Version classiqueVersion mobile

Anthropologies réflexives

 | 
Marieke Blondet
, 
Mickaële Lantin Mallet

II. Pour une approche compréhensive des situations, des relations et des êtres

Éprouver la médiumnité

L’expérience de soi comme un autre

Claude Grin

Texte intégral

  • 1 Les termes et propos rapportés entre guillemets, sans référence, sont ceux des interlocuteurs de l (...)

1L’activité ethnographique apparaît comme créatrice d’une configuration relationnelle particulière. Dit autrement, « la présence sur le terrain engage nécessairement l’ethnologue et ses interlocuteurs à construire de nouveaux rapports réels et cognitifs dans le cours même du présent » (Affergan, 1997, p. 96). Reste à savoir comment et sous quelle forme se mettent en place ces nouvelles configurations à géométrie variable, et comment ne pas transformer ces nouveaux rapports en une suite de malentendus. Ces questions ont été particulièrement présentes dans une recherche que j’ai effectuée sur des groupes ésotériques assimilés au mouvement communément appelé New Age. Cette étude a été menée de 2005 à 2013, dans des contextes urbains contemporains en Suisse francophone. Ce qui réunit ceux qui consultent les médiums actuels – de même que pendant les deux siècles précédents – reste l’accès potentiel, par une pratique ritualisée, à ce que ces personnes décrivent comme une autre réalité, une « réalité alternative peuplée par des formes ou énergies actives » (Lindquist, 1997, p. 13). L’entrée dans cet autre monde serait susceptible de procurer une guérison par la canalisation des énergies ou d’apporter une résolution à des problèmes existentiels de la vie ordinaire par la pratique divinatoire de « messages envoyés de l’au-delà1 ».

2L’accès à une réalité alternative demande toujours au consultant d’effectuer une série d’apprentissages préliminaires à toute expérience et action rituelle. Si les pratiques ésotériques au xixe siècle semblaient répondre à une qualité de savoirs relativement protégés et dont l’enseignement était dispensé de manière discrète par de « grands initiés », l’acquisition des savoirs du nouvel ésotérisme du xxie siècle se fait selon d’autres modalités. Dans un premier temps, l’apprenti consultant se forme par la lecture d’une abondante littérature accessible à tous dans les librairies et kiosques à journaux et par une attention soutenue à la divulgation de discours, images et vidéos sur les supports des canaux électroniques de la communication. Si ces réseaux permettent l’apprentissage d’une partie du langage de cet univers particulier, seules des expérimentations auprès de maîtres permettront d’en saisir la syntaxe. Ces enseignants se présentent comme des êtres singuliers ayant reçu la révélation de leur mission sous la forme d’une annonciation par des entités surnaturelles, qui prend place, le plus généralement, dans une situation d’expérience de mort imminente ou en relation avec celle-ci. L’identification des messagers fait toujours appel, comme par les siècles passés, à des « guides spirituels » identifiés comme des défunts ou appartenant à différentes cosmogonies occidentales ou extra-occidentales.

  • 2 Le terme de « dispositif » est utilisé par Michel Foucault pour représenter « un ensemble résolume (...)

3La médiumnité demande toujours pour s’exercer la mise en place d’un dispositif co-construit par les différents acteurs, médium et consultants, permettant la production d’un paysage surnaturel dans lequel sont inscrits des médiateurs et interlocuteurs supraempiriques2. Ce schéma général m’a incitée à examiner des configurations concrètes dans lesquelles prennent place des médiums confirmés et des consultants qui deviennent peu à peu des apprentis médiums. Je traiterai dans cette contribution plus particulièrement des « enseignements » donnés par un groupe de médiums et dispensés dans un espace et une configuration que je nommerai l’« Atelier ». Ces médiums ont tous suivi une « formation à la médiumnité » semblable en fréquentant les mêmes établissements en Suisse et en Angleterre placés sous l’égide d’un courant de l’Église spiritualiste anglaise, et se sont ensuite perfectionnés dans des cursus de formations continues. Je mettrai en regard ces pratiques ritualisées observées dans trois contextes différents et les confronterai à la notion d’« expérience d’enchantement » développée par Arnaud Halloy et Véronique Servais (2013). Selon ces auteurs, ce concept présente trois propriétés successives : une suspension de l’expérience ordinaire du monde couplée au sentiment de faire partie d’une totalité qui nous dépasse, des expériences corporelles non ordinaires et l’ouverture à un champ d’évocation des esprits et autres forces surnaturelles (Halloy & Servais, 2013, p. 257-258).

4Afin que s’élaborent un imaginaire et des dispositions permettant une expérience singulière, cet espace intermédiaire de pratiques va demander un certain nombre de conditions pour acquérir la qualité de dispositif d’enchantement. Pour Arnaud Halloy et Véronique Servais,

un dispositif d’enchantement repose [...] sur deux formes d’étayage : un étayage mental qui débouche sur un régime singulier de compréhension et d’expectatives quant à l’expérience qui l’instaure ; et un étayage matériel qui correspond [...] à un espace aménagé de repères et de prises. (Ibid., p. 259)

5La présence de ces deux conditions n’est cependant pas suffisante pour que se produise à coup sûr une expérience d’enchantement dans le dispositif mis en place, car celle-ci reste incertaine. Toute expérience est dépendante des aléas des cheminements individuels des acteurs, des particularités et des imprévus de la situation, et donc des conditions de sa réactualisation. Cela incite Arnaud Halloy et Véronique Servais à porter leur attention sur les trajectoires d’apprentissage qui vont permettre la réactualisation de l’expérience d’enchantement. Pour ces auteurs, la trajectoire d’apprentissage propre à un dispositif d’enchantement peut être envisagée en trois moments correspondant à des séquences ordonnées d’événements (ibid., p. 260). Dans la première, l’individu apprend ce qu’il a à découvrir par l’expérience d’enchantement. Il en acquiert l’imaginaire et le mode interprétatif adéquat pour rendre compte de cette expérience singulière. Il va apprendre « à affuter son attention et sa perception en fonction de référents normatifs, esthétiques et moraux véhiculés à travers le discours expert » (ibid.). La deuxième phase correspond à tout ce que l’individu apprend de l’expérience elle-même par sa propre expérimentation, et non plus par le discours ou l’observation des autres participants. La troisième phase du dispositif procède par sa mise en récit en vue d’un partage social qui permet l’évaluation de l’expérience. Cette dernière phase contribue à la réactualisation collective du dispositif d’enchantement et les récits des acteurs viennent s’ajouter à ceux qui participent au conditionnement amorcé dans la première phase.

6Le dispositif d’enchantement, tout comme celui de la sorcellerie, analysé par Jeanne Favret-Saada, « peut, bien sûr être décrit et compris, mais seulement par qui se sera donné les moyens de l’approcher, c’est-à-dire par qui aura pris le risque de “participer” ou d’en être affecté ; en aucun cas il ne peut être “observé” » (Favret-Saada, 2009, p. 161). Pour développer mon activité ethnographique à partir de cette proposition s’est imposée la nécessité d’entreprendre une « expérimentation méthodologique » (Wacquant, 2000). La participation à l’espace intermédiaire du dispositif d’enchantement devait me permettre d’entrer dans différents régimes d’interactivités, d’en faire une description aussi précise que possible et, à partir de ces comptes rendus ethnographiques, d’en définir les conditions par lesquelles émerge une expérience singulière.

7S’intéresser à la médiumnité oblige l’ethnologue à mettre de côté sa propre vision du monde et à accepter des régimes de vérité distincts reliés à des catégories de discours se réclamant d’un mode d’interprétation spécifique. Au début de mon enquête, cette herméneutique m’est apparue comme une première difficulté conceptuelle, puisque c’est à partir de ce nouveau cadre conceptuel qu’il m’a fallu considérer sous quelles formes symboliques, discursives et performatives s’élaborent les contenus de ces discours. À cette difficulté s’en est ajoutée une autre : celle d’être confrontée à des situations qui mettent en jeu l’intériorité et l’intimité de la personne, aussi bien pour mes interlocuteurs que pour moi-même. Déployer une activité ethnographique sur le terrain de la médiumnité, c’est en effet être confronté à des expériences de discours sur l’infortune et la souffrance, ainsi qu’à leurs expressions physiques et publiques. Parce qu’il s’agit d’un système relationnel, c’est aussi fabriquer de l’intimité avec ses interlocuteurs. L’intime prend forme, à travers l’expression des sentiments et des émotions, entre celui qui énonce ses troubles et ses questions existentielles et celui qui reçoit les confidences et les interprète à travers ses propres ressorts émotionnels.

