Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire raciologique en France et en Russie, xixe- xxe siècle

 | 
Sarga Moussa
, 
Serge Zenkine

« Ceci n’est pas un juif » : déconstruction de l’imaginaire raciologique dans Les Bienveillantes de Jonathan Littell

Urs Urban

Texte intégral

  • 1  Alexandre Dumas [1859], Coup d’œil général sur le Caucase, dans Le Caucase, Paris, François Bourin (...)

« L’esprit se perd à chercher les diffé-rences de races1. »

  • 2  Pour le contexte historique de cet épisode, voir Kiril Feferman, « Nazi Germany and the Mountain J (...)
  • 3  Outre cela, il s’agit tout simplement (et cyniquement) d’» efficacité » : « À Berlin, on jugeait d (...)
  • 4  Michel Foucault, « Il faut défendre la société » : cours au Collège de France, 1975-1976, Paris, É (...)

1Vers la fin de l’année 1942, quelques jours avant le 18 décembre, à Naltchik, une ville dans le Caucase du Nord, se tient une conférence. S’y réunissent des représentants de la Wehrmacht ainsi que du Sicherheitsdienst (Service de renseignements de sûreté) de la SS afin de débattre de l’identité raciale des Bergjuden, des Juifs dits « des montagnes ». Durant l’offensive du Caucase – qui a débuté le 28 juin, mais qui n’avance plus depuis la mi-novembre –, les Allemands sont tombés sur de nombreux groupes ethniques, dont les Juifs des montagnes. Ils se posent alors la question de savoir comment il convient de les « traiter2 ». Or la Wehrmacht et le Sicherheitsdienst sont en profond désaccord sur ce point. La Wehrmacht, elle, se voit contrainte d’appliquer les nouvelles directives de la politique d’occupation. Celles-ci visent à maintenir le climat favorable pour les Allemands résultant du ressentiment antirusse et antisoviétique qui anime les populations du Caucase depuis le début de la colonialisation russe ; ainsi s’explique la nécessité de leur laisser, du moins en apparence, une certaine autonomie dans le domaine de l’administration et de faire preuve d’un comportement respectueux envers la population locale. La liquidation de l’un des groupes ethniques locaux ne contribuerait guère à la mise en œuvre de cet objectif, bien au contraire, elle risquerait d’inciter le reste de la population à se soulever contre l’occupant : elle est donc à éviter. La Wehrmacht, par conséquent, s’efforce de démontrer que la « judéité » de ce peuple de montagnards a depuis longtemps été supplantée par d’autres caractéristiques – caractéristiques d’ordre culturel qui se superposent à l’» élément juif » et le pénètrent au point de le neutraliser en fin de compte. Le Sicherheitsdienst, en revanche, craint que la mise en œuvre de ces objectifs ne le gêne dans l’exercice de son travail, qui consiste à garantir la sécurité derrière la ligne de front en liquidant tout individu susceptible de mettre en danger les intérêts vitaux des Allemands3. Il affirme donc qu’aussi « assimilés » qu’ils puissent le paraître, du point de vue racial, les Juifs des montagnes restent tout de même des Juifs. Or, en tant que tels, ils seraient prédisposés à commettre des crimes de tout genre, menaçant ainsi la vie des soldats allemands. Il convient donc de contrevenir à ce risque en supprimant ceux qui l’incarnent. La question à laquelle on essaie de trouver une réponse à Naltchik est une question d’ordre biopolitique : elle vise, comme le dit Michel Foucault, à appliquer « une coupure entre ce qui doit vivre et ce qui doit mourir4 ».

  • 5  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit.
  • 6  Telles qu’on les trouve, par exemple, dans Andrej Angrick, Besatzungspolitik und Massenmord. Die E (...)
  • 7  Les critiques les plus sévères lui ont été adressées par Charlotte Lacoste (Séductions du bourreau (...)

2Cette polémique est un épisode que l’on retrouve dans Les Bienveillantes de Jonathan Littell5. L’auteur y respecte, en grande partie, les données historiques6, tout en les nuançant par les moyens propres au genre romanesque. Les personnages sont, eux aussi, historiquement corrects, mis à part certains qui, comme le protagoniste Max Aue, émanent de l’imagination de l’auteur. Aue est officier du Sicherheitsdienst, le tristement célèbre « service de sécurité ». En tant que tel, il prend part, dès son début, à l’opération Barbarossa, participant aussi à l’exécution en masse de Juifs, entre autres lors du massacre de Babi Yar. C’est lui-même qui, d’un point de vue rétrospectif, relate les événements au cours desquels il arrive à Stalingrad, réussit miraculeusement à échapper à la débâcle de la Volga et se voit finalement attribuer la tâche d’analyser la productivité économique des camps de travail et d’extermination. Le manque élémentaire de distance qui caractérise son récit du point de vue moral, esthétique et narratologique, contraint en quelque sorte le lecteur à se compromettre lui-même, d’où les réactions ambivalentes qu’a suscitées le roman de Littell7. La partie du récit qui nous intéressera ici est celle dans laquelle Aue relate la rencontre des occupants allemands avec les minorités ethniques du Caucase. Dans ce contexte, deux questions se posent : quelle est, d’une part, la fonction de l’imaginaire politique pour le discours raciologique tel qu’il est développé de façon exemplaire au cours de la discussion entre la Wehrmacht et le Sicherheitsdienst ; et quelle est, d’autre part, la fonction de l’imaginaire littéraire pour la représentation de ce discours. Je vais donc essayer, par la suite, de répondre à ces deux questions, en mettant cependant l’accent sur la première pour ne répondre à la seconde que de façon beaucoup plus brève.

3Peu de temps après le début de l’offensive du Caucase, Max Aue est envoyé dans le sud de la Russie pour se renseigner sur place sur les particularités culturelles des peuples soviétiques dits « orientaux ». Partant de Rostov, il passe par Krasnodar, Vorochilovsk (anciennement Stavropol), Piatigorsk et Maikop pour arriver enfin à Vladikavkaz. C’est ainsi que, lorsqu’il s’agit de trouver un spécialiste défenseur des intérêts du Sicherheits-dient à la conférence de Naltchik, c’est Aue que l’on charge de cette mission. Or il s’en acquitte de manière on ne peut plus inopportune : il présente un exposé dans lequel non seulement il ne répond pas, comme il aurait dû le faire, à la question de l’identité raciale des Juifs des montagnes, mais dans lequel il insinue en plus que, de l’impossibilité de répondre à cette question, il convient de conclure à la nature aporétique de celle-ci, c’est-à-dire à l’absurdité de la logique du discours raciologique. Aue étant un fidèle adepte des nationaux-socialistes, on est en droit de se demander ce qui a bien pu l’amener à ce comportement.

