la France. En témoignent les extraits de récits suivants :

Dans la France, il y a plusieurs régions : Paris, la Corse, la France est en Europe. [récit nº 3793]

En haut, à droite, il y a l’Europe, en bas la Corse qui fait partie de la France. [récit nº 3795]

La Corse est une île de la Mer Méditerranée. Elle fait partie de la France, de l’Union européenne. En France, la Corse est très connue. [récit nº 3888]

Il était une fois un pays nommé la France et il existe aussi une île qui s’appelle la Corse. [récit nº 3797]

7La Corse est donc française, mais elle est à part. Le mot « continent » n’est utilisé qu’une fois pour désigner l’espace national. Les 7 autres occurrences du mot renvoient à la définition géographique classique de l’île et il est associé à la tectonique des plaques. Par exemple : « Pendant la Préhistoire, la Corse était attachée au continent. Mais à cause de problèmes sismiques, la Corse s’est détachée du continent. » [récit nº 4568] Les élèves décrivent ainsi une carte de l’Europe dans laquelle figurent la Méditerranée, la France et la Corse, avec une interprétation très libre de la tectonique des plaques.

8Ils savent que la Corse n’a pas toujours été française. Pour eux, elle est d’abord méditerranéenne :

La Corse n’a pas toujours été française, elle a été romaine. [récit nº 3898]

Les Génois envahissent la Corse. Gènes doit de l’argent à la France, mais ne peut pas rembourser, donne la Corse à la France. La Corse devient française. [récit nº 4046]

La Corse a été habitée par les Italiens, les Grecs. [récit nº 4877]

La Corse a appartenu à plusieurs peuples : les Carthaginois, les Romains, les Génois, puis les Corses. [récit nº 5706]

La Corse a appartenu à plusieurs pays différents, car elle était un carrefour entre l’Afrique, la France, l’Italie et l’Espagne et était donc très pratique pour faire la guerre aux pays qui l’entourent. [récit nº 4573]

Les Grecs passent par la Corse, puis arrivent en France, fondent Alalia puis Marseille. [récit nº 3794]

9Les élèves savent que la Corse a été occupée par des peuples qui n’étaient pas les Français. Ces occupations renforcent le lien avec l’espace méditerranéen et ses peuples : les Grecs de Phocée, les Carthaginois et Rome dans l’Antiquité, les Génois et même les « Italiens » pour les autres périodes. La vision de l’histoire qui se dégage des récits de l’histoire corse est très téléologique : les Français et les Italiens existent de toute éternité.

  • 1  Alalia a été fondée par les Phocéens en 565 av. J.-C. avant de passer sous le contrôle de Carthage (...)

10En ce qui concerne l’Antiquité, les allusions à la Gaule ne concernent que l’espace français. Pour les élèves, les Gaulois n’ont jamais occupé la Corse. En revanche, les Romains ont succédé aux Grecs à Aléria. Les Phocéens sont le lien entre la Corse et le continent : ils ont effectivement fondé la colonie d’Alalia, avant celle de Marseille. Ainsi, une parenté existe avec Marseille, le grand port dans lequel accostent la plupart des navires assurant la liaison entre la Corse et le continent. C’est aussi une ville qui comprend une partie importante de la diaspora corse. Pour les élèves, les Grecs puis les Carthaginois et enfin les Romains ont, par le contrôle d’Alalia, conquis toute la Corse. Ils semblent ignorer qu’il ne s’agit pas d’une conquête ni d’un contrôle de toute l’île, mais seulement d’un comptoir commercial sur ce point de la côte orientale1 (Jehasse, 1986). Selon les élèves, qui n’avancent toutefois aucune date pour situer dans le temps les phénomènes mentionnés, les Grecs, les Romains et les Génois ont tous occupé la Corse.

