Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire raciologique en France et en Russie, xixe- xxe siècle

 | 
Sarga Moussa
, 
Serge Zenkine

L’internationalisme de Jacques Novicow : dépasser la « race » hors de l’Internationale

Sarah Al-Matary

Texte intégral

  • 1  En 1900, la Revue philosophique accueille la polémique qui oppose Bouglé et Novicow à propos du tr (...)

1La trajectoire de Jacques Novicow, au confluent de réseaux politiques et savants internationaux, s’avère un observatoire privilégié des polémiques qui opposèrent les différentes branches de la sociologie avant qu’elle ne devienne une discipline scientifique autonome. Dans la lutte pour la re-connaissance savante, la branche durkheimienne assoit son autorité à la faveur d’un rejet des approches biologisantes du social, formulées notamment par les darwinistes sociaux. Groupe composite dont les membres, s’ils cherchent à fonder la jeune sociologie sur une méthode de rationalisation (qu’elle émane de la biologie ou de la psychologie), n’accordent pas un crédit égal au paradigme racial. Parallèlement à une anthroposociologie essentialiste, qui prétend établir la « science sociale » sur des mesures morphologiques, se développe en effet un darwinisme subordonnant l’évolution aux relations qu’entretiennent les groupes et les individus. Courant représenté, au sein de l’Institut international de sociologie, par l’interpsychologie de Gabriel Tarde et l’organicisme de Jacques Novicow. Parce qu’il dévalue l’anthropologie raciale sans renoncer au paradigme biologique, ce dernier offre aux durkheimiens un adversaire idéal1.

  • 2  Ses biographes le font naître tantôt en 1849, tantôt en 1850. Angelo de Gubernatis (Dictionnaire i (...)
  • 3  Jacques Novicow, Une définition de l’art, Paris, Plon, 1882. Novicow avait déjà publié en français (...)
  • 4  Il y publie en 1890 Protektsionizm (Le Protectionnisme), Saint-Pétersbourg, M.M. Stasjulevitch.
  • 5  La diffusion éditoriale est assurée par Nertheimer-Lea (Londres), H. Holt (New York), J. Edelheim (...)
  • 6  Fonds Gabriel Tarde du CHEVS, Centre d’archives privées de la Fondation nationale des sciences pol (...)
  • 7  Lettre à Tarde, Odessa, 12 juillet 1899. Contrairement à ce que prétendent encore de nombreux comm (...)
  • 8  Articles de Jacques Novicow dans la Revue internationale de sociologie (RIS) : « La croissance et (...)
  • 9  Il vivait certes à des milliers de kilomètres, et répugnait peut-être à se déplacer à des réunions (...)
  • 10  Exilés en France, Yuri Gambarov et Maxime Kovalewsky fondent l’École russe des hautes études socia (...)
  • 11  À partir de 1903, le budget de l’École augmente, ce qui permet d’inviter des conférenciers venus e (...)
  • 12  Voir Jean-Marc Bernardini, Le Darwinisme social en France (1859-1918) : fascination et rejet d’une (...)
  • 13  Enrico Ferri affirme ainsi que « le socialisme est à la science de la société ce que l’athéisme es (...)

