Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Changer de prénom

 | 
Baptiste Coulmont

L’état civil en narration

Texte intégral

Un support d’identité

1La procédure de changement de prénom doit passer par la rédaction, par un avocat, d’une « requête », un texte court visant à justifier un intérêt légitime. Ce texte prend le plus souvent la forme d’une réponse à une sollicitation biographique, la forme d’un « récit biographique minimal » que l’on trouve aussi mobilisé dans d’autres institutions (concernant les hôpitaux, voir Memmi, 2003). Ces requêtes développent et cristallisent des « identités stratégiques » (Collovald, 1988) produites en référence aux demandes institutionnelles, et qui visent à s’assurer que juge et procureur accéderont à la demande : l’enjeu réside, comme dans les biographies politiques étudiées par Annie Collovald, dans la bonne présentation de soi et les bonnes interprétations liées à cette dernière. Dans ces petites biographies présentant des existences stylisées, le prénom devient un support capable de dire l’identité, il importe donc qu’il soit authentiquement lié à ce que souhaitent dire les parents, ou les porteurs du prénom.

2Dans le texte suivant, par le truchement de leur avocat, les parents d’un petit Fedor saisissent la justice :

Dans leur lettre du 8 décembre 2005, Mademoiselle B. et Monsieur C. justifiaient leur demande (qui a été refusée par le Procureur de la République Monsieur X., selon décision du 15 janvier 2006).

« Nous faisons appel à vous car notre fils Fedor C. est né le... 2005 à l’hôpital W mais lors de la déclaration de naissance au service d’état civil de la Mairie de Y par son père Roberto C., celui-ci n’a pas mentionné les deuxième et troisième prénoms de notre fils. Cela m’a beaucoup affectée, car depuis le début de ma grossesse, nous avions décidé que le deuxième prénom serait celui de mon père : Johnny, qui est décédé en 2004 et que j’aime de tout mon cœur, puis le troisième prénom, celui de son grand-père paternel, Toussaint. Malheureusement on a certifié à mon concubin qu’il avait jusqu’à vendredi pour faire la déclaration de naissance, mais à la mairie l’officier d’état civil lui a dit que c’était trop tard, ce qui l’a perturbé, d’où cet oubli. D’autre part il n’a pas précisé l’accent sur la lettre « e » de Fedor et n’a pas précisé aussi ma profession « vaisselière ». Pour l’ensemble de ces raisons nous vous demandons la possibilité d’effectuer ces modifications sur l’état civil de notre fils. »

3L’avocat poursuit ainsi sa requête :

L’acte de naissance de l’enfant est également entaché d’une erreur matérielle en ce que la profession de la mère a été indiquée comme « sans profession » alors que cette dernière exerce la profession de « vaisselière ».

Monsieur Roberto C. aurait dû, sur ce point, préciser que la mère de l’enfant exerce la profession de vaisselière mais lorsque la question lui a été posée, il a indiqué qu’elle ne travaillait pas, alors qu’en fait Mademoiselle B. était en congé de maternité (ce qui n’est pas la même chose que la mention « sans profession »). Là encore les mentions faites à l’état civil étant déclaratives, les erreurs ou omissions peuvent être rectifiées à la demande des parents, si ces demandes ne sont pas contraires à l’ordre public ou l’intérêt de l’enfant.

Tout acte à portée juridique peut être rectifié si la demande est légitime.

En l’espèce les parents de l’enfant Fedor souhaitent que leur fils porte les prénoms qu’ils ont choisis pour lui, avec le bon orthographe [sic].

Mademoiselle B. souhaite quant à elle que son fils sache, à la lecture de l’acte de naissance, qu’elle travaillait aussi au moment de sa naissance, même si de fait elle était en arrêt lors de la déclaration aux services de l’état civil.

4Au regard de la jurisprudence qui a été exposée dans le chapitre précédent, cette requête semble particulière : il ne s’agit pas d’un « usage constant », il ne s’agit pas même de modifier un premier prénom (sauf à la marge, en ajoutant un accent), et les justifications semblent extra-juridiques. Pour quelles raisons faire intervenir l’histoire familiale ? L’état civil est-il l’équivalent d’un recueil de photographies de famille, attestant la vérité des souvenirs ?

5Cette demande révèle l’investissement émotionnel que des parents peuvent mettre, aujourd’hui, dans des documents chargés de dire – malgré eux – l’histoire de la famille. Il s’agit ici, en donnant des prénoms d’ascendants, en rectifiant la profession, d’inscrire l’enfant dans les différentes lignées de l’histoire familiale. L’acte de naissance n’est pas perçu comme un instrument, pour l’État, d’identification des personnes et des citoyens, il est vu et utilisé comme un support narratif. Pour illustrer cela, Michel Foucault écrivait : « Ne me demandez pas qui je suis et ne me dites pas de rester le même : c’est une morale d’état civil ; elle régit nos papiers » (1969, p. 28). Mais comme l’exemple précédent le montre, cette « morale » n’est pas simplement l’assujettissement au dispositif d’identification (« rester le même »), elle semble aussi liée à la volonté de faire coïncider l’état civil à ce que l’on pense être (et donc de le modifier).

  • 1 Seule une occurrence du prénom Marcel a échappé à l’entreprise d’anonymisation réalisée par l’aute (...)
  • 2 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, 1. Du côté de chez Swann : « Noms de pays : le nom » (...)

6L’examen de la jurisprudence et du droit au changement de prénom a montré la prise en compte progressive et problématique de la fonction connotative : le prénom n’est pas l’équivalent d’un identifiant numérique individuel, il est associé à des images, des groupes, des sentiments, une histoire. Cette prise en compte, récente pour le droit du prénom, est classique en littérature, où le prénom s’inscrit dans la narration. Réfléchissant à Swann non plus comme ami de la famille mais comme père de la jeune fille qu’il aime, le narrateur anonyme1 de la Recherche se surprend lui-même : « les idées sur lesquelles j’embranchais maintenant son nom étaient différentes des idées dans le réseau desquelles il était autrefois compris et que je n’utilisais plus jamais quand j’avais à penser à lui2 ».

7Restreindre le nom – et le prénom – au sentiment de permanence de soi, à l’identité (au sens de ce qui reste le même, et qui serait indiqué par le prénom), ne permet pas de rendre compte d’usages diachroniques du nom, où il est utilisé pour qualifier une série de changements, des ruptures, une histoire personnelle faite d’une succession d’étapes.

8Ces associations diachroniques – ce réseau d’idées changeantes embranchées sur le prénom – sont à première vue fort éloignées de l’état civil, stable, solide, immuable, et l’on serait bien en peine d’en trouver la trace dans les lois, décrets et circulaires régissant le droit du prénom. Cependant, les demandes de changement de prénom révèlent en permanence des usages « vernaculaires », courants, de l’état civil, où le dispositif étatique d’identification est repris, réinterprété, comme un dispositif de soutien à ces embranchements d’idées changeantes.

9Ces usages apparaissent dans les requêtes, mais aussi dans d’autres textes qui s’apparentent à de petites biographies : les attestations, qui consistent en une présentation minimale rédigée par d’autres, mais aussi les jugements et les notes d’audience. Ces derniers types de document révèlent que les magistrats ne sont pas insensibles à cette conception courante et narrative de l’état civil, qu’ils ont par ailleurs encouragée. En effet, ces usages non juridiques de l’état civil sont pris en considération par la justice.

L’identité narrative

10L’enquête nous renseigne sur deux phénomènes conjoints. D’une part, l’identité est saisie et présentée comme un récit, ce qui la rend très proche de conceptions ricœuriennes. D’autre part, et simultanément, le cœur du récit porte sur un élément matériel, le prénom de l’état civil.

11L’enquête dans les tribunaux donne donc accès à des revendications identitaires mises en récit, qui entrent en résonance avec certaines conceptions de l’identité.

12Dans Temps et récit (1985) et dans Soi-même comme un autre (1990), Paul Ricœur écarte deux conceptions de l’identité au profit d’une conception narrative. L’identité dont on parle en société ne peut, logiquement, pas être l’identité mathématique (l’égalité), ni l’identique ou le même, ne serait-ce qu’en raison de l’inscription dans le temps. Elle ne peut pas davantage être une illusion de la mémoire, de l’imagination ou de la croyance.

Dire l’identité d’un individu ou d’une communauté, c’est répondre à la question : qui a fait telle action ? [...] Il est d’abord répondu à cette question en nommant quelqu’un, c’est-à-dire en le désignant par un nom propre. Mais quel est le support de la permanence du nom propre ? Qu’est-ce qui justifie que l’on tienne le sujet de l’action, ainsi désigné par son nom, pour le même tout au long d’une vie qui s’étire de la naissance à la mort ? La réponse ne peut être que narrative. Répondre à la question « qui ? », comme l’avait fortement dit Hannah Arendt, c’est raconter l’histoire d’une vie. L’histoire racontée dit le qui de l’action. L’identité du qui n’est donc elle-même qu’une identité narrative. (Ricœur, 1985, p. 355.)