11La Corse est « mon pays, je l’aime », est le cri du cœur des collégiens. Les liens affectifs forts qui unissent les jeunes à la Corse sont une des caractéristiques principales de l’identité corse telle qu’elle apparaît dans les récits. Les occurrences relatives à la beauté des sites sont nombreuses : « une île magnifique », « la plus belle du monde », « un beau pays », « des beaux paysages ». Les superlatifs abondent. La Corse est belle : l’expression « île de beauté » revient 21 fois dans le corpus. Certes, il s’agit d’un synonyme de « Corse », mais l’usage qui en est fait dans les récits relève de la célébration de la beauté de l’île. On y trouve la nature, la mer, la plage, le maquis. La lecture de certains récits peut faire penser à une publicité touristique vantant les charmes de l’île. Face à une France qu’ils pensent polluée, les élèves insistent sur la pureté, la propreté de la nature insulaire : « Cette île, on l’appelle “île de beauté”, car nous avons tout : la végétation, la mer, les produits, les animaux et plein d’autres choses. » [récit nº 3817]

12Cet inventaire des richesses patrimoniales de la Corse rappelle celui du manuel de lecture de Mme Bruno, Le Tour de France de deux enfants, publié en 1877 (Thiesse, 1997 b, p. 7). Les élèves aiment la Corse. Un fort sentiment d’appropriation s’exprime dans leurs récits. Ils y sont chez eux. « C’est chez moi, mon pays, mon île où je vis » ; « J’adore mon pays » : voilà des expressions que l’on retrouve dans les récits. La polysémie du terme « pays » nécessite toutefois quelques éclaircissements. Cette expression est celle qui a été choisie dans la phrase de consigne de notre récit particulier : « Raconte l’histoire du pays. » Nous y mettions une connotation nationale, puisque nous espérions ainsi repérer l’espace que les élèves considèrent comme étant celui dans lequel s’ancre leur identité « nationale », leur citoyenneté : « qu’est-ce que tu considères comme étant ton “pays” » ? Cependant, en langue corse, le mot « pays » correspond à « paese », qui signifie effectivement pays, mais aussi village. Lorsque deux insulaires se rencontrent ailleurs qu’en Corse, la question qu’ils se posent en langue corse est : « De quel paese (au sens de village) êtes-vous ? » Un Corse est corse, bien sûr, mais il est surtout d’un village, d’un « pays ». L’adjectif correspondant : « paisanu », signifie à la fois concitoyen, paysan et villageois. L’identité corse est une identité rurale.

  • 2  « Mon cher village (ou pays), Bastelica. »

13Ainsi, dans les récits d’élèves, les références au village sont fréquentes : « U mio paese caru Bastelica2. » [récit nº 4881] On a ici un autre territoire de référence, spécifique aux récits corses, celui du village, très circonscrit, plus important que le territoire corse dans les représentations exprimées. Comme le dit un élève : « chacun a son village », même s’il vit en ville, surtout s’il vit en ville, que ce soit à Ajaccio ou à Bastia. C’est une façon d’affirmer son attachement identitaire à un « petit pays », terre de ses ancêtres et de sa famille. L’appartenance à un village est un signe de l’identité corse. Cette reconnaissance d’une appartenance locale permettant de se trouver en terrain connu, celui des relations familiales, et ce, suivant une forme de sociabilité traditionnelle propre à la société corse, se manifeste dans les récits des collégiens. Les références au village se trouvent d’ailleurs aussi dans les récits de petits Bastiais et Ajacciens, village dans lequel on se rend le week-end ou pour les vacances et où la famille a gardé une maison, celle des ancêtres. Les espaces présents dans les récits des élèves sont donc divers et se situent à des échelles différentes, en relation avec l’affirmation d’identités multiples qui ont parfois du mal à s’emboîter. Les élèves se reconnaissent français et européens : la France est bien en Europe, mais la Corse, « c’est à part ». L’identité corse comprend une affection et un amour particuliers pour le territoire, dans lequel l’échelle du village reste la plus forte.

14Cette identité corse s’affirme par la référence aux richesses patrimoniales du « petit pays », un peu à la façon d’une brochure touristique. En fait, on pourrait dire que le territoire tend à être « patrimonialisé ». Des sites remarquables et des monuments sont souvent nommés, comme les tours génoises construites sur la côte insulaire. Elles font partie de l’espace corse. Leur fonction est connue des élèves : prévenir, par des signaux, d’un risque d’invasion. De nombreux récits mentionnent aussi des musées et des monuments locaux : le musée Napoléon et le palais Fesch pour les Ajacciens, le musée d’Aléria pour les habitants de Corte ou de Bastia, les escaliers du roi d’Aragon pour les Bonifaciens ainsi que la « Dame de Bonifacio », vestige préhistorique conservé au musée de Levie. Là aussi, les élèves connaissent leur « village », ses richesses, ce qui fait son originalité, ce que les touristes visitent. La connaissance du « pays » suppose celle de ses traditions et de sa culture : le brocciu, le fromage et les caseddu (bergeries), par exemple, qui renvoient à la tradition pastorale de la Corse, mais aussi la procession du Catenacciu à Sartène, etc.

