Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire raciologique en France et en Russie, xixe- xxe siècle

 | 
Sarga Moussa
, 
Serge Zenkine

La mission de Charles-Eugène de Ujfalvy au Turkestan russe (1876-1878) : un exemple de « raciologie scientiste »

Marie-Laure Aurenche

Texte intégral

  • 1  Le neveu du tsar Alexandre II, le grand-duc Constantin (1858-1915), protecteur des arts et des sci (...)
  • 2  Le compte rendu de ses recherches sera publié dans Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifi (...)
  • 3  Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turk (...)

1Depuis la conquête et la colonisation de l’Asie centrale par le général Kaufmann (1867-1870), le Turkestan russe est accessible aux expéditions scientifiques étrangères. En 1876, le gouvernement français envoie officiellement l’historien Charles-Eugène de Ujfalvy dans le Turkestan russe avec une mission du ministère de l’Instruction publique. À Saint-Pétersbourg, Ujfalvy est introduit auprès du grand-duc Constantin1, président de la Société de géographie, à qui il dédiera le premier volume de sa publication2. Dans le Turkestan, la mission est sous la protection des gouverneurs : « Nous devons une vive reconnaissance aux autorités russes de l’Asie centrale, car leur appui seul nous a permis de faire un voyage fructueux3. »

  • 4  Charles-Eugène de Ujfalvy, Aperçu général sur les migrations des peuples et influence capitale exe (...)
  • 5  Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turk (...)

2Après avoir publié des ouvrages sur la littérature, l’histoire et la langue magyares, Charles-Eugène de Ujfalvy, établi à Paris depuis 1871, devient bientôt un spécialiste de l’histoire des migrations anciennes : en 1874 et 1875, il publie à Paris ses Cours de géographie et d’histoire de l’Asie centrale donnés à l’École spéciale des langues orientales vivantes, ainsi que deux ouvrages de synthèse sur les races de la Haute-Asie4. Le voilà prêt à parcourir le Turkestan russe pour vérifier sur place l’hypothèse qu’il formule au départ sur l’origine des peuples de l’Europe occidentale. Comme il l’annonce lui-même dans l’avant-propos du premier volume, le but principal de son expédition est l’étude des « races » de l’Asie centrale, « au point de vue de leur pays, de leurs mœurs, mais surtout au point de vue de leur constitution physique5 ». La découverte d’une discipline nouvelle enseignée à Paris, l’anthropologie physique, lui offre le moyen d’y parvenir.

L’anthropologie physique à Paris

  • 6  Paul Broca (1824-1880) a fondé la Société d’anthropologie en 1859, puis la Revue d’anthropologie e (...)

3Dans les laboratoires parisiens, les anthropologues regroupés autour du docteur Paul Broca6 pratiquent la craniométrie post mortem : après avoir mesuré l’inclinaison de la face ou angle facial (prognathisme) et le rapport de la hauteur à la largeur du crâne (pour différencier les brachycéphales des dolichocéphales), ils se livrent à d’austères analyses et déductions scientifiques pour déterminer à quelle « race » appartient un individu.

  • 7  Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turk (...)
  • 8Ibid., vol. 2, p. XIV.

4Grâce aux leçons du docteur Broca, Charles-Eugène de Ujfalvy, qui n’est ni médecin, ni anthropologue de laboratoire, mais historien, devient un anthropologue de terrain. Il affirme dans l’avant-propos de son premier ouvrage que c’est à la suite de l’enseignement de Paul Broca, « notre maître à tous en anthropologie7 », qu’il est parti en Asie centrale et il exprime sa reconnaissance en dédiant le volume 2 de sa publication à son « bien-aimé maître le docteur Broca8 ».

  • 9  Paul Broca, Instructions générales pour les recherches et observations anthropologiques, anatomie (...)
  • 10  D’après Paul Broca, l’appareil est spécialement adapté à l’examen sur le vivant.