2De Novicow, pleinement reconnu de son vivant, on ne retient au-jourd’hui qu’un titre ‒ La Critique du darwinisme social ‒, sans toujours rappeler que ladite critique, bien désuète lorsqu’elle est énoncée en 1910, n’impliquait pas qu’il renonçât au darwinisme. Novicow, né à Constantinople vers 18502, a la quarantaine passée lorsque Les Luttes entre sociétés humaines et leurs phases successives (1893) lui ouvre les portes des cercles savants parisiens. Il est alors considéré comme un disciple de Spencer, un darwiniste social individualiste et libéral. Ses études de droit achevées en Russie, il s’essaye à l’esthétique, confiant à Plon une première brochure savante en langue française3. Peu reconnu sur sa terre natale4, du fait de son faible ancrage institutionnel, c’est à l’étranger qu’il trouve son public, dans le contexte favorable de l’Alliance franco-russe. Les Luttes entre sociétés humaines et leurs phases successives, rédigé en français, lui vaut en 1895 la vice-présidence du premier congrès de l’Institut international de sociologie, qui se tient à Paris ; il en préside même la dernière journée. Par l’entremise de René Worms, maître d’œuvre dudit Institut, Novicow entre à la Revue internationale de sociologie et dans la collection spécialisée de Giard et Brière. Les grandes maisons généralistes – Alcan, Armand Colin, Grasset – lui font également bon accueil. Publié aussi bien à Londres, Madrid, Berlin, New York, qu’à Barcelone, Zürich, Berne, Milan ou Bologne5, Novicow devient une référence internationale. Compensant la faible audience dont il bénéficie en Russie par d’incessants voyages en Europe, il vaque de villégiatures familiales en pèlerinages esthétiques, des congrès politiques aux réunions de spécialistes qui, à l’ère de la mondialisation, soutiennent à la fois la circulation des savoirs et la structuration des disciplines. Celui qui se présente comme un « Moscovite barbare » dit s’ennuyer dans « [s]a froide et stupide Russie6 », mais répugne à quitter ses « jeunes enfants7 » et les responsabilités qui le retiennent sur place : il administre la corderie familiale, est membre de la Chambre de commerce et conseiller général de la province d’Odessa. À ce titre, si Novicow appartient à l’école russe de sociologie, c’est de façon doublement marginale. Non seulement il n’est directement rattaché à aucune institution universitaire, mais ses travaux sont rarement centrés sur la Russie, contrairement à ceux de ses compatriotes exilés en France. Qu’on compare pour s’en persuader les articles qu’il publie dans la Revue internationale de sociologie à ceux qu’y donne Maxime Kovalewsky8, historien et juriste renommé. De fait, même si l’on sollicite parfois son avis sur des questions locales, Novicow préfère s’atteler à des sujets plus généraux, qu’il s’agisse de méthodologie ou de politique internationale. Ainsi, il ne semble pas se déplacer à l’occasion des débats organisés par la Société de sociologie de Paris sur les classes sociales ou les libertés publiques en Russie (séances du 13 mai 1903 et du 10 mai 19059). Les fonctions que Novicow occupe dans son pays laissent penser qu’il demeure en bons termes avec le régime impérial, contrairement aux membres fondateurs de l’École russe des hautes études sociales installée à Paris à partir de 190010, contraints pour leur part à l’exil. Maxime Kovalewsky fut ainsi interdit d’enseignement sur le sol russe jusqu’en 1905, date à laquelle, de retour en Russie, il structure le Parti libéral de réformes démocratiques, qu’il représentera à la première douma. Novicow, qui collabore ponctuellement à l’École russe des sciences sociales de Paris11, est loin de partager ces sympathies politiques. Il résiste aux séductions du socialisme lorsqu’éclate dans sa ville la mutinerie du cuirassé Potemkine. De fait, son darwinisme libéral ne s’ajuste ni au socialisme darwiniste en vogue jusqu’à la fin du siècle12, ni au marxisme, qui lui apparaît comme un darwinisme biaisé (la lutte des classes est une lutte pour la vie). À l’heure où d’aucuns prétendent que le socialisme est l’avenir de la sociologie13, ces partages idéologiques conditionnent les prises de position savantes. Ainsi est-ce tant en réaction à l’anthroposociologie raciste du socialiste Vacher de Lapouge qu’aux prétentions scientifiques du marxisme que Novicow redéfinit son darwinisme social.

  • 14  Jacques Novicow, La Politique internationale, Paris, F. Alcan, 1886, p. 3.
  • 15Ibid., p. 13.

3C’est dans un ouvrage consacré aux nationalités qu’il met son organicisme à l’épreuve de la politique. L’essentiel de ses principes est déjà présent dans ce volume de 1886 où il explique comment, dans la société mondialisée, les groupes humains cesseront progressivement de se combattre dès lors que la nationalité couplera l’ensemble de leurs intérêts à l’intérêt général. Malgré ses audaces, cette « sociologie14 » qui détache la nationalité de l’appartenance ethnique et du territoire conserve quelque crédit au paradigme racial. Elle a bien du mal à concilier le référent biologique qui lui fournit une caution « scientifique15 » et la critique de l’idée antisociologique de race. Cette dernière s’en trouve révisée sans être révoquée :

  • 16Ibid., p. 129.

Si l’importance biologique de la race est immense, sa valeur sociologique est beaucoup moindre et parfois nulle. Sans doute, les trop grandes différences anatomiques sont des obstacles au rapprochement des hommes ; elles amènent parfois des antagonismes invincibles ; [...] [mais] les affinités de race ne suffisent pas pour former le lien social. Ce lien ne peut être créé que par une circulation vitale [...]16,

  • 17Ibid., p. 125.
  • 18Ibid., p. 126.
  • 19Ibid., p. 124.

4circulation qui suppose le contact et le métissage. Quoiqu’il juge « impossible » d’» établir des divisions scientifiques dans l’espèce humaine », du fait de l’extrême proximité des « différents groupes ethniques », Novicow se rapporte pourtant à une typologie fondée sur des critères obsolètes – « la couleur de la peau », « la conformation de la tête » et « la nature des cheveux17 » – parce qu’elle a « l’autorité d’un naturaliste aussi distingué que M. Haeckel ». Mais il précise qu’il « n’emploier[a] le mot race que pour les grandes divisions de l’espèce humaine18 », contrairement à l’usage commun, qui subsume sous un même terme des réalités d’échelles diverses, confond « l’embranchement avec la famille19 », la race, la civilisation, l’État et la nationalité. Ce distinguo ne protège pas de l’essentialisme : les groupes humains possèdent certes les mêmes capacités ; ils évoluent à mesure que leur milieu social s’améliore au contact des autres groupes ; mais ils ne se développent pas à la même vitesse. Pour dynamique qu’elle apparaisse, l’approche évolutionniste maintient donc des hiérarchies.