  • 8  Parmi lesquels « un vieux livre en français [...] : Des peuples du Caucase et des pays au nord de (...)
  • 9  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 305.
  • 10  Chargé d’une mission comparable à celle de Aue, Jünger a effectivement séjourné au Caucase à cette (...)

4Aussitôt arrivé dans le Caucase, Aue avait en effet entamé son travail d’enquête sur l’histoire et les pratiques culturelles des peuples caucasiens en lisant des ouvrages8 provenant de domaines assez divers – « études historiques, récits de voyageurs, traités d’anthropologie9 ». Outre cela, il examine lui-même son entourage : il participe à la vie culturelle des autochtones de manière active, tout en les observant attentivement. En vertu d’une impartialité remarquable ainsi que d’une compétence communicative et linguistique peu commune, il réussit à lier connaissance avec la population locale sans rencontrer trop d’obstacles. Cette ouverture aux autres se retrouve dans son récit : la description de la fête qui a lieu à l’occasion de la fin du carême, par exemple, montre clairement qu’il s’y implique corps et âme. Il perd cependant de vue la « question de la race » et quand il se souvient de sa mission, il doit admettre que tout ce qu’il vient de lire et de constater ne lui est d’aucune aide. Afin d’y voir plus clair, Aue fait venir de Berlin un spécialiste dans le domaine de la Ostforschung (Recherche sur l’Est) du Reichssicherheitshauptamt (le Bureau central pour la sécurité du Reich). Celui-ci lui envoie Frau Dr. Weseloh, qui finit d’ailleurs son voyage en compagnie de l’écrivain Ernst Jünger10. Weseloh se met aussitôt au travail, et Aue ne la quitte pas des yeux. Il se rend cependant vite compte que ce qu’il la voit faire ne saurait le convaincre : Weseloh ne dispose d’aucun « savoir positif » en ce qui concerne la « question raciale » – elle s’appuie uniquement sur la documentation qu’avait réunie Aue lui-même en se référant à l’Encyclopédie juive. Quand il s’agit d’enquêter sur place pour prélever des données empiriques, Weseloh procède de la même façon : elle part de ce qu’elle sait sur la « judéité » et ignore systématiquement tout ce qui serait à même de mettre en cause ce savoir. Cela signifie en effet qu’elle ne voit absolument rien de ce qui se passe sous ses yeux. Quand on y regarde d’un peu plus près, la description que fait Littell de sa visite à la famille des montagnards s’avère ainsi être une caricature lucide du dispositif ethnologique : les observateurs, surtout Weseloh elle-même, s’accrochent à leurs préjugés sans tenir compte le moins du monde de ce qu’ils pourraient observer. Les observés, en revanche, se mettent en scène eux-mêmes en fonction des attentes présumées de ceux qui les observent – mieux : ils inventent une tradition en fonction de ces attentes, comme c’est souvent le cas dans le contexte touristique, sauf qu’ici, ce qui est en jeu, ce sont des intérêts absolument vitaux. Les deux camps, ceux qui observent et ceux qui sont observés, réalisent un scénario s’inspirant de l’imaginaire raciologique – en l’occurrence d’une image du Juif s’alimentant d’une iconographie mentale et matérielle vieille de plusieurs siècles. Weseloh ne voit rien qui pourrait contredire cette image tandis que les Bergjuden essaient d’éviter tout ce qui pourrait la valider. Or, tout le montage expérimental est soumis à cette logique du regard : le dispositif de l’observation définit les conditions de l’observable et, de la sorte, engendre ce qu’il prétend observer. On peut objecter à ceci, et pour cause, que cela ne saurait se faire autrement – et les ethnologues, eux aussi, partent en effet aujourd’hui de l’idée que toute observation implique nécessairement des schémas d’interprétation précis et que, pour cette raison, il faut toujours observer aussi le dispositif de l’observation lui-même, de même que le savoir spécifique dans lequel il se trouve encastré. Cela dit, le problème ici ne relève pas d’un quelconque manque d’objectivité, mais du fait que les participants ne se rendent pas compte des conditions d’observabilité qui déterminent l’observation – ils n’intègrent donc pas, si l’on peut dire, le principe d’incertitude dans l’évaluation de l’expérience.

  • 11  Jean-Paul Sartre, L’Imaginaire, Paris, Gallimard, 1986. Je me rapporte ici à la seule phénoménolog (...)

5Dans l’un de ses premiers textes théoriques, l’essai sur L’Imaginaire de 1940, Sartre fait la distinction entre « image » et « perception » – une distinction qui permet peut-être de mieux comprendre la problématique exposée ci-dessus11. Tandis que la perception, dit Sartre, se caractérise toujours par une abondance qui résulte de la plénitude de l’objet, dans l’image, en revanche, se manifeste un manque essentiel parce que l’image n’est due qu’à l’intention de la conscience, à ce que le sujet peut et veut savoir :

  • 12  Sartre, L’Imaginaire, op. cit., p. 25-26, p. 26, p. 27.

Dans le monde de la perception, aucune « chose » ne peut apparaître sans qu’elle entretienne avec les autres choses une infinité de rapports. Mieux, c’est cette infinité de rapports [...] qui constitue l’essence même d’une chose. De là quelque chose de débordant dans le monde des « choses » : il y a, à chaque instant, toujours infiniment plus que nous ne pouvons voir. [...] Or, dans l’image, il y a une espèce de pauvreté essentielle, au contraire. Les différents éléments d’une image n’entretiennent aucun rapport avec le reste du monde. [...] En un mot, l’objet de la perception déborde constamment la conscience ; l’objet de l’image n’est jamais rien de plus que la conscience qu’on en a ; il se définit par cette conscience : on ne peut rien apprendre d’une image qu’on ne sache déjà12.