15Pour autant, il est difficile de parler d’une identité nationale de pays-État. Les symboles d’un État corse sont rarement notés dans les récits. Six d’entre eux seulement mentionnent le drapeau avec le Maure et son bandeau levé sur le front, auxquels il faut cependant ajouter les drapeaux illustrant de nombreux textes. Cinq récits citent l’existence de la langue corse, deux l’hymne corse, le Dio Vi Salvi Regina, et un seul la monnaie frappée à l’époque de Pascal Paoli, le Zecca de Murato.

16De plus, le récit est discontinu. Les personnages ou épisodes de l’histoire de la Corse cités par les élèves sont très peu nombreux. Au panthéon des personnages corses célèbres, Napoléon dépasse très largement Pascal Paoli, avec 135 mentions contre 42. Le premier est présent dans 25,8 % des récits alors que le second n’est cité que dans 7,9 % des textes. La suprématie de Napoléon face à Paoli peut paraître surprenante. En effet, depuis 2007 surtout, année de commémoration du bicentenaire de la mort du chef rebelle, la popularité de Paoli est grande en Corse. Cependant, l’image de Napoléon qui ressort est celle d’un Corse qui a été un personnage important de l’histoire de France. Il constitue un lien fort entre histoire corse et histoire nationale. Par exemple : « Napoléon est né en Corse, se fait nommer empereur et possède presque toute l’Europe. » [récit nº 4438] Trente récits insistent sur les origines corses de Napoléon : il est né en Corse, a vécu à Ajaccio, est mort dans une autre île, Sainte-Hélène. Il a été un grand homme, a conquis l’Europe par la guerre. Certains vont encore plus loin : « La société française inventée par un Corse, Napoléon. » [récit nº 4367] ; « Napoléon a conquis la France. » [récit nº 4200] L’empereur est systématiquement rattaché à l’histoire de France dont il a assuré la grandeur et la puissance. Pour les élèves, suivant une inversion du rapport de domination, c’est la Corse qui a assuré la grandeur de la France. Napoléon est presque un lieu de mémoire corse. Cependant, les collégiens répondant à l’enquête ne donnent pas d’indication précise sur l’histoire de Napoléon. Il n’y a qu’une seule référence à son accession au pouvoir par un coup d’État. Aucune information n’est par ailleurs donnée sur l’époque où il a vécu et il n’est jamais associé à la période révolutionnaire. Un élève en fait même un homme de l’Antiquité !

  • 3  Quatorze mentions de « Pascal Paoli » et 18 de « Pasquale Paoli », en langue corse.
  • 4  Consulte : assemblée consultative pendant la période paoliste.

17Le second héros corse est Pascal Paoli3. Son histoire fait toutefois l’objet de peu de détails. Comme nous le verrons plus loin, il est associé à la bataille de Ponte Novu et à la guerre contre la France. Dans les récits, les élèves mentionnent que Paoli a une statue à Corte. On dit aussi qu’il a gouverné la Corse, construit l’Île Rousse, créé la première constitution et fondé l’Université de Corse. Paoli est parfois présenté comme le père de la patrie – « Babbu di a Patria » –, titre officiel qui lui a été décerné en 1793 par une consulte4 corse alors qu’il s’opposait à la Convention l’ayant mis en accusation. Les élèves ne présentent cependant pas ce contexte et font de l’expression une titulature permettant l’héroïsation et la mythification du personnage. Paoli apparaît clairement comme un héros dans les récits. Ayant mis en place l’égalité entre les hommes et les femmes, il peut être présenté comme un précurseur de la démocratie (1 mention). Héros de l’indépendance corse (3 mentions), il est alors celui qui a repoussé les Français. On lui attribue aussi la fonction de « résistant » (2 occurrences).