8Le rapport aux émotions est apparu comme ambigu dans la méthode de recherche cognitive développée en ethnologie (Ghasarian, 1997, p. 193). Lorsque l’ethnologue tend à développer un complexe de relation d’affects sur le terrain, s’éloigne-t-il pour autant de la raison ? Véronique Dassié rappelle que :

Pour ne pas prendre le risque de voir s’évanouir le projet de connaissance, il est important de recontextualiser le phénomène émotionnel dans sa dimension sociale d’ensemble et de prendre en compte leurs effets dans la relation qui s’instaure entre l’ethnologue et l’ethnologisé. [...] Outre les affects manifestés, il faut donc tenir compte des valeurs accordées par les témoins à leur production pour y accéder. (Dassié, 2010, p. 54)

9Il convient dès lors d’accepter d’intégrer ses propres émotions à sa relation d’enquête et d’être attentif aux valeurs sociales qui construisent l’expression de l’émotion de ses interlocuteurs. Et, pour reprendre Vincent Crapanzano, même si tous les discours, tous les énoncés, toutes les paroles sont interdépendants des affects, il est possible de situer les émotions « dans un champ de références et de les insérer dans les processus pragmatiques [...] de les “lire”, de les incorporer dans une vision du monde. » (Crapanzano, 1994)

10Je traiterai tout d’abord dans cette contribution des deux catégories d’expériences qui ont précédé mon intégration dans le cercle médiumnique de l’Atelier et mon expérimentation de son dispositif d’enchantement. Le passage par la première série expérientielle peut se lire comme une phase préliminaire. Elle consiste à participer à des « performances médiumniques », qui se donnent comme des démonstrations d’une communication possible avec l’au-delà. La deuxième catégorie d’expérience tend, à la fois, à affuter son attention en fonction de référents normatifs véhiculés à travers le discours expert et à glisser le doute et l’incertitude quant à ses propres perceptions.

Faire parler les morts

11La première catégorie d’expérience à laquelle les médiums de l’Atelier m’ont incitée à participer a été celle des « performances médiumniques publiques », sans autre préparation qu’une description rapide donnée par l’un des médiums. Ces performances reprennent en les théâtralisant les démonstrations de médiumnité incluses dans les offices religieux de l’Église spiritualiste anglaise. Celles-ci comportent trois séquences. Tout d’abord, selon les termes mêmes des médiums, une « ouverture » pendant laquelle le prédicateur fait appel aux « esprits des défunts ». La deuxième séquence est celle de la « communication » avec un « esprit » durant laquelle le prédicateur apporte des éléments d’identification d’un défunt aux personnes présentes dans l’assemblée qui, pour leur part, doivent confirmer ces signes. Cette séquence est présentée comme la « preuve de la survie » de l’esprit du défunt. La troisième séquence est celle du message délivré par le défunt.

12La performance médiumnique publique, à laquelle je me réfère, se déroule dans un théâtre à l’italienne. Le public est composé de plus de deux cents personnes, dont quatre cinquièmes de femmes. Cette performance est donnée par une médium de langue anglaise, présentée comme étant « la Révérende Bridget ». Celle-ci est ministre du culte de l’Église spiritualiste anglaise et « médium internationale ». Elle est également professeur dans un des centres d’enseignement de la médiumnité, où plusieurs médiums de l’Atelier ont fait leurs classes. Ses paroles sont traduites de l’anglais en simultané par une autre médium. Bridget construira ainsi avec les membres du public une série d’interactions qui mettent progressivement en scène un paysage peuplé d’êtres supraempiriques identifiés à des proches disparus par celles et ceux qui ont appris les codes de ce mode de communication. La médium apparaît en fond de scène, c’est une femme proche de la soixantaine, son visage est encadré de cheveux blonds et courts, son sourire est avenant. Rien ne la distingue des femmes présentes dans la salle, si ce n’est une recherche vestimentaire plus élégante : chaussée de hauts talons verts, elle porte une robe de la même couleur. Elle s’avance face à la salle et s’adresse au public :

J’ai quelqu’un qui se présente et il y a aussi une queue derrière lui avec d’autres êtres qui veulent apporter leurs messages. Lorsque deux personnes s’aiment, la mort ne peut couper cet amour. 

Puis, pointant du doigt une femme au milieu du public :

Vous, la dame avec le chemisier crème avec un collier, est-ce que je peux vous parler ? Il y a quelqu’un avec la lettre M sur mon épaule qui pointe le doigt dans votre direction. Il est très beau. J’ai plutôt l’impression que c’est le père ou le beau-père...

La femme ne répond pas. Bridget reprend :

Quelqu’un qui a perdu son père ?...

Bridget désigne de la main la voisine de la première femme, qui n’a pas répondu à sa première tentative d’interlocution.

Vous, à côté, vous pouvez comprendre quand il dit qu’il se montre au top ? C’est important que vous ne le voyiez pas comme il était lorsqu’il est décédé.

La femme répond : « Oui. » Bridget ajoute : « C’est fabuleux ! » Le public rit, un soulagement se fait sentir dans la salle, la prestation de la médium peut commencer.

Après avoir réussi la séquence d’ouverture, Bridget change d’interlocuteur et enchaîne questions et réponses en passant assez rapidement d’un participant à un autre :

J’ai quelqu’un qui me demande d’aller tout au fond de la salle. Est-ce que Michel, ça vous dit quelque chose ?

Un homme lève la main : « Oui, c’est mon nom, je prends. » Bridget continue :

J’ai une dame qui me dit tout le temps : Michel, Michel, Michel... Ce n’est pas quelqu’un qui peut rester calme dans un coin, elle n’a pas arrêté de parler. Elle me parle de son cœur brisé, il y avait beaucoup de tristesse dans sa vie. Tout ce qu’elle veut, c’est qu’il y ait de l’harmonie.

L’homme qui se prénomme Michel intervient : « Ça, c’est sûr ! », Bridget reprend :

Au moment où elle décédait, il y avait une main qui se tendait, quelqu’un qui l’attendait depuis longtemps, et maintenant tout est arrangé.

Michel, submergé par l’émotion, répond : « Merci, merci... » Bridget le rassure :

Ce qui est fantastique, c’est que votre mère n’a pas changé, et ce qui est fantastique aussi, c’est que votre père lui a changé.

Mis en empathie, le public rit. Bridget reprend l’interaction avec la voisine de la première femme :

Je sais qu’il a beaucoup souffert. C’était un soulagement pour lui de partir. Le prénom Martin a-t-il un lien avec vous ? Lorsque je vous voyais, je voyais un nom comme Martine ou Martini. 

La femme dit qu’elle se nomme Marthe. « Est-ce que vous êtes quatre enfants ? » La femme acquiesce.

Il est plein de compliments pour les quatre. Il parle de votre maman, il s’en occupe actuellement. Est-ce qu’il faisait du jardinage, il me montre des légumes.

La femme répond par la négative. S’ensuit une série de conseils du parent défunt sur une alimentation saine et équilibrée. Les propos du médium fondés sur des discontinuités et des indéterminations sollicitent l’imaginaire du consultant. Le médium ne doit jamais laisser invalider une proposition, puisqu’il est le simple porte-parole des locuteurs invisibles et inaudibles que sont « les décédés ».

13Ayant assisté à plusieurs performances médiumniques de Bridget, j’ai pu constater que les ouvertures de séance sont plus ou moins longues, en fonction du nombre de procédés rhétoriques qu’il lui faudra déployer avant qu’un membre du public saisisse l’induction proposée. Contrairement à d’autres médiums qui ont à leur disposition des photos ou des objets proposés par des consultants, Bridget, ne dispose d’aucun indice, ni ne sait quels sont les membres du public qui souhaitent obtenir une « réponse » et ceux qui, simples spectateurs, ne veulent pas entrer dans l’interaction. Les échanges entre consultants et médium jouent sur plusieurs registres. Bridget sait faire preuve d’ambivalence en opérant des glissements entre « message de réconfort » du « décédé » soucieux de rassurer sur « son sort dans l’au-delà » et paroles de valorisation des actions de la personne endeuillée, entre des moments de tristesse ou de tension et leur neutralisation par le rire collectif du public, déclenché par un trait d’humour de la médium. L’impression qui se dégage de cette performance reste assez étrange. À chaque induction de Bridget, une ou plusieurs personnes lèvent la main en disant « je prends », comme dans une vente aux enchères. À cette effervescence s’opposent des visages tristes d’autres personnes espérant des informations qu’elles ne recevront pas, et dont on perçoit la souffrance. Par exemple, lors d’une séance, les membres et amis d’une famille à la recherche d’un jeune homme, dont ils sont sans nouvelle depuis trois mois, quêteront en vain des informations. D’autres personnes solliciteront, à la suite de la performance de Bridget, une consultation individuelle.

