Version classiqueVersion mobile

Patrimonialisations croisées

 | 
Olivier Givre
, 
Madina Regnault

III. Gestions et questions patrimoniales de l’espace postcolonial

Chandigarh, une ville indienne entre patrimoine urbain et patrimoine idéologique

Anna Dewaele

Texte intégral

Introduction

  • 1 Terrain réalisé en février et mars 2010.

1La présente réflexion sur les processus de patrimonialisation à l’œuvre à Chandigarh s’inscrit dans une recherche plus large menée sur la réappropriation urbaine de cette ville nouvelle par ses résidents, plus de soixante ans après le début de son édification en 1951. Si la question du patrimoine n’était pas centrale au début de cette étude, elle s’est imposée au fil du terrain et des entretiens avec des résidents, des responsables associatifs et des spécialistes locaux1. Tour à tour présentées comme ressource ou comme contrainte, ces dimensions patrimoniales se sont révélées dans toute leur complexité du fait des contradictions entre le maintien d’un idéal urbanistique rêvé et le nécessaire développement urbain mais aussi économique d’une ville compétitive. Elles traduisent l’élargissement croissant du champ d’application du terme patrimoine, notamment à des réalisations de plus en plus récentes et dont la valeur patrimoniale n’est pas indexée sur des critères d’ancienneté.

2L’un des principaux vecteurs en est probablement la convention de l’Unesco de 1972, visant à doter les sites naturels et culturels « d’une valeur exceptionnelle » du statut de patrimoine mondial afin de les protéger et d’empêcher leur transformation ou leur destruction. C’est dans ce contexte que différents projets urbains d’inspiration moderne ou moderniste ont connu un classement par l’Unesco ces dernières années (Rufenacht et al., 2002) et que plusieurs architectes indiens et français militent pour le classement de Chandigarh depuis les années 1990 afin de protéger l’héritage de la ville nouvelle (Joshi, 1999). L’obtention au cours des années 1990 du statut de « patrimoine national » en Inde est en effet loin d’accorder à Chandigarh des garanties de protection et une reconnaissance comparables à celles qu’offrirait une reconnaissance internationale.

3Ce sont également la finalité et les effets de la mise en patrimoine d’une ville nouvelle – et en développement – qui sont au cœur du questionnement. L’une des craintes habituelles à l’égard des processus de patrimonialisation concerne leur normativité et l’immobilisme auquel ils condamneraient monuments, sites ou paysages. Au nom de la pérennité de l’objet patrimonial, les opérations de sauvegarde conduiraient certes à son entretien, mais nullement à son amélioration ou à sa transformation (Dorso, 2007). Cette tension entre protection et développement est souvent au cœur des dissensions et des conflits dont les processus de patrimonialisation peuvent être la source. Dans le cas de Chandigarh, cette ambivalence se révèle essentiellement au travers des contradictions entre la constitution d’un patrimoine urbain idéal et les transformations contemporaines nécessaires d’une ville attractive en proie à de fortes pressions démographiques et économiques.

Genèse d’un regard patrimonial sur Chandigarh

De la ville nouvelle à la ville exemplaire

  • 2 Il s’agit d’un statut territorial particulier en Inde. Les territoires de l’Union sont au nombre d (...)

4Parmi les villes nouvelles fondées au cours du xxe siècle, Chandigarh est un espace symbolique privilégié, notamment parce qu’elle est le fruit d’un architecte emblématique, Le Corbusier (1887-1965), et d’un contexte historico-politique particulier, l’Inde indépendante (Kalia, 1987). Mais pour comprendre aujourd’hui les réalités et les perceptions de Chandigarh, il est nécessaire de confronter cette ville nouvelle – érigée en symbole depuis sa fondation – à son histoire et à ses transformations. En 1966, le Pendjab, dont elle était la capitale, est divisé entre l’Himachal Pradesh, le Pendjab et l’Haryana. Chandigarh devient le siège du pouvoir de ces deux États et d’un territoire de l’Union2 directement administré par Delhi. Ce nouveau statut politique et administratif donne une autre dimension et un nouveau rayonnement à la ville nouvelle. D’autre part, après avoir d’abord été décrite comme une ville-dortoir coupée de toute forme d’indianité, Chandigarh a progressivement été présentée comme une ville planifiée et attractive, un projet urbain exemplaire (Khan, 2009).

5Dans ce contexte, l’entrée de Chandigarh au patrimoine mondial de l’Unesco est régulièrement mentionnée ou évoquée comme un futur proche par les spécialistes de la ville nouvelle (Glancey, 2008). Pour les architectes locaux ayant participé à la constitution du dossier de candidature dans les années 2000, le devenir de Chandigarh semble de ce fait suspendu à ce classement qui consisterait tout autant en une forme de reconnaissance que de préservation. Pourtant, à la différence de Brasilia, de Tel Aviv ou du Havre, le dossier de candidature n’a à ce jour jamais abouti. Dans le même temps, plusieurs architectes indiens et étrangers s’alarment de la dilapidation du mobilier créé par Le Corbusier et son équipe pour la ville nouvelle indienne. Mal conservés et méconnus, ces objets sont aujourd’hui présentés lors de ventes aux enchères internationales sans que les habitants de Chandigarh ne soient au courant de leur valeur marchande et symbolique (Gentleman, 2008). Au-delà d’une méconnaissance ou d’un désintérêt pour le potentiel patrimonial de Chandigarh, la préservation de l’héritage urbain est de plus en plus confrontée à la question du développement et du devenir de la ville nouvelle. Désormais pôle attractif du nord-ouest de l’Inde, Chandigarh connaît aujourd’hui de fortes pressions foncières et démographiques. De ce fait, l’urbanisme de la ville nouvelle est remis en cause à l’aune des nouvelles activités économiques et des aspirations citadines (Sharma, 2007).

6Ville de fondation récente mais déjà chargée de significations historiques et culturelles, Chandigarh est donc l’objet d’interrogations quant à ses transformations et à son devenir entre projets patrimoniaux et nouveaux développements urbains. Cette situation complexe et contrastée soulève un ensemble de questions sur l’objet même de patrimoine, sur les processus de patrimonialisation et sur leur ambivalence. Le patrimoine peut être défini comme ce qui est censé mériter d’être transmis du passé pour trouver une valeur dans le présent. Il désigne des monuments, des pratiques et des objets non contemporains qui ont autant une valeur intrinsèque qu’un intérêt pour la société et les communautés (Nemery, Rautenberg & Thuriot, 2008). Dans le cas de Chandigarh, un programme de patrimonialisation viserait ainsi autant à valoriser un concept d’architecture moderne qu’un projet de ville idéale qui reflète les valeurs et les attentes de la société indienne à un moment donné de son histoire. Mais le patrimoine possède également une dimension idéologique dans la mesure où il implique des choix politiques et a un impact social. Ainsi à Chandigarh, ce n’est pas seulement le souvenir mais aussi toute l’actualité des symboles et des valeurs associés à cette fondation urbaine qui sont susceptibles d’être mobilisés dans la construction d’un patrimoine « exemplaire », c’est-à-dire qui correspond à une certaine représentation de la ville.

7Pour comprendre les processus contemporains de patrimonialisation à Chandigarh et leurs implications quant au développement urbain, il est nécessaire de revenir sur la fondation singulière de cette ville nouvelle et les mythifications dont elle a été l’objet. Telle qu’elle est parfois présentée par les autorités publiques, les architectes mais aussi par certains habitants, Chandigarh apparaît comme un objet exemplaire d’un point de vue architectural, urbain, politique et idéologique. Sa conception donne lieu à des récits de fondation ; certains aspects de son développement sont idéalisés. Pourtant, ce n’est pas toujours toute la ville et son histoire qui sont alors mises en avant, mais c’est le plus souvent une certaine représentation de Chandigarh et de sa fondation qui guide la reconnaissance et ensuite les processus de conservation. Il y a ici une mythification de la ville nouvelle qui conduit à la construction d’un objet patrimonial exemplaire et hautement symbolique. Le mythe est pluriel et il est créé par les différents acteurs du projet, mais aussi par les citadins d’hier et d’aujourd’hui. Le processus de mythification va de pair avec la constitution d’une genèse exemplaire, puis avec la mise en place d’un certain nombre de symboles qui peuvent être directement inscrits dans l’espace ou bien être retranscrits dans les discours et les représentations associées à la ville nouvelle.

