Version classiqueVersion mobile

La petite sœur de Balzac

 | 
Christine Planté

Préface

Une Petite Sœur toujours actuelle

Michelle Perrot

Texte intégral

1Voici enfin réédité le livre pionnier de Christine Planté, devenu introuvable. On s’en réjouira, d’autant plus qu’il est toujours d’une brûlante actualité.

2La première Petite Sœur de Balzac était née il y a vingt-cinq ans, en 1989, dans une conjoncture indécise. 1968 était loin. Le MLF avait remporté d’importants succès, dans la cité et à l’université où les études féministes s’étaient vigoureusement développées ; mais il marquait le pas. La gauche était au pouvoir et Yvette Roudy, ministre des Droits des femmes. Sartre et Beauvoir étaient disparus. Le sida étendait ses ravages ; Michel Foucault en était mort en 1984 sans qu’on ose à peine l’avouer. En 1989, le pouvoir avait pourtant créé le Conseil national du sida. Événement majeur : en novembre, le Mur de Berlin était tombé, ouvrant d’infinies perspectives à l’Europe des libertés.

3Tel fut le paysage de La Petite Sœur de Balzac, publiée dans une collection créée en 1978 par Monique Cahen aux Éditions du Seuil, non sans difficultés, les responsables masculins étant hostiles à la prise en compte d’une différence des sexes, à leurs yeux stigmatisante pour les femmes. Monique Cahen avait dû bagarrer ferme, invoquant l’exemple des éditions Des femmes, fondées par Antoinette Fouque, et l’affirmation d’un nouvel espace éditorial. Depuis 1978, vingt titres étaient parus, dans la collection « Libre à elles », dus aux meilleures plumes – Odile Dhavernas, Gilles Lapouge, Marie-Françoise Hans, Évelyne Le Garrec, Geneviève Fraisse –, salués par la critique pour leur nouveauté et leur sérieux. Ni littéraire ni historique, la collection entendait privilégier l’essai, le témoignage, le « terrain », mais soutenu par l’écriture, ce qui n’était pas le plus simple. Elle abordait les problèmes d’une société sexuée – les crèches, l’érotisme, le sexisme ordinaire, la maternité hors mariage, le vieillissement. Mais elle incluait aussi des biographies (Séverine) ou des textes de femmes, comme le célèbre Marthe, correspondance familiale sulfureuse, dont l’authenticité avait soulevé la suspicion d’historiens fameux (Paul Veyne crut un temps à une supercherie). Une variété séduisante, un ton, qui avaient définitivement conféré à la responsable de la collection soutien et autonomie. Monique Cahen pouvait désormais tout se permettre, même l’histoire, fût-elle littéraire et universitaire. Jusqu’en 1991, elle publia vingt-trois titres, dont le dernier fut le journal de Zaza, Élisabeth Lecoin, l’amie disparue de Simone de Beauvoir.

4Christine Planté venait à point et l’alliance fut rapide, la complicité totale. Il s’agissait cette fois d’un manuscrit issu d’une recherche de longue haleine, fondé sur d’immenses lectures, appuyé sur une floraison de textes qui confère au livre une dimension d’anthologie, sobrement mais solidement référencé. L’essai prenait des allures de somme, et pas seulement de manifeste, même s’il en avait parfois le ton. On pénétrait dans le maquis des arguments et l’ardeur des controverses, preuves à l’appui, clefs de la littérature en mains. Le recul du temps – celui du xixe siècle – permettait de mesurer les obstacles qu’avaient rencontrés les créatrices, ces « femmes auteurs » moquées et redoutées comme l’avant-garde des « invasions » féminines à venir.

  • 1 Joan Scott, « Le genre de l’histoire », Les Cahiers du Grif, no 37-38, 1988.
  • 2 Henri Meschonnic, Langage, histoire, une même théorie, Verdier, 2012.
  • 3 Christine Planté, « La confusion des genres », dans Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail & Hélène Rou (...)