  • 13Ibid., p. 116.
  • 14  Adolf Hitler, Mein Kampf, Munich, Franz Eher, 1940. Pour les détails historiques de l’imaginaire a (...)
  • 15  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 463.

6L’image n’atteint pas la plénitude de l’observable parce qu’elle le dissimule derrière le savoir de celui qui observe – l’image n’est donc jamais que ce que Sartre appelle un « phénomène de quasi-observation13 ». Il n’en reste pas moins que la seule possibilité de saisir l’objet – de le percevoir en tant qu’objet doté de signification – consiste à s’en approcher dans la médialité de sa représentation – seule la chair nous rend sensibles aux qualités de l’objet en deçà de toute représentation. La distinction de Sartre – que Roland Barthes reprend d’ailleurs pour distinguer le studium, qui s’empare de son objet, du punctum, qui permet au sujet ou qui le contraint de se laisser emparer par l’objet – ne permet pas pour autant de conclure qu’il s’agirait de transcender l’image afin de pouvoir percevoir l’objet dans sa matérialité immédiate : alors même que l’image passe à côté de l’objet, ce manquement est constitutif de toute forme de représentation. Il ne peut donc pas s’agir de montrer que l’image est fausse – toute image étant fausse par rapport à son objet. Il s’agit plutôt de percevoir l’image en tant qu’image et de rendre visible la matérialité de la représentation ainsi que les conditions de son émergence. Dans le domaine de la littérature, cela signifie qu’il faut rendre visible le texte dans sa textualité spécifique telle que pré-texte et contexte la déterminent. L’image de Weseloh n’exige pas de compétence analytique particulièrement lucide de la part du lecteur : il s’agit là d’une image construite de manière extrêmement grossière qui s’inspire de l’imaginaire antisémite dans sa version la plus primitive – tel qu’on le trouve, à l’époque dont il est ici question, dans les Protocoles des sages de Sion entre autres, dans le Stürmer, ou encore, de manière condensée, dans le chapitre « Peuple et race » du Mein Kampf de Hitler14. Aux yeux de Weseloh elle-même cependant, cette image est transparente : elle voit à travers et confond donc l’image de l’objet avec l’objet lui-même. Puisqu’elle met l’image en relation avec elle-même, ce qu’elle voit lui paraît « évident » : à savoir qu’il s’agit là de Juifs – mais « ça se voit » : « leur caractère juif », dit-elle, « crève les yeux15 ». Cependant, cette évidence ne résulte que de la simple identité de l’image à elle-même : or cette interdépendance autoréflexive rend invisible le fait que l’évidence a été, elle aussi, savamment construite.

  • 16Ibid., p. 455.
  • 17  Sasha S. Goluboff, « Are They Jews or Asians? A cautionary Tale about Mountain Jews Ethnography », (...)
  • 18  Lors de la discussion qui suivit cette communication pendant le colloque de Moscou.

7Ce qui crève en effet les yeux, ce sont les apories du procédé de Weseloh, et si le lecteur les reconnaît aussi aisément, cela est dû au fait que le narrateur, donc Aue lui-même, rend visibles les modalités de l’observation et les désigne explicitement. Quand Weseloh reçoit des cadeaux de la part des montagnards, elle commente ce don de la façon suivante : « Voilà vraiment une tactique de Juifs. » Aue finit alors par perdre patience : « Je ne disais rien : Weseloh m’agaçait, elle semblait partir d’une idée préconçue ; je ne pensais pas, moi, qu’il faille procéder ainsi16. » Aue, de son côté, n’observe pas seulement le dispositif ethnologique et donc les procédés de l’observation, il observe lui-même ce qui se passe dans la maison des montagnards. Quand il décrit ce qu’il y voit, cette description – celle que nous lisons – est certes beaucoup plus différenciée que ce que rapporte Weseloh ; elle n’est pas pour autant neutre : Aue lui aussi voit et écrit dans un contexte discursif qui précède son observation et le récit qu’il en fait. La recherche ethnographique actuelle nous permet de bien connaître ce contexte. À l’aide de l’étude très instructive de Sasha Goluboff sur l’ethnographie des Juifs des montagnes17 par exemple, il serait aisé de montrer que la description de Aue s’inscrit dans un discours ethnographique qui, inspiré par l’exotisme de la littérature romantique, se constitue dès la première moitié du xixe siècle – un discours fortement marqué par deux « ethnographes » juifs qui s’efforcent, eux aussi, de montrer le caractère « allotypique » des Juifs des montagnes, trop asiatiques – « irrémédiablement orientaux » comme le disait Sarga Moussa18 – pour pouvoir être rachetés par les lumières. Tout ce que Aue écrit par exemple sur l’habitat des montagnards provient de ce discours – il aurait pu le recopier dans les textes, et qui nous dit d’ailleurs que Littell, qui s’est tellement bien documenté, ne l’a pas fait pour lui ? À la différence de Weseloh, et cette différence est décisive, Aue sait cependant d’où son savoir provient, et il ne s’en cache pas : dans l’exposé qu’il présente à Naltchik, il fait lui-même apparaître les nombreuses références dont il s’est servi. Mieux, ou pire : il ne parle pratiquement que de ces références. Au lieu de faire ce qu’on lui a demandé de faire, au lieu, donc, de répondre à la « question raciale », il analyse les conditions discursives permettant – ou non – de parler de cette question. Hors de ces textes, pas de réponse possible.

  • 19  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 313. Marlène Laruelle a rappelé, dans sa commun (...)

