Version classiqueVersion mobile

Anthropologies réflexives

 | 
Marieke Blondet
, 
Mickaële Lantin Mallet

Préface

L'anthropologie coûte que coûte : réflexivités ethnographiques

Alban Bensa

Texte intégral

De toutes les sciences, l’anthropologie sociale est seule, sans doute, à faire de la subjectivité la plus intime un moyen de démonstration objective. (Claude Lévi-Strauss, 1973)

  • 1 Membres de différents laboratoires (IRIS, LACITO et du IIAC-LAHIC), écoles (EHESS, EPHE à Paris et (...)

1Ce livre est l’aboutissement d’un travail collectif sur la pratique ethnographique. Après la publication la même année des Politiques de l’enquête (Fassin & Bensa, 2008) et de La Rigueur du qualitatif (Olivier de Sardan, 2008), le groupe d’anthropologues à l’initiative de la présente publication1 a souhaité pousser la réflexion plus avant encore, mais dans une direction moins explorée : interroger les relations entre interactions sur le terrain et production de connaissances anthropologiques. Nous nous sommes rassemblés autour de la conviction suivante : le questionnement des liens qui s’établissent nécessairement entre les ethnographes et les personnes sujets de l’enquête – après avoir partagé souvent un temps ou des moments de leur vie publique et / ou privée – est en lui-même porteur de propositions objectives tant sur les univers étudiés que sur les attendus de la vie sociale en général.

2Nous avons mis ainsi en débat l’histoire de nos propres investigations en nous efforçant de décrypter les apports scientifiques de nos expériences de terrain respectives, sans nous en tenir à la construction implicite d’une « objectivité » surplombante et totalisante. Il s’agissait, à l’inverse, d’entrer dans la trame même des interrelations d’où un savoir, noté puis réécrit, avait émergé. En fouillant les modalités selon lesquelles les paroles et les attitudes se sont échangées, apprises, intériorisées, entre les personnes visitées et l’ethnographe sur le terrain, ce livre démontre qu’il est possible de mettre au jour des dispositifs importants de la vie sociale que la distanciation ou la fameuse Wertfreiheit – notion wébérienne curieusement traduite en français par « neutralité axiologique » (Weber, 2005) – ne permet pas d’apercevoir.

3La relation d’enquête n’est pas une activité de prédation intellectuelle qui consisterait à collecter des données toutes déjà là comme on inventorie des coquillages, mais une histoire relationnelle entre plusieurs personnes qui, dans des contextes précis et dans la durée, élaborent ensemble des savoirs. Ainsi, les conditions interactionnelles de production des énoncés sont-elles inséparables des contenus informatifs retenus par l’ethnographe pour constituer ses dossiers et à terme ses comptes rendus d’investigation (livre, article, exposé oral). Analyser l’histoire de ces élaborations n’a rien d’anecdotique, de formel ou de strictement méthodologique, mais, bien au contraire, enrichit l’intelligibilité même des savoirs co-construits. Le présent ouvrage martèle cette évidence à partir d’histoires d’enquêtes singulières.

4Il s’agit ici en effet de faire comprendre en quoi la spécificité de chaque situation et expérience (où ? quand ? comment ? avec qui ?) est porteuse de connaissances anthropologiques génériques en acte. Encore faut-il les atteindre en scrutant la scène et ce qu’elle implique de sous-entendus pour tous les acteurs, ethnographes inclus. Gestes, paroles, silences émettent un flux de signes qui font sens en situation. Ce qui nous reste cependant incompréhensible ne tient pas à l’incommensurabilité d’altérités radicales en présence, mais à nos difficultés à voir et à entendre ce qui se passe devant nous, à décoder les jeux et les enjeux de communication. S’impose ainsi à l’ethnographe un travail tout pragmatique de décryptage des formes et des contenus exprimés au cœur des interactions.

5Des mécompréhensions, des ratés, des dissonances viennent brouiller la communication idéale et le travail supposé de déterminations rigides. Ces « dysfonctionnements » sont en réalité des modes de fonctionnement ordinaires qu’il nous faut mettre au jour (Chauvier, 2011). À rebours de toute mécanisation anthropologique ou sociologique de la relation de causalité qui réduit ce qui survient à un « mode de pensée », à un effet de domination politique ou à une inégalité de pouvoir économique, notre souci est, dans ce travail prospectif, en lui-même et pour les acteurs en situation, de considérer l’espace social dans son ouverture potentielle. Rien n’étant entièrement joué à l’avance, reste aux personnes impliquées et à l’ethnographe cette marge de manœuvre, c’est-à-dire de conscience et de responsabilité qui élargit la gamme des possibles jusqu’à l’imprévisible. Gain supplémentaire de cette expectative : restaurer et respecter les initiatives des individus, leurs visées, stratégies et tactiques, le plus souvent intéressées et violentes, mais parfois aussi soucieuses du collectif(Boucheron, 2017).