Fondation d’une ville, ville de fondation

8Le 15 août 1947, la « partition », « monstrueuse vivisection » selon Gandhi, sépare, sur des bases religieuses, l’ancien Empire des Indes entre l’Union indienne, le Pakistan oriental et le Pakistan occidental, lesquels deviendront la République islamique du Pakistan. Le territoire indien est réorganisé sur un modèle fédéral, avec des États divisés en districts, par la Constitution de 1950 (Vaugier-Chatterjee, 2001). Dans ce cadre, le Premier ministre Jawaharlal Nehru lance un vaste plan de modernisation de l’Inde indépendante et un programme d’urbanisation est mis en route. Sous l’égide du Town Planning Institute de New Delhi, une cinquantaine de villes nouvelles sont créées pour des raisons administratives, militaires, industrielles ou pour accueillir les populations réfugiées suite à la partition. Ces villes sont les capitales des nouveaux États, parfois des centres d’industrialisation lourde (Kalia, 1987).

9Chandigarh fait partie de ce plan d’aménagement du territoire. Avec la partition, le Pendjab, « pays des cinq rivières » largement irrigué et « grenier à grains » de l’empire colonial, est coupé en deux. Près de 14 millions de personnes sont déplacées de part et d’autre des nouvelles frontières. Lahore, l’ancienne capitale à majorité hindoue, se trouve désormais au Pakistan et devient la capitale de la province pakistanaise du Pendjab (Vaugier-Chatterjee, 2001). Face à cette situation, le Pendjab indien doit donc être pourvu d’une nouvelle capitale. La principale ville de la région, Amritsar, cité sainte des Sikhs, ne convenait pas car elle était trop proche de la frontière. Simla, ancienne capitale d’été des Britanniques, fut un temps pressentie en raison de sa situation géographique centrale. Pourtant, sa filiation avec la colonisation et son manque d’accessibilité poussent les autorités indiennes à chercher un autre site. Elles envisagent un temps d’installer la capitale à Ambala, à Jullundur ou à Ludhiana, autres villes moyennes de la région, mais la fondation d’une ville nouvelle semble bien plus marquante. En particulier, elle paraît plus à même de compenser la difficile perte matérielle et psychologique de Lahore, centre économique et culturel de la région, et d’assurer la réhabilitation d’un Pendjab meurtri (Kalia, 1987). Après quelques hésitations, c’est donc un site le long de la voie ferrée au nord de New Delhi et à 200 kilomètres de la frontière pakistanaise qui est choisi pour Chandigarh.

10En tant que ville de fondation, Chandigarh témoigne des aspirations et du projet politique et social de la toute jeune Union indienne au lendemain de la partition. Mais la ville nouvelle s’inscrit aussi dans une histoire douloureuse et elle doit trouver sa place dans un contexte difficile : déplacements de population, perte d’une capitale administrative et culturelle, situation géopolitique complexe… Aussi, selon l’angle de vue privilégié, l’histoire de la ville nouvelle conforte soit une dimension mémorielle, soit une symbolique de transformation et de modernité. Soixante ans après la fondation, il semble que ce soit ce second choix qui ait été fait par les autorités et les habitants. Dans la bibliographie et les entretiens, ce sont en effet les discours de table rase du gouvernement indien et des architectes qui sont mis en avant (Kalia, 1987) et non pas le souvenir des villages préexistant sur le site de fondation et des 20 000 villageois déplacés (Sharma & Chitleen, 1999) ou le récit des conflits avec le Pakistan (Jaffrelot, 1996). Plutôt que les descendants des migrants de la partition, les résidents de Chandigarh interrogés se présentent avant tout comme les héritiers et les bénéficiaires d’un projet urbain innovant. Cette représentation de la fondation de la ville nouvelle a un impact sur les perceptions, les discours et les identités. Elle donne à voir une facette partielle mais marquante de la genèse de Chandigarh et participe de sa mythification à un premier niveau.

Symboliques de fondation : le motif de la rupture

11Au-delà d’une dimension mémorielle, la fondation de Chandigarh correspond pour l’Union indienne à l’affirmation d’une nouvelle organisation spatiale pour une nouvelle nation dans un contexte de bouleversement politique radical. Il est ici avant tout question de symboliser la puissance d’un nouvel État, face au monde mais tout particulièrement face au voisin pakistanais. Au sein de l’Inde indépendante, Chandigarh est conçue comme la ville du changement et de la modernité politique, économique et sociale (Prakash, 2002). Les orientations architecturales et les discours officiels reflètent l’idée de fondation d’une ville nouvelle, en rupture avec le passé, ouverte à l’avenir et au changement. Ce motif de la rupture est principalement conforté par le choix d’une architecture moderne (Khan, 2009). Le projet est d’abord confié à l’architecte américain Albert Mayer qui esquissera plusieurs propositions pour la ville nouvelle en 1949 mais qui abandonnera le projet en 1950, principalement en raison de la disparition de son collaborateur Matthew Nowicki. Le Corbusier et une équipe d’architectes issus du CIAM (Congrès international d’architecture moderne), Pierre Jeanneret (1896-1967), Jane Drew (1911-1996) et Maxwell Fry (1899-1987), reprennent alors le projet en 1951.

  • 3 Discours de Nehru au Seminar and Exhibition of Architecture, 17 mars 1959.

12Concevant la maison comme « une machine à habiter » (Le Corbusier, 1923), Le Corbusier défend une architecture rationnelle qui s’accorde avec les changements du monde contemporain et croit en l’idéal d’un urbanisme créateur de bonheur. Pour Chandigarh, Le Corbusier conçoit un plan en damier composé de secteurs, c’est-à-dire de quartiers de même taille et de même forme géométrique, séparés les uns des autres par des voies de circulation. La ville s’organise selon une séparation des fonctions urbaines : habiter, travailler, circuler et se récréer (Papillault, 2007). À la confluence des théories urbaines de Le Corbusier et des inflexions liées au contexte indien, Chandigarh est donc conçue dans une visée novatrice aux échelles nationales et internationales. Elle propose une véritable esthétique de la modernité indienne. Pour le Premier ministre indien Nehru, les changements instaurés par l’indépendance doivent être inscrits dans la ville nouvelle qui en devient une forme de manifeste. En 1959, il déclare ainsi : « L’architecture au sens large est le produit d’une époque. Elle ne peut être isolée des conditions sociales, des réflexions et des idéaux de la société à laquelle elle appartient. L’immobilité de l’architecture indienne ces deux ou trois derniers siècles reflète véritablement le manque d’évolution de la société indienne durant cette période3 ».

13Dans ce contexte, les représentations d’une modernité nouvelle en rupture avec le passé vont au-delà de théories novatrices en architecture. Elles sont à l’image d’un projet politique fort dont Nehru est le concepteur. Le Premier ministre a voulu faire de cette ville un symbole de l’Inde indépendante, débarrassée des passés moghol et britannique : « Une ville nouvelle, symbole de la liberté de l’Inde affranchie des traditions du passé, expression de la foi de la nation en l’avenir » (Prakash, 2002). La décision de construire Chandigarh n’est pas prise par les disciples de Gandhi qui défendent un mode de vie communautaire et traditionnel, mais par les représentants ambitieux d’un pays indépendant qui « attendent l’occasion de créer un monument à la gloire d’une nouvelle nation autonome et clairvoyante » (von Moos, 1979). Nehru souhaitait s’inspirer de la réussite des États-Unis et de l’Union soviétique tout en instaurant un nouveau modèle, une troisième voie qui donnera lieu à une politique étrangère de non-alignement. L’appel à la modernité était pour Nehru un moyen de stimuler le changement au sein de la jeune république : dans ce contexte, la fondation de Chandigarh s’apparente au projet postcolonial par excellence (Prakash, 2002).