  • 20  Louis [Ludwig] Gumplowicz, La Lutte des races : recherches sociologiques, Charles Baye (trad.), Pa (...)

5Lorsqu’en 1893 Novicow publie Les Luttes entre sociétés humaines, le champ du darwinisme est dominé par le professeur Ludwig Gumplowicz qui, fort du prestige acquis auprès des racialistes européens, publie en 1883 Der Rassenkampf20. La confrontation a lieu lors du Premier Congrès de l’Institut international de sociologie, sur l’opposition toujours vive entre monogénisme et polygénisme. Une vieille lune ? Pas tant que cela. Car la définition de la discipline sociologique dépend de cette question du « commencement de la vie sociale sur la terre ». Or, pour Gumplowicz, la « sociologie comme science » « ne peut pas s’accorder avec le monogénisme [...] ».

  • 21  Ludwig Gumplowicz, « Un programme de sociologie par M. Louis Gumplowicz », travail lu lors de la s (...)

Car une marche du développement commençant par un couple primordial, se ramifiant et se différenciant en nombre de branches et en quantité de tribus diverses, ne pourrait pas être conciliée avec la réalité historique qui nous montre une unification et une agglomération continuelle et croissante des groupes hétérogènes en sociétés toujours grandissantes à mesure qu’elles s’unifient et s’assimilent21.

  • 22  Jacques Novicow, « Observations sur le mémoire de Gumplowicz, éléments de discussion présentés à l (...)
  • 23  Gabriel Tarde, « Observations sur le mémoire de Novicow, éléments de discussion présentés à la sui (...)
  • 24 Jacques Novicow, « La justice et le darwinisme par M. Jacques Novicow », travail lu lors de la séa (...)

6Son contradicteur juge l’hypothèse polygéniste d’autant moins convaincante qu’elle est réduite à « la seule espèce humaine » et rapproche quant à lui le paradigme racial du modèle philologique fondé sur la ramification d’une souche initiale22. Confirmant la mutation engagée avec Les Luttes entre sociétés humaines et leurs phases successives, Novicow rappelle d’abord que l’analogie entre les sociétés animales et les sociétés humaines ne doit pas dissoudre leurs différences ; puis que la guerre n’est qu’une des formes de la lutte sociale. On aurait donc tort d’y réduire le darwinisme, comme de le limiter au conflit physique des « races ». Ce travail de redéfinition se poursuit dans « La justice et le darwinisme », conférence que Novicow présente au congrès le lendemain de l’intervention de Gumplovicz. Gabriel Tarde est dans la salle ; il entend vraisemblablement pour la première fois le sociologue russe, avec lequel il nouera amitié. D’emblée, la position de Novicow éveille pourtant certaines réserves chez Tarde, qui n’appartient pas à la frange organiciste du darwinisme social. Aussi Tarde observe-t-il que « Novicow est bien plus darwinien que Darwin23 » (son darwinisme s’apparente effectivement à un lamarckisme), puisqu’il considère non seulement que la lutte est vectrice de « progrès », mais qu’elle peut être motivée par l’» affection » (Novicow évoque le missionnaire qui « peut vouloir le plus grand bien à ceux qu’il va catéchiser », sans avancer ici l’argument de l’» intérêt24 »).

  • 25Ibid., p. 192, p. 191, p. 187.
  • 26Ibid., p. 186.

7Cette réévaluation du darwinisme se fonde sur une redéfinition lexicale ; la sociologie, pour acquérir une légitimité scientifique, doit clarifier la nomenclature. En précisant que les « mieux adaptés au milieu » ne se confondent pas nécessairement avec les plus aptes, Novicow réfute les approches « subjectives » de la sélection, qui conduisent à établir des hiérarchies où l’on considère que les races « les plus supérieures sont celles qui diffèrent le moins de la nôtre25 ». Ainsi chez Vacher de Lapouge qui, au sein de la Revue internationale de sociologie, rivalise avec Novicow par articles interposés. L’orateur relativise ensuite le credo darwiniste : la lutte « n’entraîne pas nécessairement la mort des vaincus, mais un accroissement des jouissances pour les vainqueurs26 ». S’inspirant de l’utilitarisme hédoniste de Jeremy Bentham pour corriger l’évolutionnisme doloriste, Novicow érige la quête de la jouissance en moteur de l’existence, et du progrès social. Plus l’individu s’adapte à son milieu, plus il a accès aux richesses et au bien-être.