18Les mentions d’autres personnages corses sont marginales : le roi Théodore, qui a régné quelques mois en 1736, est nommé une fois. Il en est de même du condottiere Sampiero Corso (xvie siècle) et de Sambucuccio d’Alando, chef d’une révolte féodale du xive siècle. Ceux-là sont cités par leurs paesani, élèves originaires du même endroit, fiers de signaler qu’ils sont les compatriotes de figures célèbres.

19Contrairement à la représentation qui est faite de la France dans le corpus complet des récits des élèves scolarisés en France (voir le texte de Laurence de Cock et Benoît Falaize dans cet ouvrage, p. 51-66), la Corse est peu personnifiée. Sur les 198 récits comportant l’occurrence « la Corse », 15 seulement en font un quasi-personnage, d’ailleurs opposé à la France. Par exemple : « À Ponte Novu, la France a battu la Corse, mais à Borgo, la Corse a battu la France. » [récit nº 3887] ; « La France veut envahir la Corse. » [récit nº 3882] Seuls 16 récits font des Corses un personnage collectif. Les Corses se distinguent alors des Français, plus rarement des Italiens. Ainsi : « Il y a longtemps, au temps de la Première Guerre mondiale et pendant la Seconde Guerre mondiale, les Corses et les Français étaient en première ligne au front. » [récit nº 4393]

  • 5  Il s’agit de la défaite des troupes corses commandées par Pascal Paoli, composées de Corses et de (...)

20Avec 15 mentions de l’événement (2,8 % des récits), l’épisode le plus cité de l’histoire de la Corse est la bataille de Ponte Novu5, survenue le 8 mai 1769. La bataille est systématiquement associée au nom de Pascal Paoli. Son issue ne semble toutefois pas bien connue des élèves. Quatre d’entre eux considèrent en effet que les Corses ont remporté la victoire ; la date de l’événement est citée correctement dans trois récits seulement ; enfin, un texte unique associe la bataille de Ponte Novu à la victoire corse du Borgo, survenue quelques mois auparavant, et lui attribue une date exacte.

21L’analyse des récits des collégiens montre donc un sentiment d’amour très fort pour leur « pays », volontiers ramené à sa dimension la plus locale, celle du village. Les élèves expriment une fierté certaine d’être originaires d’un pays à la fois beau par ses paysages et son patrimoine, mais aussi par sa grandeur historique et sa participation à l’histoire de France, beauté et grandeur qu’ils veulent faire partager au lecteur de leurs récits par un style volontiers emphatique.

22Que les récits portent sur « l’histoire de France » ou sur « l’histoire du pays », ils ne se distinguent pas vraiment. Ce constat révèle sans doute des socialisations intriquées qui, pour certaines, sont liées à une sociabilité de proximité (la famille, le village), alors que d’autres viennent de l’école où les enseignements et les références sont plus orientés vers les dimensions nationale et universelle. Les deux formes de socialisation sont sources de connaissances et de représentations historiques que les récits associent ou entremêlent sans véritable hiérarchie.

Les récits lycéens : un engagement nationaliste pour une minorité

  • 6  Pour le collège, 43 % des récits concernent la Corse.

23Seulement 35 % des récits produits au lycée s’intéressent à l’histoire de la Corse6. À quelques différences près, leurs caractéristiques sont assez proches de celles des collégiens. Mais, chez les lycéens, les références territoriales sont moins nombreuses – 8 occurrences seulement de « nous » ou « notre pays », également réparties entre la France et la Corse. L’appartenance identitaire uniquement corse ou française est peu affirmée. Parmi les récits où le territoire est évoqué, 5 se réfèrent uniquement à la France tandis que la Corse prime dans 5 autres. Pour les 2 derniers, la France et la Corse sont mêlées, comme l’illustrent les deux exemples suivants : « Pour moi, je suis d’origine corse, mais je sais que mon pays est la France. La France est un bon pays. » [récit nº 4037] « Nous serons toujours corses avant tout, mais français juste pour la vie. Nous garderons nos origines éternellement. » [récit nº 4293]

24Notons aussi que le « petit pays » – le village –, ainsi que les lieux patrimoniaux remarquables, ne sont plus convoqués. Le nombre de personnages corses mentionnés par les lycéens est moins important que chez les collégiens. Napoléon est cité 29 fois (22 % des récits) et Pascal Paoli 15 fois (11 %). À l’exception du roi Theodore de Neuhoff, qui reçoit une seule mention, aucun autre personnage corse n’est évoqué. Napoléon est majoritairement associé au panthéon français, sans mention de ses liens avec la Corse. Cela semble témoigner d’une « nationalisation » du récit historique qui, possiblement, est un effet de l’enseignement de l’histoire suivi pendant les années passées au collège.