Mythifications de Chandigarh

14La fondation et le développement de Chandigarh s’accompagnent de discours et de processus de mythification qui se jouent à différents niveaux et ont un impact sur sa représentation comme une ville exemplaire. Dès le début de son travail sur Chandigarh, Le Corbusier participe consciemment à la création d’un mythe de fondation autour de la ville nouvelle. Il cherche à en faire un symbole de ses réflexions architecturales et un manifeste de sa pensée sur la ville (Papillault, 2007). Ce sont notamment les écrits et les discours de Le Corbusier sur Chandigarh qui contribuent à cette mythification. Ses carnets de croquis, sa correspondance ainsi que les écrits regroupés dans ses Œuvres complètes en sont des indices précieux. Lors de son premier voyage en Inde, début 1951, l’architecte écrit ainsi à sa mère :

  • 4 Lettre de Le Corbusier à sa mère, datée du 4 mars 1951, citée par Rémi Papillault (2007).

Lundi 26 : un nouveau plan est né. Mardi 27 : ce plan est terminé avec les trois autres, cultiver le corps et l’esprit, travailler, habiter. Le point final est mis au plan de ce qui va devenir une ville unique au monde, construite pour réaliser la joie de vivre dans la simplicité. Il fallait pour cela venir aux Indes… Chandigarh sera une ville d’arbres, de fleurs et d’eau, de maisons aussi simples que celles du temps d’Homère et de quelques splendides édifices du plus haut modernisme où règne la règle mathématique4.

Il s’agit ici pour Le Corbusier de s’assurer la paternité d’un projet urbain ambitieux. Car si Chandigarh s’annonce comme son grand œuvre, il se doute que peu de personnes feront le voyage jusqu’en Inde et il décrit donc avec beaucoup de soin le projet. Il commande à cette fin un travail photographique à Lucien Hervé (1910-2007) qui l’accompagne à Chandigarh entre 1955 et 1961. L’élaboration du mythe de Chandigarh par Le Corbusier contribue à donner une dimension presque mystique au projet. La ville nouvelle devient pour certains architectes un espace sacré et un lieu de pèlerinage, d’expériences esthétiques fortes, de révélations. La traversée de la vallée des Loisirs permettrait ainsi aux citadins d’atteindre une expérience mystique et ontologique (Fondation Le Corbusier, 1995) : peu à peu, le marcheur s’éloigne de l’activité et des bruits de la ville ; il entre en relation avec la nature dans une attitude de recueillement ; sa promenade s’achève sur la contemplation des bâtiments monumentaux du Capitole derrière lesquels se détachent les premiers contreforts de l’Himalaya.

  • 5 Lettre de Le Corbusier à Nehru, non datée, citée par Ravi Kalia (1987, p. 117).
  • 6 Lettre de Le Corbusier à Nehru, citée par Prakash (2002, p. 136).

15La mythification de Chandigarh s’opère à un autre niveau avec la construction de symboliques fortes autour de la ville nouvelle. Dans un premier temps, seuls des monuments simples en béton sont envisagés pour Chandigarh. À l’image des pierres servant la construction de la ville nouvelle, ils sont censés rappeler aux citadins la fondation de leur ville. Mais le symbole de Chandigarh semble aujourd’hui être celui de la Main ouverte (Prakash, 2002). Il s’agit d’une grande sculpture sur l’esplanade du Capitole. Conçue par Le Corbusier, elle est issue de la poétique personnelle de l’architecte et les premières traces peuvent en être trouvées dans une de ses toiles de 1930, La Main rouge. Le Corbusier propose à Nehru : « le signe symbolique et évocateur de la “Main ouverte” : ouverte pour recevoir la richesse nouvellement créée, ouverte pour la donner aux citadins et aux autres hommes »5. Elle symbolise pour l’architecte la politique de non-alignement de l’Inde et son pouvoir politique (Prakash, 2002), tel qu’il l’écrit au Premier ministre indien : « Ce monument […] aura des conséquences éthiques importantes. Je suis sûr qu’en érigeant en ce lieu “La Main Ouverte”, l’Inde fera un geste qui corroborera votre intervention [à la Conférence de Bandung] qui est si décisive à cet instant crucial de l’évolution machiniste et de ses menaces6 ». Malgré l’enthousiasme de Nehru pour cette proposition, la Main ouverte n’est érigée qu’en 1985. Elle est alors largement reproduite sur les documents officiels et lors des campagnes publicitaires. Deux copies en sont même construites aux portes de Chandigarh. L’administration a choisi d’en faire un symbole fort de la ville à partir du début des années 1980. Elle lui a associé le slogan « ouverte pour donner, ouverte pour recevoir ». Dans les discours, d’autres interprétations de ce symbole coexistent : la main d’un pouvoir invisible, l’image de la générosité et de la magnanimité de la civilisation indienne… La Main ouverte apparaît dès lors comme un symbole d’une grande actualité et non pas comme une relique en mémoire de Le Corbusier.

  • 7 En 2012, ce revenu est de 128 634 roupies, contre 60 972 roupies au plan national, d’après le mini (...)

16La circulation d’autres représentations de cette ville aux échelles nationales voire internationales participe également du processus de mythification. Chandigarh se situe dans la région du Pendjab, dont la richesse lui vaut parfois le surnom de « Suisse de l’Inde ». Dans les années 1960, le Pendjab est l’un des États les plus favorisés par la « révolution verte » qui modernise les techniques agricoles. En conséquence, Chandigarh est l’une des villes les plus riches du pays, avec un prix au mètre carré parmi les plus élevés de l’Union indienne et un revenu annuel par habitant deux fois supérieur aux moyennes nationales7. Chandigarh est connue en Inde pour la qualité de ses institutions éducatives, ses technologies de pointe et la qualité de ses services. Les observateurs insistent souvent sur la qualité de vie de cette cité (Bhatnagar, 1996), classée depuis plusieurs années parmi les dix meilleures villes où vivre en Inde par le quotidien Times of India. Après une période de déclin dans les années 1970 et 1980, Chandigarh est désormais présentée et connue comme la « City Beautiful » de l’Inde, synonyme d’emplois et de réussite économique. L’urbanisme de Chandigarh a par ailleurs influencé celui des autres villes du pays, devenant un modèle pour les urbanistes indiens et inspirant le plan directeur de plusieurs villes nouvelles, telles que Salt Lake près de Kolkata (Chatterjee, 1990).

Représentations du patrimoine et processus de patrimonialisation à Chandigarh

17La revendication d’une reconnaissance de Chandigarh comme patrimoine architectural et idéologique s’opère progressivement et à plusieurs niveaux dans les décennies qui ont suivi sa fondation. En 1958, Le Corbusier imaginait déjà le classement comme monument historique du Capitole, cœur administratif de la capitale, mais sa demande avait été rejetée par les autorités indiennes. Dans les décennies suivantes, la valeur de témoignage puis de modèle d’urbanisme a été reconnue à Chandigarh, d’abord par les spécialistes indiens et étrangers, puis par certains habitants et autorités publiques (Khan, 2009). Comme il a pu être observé sur le terrain, elle est aujourd’hui l’objet de fierté et de discours de remémoration par les citadins qui citent presque toujours le projet de fondation comme un référent. L’attractivité de Chandigarh conforte l’image de réussite du projet urbain initial. Mais, bien que le plan de la ville ait été maintenu par l’administration, les entorses y sont de plus en plus nombreuses en raison de la pression démographique et du territoire circonscrit dont bénéficie la capitale régionale. Dans ce contexte, des architectes locaux et des associations réunissant les premiers habitants de la ville nouvelle insistent sur l’importance de reconnaître officiellement Chandigarh comme patrimoine et de protéger cet héritage (Joshi, 1999). À partir des années 1990, plusieurs architectes ont commencé à évoquer un classement au patrimoine mondial de l’Unesco, à la fois comme une nécessité pour la sauvegarde de l’héritage urbain et une ambition pour la reconnaissance du travail de Le Corbusier.