  • 27  Jacques Novicow, L’Avenir de la race blanche : critique du pessimisme contemporain, Paris, F. Alca (...)
  • 28Ibid., p. 45.
  • 29Ibid., p. 8.
  • 30  Jacques Novicow, Le Péril jaune, Paris, V. Giard & E. Brière, 1897, p. 1-2.
  • 31Ibid.
  • 32Ibid., p. 6.

8Dans les années qui suivent, la dévaluation du darwinisme social s’accélère, en France, sous l’effet du combat pour la révision du procès Dreyfus. Novicow suit l’affaire à distance, ne serait-ce qu’à travers la correspondance qu’il entretient avec le dreyfusard Gabriel Tarde. Côté russe, la guerre contre le Japon (1904-1905) ébranle les hiérarchies constituées. En révoquant la suprématie des sociétés impériales blanches, la victoire japonaise ne signale pas seulement le déclin de la Russie tsariste ; elle attise la crainte des invasions « barbares ». Fables que Novicow s’attache à dissiper depuis 1897. L’Avenir de la race blanche développe ainsi l’article consacré la même année au « péril jaune » dans la Revue internationale de sociologie. S’il récuse la confusion entre « civilisation » et « race », parce que la « première est une notion de l’ordre psychologique et social et la seconde une notion de l’ordre physiologique27 », Novicow n’abjure toujours pas le darwinisme. Mais, ayant réfuté le dogme de l’évolution à rebours (où « c’est toujours l’inférieur qui l’emporte28 ») et relativisé l’issue de la lutte, l’essayiste peut affirmer, exemples historiques à l’appui, que ni une défaite militaire, ni l’éclatement d’un territoire ne marquent la fin d’une « civilisation29 ». La polémique internationale sur la prétendue décadence des « races latines » s’en trouve désamorcée. Transposant à la sphère économique le débat sur le déclin de la « civilisation » blanche, l’analyste renverse point par point l’argumentaire de ceux qui prétendent que les « races inférieures », « se contentant d’un faible salaire, fabriqueront bientôt tous les produits à meilleur marché que les blancs » et que, « n’ayant plus de travail, ceux-ci seront réduits à mourir de faim30 ». Sans renoncer absolument aux considérations tempéramentales, Novicow affirme que « les lois de la nature et les lois sociales sont les mêmes pour toutes les races » : « Les Chinois, comme toutes les créatures vivantes, fuient la douleur et recherchent le plaisir31. » S’ils se félicitent que la mécanisation optimise le travail tout en réduisant les coûts, les Blancs doivent également s’en réjouir. Car, avec les progrès de la mobilité, des communications, de l’instruction, « le globe entier est devenu un seul marché. Les prix des denrées tendent de plus en plus à s’égaliser dans tous les pays. La même tendance existe pour les salaires ; [...] nous marchons vers l’équilibre économique32. »

  • 33Ibid.

9Toutefois, l’indécrottable évolutionniste concède que la mécanisation ne profitera pas immédiatement aux Asiatiques, parce qu’» il [leur] faudra d’innombrables efforts pendant des siècles33 » pour combler leur retard par rapport à l’Europe.

  • 34  Les pages 54 et suiv. renvoient à Pierre Kropotkine, L’Entraide, Louise Guyesse-Bréal (trad.), Par (...)
  • 35  Jacques Novicow, La Critique du darwinisme social, Paris, F. Alcan, 1910, p. 23, p. 58.

10Le darwinisme social, qui n’avait déjà plus le vent en poupe au milieu des années 1890, ne constitue plus un objet sérieux de débat scientifique lorsque, vingt ans plus tard, Novicow résume des griefs qu’il avait déjà largement formulés. Réaction tardive, mais belle promesse de publicité, alors qu’on commémore le premier centenaire de la naissance de Darwin. Dans La Critique du darwinisme social, Kropotkine, biologiste à ses heures, rejette les théories de Spencer et la lutte contre le milieu physique (intempéries, épidémies), celle qui dressait les hommes les uns contre les autres. S’associant désormais pour survivre, ils affrontent ensemble leur environnement. Alliée à l’utilitarisme hédoniste de Bentham, l’entraide kropotkinienne34 débouche sur un darwinisme optimiste : « En réalité, ce n’est pas le plus apte qui résiste, mais, le plus souvent, le plus heureux. » Voilà, peu ou prou, la doctrine des pacifistes, ramassée « sous une forme scientifique35 ».