13Ici, l’identité est intimement liée à l’activité réflexive du soi, à la certitude intime d’être soi, et à une « mise en intrigue » de sa vie (Ricœur, 1990, p. 167), définie comme un « tissu d’histoires racontées » (Ricœur, 1985, p. 356) de façon à la rendre intelligible. Cette conception de l’identité a inspiré de nombreux travaux, qui y ont trouvé des pistes pour analyser le travail de mise en cohérence réalisé par les individus (Kaufmann, 2004 ; 2008 ; Truc, 2005). Le concept d’identité narrative, en effet, centre le regard sur les histoires personnelles, les mêmes que celles recueillies dans le cadre d’entretiens biographiques ou d’histoires de vie.

  • 3 Le changement du nom d’usage des femmes mariées, lui, est immédiatement inséré dans une narration. (...)

14Entre le nom (qui reste le même toute la vie pour les hommes3) et l’instabilité des expériences individuelles, la mise en récit construit une cohérence, des attachements.

15La proximité du dispositif juridique et de la conception ricœurienne est parfois frappante : les requêtes déposées par les avocats des demandeurs sont de véritables petits « récits de vie ». La procédure en changement de prénom favorise un usage narratif de l’état civil. Au cours de celle-ci, les demandeurs vont devoir se situer – situer leur identité personnelle – au regard des formes de l’état civil. Les différentes composantes (requêtes, copies des actes de naissance et de mariage, attestations et collection de documents divers retraçant les usages du prénom), ainsi que l’audience, sont porteuses d’une description de l’histoire d’un individu, en des termes proches de ceux de l’état civil. Cette mise en narration de soi et du monde social est aujourd’hui assez fréquente. Isabelle Astier a particulièrement étudié les récits de vie que doivent déposer les personnes demandant accès à certaines allocations, et elle a souligné combien ces récits biographiques trouvaient aujourd’hui une place dans les actions publiques, et contribuaient à « individualiser le social » (Astier, 1995 ; 2000). Dominique Memmi, au travers de plusieurs travaux (sur les comités d’éthique notamment), a insisté sur les obligations institutionnelles à la prise de parole, qu’elle appelle « gouvernement par la parole » (2003).

Sentiment d’identité ou revendication d’authenticité ?

16Dans la philosophie de Ricœur, le rapport de soi à soi-même, la certitude intime d’être soi, fondent les réflexions sur l’identité. L’identité présentée par les requérants est narrative, mais elle est problématique : au centre du récit se trouve un élément matériel extérieur à l’individu, le prénom de l’état civil.

17Plusieurs auteurs ont remarqué, dont Daniel Gutmann, que « les caractères de la personnalité juridique jouent un rôle important dans la constitution du sentiment d’identité » (2000, p. 12). Le nom, le prénom, le sexe, sont autant d’éléments de catégorisation juridique qui sont aussi le support du sentiment de permanence de soi dans le temps. Les juristes l’ont constaté, parfois avec surprise, comme l’écrit Claire Neirinck : « pour [les non-juristes] l’état civil ne fait que raconter leur histoire personnelle », alors qu’elle le conçoit, en tant que juriste, comme le moyen « d’établir la preuve authentique de la situation juridique du sujet de droit » (2008, p. 17). Dans le même ouvrage collectif, Maryline Bruggeman écrit que « les actes de l’état civil [...] sont détournés de leur objectif premier pour satisfaire d’autres attentes, l’institution devenant progressivement le moyen offert à chacun pour l’épanouissement de sa personnalité » (2008, p. 39). L’anthropologie sociale n’est pas en reste dans l’analyse de ce rôle confié à l’état civil : il « occupe désormais un rôle reconnu dans la constitution de l’identité psychologique », écrit Agnès Fine qui n’hésite pas à parler d’une « véritable mutation des fonctions de l’état civil » (2008, p. 16).

18Mais l’état civil n’est pas qu’un ensemble de catégories descriptives, c’est aussi un agencement matériel, investi par ceux qu’il concerne. Les catégories de l’état civil ne servent pas seulement à la constitution de l’identité personnelle ou du sentiment d’identité, remarquent les mêmes anthropologues. Véronique Moulinié, à travers une enquête délicate sur les papiers d’identité gardés au plus proche (dans les portefeuilles, les sacs...), montre que la matérialité des papiers est aussi le support de la création identitaire. Certes, « l’imposition des papiers s’inscrit dans une volonté de l’État de classer et de contrôler les individus. [Mais] n’y voir que cela est réducteur. Des liens plus profonds, bien que plus discrets car rarement formulés, les unissent à [leur] porteur » (2008, p. 323) : certains papiers d’identité semblent chéris quand ils arrivent à bien rendre compte des changements de la personne, tout en assurant sa permanence dans le temps.

19Les usages narratifs de l’état civil s’appuient sur deux facettes : les catégories qui décrivent la personnalité juridique et les papiers d’identité. Les catégories, car l’on se pense, désormais, du point de vue de celles de l’état civil : nous avons un âge bien défini, un prénom fixe et un nom fixe. Les papiers, car ce sont eux qui matérialisent, quotidiennement, le travail d’identification réalisé par des institutions diverses.

20João de Pina-Cabral (2010) a remarqué que les discours sur le nom contenaient aussi un discours sur la vérité : dans le monde lusophone, où la multiplicité des noms est fréquente, ses enquêtés insistaient pour signaler leur « vrai » nom. Ce « vrai » nom est celui de l’état civil. L’ordre bureaucratique a colonisé les esprits. Cette capacité confiée à l’état civil de dire le vrai doit être prise en compte. Les requérants ne cherchent pas une « nouvelle » identité, ils cherchent à faire coïncider ce qu’ils considèrent être leur véritable identité avec ce que l’on considère habituellement comme le lieu de la vérité des identités nominales. C’est l’accès à l’authenticité que recherchent les demandeurs.

21Les changements de prénom pointent un décalage entre les vérités de la nomination : le nom propre lui-même est ici instable. Le nom propre, le prénom de l’état civil, celui qui est inscrit sur l’acte de naissance, est ici ce qui empêche le déploiement d’un récit cohérent : « Je m’appelle X, mais en fait, mon nom c’est Y. ».

22À la question de l’identité s’ajoute, concrètement, dans les dossiers de demande de changement de prénom, la question de l’authenticité. Les requérants ne répondent pas à la question « qui suis-je ? », mais à la question « qui suis-je en vérité ? ». Les dossiers de changement de prénom portent sur l’authenticité, et le problème qui préoccupe les individus est un problème à première vue individuel : avoir le bon prénom. Ces dossiers témoignent bien de la nationalisation des identités – étudiée plus loin dans l’ouvrage –, mais la traduisent souvent en termes personnels : « ce n’est pas moi ». Ce chapitre étudie donc les récits d’authenticité disponibles dans les dossiers. La première partie se penche sur un groupe particulier de requérants, qui ont un rapport professionnel avec l’expression du moi. La deuxième partie s’intéresse au discours familial, au rôle que joue le prénom dans la matérialisation des lignées. La troisième partie examine enfin les réponses judiciaires à ces revendications.

Des professions spécifiques

23Les informations recueillies dans les dossiers permettent de décrire les professions des requérants. Le tableau suivant montre la répartition des professions des demandeurs. L’enquête a porté sur quatre tribunaux, et parce que l’un d’entre eux, nommé ici Tribunal 1, disposait d’un ressort à la composition sociale très différente des autres, nous l’avons isolé dans le tableau 1.

24Si l’on restreint l’étude aux seules personnes pour lesquelles nous disposons à la fois de la profession du requérant et de la profession du père (soit 247 dossiers), alors la population des requérants apparaît comme une population ayant connu une forte mobilité sociale ascendante : 36 % des pères sont ouvriers, ce n’est plus le cas que de 3 % des demandeurs.

25Dans le Tribunal 1, un groupe de professions est clairement surreprésenté, au regard de la structure sociale du ressort de ce tribunal. Les professions artistiques et, plus généralement, les professions de l’expression et de la gestion du moi (coachs, psychanalystes, thérapeutes, etc.), constituent plus de 10 % des demandeurs pour lesquels la profession est disponible. L’analyse des dossiers révèle que la nécessaire mise en scène de soi au sein de ces professions rend particulièrement problématique le port de prénoms considérés comme discordants. Les contextes sont différents : les artistes sont souvent rattrapés par un pseudonyme qui est plus largement utilisé que leur prénom d’état civil ; les membres des professions libérales spécialisés dans la gestion du moi ont plus directement recours au discours psychologique.

Tableau 1. Professions des requérants (en %).

  Tribunaux 2, 3, 4 Tribunal 1 Total
Commerçants 2 5 4
Cadres 7 28 20
Professions intermédiaires 8 8 8
Employés 14 12 13
Ouvriers 5 2 3
Enfants 26 11 17
Étudiants 9 5 6
Personnes sans profession 6 4 4
Sans information 24 24 24
Total 100 100 100

26Dans les deux cas, les dossiers présentent une entreprise délibérée et prométhéenne de création d’une nouvelle identité.

