Version classiqueVersion mobile

Changer de prénom

 | 
Baptiste Coulmont

Conclusion : les institutions du soi

Texte intégral

1Une fois le changement de prénom accepté, le dossier est transmis à une greffière du parquet : il lui revient la tâche de contacter les mairies détenant les actes de naissance et de mariage du demandeur, mais aussi les mairies où sont nés les enfants du demandeur. Ces actes de naissance et de mariage, en effet, doivent être modifiés, pour qu’en marge de ces papiers soit inscrit le nouveau prénom. Une naissance, deux mariages, trois enfants, et voici six mairies à contacter. Ce travail d’authentification du changement prend en général plusieurs mois. La personne ayant changé de prénom devra ensuite faire modifier carte d’identité, passeport, carte Vitale... et toutes les bases contenant son prénom de naissance : le travail d’authentification de sa nouvelle identité peut prendre, là encore, de nombreux mois.

2Le changement de prénom est un révélateur. Il ne concerne directement qu’un peu moins de 3 000 personnes par an, mais leurs dossiers témoignent du rôle quotidien que prend l’état civil dans nos vies. Le prénom sert à marquer la filiation, le genre, la religion ou le pays des ascendants, il sert aussi de moyen d’identification individuelle. Que l’une de ces dimensions soit troublée, et ce sont des arrangements quotidiens avec l’état civil qu’il faut construire et reconstruire, à chaque nouvelle interaction.

3C’est ainsi que le changement de prénom constitue une fenêtre vers l’étude de l’État en tant qu’il structure le monde vécu. Les processus d’identification soutenus par l’État et ses agents (officiers d’état civil, police, fonctionnaires...) donnent forme à ce qui fait notre identité civile : l’outil d’identification des citoyens est devenu un dispositif de description de soi. Pour comprendre ce basculement, il a fallu retourner à l’aridité des textes des juristes. L’étude de la jurisprudence (soixante ans d’arrêts de cours d’appel) a montré comment le droit, petit à petit, en est venu à considérer le prénom non plus seulement sous l’angle de ses fonctions d’élément de l’état civil, à savoir sa capacité à identifier précisément un individu, mais aussi sous l’angle de ses fonctions connotatives, de sa capacité à indiquer l’appartenance à un groupe. En retraçant la généalogie des revirements de jurisprudence, nous avons vu comment s’est construit un « droit à devenir soi-même », reconnu progressivement par des juristes et des magistrats.

4En retour, les processus d’identification étatique ne constituent pas seulement des contraintes, ils servent de ressource aux individus identifiés : la demande sociale d’identification est manifeste. En m’intéressant aux usages sociaux de l’état civil, j’ai montré qu’il pouvait devenir une arme : les usages narratifs des catégories d’état civil, les usages « vernaculaires », ou courants, non par les spécialistes du droit, mais par des profanes, inscrivent la permanence du moi dans des dispositifs extérieurs. Ceux qui demandent à changer de prénom doivent, dans le cadre de la procédure, produire une petite « autobiographie d’institution », une requête, rédigée par un avocat, qui expose la revendication individuelle. Dans le cadre de ces biographies, les prénoms, ainsi que d’autres éléments de l’état civil, sont intégrés dans une histoire personnelle. Souvent, le prénom déclaré à la naissance n’est pas celui qui permet de déployer l’authenticité de cette histoire personnelle. Ces usages narratifs sont reconnus par les juges et les procureurs qui, en audience, cherchent à comprendre les revendications au changement de prénom en relation avec l’histoire des demandeurs.

5Un État plus souple en vient même à considérer des éléments extérieurs à l’état civil – l’apparence physique, l’âge vécu, le genre du prénom – qui servent de point d’appui aux demandes et s’invitent au cœur des audiences. Si l’individu de l’état civil n’a pas de couleur de peau ou de cheveux, n’a pas de marque corporelle, les demandeurs font un lien étroit entre leur prénom et leur apparence physique. « Je n’ai pas le visage de mon prénom », disent de nombreux demandeurs, soit en raison du genre du prénom, soit en raison des connotations ethniques du prénom. L’argumentaire des demandeurs est ici extrajudiciaire, et ne se retrouve que rarement dans les décisions rendues. Mais les avocats n’hésitent pas à l’utiliser, et l’audience, moment de manifestation de la coprésence des corps (ceux des juges, des greffières, des procureurs, des avocats et des requérants), mobilise intensément ces corps comme marqueurs de l’authenticité.