  • 36Mémoires sur le contact des races communiqués au premier congrès universel des races tenu à l’univ (...)
  • 37  Sur cette question, voir les travaux d’Anne Rasmussen, notamment « Les Congrès internationaux liés (...)
  • 38  Baron d’Estournelles de Constant, « Le respect que doit la race blanche aux autres races », dans M (...)
  • 39  Novicow, qui citait déjà d’Estournelles de Constant dans Le Péril jaune (op. cit., p. 1), correspo (...)
  • 40  D’Estournelles de Constant, « Le respect que doit la race blanche aux autres races », dans Mémoire (...)
  • 41  Alexandre Yastchenko, « Le rôle de la Russie dans le rapprochement de l’Occident et de l’Orient », (...)

11Le débat autour du supposé « péril jaune » s’insère dans une réflexion plus vaste sur la manière dont le « réveil de[s] nations36 » (le Japon et la Chine, mais aussi l’Inde, la Perse et la Turquie) reconfigure la géopolitique internationale. Cette question est au cœur du premier Congrès universel des races organisé à Londres en 1911. La principale puissance coloniale tenait à superviser l’événement, pour se positionner face à la France qui avait officiellement accueilli une trentaine de congrès scientifiques une décennie plus tôt, au moment de l’exposition universelle37. Loin de répondre à un élan humaniste, le congrès enregistre un déplacement : dans l’univers mondialisé, où les sociétés impériales multiplient les relations avec celles qu’elles considéraient jadis comme leurs inférieures, maintenir les anciennes hiérarchies compromet la santé économique et politique des nations blanches. Si la taxinomie raciale subsiste donc, l’idée de « race » échappe désormais à l’anthropologie ; le paradigme martial régit à présent les relations économiques et le droit international. Rien ne prouve que Novicow, dont le nom figure au Comité général d’honneur, assiste au congrès, mais les réseaux auxquels il participe sont représentés, aussi bien dans leur versant savant que dans leur versant proprement politique. Certaines personnalités évoluent d’ailleurs dans les deux sphères : le radical Léon Bourgeois, ancien président du Conseil et membre de la Cour permanente d’arbitrage créée à La Haye en 1899 lors de la première Conférence internationale de la Paix, partage ici le poste de vice-président d’honneur. Or cette première conférence, organisée à l’initiative de la Russie, avait marqué une avancée dans le dialogue « inter-racial », puisque des représentants des nations extrême-orientales, réputées « inférieures » avaient « pu discuter librement avec ceux des plus grandes puissances38 ». Promoteur de la coopération scientifique franco-russe, Léon Bourgeois avait soutenu, dans le sillage de l’Exposition universelle de 1900, le développement de l’École russe des sciences sociales. Membre du Conseil de tutelle de l’établissement, il connaissait Novicow, qu’il fréquentait par ailleurs au Groupe parlementaire de l’arbitrage international. Ce groupe avait vu le jour sous l’impulsion du baron Paul d’Estournelles de Constant, que la France avait délégué avec Léon Bourgeois à la première Conférence de La Haye. Lauréat du prix Nobel de la paix en 1909, d’Estournelles de Constant est partisan, comme Novicow, d’une fédération européenne39. Il prête en quelque sorte sa voix à ce dernier au seuil de la conférence où il affirme « le respect que doit la race blanche aux autres races » : « Je ne parlerai pas de nos devoirs ; je me borne à faire appel à notre intérêt » – « individuel » et « national40 ». La doctrine novicowienne semble présente à l’esprit sans qu’il soit nécessaire d’y référer explicitement. C’est bien elle que vise le juriste russe Alexandre Yastchenko lors de la seconde séance du Congrès, à l’heure de dénoncer ceux qui relativisent à l’extrême le « péril jaune » et font, contre les réalités du moment, « du principe théorique d’égalité et de fraternité de toutes les races la conclusion hâtive vers leur égalité réelle au moment présent [...]41 ».

  • 42  Guyot contribua à fonder en 1875 l’École d’anthropologie et présida la Société d’anthropologie de (...)
  • 43  Jacques Novicow, « La théorie organique des sociétés. Défense de l’organicisme », AIIS, vol. 5, 18 (...)
  • 44  C’est ce que reproche le socialiste Eugène Fournière à son mémoire « L’essence de l’association hu (...)
  • 45  Jacques Novicow, « L’essence du progrès », AIIS, vol. 14, 1913, p. 420-421 (mémoire rédigé par Nov (...)
  • 46  « Discours de M. J. Novicow », AIIS, vol. 8, 1900, p. 93.

