Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire raciologique en France et en Russie, xixe- xxe siècle

 | 
Sarga Moussa
, 
Serge Zenkine

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Sarah Al-Matary, ancienne élève de l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines, est maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2 et membre de l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM, UMR 5317). Spécialiste des rapports qu’entretiennent la littérature et les idéologies dans la discussion savante et la polémique, elle a notamment travaillé sur l’idée de « race » et sur l’anti-intellectualisme. Elle s’intéresse désormais à Jeanne Weill, alias Dick May (1859-1925). Elle a récemment dirigé le nº 46 de la revue Autour de Vallès (« Vallès et les anarchistes », décembre 2016) et, avec Florent Guénard, La Démocratie à l’œuvre : autour de Pierre Rosanvallon (Éditions du Seuil, 2015).

2Marie-Laure Aurenche, professeure agrégée à l’Université Lumière Lyon 2 et membre associée de l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM, UMR 5317) a consacré ses recherches à la presse illustrée du xixe siècle. Elle a publié Édouard Charton et l’invention du « Magasin pittoresque », 1833-1870 (Éditions Champion, 2002) et a édité la Correspondance générale, 1824-1890 d’Édouard Charton (Éditions Champion, 2008). Elle est également l’auteure de nombreuses contributions à des colloques et ouvrages collectifs.

3Konstantin Bogdanov est maître de recherches à l’Institut de littérature russe (Maison Pouchkine) à Saint-Pétersbourg. Il est spécialiste de poésie et d’astronomie antiques, du folklore russe, d’histoire de la médecine et de la pensée sociale du xviiie au xxe siècle. Parmi ses livres, publiés en russe, on peut citer La Vie quotidienne et la mythologie (2001, 2015), Les Valeurs variables : le climat de l’histoire russe et autres sujets (2014), et Médecins, patients, lecteurs : les textes pathographiques des xviiie-xxe siècles (2017).

4Charlotte Krauss est actuellement fellow « Feodor-Lynen » (bourse de recherche) de la fondation Alexander von Humboldt à l’Université d’État de Saint-Pétersbourg. Elle y mène un projet consacré à la naissance de la littérature comparée en tant que discipline, entre nationalisme et cosmopolitisme, en France, en Allemagne et en Russie. En juin 2017, elle a soutenu son habilitation à diriger des recherches en littérature comparée à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, l’inédit s’intitulant « Spectacles dans un fauteuil et mise en scène de la nation dans l’Europe post-napoléonienne ». De 2014 à 2016, elle a été postdoctorante au collège international germano-russe « Transferts culturels et identité culturelle » entre l’Université de Fribourg-en-Brisgau (Allemagne) et l’Université d’État des Sciences humaines (RGGU) de Moscou. Ses principaux axes de recherche et ses publications portent sur les littératures européennes de 1800 à nos jours, fiction et narration, littérature et politique, relations littéraires et culturelles entre l’Est et l’Ouest européen, et l’histoire des sciences humaines.

5Ilya Kukulin est maître de conférences à l’École supérieure d’économie à Moscou et maître de recherches à l’École d’études avancées de l’Académie russe d’économie nationale et d’administration publique, également à Moscou. Il est l’auteur du livre Les Machines d’un temps bruyant : comment le montage soviétique devint une méthode esthétique de la culture non-officielle (en russe, 2015) et de nombreux articles sur la littérature russe du xxe siècle.

6Marlène Laruelle, professeure à l’Université George Washington (Washington, États-Unis), est co-directrice du Program on New Approaches to Research and Security in Eurasia (PONARS-Eurasia) et directrice du Central Asia Program. Elle travaille sur les questions d’identité nationale, de nationalisme et d’idéologies en Russie et en Asie centrale. Elle a récemment publié, avec Jean Radvanyi, La Russie : entre peurs et défis (Armand Colin, 2016).

7Marina Mogilner est professeure à l’Université de l’État d’Illinois à Chicago. Ses intérêts portent sur l’histoire des savoirs, l’histoire juive, l’épistémologie et la politique raciale en Russie impériale et en URSS. Son livre le plus récent est Homo Imperii: A History of Physical Anthropology in Russia (University of Nebraska Press, 2013). Elle est aussi co-directrice de la revue trimestrielle Ab Imperio.

