Version classiqueVersion mobile

Anthropologies réflexives

 | 
Marieke Blondet
, 
Mickaële Lantin Mallet

III. Heuristique de la déprise

Présentation

Marieke Blondet et Mickaële Lantin Mallet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Partir du terrain et revenir par l’écrit sur celui-ci constituent deux moments et mouvements qui façonnent nos manières de saisir la complexité des situations sociales observées et des relations nouées sur place. La rupture, d’une part, d’avec les lieux et leurs hommes, et d’autre part, d’avec un raisonnement anthropologique enserré dans le quotidien partagé en immersion chez nos hôtes, nous permet de reconsidérer les effets de nos parcours biographiques et intellectuels, des expériences et interrelations déployées durant l’enquête sur les savoirs anthropologiques produits à l’issue d’un terrain ethnographique.

Annabelle Boissier et Julie Métais, les deux auteures réunies ici, nous donnent des exemples parlants de moments ethnographiques vécus en immersion, puis revisités à l’issue d’un processus de déprise du terrain. On y découvre les relations qui ont pu s’y nouer et les investissements de la part de l’ethnologue tout autant que de ses multiples interlocuteurs locaux. Ces regards ...

Auteurs

Marieke Blondet est anthropologue sociale (PhD), diplômée de l’École des hautes études en sciences sociales et de l’Université Otago (Nouvelle-­Zélande). Elle est chargée de projet à AgroParisTech Nancy. Son travail en anthropologie de la conservation porte sur les aires naturelles protégées. Elle a participé au collectif Les Politiques de l’enquête (Didier Fassin & Alban Bensa (dir.), La Découverte, 2008) et a publié « Métissages juridiques aux Samoa américaines ; entre fixation légale de la tenure foncière et manipulation des pratiques » (Céline Travési & Maïa Ponsonnet (dir.), Les Conceptions de la propriété foncière à l’épreuve des revendications autochtones, Cahiers du CREDO, 2015) et « Participation in the Implementation of Natura 2000: a Comparative Study of Six EU Member States » (Land Use Policy, nº 66, 2017).

Mickaële Lantin Mallet est anthropologue, formée à l’École des hautes études en sciences sociales. Elle est consultante au sein d’un cabinet d’expertise en risques psychosociaux en santé au travail, chargée de recherche au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC, Paris Grand Ouest La Défense-Nanterre) et chargée d’enseignement à l’UniLaSalle de Beauvais. Ses travaux interrogent les effets restructurants de l’événement (maladie grave ou rare, dispute, procès, etc.) sur les rapports sociaux et sur les récits de soi. Elle a publié « Porter plainte en justice » (Cahiers de littérature orale, nº 77-78, 2015).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search