12Plus progressiste que son compatriote, Novicow défend une forme de pacifisme darwiniste fondé sur l’» intérêt » bien entendu. Le darwinisme libéral embrasse ici le libéralisme économique. Novicow, qui collaborait régulièrement au Journal des économistes, rejoint sur ce point son rédacteur en chef, Yves Guyot. En corrélant le progrès social à la concurrence économique, ce fer de lance de l’institutionnalisation de l’anthropologie42 donnait une assise biologique à son apologie du libre-échange. Position doublement décalée : d’une part, en renforçant les barrières douanières, la loi Méline (17 janvier 1892) a marginalisé un modèle libre-échangiste d’ailleurs minoritaire à l’échelle mondiale ; de l’autre, le libéralisme économique des darwinistes sociaux se trouve freiné sur son terrain par l’essor du marxisme. La polémique où s’affrontent Novicow et le marxiste Casimir de Kellès-Kraus lors du troisième Congrès de l’Institut international de sociologie (21-24 juillet 1897) incitera le premier à compléter sa « défense de l’organicisme » d’une critique du « matérialisme économique ». Comment cette doctrine peut-elle prétendre structurer la sociologie, alors qu’en datant du « machinisme » le « sur-travail43 » de l’ouvrier, qui lui préexiste pourtant, elle prouve son peu de scientificité ? Comment peut-on vouloir supprimer la concurrence, alors qu’elle booste la production, générant ainsi, selon Novicow, plus de bien-être ? Le marxisme avait pourtant de quoi intéresser le défenseur de l’association internationale. Mais, tel que l’envisage Novicow, le « solidarisme » ignore autant la « race » que la « classe44 ». De ce point de vue, il n’a rien de commun avec le « collectivisme45 ». Pour que Novicow nuance son jugement, il faudrait que le « matérialisme historique » se réduise à « un point de vue particulier sur l’histoire, une méthode de recherche » n’ayant « plus la prétention de former la substance entière de la sociologie46 ».

13Quoique souvent cantonnées à la sphère mondaine des congrès, les polémiques décrites signalent combien, à la Belle Époque, la question de la « race », convertie en question « interculturelle » – voire « internationaliste » –, envahit le débat politique autant que le débat savant. Elle occupe notamment une place centrale dans l’institutionnalisation de la sociologie, où sa dévaluation progressive coïncide avec la marginalisation des courants non durkheimiens. Bien qu’il débouche sur une solidarité économique censée favoriser le fédéralisme, le darwinisme « optimiste » de Jacques Novicow n’y résiste pas. Le parcours de cet ancien spencérien, passé au lamarckisme, puis à une forme de kropotkinisme, illustre toutefois idéalement l’évolution des conceptions raciales dans les sociétés impériales blanches d’avant la Grande Guerre.

Notes

1  En 1900, la Revue philosophique accueille la polémique qui oppose Bouglé et Novicow à propos du traitement organiciste de la question des castes : Célestin Bouglé, « La sociologie biologique et le régime des castes », Revue philosophique, nº 49, avril 1900, p. 337-352 et « Le procès de la sociologie biologique », Revue philosophique, nº 52, août 1901, p. 121-146 ; Jacques Novicow, « Les Castes et la sociologie biologique », Revue philosophique, nº 50, octobre 1900, p. 361-373. En 1913, Bouglé taxe Novicow de « simplicisme » ([Célestin Bouglé], « J. Novicow. La critique du Darwinisme social », L’Année sociologique, vol. 12, 1909-1912, p. 19).

2  Ses biographes le font naître tantôt en 1849, tantôt en 1850. Angelo de Gubernatis (Dictionnaire international des écrivains du monde latin, Rome, chez l’auteur / Florence, Imprimerie de la Società tipografica fiorentina, 1906, p. 142) et Yves Guyot, qui rédige la notice nécrologique de son ami (« Nécrologie. M. J. Novicow », Journal des économistes : revue mensuelle de la science économique et de la statistique, vol. 34, nº 6, avril-juin 1912, p. 486), ne s’accordent pas.

3  Jacques Novicow, Une définition de l’art, Paris, Plon, 1882. Novicow avait déjà publié en français la nouvelle Une visite (Paris, F. Debons, 1878).

4  Il y publie en 1890 Protektsionizm (Le Protectionnisme), Saint-Pétersbourg, M.M. Stasjulevitch.

5  La diffusion éditoriale est assurée par Nertheimer-Lea (Londres), H. Holt (New York), J. Edelheim (Berne), Art. Institute Orell Füssli (Zürich), C. Sturzenegger (Berne), Administración, La España Moderna, Daniel Jorro (Madrid), F. Granada (Barcelone), Zanichelli (Bologne), G. Martinelli, Treves et la maison Verri (Milan). Novicow est souvent traduit par des tenants du pacifisme, comme Alfred Hermann Fried, ou des opposants à l’anthropologie physique, comme Napoleone Colajanni. Le positiviste chilien Juan Enrique Lagarrigue lui adresse plusieurs textes (Lettre à M.J. Novicow et Deuxième lettre à M.J. Novicow, Santiago, Imprimerie franco-chilienne, 1904).