Authenticité artiste

27La réputation des artistes est construite sur un mode individuel, et surtout singulier, qui a, récemment, fait l’objet de plusieurs travaux (Boltanski & Chiapello, 1999 ; Heinich, 2005). La cristallisation de la réputation passe souvent par un nom quasi unique. L’on sait par exemple que la Screen Actors Guild, aux États-Unis, protège le pseudonyme, et que le nouvel adhérent ne peut disposer à sa guise du pseudonyme (ou du nom) d’un adhérent plus ancien, afin d’assurer l’identification individuelle des acteurs. Ces pseudonymes artistes (ceux des acteurs, des écrivains, des journalistes, des chanteurs...) semblent s’imposer au cours du xixe siècle à mesure que s’autonomisent des espaces de production artistique. Ils apparaissent à première vue comme des créations d’artistes, distinctes de leur nom légal. Mais au xxie siècle, le pseudonyme en vient parfois, après plusieurs années, à résumer la personne. Du point de vue des avocats, ces dossiers sont assez simples : la preuve d’un usage ancien et public du prénom est aisée à mobiliser, car ce pseudonyme apparaît souvent sur des programmes de théâtre, des publicités, ou des inscriptions à des sociétés savantes ou professionnelles.

28Ainsi Jocelyne, retraitée, née vers 1950, fille de deux commerçants, commence à se faire appeler Aurélie au début de sa carrière de mannequin. La requête est rédigée ainsi : « à l’âge de 20 ans, elle a embrassé une carrière de mannequin et il lui a été conseillé, pour des raisons artistiques, d’adopter le prénom Aurélie. Par la suite, elle n’a jamais cessé d’utiliser le prénom Aurélie tant dans son milieu professionnel que dans son cercle amical et familial ». Elle demande donc en 2011 l’adjonction d’Aurélie à son acte de naissance : ce pseudonyme en est venu à l’identifier authentiquement.

29Le cas de Ladja est proche. Née d’un père algérien (artiste dramatique) et d’une mère française (fonctionnaire), elle utilise depuis huit ans un autre prénom. Dans la requête, on lit :

Âgée aujourd’hui de 24 ans, [elle] exerce la profession de mannequin. Dès l’adolescence, la requérante a souffert de la consonance étrangère de son premier prénom et de sa difficile prononciation. Elle a donc progressivement cessé de l’utiliser et se fait aujourd’hui exclusivement prénommée [sic] Élise dans la vie courante et professionnelle. Mademoiselle B. souhaite aujourd’hui officialiser et régulariser une situation de fait.

Elle est aujourd’hui connue sous le prénom d’Élise et demande à supprimer Ladja pour y substituer ce prénom.

30De son côté, Marcel demande à s’appeler Marcel-Agathe, Léon à s’appeler Sébastien, Christophe à s’appeler Adam, Claude devient Chloée, Françoise, Laura, et Marguerite, Margot. L’une signe ses œuvres de son prénom d’usage, est enregistrée à la SACEM (la société de gestion des droits musicaux) sous ce prénom, apparaît sur les catalogues ou les programmes de concert sous ce prénom. Mais leurs papiers d’identité étatiques (carte nationale d’identité, passeport) indiquent un autre prénom, sous lequel ils ne sont pas connus. Dans tous ces cas, le pseudonyme est devenu le prénom d’usage.

Les documents versés à l’appui de la présente requête établissent que Mademoiselle B. utilise exclusivement le prénom Élise. Ainsi tous ses contrats de travail et bulletins de paie sont établis à ce prénom, bien plus, toutes les photographies et fiches de présentation professionnelles supportent ce prénom. On ajoutera que la requérante rencontre des difficultés notamment dans ses déplacements à l’étranger du fait que le prénom Élise ne figure pas sur ses papiers d’identité.

31Christophe, photographe et intermittent du spectacle, utilise depuis plus de vingt-cinq ans un surnom-pseudonyme, Saturnin, sous lequel il est connu, aussi bien par ses amis, sa famille que ses employeurs :

Les témoignages suivants attestent que, quotidiennement et depuis des années, il est connu de sa famille, ses amis et son milieu professionnel sous le prénom de Saturnin. Par ses amis : Séverine C. « Un jour de 1985 notre petit groupe d’étudiants de l’Institut national... s’est réuni et nous nous sommes affublés de surnoms. Christophe D. a reçu celui de Saturnin (le canard). Par la suite ce surnom de Saturnin lui a collé à la peau. Je ne l’ai plus appelé autrement. »

Christophe obtiendra sans problème l’adjonction de Saturnin à ses prénoms.

32Quand le pseudonyme a la forme d’un prénom, il peut aisément prendre la place du prénom donné à la naissance. Il n’en va pas de même quand le pseudonyme est à la fois un nom et un prénom : plusieurs acteurs ou chanteurs célèbres n’ont pu être autorisés à modifier leur nom de famille (Lapierre, 1995, 2006).

Authenticité et examen de soi

  • 4 CA [Orléans], 19 mars 2013, no 12/02924, 138, JurisData no 2013-005295.

33Dans un arrêt de la cour d’appel d’Orléans4, Michel, après avoir indiqué que le prénom aide à faire le lien entre une culture d’origine et une culture d’adoption, « ajoute que sa démarche est d’autant plus importante au regard de sa profession puisqu’il exerce celle de psychothérapeute ». Quel est le sens de cette justification ?

34Michel est un bon représentant des professionnels de la « gestion du moi », pour qui le prénom exprime le moi profond, et qui vivent sur un mode professionnel la discordance entre prénom d’usage et prénom d’état civil.

35Sabine Chalvon-Demersay fait de la gestion de l’authenticité un des « drames du xxe siècle » : « Le roman populaire du xixe siècle cherchait à présenter sous des étrangers des proches. Le drame des habitants du xxe siècle est que sous leurs proches, ils trouvent toujours des étrangers » (2005, p. 105). Les changements de prénom demandés dans ces cas marquent la volonté de faire en sorte que les proches – ou les relations – ne découvrent pas que celui qu’ils connaissaient sous un certain prénom ne s’appelait pas réellement ainsi, et qu’ils ne connaissaient donc pas réellement celui qu’ils pensaient connaître. Cette exigence d’authenticité s’appuie sur l’examen de soi et le développement d’une vision psychologique de soi. « Discours thérapeutique » (Illouz, 2008) ou « culture psychologique de masse » (Castel, 1981, 2011) apparaissent, selon de nombreux auteurs, comme un « nouveau langage de soi » largement diffusé.

36Ainsi Robert Castel, en 1981, dans La Gestion des risques, repère l’installation de ce qu’il appelle une « culture psychologique de masse » où « l’accomplissement de soi devient une tâche infinie dans laquelle on n’aura jamais achevé d’investir ». Les exigences de la vie sociale apparaissent comme « incompatibles avec l’épanouissement personnel, les relations spontanées entre êtres humains » (1981, 2011, p. 151). Cette culture psychologique de masse est rendue possible par l’extension au domaine de la normalité de « schémas d’interprétation et de techniques d’intervention qui ont souvent leur origine dans la tradition psychoclinique » (p. 189). Alain Ehrenberg, dans La Fatigue d’être soi, décrit combien le « souci de l’épanouissement de chacun » s’appuie sur des « institutions de l’intériorité » (qui « suppose[nt] des acteurs qui formulent des significations communes que chacun peut comprendre et s’approprier personnellement pour dire ce qu’il ressent à l’intérieur de lui-même »), qui se mettent en place à partir des années 1960 (1998, p. 123-135). Tout comme Eva Illouz (2008), il remarque la multiplication des institutions en charge du « moi » et la diffusion dans le corps social du travail de ces institutions, qui font de « l’autogestion de la vie » un horizon recherché. Si cette culture psychologique est née et s’est développée dans la petite bourgeoisie intellectuelle des années 1960, sa diffusion semble se poursuivre actuellement. Ainsi, même un auteur comme Olivier Schwartz, pourtant relativement éloigné de ces courants sociologiques, dans une étude sur les conducteurs de bus (2011), repère la propagation de ce discours psychologique au sein de classes populaires peu habituées à se décrire à l’aide d’un discours (psycho-)thérapeutique. L’intériorité devient l’objet d’une attention permanente, largement répandue dans le corps social.

37Les « psychanalystes », « coachs », « naturopathes », « astrologues », etc., sont en lien direct avec cette « culture psychologique de masse ». Ils gèrent leur réputation professionnelle comme il est d’usage de le faire lorsqu’on exerce une profession libérale, mais sous une hypothèse d’authenticité. Un prénom d’usage différent du prénom d’état civil peut remettre en question leur authenticité : ils ne sont pas « réellement » ceux qu’ils prétendent être. Ces professionnels – peut-être parce qu’ils s’attachent à déceler, sous certaines formes symboliques (dont le prénom), un ensemble de névroses, de blocages, de destins cachés – sont fortement attentifs à leur propre prénom.