Des motivations patrimoniales parfois divergentes

18Si la fondation de Chandigarh a été représentée au travers d’un ensemble de symboles et de mythes qui prennent aujourd’hui un sens nouveau (Khan, 2009), le développement de cette ville nouvelle n’a pas toujours été l’objet de consensus et de louanges. En tant que témoignage de l’architecture moderne, Chandigarh n’a pas échappé aux critiques qui se sont multipliées contre ce mouvement. Dans les années 1970, la réalisation de Le Corbusier est considérée comme un échec par certains commentateurs qui lui reprochent son manque d’attractivité et d’« indianité » (Fishman, 1977, 1979). L’idéal de la ville, créée ex nihilo et vectrice de modernité, paraît dépassé. D’autre part, dans les années 1980, la ville semble se développer à l’encontre de certains des préceptes de sa fondation, malgré un contrôle architectural et urbain strict (Sharma, 2007). Chandigarh est alors décrite comme une ville nouvelle qui vieillit mal, avec la prolifération non planifiée des automobiles et la multiplication des constructions non autorisées. Si les spécialistes accordent encore une valeur de témoignage à la ville nouvelle, les discours de patrimonialisation sont peu présents. Pour les autorités et les acteurs locaux, il s’agit alors davantage de redynamiser la ville nouvelle plutôt que de la protéger, et ce quitte à modifier certains éléments de son schéma directeur initial.

19Le système du V8 qui consiste en une hiérarchisation des voies de circulation est ainsi progressivement transformé avec l’élargissement des routes, la destruction des espaces piétons et le non-respect de la charte d’arborisation. L’ajout d’un étage supplémentaire ou d’un balcon est autorisé par les autorités, et certaines constructions en hauteur en contradiction avec le plan directeur sont tolérées. Au-delà de transformations et d’ajustements fonctionnels de la ville telle que conçue quelques décennies plus tôt, il s’agit d’une remise en cause du modèle urbain proposé par l’équipe du CIAM. Les discours sur la ville nouvelle se transforment à partir de la fin des années 1990 avec le développement d’activités économiques autour des technologies de l’information, donnant un nouvel élan à Chandigarh. Cette dernière n’est plus seulement identifiée comme un pôle administratif, mais également comme un centre d’affaires et un espace résidentiel attractif (Khan, 2009). Dès lors, la singularité et l’exceptionnalité de la ville nouvelle sont remises en avant par les autorités locales et progressivement réappropriées par les habitants. Soixante ans après sa fondation, la ville est désignée par les citadins comme « la ville nouvelle de Le Corbusier ». Source d’une certaine fierté, l’héritage architectural et idéologique est désormais revendiqué. Les discours de patrimonialisation s’orientent cependant dans deux directions qui, sans être nécessairement contradictoires, impliquent des conceptions et des objectifs distincts.

20D’un côté, il s’agit de reconnaître Chandigarh comme patrimoine matériel et immatériel par l’attribution d’un statut spécifique afin de protéger un objet architectural et urbanistique emblématique du xxe siècle ainsi que les valeurs et les modes de vie qui lui sont associés. Cette logique s’inscrit dans un contexte de dégradation de la ville nouvelle à cause des entorses faites au plan directeur et aux règles d’architecture mais aussi de la mauvaise conservation des bâtiments. Soixante ans après la fondation, le béton brut de la plupart des édifices se dégrade et les techniques de restauration mises en œuvre ne sont pas appropriées (Joshi, 2005). La valeur de certains édifices ou espaces de la ville nouvelle est souvent méconnue par les habitants et les autorités locales. Il en est de même pour le mobilier créé par Pierre Jeanneret. Les mêmes chaises aujourd’hui vendues aux enchères en Europe ou aux États-Unis sont mises au rebut à l’arrière des écoles et des bâtiments publics. Cette première forme de patrimonialisation implique donc avant tout de répertorier les bâtiments et les différents aspects du projet urbain qui mériteraient d’être conservés, afin d’en assurer la sauvegarde, la reconnaissance, la restauration adéquate et l’entretien (Joshi, 1999).

21D’un autre côté, c’est l’idéal d’une ville moderne, prospère et tournée vers l’avenir qui est valorisé dans les discours de patrimonialisation. Les idéaux de fondation sont convoqués ou détournés au service du développement futur de la ville nouvelle. C’est alors un patrimoine probablement plus diffus, et réduit à une fonction avant tout idéologique – le motif de la modernité fondatrice – que les acteurs cherchent à mettre en avant. Les autorités locales y font notamment référence pour appuyer certains projets de développement qui vont pourtant à l’encontre du plan directeur, comme la construction d’espaces commerciaux dans les espaces résidentiels et récréatifs. Il est ici question de justifier mais aussi de relativiser les atteintes aux règles urbanistiques de la ville nouvelle par la référence à certaines de ses valeurs de fondation, sinon par leur instrumentalisation. Ainsi, s’il y a atteinte à un patrimoine matériel, c’est au bénéfice d’une continuité avec l’idée de modernité associée à la ville nouvelle.

Entre reconnaissance et protection : les aléas de la candidature Unesco

22En Inde, un monument ou un complexe architectural peut obtenir du gouvernement central le statut de patrimoine s’il a été construit il y a plus de cent ans et si les spécialistes lui reconnaissent une certaine valeur architecturale, historique, religieuse, sociale ou culturelle. Ce titre est synonyme de reconnaissance et permet d’acquérir un statut administratif particulier qui garantit sa conservation et son entretien, éventuellement sa restauration. Après l’obtention d’une dérogation, le statut de patrimoine national a été attribué à Chandigarh dans les années 1990, malgré sa fondation récente. Pourtant, de l’avis des spécialistes, ce titre n’a pas assuré une protection suffisante au plan d’urbanisme ainsi qu’aux concepts architecturaux et idéologiques de la ville nouvelle. Cette première patrimonialisation officielle ne répond pas aux exigences des défenseurs de l’héritage de Chandigarh et consiste davantage en une forme de reconnaissance qu’en une véritable sauvegarde. En particulier, elle s’avère de peu de secours face aux lacunes chroniques dans l’entretien des bâtiments, aux transformations régulières dont ils font l’objet, mais aussi aux restaurations hasardeuses provoquant parfois plus de dégâts que de bienfaits.

23Le cas du Capitole, complexe administratif situé au nord de la ville et composé de l’Assemblée, du Secrétariat et de la Haute Cour de justice, est révélateur. Entièrement conçu par Le Corbusier, le Capitole est un espace emblématique de la ville, considéré comme un haut témoignage de l’architecture moderne (Papillault, 2003). Lorsqu’en 1966, Chandigarh devient la capitale des États du Pendjab et de l’Haryana, les bâtiments administratifs sont partagés, sans respect des plans d’origine : séparation en deux des édifices, construction de cloisons et de murs, notamment dans le hall de l’Assemblée. Les concepts mais aussi la poétique architecturale du Capitole sont brutalement remis en question, en particulier l’image d’un lieu ouvert structuré autour de l’idée de vide, et celle d’un espace public et politique destiné aux citadins. Dans un deuxième temps, des opérations de modernisation des bâtiments administratifs participent à de nouvelles dégradations du complexe. Les aménagements sont faits sans véritable expertise ni prise en compte des problématiques de conservation : des faux plafonds et des caissons sont construits dans le Secrétariat ; les colonnes du hall de l’Assemblée sont partiellement recouvertes de lambris ; des climatiseurs sont installés sur les façades. Quant aux quelques travaux de restauration des bâtiments, ils sont effectués avec des techniques et des matériaux inadaptés dont les façades portent aujourd’hui les marques. Face aux dégradations, le Capitole est en première ligne des discours de patrimonialisation. Dans la mesure où le statut de patrimoine national ne protège pas suffisamment l’héritage urbain, de nouvelles stratégies de conservation sont initiées.