5Dès 1865, dans ses Instructions générales pour les recherches et observations anthropologiques, anatomie et physiologie9, Paul Broca recommandait l’usage des rubans métriques, du fil à plomb, du goniomètre pour mesurer l’angle facial10, du compas d’épaisseur de Mathieu et de la double équerre. Il proposait également des feuilles de mensuration sur lesquelles l’anthropologue devait indiquer le lieu de l’observation, l’identité de l’individu (âge et poids) ; dans la première colonne, il devait inscrire la taille, les couleurs de la peau, des cheveux, de la barbe, des yeux ; les caractères des cheveux ; la forme du nez, des lèvres, des dents ; dans la deuxième colonne, les mesures de la tête (crâne et face) et dans la troisième colonne, les mesures du tronc et des membres. Pour apprécier la couleur des yeux et du système pileux, le manuel présentait aussi un tableau chromatique représentant (de 1 à 20) les couleurs des yeux (vert, brun, bleu et gris) et (de 21 à 54) les couleurs de la peau (soit couverte, soit exposée au soleil) et des cheveux et de la barbe. Broca donnait également des conseils pour les mensurations du tronc et des membres ; des indications encore plus précises pour l’observation de la tête, aussi bien du crâne que de la face (angle facial et triangle facial pour évaluer le prognathisme par la double équerre).

  • 11  Julien Girard de Rialle, Instructions anthropologiques pour l’Asie centrale, rapport présenté à la (...)

6Mais alors que le docteur Broca s’adressait depuis son laboratoire aux explorateurs partis étudier les « peuples primitifs » de toute la terre, l’un de ses disciples, l’historien Julien Girard de Rialle, après avoir pratiqué lui-même l’ethnographie de terrain en Asie centrale, recommandait aux voyageurs d’alléger leur trousse anthropologique et « d’emporter surtout des cahiers de feuilles abrégées11 ».

7Muni de ces deux manuels et accompagné de son épouse, Charles-Eugène de Ujfalvy est prêt à pratiquer l’anthropologie physique dans le pays des Turcomans.

L’anthropologie sur le terrain

  • 12  Marie de Ujfalvy-Bourdon, « D’Orenbourg à Samarcande. Le Ferghanah, Koulda et la Sibérie Occidenta (...)

8Dans les annexes de la publication savante de Charles-Eugène de Ujfalvy, les feuilles de mesure, tableaux et planches diverses qui livrent les résultats chiffrés de ses enquêtes permettent d’apprécier le caractère « scientifique » de l’anthropologie sur le vivant. Cependant, pour connaître au quotidien les contacts avec les populations, le déroulement et les pratiques des opérations, il faut se reporter au témoignage de son épouse, Marie de Ujfalvy-Bourdon, qui apporte, comme en contrepoint, des renseignements précieux sur les habitants du Turkestan brutalement confrontés aux instruments de la science occidentale12.

La collecte des crânes

  • 13  Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turk (...)

9Pendant son séjour à Saint-Pétersbourg, Charles-Eugène de Ujfalvy met en pratique les leçons de craniométrie apprises à Paris : « J’ai eu l’occasion de me faire la main, si je puis m’exprimer ainsi, dans les musées de Saint-Pétersbourg13. » Cependant, dans la suite de son expédition, comme il ne lui est guère possible de se livrer à des relevés craniométriques, il se contente de collecter des crânes :

  • 14  Charles-Eugène de Ujfalvy, Résultats anthropologiques d’un voyage en Asie centrale communiqués au (...)

Nous nous réservons, aussitôt de retour en France, de faire des travaux analogues sur les crânes que nous avons rapportés de l’Asie centrale et qui se trouvent au musée de la Société d’anthropologie de Paris14

  • 15  Julien Girard de Rialle, Instructions anthropologiques pour l’Asie centrale, op. cit., p. 2.

10Dans l’Asie centrale récemment ravagée par la guerre, il est possible de trouver des crânes sur les champs de bataille et dans les cimetières abandonnés. Ujfalvy procède donc à des achats (le prix d’un crâne varie de 3 à 6 roubles) sur lesquels Mme Ujfalvy-Bourdon nous livre quelques détails. Cependant, les tractations sont laborieuses, car les musulmans redoutent les foudres d’Allah s’ils profanent les tombes. Suivant le conseil de Girard de Rialle, le savant inscrit sur chaque crâne « le nom de la peuplade ou de la nation à laquelle il a appartenu et la localité où il a été recueilli15 », ou tout au moins la provenance géographique.

  • 16  Marie de Ujfalvy-Bourdon, Le Tour du monde, op. cit., vol. 1, p. 34.

11Les quarante crânes achetés à Saint-Pétersbourg et quelques autres trouvés au fil des étapes (le crâne de Galtcha en particulier) seront mis en caisses et envoyés à la Société avec les objets ethnologiques et archéologiques16.

Les mensurations sur le vivant

  • 17  Paul Broca, Mémoires d’anthropologie [1866], Paris, Reinwald, 1871, vol. 1, p. 1-41.