14Lors d’une séance, je tentai d’entrer dans l’interaction. Bridget lance une nouvelle proposition : « J’ai le mot Luxembourg. Est-ce qu’il y a quelqu’un qui avait un parent au Luxembourg ? » Je décide de saisir cette induction et lève la main en disant : « Oui, je prends. » Je sens le regard insistant de mes voisins et précise : « Le Luxembourg, pour moi, ce n’est pas le pays, mais le jardin du Luxembourg, à Paris. » Bridget consulte l’autre médium qui semble lui confirmer quelque chose. Bridget reprend : « Vous aviez un oncle qui aimait se promener au Luxembourg ? » Je suis troublée par cette question et lui confirme qu’effectivement « J’avais un oncle qui aimait se promener au Luxembourg. » Mais la suite de l’interlocution se déroule avec difficulté, je ne sais pas comment répondre aux affirmations de Bridget, qui reste évasive tout en apportant quelques éléments avec lesquels je pourrai co-construire une identification de cet oncle avec elle. Je me rends compte qu’il y a une manière de dialoguer avec des codes langagiers à respecter que je ne maîtrise pas, de même qu’un certain rythme de parole à tenir. Malgré le contexte matériel et relationnel, je ne parviens pas à la réactualisation de l’expérience comme semblent y accéder d’autres participants. Cette mise en échec va m’inciter à expérimenter d’autres espaces intermédiaires de pratiques proposés par la configuration de médiums de l’Atelier.

Faire le récit de ses rêves

15La deuxième catégorie d’expériences à laquelle je pris part fut celle des « cafés médiumniques ». Ceux-ci reprennent la formule du café philosophique et se déroulent en soirée chaque premier vendredi du mois à l’Atelier. Dans le cadre des performances médiumniques, la gestion de la « communication avec l’invisible » est faite par la médium, qui s’appuie sur des interactions avec le public. Dans ce deuxième cas de figure, ce sont les participants qui tentent de découvrir s’ils ont des compétences de médiumnité. En principe, tout le monde peut participer aux cafés médiumniques, à condition de s’inscrire au préalable par texto ou courriel, ce qui permet aux organisateurs une éventuelle sélection des participants. J’ai été acceptée à plusieurs d’entre eux, le nombre des médiums présents a varié de deux à trois et celui des participants de deux à cinq. Les interventions de ces derniers ont porté essentiellement sur des demandes d’interprétation de certaines de leurs perceptions ou de quelques-uns de leurs rêves, qu’ils ressentaient comme singuliers. Les cafés médiumniques ont pris l’allure de rencontres de rêveurs proposant leurs « visions des morts » à des professionnels de la communication avec l’invisible qui, pour leur part, utilisent un autre langage que le rêve pour développer un processus de symbolisation.

16Chaque café médiumnique initié par l’Atelier suit le même protocole. Au centre de la pièce est placée une table sur laquelle sont disposés des tasses pour du café ou du thé, des petits gâteaux, des fruits secs et des petits chocolats destinés aussi bien à marquer une forme de convivialité envers les consultants qu’à assurer des offrandes aux invisibles présentés par les médiums comme des « guides spirituels ou présences qui accompagneront ces séances ». La pièce est éclairée par des bougies, disposées sur la table ou sur une étagère, et par le soutien d’une lampe procurant un léger effet lumineux indirect. Une musique de fond est toujours diffusée : des airs d’opéras ou liturgiques, ou encore des mélopées amérindiennes ou tibétaines. Élisabeth, l’une des deux médiums fondatrices de l’Atelier, ouvre la séance en en énonçant les règles comme dans tout café à thème. C’est un « espace qui doit permettre un temps de parole pour chacun, pour témoigner et raconter ce qui lui tient à cœur ». Elle insiste sur la nécessité d’une « écoute respectueuse des questions des uns et des autres qui ne doit pas déboucher sur une réflexion individuelle et un débat d’idées, mais sur la mise à disposition de chacun pour tous ». La séance commence par le classique tour de table durant lequel chacun se présente. Pour la suite de la description, je prendrai en exemple quelques récits de rêves ou de situations qui sont définis comme « hors de l’ordinaire » par les participants en utilisant plus spécifiquement le matériel ethnographique de deux des cafés médiumniques parmi ceux auxquels j’ai participé.

17L’un de ces cafés est constitué de trois médiums : Élisabeth et Françoise – les deux fondatrices de l’Atelier – et Jean, qui participe régulièrement à leurs activités, ainsi que de quatre participantes, dont moi-même. Dans le deuxième café, deux médiums sont présents – Françoise et Jean –, ainsi que, du côté des participants, Pierre et ses deux fils adolescents. Pierre a une cinquantaine d’années et il occupe la fonction de juriste dans une institution publique. Dans le premier groupe, Jacqueline, âgée d’une soixantaine d’années, est psychologue et psychopédagogue. Convertie au bouddhisme depuis une vingtaine d’années, elle pratique régulièrement la méditation dans un Centre des hautes études tibétaines. Elle se dit « interpellée par la médiumnité ». Par contre, précise-t-elle, « je ne vois rien et je n’entends rien ». Elle est venue participer à ce café médiumnique pour évoquer ce « manque de perception » et a incité ses deux amies, Barbara et Laurence, à l’accompagner. Barbara est hollandaise, elle est institutrice et âgée d’une cinquantaine d’années. Elle s’intéresse à la médiumnité depuis plusieurs années « sans avoir eu l’occasion d’approfondir cette question ». Elle est venue, dit-elle, parce qu’elle a eu « des choses bizarres dans sa vie ». La troisième participante, Laurence, est éducatrice pour la petite enfance et un peu plus âgée que les deux autres. L’idée d’un café médiumnique lui a plu. Elle affirme d’entrée de jeu qu’elle croit à la force de la prière. Il s’avérera qu’elle est catholique et pratiquante. Je me présente comme anthropologue. Élisabeth réagit en me disant que je dois bien avoir une raison plus personnelle pour participer à ce café. Je ressens une certaine animosité de la part des trois médiums et je comprends que ma présence ne sera acceptée que si j’accepte de contribuer de manière active au dispositif.

18Je fais alors les récits de deux rêves dans lesquels me sont apparus deux proches décédés. Dans chacun de ces deux songes, ces personnes me sont apparues comme des portraits en pied face à moi et me regardant avec un visage parfaitement impassible. Dans l’un de ces rêves, le défunt m’a fait un petit signe de la main. Dans les deux cas, j’ai eu le sentiment qu’il s’agissait d’une scène d’adieu. Mon récit s’inscrit dans un répertoire onirique de « visite nocturne des morts » assez usuel en ethnologie européenne.

19L’un des récits que fera plus tard Pierre relève de ce même registre de la relation aux « morts familiers ». Dans les trois jours qui ont suivi la mort de sa mère, Pierre a éprouvé « plusieurs choses ». Lorsque tout le monde a quitté la pièce où se trouvait le corps de sa mère, il a senti que quelque chose traversait son propre corps. Deux nuits plus tard, il a rêvé qu’il était assis à une table avec sa mère, mais dans un espace inhabituel, un lieu désertique au sommet d’une montagne. Sa mère lui disait « je vais bientôt devoir partir » et Pierre fondait en larmes en lui disant qu’il n’en était pas question. La nuit suivante, la même scène s’est reproduite, mais sa mère lui disait que cette fois elle devait vraiment partir, elle ouvrait sa main et Pierre y voyait un œil. Il n’a plus rêvé d’elle durant plusieurs années, puis elle est réapparue dans ses rêves. Dans le plus récent, il arrivait dans un endroit inconnu et retrouvait sa mère attablée avec « toute sa famille originaire d’Allemagne ». Ce sont tous des parents décédés. Pierre voyait cette assemblée, mais celle-ci ne le remarquait pas. Il appelait sa mère et lui faisait des signes, mais celle-ci ne le voyait pas, ne l’entendait pas, ne réagissait pas. Il s’est dit qu’il devait partir et que sa mère était vraiment passée de l’« autre côté ». Ce rêve lui a évoqué « le repas de commémoration qui marque la fin de la période des obligations liées au deuil », mais sous une forme inversée. Élisabeth ne choisira pas cette lecture anthropologique et lui préférera un discours physiologique. Pour elle, les défunts interviennent dans les rêves, « parce que dans le sommeil, les mécanismes de défense des êtres humains sont moins présents, ce qui les rend plus réceptifs à l’au-delà ». Elle précise que, pour cette raison, certains médiums préfèrent recevoir la nuit les enseignements de leurs guides.

  • 3 La bibliothèque akashique, appelée aussi les annales, les archives, ou les mémoires akashiques, es (...)

20Barbara se demande s’il faut analyser chaque élément des rêves « à la lettre ». Élisabeth ne répond pas directement à la question, mais lui propose un nouvel élément du répertoire spiritualiste : la bibliothèque akashique3. Élisabeth « aime bien imaginer qu’il y a une sorte de bibliothèque universelle, une bibliothèque de leadership, un lieu atemporel de tous les savoirs et auxquels tout le monde a accès, en rêve ou en état de clairvoyance ». Dans ce lieu de toutes les mémoires, ce serait comme circuler dans le temps et non vivre dans un temps linéaire. Il serait alors possible d’aller y chercher des informations du passé et du présent, mais aussi du futur, ce qui expliquerait pour les cercles ésotériques que nous ayons des prémonitions, des rêves annonciateurs, ainsi que les visites de « nos défunts », des guides, des anges et de toutes autres entités. Dans un autre café médiumnique, Élisabeth, parlant des rêves, introduira un autre concept spiritualiste, l’idée des « sorties hors corps », en disant que « c’est quelque chose dans ma conscience qui sort de moi pour aller voyager dans le temps, pour voir ce qui est advenu ».