24La question d’une candidature au patrimoine mondial de l’Unesco commence à être évoquée par des spécialistes indiens et étrangers de la ville nouvelle dans les années 1990. Sur une proposition de la Fondation Le Corbusier à Paris, une première réunion est organisée en 2003 à Chandigarh. La candidature est présentée en 2005 à une époque où l’entrée à l’Unesco de l’œuvre de Le Corbusier est en discussion dans plusieurs pays européens. Le dossier propose le classement du plan directeur ainsi que d’un certain nombre de secteurs et de bâtiments : les édifices du Capitole, l’université, le complexe culturel, le secteur 22… Ces choix sont guidés par une volonté de préserver avant tout l’héritage architectural et urbanistique de la ville nouvelle. Ils sont soutenus par les spécialistes de Chandigarh et les architectes ayant participé à sa fondation. Pourtant, sous la pression du gouvernement central, la candidature de Chandigarh est retirée au dernier moment. Lors des entretiens, les responsables indiens en charge du dossier expliquent ce retrait brutal par le manque de communication entre les différentes instances politiques et administratives en place dans la capitale régionale : État Fédéral, États du Pendjab et de l’Haryana, municipalité.

25Par ailleurs, l’incident révèle selon eux deux problèmes sous-jacents concernant la conservation et la patrimonialisation. D’une part, contrairement à la plupart des États indiens, Chandigarh ne possède pas de département pour la culture et donc la protection du patrimoine. Dans ce contexte, la charge du dossier de candidature à l’Unesco était partagée entre plusieurs départements qui n’avaient pas forcément la même vision et les mêmes objectifs. D’autre part, du fait des fréquents changements d’administration liés au statut particulier de Chandigarh, territoire de l’Union et capitale régionale, il n’y a pas de continuité entre les gouvernements et donc de véritable suivi quant à la candidature au patrimoine mondial. Aussi, bien que plusieurs architectes et urbanistes de Chandigarh aient activement participé à la constitution du dossier de candidature, il ne semble pas y avoir eu un soutien politique et administratif coordonné du côté indien pour le classement à l’Unesco. Si les annonces de candidature au patrimoine mondial se sont multipliées depuis, elles n’ont à ce jour pas abouti et ce, a priori, en raison des mêmes dysfonctionnements. Alors qu’un nouveau dossier de candidature est en préparation, les expériences précédentes mettent en évidence la nécessité de réfléchir aux implications d’un éventuel classement qui, à la différence du statut de patrimoine national, aurait un impact considérable à la fois sur les représentations de la ville nouvelle mais surtout sur son développement urbain. Mais quels seraient les traits de la ville qui se verrait en somme inscrite, reconnue et protégée par un éventuel statut de patrimoine mondial ?

Quelle ville patrimoniale ?

26L’identification – et donc la sélection – des éléments, des quartiers, ainsi que des représentations urbaines jugés représentatifs, implique de tenir compte de leurs devenirs et de leurs usages, en particulier lorsque ceux-ci semblent éloignés des attentes patrimoniales. Les bâtiments, le plan de la ville et les concepts mentionnés dans le dossier de candidature de 2005 ont en effet connu de nombreuses transformations depuis les années 1960. Le secteur 22 accueille par exemple aujourd’hui un grand marché couvert spécialisé dans l’habillement et les textiles : des commerces informels installés sur un emplacement vide dans les années 1980 et qui ont progressivement été remplacés par des constructions en dur. D’abord menacé par les autorités en raison de sa non-conformité vis-à-vis du plan originel, ce bazar très populaire est aujourd’hui toléré par l’administration tout comme une partie des constructions informelles de Chandigarh. Il est probable qu’en cas de protection au titre du patrimoine mondial, la question du devenir de ce marché se poserait, de même que celle du statut de nombreuses constructions informelles, souvent bâties depuis plusieurs années et parfois tacitement légalisées (Sarin, 1982). Si Chandigarh entre au patrimoine mondial, les règles qui régissent le développement urbain et les constructions devront être appliquées et le contrôle urbain risque de devenir plus strict, dans un contexte pourtant évident de densification et de pression démographique.

27La question du devenir se pose de manière comparable à l’égard de nombreux bâtiments et monuments construits à Chandigarh après la mort de Le Corbusier, comme la Tour des ombres, la Colline géométrique et la Main ouverte sur le Capitole. Bien qu’il n’ait pas été conçu par l’architecte franco-suisse, un musée de l’architecture et de la ville a par ailleurs été construit dans le complexe culturel, sur le modèle d’une autre réalisation de Le Corbusier en Suisse. Dans la perspective de l’entrée au patrimoine mondial, l’administration de Chandigarh envisage de compléter ces réalisations d’après les projets de l’architecte franco-suisse. Un débat est donc en cours pour savoir s’il faut construire le Palais du gouverneur, proposition de Le Corbusier la plus aboutie et dont on dispose de nombreux documents, ou le musée de la Connaissance, projet esquissé tardivement par l’architecte franco-suisse. Au-delà, les interrogations portent sur la pertinence de ces nouvelles constructions, Rémi Papillault émet l’hypothèse d’une poétique de l’inachèvement pour le Capitole qui serait un choix de Le Corbusier, « condition même de la modernité » (2003). Dans cette perspective, la tentation d’un patrimoine exemplaire peut aussi conduire à un écart vis-à-vis des idéaux de fondation, voire à une transformation du projet urbain. Les processus de patrimonialisation dépendent de la lecture de l’œuvre urbaine et de ses symboliques.

28Les discussions autour d’un classement à l’Unesco soulèvent la question du statut de Chandigarh non pas en tant que projet urbain idéal mais qu’espace organique objet de nombreuses transformations depuis sa fondation. Comme évoqué précédemment, Chandigarh est aujourd’hui différente de la ville qui avait été pensée et construite par les architectes du CIAM. Ce changement ne doit pourtant pas systématiquement être analysé comme une entorse au plan directeur mais constitue aussi une forme d’appropriation de la ville nouvelle par ses habitants. D’autre part, ces transformations n’entrent pas forcément en contradiction avec les principes de fondation ; elles peuvent aussi en être un héritage, un prolongement. Dans ses recherches sur Chandigarh, Rémi Papillault se réfère aux travaux d’Umberto Eco (1962, 1965) et qualifie ainsi la ville nouvelle d’« œuvre ouverte », c’est-à-dire une création urbaine qui, malgré sa monumentalité et son corpus conceptuel, laisse place au mouvement, aux transformations et aux interprétations (Papillault, 2011). L’ouverture serait ainsi présente dans la conception même de Chandigarh par Le Corbusier. Dans cette perspective, les processus de patrimonialisation ne doivent pas être synonymes d’immobilité ni participer de la sauvegarde de la ville indienne telle qu’elle était dans les années 1960, mais ils doivent véritablement prendre en compte le temps comme l’une des dimensions du projet urbain et admettre ainsi tout un ensemble de transformations comme parties prenantes de la ville nouvelle. Pourtant, le maintien de cet équilibre ténu entre sauvegarde et appropriation semble complexe au regard des logiques de patrimonialisation et particulièrement avec la question du classement à l’Unesco. Tel qu’elle le définit, le statut de patrimoine mondial est en effet censé participer à la sauvegarde et à la transmission d’objets ou de sites exceptionnels, non pas à l’achèvement de projets urbains ambitieux.

Patrimonialisation et développement urbain : des relations ambivalentes

  • 8 Il s’agit d’un système de demi-pension chez l’habitant et communément désigné « PG ».

29C’est la question du développement urbain qui se pose face aux processus de patrimonialisation et qui en révèle toute l’ambivalence. Chandigarh est aujourd’hui une capitale régionale dynamique qui attire de plus en plus de citadins pour des raisons professionnelles, éducatives ou résidentielles. Conçue au départ pour 150 000, puis 500 000 habitants, l’agglomération que forment Chandigarh avec les villes-satellites de Mohali et de Panchkula en compte désormais le triple. La ville nouvelle est de ce fait en proie à des processus importants de densification (Khan, 2009). D’une part, il est de plus en plus difficile à la fois pour les autorités publiques et pour les entreprises privées de trouver suffisamment d’espaces de travail adéquats dans la ville nouvelle. Le développement de nouveaux services et de commerces adaptés aux attentes des citadins semble également entravé, comme en témoignent les critiques de plusieurs associations de résidents interrogées lors de l’enquête de terrain. D’autre part, les infrastructures urbaines subissent une pression croissante. Chandigarh ne bénéficie pas de suffisamment de logements pour accueillir les migrants qui affluent vers la ville nouvelle et les classes moyennes ne trouvent souvent pas de maisons adaptées à leurs attentes ou à leurs budgets. Pour pallier la demande de logement, les locations informelles et les systèmes de paying guest8 se multiplient dans la ville, notamment à destination des étudiants et des jeunes professionnels. Par ailleurs les bidonvilles se sont développés à l’intérieur de Chandigarh ainsi qu’aux frontières du territoire de l’Union, accueillant les travailleurs peu qualifiés venus à Chandigarh de toute l’Inde du Nord pour saisir les opportunités d’emplois dans les secteurs des petits services et de la construction (Sarin, 1982).