25Les 15 récits mentionnant Pascal Paoli montrent la reprise, par une très petite minorité de lycéens, de certains thèmes développés dans les discours des mouvements nationalistes corses. Ainsi, Pascal Paoli y est présenté comme le héros corse. Associé à la bataille de Ponte Novu, c’est le grand homme qui est valorisé par les récits de ces lycéens. Alors que, pour les collégiens, Ponte Novu constitue le début de la période française, pour les lycéens qui l’évoquent, il s’agit de l’échec de la tentative d’indépendance de la Corse (6 occurrences). Par exemple : « 1768 : bataille du Borgo / 1769 : bataille de Ponte Novu. Les mercenaires du roi de France contre le peuple corse, luttant pour l’indépendance, sous le commandement de Pascal Paoli. » [récit nº 4310] « La bataille de Ponte Novu qui opposa Pasquale Paoli aux Français, les Corses ont perdu, mais on peut perdre une bataille mais on peut tout de même gagner une guerre. » [récit nº 4034]

26L’adhésion à la cause nationaliste est par ailleurs franchement affirmée dans ce récit :

  • 7  Gaulois : l’expression a beaucoup été utilisée dans les milieux nationalistes depuis le début des (...)
  • 8  Traduction : « Nous sommes Corses et pas Français. L’État français assassin. »

Je ne connais rien de l’histoire de la France. Vous m’auriez demandé l’histoire de la Corse, alors oui, car on est en corse ici et pas en France. Même si la Corse est devenue française, il faut faire la part des choses ! Ils sont fous ces Gaulois7. Anarchie ! Il faut tous les faire sauter ! Semu corsi qui, micca francese ! U statutu francese assassinu8 ! [récit nº 4278]

27« Indépendance » (4 occurrences), « oppression française », « peuple corse » (2 occurrences), « la Corse n’est pas soumise » (5 occurrences), « lutte contre le gouvernement français », toutes ces expressions montrent enfin, chez certains lycéens, la reprise d’un discours tenu par les nationalistes corses.

28La faiblesse quantitative de l’échantillon du lycée, aussi bien pour le nombre d’établissements que pour le nombre d’élèves, ne permet cependant pas d’établir un lien entre le type d’établissement (lycée professionnel ou lycée d’enseignement général et polyvalent) et la prégnance des thèmes nationalistes dans les récits des élèves. La marginalité des récits de type « militant » souligne l’existence d’une socialisation politique propre aux lycéens, mais elle se manifeste majoritairement dans le cadre d’un récit historique privilégiant l’histoire de France avec des caractéristiques communes à l’ensemble des récits des élèves scolarisés dans l’Hexagone.

Des récits mémoriels

29En collège comme en lycée, les dates et les périodes historiques de l’histoire corse sont absentes. Au-delà de quelques mentions issues de la culture historique populaire, l’histoire de la Corse n’est pas vraiment campée. Les personnages et les lieux ne sont que très rarement situés dans le temps. Un élève fait même de Paoli un « résistant de la Seconde Guerre mondiale » [récit nº 4422]. À l’instar de l’histoire de la Corse à son époque, l’histoire du chef rebelle semble inconnue des élèves. L’exil anglais de Paoli, ses relations avec Bonaparte et son rôle pendant la Révolution française n’apparaissent pas dans les récits des élèves. L’un des compagnons de Paoli – Dumenicu Loca, dit Circinellu – est cité à 5 reprises au total, mais 4 fois dans le collège du canton dont il est originaire et sans autre explication quant à son rôle historique.

30De la même façon, les élèves ne fournissent aucune indication sur la datation des monuments patrimoniaux. Par exemple, les tours génoises ne sont pas situées dans le temps. Tout ce que l’on apprend, c’est qu’elles ont été construites par les Génois. Il s’agissait d’empêcher l’arrivée de « pirates ». Les élèves ne disent rien à propos des Génois, ni d’où ils viennent ni pourquoi ils sont venus. L’évocation relève plus d’une épopée non historisée.

