Version classiqueVersion mobile

Anthropologies réflexives

 | 
Marieke Blondet
, 
Mickaële Lantin Mallet

IV. Indexicalité et herméneutique

Présentation

Marieke Blondet et Mickaële Lantin Mallet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans cette dernière partie, nous quittons les enquêtes de terrain ethnographique pour aller vers des terrains d’enquête épistémologique. En effet, Bertrand Masquelier et Bob W. White proposent tous deux un nouvel éclairage sur les questions qui occupent le présent ouvrage, en partant de l’exposé des débats ayant eu cours en Amérique du Nord (États-Unis et Canada) en anthropologie sociale et culturelle entre les années 1970 à 1990, en particulier autour des propositions critiques de Writing Culture (Clifford & Marcus, 1986) et de celles de Johannes Fabian.

Si Bob W. White et Bertrand Masquelier revendiquent chacun des inspirations et approches épistémologiques différentes – l’anthropologie linguistique ou sémiotique pour Masquelier et l’herméneutique pour White –, tous deux mettent au centre de leurs propositions les questions de la rencontre et de la relation entre soi (l’ethnographe) et l’autre, celles de l’intersubjectivité et du partage de savoirs sur le monde en contexte d’interl...

Auteurs

Marieke Blondet est anthropologue sociale (PhD), diplômée de l’École des hautes études en sciences sociales et de l’Université Otago (Nouvelle-­Zélande). Elle est chargée de projet à AgroParisTech Nancy. Son travail en anthropologie de la conservation porte sur les aires naturelles protégées. Elle a participé au collectif Les Politiques de l’enquête (Didier Fassin & Alban Bensa (dir.), La Découverte, 2008) et a publié « Métissages juridiques aux Samoa américaines ; entre fixation légale de la tenure foncière et manipulation des pratiques » (Céline Travési & Maïa Ponsonnet (dir.), Les Conceptions de la propriété foncière à l’épreuve des revendications autochtones, Cahiers du CREDO, 2015) et « Participation in the Implementation of Natura 2000: a Comparative Study of Six EU Member States » (Land Use Policy, nº 66, 2017).

Mickaële Lantin Mallet est anthropologue, formée à l’École des hautes études en sciences sociales. Elle est consultante au sein d’un cabinet d’expertise en risques psychosociaux en santé au travail, chargée de recherche au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC, Paris Grand Ouest La Défense-Nanterre) et chargée d’enseignement à l’UniLaSalle de Beauvais. Ses travaux interrogent les effets restructurants de l’événement (maladie grave ou rare, dispute, procès, etc.) sur les rapports sociaux et sur les récits de soi. Elle a publié « Porter plainte en justice » (Cahiers de littérature orale, nº 77-78, 2015).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search