30Dans ce contexte, le plan directeur et les concepts de fondation sont régulièrement remis en question au regard des pressions urbaines. Les infractions au plan et aux règles de construction se multiplient et elles sont autant le fait des autorités publiques que des acteurs privés. Pourtant, si ces entorses entrent en contradiction avec certains aspects des processus de patrimonialisation, elles témoignent également d’une réappropriation des idéaux de fondation de modernité et de rupture. Il s’agit dès lors de réinventer Chandigarh de manière à renouer avec certains de ses objectifs premiers, tel l’idéal d’une ville ouverte à tous ou d’un espace miroir des transformations socioéconomiques de l’Union indienne. Les questions contemporaines de développement urbain, de transformations du plan et de modifications du bâti révèlent toute l’ambivalence de la patrimonialisation entre sauvegarde d’un patrimoine matériel et reconnaissance d’un patrimoine idéologique.

Problématiques contemporaines de développement urbain à Chandigarh

31En 1952, Le Corbusier conçoit un premier plan qui établit vingt-cinq secteurs pour la ville nouvelle. Les limites des cinq secteurs suivants sont indiquées en pointillés sur le document iconographique dans la mesure où il n’était pas envisagé que la ville nouvelle se développe au-delà (Kalia, 1987). La construction de ces trente secteurs, appelée première phase d’urbanisation, se fait entre 1951 et 1966 sous la direction de Pierre Jeanneret. Dans la mesure où Chandigarh a attiré de nombreux migrants, l’extension urbaine s’est poursuivie, d’abord dans la deuxième phase des secteurs 31 à 47 entre 1966 et 1986, puis dans la troisième phase des secteurs 48 à 56 de 1986 à nos jours. Ces développements urbains témoignent d’écarts croissants vis-à-vis des principes de fondation. Si le plan de Chandigarh était corrélé à une volonté de maîtrise de l’espace urbain et de son développement, la question de sa transgression se pose aujourd’hui dans un contexte de pressions démographiques, urbaines et économiques. Ces transformations de l’organisation urbaine et du bâti questionnent pourtant la patrimonialisation plus qu’elles ne la remettent en cause dans la mesure où les concepteurs avaient anticipé ces problématiques de développement urbain.

32Ainsi, si Le Corbusier défendait pour Chandigarh l’idée d’une ville moyenne avec une population limitée, il avait aussi pressenti le risque de la pression démographique et de la densification. Il avait donc préconisé par avance de remplacer les maisons individuelles et les petits logements collectifs par des unités d’habitation en hauteur, sur le modèle de celles de la cité radieuse à Marseille (Papillault, 2007). Dans cette perspective, c’est l’idée d’une ville ouverte au temps et aux changements qui est censée être mise en avant par les processus de patrimonialisation. Les solutions proposées par Le Corbusier sont régulièrement discutées par les spécialistes, comme ce fut le cas lors du cinquantenaire de la ville. Pourtant, elles semblent difficiles à mettre en place, en raison d’une part du système de propriété privée et d’autre part du manque d’adhésion citadine à ce modèle de développement urbain. Dans ce contexte, les transformations urbaines et résidentielles de Chandigarh ne sont pas guidées par les garde-fous mis en place par les architectes fondateurs.

33Théoriquement, la deuxième phase de développement est censée respecter la réglementation établie par les architectes fondateurs. Ce corpus législatif est toujours en vigueur et a été lourdement amendé. Le Development and Regulation Act de 1952 établit 119 articles pour régir l’édification de la ville : permis de construire, hauteur minimum des pièces, types de matériaux utilisés, qualification des architectes employés… Le System of Construction and Architectural Treatment of Exterior Control réglemente les constructions dans le secteur 17 et le long des voies de circulation V2. Le Full Architectural Control concerne les bâtiments commerciaux le long des V4. Le Frame Control se rapporte aux matériaux ainsi qu’à la dimension des façades et de leurs ouvertures. Il est complété par l’Architectural Control et le Schematic Design. De nombreux architectes se sont plaints de la lourde législation qui entoure toute construction. Certaines dérogations ont donc peu à peu été accordées dans la deuxième phase de développement, d’abord pour le choix du style et des couleurs des bâtiments, puis concernant les formes et les volumes de construction.

34La troisième phase s’éloigne grandement des principes d’urbanisme et d’architecture des fondateurs. En raison du manque de terrains libres sur le territoire de Chandigarh, de nombreux immeubles d’habitation collective ont été développés au sud de la ville. Par ailleurs, la majeure partie des principes qui présidaient à l’édification des premiers secteurs – hiérarchisation des voies de circulation, ségrégation des fonctions urbaines, autosuffisance des espaces résidentiels, espaces verts – a été oubliée. De la même manière, une partie de la zone industrielle a été peu à peu transformée en secteur commercial avec la construction de centres commerciaux d’inspiration nord-américaine. Des autorisations spéciales ont été données aux entreprises chargées de l’aménagement de cet espace afin qu’elles n’aient pas à respecter les règles architecturales en vigueur à Chandigarh. Le Central Mall constitue le centre de cette nouvelle zone commerciale : édifice en verre de 30 mètres de haut et de 13 300 mètres carrés, il accueille des cinémas, des boutiques et des restaurants. Le choix d’une architecture de métal et de verre, radicalement différente de l’esthétique de Chandigarh, témoigne à la fois de nouvelles aspirations en termes de développement urbain et d’une volonté des autorités de rompre avec l’esthétique mais aussi les principes de fondation de la ville nouvelle.

35Cette impression de rupture au sein du projet urbain et de son développement est lisible au travers des perceptions contemporaines de Chandigarh par ses habitants. Lors des entretiens, plusieurs résidents ont en effet évoqué une représentation fragmentée de la ville nouvelle. Selon eux, un urbanisme conforme au souhait des fondateurs peut être observé jusqu’au secteur 30. Du secteur 31 au 40, le bâti et l’organisation urbaine doivent plutôt être qualifiés d’urbanisme mixte, au croisement d’une pensée originelle de la ville nouvelle et d’une architecture dite indienne. À partir du secteur 41, la capitale s’apparenterait à l’inverse aux autres villes indiennes. Ce redécoupage de la ville nouvelle a un impact sur les représentations urbaines mais aussi sur les processus de patrimonialisation et donc sur le choix des formes de développement urbain. Pour certains résidents, Chandigarh s’arrête à partir du secteur 30. Au-delà, il s’agirait d’une « ville indienne » comme une autre, exempte de toute exceptionnalité. De ce point de vue, les processus de sauvegarde et de reconnaissance ne peuvent concerner que les premiers secteurs de la ville, à l’image des propositions faites pour le classement à l’Unesco. À l’inverse, d’autres citadins associent la partie sud de Chandigarh à une relecture du fonctionnalisme et des idéaux de modernité. Ces développements urbains récents témoigneraient d’une réappropriation des concepts de fondation de Le Corbusier et de Nehru et donc d’une réinvention de la ville nouvelle. C’est un concept d’organisation urbaine qui est ici reconnu, valorisé et mis au service de certains projets urbains s’inscrivant dès lors dans une perspective de filiation idéologique.

L’exemple de l’Information Technology Park de Chandigarh

  • 9 Conférence de presse du 4 mai 1951, rapportée par Rémi Papillault, d’après les archives de la Fond (...)