12Dans ses Mémoires d’anthropologie, Paul Broca déclare que les règles de l’anthropométrie physique s’opposent au jugé oculaire, estimé trop « impressionniste », et que la recherche anthropologique doit reposer sur « des observations individuelles, recueillies par des procédés simples, uniformes, à l’abri de la fantaisie, et répétés sur un grand nombre d’individus pris au hasard17 ». C’est ainsi, déclare-t-il, que se constituent des séries (ou collections) dites « suffisantes » pour conduire à des moyennes, considérées comme bases des calculs scientifiques.

  • 18  Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turk (...)

13Dans l’avant-propos du volume 1, Charles-Eugène de Ujfalvy exprime sa fierté d’avoir mis en pratique les règles de son maître : « J’ai pu envoyer à la Société d’anthropologie plus de 600 feuilles d’observations dont je donnerai les moyennes dans le courant de mon récit18. »

  • 19Ibid.
  • 20  Marie de Ujfalvy-Bourdon, Le Tour du monde, op. cit., vol. 2, p. 94.

14Les « Tableaux anthropologiques du Ferghanah... »19, qui rassemblent tous les résultats des observations, figurent sous forme de feuilles dépliantes à la fin du volume 1. Sur la feuille du tableau XII figurent les mensurations effectuées dans le village de Kassân, « la plus vieille ville du Ferghanah, exclusivement habitée de Tadjiks20 », où Ujfalvy a mesuré 12 individus de sexe masculin, de race « éranienne ».

  • 21Ibid., vol. 1, p. 6. 
  • 22Ibid., vol. 2, p. 78.
  • 23Ibid., vol. 2, p. 68-70.

15Tandis que le savant procède, comme un entomologiste, à ces examens scientifiques, son épouse qui, à l’occasion, aide son mari « en écrivant sous sa dictée pour aller plus vite en besogne », consigne les réactions des « mensurés », telle la surprise d’un individu jouant le rôle de cobaye : « Je n’ai jamais vu d’homme aussi sot que ce seigneur qui nous donne de l’argent pour nous tâter la tête21 » ; ou encore la frayeur des Tadjiks des montagnes qui croient à un recrutement forcé et que le maire du village doit ramener de force. Marie de Ujfalvy-Bourdon compatit à l’appréhension des villageois du Ferghanah, alors que toute la journée se passe à pratiquer des mensurations sur des Kachgariens : « voyant trembler ces pauvres gens, j’employais toute mon éloquence à les rassurer22 » ; enfin, elle s’apitoie sur le sort des victimes : « Les femmes ont peur ! L’une d’elles pourtant, Kalmouque assez gentille, fut battue par son mari pour avoir consenti à se laisser mensurer23. »

  • 24  Voir les résultats de l’expédition du couple Fedchenko dans le Turkestan nouvellement conquis (186 (...)
  • 25  Charles-Eugène de Ujfalvy, « Voyage au Zarafchane, au Ferghanah et à Kouldja », Bulletin de la Soc (...)

16Si Charles-Eugène de Ujfalvy a voulu se rendre dans la vallée supérieure du Zarafchâne (où les habitants n’ont jamais vu un Européen avant lui), puis dans la vallée du Ferghanah (en évitant la route suivie par Fedchenko24), c’est pour y découvrir les représentants les plus « purs » de la race éranienne. Dans la haute vallée du Zérafchâne (Kohistan), il identifie les Galtchas, ou Tadjiks des montagnes : d’une part, il les déclare hyperbrachicéphales, après avoir mesuré 58 individus et relevé leurs caractères physiques25 : leur taille est élevée, leur peau est blanche, leurs cheveux et leur barbe sont noirs, roux ou blonds, leurs yeux sont bruns, souvent bleus. D’autre part, ils sont sédentaires et agriculteurs, parlent tous des dialectes du persan et se marient entre eux, « ce qui explique la pureté de leur race ». Dans la seconde vallée étudiée, le Ferghanah, UJfalvy ne compte pas moins de 11 races. Les Usbegs (Ouzbeks), bien qu’ils soient le produit d’un mélange (avec des femmes tadjikes, persanes et kirghises) ont des caractéristiques prononcées : « De taille moyenne, peau très ba-sanée avec un ton jaunâtre ; cheveux noirs, roux, rarement châtains ; les yeux, toujours relevés des coins, sont noirs, quelques fois verts. » Ces relevés dans le Kohistan, puis le Ferghanah constituent l’objectif majeur de l’expédition.