38Par exemple, une psychanalyste – mariée à un artiste – a choisi, contre sa mère, le prénom que son père originaire d’Europe centrale lui avait donné, et « souhaite mettre en harmonie son état civil avec son origine familiale et culturelle, l’attachement au vœu de son père, et la réalité de la reconnaissance professionnelle qui est la sienne ». Une « coach », spécialiste en « développement personnel », « dans le cadre d’une démarche spirituelle puis devenue comédienne occasionnellement, [...] s’est fait connaître sous le pseudonyme d’Anne-Anglya », avec lequel elle a construit sa carrière. Une autre coach, née Sarah, de parents portugais (père maçon, mère sans profession), demande à prendre le prénom que son père avait choisi pour elle :

À sa naissance le père de la requérante souhaitait que celle-ci s’appelle Nina D. Mais sa mère refusait et inscrivait à l’état civil sa fille sous le prénom de Sarah. Le père de la requérante l’a toujours appelée Nina (diminution de Menina, qui veut dire petite fille en brésilien). Les parents de la requérante se séparaient quand cette dernière avait deux ans et son père décédait quelques années plus tard (quand elle avait 5 ans). [...] À compter de sa fuite de la secte, la requérante ne se présentera plus que sous le prénom de Nina, le prénom de Sarah symbolisant pour elle sa mère, la secte, les maltraitances subies. [...] depuis 17 ans, la requérante ne se présente et ne se fait appeler que par le prénom Nina et pour tout ce qui est officiel, fait systématiquement ajouter le prénom Nina. [...] L’usage de ce prénom exclusif a été très important pour la requérante pour sa reconstruction.

39Dans ces dossiers et pour ces professions, le « moi » apparaît comme une création personnelle : un prénom d’usage différent du prénom d’état civil peut donner lieu à des situations difficiles à gérer au quotidien, mais c’est peut-être, et surtout, l’authenticité de la personne que remet en cause la différence entre prénom d’usage et prénom d’état civil. Où se trouve sa vérité si la vérité des papiers ne reflète pas la vérité de l’usage ?

40Les requérants membres de ces professions ont des preuves évidentes d’usage ancien (parce qu’ils ont développé, dans leur activité professionnelle, l’usage du nom comme marque de fabrique). Ils sont par ailleurs peut-être plus sensibles au « clivage » entre identités de papier et d’usage. Ils restent toutefois très minoritaires au regard de l’ensemble des dossiers, qui font apparaître un individu « relationnel », c’est-à-dire défini par les liens qu’il entretient, avec sa famille notamment.

Changement de prénom et histoire familiale

41Le tableau 1 (p. 53) indique qu’un cinquième des requérants sont des enfants, représentés par leurs parents. Dans ces dossiers, les enfants, parfois très jeunes, prennent rarement directement la parole : le dialogue a lieu entre juge et parents. Comme dans l’exemple du petit Fedor, cité en début de chapitre, les parents cherchent à réparer une erreur de déclaration. Il s’agit ici d’un usage « ancien », ou « classique », de l’état civil, qui sert à inscrire une personne de manière solide, extérieure à elle, dans un réseau de relations. Et cet usage sert, simultanément, à solidifier l’histoire de la famille, à renforcer la famille en tant que groupe différencié des autres familles.

42Longtemps les prénoms ont été transmis, hérités, plutôt que choisis, au sein de la famille : le grand-père (qui pouvait être aussi le parrain) donnant son prénom au petit-fils (Perouas et al., 1984). Le prénom servait à manifester l’appartenance familiale, la parenté spirituelle ou sociale. Aujourd’hui, le choix d’un prénom répond à des logiques liées au goût : les parents donnent un prénom qu’ils aiment, dont ils apprécient la sonorité. Cette logique du goût ou de la mode n’épuise certes pas l’ensemble des motifs qui président au choix des prénoms. Mais désormais, quand « transmission » il y a, ce n’est plus dans le cadre de la règle incontestée et transcendante, mais de manière volontaire, réfléchie, qui conserve au moins un rapport avec la logique du goût.

43Le lien juridique entre les parents et le prénom n’embrasse qu’imparfaitement les usages qui sont faits du prénom par les parents. L’on pourrait croire, a priori, que ces usages concernent le couple parental, la « famille nucléaire » ou le ménage (défini ici par la corésidence). Il apparaît plutôt que les prénoms, parce qu’ils ne sont pas de simples numéros d’enregistrement, sont aussi utilisés, explicitement, pour ancrer un individu dans des lignées, que Florence Weber définit comme des « flèches de transmission et d’affiliation » (2005, p. 20). Ainsi, les prénoms rappellent, par leur connotation ou leur sonorité, telle ou telle personne : « les anthroponymes ne sont jamais des termes conventionnels, interchangeables ou vides de sens », écrit Françoise Zonabend (1980, p. 18). Cela n’apparaît jamais aussi bien que lorsque les lignées se perçoivent comme très différentes l’une de l’autre.

44Les dossiers donnent à voir la famille comme un espace de jeu politique, comme structurée par des rapports de pouvoir, quand il faut bien « choisir » telle ou telle lignée, qui l’emporte alors sur telle autre (Streiff-Fénart, 1990). Mais ils font aussi apparaître la famille comme un problème, qui se pose quand les trois dimensions identifiées par Florence Weber (le « sang », le « nom » et le « quotidien ») ne sont pas superposées, quand parenté quotidienne (le partage de la vie affective et économique quotidienne), lien biologique (ce qu’elle appelle le sang) et lien juridique (matérialisé par le nom) sont distincts. Cela arrive par exemple lorsque le prénom donné fait référence au père biologique (l’amant de la mère), qui n’est pas le père au quotidien ou le père désigné par les liens du mariage.

45Les cas étudiés par Florence Weber sont structurés autour de la transmission d’un nom de famille – qui indique, bien mieux que le prénom, l’inscription dans une lignée. Mais il s’avère que des logiques et des tensions similaires parcourent les demandes de changement de prénom. Le sang, le quotidien et le prénom peuvent en effet ne pas coïncider. Ces dimensions ne correspondent que lorsque les géniteurs (père et mère) sont aussi ceux qui élèvent, et sont ceux qui ont choisi, ensemble, le prénom. Quand ces dimensions ne coïncident pas, un travail de mise en cohérence narrative est nécessaire : changer de prénom redonne une cohérence. Le passage devant le tribunal oblige les requérants à expliciter de manière assez précise ce qui était parfois pour eux une évidence (ce qui va de soi, sans le dire) ou parfois un secret.

Ancrer dans les lignées

46Tous les fils de Sékou T., Ivoirien, ont pour premier prénom Alassane. Donner ce prénom à un fils issu d’une relation hors mariage apparaît donc important pour la mère (Ivoirienne, femme de ménage) et le père, qui a reconnu son enfant un an après la naissance. L’enfant est d’ailleurs appelé quotidiennement Alassane. Inscrire ce prénom à l’état civil a pour but, écrit l’avocat, de faire « symboliquement entrer l’enfant dans la filiation paternelle ».

47Face à de telles demandes, juges et procureurs exigent, en audience, des précisions : « l’intérêt légitime » de l’enfant est-il de changer de prénom, quand ce prénom n’est pas clairement le choix des deux parents (mais seulement celui d’un des parents), ou encore celui des grands-parents plus que des parents ? « Alyaa », par exemple, est née en 2010 d’une mère étudiante (âgée d’à peine 18 ans, née en France de parents nés en Guinée). La requête avance que « son souhait était en réalité de donner à sa fille le prénom de sa grand-mère paternelle décédée, à savoir le prénom : Hadja ». L’audience révèle cependant que la demande provient des parents de la mère (les grands-parents) plus que de la mère elle-même : l’avocat était rétribué par les grands-parents, qui attendaient la fin de l’audience dans le couloir, et la jeune mère, à l’audience, n’appuyait que très mollement la demande de « son » avocat.

48Les conflits familiaux peuvent ainsi trouver une répercussion dans le choix des prénoms. Inscrire l’individu dans des lignées, ou dans une lignée, ne signifie pas seulement l’inscrire dans une lignée ascendante, mais aussi, parfois, dans une lignée descendante. Alors que le prénom, distinct du nom de famille, ne semble pas, pour les juristes, lié à la filiation, les usages qu’en font les parents accordent à certains prénoms la possibilité de marquer cette filiation. Cela peut très bien se percevoir dans les cas où les origines nationales des personnes composant la famille sont diverses (et associées à des assortiments de prénoms différents ; Streiff-Fénart, 1990). Dans l’exemple de requête suivant, le requérant cherche à mettre en accord, à ses yeux, son identité onomastique avec celle de sa famille. L’époux de Christelle, le père d’Émilien et Léa, ne se perçoit pas comme Karim. Né en 1967, d’un père né en Algérie et d’une mère née en France, il souhaite prendre le prénom Laurent : « entre les deux branches, la française a été choisie, il est marié avec une Française et ses enfants portent des prénoms français, intégrés à la communauté française. Il se fait appeler Laurent comme il résulte des attestations versées aux débats ».