5Christine Planté était alors professeure dans le secondaire, associée à une équipe de recherche au CNRS. Elle avait soutenu une thèse de 3e cycle sur les saint-simoniennes, ces militantes dont certaines avaient choisi de seulement se prénommer pour préserver leur autonomie auctoriale, et qui manifestaient une surprenante indépendance morale et politique dans la France des années 1830. Elle en préparait une autre sur Marceline Desbordes-Valmore sous la direction de Madeleine Ambrière, éminente balzacienne, tout en s’intéressant à toutes les femmes poètes, de Louise Labé à Marina Tsvetaeva. En quête d’une « écriture féminine » ? Non pas. Dans le grand débat qui traverse les années 1970-1980, et qui oppose universalistes et différencialistes, Christine Planté s’inscrit résolument dans le camp des premières, celles qui, dans la mouvance de Simone de Beauvoir (du reste ici peu revendiquée), refusent les risques d’une différence claustrale, d’un enfermement dans un féminin naturalisé à force d’être réitéré. Les perspectives du genre, ouvertes dans les années 1980 aux États-Unis, ouvraient un autre horizon théorique. Un colloque à l’université de Caroline du Sud avait alerté Christine Planté sur les malentendus suscités par le « french feminism ». En contrepoint, elle découvrait les réflexions liées au genre à travers lectures et rencontres. Le séminaire qu’elle organisa à Paris 7-Jussieu, entre 1986 et 1988, avec Éléni Varikas et Michèle Riot-Sarcey, en fut un des relais, notamment par la traduction de l’article fondateur de Joan Scott1 (1986) dans un numéro spécial des Cahiers du Grif, revue de la regrettée Françoise Collin. Philosophie et histoire attiraient Christine Planté. Certes, elle se sentait des dettes envers la linguistique, mais elle souhaitait une autre approche et se reconnaissait dans la formule d’Henri Meschonnic : « Langage, histoire, une même théorie2. » Dans le champ des études littéraires, les préoccupations de Christine Planté demeuraient alors peu audibles, en dépit de l’écoute de quelques-uns (dont Roger Fayolle, Claude Duchet ou Henri Meschonnic) et du dialogue constant engagé avec Marcelle Marini, Nicole Mozet et Béatrice Slama. Avertie du poids des mots, Christine Planté se montrait particulièrement attentive à « la confusion des genres3 » que pouvait induire un mauvais usage du vocabulaire, préoccupation constante dans le présent livre qui invite à un emploi prudent et circonstancié des termes.

  • 4 Virginia Woolf, Une chambre à soi [1929], C. Malraux (trad.), Denoël, 1980, p. 150.

6Un livre désireux de renouveler la compréhension de la littérature en intégrant la différence des sexes dans son histoire, sans jamais oublier la spécificité du langage et la singularité des œuvres (et des vies). D’où la richesse de ce livre pluriel dans son approche et sa texture. D’abord, il procède à une approche généalogique de la création littéraire féminine et de sa réception, en combinant les thèmes et les voix comme un art de la fugue. Puis, dans les derniers chapitres, il esquisse des portraits textuels soulignant l’originalité de chaque auteure dans son irréductible individualité. Car « il est beaucoup plus important d’être soi-même que quoi que ce soit d’autre4 », disait Virginia Woolf, inspiratrice et compagne de ce livre. Ni homme ni femme, mais soi, c’est-à-dire un agencement subtil d’éléments sociaux, personnels, scripturaires, de hasard et de nécessité, qui défie toute classification et fait éclater même la notion de genre. Libérée de la contingence historique, dont elle avait scruté et démêlé l’intrigue, Christine Planté retrouvait les écrivaines – Marceline Desbordes-Valmore, George Sand, Bettina von Arnim, Ingeborg Bachmann, Christa Wolf et les autres – affrontées aux tracasseries du quotidien, à la solitude et au bonheur de la création. Telles qu’en elles-mêmes l’écriture les change.

  • 5 Charles Nodier, « La femme libre ou l’émancipation des femmes », L’Europe littéraire, no 2, 4 mars (...)