31Certains moments importants de l’histoire de la Corse sont également absents des récits. Chez les lycéens, on ne trouve aucune mention de l’Antiquité ou de la fondation d’Aléria, pourtant très citées par les collégiens. Dans les récits des élèves scolarisés en Corse, les deux guerres mondiales sont très peu présentes (7,1 % des récits), ce qui peut sembler surprenant en comparaison de la place de ces guerres dans le corpus des récits des autres académies.

32L’absence d’inscription des hommes dans la durée, d’une part, et la carence d’enchaînement des faits pour leur donner du sens, d’autre part, empêchent de qualifier nombre des textes produits par les élèves de récits historiques. Il n’y a pas non plus de mise en intrigue claire. Seuls émergent des acteurs et des personnages. Ne sont enfin exposés que certains épisodes très incomplets de l’histoire corse, et ce, de façon très partielle et héroïsée.

33Une interprétation possible de ces caractéristiques pourrait être qu’une identité corse très forte, reposant sur l’appartenance à un territoire défini par des usages, des traditions, des lieux, une langue et une ébauche d’histoire, fait souvent écran à un récit historique plus objectivé de l’histoire nationale, voire de l’histoire de la Corse. Dans les récits faisant référence à la Corse, l’ébauche d’histoire présentée met en avant des épisodes et des périodes dont l’unique fonction est de montrer l’existence d’un sentiment d’appartenance à une Corse qui se différencie de la France. Il s’agit en quelque sorte d’affirmer son existence. « Je suis Corse et j’aime mon pays, qui fait partie de la France », nous disent des élèves du collège. Ceux-là sont fiers d’être corses. La Corse est pour eux le plus beau des pays : tel est le cœur du discours, empreint d’un chauvinisme certain, exprimé surtout par les collégiens. Finalement, il semble moins pertinent de qualifier les récits des élèves en Corse de récits historiques que de récits mémoriels, soit des récits d’une mémoire collective vivante qui transmet le souvenir d’une société que le monde moderne peut faire disparaître et qui se traduit – ou se traduisait – par l’attachement au village, à la langue et aux traditions. Ce discours n’est pas sans rappeler le propos d’Anne-Marie Thiesse (1997 a) concernant les régions françaises au xixe siècle. L’historienne liait en effet la disparition de ces thèmes identitaires à l’urbanisation. Or la Corse est encore fortement rurale. Peut-être trouve-t-on en Corse une survivance de ce discours ? Et si l’histoire n’y occupe pas beaucoup de place, les épisodes historiques mentionnés se situent souvent dans le cadre de ce que Paul Ricœur (2000) caractérise comme une mémoire manipulée par des idéologies, si ce n’est une mémoire obligée par les commémorations.

  • 9  Sur les 35 mentions au collège concernant cette période, 5 seulement font référence à l’occupation (...)

34En effet, la mémoire obligée se traduit dans les récits d’élèves par la reformulation de certains événements de l’histoire de la Corse. Ainsi, les commémorations autour de la Résistance sont importantes. Par exemple, le 8 mai est célébré avec plus d’éclat dans la région de Sartène que dans le reste de l’île. La date est associée à un monument érigé en 1993 et commémorant le débarquement d’armes en 1943 par le sous-marin Casabianca, à Arone, dans la commune de Piana. Cependant, le souvenir de cette période n’apparaît pas dans la mémoire des élèves, y compris dans les régions dans lesquelles se sont déroulés les combats et les actions les plus connues9. S’agit-il d’une méconnaissance de l’histoire de la Résistance en Corse et d’un oubli du nom de résistants célèbres, qu’il s’agisse du Jean Moulin corse, Fred Scamaroni, ou de Jean Nicoli et Arthur Giovoni, instituteurs résistants et communistes ? Tous ont pourtant donné leur nom à des rues, à des bateaux, à des établissements scolaires. Ils appartiennent à la génération des arrière-grands-parents des élèves. Le souvenir des anciens qui ont participé à cet épisode de l’histoire nationale est encore vivant dans les villages. Est-ce parce que la mémoire de la Seconde Guerre mondiale met en avant l’inclusion de la Corse dans l’histoire de la France qu’elle est oubliée par les élèves ? Si les récits avaient été recueillis en 2013, les résultats auraient peut-être été différents. En Corse, les cérémonies officielles et nationales de commémoration du 70e anniversaire de la libération de la France ont en effet débuté en septembre 2013.