49Le cas de la demande de Catherine entre dans une logique similaire, celle de lier son prénom à certaines de ses origines, qui lui importent davantage. Née en 2000, de parents nés en Algérie, naturalisée française peu après sa naissance, elle sollicite l’adjonction, en deuxième position, d’un « prénom arabe » :

Parvenue à l’âge de comprendre l’histoire de sa famille, Catherine leur en a fait le reproche et s’est sentie un peu à l’écart de sa communauté d’origine dans la mesure où elle était la seule enfant de la famille à n’avoir aucun prénom d’origine arabe. Que les proches de l’enfant, à sa demande, ont donc pris l’habitude dans le cercle de la famille de la prénommer Zahia.

50Les prénoms, ici, servent à « faire famille » : la jeune fille (qui a 11 ans au moment du dépôt de la requête) souhaite un prénom qui soit de même forme que celui de ses frères et sœurs et de ses parents.

Les jeux de l’adoption

51Les usages narratifs de l’état civil n’apparaissent peut-être jamais aussi clairement que dans les dossiers relatifs à une adoption, où le prénom semble parfois préexister à l’enfant. Les modifications intervenues en 2011 visant à faciliter le changement de prénom des adoptés (en cas d’adoption simple) montrent combien ce lien entre prénom et famille est reconnu, y compris par le législateur. Dans le cas de l’adoption simple, la filiation de départ (le sang) n’est pas effacée, mais changer de prénom permet de faire coïncider le quotidien et le nom. L’extrait suivant montre, de plus, que le prénom peut précéder la personne :

Monsieur et Madame P. ont adopté sous la forme de l’adoption simple par jugement du tribunal de grande instance de Paris, en [2011], Guina. [...] Depuis son arrivée en France, [elle] porte le prénom Claire. C’est sous ce prénom que Monsieur et Madame P. ont construit leur projet d’adoption, dès avant de connaître leur enfant.

C’est sous ce prénom que ses parents l’ont inscrite à l’école, en qualité de prénom d’usage. C’est bien entendu sous ce seul prénom que l’enfant est connue de son entourage. Ce prénom par ailleurs facilitera l’intégration de l’enfant dans son nouveau pays. Monsieur et Madame P. sollicitent donc que soit ajouté, en premier prénom de leur enfant, le prénom de Claire, afin qu’il soit conforme au vécu de l’enfant depuis ses 1 an.

52D’un autre côté, l’adoption plénière, qui, en France, transforme radicalement la filiation, peut s’accompagner d’un changement de prénom. « Faire famille » dans ce cas, nécessite de « défaire famille » : il faut que le « nom » efface le « sang », et le choix d’un nouveau prénom accentue le choix d’un nouveau nom ; cette possibilité a été mise en place dès 1949. Ici, le prénom va faire famille, il permet de faire coïncider deux des trois dimensions développées par Florence Weber (2005) ou de privilégier l’une des dimensions. Mais des tensions peuvent réapparaître :

Madame Z. a été adoptée plénièrement [en] 1978 et ses parents adoptifs lui ont donné le prénom volontairement masculin de Maël pour éviter que des membres de sa famille d’origine ne la retrouvent un jour. Madame Z. qui n’a appris qu’à 19 ans par pur hasard qu’elle avait été adoptée a subi un traumatisme qui a donné lieu à des thérapies à l’hôpital X, aussi le prénom Maël est pour elle porteur d’une symbolique forte, à savoir son adoption et la volonté de ses parents adoptifs de la faire passer pour un enfant de sexe masculin.

53Dans le cas qui vient d’être présenté, Maël demande la suppression des trois prénoms choisis par ses parents adoptifs et à en prendre un nouveau, différent.

Des noms comme prénom

54Certaines demandes de changement de prénom sont liées aux problèmes posés par cette symbolisation des liens de filiation biologique, quand précisément les liens entre paternité biologique, nom et paternité du quotidien se défont – et quand le prénom a été utilisé comme marqueur d’un lien. Le droit français différencie fortement le nom et le prénom, et l’une des limites à la liberté de choisir est liée à la protection des noms de famille : « Ne peuvent être choisis comme prénoms, des noms de famille dont l’usage constituerait une usurpation. » Les différentes éditions de l’Instruction générale relative à l’état civil précisent même qu’« il ne peut être attribué à l’enfant comme prénom le nom du parent qui ne lui a pas été transmis » (IGREC, Circulaire du 28 octobre 2011, § 81). On trouve pourtant, dans certaines pièces d’état civil présentes dans les dossiers, des noms de famille (maternels pour les cas observés) donnés comme deuxième prénom. Mais cette pratique ne donne lieu à des changements de prénom que lorsque les différentes dimensions de la « parenté pratique » (Weber, 2005) divergent : en 1992, naît, d’une femme de ménage née au Maroc, le petit « Mansouri-Abdel Ben Amar » (il a un prénom composé et porte le nom de sa mère). Onze ans plus tard, en 2003, son père biologique, Monsieur Ahmed Mansouri, médecin né au Maroc, reconnaît son fils. En 2005, l’enfant prend donc le nom de son père. Il se retrouve à porter Mansouri à la fois comme prénom et comme nom. La demande porte sur la modification du prénom : il s’appellera désormais Abdel Mansouri.

55On trouve un cas un peu plus complexe avec Rajiv Rajiv, dans un jugement de juin 2011 (Tribunal 2) qui sera cité puis explicité :

Par jugement du 15 avril 2009, le tribunal de grande instance de X a annulé l’acte de reconnaissance effectué par Monsieur Saïd ADAMA et a constaté que Monsieur Gurdeep RAJIV était le père biologique de l’enfant. D’après son acte de naissance, le nom initial, ADAMA a alors été remplacé par RAJIV [...] de sorte que le prénom et le nom de l’enfant sont désormais identiques.

56L’enfant avait été déclaré à la naissance, en 2000, sous le prénom de Rajiv – et sous le nom du père qui l’avait reconnu (Adama). Il s’appelle désormais, avec la reconnaissance par son père biologique, Rajiv Rajiv. Rajiv est supprimé et remplacé par Jalal, pour le motif que « cette situation [la similitude entre nom et prénom] est susceptible d’entraîner une confusion pouvant faire grief à l’enfant ». Dans cette affaire, soit les parents (Saïd et Zeitouna, qui n’étaient pas mariés), en 1999, ont choisi par hasard ce prénom, qui se trouve être le nom de famille du père biologique ; soit la mère a choisi, pour prénom de son fils, le nom de son amant, essayant de faire coïncider la paternité biologique sinon avec le nom, du moins avec le prénom, le nom concordant alors avec la paternité du quotidien. La mère dit, en substance, « voici ton fils » à son amant, qui reconnaîtra son fils neuf ans plus tard.

57Le « patronyme comme prénom », qui vise à matérialiser les liens du sang ou du quotidien, doit donc parfois être modifié en cas de redéfinition de ces liens.

Rompre le lien

58La contrepartie de l’établissement de liens par le prénom est la possibilité de marquer la rupture des liens en changeant de prénom. Dans ce cas, apparaît une identité auto-engendrée, fruit d’une volonté personnelle de re-création.

59Le règlement de conflits familiaux peut passer par le choix de prendre un nouveau prénom. Rompre toute relation avec les parents (père ou mère) semble impossible à certains requérants tant qu’ils porteront le prénom choisi par les personnes dont ils cherchent à s’éloigner. Quand Christine découvre que son père a commis des attouchements sexuels sur sa fille, elle décide non seulement de ne plus avoir aucun contact avec ses parents (sa mère prenant le parti de son père), mais aussi de supprimer ses prénoms (elle en avait trois, qui avaient été choisis par ses parents) pour les remplacer par un nouveau, qu’elle a choisi. Son avocat rédige ainsi la requête : « elle souhaite la suppression de Christine. Les prénoms de Simone, Claudette seront également supprimés, refusant une quelconque attache avec ses parents. Elle souhaite l’adjonction du prénom d’Alexandra en première et unique position ».

60De la même manière Frédéric, Mickaël, âgé de 14 ans, souhaite supprimer son deuxième prénom, qui est celui de son père – condamné pour agression sexuelle sur ses filles (les sœurs du requérant).

Frédéric T. est informé de l’histoire familiale et des faits reprochés à son père. Il présente des troubles du comportement et est suivi par un psychothérapeute. Il est scolarisé en IPEP. Il exprime le souhait, tant auprès de son thérapeute que de l’équipe éducative qui l’a en charge, de ne plus porter le prénom de Mickaël répondant à celui de son père qu’il identifie comme dangereux et mauvais.

61Le prénom du père incestueux, qui était aussi l’un des prénoms du fils, est supprimé.