36Au lendemain de l’indépendance, Chandigarh est pensée comme une ville nouvelle fondée sur un plan innovant qui vise à instaurer une certaine conception de l’urbanité et de la citadinité. Les fondateurs ont donc cherché à assurer la pérennité de ce plan directeur afin de limiter les transformations de l’espace urbain. En 1952, le Periphery Control Act établit ainsi une règle de non-construction autour de la ville dans un rayon de 8, puis de 16 kilomètres. Pour Le Corbusier, « il n’y a pas de banlieue possible à Chandigarh9 ». Ce principe est pourtant mis à mal dès les premiers temps de la ville nouvelle du fait de l’installation d’une base militaire et de complexes industriels plus importants que prévu. Avec la division de 1966, les constructions s’accélèrent en périphérie de Chandigarh à l’encontre des principes de fondation. Les villes-satellites Mohali et Panchkula constituent une véritable violation du Periphery Act Control, mais le statut de territoire de l’Union de Chandigarh ne permet plus d’empêcher ce type de développement urbain.

  • 10 L’Inde a été le cadre de la création de nombreux parcs technologiques à partir du début des années (...)

37C’est ainsi que le Rajiv Gandhi Chandigarh Technology Park (IT Park) a été développé au nord-est de la ville sur la ceinture verte instaurée et protégée par la loi de 1952. À l’origine, cette partie limitrophe de Chandigarh, composée de terres agricoles, d’espaces verts et de petites forêts, était destinée à limiter l’extension urbaine et à préserver la qualité atmosphérique de la ville. Au début des années 2000, le territoire de l’Union a décidé de convertir cette zone de plusieurs centaines d’hectares en un parc technologique conçu pour accueillir près de 25 000 employés10. Le projet fait l’objet d’un soutien massif des pouvoirs publics : exemptions de taxes ; statut de zone économique spéciale octroyé par le gouvernement central, qui participe également à la construction d’infrastructures ; expropriations par l’État en échange de faibles compensations ; revente des terrains à des promoteurs immobiliers privés. En apparence, la construction du parc technologique s’oppose à une logique de patrimonialisation dans la mesure où il enfreint le plan originel de la ville et la législation qui lui est attachée. Ses créateurs estiment pourtant qu’il s’agit avec ce projet de renouer avec une certaine idée de la Chandigarh des origines, tournée vers la modernité et la prospérité. Au détriment d’un patrimoine urbanistique, c’est donc un patrimoine idéologique qui a été ici mis en avant par les promoteurs avec le soutien des autorités publiques.

38Le développement du IT Park s’est fait en plusieurs phases. La première partie du parc est occupée par des immeubles de bureaux, où s’installent des entreprises nationales et internationales ; un centre commercial a également été construit. La deuxième phase de développement avait pour objet de fournir des logements aux employés, mais les appartements construits dans les condominiums sont vendus ou loués à des coûts souvent trop élevés pour les migrants. De fait, la plupart des logements soit n’ont pas été construits, soit n’ont pas trouvé preneurs et la deuxième phase du parc technologique prend l’allure d’un grand terrain vague encerclé de barrières bien gardées. Bien que les deux premières phases ne soient toujours pas achevées, une troisième phase de développement a été lancée à la fin des années 2000. Entre-temps, les opposants ont transformé leurs modes d’action, avançant parmi leurs arguments l’impact écologique du parc technologique. Les terrains sont en effet parcourus de forêts qui fournissent un apport important d’oxygène à Chandigarh, et le site se trouve aux abords du lac Sukhna, espace naturel fragile. Un recours en justice a permis de stopper provisoirement l’extension du parc technologique en 2009.

39Les nouveaux développements impliquent un apport important de population à Chandigarh, ce qui accroît la pression sur les infrastructures et sur l’environnement sans pour autant résoudre les problèmes de densification. Lors de l’enquête de terrain, plusieurs entretiens ont été réalisés parmi les premiers résidents de Chandigarh qui se sont opposés à ce type de transformations urbaines, et notamment à la construction du IT Park. Le discours de ces citadins n’est pas ici associé à un refus de tout changement mais relève davantage d’un souci pour l’héritage d’une ville nouvelle exemplaire et pour son impact sur la vie quotidienne des citadins. Selon eux, la majorité des infractions au plan directeur ne participent nullement de l’amélioration de la ville nouvelle. Un groupe d’habitants s’est formé dans les années 1990 autour de quelques-uns des premiers résidents, d’architectes et de personnalités de Chandigarh afin de protéger la ville nouvelle de la densification ainsi que de la destruction des bâtiments et règles d’urbanisme. Il rassemble notamment M.N. Sharma, ancien architecte en chef de Chandigarh ; Madhu Sarin, urbaniste ; Manmohan Sarin, avocat et R.P. Bambah, ancien vice-président de l’Université du Pendjab. Pour eux, l’enjeu n’est pas d’enfermer la ville dans une logique patrimoniale mais de conserver certains idéaux de fondation malgré le nécessaire développement urbain. Selon cette logique, de nouvelles constructions à la verticale peuvent être édifiées, mais elles doivent avant tout être créées pour accueillir les populations en mal de logements à Chandigarh. Par ailleurs, la création constante d’activités attractives doit être réduite afin de stopper l’apport massif de population dans la ville nouvelle qui n’est plus capable de les accueillir. C’est dans cette perspective que la fondation du parc technologique est critiquée. Dans une lettre adressée à la présidente du parti du Congrès Sonia Gandhi en juillet 2006 et intitulée « Protéger ou sauver Chandigarh », le groupe des premiers résidents explique ainsi :

  • 11 Document collecté sur le terrain.

À cause de pressions indésirables et d’intérêts particuliers, Chandigarh est en train de se dégrader à grande vitesse. La croissance incontrôlée autour de la ville en violation avec la loi de contrôle périphérique de 1952 et l’émergence de villes-satellites en expansion permanente privent les paysans de leurs terres et de leur source de revenu en échange de faibles compensations financières. Les dirigeants acquièrent les terres agricoles de la ceinture verte et les revendent à grand profit aux promoteurs immobiliers. Ces aménagements ainsi que la croissance rapide de la ville accroissent la pression sur les infrastructures. Il faut craindre que d’ici peu, la City Beautiful subisse le même sort que les autres villes indiennes chaotiques. Nous qui vivons dans cette ville depuis ses débuts et qui avons participé à son développement sollicitons vivement votre soutien bienveillant, votre aide et votre protection immédiate pour Chandigarh afin de lui assurer une croissance régulée et sauver ainsi son avenir11.

*

40Telle qu’elle a été pensée et créée au lendemain de l’indépendance de l’Inde en 1947, la ville de Chandigarh est le fruit d’un ensemble de concepts. Concepts d’architecture et d’urbanisme, concepts politiques et économiques, concepts sociaux, liés à un certain mode de vie (Papillault, 2007). Cet ensemble constitutif est perçu de différentes manières tant par les habitants que les spécialistes et donne lieu à différents discours et représentations sur Chandigarh. Ville de fondation, illustration de la naissance de l’Inde moderne, geste créateur associé à la personnalité de Le Corbusier, Chandigarh fait également l’objet de discours et de processus de patrimonialisation qui se multiplient à différentes échelles temporelles et spatiales. Ces discours sont le fait des fondateurs eux-mêmes, des autorités publiques, des spécialistes mais aussi des habitants. Ils témoignent à la fois d’une volonté de reconnaissance et d’un souci de sauvegarde de l’héritage des architectes européens et des politiciens indiens du lendemain de l’indépendance, ou en tout cas de leurs mythifications. La patrimonialisation sous-tend tout autant la mise en avant d’un objet architectural et urbanistique, que d’un corpus idéologique. Une certaine représentation de la ville nouvelle est mise en avant pour appuyer et justifier telle permanence ou telle transformation.