8Tout ceci, Aue ne le comprend qu’à la fin de cette étape de son Bildungsweg, de son voyage d’initiation. Avant d’y parvenir, il collectionne des informations sur l’histoire et les pratiques culturelles et rituelles des Juifs des montagnes, mais ce qui lui fait toujours défaut, ce sont des renseignements fiables sur la « question raciale ». Et comme Weseloh ne peut pas lui en fournir, Aue se souvient de ce que son ami, le linguiste Voss, lui avait dit à ce sujet. Ce dernier travaille lui aussi derrière la ligne de front pour des « raisons de sécurité » : il est chargé de mettre à l’abri les fonds de bibliothèques qu’il trouve sur place. Voss est spécialiste de l’histoire de la langue et de la littérature des peuples caucasiens, et dans de longues conversations, il fait part de son savoir à Aue – et au lecteur. Aue se montre impressionné par l’érudition du jeune lieutenant, bien que l’attirance qu’il ressent pour lui ne soit pas uniquement de nature intellectuelle. Voss s’intéresse surtout à la littérature scientifique russe, pas seulement parce que les chercheurs russes peuvent s’appuyer sur les données qu’ils ont eux-mêmes relevées sur place, mais aussi et surtout parce qu’à la différence de leurs homologues allemands, ils ne s’orientent pas, eux, vers la Volkskunde – une approche ethnologique fortement marquée par le biologisme. Les Russes, explique Voss, définissent un peuple uniquement à l’aide de critères linguistiques et géopolitiques : pour pouvoir former une république, il faut disposer d’une langue codifiée ainsi que d’un territoire peuplé de façon plus ou moins homogène19. Il s’ensuit, pour l’analyse scientifique, que les seules assertions possibles portent sur :

  • la langue, les mythes qu’on se raconte dans cette langue et les textes rédigés dans cette langue ;
  • les pratiques culturelles de la population parlant cette langue ;
  • les valeurs qui s’expriment à travers ces pratiques culturelles.

9Les représentants de l’ethnologie d’obédience national-socialiste, en revanche, déduisent de la langue une disposition essentielle du locuteur. Autrement dit, du sujet de l’énoncé, ils concluent au sujet de l’énonciation qui, selon eux, disposerait d’une identité déterminée, on ne sait trop comment, par des facteurs d’ordre « naturel ». Or les données observables ne permettent pas de décrire une identité qui s’inscrirait ainsi dans la chair ; il en ressort que toute recherche se nourrissant d’un tel imaginaire relève d’un mythe scientifique. Quand Aue demande à Voss de lui fournir des renseignements sur la « question raciale », ce dernier, qui argumente de façon strictement culturaliste, l’éconduit :

  • 20  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 435-436, 435, 435-436, 437, 438.

« Doktor Aue. [...] Expliquez-moi [...] ce que vous entendez par race. [...] Pour moi, c’est un concept scientifiquement indéfinissable et donc sans valeur théorique. [...] Cette philosophie de vétérinaires, comme disait Herder, a volé tous ses concepts à la linguistique, la seule des sciences de l’homme [...] qui ait une base théorique scientifiquement validée. [...] L’anthropo-logie raciale, en comparaison, n’a aucune théorie. Elle postule des races, sans pouvoir les définir, puis avère des hiérarchies, sans les moindres critères. Toutes les tentatives pour définir les races biologiquement ont échoué. [...] On ne sait toujours pas reconnaître un crâne juif d’un crâne allemand avec le moindre degré de certitude. [...] Schlegel [...] a déduit de l’existence d’une langue indo-iranienne supposée originale l’idée d’un peuple également original qu’il a baptisé aryen. [...] Mais essayer de définir [des peuples] autrement que par leur langue, leur religion, leurs coutumes, leur habitat, leurs habitudes économiques ou leur propre sentiment de leur identité n’aurait aucun sens20. »

  • 21Ibid., p. 459.

10On ne saurait être plus clair. Cette argumentation qui, pour le lecteur d’aujourd’hui, n’a rien de remarquable, surprend toutefois de la part d’un lieutenant de la Wehrmacht – et Aue, c’est le moins que l’on puisse dire, est lui aussi étonné par les arguments de son ami Voss. Il n’a cependant rien à y objecter et, pour cette raison, propose de reporter la suite de la discussion. Or, la question restera suspendue dans l’espace de cet ajournement : Voss se fait tuer par un montagnard qui l’avait surpris en train de parler avec sa fille, dont le linguiste espérait obtenir des renseignements sur la langue des montagnards. Il ne pourra donc plus contribuer à trouver une réponse à la « question raciale ». La description de la mort du linguiste fait d’ailleurs partie des nombreux passages réellement brillants du roman : en agonisant, Voss trouve la langue originale – une langue qui pourtant ne se réfère qu’à elle-même, qui ne signifie pas, qui n’exprime rien d’autre que le bruit de la chair mourante. Cette langue est le langage de sa propre disparition : « Une voix ancienne, venue du fond des âges ; mais c’était bien un langage, il ne disait rien, et n’exprimait que sa propre disparition21. » Quoi qu’il en soit, la mort de son ami plonge Aue dans une confusion que le lecteur ne lui connaît pas. C’est alors qu’il décide de transmettre le legs intellectuel du linguiste à la postérité, et l’occasion lui semble être venue lors de la conférence de Naltchik.

  • 22  Autre personnage authentique, voir par exemple Andrej Angrick, Besatzungspolitik und Massenmord. D (...)
  • 23  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 474.
  • 24  Jean-Paul Sartre, L’Imaginaire, op. cit., p. 35.

11Les premiers qui y prennent la parole sont les représentants de la Wehrmacht qui se sont proposé de réfuter la thèse de la « judéité » des Bergjuden. C’est ensuite au tour du lieutenant von Gilsa qui, en tant que chef de la défense militaire, est chargé d’une mission comparable à celle de Aue, mais qui, lui, propose de traiter les Juifs des montagnes en fonction de leur comportement – et celui-ci, dit-il, ne donne aucunement lieu à prendre des mesures contre eux. Walter Bierkamp, le chef de la Einsatzgruppe D du service de sécurité22, voit les choses de façon sensiblement différente : il part de l’idée que si les Juifs ne constituent pas un danger actuel, ils représentent malgré tout un risque imminent en raison de leur disposition raciale. Il passe la parole à Aue, censé soutenir sa façon de voir les choses de manière scientifique. Aue, dès le début, s’attache à présenter la problématique de façon aussi nuancée que possible. Pour commencer, il fait la distinction entre les différents niveaux discursifs de l’approche analytique, à savoir l’historiographie, la linguistique, l’anthropologie culturelle, l’ethnologie et, pour finir, l’anthropologie physique – pour ensuite les présenter et les problématiser à tour de rôle. En ce qui concerne l’histoire, la langue, la culture et l’ethnicité, Aue n’a pas grand-chose à rajouter à ce qui a déjà été dit avant lui. Mais il présente les choses de façon beaucoup plus exhaustive que ses collègues de la Wehrmacht, ce qui l’amène à étaler finalement une si grande quantité d’informations qu’il est impossible d’en déduire une interprétation unique et univoque. Plus il avance dans son exposé, plus il s’éloigne de l’imaginaire raciologique. Ainsi, quand il parle des acquis des Bergjuden dans le domaine de l’agriculture, Bräutigam, un officier de la Wehrmacht qui jusqu’alors s’était fait remarquer par des contributions plutôt intelligentes, intervient en disant : « Ce n’est pas un comportement juif, ça. Les Juifs ont horreur des travaux pénibles comme l’agriculture23. » Ce brusque retour à l’imaginaire antisémite contredit tout ce que Bräutigam avait lui-même dit au cours de la discussion. Cette contradiction s’explique pourtant par le fait que l’objet, à partir du moment où, en raison même de sa plénitude essentielle, il se vide de sens, ne peut plus être récupéré que par l’image : « Une conscience imageante », écrit Sartre, « se donne comme une spontanéité qui produit et conserve l’objet en image. C’est une espèce de contrepartie indéfinissable du fait que l’objet se donne comme un néant24. » L’intervention de Bräutigam n’est rien d’autre qu’une telle « spontanéité conservant l’image ».