62Les exemples précédents montrent que le prénom est parfois utilisé comme signal de l’inscription d’une personne dans une famille, un réseau de parenté, une lignée... Et qu’il ne suffit pas d’avoir un prénom d’usage qui marque cette inscription. Ce que recherchent les demandeurs – qu’ils agissent pour eux ou au nom de leur enfant mineur –, c’est la modification du prénom de l’état civil, comme si le prénom garanti par l’État était doté d’une force propre. Mais on perçoit bien que l’état civil, au moment de la naissance (et donc du choix du prénom), ainsi qu’au cours de la vie (au moment du dépôt de la requête en changement de prénom), sert à synthétiser et à matérialiser les inscriptions concrètes et familiales d’un individu.

L’unicité des prénoms dans la famille proche

63Un ensemble de normes structure la dévolution des prénoms dans l’entourage proche : ainsi, ils doivent être uniques. Respecter cette norme oblige parfois à des contorsions prénominales : il n’y a en effet pas de « protection juridique » (par copyright ou dépôt de marque) du prénom choisi, qui pourrait empêcher d’autres de le prendre, mais un ensemble de normes pratiques qui relèvent de la politesse. La juriste américaine Laura A. Heymann a étudié précisément les revendications au « monopole » d’un prénom dans la famille (2011 ; 2012). Il existe aussi une règle administrative : les différentes éditions de l’IGREC attirent l’attention sur les « inconvénients auxquels expose l’attribution de prénoms qui généreraient des risques d’homonymie dans la famille » (Circulaire du 28 octobre 2011, § 85).

64Frédéric, artiste peintre, est né à la fin des années 1960. Deux ans après sa naissance, il est reconnu par Jean M., puis « légitimé par mariage de Jean M. avec sa mère ». À partir de ce moment, il est appelé « Denis » et, peu de temps après, son prénom de naissance est modifié sur son acte de naissance.

Il apprend [...] à l’âge de 35 ans, que Monsieur Jean M. n’est pas son père biologique et que le changement de son prénom avait été motivé par le fait que Monsieur M. avait d’une première union un fils également prénommé Frédéric. Le choc et la blessure provoqués par la révélation tardive de ce secret de famille concernant son identité justifient la motivation de Monsieur M. à rétablir sa véritable identité. C’est dans ce contexte qu’il apprend par sa mère la véritable identité de son père biologique.

65Il souhaite alors reprendre son prénom de naissance, Frédéric. La complexité de ce cas, où le prénom change à deux reprises, montre le rôle que peuvent avoir les prénoms dans la construction de la famille. Parce qu’il n’est pas fréquent, dans la France contemporaine, d’avoir deux enfants dotés du même prénom, Frédéric devint Denis, ce qui permit de l’insérer pleinement dans la famille, et surtout de faire coïncider, dans les mots de Florence Weber (2005), le « sang », le « nom » et le « quotidien » au moyen de la modification d’un prénom. C’est quand l’individu s’apercevra que « le sang » et « le quotidien » divergeaient qu’il demandera à modifier son prénom, à reprendre le prénom donné à la naissance – même si ce prénom est alors celui de son frère.

66En France, l’unicité du prénom des individus au sein de la parentèle (c’est-à-dire du groupe qui se reconnaît un lien de parenté) génère une situation concurrentielle pour l’attribution des prénoms. Le choix du prénom semble répondre à une tension entre l’originalité et le conformisme, et rien n’apparaît plus conformiste que de choisir un prénom déjà donné par des proches à un enfant de la famille. Cela est perçu comme une forme de suivisme, d’imitation, et le prénom semble « d’occasion », il est dévalué. Mais abandonner le prénom imaginé pour son enfant n’est pas chose aisée : les futurs parents y ont investi en temps et en émotion. Les anthropologues ont bien souligné que le choix d’un prénom avant la naissance participait à la constitution de la personne sociale, à son introduction dans le monde social avant même son entrée physique dans celui-ci (Layne, 2006 ; Méchin, 2012). L’identité de l’enfant, avant même sa naissance, a été matérialisée par un « prénom de cœur ».

Monsieur N. et Madame D. ont eu un deuxième enfant : François, Alexandre [...]. Leur choix initial se portait uniquement sur le prénom de Gabriel, mais ce prénom avait déjà été choisi dans la famille par le fils d’une lointaine cousine. Malgré cela, Gabriel restait le prénom « coup de cœur », alors que François était un prénom de « raison ». Au moment de l’enregistrement à l’état civil, Monsieur N. – très ému de l’événement – et se rappelant que Gabriel était un prénom déjà pris dans la famille, a opté sans grande conviction pour François, alors que les deux parents préféraient Gabriel. Monsieur N. a pris tout de suite conscience de cette erreur mais il fallait assumer et annoncer la naissance du bébé sous le prénom déposé à l’état civil. Cela a été très difficile pour le père. Cela a été tout aussi difficile pour la maman qui pleurait chaque jour à la maternité, en raison de cette erreur. Les parents regardaient leur enfant en l’appelant Gabriel, mais devaient se reprendre car il s’appelait en réalité François.

67Les parents demandent alors à adjoindre aux prénoms François, Alexandre, celui de Gabriel, en première position.

68Le prénom n’est donc pas seulement inscrit dans des logiques d’individualisation, mais aussi, fortement, dans des logiques d’appartenance collective. Il apparaît important aux yeux des requérants d’inscrire, matériellement, cette appartenance collective dans l’état civil. Il ne s’agit pas ici d’identifier plus précisément une personne, de la distinguer plus clairement d’autres, il s’agit ici d’associer « quotidien » et « sang » au « nom » (sous la forme du prénom).

69L’état civil est alors utilisé comme élément d’attestation d’une histoire individuelle et familiale. Dans l’histoire cohérente que les individus construisent (« Je suis X, fils de Y et de Z et non pas N, fils de B et de C »), l’état civil, parce qu’il est extérieur aux individus et investi de toute la force d’un dispositif étatique, peut servir à attester de la vérité des revendications.

Le sentiment d’identité

70« Le droit accorde une importance considérable au bien-être de l’individu [...], à son sentiment d’identité » écrit Gutmann (2000, p. 15). Cette prise en compte est récente ; elle était encore regardée avec scepticisme dans les années 1970. Ainsi pour Judas, connu par tout le monde sous le prénom de Maurice :

  • 5 JCP 1975, I, 17995.

Le Tribunal a relevé la contradiction existant entre les deux premiers arguments présentés par le demandeur. Si en effet, B. est appelé dans la vie courante Maurice et non Judas, comment ce dernier prénom, qui figure uniquement sur les actes officiels, peut-il lui causer la moindre gêne sur le plan des relations professionnelles ou personnelles5 ?

Le juge considérait comme distincts non seulement les deux prénoms (de l’état civil et d’usage), mais aussi les espaces d’utilisation de ces deux prénoms. Ce cas indiquait implicitement, dès 1970, qu’il devenait difficile de vivre quotidiennement sans que le prénom de l’état civil ne transpire : c’est celui de la carte d’identité, de l’inscription à la sécurité sociale, probablement celui de la banque. Progressivement, au cours du xxe siècle, l’espace laissé au prénom d’usage s’est restreint et les usages du prénom de l’état civil se sont multipliés.

71Pourquoi le bien-être ou le sentiment d’identité est-il considéré aujourd’hui par les juges comme un élément à prendre en compte ? Nous sommes beaucoup plus couverts par des vêtements de papiers qu’auparavant (voir About & Denis, 2010), et c’est cette couverture permanente par les catégories de l’état civil qui nous amène à le concevoir comme permettant l’expression du soi. La conception « psychologisante » de l’état civil ne serait alors qu’un signe de l’extension de l’état civil et de son appropriation par les individus – et non plus seulement par les agents chargés de son contrôle.

Quand le prénom ne dénote plus l’individu

72Que se passe-t-il quand l’histoire racontée par l’état civil n’est pas celle de la personne identifiée, mais celle de quelqu’un d’autre ? Quand le prénom transmis est celui d’un autre ou celui de millions d’autres ? On repère dans les requêtes deux discours différents. Un discours psychologisant d’une part, qui semble être une traduction du « discours psychologique de masse » décrit par Robert Castel dans les années 1980, et dont Olivier Schwartz a récemment montré la diffusion aux classes populaires. Dans ce discours, ou cette « culture psychologique », des schémas d’interprétation nés au sein de la cure thérapeutique « débordent les frontières du pathologique » pour servir dans de nombreuses autres situations (Castel, 1981, 2011 ; Schwartz, 2011). Un discours de l’identification d’autre part, où est souligné un risque de mauvaise identification (à cause de l’homonymie par exemple). La tension entre ces deux logiques est manifeste dans de nombreux dossiers.

73Si le prénom sert à la représentation collective de la famille, quelle place est laissée à l’individu ? Certains dossiers semblent dire : ce prénom ne me laisse aucune place. Il n’est que le support de névroses familiales. Il n’identifie pas assez.