8Sarga Moussa, directeur de recherche au CNRS, est membre depuis 2016 de l’unité mixte de recherche THALIM (Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité, UMR 7172). Il travaille sur l’orientalisme littéraire et le récit de voyage aux xixe et xxe siècles, sur les représentations du nomadisme dans la littérature et sur les discours raciologiques. Plus récemment, il s’est intéressé aux études postcoloniales. Parmi ses dernières publications figurent un essai, Le Mythe bédouin chez les voyageurs aux xviiie et xixe siècles (Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2016) et un numéro hors-série de la revue en ligne Viatica consacré à Nicolas Bouvier (octobre 2017).

9Philippe Régnier, directeur de recherche au CNRS, est membre de l’équipe interne Université Lyon 2 de l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM, UMR 5317). Formé à l’étude de l’histoire de la littérature française du xixe siècle, il s’est spécialisé dans l’édition et l’interprétation, sous les angles les plus divers, des écrits de Saint-Simon et des saint-simoniens. Toute une partie de ses travaux antérieurs est consacrée à la dimension ethno-anthropologique scientifique, mais aussi militante que Gustave d’Eichthal et son ami Ismaÿl Urbain en particulier ont donnée à ce mouvement. Il est actuellement engagé dans la réalisation du projet de l’Agence nationale de la recherche SAINT-SIMONISME 18-21.

10Claude Rétat est directrice de recherche au CNRS, membre du Centre d’étude de la langue et des littératures françaises (CELLF, UMR 8599, CNRS / Paris-Sorbonne), ancienne élève de l’École nationale supérieure (Ulm), agrégée de lettres classiques, docteur et habilitée à diriger des recherches. Elle est spécialiste de la littérature du xixe siècle, a édité récemment plusieurs romans de Louise Michel, dont un qui était porté disparu (La Chasse aux loups, Classiques Garnier, 2015), a retrouvé le texte inédit des Mémoires de 1890 (À travers la mort : « Mémoires » inédits, 1886-1890, La Découverte, 2015) et a établi la nouvelle édition de La Commune (La Découverte, 2015) ainsi que de Prise de possession (L’Herne, 2017).

11Victor Shnirelman est directeur de recherches à l’Institut d’ethnologie et d’anthropologie à Moscou, spécialiste du nationalisme, du racisme, des conflits ethniques et de la mémoire sociale ; il travaille également sur le néo-paganisme, l’eschatologie et les théories du complot. Il a publié récemment, en russe, Le Mythe aryen dans le monde actuel (2 volumes, 2015) et La Tribu de Dan : eschatologie et antisémitisme en Russie contemporaine (2017).

12Ilona Svetlikova est maître de conférences à l’École supérieure d’économie à Saint-Pétersbourg. Elle travaille sur l’histoire intellectuelle et l’histoire du modernisme russe. Elle a publié Les Origines du formalisme russe (en russe, 2005) et The Moscow Pythagoreans: Anti-Semitism, Mathematics, and Mysticism in Russian Symbolism (Palgrave Macmillan, 2013).

13Urs Urban, docteur ès lettres, a soutenu une thèse sur Jean Genet à l’Université de Trèves en 2005 (Der Raum des Anderen und Andere Räume. Zur Topologie des Werkes von Jean Genet, Würzburg, 2007). Après avoir été lecteur DAAD (Deutscher Akademischer Austauschdienst : office allemand d’échanges universitaires) au département d’allemand de l’Université de Strasbourg (2008-2013), directeur du Centre d’information du DAAD à Buenos Aires et professeur invité de l’université de cette même ville (2014-2016), il est actuellement maître de conférences au département de Langues et littératures romanes (littératures hispanophones et francophones) de l’Université Friedrich Schiller de Iéna. Il est l’auteur de nombreuses publications sur la littérature et l’espace, sur l’anthropologie littéraire et sur l’économie de la littérature.

14Serge Zenkine est directeur de recherche à l’Université d’État des sciences humaines (RGGU) à Moscou. Il est spécialiste d’histoire intellectuelle, de théorie littéraire et de littérature française. Traducteur d’ouvrages théoriques, il est aussi l’auteur de nombreuses publications, dont, parmi les plus récents livres en français : L’Expérience du relatif : le romantisme français et l’idée de culture (Classiques Garnier, 2011), les éditions critiques du Voyage en Russie de Théophile Gautier (Éditions Champion, 2007) et de Charles Demailly des frères Goncourt (Éditions Champion, 2016), ou encore Cinq lectures de Roland Barthes (Classiques Garnier, 2017).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search