  • 26  Charles-Eugène de Ujfalvy, Résultats anthropologiques d’un voyage en Asie centrale communiqués au (...)
  • 27  Charles-Eugène de Ujfalvy, « Les Tadjiks et les Galtchas », Bulletins de la Société d’anthropo-log (...)

17Dans les Résultats anthropologiques, qui livrent la « Description des types anthropologiques de l’Asie centrale », répartis entre Éraniens et Turco-Mongols26, Ujfalvy présente les moyennes des séries observées pour chacun des caractères physiques et descriptifs déjà indiqués. Si on relève plus particulièrement l’exemple de la couleur des cheveux, on constate que, parmi les Éraniens, les blonds représentent 8,62 % des 58 Galtchas examinés ; dans le détail, ces blonds représentent 12,90 % des 31 Tadjiks du Ferghanah, 27,50 % des 29 Tadjiks de Samarkand et 0 % des 10 Tadjiks de Hissar. La conclusion scientifique de cette observation portant sur une série de 130 individus est que « tous les Éraniens ont les cheveux châtains ; cependant on rencontre des blonds parmi eux ; plus de blonds parmi les Tadjiks de la plaine que parmi les Galtchas27 ». En revanche, parmi tous les peuples turco-mongols, on ne rencontre pas de types à cheveux blonds. Ainsi, grâce aux critères de l’anthropologie physique, la couleur des cheveux, comme de la peau et des yeux, Ujfalvy a pu identifier les « races » de l’Asie centrale et établir une distinction entre Éraniens et Turco-Mongols.

  • 28  À la date de l’expédition, la photographie a remplacé le crayon ou le pinceau du voyageur pour fix (...)

18Cependant, pour étudier les types des peuples de l’Asie centrale, Ujfalvy ne s’est pas contenté d’utiliser les instruments de mesure du docteur Broca. De son propre chef, il fait appel à un nouveau procédé scientifique, la photographie28.

Les photographies anthropologiques

  • 29  L’Album des types du Turkestan, comprenant 170 photographies de 20 types ethniques du Turkestan ru (...)
  • 30  Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turk (...)

19Avant l’arrivée de la mission française en 1876, un photographe de Tachkent avait déjà constitué un Album des types du Turkestan29 : les individus sont pris de face et de profil (mais seule la tête est tournée sur le côté) avec l’indication du nom, de l’origine ethnique, du sexe, de l’âge et du district. Charles-Eugène de Ujfalvy, après avoir découvert l’Album au Congrès des sciences géographiques de Paris en 1874, fait les commentaires suivants : comme les individus ne sont pas nus, ils n’ont pas d’intérêt anthropologique, et comme ils ne sont pas pris en pied, on ne peut juger de tous les détails de leurs costumes30.

20Une fois parvenu dans le Turkestan, Charles-Eugène de Ujfalvy réalise un programme plus scientifique. À Marghellâne, capitale du Ferghanah, il fait tirer en moins de quinze jours les portraits de 35 individus : le buste nu sur fond blanc, de face et de profil, en suivant le cadrage et les poses préconisées par les anthropologues parisiens, Broca et Topinard. La « Liste de photographies anthropologiques faites dans le Ferghanah » reprend les indications des « Feuilles d’observation ». Les individus sont classés d’après leur origine : 3 Usbegs dont 1 femme, 5 Tadjiks dont 1 femme, 3 Karakirghises dont 1 femme, trois Karakalpaks, 2 Tourouks, 3 Bohémiens-Loulis, 3 Juifs, 3 Kiptchaks, 3 Kachghariens dont 1 femme et 7 Sartes dont 4 femmes. Les photographies de l’Usbeg et du Tadjik, prises comme exemples (illustrations 1 à 4), présentent des caractères physiques semblables : l’âge (38 ans), la taille (172 cm) et la couleur de la peau (tableau chromatique 32 et 25), la couleur des cheveux et de la barbe (48) ; seule la couleur de leurs yeux diffère : noire (1) pour l’Usbeg et bleue (14) pour le Tadjik. Quant à la femme Sarte, Zanaïbe, originaire de Kokand, elle est âgée de 19 ans ; la couleur de sa peau est blanche ; ses cheveux sont châtain noir et ses yeux, marron clair ; elle est petite : elle mesure 153 cm (illustrations 5 et 6).