74Être le dépositaire d’un prénom hérité se retrouve parfois au cœur des arguments. Hélène, publicitaire née au cours des années 1960, mariée à un directeur de société et mère de trois enfants aux prénoms rares, reçoit, à la naissance, le prénom de sa grand-mère maternelle.

[Sa] grand-mère maternelle [...] a vécu une grave dépression chronique qui la menait très souvent dans des institutions spécialisées pour se faire soigner. Le fait de porter son prénom a profondément marqué Madame L. qui avait devant elle un modèle de femme brisée. La prise de conscience du poids de cette hérédité a conduit Madame L. à s’approprier depuis plus de deux ans un nouveau prénom, celui d’Alina.

75Recevoir le prénom d’une personne décédée, un père, une cousine, ou un grand-père, est décrit comme l’obligation d’occuper une place qui n’est pas la sienne.

Mademoiselle Michèle B. porte le prénom Michèle en raison du décès de son père prénommé Michel, durant la grossesse de sa mère. La mère de Mademoiselle Michèle B. et ce jusqu’à la fin de sa vie, a continuellement reproché à sa fille Michèle d’être sa dernière née, d’un père décédé pendant sa grossesse. C’est une des raisons pour lesquelles Mademoiselle B., fragile psychologiquement et suivie par ailleurs par le centre X, a depuis plus de vingt ans utilisé comme prénom au lieu de Michèle, celui de Salva.

76Dans de rares cas, la similitude de prénoms conduit effectivement à occuper nolens volens la place d’un autre. En France, le prénom, associé au nom de famille, est le support de l’identification des personnes, en tant qu’individus. Certains prénoms n’identifient pas assez, parce que ce sont des prénoms portés par d’autres personnes.

77Il ne s’agit pas nécessairement de prénoms très répandus. Ainsi Adjshayaa, née en France de parent sri-lankais, a un frère jumeau, Adjshayaan, « prénom quasiment identique à l’exception d’une lettre », écrit l’avocate dans sa requête. Dotés, de plus, de la même date de naissance, ils sont sans cesse confondus par les administrations, qui s’appuient sur les prénoms pour identifier à distance (sans interaction directe) les individus. La jeune Adjshayaa s’appellera désormais Suhdangha.

78Mais certaines requêtes sont construites sur les difficultés causées par un prénom trop répandu :

À plusieurs occasions, Paul B. a croisé dans divers lieux (notamment dans son collège, au sein de son association sportive, dans l’immeuble de ses grands-parents, etc.) d’autres garçons nommés Paul B. Au cours de sa scolarité au collège X, il a fait l’objet à deux reprises d’une confusion liée à son homonymie avec un autre élève lui causant des désagréments. [...] Craignant que d’autres confusions ne se reproduisent à l’avenir dans le cadre de sa scolarité ou de sa vie future dans la mesure où le nom de famille qu’il porte est très répandu (cf. : attestation de son grand-père et extrait du site Internet Google qui donne plus de 2 millions de résultats lorsqu’on cherche Paul B.), Paul B. souhaiterait que lui soit accordée la possibilité d’adjoindre à son prénom les deux prénoms Émile et Marcelin.

79Aujourd’hui, le caractère rare ou répandu des prénoms peut être objectivé au moyen de nombreux outils – principalement en ligne, sur Internet. En 2016, Facebook, Google, meilleursprenoms.com, peuvent servir de sources permettant de signaler qu’existent – au moins virtuellement – des dizaines de milliers d’homonymes ou au contraire aucune autre personne ne portant ce prénom (ce qui peut le rendre exubérant). Ces éléments chiffrés se retrouvent dans les requêtes :

  • 6 La requérante a 35 ans au moment où elle dépose sa demande.

Selon le fichier des prénoms édité par l’INSEE en 2007, depuis 1900, 85 enfants ont été prénommés Basilie, dont 16 depuis 1950. Le maximum ayant été atteint en 1928 avec 6 naissances. Il n’est donc pas étonnant que l’âge moyen des personnes portant le prénom de Basilie est de 79 ans6 !!!

80« Mon prénom de naissance est trop répandu », déclare en substance Monique, née de deux parents ouvriers, ancienne employée à la retraite, artiste peintre :

À sa naissance [au début des années 1950], Monique a été le deuxième prénom le plus donné en France (plus de 12 000 enfants ont été ainsi prénommés pour cette seule année). Durant toute sa scolarité, elle avait donc de nombreuses camarades portant le même prénom qu’elle. Qu’ainsi pour la désigner, certains professeurs et élèves avaient pris l’habitude de l’appeler par un numéro (« numéro 2 ») ou par son seul nom de famille. Elle en a beaucoup souffert. À l’adolescence, pour se démarquer, elle a choisi de se faire appeler Nathalie. Elle n’a jamais cessé d’utiliser ce prénom, des années 1970 jusqu’à aujourd’hui. Tous ses proches la connaissent en tant que telle, en particulier son fils, né en 1972. Elle produit des correspondances, lui ayant été adressées depuis 1983 qui le prouvent. Ses amis ignorent même que son état civil est différent. Elle fait toutes ses démarches en tant que Nathalie. C’est sous ce prénom qu’elle apparaît sur ses relevés de compte en banque, contrat d’assurance et factures. Propriétaire de six biens immobiliers, elle est également ainsi identifiée par les syndics de copropriété et ses locataires. Elle a plusieurs passions, auxquelles elle s’adonne de longue date sous le prénom Nathalie. Surtout c’est en tant que telle qu’elle est connue comme artiste peintre.

81Monique a reçu à la naissance un prénom alors très répandu (comme Martine, Françoise, Marie ou Nicole). Ce prénom trop fréquent ne remplit pas sa fonction dénotative, son rôle d’identification personnelle et, à l’adolescence, elle en choisit un autre. Elle choisit un prénom très rare au moment de sa naissance, mais, ironiquement, très fréquent au moment de son choix. Le prénom choisi, en effet, est aussi l’un des plus donnés à ce moment-là (près de 12 000 filles le reçoivent), mais pas pour sa génération. Le graphique suivant (figure 4, p. 68) montre l’évolution de ces deux prénoms : la courbe x représente, à l’aide des données du Fichier des prénoms de l’INSEE (2012), l’évolution numérique du prénom de Monique (qui naît au moment où le prénom est le plus donné) ; la courbe y représente l’évolution numérique du prénom Nathalie (prénom choisi par Monique à l’adolescence), prénom qui connaîtra aussi un grand succès.

Figure 4. D’un prénom à l’autre, Monique devenant Nathalie (source : Fichier des prénoms, 2012).

Figure 4. D’un prénom à l’autre, Monique devenant Nathalie (source : Fichier des prénoms, 2012).

82Comme il est possible de le constater, le thème de l’identification (« mon prénom est trop rare / trop fréquent / pour m’identifier correctement ») est associé à celui du bien-être : une mauvaise identification pose problème jusqu’au plus profond de la personnalité.

Réactions des magistrats

83Différents juristes, commentant des arrêts récents de cours d’appel, ont dénoncé cette conception psychologisante du prénom. Mais l’inscription dans des textes (jugements, arrêts...) n’est que la fin d’un processus au cours duquel, souvent, intervient la parole.

Avant le jugement : les audiences

84À quoi servent donc les audiences si 92 % des demandes sont acceptées ? Elles font partie du dispositif de « gouvernement par la parole » : comme l’écrit Dominique Memmi, « l’échange de paroles, ce moment minuscule, est un moment névralgique de la surveillance des conduites » (2003, p. 136). Les audiences servent ainsi souvent à réorienter la demande. L’audience amène parfois les candidats à modifier leur requête dans l’optique d’une adjonction. L’adjonction est en effet souvent préférée, par les magistrats, à la suppression. Certains juristes ont fait le « constat que le changement trop brutal d’état peut être source de perturbation pour le sentiment d’identité » (Gutmann, 2000, p. 139). Les juges – et les procureurs – vont alors chercher à protéger les requérants contre un changement radical. Gutmann appelle cela la « stabilité de protection », et cette « protection » apparaît comme un moyen de réguler les « excès » possibles des demandeurs.

85Dans une affaire où l’enfant, né Tariq, devrait devenir Alex, la procureure résume ainsi les faits à l’avocat et à la mère de l’enfant, après audition de l’enfant, âgé de moins de 10 ans :

L’enfant n’arrive pas à exprimer pourquoi ce prénom, Tariq, est « bizarre ». Il est dans une situation douloureuse le concernant. Vous mentionnez, Maître, l’intégration à une communauté religieuse, en faisant valoir une inscription à l’école catholique. Mais il y est scolarisé sous le prénom Tariq, et cela ne semble pas poser de problème. Vous joignez au dossier des attestations qui font état qu’il risque d’être rejeté par la famille. Et les termes employés sont très durs : « la famille a honte » [du prénom Tariq], c’est dire jusqu’où on va. Je considère, à travers les déclarations faites par l’enfant, qu’il existe une souffrance. Mais qu’il ne faut pas faire table rase. Il n’est pas dans son intérêt de supprimer le prénom. Il est préférable de faire le choix d’une adjonction.