21Élisabeth précise que la communication avec un au-delà ne se fait pas que par des images nocturnes, mais que tous les canaux de perceptions sont utilisés sous forme de sensations, de visions diurnes, d’association d’idées, de coïncidences... Jacqueline corrobore cette affirmation par ses récits.

22Jacqueline est veuve. Quand elle est très fatiguée ou lorsqu’elle se dit qu’elle a « besoin de vacances », son mari « vient dans son rêve », il est « plus ou moins près d’elle ». Quand elle se réveille, elle a « l’impression d’avoir pris une vitamine ». Elle se sent bien « comme lorsqu’il était là ». Parfois, elle sent un mouvement de l’air, elle en retire une impression qu’elle ne peut définir et la nuit suivante son mari vient dans son rêve. Elle se dit que c’est incroyable, mais ça « la booste » à chaque fois. Jacqueline relate aussi un événement qui l’a impressionnée. Pendant les mois qui ont suivi le décès de son mari, elle pensait qu’« elle ne ressentirait plus la joie ». Elle « lui » disait, en comptant les mois, « cela fait un an et demi que tu es parti, je crois que je ne sentirai plus jamais la joie ». Un matin, en se levant, elle sent une odeur puissante de lilas et réalise qu’elle peut à nouveau ressentir une émotion. Elle voit alors depuis sa fenêtre que le lilas est en fleurs dans la cour de sa maison. À partir de ce moment, elle « a pu commencer et finir son deuil », mais elle reste persuadée que « ce lilas, c’est comme si on lui avait fait sentir son odeur, qu’on lui avait ordonné de sentir de nouveau ce lilas ». Jacqueline rapporte une troisième situation, qui l’« interroge encore plus que les deux premières, parce qu’elle a été accompagnée d’un phénomène étrange concret ». Elle avait une tante qui lui racontait, quand elle était enfant, les histoires qui se transmettent dans la région du Valais d’où elle était originaire. Jacqueline « adorait » cette tante, qu’elle qualifie de « très mystique et vivant au milieu des esprits ». Les deux femmes ont fait le serment que « la première qui partait devait faire à l’autre un signe depuis l’au-delà ». La veille de la mort de sa tante, Jacqueline avait passé la soirée avec elle à l’hôpital, puis était rentrée vers vingt-deux heures, parce sa tante lui avait dit que « ça allait bien maintenant ». Le lendemain, avant d’aller à l’hôpital, Jacqueline entre dans une l’église pour mettre un cierge. « C’est un réflexe », dit-elle. « Je voulais allumer un cierge pour elle et pour moi, pour me donner de l’énergie. » Lorsqu’elle sort de l’église, à peine après avoir passé le porche d’entrée, elle reçoit de l’eau sur la tête. Elle se dit qu’« il se passe quelque chose de particulier, il fait grand beau et je reçois une averse. Ce n’était pas une impression, il y avait une flaque d’eau sous mes pieds, et il n’y en avait aucune autre ailleurs ». Quelque temps plus tard, son mari plaisante, en lui disant, jouant sur l’homophonie des termes, que cette averse subite c’était « l’au-delà ». Il sonne onze heures au clocher lorsque Jacqueline sort de l’église. Quand elle retourne à l’hôpital, elle apprend que sa tante est décédée précisément à onze heures. Pour Élisabeth,  

il y a beaucoup de témoignages de cet ordre dans les trois à quatre jours qui suivent la mort. Durant cette période, le défunt a une énergie très proche de celle qu’il avait lorsqu’il était incarné et il la manie encore très bien pendant ce laps de temps. On observe des lampes ou des télévisions qui s’allument toutes seules, des ampoules qui implosent. Passés ces quelques jours, cela deviendra plus abstrait pour lui.

Elle ajoute que les défunts, pour se faire comprendre, utilisent les coïncidences et les allusions par jeux de mots, en les suggérant aux vivants.

Apaiser les hantises

23Si Pierre participe avec ses fils à un café médiumnique, c’est qu’il ressent le besoin d’une aide pour sa famille et pour lui-même. À l’état de veille ou en rêve, dit-il.

Moi, le problème que j’ai, c’est que j’ai souvent des gens [des défunts] qui viennent vers moi, et s’ils viennent vers moi, c’est que quelque part, je dois représenter quelque chose pour eux. C’est le sentiment que j’ai, peut-être que je divague. C’est mon interprétation, c’est des gens en souffrance, ils viennent vers moi parce que je dégage une énergie, ils se disent OK celui-ci va nous aider. Je reçois ce message et je ne sais pas quoi en faire. Les aider à faire le passage ? Témoigner ?

24À la question d’Élisabeth : « Quel message te donnent-ils ? » Pierre répond par le récit d’une hantise : « Ce n’est pas des messages verbaux. Dans mes rêves, même si les gens me parlent, c’est plutôt des gens qui s’accrochent à moi, qui ont peur. » En s’adressant à ses fils, dans un état de forte émotion, il reprend son récit :

Là où vous habitez, j’ai vécu une chose terrible. Vous étiez en train de dormir, j’étais dans un demi-sommeil et j’ai vu un homme entrer dans la chambre, il était extrêmement inquiet, très perturbé. Je sais exactement comment il est, un peu chauve. Et il s’est précipité vers moi, j’avais l’impression qu’il allait tomber sur moi, il était terrorisé, je pense qu’il était mort il n’y a pas longtemps et qu’il ne comprenait pas ce qu’il lui arrivait. J’ai paniqué parce que j’ai vraiment vu quelqu’un dans cette chambre. Dans la seconde qui a suivi, mon ex-femme est rentrée dans la chambre. Je crois que je me suis levé d’un bond, j’étais assis dans mon lit en train de hurler, complètement paniqué. Je lui ai expliqué qu’il y avait un homme dans la chambre à côté de moi.

25Élisabeth en conclut que Pierre semble attirer « les gens en état de choc » et l’encourage à faire un cours d’apprentissage de la médiumnité, ce qui va l’aider à interpréter « l’énergie des défunts », à maîtriser ses propres émotions et à se mettre très vite dans un état dans lequel

les morts vont pouvoir l’entendre, et qui lui permettra de se faire entendre d’eux pour pouvoir les accompagner dans la lumière. Avec la médiumnité, tu as des guides qui t’accompagnent, qui te permettent d’appeler la lumière, si tu veux faire en sorte qu’ils [les défunts] soient pris en charge. Ça te libère, si tu veux, tu as des relais.

26Si les médiums insistent auprès de Pierre pour qu’il suive leurs enseignements pour « savoir connecter et déconnecter avec le monde spirituel », ils marquent aussi qu’ils ne prêtent pas les mêmes aptitudes médiumniques aux autres participants. Les médiums ne prennent pas en compte les contenus oniriques et se démarquent de leurs récits en affirmant qu’eux-mêmes n’ont pas fait de rêves semblables. Françoise a déjà rêvé de parents décédés, mais ne pense pas que « ces rêves étaient différents des autres ni que ce soit un mode de communication possible avec les défunts ». Cette mise en échec des autres participants les contraint à s’interroger sur ce que sont les savoirs revendiqués par les médiums et à les questionner sur les contenus de leur expertise.

Identifier les défunts 

27Les participants aimeraient savoir comment les médiums peuvent décrire physiquement une personne décédée qu’ils n’ont pas connue. Est-ce qu’ils la voient ? Est-ce qu’ils distinguent réellement son visage ou est-ce qu’ils le pensent, l’imaginent ? Les trois médiums apportent des réponses différentes. Lorsqu’elle fait ce que les médiums nomment « un contact », c’est-à-dire mettre en relation un consultant avec « une personne qui est partie », Françoise précise : « Évidemment, on ne peut pas faire venir exactement le père ou la mère attendus par le consultant, on reçoit la personne qui veut bien venir. » Françoise souligne l’interaction nécessaire avec le consultant, en disant :

J’ai tout d’un coup quelqu’un qui se présente et je décris ce que je vois, je donne les informations que cette personne me donne. On ne peut pas faire un contact sans qu’un demandeur, un proche du disparu soit là. Il faut qu’il y ait cette personne en face de nous.

