Version classiqueVersion mobile

Anthropologies réflexives

 | 
Marieke Blondet
, 
Mickaële Lantin Mallet

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Alban Bensa, anthropologue à l’École des hautes études en sciences sociales, mène des recherches d’anthropologie politique et historique en Nouvelle-Calédonie tout en interrogeant l’expérience ethnographique. Il a notamment publié Les Politiques de l’enquête (avec Didier Fassin, La Découverte, 2008), Terrains d’écrivains : littérature et ethnographie (avec François Pouillon, Anacharsis, 2012) et Les Sanglots de l’aigle pêcheur : nouvelle Calédonie : la guerre kanak de 1917 (avec Kacué Yvon Goromoedo & Adrian Muckle, Anacharsis, 2015).

2Marc-Antoine Berthod est docteur en anthropologie et professeur à la Haute école de travail social et de la santé (EESP) à Lausanne. Ses travaux d’enseignement et de recherche portent sur la fin de vie, la mort et le deuil, tout particulièrement dans le monde du travail. 

3Marieke Blondet est anthropologue sociale (PhD), diplômée de l’École des hautes études en sciences sociales et de l’Université Otago (Nouvelle-Zélande). Elle est chargée de projet à AgroParisTech Nancy. Son travail en anthropologie de la conservation porte sur les aires naturelles protégées. Elle a participé au collectif Les Politiques de l’enquête (Didier Fassin & Alban Bensa (dir.), La Découverte, 2008) et a publié « Métissages juridiques aux Samoa américaines ; entre fixation légale de la tenure foncière et manipulation des pratiques » (Céline Travési & Maïa Ponsonnet (dir.), Les Conceptions de la propriété foncière à l’épreuve des revendications autochtones, Cahiers du CREDO, 2015) et « Participation in the Implementation of Natura 2000: a Comparative Study of Six EU Member States » (Land Use Policy, nº 66, 2017).

4Annabelle Boissier est socio-anthropologue (docteure de l’École des hautes études en sciences sociales) et directrice de recherche chez Arts Cabinet (Londres). Elle travaille sur les mondes de l’art contemporain, les processus d’écriture en sciences sociales et les manières alternatives de création des connaissances. Elle a publié L’Intimité d’un conflit (L’Harmattan, 2016) et « L’art contemporain tunisien en révolution : continuité et discontinuité des trajectoires face à l’événement » (L’Année du Maghreb, nº 16, 2017).

5Nicole Brzak est chargée de recherche à la Haute école de travail social et de la santé (EESP) à Lausanne depuis 2011. Titulaire d’un master en sciences sociales de l’Université de Lausanne, ses thèmes de recherche se rapportent à la fin de vie, aux directives anticipées, aux proches aidants et au vieillissement.

6Manon Capo, anthropologue, est doctorante à l’École des hautes études en sciences sociales, membre de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS) et associée au laboratoire Langues et civilisations à tradition orale (Lacito). Elle s’intéresse à l’articulation entre usages du passé et politiques de décolonisation en Nouvelle-Calédonie kanak contemporaine. Elle a publié « Le recueil de droit coutumier Paicî-Camûkî : “autopsie” d’un projet classé sans suite » (Christine Demmer & Benoît Trépied (dir.), La Coutume kanak dans l’État, L’Harmattan, 2017).

7Éric Chauvier est anthropologue, titulaire d’une habilitation à diriger des recherches et maître assistant titulaire à l’École nationale d’architecture de Versailles. Ses recherches actuelles concernent la condition urbaine. Il est l’auteur de plusieurs livres, dont Anthropologie (Allia, 2006), Anthropologie de l’ordinaire : une conversion du regard (Anacharsis, 2011) et Les Mots sans les choses (Allia, 2014).

8Claude Grin est docteure en anthropologie et membre du laboratoire Groupe sociétés religions laïcités (GSRL) de l’École pratique des hautes études. Elle poursuit ses recherches dans les domaines de l’anthropologie urbaine, de l’anthropologie des religions et de l’action rituelle – plus particulièrement dans des contextes événementiels –, et des circulations des formes culturelles dans des contextes de transformations des mondes sociaux (reconstructions familiales et lignagères, Nouvelle-Calédonie). Elle a publié « Duplicité ethnographique dans un dispositif thérapeutique d’accueil de demandeurs d’asile » (Alterstice, nº 7, 2017).

9Mickaële Lantin Mallet est anthropologue, formée à l’École des hautes études en sciences sociales. Elle est consultante au sein d’un cabinet d’expertise en risques psychosociaux en santé au travail, chargée de recherche au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC, Paris Grand Ouest La Défense-Nanterre) et chargée d’enseignement à l’UniLaSalle de Beauvais. Ses travaux interrogent les effets restructurants de l’événement (maladie grave ou rare, dispute, procès, etc.) sur les rapports sociaux et sur les récits de soi. Elle a publié « Porter plainte en justice » (Cahiers de littérature orale, nº 77-78, 2015).

10Bertrand Masquelier, anthropologue, est titulaire d’un PhD de l’Université de Pennsylvanie (Philadelphie, États-Unis) et fut maître de conférences à l’Université de Picardie Jules Verne (1994-2012). Spécialisé en anthropologie linguistique, il poursuit actuellement ses recherches au sein du laboratoire Langues et civilisations à tradition orale (Lacito). Il a publié Pour une anthropologie de l’interlocution : rhétoriques du quotidien (avec Jean-Louis Siran, L’Harmattan, 2000), « Dell Hymes : héritages et débats » (Langage & société, nº 139, 2012), et a co-dirigé le numéro « Paroles publiques, paroles confidentielles » de la revue Cahiers de littérature orale (avec Laurent Fontaine, nº 77-78, 2015).

11Julie Métais est post-doctorante à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC-LAHIC) à l’École des hautes études en sciences sociales. Elle travaille sur le conflit politique, en particulier au Mexique (Oaxaca), en s’attachant aux processus de médiation ainsi qu’à ceux de politisation des fêtes populaires.

12Yannis Papadaniel, docteur en anthropologie, est chargé de cours à l’Université de Lausanne, rattaché à la Faculté des sciences sociales et politiques, et à la Faculté de biologie et de médecine. Ses travaux portent sur le rapport à la mort dans les sociétés occidentales, la fin de vie, sa prise en charge médicale et par des profanes.

13Bob W. White est professeur titulaire, directeur du Laboratoire de recherche en relations interculturelles (LABBRI) au département d’anthropologie à l’Université de Montréal. Il dirige le partenariat de recherche multisectoriel « Vers une ville interculturelle ». Il a publié des articles sur le pluralisme, les conditions de l’inclusion et le vivre-ensemble et des ouvrages, dont Rumba Rules: The Politics of Dance Music in Mobutu’s Zaire (Duke University Press, 2008), L’Interculturel au Québec : rencontres historiques et enjeux politiques (avec Lomomba Emongo, Presses de l’Université de Montréal, 2014). Son dernier ouvrage s’intitule Intercultural Cities: Policy and Practice for a New Era (Palgrave, 2017).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search