  • 10  Avec des formulations variables, le même récit se retrouve dans les récits nº 1468, 1475 et 1477.
  • 11  « Bataille de Ponte-Novu : le devoir de mémoire 244 ans plus tard », Corse-matin, 9 mai 2013, en l (...)

35A contrario, la bataille de Ponte Novu, associée à Pascal Paoli, objet de nombreuses commémorations depuis quelques années, est présente dans des récits d’élèves. Elle est commémorée en grande pompe le 8 mai de chaque année. Il pourrait d’ailleurs exister une concurrence de mémoires autour de cette date. Quand les élèves l’évoquent, ils tranchent en faveur de l’histoire corse. La célébration du bicentenaire de la mort de Pascal Paoli, le 5 février 2007, a rassemblé des militants nationalistes, mais aussi les responsables politiques de l’île représentant tous les courants politiques insulaires (Bertoncini, 2011, p. 61). Lorsque la commémoration rejoint la mémoire manipulée, la mémoire collective va parfois jusqu’à la mythification, comme en témoignent trois récits dans lesquels les pertes corses sont tellement importantes à Ponte Novu que, dit-on, le Golo « charrierait de l’eau rouge, le sang des Corses morts pendant la bataille10. » Cette mémoire mythifiée de la bataille est très répandue en Corse. Dans une bande dessinée vendue dans les supermarchés de l’île, publiée en langue corse et racontant la vie de Pascal Paoli, on peut lire, dans la bulle d’une case : « Un berger racontait que plusieurs mois après la bataille de Ponte Novu, le pont était toujours rouge du sang de tant de Corses. » Le dessin de la case suivante montre la mère du berger qui dit : « Non mon fils. Le fleuve ne saigne pas. C’est notre patrie qui saigne. » (Bertocchini & Rückstühl, 2009, p. 45). Cette anecdote fait partie de la légende populaire corse de Ponte Novu, qui attribue son origine à Voltaire. Le 8 mai de chaque année, le journal Corse-Matin n’oublie pas de rappeler cet épisode11, qui devient une source d’information autre que scolaire pour les élèves.

*

36Deux remarques s’imposent. Il existe sans conteste un récit mémoriel corse qui « épinalise » l’histoire (Berstein, 2003, p. 17). Cependant, collégiens et lycéens ne produisent pas le même discours identitaire. Cette différence s’explique en partie par l’âge des élèves. Le discours nationaliste d’une minorité lycéenne correspond peut-être à un premier niveau de socialisation politique pour des jeunes qui ont dépassé le stade du chauvinisme des collégiens. L’absence de référence à la Corse, dans le discours majoritaire des lycéens, pourrait être le résultat de leur méconnaissance du passé de l’île. Il pourrait également découler d’une appartenance nationale non conflictuelle qui produit un récit proche des récits de l’ensemble du corpus des élèves scolarisés en France continentale.

37Chez les élèves corses – élèves de famille immigrées y compris –, on trouve en effet, évoquée de manière exceptionnelle, une histoire nationale autre que celle de France. Le passé corse n’est mentionné que par quelques répondants, lycéens surtout, sans doute plus influencés par le discours entendu dans l’espace public que par l’enseignement de l’histoire. Cependant, à la différence des lycéens, les collégiens ont connu depuis l’école primaire un enseignement obligatoire de la langue et de la culture corses. Le récit d’une Corse idéalisée et a-historique qu’ils livrent est-il lié à leur jeune âge ou est-il le résultat de cet enseignement ? Pour répondre à la question, il faudrait refaire l’enquête en septembre 2016, lorsque les élèves de sixième en 2012 auront atteint la classe de seconde.

  • 12  L’histoire de la Corse n’est pas prise en compte dans les programmes. Le SCEREN-CNDP-CRDP de Corse (...)

38Le second point à noter, aussi bien en lycée qu’en collège, est que les récits de l’histoire corse laissent une place importante aux mythes et à une mémoire collective particulièrement sélective. Introduire de façon officielle dans les programmes, comme à l’île de La Réunion et aux Antilles, une histoire de la Corse qui insisterait à la fois sur son passé spécifique et sur son inclusion dans l’histoire de France et dans celle de la Méditerranée, donnerait l’occasion aux élèves de s’approprier de façon critique cette histoire plutôt que de s’en tenir à des mythes. Mais la force du mythe comme soutien de l’identité est une autre explication de la sélection des informations effectuée par les élèves corses dans leurs récits12.