28Quant à décrire ce qu’elle perçoit, Françoise dit recevoir une image. Elle peut « voir le visage du défunt qui se présente » et reçoit en simultané ou légèrement en différé des informations. Un défunt peut se montrer sous une apparence plus jeune que lors de sa mort, « parce qu’il n’a plus d’apparence réelle et il prend celle sous laquelle il a le plus de chance d’être reconnu ». Celle-ci peut être celle qu’il a sur une photo connue du consultant. À la question posée à Françoise : « Est-ce que tu reçois une image fixe, ou des flashs d’éléments successifs qui finissent par former un ensemble ? », celle-ci précise que les deux sont possibles, mais qu’elle peut aussi entendre des sons, de la musique, sentir des odeurs. Elle réarticulera ensemble toutes ces données, guidée par des associations d’idées. Élisabeth précise que les perceptions sont reçues par le médium d’une manière codée. Chaque médium établira son propre code d’images, de sons, d’odeurs, de sensations avec le « monde spirituel ». Si le messager du monde spirituel change, que ce soit une entité ou un défunt, le code établi, lui, ne changera pas. Pour Françoise, cette immuabilité du code est garantie pour chaque médium par son propre « guide spirituel » qui lui sert de médiateur avec les autres entités ou les défunts. Pour Élisabeth, le contact s’établit directement avec le messager, qu’il soit une entité spirituelle ou un défunt. Cet intermédiaire, dit-elle « vient du monde spirituel, qui est très intelligent », et il sait quelles représentations ont été mises en place et quels sens leur sont donnés par le médium. La cosmogonie d’Élisabeth et de Françoise comporte plusieurs catégories d’entités en dehors des défunts. Ces entités sont les « guides spirituels », dont une partie est constituée des « médecins du Ciel » et une autre des « maîtres spirituels » ayant vécu dans différentes époques et régions géographiques. À ceux-ci, il faut ajouter les anges et les archanges. Chaque individu vient au monde accompagné dès sa naissance d’« un ange gardien, c’est le guide spirituel principal de chacun ». Au fur et à mesure de ses apprentissages, le médium obtiendra l’appui d’autres « guides ». Élisabeth et Françoise disent ne pas identifier nominalement les entités qui se présentent à elles, sauf lorsqu’il s’agit d’un « maître spirituel » avec lequel elles entretiennent une « relation à long terme ».

29Ces échanges verbaux me font constater que, par les imprécisions et complexifications de leur système de référence, les médiums établissent un code divinatoire qui a des porosités suffisantes pour intégrer toutes les situations d’une séance de médiumnité. Ces échanges procèdent aussi d’une double dynamique. Ils se construisent selon une forme de « condensation rituelle » (Houseman & Severi, 1994, 2009). C’est-à-dire qu’ils procèdent par

l’actualisation simultanée de modes de relation nominalement contraires : les affirmations d’identité sont en même temps des témoignages de différence [...], la présence de personnes ou d’autres êtres est à la fois corroborée et démentie, des secrets sont simultanément dissimulés et révélés, etc. (Houseman, 2012)

30Les médiums mettent en échec les représentations partagées par les participants de ce qui pourrait être une mise en communication avec l’au-delà. Et simultanément, ils installent un conditionnement imaginatif et forcent l’attention des participants, en les incitant à apprendre les référents et à intégrer les comportements qui leur seront nécessaires pour vivre une expérience d’enchantement.

Vivre une expérience d’enchantement

31Pour pouvoir intégrer une configuration médiumnique, cela a nécessité que je m’inscrive et sois acceptée dans une trajectoire incluant plusieurs étapes d’apprentissage. La première a porté sur l’acquisition de l’imaginaire et des modes interprétatifs d’autres régimes de vérité, de la syntaxe des modes opératoires des entités supranaturelles et des attentes normatives des comportements appropriés des consultants. Cette première étape m’a permis d’être acceptée dans la seconde, qui correspond à ce que j’apprendrai de l’expérience elle-même. Cette seconde opération demandait de m’introduire dans ce dispositif pour l’expérimenter, non comme une fin en soi, mais comme un processus de recherche me permettant de produire une description ethnographique d’une pratique sociale. Entrer dans ce dispositif d’expérience permet d’approcher les émotions des participants et les mécanismes sensoriels en jeu. Pratiquer une anthropologie réflexive ne signifie pas qu’en mettant l’accent sur ses expériences personnelles, le chercheur se détourne de l’attention des faits ethnographiques (Ghasarian, 2002, p. 28).

32L’Atelier organise des formations intitulées « initiation à la pratique de la médiumnité », pour les personnes ayant déjà acquis les compétences de la première étape et qui souhaitent développer une pratique médiumnique. J’ai suivi les modules d’enseignement qui se sont déroulés avec le même groupe de juin à novembre 2013. L’enseignement était assuré par Élisabeth assistée de Françoise. Nous étions six participants. Le groupe était constitué de trois femmes et de trois hommes, dont les âges se répartissaient entre 30 et 70 ans, les professions et lieux d’activités des uns et des autres étaient divers. Marina est artiste de cirque, elle se présente comme « femme serpent », c’est-à-dire contorsionniste. Pierre est juriste et travaille dans une institution pour personnes handicapées. Lise est documentaliste. Paul et Mathieu ont des professions techniques dans les métiers du bâtiment. Pierre, Mathieu et moi-même avons participé aux mêmes cafés médiumniques.

33Dès notre entrée dans la salle de l’Atelier, que nous connaissons tous, nous constatons la présence de nouveaux éléments, qui vont contribuer à notre mise en condition. Celle-ci sera amplifiée de manière discursive par les longues interventions verbales des deux médiums, Élisabeth et Françoise.

  • 4 Connu depuis l’Antiquité, le borax est un sel inodore et incolore, qui se présente sous forme de p (...)

34Élisabeth a « préparé la salle » avant l’arrivée des participants. Elle a placé dans l’atelier deux vases emplis d’eau, car celle-ci « a la vertu de capter et de nettoyer des énergies négatives qui seraient présentes ». Elle a également placé, de chaque côté des montants de la porte d’entrée, deux coupelles remplies d’une essence de purification faite d’une composition d’huiles essentielles à base de menthe, basilic et citronnelle à laquelle a été ajouté du borax4 « pour bloquer l’entrée d’énergies indésirables ». Afin de « favoriser la méditation », Élisabeth a utilisé un spray pour diffuser dans l’air une autre composition d’huiles essentielles. Elle a ensuite invoqué les « guides enseignants » pour qu’ils viennent assister les participants dans cette « initiation » et elle « leur » a précisé les horaires de la séance. Elle nous informe que le « monde spirituel vient aux rendez-vous qui lui sont fixés ». Les participants et les deux médiums prennent place sur des chaises disposées en cercle. Élisabeth donne quelques directives générales, à savoir que les demandes adressées aux guides doivent être « très claires » et qu’il faut préciser chaque fois qu’« elles sont faites dans la lumière et pour le bien de tous », afin d’éviter que des « ombres » se présentent et interfèrent. Élisabeth ouvre la séance en demandant aux participants de se donner la main pour « créer un cercle d’énergie ». Elle remercie les « guides » présents pour leur protection et le soutien qu’ils vont apporter aux participants dans leur apprentissage « de mise en communication avec le monde spirituel ». Dans cette atmosphère, portée par des ingrédients ésotériques mêlant cercles magiques et mysticisme, la tension des participants est palpable. La clôture de la séance se fera en fin de journée de manière symétrique à celle de l’ouverture. Les participants « fermeront le cercle », tandis qu’Élisabeth remerciera les guides pour leur soutien. Toutes les séances de formation seront organisées de manière identique et comporteront une introduction, une méditation et une série d’exercices entrecoupés de commentaires et d’encouragements. Cette répétitivité les inscrira dans une forme rituelle. Je n’exposerai pas l’évolution chronologique de cette initiation, mais prendrai en exemple quelques scènes capitales.

Se mettre en condition

35Élisabeth place d’emblée la médiumnité dans le registre du corps et de l’endurance physique. Elle précise que pour communiquer avec les guides, il s’agit, comme pour un danseur ou un musicien, de se maintenir en bonne condition physique et de faire ses entraînements et ses gammes quotidiennes. Elle conseille de faire trois méditations de vingt minutes chaque jour à heures fixes ainsi qu’une méditation d’une heure un jour par semaine, toujours selon un horaire précis, tout en ayant au préalable fixé ces rendez-vous journaliers et hebdomadaires avec le « monde spirituel ». Pour être un bon médium, il est nécessaire d’avoir un bon équilibre mental, d’avoir suivi des cours de développement personnel et si possible d’avoir fait une psychothérapie « pour régler ses différents problèmes personnels et apprendre à se connaître ». Élisabeth rappelle qu’en préalable à une méditation « il faut poser une intention ». La méditation permet de se centrer sur soi, calmer le corps et les pensées qui « tournent toutes seules », relâcher toutes ses tensions physiques et mentales et effectuer « un changement d’état de conscience pour se mettre en intentionnalité au service de quelqu’un ou de quelque chose ». Un médium entraîné pourra réaliser ces différentes étapes pour lui permettre d’atteindre une « modification de conscience » ou un état hypnagogique très rapidement, en quelques minutes, voire quelques secondes. Pour faciliter l’entrée en méditation, des exercices respiratoires sont recommandés. Selon la pratique et la vitesse d’exécution de ceux-ci, l’état d’hyperventilation du participant est plus ou moins rapide, et cette oxygénation du cerveau plonge le méditant dans des modifications plus ou moins marquées de son état conscient. Cette technique du corps contribue à cet état mystique propre à une communication avec les mondes invisibles.