6Le prénom joue un rôle social de plus en plus important : il était encore, au début du xxe siècle, un terme d’appel familial, ou n’existait qu’en annexe, associé au nom de famille ; il est aujourd’hui un terme d’appel utilisé de l’école au monde professionnel, et présent dans la quasi-totalité des documents qui servent à nous identifier. Jean Carbonnier, dans son Droit civil (1957), pensait repérer une « montée du prénom dans le droit ». Mais cette « montée » s’interprète plutôt, aujourd’hui, soixante ans plus tard, comme un assouplissement des règles de choix du prénom, ou des règles de changement du prénom. Car cette omniprésence du prénom suscite de la concurrence : l’état civil est concurrencé, aujourd’hui, par d’autres preuves de l’existence civile, d’autres formes d’identification, plus proches des individus et des moments de leur vie. L’État n’a plus le monopole de l’identification des citoyens, il ne l’a même jamais entièrement assuré. Les « papiers » déposés par les requérants à l’appui de leur demande montrent l’existence d’autres sources d’authenticité : « ma vérité est dans l’identification économique ». Cartes d’abonnement, badges d’identification au travail, bulletins de paie, etc., montrent que des institutions économiques, des entreprises, des banques, identifient précisément des individus à partir d’un prénom d’usage. Le plus souvent, ces formes d’identification suffisent à assurer, du point de vue des juges, un intérêt légitime au changement de prénom.

7Enfin, ces changements questionnent les frontières nationales de l’État. Les mouvements de population, l’extension des chaînes d’interaction au-delà des frontières, obligent l’état civil à s’internationaliser. Les connexions entre états civils nationaux sont nécessaires pour assurer les mouvements de population, et surtout leur surveillance transnationale, par-delà les frontières. La grande majorité des requérants a un ou deux parents nés à l’étranger. Changer de prénom est, souvent, une manière de matérialiser un rapport à l’identité nationale. Le thème est classique dans la jurisprudence, les changements de prénom ayant longtemps été utilisés pour franciser les prénoms. Mais les migrants transnationaux contemporains et leurs descendants, qui peuvent s’établir sous la forme d’une diaspora, cumulent parfois plusieurs nationalités, cherchent parfois à conjuguer les identités nationales, ou conçoivent la nationalité en termes stratégiques. Les juges sont confrontés à des demandes de « défrancisation », relativement peu fréquentes, mais qui leur posent problème. Si un individu a cherché à franciser son prénom – au moment de la naturalisation –, en exprimant la volonté autonome d’être assimilé à la communauté nationale, qui donc cherche à revenir à son prénom de naissance ? Où se situe la demande authentique ?

8Les changements de prénom sont moins des « revendications identitaires » que des revendications d’authenticité. De nombreux travaux avaient pointé les injonctions contemporaines à être authentique sans insister sur les outils disponibles pour les personnes cherchant à fabriquer leur authenticité. Les requérants, en changeant de prénom, ne répondent pas tant à la question « qui suis-je ? » (la question de l’identité ou de l’identification étatique) qu’à la question « qui suis-je en vérité ? ». La modification de leur état civil leur semble importante car ce dispositif leur apparaît (à eux comme à beaucoup) comme le lieu de la vérité : « tu me dis que tu t’appelles Jean, mais quel est ton “vrai” prénom ? » Et l’acte de naissance est bien, aujourd’hui, le lieu de la vérité de leur identité civile, il est la source principale des papiers dérivés au premier degré (carte nationale d’identité, acte de mariage, passeport...) ou au second degré (identité bancaire, scolaire, médicale...). À cette vérité, s’oppose la vérité des engagements sociaux, où le prénom est un terme d’interpellation et de référence, et la vérité vécue est celle du rapport de soi à soi-même.

9La sociologie de l’authenticité que j’ai proposée a donc pris pour point de départ l’identité au sens policier, celui de la carte d’identité : nom, prénom, date de naissance. La présence quotidienne des papiers d’identité, et des identités dérivées des papiers officiels, transforme cette identité policière en identité portable, sur laquelle peut s’appuyer le sentiment de permanence de soi. La vérité du soi réside en partie dans ces papiers. Les institutions identificatrices proposent ainsi un kit identitaire et un soutien aux revendications de vérité, à l’authenticité. Ces institutions imposent souvent leur conception de l’identité, mais, comme il a été possible de le voir, elles sont aussi travaillées par les demandes des individus, qui les utilisent comme des dispositifs à l’appui de leurs revendications.

10Ces jeux avec les institutions (banque, tribunal, école...) façonnent des sujets : si les magistrats peuvent froncer les sourcils face à la demande de changement de prénom d’un sujet flou, changeant et divisé, ils accueillent favorablement en revanche la requête du sujet autonome, unitaire, rationnel, qui est ancrée dans la permanence des relations avec d’autres sujets ou d’autres institutions, c’est-à-dire la demande d’authenticité.

© Presses universitaires de Lyon, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search