Illustration 1. Homme usbeg de face

Illustration 1. Homme usbeg de face

Illustration 2. Homme usbeg de profil

Illustration 2. Homme usbeg de profil

Illustration 3. Homme tadjik de face

Illustration 3. Homme tadjik de face

Illustration 4. Homme tadjik de profil

Illustration 4. Homme tadjik de profil

Illustration 5. Femme sarte de face

Illustration 5. Femme sarte de face

Illustration 6. Femme sarte de profil

Illustration 6. Femme sarte de profil
  • 31  Marie de Ujfalvy-Bourdon, Le Tour du monde, op. cit., vol. 2, p. 68.
  • 32Ibid., vol. 2, p. 82.

21Le témoignage de Marie de Ujfalvy-Bourdon, qui assiste à ces séances de photographies, va au-delà du sous-titre de son récit de voyage, « Impressions de voyage d’une Parisienne », car il dévoile plutôt les préjugés d’une Européenne devant l’» autre », ces « indigènes » qui refusent de se dévêtir pour satisfaire aux exigences de la science ! La voyageuse révèle avec quelle grande difficulté « on était arrivé à réunir tous ces types : pour en venir à bout, il avait fallu l’intervention des autorités. Pour les femmes surtout, nous avions rencontré des obstacles presque insurmontables ». Elle dénonce la « cupidité » d’une Juive qui, pour le prix d’un rouble, consent « à se dévêtir et à se laisser photographier ». Elle trouve « surprenante » la pudeur de vieilles Bohémiennes qui refusent de se placer devant l’objectif. Enfin, elle ne peut s’empêcher de porter un jugement sur les individus qu’elle voit défiler à Marghellâne devant l’appareil de photographie de son mari : « Les types qui me frappèrent le plus, et que je n’avais pas encore vus, furent les Tiourouks ou Tourks..., passablement laids, mais fervents musulmans31 » ; au contraire, elle avoue avoir rencontré à Andidjan « les Tadjiks les plus beaux [qu’elle ait] vus dans le Ferghanah32 ».

  • 33  Voir Nicolas Bancel et al. (dir.), Zoos humains : de la Vénus hottentote aux « reality shows », Pa (...)
  • 34  Julien Girard de Rialle, « Les Nubiens du Jardin d’acclimatation », La Revue scientifique, vol. 7, (...)

22En dépit de l’élégance de leurs cadres, ces portraits au regard inexpressif, aux lèvres fermées, dénués de tout marqueur significatif (seule la femme usbeg a gardé ses bijoux) évoquent, il faut bien l’avouer, les photographies des fichiers de police. À les examiner, on éprouve une certaine gêne : on n’est pas loin de considérer cette collection comme un zoo imaginaire, qui renvoie aux Nubiens ou aux Esquimaux exhibés à partir de 1877 au Jardin d’acclimatation33, que les anthropologues parisiens viennent étudier sans vergogne (« Ils offrent des moyens d’étude que nos mœurs casanières ne nous permettent que rarement d’aller chercher sur le terrain34 ») et devant lesquels ils émettent des jugements sans aucune retenue.

Les résultats de la mission

  • 35  Sur l’exploitation du patrimoine de l’Asie centrale dans les premières années de la colonisation d (...)
  • 36  Voir la Notice sur le Museum ethnographique des missions scientifiques, rédigée par chacun des mis (...)
  • 37  Voir le Catalogue spécial de l’exposition des sciences anthropologiques, Paris, Imprimerie nationa (...)
  • 38  Charles-Eugène de Ujfalvy, « Quelques observations sommaires sur les races en Asie centrale », Con (...)
  • 39  Charles-Eugène de Ujfalvy, Congrès des sciences anthropologiques de Moscou (août 1879), Résultats (...)

23Alors même que le Turkestan a déjà fait l’objet de nombreuses manifestations culturelles en Russie35, le retour de Charles-Eugène et Marie de Ujfalvy à la fin de l’année 1877 coïncide avec une succession d’expositions et de congrès internationaux à Paris et à Moscou, qui assurent à leurs découvertes une publicité dont ils étaient loin de se douter à Tachkent : Exposition provisoire au musée ethnographique des missions scientifiques36, où la collection ethnographique sera présentée de janvier à mars 1878 ; Exposition universelle internationale de Paris en 187837, où seront exposés les crânes et les photographies anthropologiques. L’anthropologie physique, qui a connu son heure de gloire à l’occasion de ces expositions, a ensuite suscité nombre de commentaires et discussions des sociétés savantes lors des congrès de Paris en 187838 et de Moscou en 187939.

Les races de l’Asie centrale

24Au congrès international des sciences anthropologiques de Paris, Charles-Eugène de Ujfalvy présente les conclusions auxquelles il a abouti : « Il y a deux races en Asie centrale : la race jaune ou mongolique et la race blanche ou éranienne » :

La race blanche est représentée par les Tadjiks des montagnes (Galtchas, et autres Karatéghinois du Pamir).