6  Fonds Gabriel Tarde du CHEVS, Centre d’archives privées de la Fondation nationale des sciences politiques à Paris (GTA 91) : lettres à Tarde datées de Khersonne, 25 octobre 1899 ; Odessa, 20 juin 1901 ; Odessa, 11 novembre 1900. Voir aussi lundi 7 janvier 1895.

7  Lettre à Tarde, Odessa, 12 juillet 1899. Contrairement à ce que prétendent encore de nombreux commentateurs, Novicow ne vit pas en France. Il y vient régulièrement, mais loge à l’hôtel ou chez des amis.

8  Articles de Jacques Novicow dans la Revue internationale de sociologie (RIS) : « La croissance et la décroissance des nations en fonction du temps », nº 2, 1894, p. 273 et suiv. ; « Essai de notation sociologique », nº 3, 1895, p. 280 et suiv. ; « Le péril jaune », nº 5, 1897, p. 351 et suiv. ; « Comment se fera la fédération de l’Europe », nº 8, 1900, p. 561 et suiv. ; « Sociologues et pacifiques », nº 9, 1901, p. 802 et suiv; « La formule “laissez faire, laissez passer” et le socialisme », nº 12, 1904, p. 603 et suiv; « Le darwinisme social », nº 13, 1905, p. 175 et suiv. Articles de Maxime Kovalewsky dans la RIS : « La famille patriarcale au Caucase », nº 1, 1893, p. 297 et suiv. ; « Les origines du devoir », nº 2, 1894, p. 81 et suiv; « L’avènement du régime économique moderne au sein des campagnes », nº 4, 1896, p. 337 et suiv. et p. 418 et suiv. ; « Le système du clan dans le pays de Galles », nº 5, 1897, p. 199 et suiv. ; « L’agriculture en Russie », nº 5, 1897, p. 862 et suiv. ; « La morale de Tolstoï », nº 7, 1899, p. 332 et suiv. ; « Le droit seigneurial et la situation économique et sociale du paysan à la fin du siècle dernier », nº 9, 1901, p. 489 et suiv; « La fin d’une aristocratie », nº 9, 1901, p. 558 et suiv. ; « Discours prononcé à la séance d’ouverture de l’École russe des hautes études sociales », nº 11, 1903, p. 94 et suiv. ; « Rapports de la sociologie avec l’ethnographie », nº 12, 1904, p. 83 et suiv. ; « Le clan chez les tribus indigènes de la Russie », nº 13, 1905, p. 81 et suiv. ; « La France économique et sociale à la veille de la Révolution », nº 13, 1905, p. 577 et suiv. et 714 et suiv.

9  Il vivait certes à des milliers de kilomètres, et répugnait peut-être à se déplacer à des réunions qui, contrairement aux congrès de l’Institut international de sociologie, rassemblaient nombre d’amateurs. La Société de sociologie étant issue de la section française de l’Institut international de sociologie, les débats sont reproduits dans la RIS : « Les classes sociales en Russie. Communication de Maxime Kovalewsky. Discussion par Eugène de Roberty, Ivan Loutchisky, Nicolas Kostyleff, Eugène Séménoff et Mme de Mouromtzeff », nº 11, 1903, p. 473 et suiv. ; « L’Évolution des libertés publiques en Russie. Communication de Maxime Kovalewsky. Discussion de Mlle Madeleine Pelletier, Charles Limousin, Serge Kotliarewsky, Maxime Kovalewsky et René Worms », nº 13, 1905, p. 467 et suiv.

10  Exilés en France, Yuri Gambarov et Maxime Kovalewsky fondent l’École russe des hautes études sociales de Paris, qui sera présidée par Ilia Mechnikov. Voir Dmitrij A. Gutnov, « L’École russe des hautes études sociales de Paris (1901-1906) », Cahiers du monde russe « Contacts intellectuels, réseaux, relations internationales Russie, France, Europe, xviiie-xxe siècle », vol. 43, nº 2-3, avril-septembre 2002, p. 379.

11  À partir de 1903, le budget de l’École augmente, ce qui permet d’inviter des conférenciers venus expressément de Russie. En 1903, Novicow intervient en russe sur « la future fédération de l’Europe » (RIS, nº 11, 1903, p. 527).

12  Voir Jean-Marc Bernardini, Le Darwinisme social en France (1859-1918) : fascination et rejet d’une idéologie, Paris, CNRS Éditions, 1997, p. 28.

13  Enrico Ferri affirme ainsi que « le socialisme est à la science de la société ce que l’athéisme est à la science de la nature : le terme final et logiquement inévitable » (Enrico Ferri, « Sociologie et socialisme », travail lu lors de la séance du mercredi 20 octobre au matin, Annales de l’Institut international de sociologie [AIIS], vol. 1, 1895, p. 160-161).

14  Jacques Novicow, La Politique internationale, Paris, F. Alcan, 1886, p. 3.

15Ibid., p. 13.

16Ibid., p. 129.