  • 25  Michel Foucault, « Il faut défendre la société » : cours au Collège de France, 1975-1976, op. cit. (...)

12Or, plus Aue parle, plus cette image devient floue, de sorte que le dernier espoir de trouver malgré tout une distinction qui permette d’identifier les montagnards comme Juifs et de prouver ainsi la « judéité » des Berg-juden repose sur la réponse à la « question raciale ». Cette question relève du domaine de l’anthropologie physique ou raciale. À l’aide de données anthropométriques, celle-ci essaie de démontrer l’existence de races, c’est-à-dire de groupes d’individus tous déterminés, et tous de la même manière, par des facteurs d’ordre « naturel » qu’on s’imagine pouvoir localiser « à l’intérieur » de ces mêmes individus. À en croire les anthropologues, il serait possible de visualiser statistiquement ces identités de groupe dans une distribution normale résultant de l’accumulation de certaines données. Les anthropologues mesurent le corps humain pour essayer de fixer ensuite les données relevées dans un système de notation leur permettant de ranger les cobayes de façon univoque dans des catégories différentes. Or, une fois qu’ils les ont classés ainsi quantitativement, ils superposent à ces données des qualités d’ordre moral, intellectuel et esthétique, qualités que les anthropologues, eux, disent pouvoir déduire des valeurs mesurées. Ce procédé leur permet d’établir une hiérarchie de valeurs servant à installer un régime de vérité doté d’un pouvoir politique efficace – et c’est ainsi qu’il devient finalement possible de faire la différence, « biopolitique », entre « ce qui doit vivre et ce qui doit mourir25 ».

  • 26  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 473.

13Le savoir produit de cette manière se révèle cependant extrêmement précaire. Dans son roman, Littell montre à la fois comment fonctionne la production du savoir anthropologique et comment ce savoir s’effondre dès qu’il fonctionne. Lorsque Aue présente aux participants de la conférence de Naltchik les données anthropométriques relevées par l’un des spécialistes, il en résulte « que si l’on considère la forme de la tête comme un indicateur d’une race plus ou moins élevée, les Bergjuden forment le plus beau type des peuples caucasiens26 ». Ainsi, l’argumentation racio-logique se déconstruit finalement elle-même.

  • 27  Christian Koller, Rassismus, Paderborn, Schöningh, 2009, p. 27.
  • 28Ibid., p. 44. Quant au scepticisme de Virchow à l’égard du darwinisme, voir aussi Peter Weingart,  (...)

14En y regardant de plus près, on constatera que cela veut dire bien plus encore : dans De generis humani varietate nativa liber, sa thèse de 1776, Johann Friedrich Blumenbach, le ou l’un des père(s) de la craniologie, avait défini la race caucasique comme la race originale et donc la plus « pure » de toutes les races27. Dans la hiérarchie des races, les Juifs des montagnes seraient donc à classer au rang le plus haut – ces Juifs-là, le résultat de l’analyse anthropométrique le montre, seraient... des Aryens ! Ici, la démonstration des anthropologues ne fonctionne visiblement pas ; pire : elle prouve le contraire de ce qui était à démontrer – mais cela ne peut être démontré qu’en partant d’une quantité de données aussi faible que possible. Car plus la quantité de données est importante, plus on se verra obligé d’enregistrer des valeurs intermédiaires – jusqu’à en arriver finalement à un continuum de données qui ne consiste plus qu’en valeurs intermédiaires et ne permet donc plus de reconnaître aucune distribution « typique » ou « normale ». C’est exactement ce qu’ont fait Rudolf Virchow et Otto Schlaginhaufen, qui ont pu ainsi réfuter les thèses des anthropologues physiques – et ce au moment de la plus grande gloire de ces der-niers28. Au lieu de produire une différence qui permettrait de distinguer les deux races afin de définir de manière unique et univoque chacune d’elles, les différences se multiplient alors pour ainsi miner la logique de la dichotomie. Or ce processus ne pourra pas être mené à sa fin : au lieu d’aboutir à un signifié, il ne l’atteindra jamais, il diffère son identification – il reste, si l’on peut dire, suspendu dans l’espace de la différance. Ceci explique pourquoi, dans le roman, la réponse à la « question de la race » n’est finalement jamais donnée – elle est toujours, on l’a vu, reportée ou différée. Aue, et c’est là le paradoxe, réfute le discours raciologique parce qu’il veut à tout prix le démontrer. Il n’est pas critique – il ne peut pas faire autrement.