Les Tadjiks de la plaine se sont mélangés à des turco-mongols de la plaine.

Les Galtchas sont les seuls représentants « presque purs de l’ancienne race blanche qui, depuis les temps les plus reculés, occupent les hautes vallées autour du Pamir ». Ils sont d’une taille moyenne : pour 58 habitants mesurés, il a obtenu une moyenne de 1,67 m. Il en donne une description physique et conclut qu’ils sont hyperbrachycéphales.

Dans la race mongolide, les représentants les plus « purs » seraient les Kalmouks au nord et au sud des monts Thian-Chan. Il en donne une description physique et conclut : « ils sont d’une taille au-dessous de la moyenne : pour une dizaine de Kalmouks mesurés, j’ai obtenu 1,53 m ».

Les peuples turcs de l’Asie centrale (Usbegs, Kirguises, Kara-Kirghises, Kara-Kalpaks, Tiourouks, Kachghariens et Taraantchis) sont tous plus ou moins mélangés de sang éranien.

Enfin, quand un Usbeg ou un Kirghise abandonne le nomadisme pour se fixer dans une ville, ses enfants qui se mélangent avec les habitants des villes deviennent des Sartes.

  • 40  Il annonce sa prochaine publication aux séances de la « Discussion sur l’origine des Aryas » (6 ma (...)

25À partir des observations des types ethniques et des cartes établies dans les différentes régions visitées, Ujfalvy dressera à son retour à Paris une carte ethnographique de l’Asie centrale tout entière40 :

Les Kirghises-Kaïzaks occupent les zones désertiques au nord et les Kara-Kirghises les zones montagneuses à l’est de Tachkend et du Pamir.

Les Tadjiks, les Galtchas habitent dans les zones montagneuses situées au nord et au sud du Ferghanah, ainsi que dans la haute vallée du Zérafchane.

Les Usbegs (Karakalpaks, Tourouks, Sartes, Kouroumas, Kachgariens Tarantchis) dominent dans les plaines du Zerafchane, de Tachkend, de Margehellane, dans la vallée de l’Amou-Daria.

  • 41  Charles-Eugène de Ujfalvy, « Les Galtchas et les Tadjiks », Bulletins de la Société d’anthropologi (...)

26La description, le dénombrement et le classement des différents peuples de l’Asie centrale constituent donc le premier objectif de Charles-Eugène de Ujfalvy. Comme s’il collectionnait les papillons ou les orchidées, il s’est consacré à la seule étude de leurs traits physiques : « L’examen d’un type est, à notre avis, plus important que celui de la langue, quand on veut arriver à déterminer l’origine d’un peuple41. » Il ne porte pas de jugement de valeur sur les différents types ethniques, il n’établit pas la moindre hiérarchie entre les peuples des races éranienne et turco-mongole, car ce qui l’intéresse, ce n’est pas de les comparer entre eux, mais c’est de retrouver parmi eux l’origine des peuples européens.

Le peuple des Galtchas

27Comme ses prédécesseurs – Fedchenko en particulier, dont il suit les itinéraires –, Ujfalvy affirme à plusieurs reprises que le but de son expédition est de retrouver le peuple des Galtchas :

  • 42Bulletin de la Société de géographie, juin 1878, p. 482-503. En 1887, il reviendra encore sur le s (...)

La vallée supérieure du Zérafchâne avec ses mystérieux habitants, les Galtchas ou Tadjiks des montagnes, renferme la solution d’un problème de la plus haute importance par rapport au berceau et au passé de la race aryenne42.

28Lors de la séance du 21 mars 1878 à la Société d’anthropologie, où Ujfalvy révèle l’indice céphalique moyen particulièrement élevé des Galtchas à partir de moyennes obtenues pour 58 mensurations, Paul Topinard conclut :

  • 43  Charles-Eugène de Ujfalvy, « Sur un voyage d’exploration dans le Kohistan [vallée supérieure du Zé (...)

La doctrine que j’ai énoncée tout à l’heure sur la parenté des brachycéphales iraniens, des Slaves et des Celtes me semble presque une réalité ; celle que je viens d’émettre sur la relation des blonds d’Europe et des blonds d’Asie, n’est qu’une hypothèse que l’avenir jugera43.

L’origine des Aryas44

  • 44  « Discussion sur l’origine des Aryas », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 3, (...)
  • 45Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 3, nº 1, 1878, p. 247.