  • 5 Reprenant les travaux d’Ivan Petrovitch Pavlov, physiologiste russe, Robert Desoille utilisera la (...)

36Élisabeth souligne qu’elle va guider la méditation, mais qu’elle-même est guidée lorsqu’elle fait cet exercice, il s’agit « d’une forme de partenariat avec le guide qui doit être faite en confiance ». Selon ses dires, elle entre dans un état de « semi-conscience, qui n’est pas un état de conscience modifiée », contrairement à celui dans lequel nous allons être mis, nous les participants. Car elle doit « nous surveiller pour éviter que l’un ou l’autre soit entraîné dans quelque chose qu’il ne peut plus maîtriser ». Elle devrait alors intervenir pour le ramener à lui-même. Nous sommes assis, les six participants, sur des chaises placées en cercle et nous nous préparons à entrer dans cet état méditatif en écoutant les paroles puis le long récit d’Élisabeth qui suivra. Celui-ci nous entraînera vers ce que j’identifie comme étant une situation de « rêve éveillé5 ». Si la pratique de la médiumnité requiert l’apprentissage de techniques, la compétence de « partir en rêve éveillé » se développe quant à elle facilement. Cette approche est aussi utilisée en psychothérapie. Pour atteindre cet état, chaque participant devra visualiser différentes actions jusqu’à avoir la sensation qu’elles se produisent, selon un processus de suspension de l’expérience ordinaire.

Il devra s’ancrer au sol, faire descendre des racines de ses pieds, visualiser ces racines bleues qui sortent de la plante des pieds et s’enfoncent dans la terre, atteignent une boule d’énergie blanche et dorée au centre de la Terre, source divine, puis faire remonter cette énergie et la visualiser traversant, nettoyant, purifiant tous les organes de notre corps.

37Élisabeth décrit précisément le trajet de cette « énergie terrestre » à l’intérieur du corps humain et sa rencontre avec chaque organe, qu’elle cite un à un. Cette méditation suivant le fil d’un récit, dans lequel chaque organe et chaque membre sont identifiés et localisés, constitue une nouvelle cartographie du corps. Après cette traversée de notre organisme, il faudra

visualiser cette énergie sortant de notre tête et reformant une racine bleue qui s’enfonce dans le ciel, dans une boule d’énergie blanche et dorée, source divine. Puis faire redescendre lentement cette énergie sur soi en un canal s’élargissant en forme de cloche enveloppant tout le corps.

38Pour Élisabeth, « quand on élargit bien cette énergie, quand on est devenu bien large, on perd la notion de son corps, on devient soi-même énergie et on se sent flotter ».

39Dans cet état, nous allons chacun entrer dans une « fréquence vibratoire basse », ce qui nous permettra d’entrer en communication avec notre guide et de nous « rendre disponibles à son enseignement ». Selon Élisabeth, « certaines personnes disent qu’en état d’élévation, elles sentent leur âme sortir de leur crâne » et partir à la recherche des enseignements de leur guide. Cette première phase expérimentale sera immédiatement suivie d’une deuxième sous la forme d’« un partage de cette énergie canalisée ». Chaque participant, prenant la main gauche de son voisin, soit « du côté du cœur », devra lui transmettre une partie de cette énergie, il se créera ainsi une chaîne d’énergie entre tous les participants. Toujours en se donnant la main et en formant un cercle, nous devrons faire « tourner cette énergie ». Élisabeth demande aux participants de sentir « l’accélération de sa vitesse », lorsque celle-ci formera un cercle continu. Ces deux premières séquences sont de même nature et conduisent à une suspension de l’expérience du monde ordinaire, entraînant les participants à des degrés divers vers un nouveau champ évocatoire. La séquence qui suit est la mise en récit et la restitution par chacun de son expérience à l’ensemble du groupe. C’est à la fois un partage social et une évaluation sociale de l’expérience vécue. Dans la discussion qui va suivre, chacun va chercher les termes pour expliciter ses sensations fugitives. Chacun va proposer son propre vocabulaire, et même si les termes en eux-mêmes ont des sens précis, ils s’articulent autour d’associations d’idées qui restent personnelles à chacun. Cette recherche marque le début de la construction de la fiction collective. Il ne s’agit pas de se contenter d’un langage ordinaire, mais de construire un langage de l’extraordinaire. Les participants vont apprendre, au cours des échanges verbaux, à élaborer ce langage commun pour donner une forme, une consistance, une existence à leurs perceptions, afin de permettre aux uns et aux autres de les « visualiser », de les « matérialiser » dans des interactions communes. C’est dans cette phase que le participant va apprendre à intérioriser le comportement approprié tel qu’il est attendu dans ce dispositif. Il ne s’agit pas d’une induction morale, mais bien d’une expérience physique singulière aussi bien personnelle que collective.

40Lors d’une séance, pendant le « tournoiement de l’énergie », Pierre a vu une lumière verte qui circulait à une vitesse phénoménale. À cette évocation de Pierre, l’image qui m’est venue à l’esprit est celle de l’accélérateur de particules du CERN. Cette association d’idées suivie de ma propre représentation du phénomène physique m’a fait percevoir une lumière verte qui tournait à grande vitesse. Cette forme se déployait sur un cercle, mais, dans l’espace entre Marina et Pierre, je voyais ce serpent de lumière faire un saut puis reprendre sa course comme si un obstacle l’empêchait de rester sur la même trajectoire. Élisabeth relève que Pierre et moi, nous avons vu la même image, ce qui lui confère une matérialité et concrétise cette interaction avec un monde spirituel pour les autres participants. Quant au saut du cercle lumineux, toujours pour Élisabeth, il a été provoqué par une « présence positionnée précisément à cet endroit ». Cette installation des invisibles se complétera et se complexifiera durant toutes ces journées d’apprentissage.

41Pierre a vécu ces premières interactions comme une expérience d’enchantement, il dit avoir « senti quelque chose de joyeux et une grande émotion » juste après la phase de méditation. Il est visiblement au bord des larmes. Pour Élisabeth, cette « marque d’émotion » ressentie par Pierre, « est le signe qu’un guide s’est présenté à lui. C’est toujours jubilatoire quand un guide se présente. » Pierre retrouvera cette impression plus accentuée après la méditation qui ouvrira la séance de l’après-midi. Il aura la sensation que « quelqu’un l’attend demain soir », il a « déjà vécu ça en rêve éveillé », mais il ne sait pas ce que c’est. Élisabeth lui conseille de « repartir dans la sensation, de laisser venir et savoir s’il y a une demande particulière, de poser la question comme avec un vivant ». Lise, durant la méditation, s’est sentie prise dans une bulle, puis elle a vu une petite lucarne au-dessus d’elle « d’où elle aurait pu sortir de la bulle ». Pour Élisabeth, cette petite ouverture peut être « le signe d’un guide ou de quelque chose de l’au-delà ». Élisabeth invite Lise à « juste ouvrir cette fenêtre plutôt qu’à vouloir sortir par cette lucarne, la traverser pourrait l’amener à faire un voyage astral, dans un but médiumnique et elle n’est pas encore préparée à cela ». Élisabeth a un commentaire pour chacun, qu’elle donne d’un ton ferme et résolu, mais élude les questions précises qui lui sont posées.

Parler d’« âme à âme »

42Cet exercice se fait à deux. L’un des participants endosse le rôle du médium, et l’autre celui du consultant. L’apprenti médium cherchera « à entrer en communication et à parler d’âme à âme avec le consultant avec le soutien de leurs guides respectifs ». Élisabeth présente à celui qui tient le rôle de consultant un jeu de cartes oracle qui s’appelle « Les portes ». Avant de tirer une carte, le consultant tape le paquet de cartes de sa main, droite ou gauche, les doigts repliés sur la paume, pour nettoyer « l’énergie d’un usage précédent retenue dans le jeu de cartes ». Le consultant mélange les cartes, pose sa question mentalement puis tire une carte, il la regarde, « c’est déjà une indication de son propre guide », et donne la carte à celui qui tient le rôle du médium. Celui-ci entre en méditation rapide et demande à son propre « guide » de le soutenir. L’apprenti médium utilisera la carte comme support projectif. Ces cartes portent toutes un titre et comportent un dessin dans lequel une couleur domine. Selon Élisabeth, « la carte permet de focaliser l’énergie sur un objet. La carte et la parole déclenchent de l’énergie », dont il faudra maintenir la fluidité. Toujours selon Élisabeth, l’énergie du consultant se communiquera à la carte, qui elle-même émet une certaine vibration selon ses couleurs et la réaction qu’elle suscite. Le médium regarde la carte et se met à parler à un rythme soutenu. Il « laisse couler un flot de paroles », durant au moins quatre minutes. S’il ne ressent rien, il décrit la carte avec cette même énergie « qui doit rester haute pour permettre aux guides de recevoir suffisamment d’énergie pour communiquer et donner des signes ». Le même exercice sera effectué une seconde fois en oralisant la question. Je fais les deux exercices avec Mathieu. Lors du premier tirage, je pose mentalement la question proposée par Élisabeth comme exemple pour cet exercice : « Est-ce que je dois changer de métier ? » Je tire la carte intitulée « Partage » avec une dominante de la couleur verte. Sur le côté gauche, vers le milieu de la carte, est dessiné un arbre qui surplombe trois formes laissant suggérer de vagues silhouettes humaines. La lecture de Mathieu est que « je vais rencontrer encore des difficultés, dues aux tensions provoquées par une à trois personnes, mais il y aura une ouverture dans quelque temps et un soutien sous forme d’un partage avec quelqu’un ». Élisabeth constate que Mathieu « a démarré le flot de paroles à trois minutes et demie du début de l’exercice, il doit savoir qu’il fait d’abord une mise en place avant de pouvoir commencer le flot de paroles ». Elle rappelle que « le médium peut faire une mise en forme pendant le temps d’attente de l’énergie, il va alors dire n’importe quoi, il meuble en attendant l’énergie ».

