Version classiqueVersion mobile

Patrimonialisations croisées

 | 
Olivier Givre
, 
Madina Regnault

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Audrey Boucksom est docteure en histoire de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et consultante indépendante dans le domaine du patrimoine culturel à Bruxelles, spécialiste notamment de l’artisanat d’art en Afrique de l’Ouest.

2Julie Carpentier est doctorante en ethnologie au centre d’enseignement et de recherche en ethnologie amérindienne du laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) et chercheuse associée à l’Institut français d’études andines. Ses travaux portent sur les acteurs, les enjeux et les stratégies de mise en scène de l’identité culturelle dans les projets de tourisme communautaire en Amazonie équatorienne.

3Anna Dewaele est doctorante en géographie à l’École des hautes études en sciences sociales et au CEIAS (Centre d’étude de l’Inde et de l’Asie du Sud). Ses recherches portent sur les problématiques de citadinité et de réappropriation urbaine dans les villes nouvelles indiennes.

4Olivier Givre est anthropologue, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2. Ses principaux travaux portent sur les transformations culturelles et politiques des sociétés des Balkans, en particulier les rapports entre processus patrimoniaux et dynamiques territoriales.

5Pauline Guinard est géographe, maître de conférences à l’École normale supérieure de Paris et rattachée à l’UMR LAVUE (laboratoire Mosaïques) et l’UMR IHMC (associée). Ses travaux portent sur les relations entre art et ville, en particulier dans le contexte sud-africain.

6Anaïs Leblon est anthropologue et maître de conférences à l’Université Paris 8-Saint-Denis (UMR LAVUE, équipe AUS). Ses travaux portent sur les processus de patrimonialisation et de construction du rapport au passé en Afrique de l’Ouest (Mali) et sur les mobilisations patrimoniales en contexte migratoire (France).

7Anaïs Pourrouquet est doctorante en anthropologie sociale à l’École des hautes études en sciences sociales (Institut des mondes africains, IMAF). Ses travaux portent sur les politiques identitaires dans le domaine artistique et musical (Mali).

8Sébastien Preuil est docteur en géographie de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Spécialiste des questions relatives au tourisme durable, ses travaux de recherches portent essentiellement sur les processus de mise en tourisme du patrimoine khmer au Cambodge et leurs enjeux environnementaux, sociétaux et économiques.

9Madina Regnault est docteure en socio-anthropologie du développement et chercheuse associée à l’Institut de recherche et d’études supérieures du tourisme (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Spécialisée en politiques publiques, ses travaux portent en outre sur les processus patrimoniaux et leurs enjeux politiques dans les départements d’Outre-Mer (Mayotte et La Réunion).

10Bertrand Royer est docteur en ethnologie et chercheur associé à l’UMR Environnement, ville, société (Lyon-Saint-Étienne). Ses travaux traitent des phénomènes de patrimonialisation et de mise en tourisme des zones rurales en Afrique de l’Ouest.

11Françoise Vergès est titulaire de la Chaire « Global South(s) » au Collège d’études mondiales (Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris). Ses travaux portent sur le postcolonialisme et la globalisation, les musées postcoloniaux, les mémoires de l’esclavage et de la colonisation.

© Presses universitaires de Lyon, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search