Version classiqueVersion mobile

Anthropologies réflexives

 | 
Marieke Blondet
, 
Mickaële Lantin Mallet

I. « Se laisser prendre » : construire ensemble l’objet du savoir

Apprendre en semblable ?

Ethnographie intersubjective de la transmission du savoir généalogique à Bayes (Nouvelle-Calédonie)

Manon Capo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mais papa Longoué devinait chez son jeune ami d’autres possibilités que le don des ténèbres ; Mathieu de son côté savait que la logique et la clarté rebuteraient le quimboiseur. Aussi avaient-ils peur des mots et n’avançaient-ils qu’avec précaution dans la connaissance. Ils pressentaient pourtant qu’ils se rencontreraient à un moment où à un autre, quoiqu’ils fussent (pensait Longoué) un Béluse et un Longoué. (Glissant ; 1964, 1997)

Ma réflexion vise à explorer les modalités de la transmission intrafamiliale du savoir sur les liens de parenté à Bayes (Nouvelle-Calédonie, région paicî) à partir de l’« observation de la participation » (Tedlock, 1991) de l’ethnographe à des interactions avec des personnes rencontrées « sur le terrain ». Ce genre de savoir, que j’appellerai « généalogique1 », représente une préoccupation majeure dans ce monde social et est énoncé sur différentes scènes sociales. Certaines de ces scènes ont une dimension publique, comme les cérémonies coutumières (aussi ...

Auteur

Manon Capo, anthropologue, est doctorante à l’École des hautes études en sciences sociales, membre de l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS) et associée au laboratoire Langues et civilisations à tradition orale (Lacito). Elle s’intéresse à l’articulation entre usages du passé et politiques de décolonisation en Nouvelle-Calédonie kanak contemporaine. Elle a publié « Le recueil de droit coutumier Paicî-Camûkî : “autopsie” d’un projet classé sans suite » (Christine Demmer & Benoît Trépied (dir.), La ­Coutume kanak dans l’État, L’Harmattan, 2017).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search