29Au congrès de Moscou, Ujfalvy présente un crâne trouvé dans un ancien cimetière galtcha (dans la Haute-Vallée du Zérafchâne). La comparaison des mesures de l’indice céphalique et de l’indice facial de ce crâne galtcha avec la moyenne de la série des crânes savoyards permet d’affirmer qu’il « est la reproduction parfaite du crâne savoyard ». Il donne la conclusion de Paul Topinard : « L’Éranien des montagnes orientales du Turkestan a donc le type du Savoyard de la montagne. Tous deux se sont maintenus grâce à leur isolement relatif dans des endroits moins accessibles. » Donc le peuple savoyard est venu de l’Asie centrale : « Il n’est pas possible de trouver en craniologie quelque chose de plus décisif45. »

30Les recherches d’Ujfalvy sur les blonds d’Asie centrale permettent aux savants de la Société d’anthropologie de se poser la question du rapport entre la « race » et la langue. L’historien Henri Martin déclare : « Au point de vue linguistique, la famille aryenne est une ; au point de vue anthropologique, elle est double : il y a des Aryas bruns et des Aryas blonds. » À la question de savoir « quelle est la race qui a donné à l’autre le système des langues que nous nommons aryennes ? », Henri Martin répond : 

  • 46Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 3, nº 2, 1879, p. 186.

La race qui a produit la langue sanscrite serait aussi celle à qui aurait appartenu la langue aryaque, la langue primitive, et qui l’aurait communiquée aux tribus blondes, ses anciennes voisines dans l’Asie centrale. Après l’émigration de la masse des Aryas blonds vers le sud, et l’émigration de la plupart des Aryas blonds vers l’ouest, les restes de ces deux familles seraient demeurés mélangés dans l’Asie centrale46.

  • 47  Voir en particulier Claude Blanckaert (dir.), Les Politiques de l’anthropologie : discours et prat (...)

31Pour conforter ses hypothèses de départ, Ujfalvy a donc fait appel aux plus éminents spécialistes de l’École d’anthropologie, Paul Topinard pour la craniologie et Henri Martin pour l’origine des peuples aryens. Tous fondent leurs conclusions sur les seules recherches de l’anthropologie physique et ignorent les anthropologues contemporains dont le nom ni les travaux ne sont jamais cités47.

*

32Au congrès de Moscou, en août 1879, UJfalvy proclame le succès de

l’anthropologie [physique] – jeune science, qui, nous pouvons le dire avec un légitime orgueil, a pris son plus puissant essor en France, grâce aux travaux des savants éminents et grâce aussi à l’École d’anthropologie, institution qui cherche encore sa pareille en Europe.

33L’enthousiasme du savant hongrois renvoie à celui des anthropologues parisiens qui, à la même date, cautionnent et légitiment les premières « exhibitions ethnologiques » du Jardin d’acclimatation, en allant mesurer et photographier les « indigènes » transplantés à Paris. Cependant, dès 1880, ces mêmes anthropologues dénoncent le caractère mercantile et populaire de ces spectacles humains et abandonnent la pratique de l’anthropologie physique. À la suite de cette prise de conscience des savants et de la mort subite de Paul Broca en 1880, Charles-Eugène de Ujfalvy lui-même, lors de ses voyages ultérieurs au pays des Bachkirs et dans le Pamir, ne se livrera plus à des mensurations sur le vivant, au profit d’observations géographiques, archéologiques et ethnologiques.

34L’anthropologie scientiste qui donnait créance aux seuls résultats des observations faites sur des séries limitées d’individus, « jeune science » enfermée sur elle-même et prisonnière de ses méthodes et de ses résultats, ne résiste pas à l’analyse et ne présente plus aujourd’hui qu’un intérêt historique.

Notes

1  Le neveu du tsar Alexandre II, le grand-duc Constantin (1858-1915), protecteur des arts et des sciences, était le président de la Société impériale d’archéologie russe et de la Société impériale de naturalisme, d’anthropologie et d’ethnologie.

2  Le compte rendu de ses recherches sera publié dans Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turkestan, Paris, E. Leroux, 1878-1880 ; il comprend six volumes, accompagnés de tableaux, de cartes, d’illustrations ou de photographies :

1. Le Kohistan, le Ferghanah et Kouldja, avec un appendice sur la Kachgharie...

2. Le Syr-Daria. Le Zérafchâne. Le pays des Sept-rivières et la Sibérie occidentale.

3. Les Bachkirs, les Vêpses et les antiquités finno-ougriennes et altaïques, précédés des résultats anthropologiques d’un voyage en Asie centrale...