15Si cependant les résultats de l’analyse anthropologique ne permettent pas de construire des races, et si l’observation ne se laisse pas intégrer à l’imaginaire raciologique qui la précède, il faut renoncer soit à la notion de race, soit à la tentative de transcender une image – ou un Weltbild – qui ne peut se passer de l’existence de races. On ne trouvera pas de réponse à la question biopolitique – celle qui, on s’en souvient, vise à une distinction nette entre « ce qui doit vivre et ce qui doit mourir » – sans avoir recours à l’imaginaire fantasmatique qui toujours la précède. Michel Foucault lui-même n’a jamais vu ce lien pourtant décisif entre biopolitique et imaginaire raciologique. L’historien suisse Philipp Sarasin le lui reproche et insiste, lui, sur le fait qu’un

fantasme raciste, en tant que condition de sa possibilité, est toujours déjà inhérent à la sélection biopolitique. La relation entre nous et les autres est signifiée par le racisme et, pour cette raison uniquement, peut aller jusqu’au meurtre. Cette relation s’avère ainsi relever de l’imaginaire, imaginaire qui nous permet tout d’abord de définir l’autre qu’il s’agit d’exclure et qu’on a même le droit de tuer parce que l’on sait ou croit savoir, comment sont constitués ces gens-là, menaçant la « santé » du Volkskörper,

  • 29  Philipp Sarasin, « Zweierlei Rassismus? Die Selektion des Fremden als Problem in Michel Foucaults (...)

du « corps social », ou qui pour d’autres raisons ne font pas partie de nous29

16Pour les Juifs des montagnes, cela signifie que seules l’image et l’intention s’exprimant à travers cette image permettent de répondre à la « question raciale » : à la question de savoir s’ils sont juifs, et donc s’ils doivent mourir.

*

  • 30  Pour une analyse détaillée des enjeux esthétiques du roman de Littell, voir Urs Urban, « “Une brèv (...)
  • 31  Victor Klemperer, LTI. La langue du iiie Reich, Paris, Pocket, 2003 ; Dolf Sternberger, Gerhard St (...)
  • 32  Ernst Jünger, Journaux de guerre II : 1939-1948, Julien Hervé (dir.), Paris, Gallimard, 2008. Le j (...)
  • 33  Littell s’inspire, bien sûr, du livre que Hannah Arendt a écrit sur la « banalité du mal » après a (...)

17Pour conclure, je voudrais, du moins brièvement, me pencher sur les modalités formelles de la représentation à travers lesquelles s’exprime l’imaginaire littéraire de Jonathan Littell. La description que fait Littell de la conférence de Naltchik suit un mode de représentation réaliste qui simule de la transparence et semble ainsi pouvoir rendre possible un regard immédiat sur les événements historiques dont il est question dans le texte. Le roman dans sa quasi-totalité est écrit dans ce style réaliste, bien qu’on y trouve, dès l’épisode dans lequel le protagoniste nous relate les événements ayant lieu lors de la bataille de Stalingrad, des passages qui fonctionnent de manière sensiblement différente – ce que les détracteurs du roman préfèrent cependant ignorer30. C’est justement ce réalisme qui rend possible la déconstruction du discours raciologique, car lui seul en fait ressortir la logique paradoxale : la contradiction constitutive entre l’imaginaire politique d’un côté et, de l’autre, les données statistiques relevées par les anthropologues qui, tout en étant destinées à ancrer cet imaginaire dans la facticité, ne contribuent finalement qu’à son effondrement. Ce mode de représentation « réaliste » résulte avant tout du langage des personnages du roman, et surtout de celui de Max Aue qui, étant celui du narrateur, détermine tout le roman. Littell réussit ainsi à reconstruire la « langue du Troisième Reich » telle que Victor Klemperer et Dolf Sternberger l’ont documentée dans leurs analyses du « mauvais usage » de l’allemand31 – Ernst Jünger, qui sait de quoi il parle parce que, bien qu’à son insu, ses propres textes en sont imprégnés, caractérise ce langage comme le « langage du technicien qui tend à remplacer la morale par l’hygiène32 ». Le réalisme du roman, tout aussi peu que le langage (bureaucratique, techniciste, hygiénique) de ses personnages qui en est le support le plus important, ne justifie pas les reproches qu’on a pu lui adresser pour ses prétendus défauts de style. Bien au contraire, la production de cet effet de réel témoigne d’un effort esthétique délibéré, qui ressort d’autant plus nettement lorsque l’on compare le roman avec les autres textes littéraires de Littell, de brefs récits dans la tradition d’une modernité antiréaliste, telle qu’elle se manifeste de manière particulièrement emphatique, par exemple chez Blanchot. Or l’effet de réel a une deuxième fonction bien plus maligne. En réduisant la distance esthétique et narratologique, Littell réduit en même temps la distance morale que tout lecteur, cependant, souhaiterait à tout prix garder vis-à-vis de ce meurtrier cynique qu’est le personnage principal du roman. En forçant son lecteur à se mettre à la place du protagoniste, Littell rend infiniment plus difficile toute tentative de pathologiser son comportement : cet homme est bien plus notre frère que nous ne le voudrions. Ce qu’il fait ne s’explique pas, du moins pas uniquement, par la disposition mentale d’un caractère exceptionnellement monstrueux (que cette disposition soit de nature psychologique ou métaphysique), mais relève d’un spectre comportemental dont tout un chacun semble pouvoir participer, étant donné qu’il se retrouve dans les mêmes conditions sociales que le protagoniste. Loin d’excuser les actions des bourreaux, cette façon de voir les choses les rend encore bien plus graves puisqu’elle nous fait comprendre que – sous des conditions bien particulières – cela peut à tout moment se reproduire. C’est là tout le problème et tout le mérite éthique du livre33. L’imaginaire raciologique fait partie de ces conditions et joue un rôle déterminant pour le comportement meurtrier des sbires nationaux-socialistes – parmi lesquels figure le protagoniste. Vers la mi-octobre de l’année 1942, bien avant la conférence de Naltchik, celui-ci reçoit dans son bureau à Piatigorsk un vieil homme qui se présente – en parlant grec ancien – comme Nahum ben Ibrahim, nom de guerre de Chamiliev. Cet homme prétend être juif. Aue, à ce moment-là, ne conçoit même pas l’idée que la « judéité » puisse être sujette à discussion. À son avis, un Juif est un Juif et si celui-ci, aussi étrange que cela paraisse, se dénonce lui-même, il n’hésitera pas une seconde à croire en son « identité raciale » – et à en tirer les conséquences. Bien qu’au cours de leur entrevue, il devienne très vite clair que le vieux est un érudit mystique dont la « judéité » est tout aussi douteuse que celle des autres Bergjuden, Aue le tue en fin de compte. Mieux que tout autre épisode du roman, celui-ci montre tout le paradoxe de la « question raciale » : ce vieux n’est pas tué parce qu’il est juif – il est juif parce qu’il est tué. Est donc juif celui qui, pour quelque raison que ce soit, est tué par les Allemands. S’il est vrai alors que ce n’est que l’image qui compte, il est tout aussi vrai que cette image est efficace. Le roman de Littell nous montre à quel point l’imaginaire produit des effets tout à fait réels.