41Dans ce contexte, les différents discours de patrimonialisation peuvent se révéler contradictoires et témoigner d’aspirations urbaines, économiques et sociales différenciées pour la ville nouvelle. Les processus de patrimonialisation ont de ce fait un impact sur le développement urbain et sur le devenir de Chandigarh. Les exemples contrastés de la candidature au patrimoine mondial et du développement du parc technologique témoignent bien des écarts entre les différentes modalités du développement de Chandigarh, de la préservation d’un héritage urbain à l’actualisation des idéaux de fondation. Pourtant, au-delà d’une mise en exergue de l’ambivalence des discours et des processus de patrimonialisation, l’analyse révèle aussi l’ambiguïté même de la définition de l’objet patrimoine et des motivations qui poussent à son évocation, sa reconnaissance ou sa protection. La mise en patrimoine ne s’apparente pas à un processus unique mais elle sous-tend un ensemble de représentations ainsi que d’enjeux urbains, économiques, politiques et sociaux. Dans cette perspective, tout discours ou processus de patrimonialisation implique un certain type de développement urbain et a donc un impact sur les identités urbaines et citadines.

Bibliographie

Bhatnagar V.S. (1996), Chandigarh, the City Beautiful: Environmental Profile of a Modern Indian City, New Delhi, S.B. Nangia / A.P.H. Publishing Corporation.

Chatterjee D.P. (1990), « Bidhan Nagar: from Marshland to Modern City », dans Sukanta Chaudhuri (dir.), Calcutta: The Living City, 2. The Present and the Future, Calcutta / New York, Oxford University Press.

Chauvin Sophie & Lemoine Françoise (2004), « L’économie indienne en bonne voie », dans Isabelle Bensidoun & Agnès Chevallier (dir.), L’Économie mondiale 2005, Paris, La Découverte, « Repères », p. 70-83.

Dorso Franck (2007), « Batailles territoriales et symboliques autour de la muraille de Théodose II à Istanbul », Espaces et sociétés, no 130, p. 103-117.

Eco Umberto (1962, 1965), L’Œuvre ouverte, Chantal Roux de Bézieux & André Boucourechliev (trad.), Paris, Éditions du Seuil.

Evenson Norma (1966), Chandigarh, Berkeley, University of California Press.

Fishman Robert (1977, 1979), L’Utopie urbaine au xxe siècle : Ebenezer Howard, Franck Lloyd, Le Corbusier, Paulette Guillitte (trad.), Bruxelles, Éditions Pierre Mardaga, « Architecture + Recherches ».

Fondation Le Corbusier (éd.) (1995), Le Corbusier : la ville, l’urbanisme, Paris, Éditions de la Fondation Le Corbusier.

Gentleman Amelia (2008), « Avant-garde City of Chandigarh, India, Loses Overlooked Treasure », The New York Times, 29 février.

Glancey Jonathan (2008), « The Pearl of Punjab », The Guardian, 28 janvier.

Jaffrelot Christophe (dir.) (1996), L’Inde contemporaine : de 1950 à nos jours, Paris, Fayard.

Jangra J.K. & Dhariwal R.K. (2008), Chandigarh: Urban Development Laws, Chandigarh, Haryana Rent Reporter.

Joshi Kiran (dir.) (2005), Corbusier’s Concrete: Challenges of Conserving Modern Heritage, Chandigarh, Chandigarh Perspectives.

Joshi Kiran (1999), Documenting Chandigarh: The Indian Architecture of Pierre Jeanneret, Edwin Maxwell Fry, Jane Beverly Drew, Ahmedabad / Chandigarh, Mapin Publishing / Chandigarh College of Architecture.

Kalia Ravi (1987), Chandigarh: The Making of an Indian City, New Delhi / New York, Oxford University Press.

Khan Hasan-Uddin (dir.) (2009), Le Corbusier: Chandigarh and the Modern City: Insights the Iconic City Sixty Years Later, Ahmedabad, Mapin Publishing.

Le Corbusier (1970), Œuvres Complètes : 1952-1957, Zurich, Éditions d’architecture Artemis, vol. 4.

Le Corbusier (1923), Vers une architecture, Paris, Crès, « L’esprit nouveau ».

Moos Stanislaus von (1979), Le Corbusier’s Elements of a Synthesis, Cambridge, MIT Press.

Nemery Jean-Claude, Rautenberg Michel & Thuriot Fabrice (dir.) (2008), Stratégies identitaires de conservation et de valorisation du patrimoine, Paris, L’Harmattan, « Administration et aménagement du territoire ».

Papillault Rémi (2011), Chandigarh et Le Corbusier : création d’une ville en Inde, 1950-1965, Yannis Tsiomis (préf.), Toulouse, Poësis Éditions.

Papillault Rémi (2007), Chandigarh, Paris, Institut français d’architecture, « Portrait de ville ».

Papillault Rémi (2003), « La tentation du sacré sur le Capitole de Chandigarh » dans Le Symbolique, le sacré, la spiritualité dans l’œuvre de Le Corbusier, Fondation Le Corbusier (éd.), Paris, Éditions de La Villette / Fondation Le Corbusier, p. 67-85.

Prakash Vikramaditya (2002), Chandigarh’s Le Corbusier: The Struggle for Modernity in Postcolonial India, Ahmedabad, Mapin Publishing.

Poulot Dominique (1998), Patrimoine et modernité, Paris, L’Harmattan, « Chemins de la mémoire ».

Rufenacht Antoine et al. (2002), Brasilia, Chandigarh, Le Havre :portraits de villes, Paris, Somogy.

Sarin Madhu (1982), Urban Planning in the Third World: The Chandigarh Experience, Londres, Mansell Publishing.

Sharma Kavita & Chitleen K. Sethi (1999), Chandigarh Lifescape: Brief Social History of a Planned City, Chandigarh, Meeta & Rajivlochan.

Sharma M.N. (2007), « Chandigarh Experiment at Crossroads », Hindustan Times, 16 juillet.

Vaugier-Chatterjee Anne (2001), Histoire politique du Pendjab de 1947 à nos jours, Paris, L’Harmattan, « Recherches asiatiques ».

Notes

1 Terrain réalisé en février et mars 2010.

2 Il s’agit d’un statut territorial particulier en Inde. Les territoires de l’Union sont au nombre de sept et peuvent être organisés de deux manières différentes. Cinq d’entre eux sont directement dirigés par le gouvernement central et possèdent un administrateur (Chandigarh, îles Andaman et Nicobar, Dadra et Nagar Haveli, Daman et Diu, Lakshadweep). Les deux autres territoires ont un véritable gouvernement et les citoyens y élisent une assemblée (Pondichéry et Delhi).

3 Discours de Nehru au Seminar and Exhibition of Architecture, 17 mars 1959.

4 Lettre de Le Corbusier à sa mère, datée du 4 mars 1951, citée par Rémi Papillault (2007).

5 Lettre de Le Corbusier à Nehru, non datée, citée par Ravi Kalia (1987, p. 117).

6 Lettre de Le Corbusier à Nehru, citée par Prakash (2002, p. 136).

7 En 2012, ce revenu est de 128 634 roupies, contre 60 972 roupies au plan national, d’après le ministère indien des Statistiques et de la Mise en œuvre des programmes (Ministry of Statistics and Programme Implementation), dans « Per Capita Income: Chandigarh 3rd », The Financial Express, 1er mai 2012, en ligne : http://archive.financialexpress.com/news/per-capita-income-chandigarh-3rd/943793 (juin 2015).

8 Il s’agit d’un système de demi-pension chez l’habitant et communément désigné « PG ».

9 Conférence de presse du 4 mai 1951, rapportée par Rémi Papillault, d’après les archives de la Fondation Le Corbusier (2007, p. 27).

10 L’Inde a été le cadre de la création de nombreux parcs technologiques à partir du début des années 1990. Ils bénéficient d’avantages fiscaux, sont créateurs d’emplois et représentent une certaine idée du renouveau de l’Inde au lendemain des réformes de libéralisation économiques (Chauvin & Lemoine, 2004).

11 Document collecté sur le terrain.

Auteur

Anna Dewaele est doctorante en géographie à l’École des hautes études en sciences sociales et au CEIAS (Centre d’étude de l’Inde et de l’Asie du Sud). Ses recherches portent sur les problématiques de citadinité et de réappropriation urbaine dans les villes nouvelles indiennes.

© Presses universitaires de Lyon, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search