Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mes impressions d'Afrique

 | 
Henri Calet

Documents

« Henri Calais [sic] à Rabat »

Compte rendu d’entretien par Pierre Budan

Texte intégral

1On trouve de fortes contrevérités dans ce filet de presse. Henri Calet (!) a quarante-quatre ans et n’est plus « un tout jeune homme ». La Belle Lurette, Le Mérinos, Fièvre des polders passent à la trappe de la bibliographie hâtivement évoquée par le journaliste de La Vigie marocaine. Calet est resté près d’un mois en Algérie, et non quelques jours, et il est à Rabat depuis deux semaines. « Charles Agues » n’existe pas, à la différence de Charles Aguesse. Cayrol et Camus sont arrivés à Sidi Madani après le départ de Calet pour le Maroc. Par ailleurs, est-il certain qu’il ne reste rien chez Calet « de l’idée désuète et conventionnelle que trop de Français se font encore » du Maroc ?

Nos hôtes : Henri Calais [sic] à Rabat

2L’écrivain Henri Calais est à Rabat depuis quelques jours et il compte séjourner environ un mois dans notre ville. Nous l’avons rencontré par hasard à Radio-Maroc, où il venait d’accorder une interview ; c’est un tout jeune homme ; il a écrit quatre livres : Le Bouquet (souvenirs de captivité) ; 30 à 40 (nouvelles, aux Éditions de Minuit) ; Les Murs de Fresnes et Le Tout sur le tout, actuellement en cours d’impression.

3M. Henri Calais nous a parlé avec enthousiasme de l’Algérie, où il vient de passer quelques jours, à Sidi-Madani. Dans ce village, situé à 60 kilomètres d’Alger, M. Charles Agues, inspecteur des mouvements de jeunesse, réunit au cours de l’année des écrivains et des artistes. L’auteur du Bouquet s’y est retrouvé en même temps que Camus, Cayrol, Francis Ponge et quelques autres. Il nous dit sa joie de découvrir un Maroc si peu semblable à l’idée désuète et conventionnelle que trop de Français se font encore de lui. Mais il reste à M. Calais bien des découvertes à faire dans ce pays et, pour ne pas retarder la joie qu’elles vont lui procurer, nous le quittons après lui avoir souhaité un heureux séjour à Rabat.

4La Vigie marocaine, 28 janvier 1948.

© Presses universitaires de Lyon, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site