17Ibid., p. 125.

18Ibid., p. 126.

19Ibid., p. 124.

20  Louis [Ludwig] Gumplowicz, La Lutte des races : recherches sociologiques, Charles Baye (trad.), Paris, Guillaumin, 1893.

21  Ludwig Gumplowicz, « Un programme de sociologie par M. Louis Gumplowicz », travail lu lors de la séance du mardi matin 2 octobre, AIIS, vol. 1, 1895, p. 80-81 ; nous soulignons.

22  Jacques Novicow, « Observations sur le mémoire de Gumplowicz, éléments de discussion présentés à la suite dudit mémoire », dans « Un programme de sociologie », AIIS, vol. 1, 1895, p. 106.

23  Gabriel Tarde, « Observations sur le mémoire de Novicow, éléments de discussion présentés à la suite dudit mémoire », dans « La justice et le darwinisme par M. Jacques Novicow », travail lu lors de la séance du mercredi soir 3 octobre », AIIS, vol. 1, 1895, p. 206.

24 Jacques Novicow, « La justice et le darwinisme par M. Jacques Novicow », travail lu lors de la séance du mercredi soir 3 octobre », AIIS, vol. 1, 1895, p. 206-207.

25Ibid., p. 192, p. 191, p. 187.

26Ibid., p. 186.

27  Jacques Novicow, L’Avenir de la race blanche : critique du pessimisme contemporain, Paris, F. Alcan, 1897, p. 120.

28Ibid., p. 45.

29Ibid., p. 8.

30  Jacques Novicow, Le Péril jaune, Paris, V. Giard & E. Brière, 1897, p. 1-2.

31Ibid.

32Ibid., p. 6.

33Ibid.

34  Les pages 54 et suiv. renvoient à Pierre Kropotkine, L’Entraide, Louise Guyesse-Bréal (trad.), Paris, Hachette, 1906.

35  Jacques Novicow, La Critique du darwinisme social, Paris, F. Alcan, 1910, p. 23, p. 58.

36Mémoires sur le contact des races communiqués au premier congrès universel des races tenu à l’université de Londres du 26 au 29 juillet 1911, Londres, P. S. King & Son, 1911, p. viii., publiés pour le conseil exécutif du congrès par Gustav Spiller, secrétaire général du congrès.

37  Sur cette question, voir les travaux d’Anne Rasmussen, notamment « Les Congrès internationaux liés aux Expositions universelles de Paris (1867-1900) », Mil neuf cent, vol. 7, nº 1, 1989, p. 23-44 et « Tournant, inflexions, ruptures : le moment internationaliste », Mil neuf cent, vol. 19, nº 1, 2001, p. 27-41.

38  Baron d’Estournelles de Constant, « Le respect que doit la race blanche aux autres races », dans Mémoires sur le contact des races communiqués au premier congrès universel des races tenu à l’université de Londres du 26 au 29 juillet 1911, op. cit., p. 423.

39  Novicow, qui citait déjà d’Estournelles de Constant dans Le Péril jaune (op. cit., p. 1), correspond avec lui à partir de 1900.

40  D’Estournelles de Constant, « Le respect que doit la race blanche aux autres races », dans Mémoires sur le contact des races..., op. cit., p. 420-421.

41  Alexandre Yastchenko, « Le rôle de la Russie dans le rapprochement de l’Occident et de l’Orient », dans Mémoires sur le contact des races..., op. cit., p. 223.

42  Guyot contribua à fonder en 1875 l’École d’anthropologie et présida la Société d’anthropologie de Paris.

43  Jacques Novicow, « La théorie organique des sociétés. Défense de l’organicisme », AIIS, vol. 5, 1899, p. 166.

44  C’est ce que reproche le socialiste Eugène Fournière à son mémoire « L’essence de l’association humaine » (7e congrès, Berne, juillet 1909, p. 48).

45  Jacques Novicow, « L’essence du progrès », AIIS, vol. 14, 1913, p. 420-421 (mémoire rédigé par Novicow juste avant son décès).

46  « Discours de M. J. Novicow », AIIS, vol. 8, 1900, p. 93.

Auteur

Sarah Al-Matary, ancienne élève de l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines, est maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2 et membre de l’IHRIM (Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités, UMR 5317). Spécialiste des rapports qu’entretiennent la littérature et les idéologies dans la discussion savante et la polémique, elle a notamment travaillé sur l’idée de « race » et sur l’anti-intellectualisme. Elle s’intéresse désormais à Jeanne Weill, alias Dick May (1859-1925). Elle a récemment dirigé le nº 46 de la revue Autour de Vallès (« Vallès et les anarchistes », décembre 2016) et, avec Florent Guénard, La Démocratie à l’œuvre : autour de Pierre Rosanvallon (Éditions du Seuil, 2015).
 

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search