Notes

1  Alexandre Dumas [1859], Coup d’œil général sur le Caucase, dans Le Caucase, Paris, François Bourin, 1990, p. 28.

2  Pour le contexte historique de cet épisode, voir Kiril Feferman, « Nazi Germany and the Mountain Jews: Was there a Policy? », Holocaust and Genocide Studies, vol. 21, nº 1, mars 2007, p. 96-114.

3  Outre cela, il s’agit tout simplement (et cyniquement) d’» efficacité » : « À Berlin, on jugeait de l’efficacité des Einsatzgruppen sur leurs chiffres, et une baisse d’activité pouvait être interprétée comme un manque d’énergie de la part du Kommandant » (Jonathan Littell, Les Bienveillantes, Paris, Gallimard, 2006, p. 401).

4  Michel Foucault, « Il faut défendre la société » : cours au Collège de France, 1975-1976, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 227.

5  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit.

6  Telles qu’on les trouve, par exemple, dans Andrej Angrick, Besatzungspolitik und Massenmord. Die Einsatzgruppe D in der südlichen Sowjetunion 1941-1943, Hambourg, Hamburger Edition, 2003, et Joachim Hoffmann, Kaukasien 1942-1943. Das deutsche Heer und die Orientvölker der Sowjetunion, Fribourg, Rombach, 1991.

7  Les critiques les plus sévères lui ont été adressées par Charlotte Lacoste (Séductions du bourreau : négation des victimes, Paris, Presses universitaires de France, 2010) et Laurent Binet (HHhH, Paris, Grasset, 2009) qui cependant se laissent prendre par l’effet de réel sans voir l’enjeu ni esthétique ni éthique du discours littéraire savamment construit. L’accueil du livre par la critique universitaire a en général été bien plus bienveillant en Allemagne qu’en France (à la différence de la critique journalistique, où c’est le contraire qui s’est produit). Voir à ce sujet Charlotte Krauss, « Die “Querelle des Bienveillantes”. Streit um ein Epos? », dans Charlotte Krauss & Urs Urban (dir.), L’Épopée retrouvée : motifs, formes et fonctions de la narration épique du début du xxe siècle à l’époque contemporaine, Berlin, LIT, 2013, p. 131-154 ; et Urs Urban, « “Une brève incursion en territoire fasciste”. Die literarische Vermessung Osteuropas in den Bienveillantes von Jonathan Littell », dans Charlotte Krauss & Ariane Lüthi (dir.), La « Semi-Asie » et la France : l’Est européen vécu et imaginé dans la littérature et l’histoire, Berlin, LIT, 2012, p. 103-126, où l’on trouve des indications bibliographiques supplémentaires. Les plus intéressantes sont celles de Jean Bessière, Qu’est-il arrivé aux écrivains français ? D’Alain Robbe-Grillet à Jonathan Littell, Paris, Éditions Labor, 2006 ; et de Martin von Koppenfels, Schwarzer Peter. Der Fall Littell, die Leser und die Täter, Göttingen, Wallstein, 2012.

8  Parmi lesquels « un vieux livre en français [...] : Des peuples du Caucase et des pays au nord de la mer Noire et la mer Caspienne dans le xe siècle, ou Voyage d’Abdou-el-Cassim, édité à Paris en 1828 par un certain Constantin Mouradgea d’Ohsson » (Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 420) – qui, comme toutes les autres références de Aue, se trouve encore de nos jours dans toute bonne bibliothèque. Étant également l’auteur d’un rapport sur la première bataille de Homs, d’Ohsson anticipe d’une certaine manière le témoignage qu’a écrit Littell sur la guerre civile en Syrie (Carnets de Homs, Paris, Gallimard, 2012).

9  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 305.

10  Chargé d’une mission comparable à celle de Aue, Jünger a effectivement séjourné au Caucase à cette époque et y a écrit les Notes du Caucase, l’un des pré-textes du roman de Littell, qui le marque fortement par son ton (dans Ernst Jünger, Journaux de guerre II : 1939-1945, Paris, Gallimard, 2008).

11  Jean-Paul Sartre, L’Imaginaire, Paris, Gallimard, 1986. Je me rapporte ici à la seule phénoménologie de Sartre sans nommer et problématiser d’autres aspects de la notion d’imaginaire tels qu’on peut les trouver dans la sociologie, l’historiographie ou dans la psychanalyse. Pour une approche visant à mettre l’imaginaire au service d’une théorie de l’anthropologie littéraire, voir l’ouvrage fort instructif de Wolfgang Iser, Das Fiktive und das Imaginäre. Perspektiven literarischer Anthropologie, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1993.

12  Sartre, L’Imaginaire, op. cit., p. 25-26, p. 26, p. 27.

13Ibid., p. 116.

14  Adolf Hitler, Mein Kampf, Munich, Franz Eher, 1940. Pour les détails historiques de l’imaginaire antisémite voir, entre autres, Hannah Arendt, Elemente und Ursprünge totalitärer Herrschaft. Antisemitismus, Imperialismus, Totalitarismus [1951], Munich, Piper, 1991 ; Léon Poliakov, Histoire de l’antisémitisme [1955-1977], 3 vol., Paris, Éditions du Seuil, 1991 ; et Detlev Clausen, Grenzen der Aufklärung. Die gesellschaftliche Genese des modernen Antisemitismus, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 2005.

15  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 463.

16Ibid., p. 455.

17  Sasha S. Goluboff, « Are They Jews or Asians? A cautionary Tale about Mountain Jews Ethnography », Slavic Review, vol. 63, nº 1, 2004, p. 113-140.