43Lors du deuxième tirage, je commence par être le consultant et je verbalise une question qui, comme la première, a été suggérée par Élisabeth : « Est-ce que je vais avoir de nouveaux débouchés professionnels et si oui, dans quel pays ? » Je tire la carte « Naturel ». Au premier plan, en bas à gauche, est dessiné un buisson penché vers la droite, derrière lequel se déploie un espace dénudé jaune avec quelques traces de cailloux. Le milieu de la carte est barré par une chaîne de collines surplombée par un ciel couleur végétation verte-bleutée. Dans sa lecture, Mathieu voit un rocher entouré d’eau, le mot « caillou » lui apparaît, il pense à un pays de l’autre côté du globe terrestre entouré par la mer, il faut s’y rendre en avion. Il me demande : « Est-ce que cela peut être l’Australie ? » Je lui réponds que je ne sais pas, mais que le mot « caillou » m’évoque un pays voisin de l’Australie. Il se concentre et continue sa lecture, il voit des paysages luxuriants et une montagne plus désertique au nord. Il me voit dans ce pays « accompagnée d’une personne de confiance, sous la protection de laquelle je suis placée ». Il voit aussi quelqu’un qui m’observe, mais qui est neutre, cet être n’est pas agressif. Dans la phase de validation de sa lecture et de ses informations, je dirai à Mathieu que je m’intéresse « au rêve éveillé », il assimilera la personne qui m’observe au rêve en associant l’idée de neutralité et de naturel (titre de la carte) à une perception liée au rêve. Nous inversons les rôles : Mathieu endosse le rôle du consultant et moi celui du médium.

44Après avoir battu les cartes et frappé le paquet, Mathieu tire la même carte que moi : « Naturel ». Il pose une question similaire à la mienne : « Vais-je connaître prochainement un changement professionnel, si oui, lequel et dans quel pays ? » Je fais une courte méditation. Je ferme les yeux et garde la carte dans la main. Rien ne me vient à l’esprit. Je me concentre et je dis à Mathieu quelques banalités en relation avec la situation présente, à savoir que je sens qu’il est en recherche d’autre chose que ce qu’il vit maintenant, qu’il est en attente d’une activité professionnelle plus proche de ses aspirations spirituelles. Brusquement je sens des picotements dans mon dos et une chaleur qui m’envahit, le mot « ayahuasca » m’apparaît mentalement sous forme de la vision d’une écriture. Ma respiration se fait plus difficile, mon débit de voix s’accélère et ma tessiture vocale se modifie légèrement vers le bas. Je me sens dans l’« état modifié de conscience » décrit par Élisabeth, soit en état de transe légère. Au fur et à mesure que les images m’apparaissent, je les transmets à Mathieu. Il y a d’abord une image de jungle, que je situe en Amazonie. À travers la végétation luxuriante percent deux yeux de félin, une tête de jaguar apparaîtra ensuite sur le rideau formé par de hautes herbes. Toujours dans cet état de transe légère, je prédis à Mathieu qu’il fera un stage chamanique, que je vois en Amazonie avec une prise d’ayahuasca. L’image d’un lac surplombé par une chaîne de montagnes, qui m’évoque la chaîne des Alpes vue depuis le lac Léman, se superpose à celle de la forêt amazonienne, et je dis à Mathieu que son séjour chamanique sera relativement court, un mois ou deux, et qu’ensuite il reviendra vivre dans sa région d’origine en Valais. Mathieu « valide » qu’il souhaite voyager, et qu’une médium qui réside en Valais et un chamane qu’il a rencontré lors d’un voyage au Chili lui ont tous deux prédit qu’il allait bientôt rencontrer celui qui deviendrait son guide spirituel. Élisabeth intervient dans cet échange, ce qui me permet de changer de rôle et de retrouver une attitude plus distante. Élisabeth a vu pendant l’interaction entre Mathieu et moi, et ma lecture de médium qu’effectivement « Mathieu allait être formé à la guérison chamanique », et elle « valide » l’information que je lui ai transmise. Mais pour elle, « ce sera plutôt au Mexique ». Elle-même a un guide mexicain. Elle « valide » le continent Amérique, « mais reste à savoir si ce sera l’Amazonie ou le Mexique ». J’ai parlé d’un jaguar, elle a vu un aigle. Une semaine plus tard, nous nous retrouvons à une nouvelle méditation guidée organisée à l’Atelier. Mathieu me dira que le soir même de la séance durant laquelle je lui ai transmis mes prédictions, il « a reçu le signe Mexique trois fois ». Sa télévision était allumée et le terme Mexique « est apparu » dans une publicité de voyage et un film télévisé qui se passait au Mexique. Plus tard dans la soirée, il a entendu une chanson diffusée par la radio dans laquelle le mot Mexico revenait régulièrement. Il s’est souvenu qu’Élisabeth lui avait parlé d’un temple au Mexique, en cherchant sur Internet il avait trouvé ce temple et avait « ressenti des frissons » comme, dit-il, lorsque Élisabeth lui en avait parlé. Mathieu me rapporte qu’il y a deux sortes de gardiens dans ce temple, ceux de la journée ont pour emblème l’aigle et ceux de la nuit le jaguar. Il en déduit que la lecture d’Élisabeth et la mienne sont complémentaires. Il pense se rendre dans ce temple l’été suivant.

La déprise

45Me départir de ce malentendu, en rappelant à Mathieu que je me suis prêtée au jeu du médium par besoin d’investigation anthropologique, n’a pas grand sens dans cette situation. Ce serait introduire le doute sur le principe déontologique selon lequel je prends au sérieux sa croyance. Par ce terme, dont l’usage peut s’avérer problématique, je n’attribue pas à Mathieu la « croyance » d’une quelconque médiumnité de ma part, ni ne suppose que Mathieu vit dans un monde différent du mien et communique effectivement avec des êtres invisibles et surnaturels. Mathieu se trouve dans un état d’intense émotion, de doute sur lui-même et sur son choix de vie à la suite d’une révélation que lui a faite « un chamane chilien » et qui lui a été confirmée par une médium en Suisse. Ma position intellectuelle de chercheur répond à un échafaudage conceptuel préalable à mon activité ethnographique sur le terrain de la médiumnité et peut, dans une démarche dialectique respectant la découverte par expérimentation, être mise à profit dans une reconstruction du dispositif théorique. Je peux dès lors considérer que Mathieu a entrepris une quête des signes du destin et demande qu’« on entre en croyance avec lui », selon l’énoncé de Jean Bazin : 

La croyance se fonde elle-même et se nourrit d’elle-même. Le croyant ne commence pas à croire parce qu’un fait se trouve désormais suffisamment établi à ses yeux ; c’est l’inverse : à qui se trouve dans une disposition à croire, les signes se mettent soudainement à parler. La croyance est ce « mouvement de consentement qui n’a pas besoin de preuves » (Claverie, 1990, p. 66), ou plutôt dont la seule preuve est l’évidence répétée, exhibée, de sa propre existence. (Bazin, 2008, p. 394)

46À l’égal des pèlerins suivis par Élisabeth Claverie, « qui se racontent les uns les autres l’“appel” qui a fait un jour irruption dans leur vie » et attestent que « la preuve de la Vierge, c’est qu’on est là » (Claverie, 1990, p. 69), Mathieu, les apprentis médiums et les médiums répètent la convocation des guides et des défunts et développent les séances médiumniques et de guérison, montrant que « la croyance n’en finit jamais de démontrer non point la vérité de son objet, mais sa propre réalité, la continuité résolue, intraitable de sa démarche » (Bazin, 2008, p. 395).