86À cela, la mère se résout, ainsi que l’avocat : « J’ai peur qu’il se sente perdu entre deux religions, mais je plaiderais, moi, pour une adjonction. » (Notes d’audience, Tribunal 1, juin 2011.)

87« Ne pas faire table rase », « garder une trace » : les juges et les procureurs perçoivent aussi les prénoms inscrits à l’état civil comme pouvant indiquer des étapes de la vie, une histoire personnelle. L’argument parfois mobilisé par les juges et les procureurs pour pousser les requérants à l’adjonction lors de l’audience est le risque de voir revenir le requérant, quelques mois ou quelques années plus tard, qui souhaiterait alors retrouver le prénom supprimé. Face à des individus qui leur apparaissent manquer de stabilité onomastique, les magistrats tentent de leur faire garder une trace des prénoms donnés par les parents, ou des prénoms reçus lors de la francisation.

88Garder la maîtrise du cadre importe : le discours de la souffrance, de la gêne, de la douleur, etc., est acceptable, et les expertises psychologiques ou psychiatriques ne sont demandées que dans les cas de dossiers de transsexuels. Les dossiers faisant état d’une consultation psychologique, ou contenant des attestations de psychothérapeutes, sont rares. S’appuyer sur ces documents pour reconnaître un intérêt légitime reviendrait à externaliser la décision juridique (et à limiter l’autonomie du juge). Mais dans quelques cas, l’audience peut aboutir à une demande d’expertise psychologique. Notamment pour une pratique, autrefois très courante, mais aujourd’hui perçue comme pathologique, qui consiste à donner à un vivant le prénom d’un mort.

89Face à la famille défaite par un décès inattendu, le prénom peut apparaître comme un outil de permanence : « la requérante a le plus grand intérêt à faire ajouter au prénom de l’enfant celui de son défunt mari et ce en mémoire du père de l’enfant », écrit l’avocat d’une mère, veuve souhaitant adjoindre au prénom de son fils (Téo) le prénom de son époux décédé (Alexandre). À l’audience, la juge demande :

Est-ce qu’il n’est pas lourd de porter le prénom du papa parce qu’il est parti ? [elle insiste]

La mère : Je n’ai pas pensé à cet aspect-là. Il pourra grandir dans le souvenir de son père. [...]

  • 7 Voir aussi CA [Bourges], 7 mai 2014, no 13/01865, JurisData no 2014-014043, décision dans laquelle (...)

La juge : Avez-vous évoqué avec le pédopsychologue votre démarche ? Comment le psychologue appréhende-t-il cette démarche ? [La mère répond qu’elle n’en a pas parlé]. Imaginons que votre enfant demande “pourquoi tu m’as appelé comme lui ?” Je souhaite disposer d’une évaluation psychologique, qui dise que c’est bien pour l’enfant. Il faudrait s’assurer de cela pour répondre aux interrogations ultérieures [elle insiste]. (Notes d’audience, Tribunal 1, septembre 20117.)

Les jugements

90En fonction de l’habitude ou du nombre de dossiers, et de la complexité de l’affaire, les jugements sont plus ou moins développés. L’exigence d’une motivation des jugements (habitude ancienne qui remonte à la Révolution) oblige aussi à une mise en récit (ce que le sociologue Jean-François Laé appelle des « récits jurisprudentiels » : 2001).

91Certains jugements mettent sur le même plan la souffrance personnelle et une raison plus classiquement acceptée par la jurisprudence. Ainsi ce jugement, au sujet de la demande de Karima, née au milieu des années 1960, d’un père algérien et d’une mère née en France :

En l’espèce Madame Karima A. fait valoir que son prénom à consonance étrangère a fait obstacle à son intégration harmonieuse au sein de la société française de province, et que cela a été cause de souffrance toute sa jeunesse et que cette souffrance connue très jeune a entaché sa vie d’adulte.

Madame Karima A. a de ce fait, toujours eu le sentiment qu’elle portait un prénom qui ne correspondait pas à ce qu’elle était.

Par la suite, en raison d’une erreur matérielle sur des papiers administratifs, le nom de Karima étant proche orthographiquement de Karina, Madame Karima A. a pu se faire appeler Karina et elle en a ressenti un

profond soulagement et c’est d’ailleurs comme cela qu’elle s’est fait appeler par ses amis et connaissances.

C’est ainsi que le prénom de Karina a commencé à faire sens pour elle et à lui donner la respiration dont elle avait besoin ; Madame Karima A. a fait depuis lors un usage prolongé du prénom Karina.

Reste que ce qu’elle a vécu dans sa jeunesse l’a profondément marquée et qu’il en est résulté toujours une grande souffrance à l’âge adulte ; Madame Karima A. a besoin de se prénommer Karina pour oublier la difficulté d’intégration connue dans sa vie d’enfant.

Ses frères et sœurs ont, comme elle, sollicité un changement de prénom de façon à faciliter leur intégration.

Pour toutes ces raisons, touchant à la volonté d’intégration et afférente à la profonde souffrance de Madame A., cette dernière justifie d’un intérêt légitime au sens de la loi et est fondée en sa demande.

92La « souffrance profonde » que l’on trouve ici associée à l’intérêt légitime est à comprendre comme l’acceptation, au moins partielle, par certains juges, de la conception narrative de l’état civil. D’autres jugements tracent une ligne distincte : « le changement de prénom ne doit pas être entendu comme la solution ou un éventuel remède au mal-être actuel de Madame et à la souffrance ayant pu résulter des conditions de sa naissance ». Mais ce cas était particulier : la requérante ne souhaitait pas seulement supprimer son prénom de naissance, elle souhaitait aussi prendre le prénom de son avocate, sans aucune justification. Que la souffrance soit reconnue comme raison légitime ou non, elle reste « un argumentaire essentiel pour légitimer publiquement l’intervention sur soi et la réponse des institutions » (Memmi, 2003, p. 272).

*

93Les changements de prénom apparaissent ici entièrement inscrits dans des récits : récits de soi écrits dans les requêtes, récits oraux lors des audiences, récits des jugements motivés. Ce contexte ne peut que mettre en récit l’état civil lui-même. Les usages ordinaires de l’état civil servent d’appui à des demandes de changement de prénom. Les catégories de l’état civil, comme précisé plus haut, sont pleinement associées, pour une partie des requérants du moins, aux outils permettant l’expression du soi, de sa personnalité, de son identité : l’état civil, aujourd’hui, est une des institutions de l’identité personnelle. Il est, de plus, doté de la faculté à dire le vrai : le « vrai » prénom, le plus souvent, aujourd’hui, est celui des papiers d’identité.

  • 8 Jacques Massip, « Nom-Prénom, TGI Agen, 19 juin 1992 », Defrénois, 15 juin 1994, no 11, p. 772.

94La « morale d’état civil » place la vérité de l’individu dans ses propres cadres (et il doit donc leur correspondre), mais considère en même temps cet état civil comme adaptable à l’histoire (et à la vérité) des individus : l’état civil doit être assez souple pour être modifié, ne serait-ce que parce que « notre vie intime, notre intériorité profonde [n’échappent pas] au monde extérieur des actes officiels et des papiers » (Fine, 2008, p. 42). Certains juristes, dès la réforme de 1993, avaient souligné cette demande de fluidification de l’état civil : « il ne serait pas impossible compte tenu de l’évolution des idées et du souci, chaque jour plus actuel, d’affirmer le droit de chacun à son identité personnelle, que l’on considère qu’il existe pour l’enfant parvenu à la majorité un intérêt légitime à faire inscrire sur son acte de naissance le prénom qu’il souhaite porter8 ».

Notes

1 Seule une occurrence du prénom Marcel a échappé à l’entreprise d’anonymisation réalisée par l’auteur au fil des multiples brouillons.

2 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, 1. Du côté de chez Swann : « Noms de pays : le nom », Paris, Éditions de la NRF, 1919, p. 368.

3 Le changement du nom d’usage des femmes mariées, lui, est immédiatement inséré dans une narration. Leur nom de naissance ne change pas.

4 CA [Orléans], 19 mars 2013, no 12/02924, 138, JurisData no 2013-005295.

5 JCP 1975, I, 17995.

6 La requérante a 35 ans au moment où elle dépose sa demande.

7 Voir aussi CA [Bourges], 7 mai 2014, no 13/01865, JurisData no 2014-014043, décision dans laquelle les prénoms sont jugés comme faisant « peser sur [l’enfant] le souvenir douloureux du décès de son père dans des circonstances dramatiques ».

8 Jacques Massip, « Nom-Prénom, TGI Agen, 19 juin 1992 », Defrénois, 15 juin 1994, no 11, p. 772.

Table des illustrations

Titre Figure 4. D’un prénom à l’autre, Monique devenant Nathalie (source : Fichier des prénoms, 2012).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/22927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© Presses universitaires de Lyon, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site