18  Lors de la discussion qui suivit cette communication pendant le colloque de Moscou.

19  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 313. Marlène Laruelle a rappelé, dans sa communication, que l’ethnologie tsariste se basait sur la nationalité, la tribu, l’ethnie (voir sa contribution dans le présent volume, p. 21-27). Voss s’inspire d’ailleurs de Benveniste et de Dumézil, « qui a édité en 1930 un recueil de légendes ossètes portant sur un peuple fabuleux, demi-divin, qu’ils nomment les Nartes », comme l’écrit Littell (ibid., p. 390 ; voir Georges Dumézil, Le Livre des héros : légendes sur les Nartes [1930], Paris, Gallimard, 1989).

20  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 435-436, 435, 435-436, 437, 438.

21Ibid., p. 459.

22  Autre personnage authentique, voir par exemple Andrej Angrick, Besatzungspolitik und Massenmord. Die Einsatzgruppe D in der südlichen Sowjetunion 1941-1943, op. cit.

23  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 474.

24  Jean-Paul Sartre, L’Imaginaire, op. cit., p. 35.

25  Michel Foucault, « Il faut défendre la société » : cours au Collège de France, 1975-1976, op. cit. Voir à ce sujet l’excellent article de Christine Hanke, « Zwischen Evidenz und Leere. Zur Konstitution von “Rasse” im physisch-anthropologischen Diskurs um 1900 », dans Hannelore Bublitz, Christine Hanke & Andrea Seier (dir.), Der Gesellschaftskörper. Zur Neuordnung von Kultur und Geschlecht um 1900, Francfort-sur-le-Main / New York, Campus, 2000, p. 179-235.

26  Jonathan Littell, Les Bienveillantes, op. cit., p. 473.

27  Christian Koller, Rassismus, Paderborn, Schöningh, 2009, p. 27.

28Ibid., p. 44. Quant au scepticisme de Virchow à l’égard du darwinisme, voir aussi Peter Weingart, Jürgen Kroll & Kurt Bayertz, Rasse, Blut und Gene. Geschichte der Eugenik und Rassenhygiene in Deutschland [1988], Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1992, p. 117-118.

29  Philipp Sarasin, « Zweierlei Rassismus? Die Selektion des Fremden als Problem in Michel Foucaults Verbindung von Biopolitik und Rassismus », dans Martin Stingelin (dir.), Biopolitik und Rassismus, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2003, p. 55-79, ici p. 67 ; quant au racisme, voir aussi, parmi beaucoup d’autres, Claude Lévi-Strauss, Race et histoire [1952], Paris, Gallimard, 1987 ; George Mosse, Die Geschichte des Rassismus in Europa [1978], Francfort-sur-le-Main, Fischer, 2006 ; ainsi que, mettant l’accent sur les implications biopolitiques du racisme, Mauro Bertani, « Zur Genealogie der Biomacht », dans Martin Stingelin (dir.), Biopolitik und Rassismus, op. cit., p. 228-259 ; Daniel Defert, « Macht, Krieg, Rassismus und ihre Analyseformen », dans ibid., p. 260-270 (le dispositif de guerre comme analyseur des rapports de pouvoir), et dans Mauro Bertani et al., Lectures de Michel Foucault 1, Lyon, ENS Éditions, 2000, p. 59-65 ; Thomas Lemke, « Rechtssubjekt oder Biomasse? Reflexionen zum Verhältnis von Rassismus und Exklusion », dans Martin Stingelin (dir.), Biopolitik und Rassismus, op. cit., p. 160-183 ; Thomas Lemke, Biopolitik, Hambourg, Junius, 2007.

30  Pour une analyse détaillée des enjeux esthétiques du roman de Littell, voir Urs Urban, « “Une brève incursion en territoire fasciste”. Die literarische Vermessung Osteuropas in den Bienveillantes von Jonathan Littell », art. cité.

31  Victor Klemperer, LTI. La langue du iiie Reich, Paris, Pocket, 2003 ; Dolf Sternberger, Gerhard Storz & Wilhelm Emanuel Süskind, Aus dem Wörterbuch des Unmenschen [1957], Munich, Ullstein, 1989.

32  Ernst Jünger, Journaux de guerre II : 1939-1948, Julien Hervé (dir.), Paris, Gallimard, 2008. Le journal de Jünger est d’ailleurs aussi révélateur de la vision que porte l’auteur (qu’on n’a de cesse, surtout en France, d’innocenter politiquement) sur la question biopolitique – ainsi dans l’ébauche d’une nouvelle : Othfried, sur un sentier montagneux fort étroit, va à l’encontre d’un « groupe de juifs » : « Les deux parties, chacune accompagnée de ses mulets, se rencontrent à l’endroit le plus étroit, au bord de l’épouvantable abîme [...]. Comment ce conflit, qui risque de s’achever sur la chute de l’un des groupes – ou même des deux – sera-t-il résolu ? » (p. 431, nous traduisons) Si Jünger a soin de ne pas répondre à cette question, la manière dont il la pose en suggère bien la réponse : la survie des uns suppose la mort des autres.

33  Littell s’inspire, bien sûr, du livre que Hannah Arendt a écrit sur la « banalité du mal » après avoir assisté au procès d’Eichmann en 1961 : Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem : rapport sur la banalité du mal, Anne Guérin (trad.), Paris, Gallimard, 1966. Alors qu’on a fortement critiqué son livre lors de sa publication, les historiens et sociopsychologues actuels appuient au contraire ses thèses (voir par exemple Christopher Browning, Des hommes ordinaires : le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne [1992], Paris, Tallandier, 2007 ; et Harald Welzer, Les Exécuteurs : des hommes normaux aux meurtriers de masse [2005], Paris, Gallimard, 2007).

Auteur

Urs Urban, docteur ès lettres, a soutenu une thèse sur Jean Genet à l’Université de Trèves en 2005 (Der Raum des Anderen und Andere Räume. Zur Topologie des Werkes von Jean Genet, Würzburg, 2007). Après avoir été lecteur DAAD (Deutscher Akademischer Austauschdienst) au département d’allemand de l’Université de Strasbourg (2008-2013), directeur du Centre d’information du DAAD à Buenos Aires et professeur invité de l’université de cette même ville (2014-2016), il est actuellement maître de conférences au département de Langues et littératures romanes (littératures hispanophones et francophones) de l’Université Friedrich Schiller de Iéna. Il est l’auteur de nombreuses publications sur la littérature et l’espace, sur l’anthropologie littéraire et sur l’économie de la littérature.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search