47Pour l’apprenti médium, contrairement au croyant pour qui toute concordance reste un signe, le doute peut s’installer sur ses compétences de lecture. Au-delà de ce trouble conceptuel, le doute est nécessaire à ce dispositif et en fait partie pour permettre la médiumnité comme il permet la divination. Quelques mois après cette séance que nous avons co-construite Mathieu et moi, il est allé au Mexique chercher une révélation dans le temple désigné par Élisabeth. Il en est revenu déçu : aucun événement particulier ne s’est manifesté. À son retour de voyage, il a néanmoins continué sa formation avec Élisabeth, qui lui a suggéré que cette « non-manifestation » était une étape nécessaire et qu’il en connaîtrait encore d’autres avant d’accéder à l’état de médium. Paul, l’un des participants, qui s’était montré le plus sceptique durant les journées de formation, continue aussi son initiation. Pierre, quant à lui, a renoncé à toute formation et à toute participation à l’Atelier. Ses rêves, dit-il, lui suffisent. Quant à l’objet de mon enquête, la médiumnité, comme mon activité ethnographique l’a mise en évidence, elle est de l’ordre d’un mécanisme de mises en œuvre, par une série de transactions sociales et d’opérations cognitives, d’un dispositif de production de croyance permettant d’objectiver une « autre réalité ». Ce terme est à prendre dans plusieurs sens. Comme le montrent les réponses d’Alain, l’un des médiums dont j’ai fait la connaissance pendant une séance de guérison, à une journaliste de la télévision suisse qui lui demande ce que lui apporte la médiumnité :

La médiumnité, ça touche à l’âme, c’est un moyen de comprendre un peu mieux... Ce que j’aime dans la médiumnité, c’est cet aspect poétique et un peu théâtral. On les imagine... On n’est pas sûr que c’est vraiment des âmes individuelles, mais il y a toute cette image de parler avec les morts que je trouve personnellement très sympathique.

48Cette dernière assertion nous rappelle que la médiumnité est un dispositif qui permet la mise en place d’une construction symbolique pour créer la fiction d’une puissance dont on attend la production d’une parole oraculaire, qui sera affirmée comme un discours de vérité. Mais la réponse d’Alain introduit aussi le double jeu de l’acceptation et de la répudiation d’une croyance (comme ici d’une persistance d’une individualité de l’âme dans l’au-delà). Alain signifie sa mise à distance par le choix des qualificatifs employés (tel que « poétique » et « théâtral »), mais en même temps il la maintient disponible pour une mobilisation en manifestant un affect (comme un crédit de sympathie). La recherche de l’état de médiumnité serait donc, pour celui qui s’y adonne, une expérience corporelle et émotionnelle qui donne accès à un état modifié de conscience. Elle provoquerait une alchimie subtile entre un engagement du corps et une transformation dans la manière d’appréhender une situation sociale ainsi que la résolution des différentes crises qui jalonnent l’existence. Le dispositif médiumnique est donc bien un dispositif d’enchantement qui, par la répétition de l’expérience de ceux qui s’y adonnent, permet une mobilisation affective d’images mentales tout en développant un contrôle de la réponse émotionnelle. En cela il reste un lieu d’initiation à la symbolisation.

49Dans mon activité ethnographique sur le terrain de la médiumnité, je suis devenue progressivement partie prenante du dispositif médiumnique pour en apprendre le langage et privilégier à la lecture des représentations celles des interactions. En acceptant cette forme d’ethnographie, j’ai vécu une sorte de schize, c’est-à-dire une forme de disjonction de moi-même. Par moments, j’ai dû accepter ce qui, en moi, était affecté, malléable et modifié par l’expérience de terrain et, à d’autres moments, j’ai dû m’en distancer pour enregistrer cette expérience afin de la comprendre et d’en faire un objet de science. Le travail ethnographique au sein des configurations de médiums se double d’une complexité singulière, à savoir que l’apprentissage de leurs codes particuliers se fait plus par imprégnation que par une lecture exégétique explicite du sens et de la normativité des pratiques qu’elles déploient. Cette approche demande que

ce mode d’être culturel, centré sur le performatif, commande, plus encore que des modes plus discursifs et exégétiques, que l’ethnographe engage son corps, ses sens et ses gestes dans la pratique des savoir-faire observés, qu’il se laisse affecter, prendre dans son habitus non verbal par l’apprentissage des pratiques et des savoir-faire de ceux qu’il observe (Losonczy, 2002, p. 97).

Ces derniers lui apparaissent ainsi « plus comme des processus d’improvisation que des pratiques figées » (ibid.).

50La description des séquences du processus d’enchantement montre que celui-ci assure sa propre reproduction selon une méthode heuristique et demande de garder à l’esprit qu’il dépend, pour être opérant, de la situation d’actualisation. Elle-même est conditionnée par les modes d’engagement des acteurs mobilisés par des activités pragmatiques produisant des régimes d’interactivité qui, dans le modèle du dispositif d’enchantement, « désignent une manière de se relier au monde environnant (humain et non humain) et qui mobilise un ensemble cohérent d’attentes, de perceptions, d’émotions et d’actions spécifiques » (Halloy & Servais, 2013, p. 262). Ainsi, les régimes d’interactivité dans un dispositif d’enchantement ne mobilisent pas seulement un apprentissage social ou de supposées dispositions innées, mais relèvent plutôt d’un entre-deux où les principaux enjeux consistent à définir le plus précisément possible les conditions par lesquelles émerge une expérience singulière. Ce dispositif

est promesse de surprise. En ce sens, l’expérience qui s’y construit repose sur un paradoxe : on s’attendait à être surpris, mais pourtant cela nous surprend. C’est que [...], avant de nous offrir ce qu’il garantit, le dispositif s’est employé à insinuer le doute (Belin, 2002, p. 226-227).

51Cette expérience singulière de la médiumnité est à la fois une expérience réflexive per se, produisant une modification du rapport à soi, mais aussi une action collective soumise à la réflexivité des participants. Ceux-ci soumettent cette expérience à des formes d’appréciation et de jugement qui, si elles structurent et orientent l’expérience, peuvent aussi infléchir son cours, ses modes de production et de reproduction. Cette dynamique réflexive conduit les participants à des réajustements continuels au sein de performances qui assurent une réactualisation de l’expérience d’enchantement et une continuité de la pratique rituelle médiumnique. La mise au jour de ces processus symboliques, sociaux et interactifs a un coût, dont l’ethnographe doit obligatoirement s’acquitter.

Notes

1 Les termes et propos rapportés entre guillemets, sans référence, sont ceux des interlocuteurs de l’auteure.

2 Le terme de « dispositif » est utilisé par Michel Foucault pour représenter « un ensemble résolument hétérogène, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref : du dit, aussi bien que du non-dit, voilà les éléments du dispositif. Le dispositif lui-même, c’est le réseau qu’on peut établir entre ces éléments. » (Foucault, 1994, p. 299) Ce terme a été repris par des auteurs comme Gilles Deleuze, Bruno Latour ou Luc Boltanski.

3 La bibliothèque akashique, appelée aussi les annales, les archives, ou les mémoires akashiques, est un concept ésotérique créé par les théosophes à la fin du xixe siècle. La première mention qui en est faite se trouve dans Isis dévoilée, publié à New York en 1877, écrit par une des fondatrices de la société théosophique, Helena Blavatsky. Celle-ci, reprenant le terme sanskrit « akasa » – qui peut être traduit par « espace » ou « éther » – et la proposition de la théurgie antique d’un éther immuable dans lequel s’impriment toutes les pensées et actions, fait de l’éther le support invariable des diverses manifestations qui prennent place dans l’univers, que celles-ci soient passées, présentes ou futures.

4 Connu depuis l’Antiquité, le borax est un sel inodore et incolore, qui se présente sous forme de paillettes ou de poudre. Il est recueilli généralement à l’emplacement d’anciens lacs asséchés. C’est probablement la propriété « pare-feu » du borax qui, par homologie, intéresse le milieu ésotérique.

5 Reprenant les travaux d’Ivan Petrovitch Pavlov, physiologiste russe, Robert Desoille utilisera la technique du « rêve éveillé » en psychothérapie. Il le décrit de la manière suivante : « Le rêve éveillé dirigé, état intermédiaire et nuancé entre l’état de veille et l’état de sommeil, entre le “physiologique” et le “psychique” est, par essence, le reflet de ce réservoir inépuisable où le sujet a accumulé depuis sa naissance ses angoisses, ses craintes, ses désirs, ses espérances, lesquels demeurent, en tout état de cause et face au monde extérieur, les facteurs déterminants de son comportement. » (Desoille, 1961, p. 10)

Auteur

Claude Grin est docteure en anthropologie et membre du laboratoire Groupe sociétés religions laïcités (GSRL) de l’École pratique des hautes études. Elle poursuit ses recherches dans les domaines de l’anthropologie urbaine, de l’anthropologie des religions et de l’action rituelle – plus particulièrement dans des contextes événementiels –, et des circulations des formes culturelles dans des contextes de transformations des mondes sociaux (reconstructions familiales et lignagères, Nouvelle-Calédonie). Elle a publié « Duplicité ethnographique dans un dispositif thérapeutique d’accueil de demandeurs d’asile » (Alterstice, nº 7, 2017).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search