Bibliographie

Berstein Serge (dir.) (2003), Les Cultures politiques en France, Paris, Éditions du Seuil.

Bertocchini Frédéric & Rückstühl Éric (2009), Paoli, 3. Ponte Novu, Ajaccio, DCL éditions.

Bertoncini Pierre (2011), Le Spectre de la mémoire de Pascal Paoli : territoire, patrimoine et culture en Corse, Jean-Louis Fabiani (préf.), Paris, L’Harmattan.

Brunet Roger, Ferras Robert & Thery Hervé (1992, 1996), Les Mots de la géographie : dictionnaire critique, Montpellier / Paris, Reclus / La Documentation Française.

Giorgetti Gérard (2006), 50 documents pour une histoire de la Corse, Bruno Mellina (préf.), Ajaccio, SCEREN-CNDP-CRDP de Corse.

Graziani Antoine-Marie (2002), Pascal Paoli : père de la patrie corse, Paris, Tallandier.

Jehasse Olivier (1986), Corsica classica : la Corse dans les textes antiques du viie siècle avant J.-C. au xe siècle de notre ère, Ajaccio, La Marge.

Ricœur Paul (2000), La Mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Éditions du Seuil.

Thiesse Anne-Marie (1997 a), « La construction scolaire », Les Cahiers de médiologie, nº 3, p. 207-215.

Thiesse Anne-Marie (1997 b), Ils apprenaient la France : l’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Notes

1  Alalia a été fondée par les Phocéens en 565 av. J.-C. avant de passer sous le contrôle de Carthage, puis de Rome, en 259 av. J.-C.

2  « Mon cher village (ou pays), Bastelica. »

3  Quatorze mentions de « Pascal Paoli » et 18 de « Pasquale Paoli », en langue corse.

4  Consulte : assemblée consultative pendant la période paoliste.

5  Il s’agit de la défaite des troupes corses commandées par Pascal Paoli, composées de Corses et de mercenaires allemands, devant les armées de Louis XV, aidées de soldats corses du parti français. Elle marque la fin de la période d’indépendance de la Corse (1755-1769) et le début de son rattachement à la France (Graziani, 2002).

6  Pour le collège, 43 % des récits concernent la Corse.

7  Gaulois : l’expression a beaucoup été utilisée dans les milieux nationalistes depuis le début des années 1980 et qualifie de façon très péjorative les Français du continent. L’expression « pinzutu » est plus commune et plus neutre.

8  Traduction : « Nous sommes Corses et pas Français. L’État français assassin. »

9  Sur les 35 mentions au collège concernant cette période, 5 seulement font référence à l’occupation italienne à partir de 1942 et à la Résistance en Corse. Seuls 2 récits de collégiens y font allusion.

10  Avec des formulations variables, le même récit se retrouve dans les récits nº 1468, 1475 et 1477.

11  « Bataille de Ponte-Novu : le devoir de mémoire 244 ans plus tard », Corse-matin, 9 mai 2013, en ligne : www.corsematin.com/article/corse/bataille-de-ponte-novu-le-devoir-de-memoire-244-ans-plus-tard.989790.html (juillet 2016).

12  L’histoire de la Corse n’est pas prise en compte dans les programmes. Le SCEREN-CNDP-CRDP de Corse a publié un ouvrage d’histoire en 2006 intitulé 50 documents pour l’histoire de la Corse (Giorgetti, 2006) afin de permettre aux professeurs d’histoire d’articuler histoire locale et histoire nationale. Aucune étude didactique n’a été faite sur l’usage de cette démarche pédagogique dans les classes.

Auteur

Angelina Ogier-Cesari est docteur qualifié en sciences de l’éducation et formatrice en histoire-géographie à l’ESPE de Lyon. Membre du laboratoire Éducation, cultures, politiques de l’Université Lumière Lyon 2, elle s’intéresse à l’histoire de l’enseignement de l’histoire et à la didactique de l’histoire.

© Presses universitaires de Lyon, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search