6De surcroît, les interlocuteurs en présence peuvent changer de pied ou approfondir leurs relations par des « percées sémantiques », des compréhensions nouvelles portées par des formes narratives et conceptuelles sans précédent. Gains ultimes éventuels de l’enquête en sa singularité, définitions, ententes, affections s’inventent ainsi dans certaines interactions qui modifient le contenu ou seulement la forme des rapports sociaux et incitent à transgresser les croyances en l’immuabilité de l’ordre social. Sinon, comment comprendre les révolutions, les changements d’époque, les bifurcations et innovations, les expériences refondatrices(Bessin, Bidard & Grossetti, 2010) ? Comme le détaillent les contributions ici rassemblées et toutes en dialogue implicite les unes avec les autres, l’enquête ethnographique se fait au prix de ces glissements d’idées, de sentiments, de vocabulaires qui permettent de progresser dans la transmission et la fabrication des savoirs, en proposant des traductions, des expressions, des significations jusqu’alors inexprimables. L’ethnographe et l’indigène sont chacun à leur manière des chercheurs qui forgent ensemble des moyens d’élucidation. Bénéfice subséquent non négligeable : est posée ainsi à nouveaux frais la question de l’écriture de l’anthropologie (Bensa, 2017).

7Ces avancées communicationnelles procèdent du travail de l’ethnographe avec les personnes concernées au fil de tressages de passerelles qui puissent faire comprendre ce qui est pensé et vécu dans leur monde. De telles médiations inventives génèrent un savoir véritablement partagé qui vient surmonter des ruptures interlocutoires ou narratives et mettre en commun des appréciations, des jugements, des émotions qui n’étaient pas apparus auparavant et se prolongent ensuite dans la mémoire. Une grande partie de la vie intellectuelle de l’ethnographe consiste en effet à se remémorer sa vie durant ces moments à la fois incandescents et opaques pour en éclaircir peu à peu le sens.

8La variable temporelle est ici essentielle en ce qu’elle permet de relativiser la routine de l’enquête. Le retour réflexif se déploie en procédant à un usage critique de la temporalité même de l’investigation : revenir sur ses prémisses, ses blocages, sur les impairs et autres erreurs d’appréciations et aussi sur les événements inattendus qui l’ont ponctuée permet d’accéder aux différents moments et paliers de l’aventure communicationnelle. Dans cette perspective font surface au sein d’une même interaction les glissements de sens, les conflits d’interprétations, bref l’incertitude des réalités langagières qui, à mesure qu’elles se donnent à entendre ou à lire à l’interface de plusieurs codes, composent et travaillent le social.

9Ainsi, les analyses avancées avec le présent livre remettent-elles en perspective les notions problématiques de réflexivité et de subjectivité, décryptent-elles des apprentissages, des participations, des désillusions et prennent-elles la mesure des crises théoriques et méthodologiques inévitables dès lors que la proximité de la différence – et non plus sa mise à distance – vient coordonner nos attitudes sur le terrain. Au fil de ces études consacrées à des situations très diverses, la priorité donnée aux interactions passées, restées impensées ou mal pensées, invite à reconsidérer quelques notions en apparence acquises de l’anthropologie.

10Apparaissent ainsi des connaissances et des savoir-faire neufs livrés par l’épreuve même de l’insertion de l’ethnographe dans l’univers étudié. Qu’en est-il du cadre structurant de la parenté – objet fétiche de la discipline – si on instrumentalise, par exemple, le lien de filiation pour transmettre des savoirs ajustés à des fins politiques : redéfinir les limites des groupes, construire un rapport à la terre, penser la souveraineté de tout un peuple, etc. ? Du côté des accueillants, rien de tel pour évaluer ces manipulations réglées que de jouer de la présence de l’ethnographe en lui attribuant une place à la fois expérimentale et bien réelle. On lui accorde cette case sur l’échiquier mouvant de la vie collective locale, et ce pour des raisons stratégiques : enrichir son volume de relations, se doter d’un relais mémoriel plus large que la seule communauté, faire valoir sa propre version des fondements institutionnels et juridiques, etc. Mais, par le fait, l’hôte baisse sa garde et fait accéder l’ethnographe, devenu ami, élève puis parent, aux possibilités afférentes aux positions détenues dans l’espace social et politique. Peut alors être restituée par l’anthropologue une image moins automatique des pratiques en ce qu’elles sont saisies dans le mouvement même des intelligences qui les mettent en œuvre. Cette attention aux interventions individuelles souligne leur dimension à la fois muable, mais encadrée par des logiques qui peuvent limiter, comme autant de butoirs, d’interdits, d’œillères, les possibilités créatrices des agents, leurs capacités à reconsidérer, voire à critiquer, des schèmes interprétatifs hérités et demeurant prégnants dans leurs prises sur le monde. Tout, évidemment, ne peut pas être fait ni pensé, mais beaucoup plus toutefois que ce que pourrait laisser croire une vision strictement déterministe du monde social et politique. Et c’est ainsi que s’impose, toujours et partout, l’absolue nécessité d’une investigation historienne des situations, des sociétés et de leurs changements.