7Mais quel chemin aventureux ! L’écriture, plus encore que la lecture, parce qu’elle est production, fut de tous temps une frontière opposée aux femmes, qu’elles franchirent lentement, avec un retard persistant, surtout dans les pays catholiques attachés au magistère des clercs. Elles se l’approprièrent pourtant, limitées d’abord aux usages privés, quasiment caméraux, correspondance et journal intime. Car passe encore d’écrire ; ce pouvait même se révéler utile. Mais publier représentait un défi bien plus redoutable. C’était sortir de l’ombre de la maison, du secret de la chambre, affronter le grand jour de la place publique, de l’opinion, de la presse, se dévoiler, exposer sa famille, prostituer son nom. D’où les masques que la plupart prenaient pour dissimuler leur visage. Selon Rousseau, une femme en public est toujours déplacée. Prendre la plume était pire encore que d’exposer son corps. La pudeur n’était pas seule en cause, mais le pouvoir. Le pouvoir des mots, dont on prenait de plus en plus conscience, devait rester mâle, sous peine de corruption littéraire, de perversion des valeurs et de subversion de l’ordre des choses. À tout le moins, fallait-il cantonner ces intruses aux genres estimés subalternes. « Que les femmes ne s’y trompent pas. Leur histoire à elles, c’est le roman5 », disait Charles Nodier, pourtant ouvert à la voix des femmes. Qu’elles ne se mêlent surtout pas de poétiser ou de philosopher, encore moins de raconter l’histoire, la grande histoire qu’elles étaient censées ne pas faire.

  • 6 Alexis de Tocqueville, Souvenirs, Calmann-Lévy, 1893, p. 204.

8Tels étaient les arguments d’hommes désarçonnés par les changements du monde, moins misogynes qu’antiféministes, ce qui n’est pas la même chose. Et non des moindres : Barbey d’Aurevilly, Baudelaire, Proudhon, mais aussi Tocqueville (« Je déteste les femmes qui écrivent, disait-il, surtout celles qui déguisent les faiblesses de leur sexe en système6 ») ou Michelet. La plupart aimaient, ou du moins appréciaient les femmes, mais à leur place, à celle que l’universelle et sempiternelle (sinon éternelle) hiérarchie des sexes avait fixée pour l’harmonie des familles et le bonheur de tous.

9Le livre de Christine Planté raconte avec fougue, science et talent cet épisode majeur de l’affranchissement des femmes et de l’arraisonnement des sexes. Il fut accueilli à sa parution par une critique attentive et louangeuse. « Fenêtre ouverte sur la face “invisible” de la littérature du siècle dernier », écrivait Michaël Lowy (Esprit). «Livre ambitieux, drôle et passionnant », dit Geneviève Brisac (Le Monde). « Dur, drôle, remarquable », selon Nicole Casanova (La Quinzaine littéraire), « capable de rendre courage à toutes celles qui, devant le risque de l’aventure créatrice, recourent d’elles-mêmes aux arguments du front adverse ».

10Ce livre, si neuf en 1989, n’a rien perdu de son actualité à en juger par les débats actuels. Certes, les reproches faits aux femmes ont changé, comme le féminisme lui-même. Les recompositions sont incessantes dans la combinatoire des rapports de sexes. Il s’agit aujourd’hui moins d’écriture que de mœurs, d’autorité, de famille et de procréation. On parle de mutation anthropologique plus que culturelle. Mais la force des enjeux est identique et les mots aussi cinglants.

  • 7 D’autant plus qu’elle nous revient assortie d’une ample postface remarquablement documentée, qui f (...)

11La Petite Sœur de Balzac n’a pas fini de nous requérir7.

Notes

1 Joan Scott, « Le genre de l’histoire », Les Cahiers du Grif, no 37-38, 1988.

2 Henri Meschonnic, Langage, histoire, une même théorie, Verdier, 2012.

3 Christine Planté, « La confusion des genres », dans Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail & Hélène Rouch (dir.), Sexe et genre : de la hiérarchie entre les sexes, Éditions du CNRS, 1991.

4 Virginia Woolf, Une chambre à soi [1929], C. Malraux (trad.), Denoël, 1980, p. 150.

5 Charles Nodier, « La femme libre ou l’émancipation des femmes », L’Europe littéraire, no 2, 4 mars 1833.

6 Alexis de Tocqueville, Souvenirs, Calmann-Lévy, 1893, p. 204.

7 D’autant plus qu’elle nous revient assortie d’une ample postface remarquablement documentée, qui fait le point sur l’évolution des théories et des recherches et qui constitue en soi l’amorce d’un nouveau livre.

© Presses universitaires de Lyon, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search