11Il devient dès lors impossible aussi, par exemple, selon quelques-unes des avancées dégagées par le présent livre, de réduire la notion de « représentation » de soi-même ou du groupe à une entité figée qui subjuguerait les acteurs malgré eux. L’attention soutenue à l’empirie démontre, comme en passant, qu’il faut entendre plutôt par « représentation » un ensemble idéel imagé et chargé d’affects à propos duquel des personnes tombent momentanément d’accord. L’image, le propos et la signification consensuels ne préexistent pas aux pratiques comme la chaussure au pied. Ces réalisations émergent au fil de performances aux issues incertaines qui font ou non s’imposer des évidences pour les acteurs en situation, qu’ils soient nombreux ou ne forment qu’une dyade. Cette production interactive de signifiants se joue au terme de processus auxquels l’ethnographe participe directement. Ne saurait donc être établi une fois pour toutes un stock de connaissances reconstituées à partir de situations d’enquête distancées où seules les réponses sont notées. À l’inverse, les contributions de cet ouvrage déplient et repensent des échanges verbaux, des partages de pratiques par mimétisme (mêmes gestes, mêmes attitudes, mêmes intonations) et apprentissage conscients, progressifs. L’exigence de « cent fois sur le métier remettre son ouvrage, polissez-le sans cesse et le repolissez, ajoutez quelquefois et souvent effacez », selon le vieil adage de Boileau, met au jour les interactions signifiantes par lesquelles la « représentation » peut advenir ou pas.

12Il en est de même de la règle. On ne risque plus de la confondre avec la cause si l’on se reporte non pas à son autorité générale supposée, mais aux conditions dans lesquelles des individus bien particularisés l’énoncent : quand, à qui, comment, pourquoi ? Il apparaît alors que, selon les forces qui pèsent, dans le moment, sur le « rappel à la règle », le contenu de cette bonne dernière peut considérablement varier. La règle n’est jamais première, elle résulte toujours. Comment accorder, par exemple, un statut intangible, voire juridique, à des énoncés qui ne font sens que dans un contexte officiel, mais subissent un véritable détricotage de leurs significations dès lors que les mêmes interlocuteurs se retrouvent en privé ou quand le régime politique passe d’un totalitarisme répressif à des dispositifs plus libéraux ? La règle ne saurait en effet être pensée sans les variations de statuts politiques qui en modifient l’expression, sans le mensonge, la dissimulation, la corruption, le parjure, etc., grains amers de la vie sociale effective qui contredisent sans cesse la parole normative et morale affichée.

13On l’aura compris, ce recueil de textes longtemps discutés et mûris a l’ambition de décrire et de comprendre le flux même de la vie sociale, ses dimensions processuelles, transactionnelles et dialogiques telles qu’elles apparaissent dans des séquences d’interactions. Ce matériau indéterminé, fragile et fluide est le seul dont nous disposions finalement. Il n’est en rien une aporie, un « à-côté » de l’enquête tout juste bon à écrire un « deuxième livre », mais peut donner accès, si l’on s’en donne les moyens, au « roc » véritable des sociétés, à leurs historicités propres, par-delà et en deçà des effets de structure. Tous les savoirs sont minés dès lors que l’ethnographe les met en abîme au gré de l’histoire de leur émergence, de leur routinisation et de leur effacement. Ce livre fait ainsi de la désillusion structurale et, symétriquement, de l’objectivation historisée du subjectif les ferments d’une reconquête anthropologique des réalités sociales et psychologiques.

Notes

1 Membres de différents laboratoires (IRIS, LACITO et du IIAC-LAHIC), écoles (EHESS, EPHE à Paris et HETS, EESP en Suisse) et des universités (Montréal, Lausanne).

Auteur

Alban Bensa, anthropologue à l’École des hautes études en sciences sociales, mène des recherches d’anthropologie politique et historique en Nouvelle-Calédonie tout en interrogeant l’expérience ethnographique. Il a notamment publié Les Politiques de l’enquête (avec Didier Fassin, La Découverte, 2008), Terrains d’écrivains : littérature et ethnographie (avec François Pouillon, Anacharsis, 2012) et Les Sanglots de l’aigle pêcheur : nouvelle Calédonie : la guerre kanak de 1917 (avec Kacué Yvon Goromoedo & Adrian Muckle, Anacharsis, 2015).

© Presses universitaires de Lyon, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search