4. Atlas anthropologique des peuples du Ferghanah... [photographies collées].

5. Atlas [ethnologique] des étoffes, bijoux, aiguières, émaux, etc. de l’Asie centrale...

6. Atlas archéologique des antiquités finno-ougriennes et altaïques de la Russie, de la Sibérie et du Turkestan...

3  Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turkestan, op. cit., vol. 1, p. XII.

4  Charles-Eugène de Ujfalvy, Aperçu général sur les migrations des peuples et influence capitale exercée sur ces migrations par la race de la Haute-Asie, Paris, Maisonneuve, 1874 ; Charles-Eugène de Ujfalvy, Cours complémentaire de géographie et d’histoire de l’Asie orientale et septentrionale à l’École des langues orientales vivantes. L’ethnographie de l’Asie, Paris, Le Clerc, 1875.

5  Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turkestan, op. cit., vol. 1, p. IV.

6  Paul Broca (1824-1880) a fondé la Société d’anthropologie en 1859, puis la Revue d’anthropologie en 1872 et l’École d’anthropologie de Paris en 1876. Voir l’introduction de Claude Blanckaert dans Paul Broca, Mémoires d’anthropologie, Paris, J.-M. Place, 1989.

7  Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turkestan, op. cit., vol. 1, p. IV.

8Ibid., vol. 2, p. XIV.

9  Paul Broca, Instructions générales pour les recherches et observations anthropologiques, anatomie et physiologie, Paris, E. Martinet, 1865.

10  D’après Paul Broca, l’appareil est spécialement adapté à l’examen sur le vivant.

11  Julien Girard de Rialle, Instructions anthropologiques pour l’Asie centrale, rapport présenté à la Société d’anthropologie dans la séance du 2 juillet 1874, Paris, A. Hennuyer, s.d.

12  Marie de Ujfalvy-Bourdon, « D’Orenbourg à Samarcande. Le Ferghanah, Koulda et la Sibérie Occidentale. Impressions de voyage d’une Parisienne (1876-1878) », Le Tour du monde, Paris, 1879, vol. 1, p. 1-96 ; vol. 2, p. 49-96. Le récit de voyage a paru l’année suivante sous le titre De Paris à Samarkand, le Ferghanah, le Kouldja et la Sibérie occidentale, impressions de voyage d’une Parisienne, Paris, Hachette, 1880.

13  Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turkestan, op. cit., vol. 1, p. IV.

14  Charles-Eugène de Ujfalvy, Résultats anthropologiques d’un voyage en Asie centrale communiqués au Congrès anthropologique de Moscou (août 1879), Paris, E. Leroux, 1880, vol. 3, p. 3.

15  Julien Girard de Rialle, Instructions anthropologiques pour l’Asie centrale, op. cit., p. 2.

16  Marie de Ujfalvy-Bourdon, Le Tour du monde, op. cit., vol. 1, p. 34.

17  Paul Broca, Mémoires d’anthropologie [1866], Paris, Reinwald, 1871, vol. 1, p. 1-41.

18  Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turkestan, op. cit., vol. 1, p. IV.

19Ibid.

20  Marie de Ujfalvy-Bourdon, Le Tour du monde, op. cit., vol. 2, p. 94.

21Ibid., vol. 1, p. 6. 

22Ibid., vol. 2, p. 78.

23Ibid., vol. 2, p. 68-70.

24  Voir les résultats de l’expédition du couple Fedchenko dans le Turkestan nouvellement conquis (1869-1870) dans l’article de Svetlana Gorshenina, « La construction d’une image “savante” du Turkestan russe lors des premières expositions “coloniales” dans l’Empire russe : analyse d’une technologie culturelle du pouvoir », Cahiers d’Asie centrale, nº 17-18, 2009, p. 133-178.

25  Charles-Eugène de Ujfalvy, « Voyage au Zarafchane, au Ferghanah et à Kouldja », Bulletin de la Société de géographie, juin 1878, p. 482-510.

26  Charles-Eugène de Ujfalvy, Résultats anthropologiques d’un voyage en Asie centrale communiqués au Congrès anthropologique de Moscou (août 1879), op. cit., p. 5-34.

27  Charles-Eugène de Ujfalvy, « Les Tadjiks et les Galtchas », Bulletins de la Société d’anthropo-logie de Paris, vol. 3, nº 2, 1879, p. 221-227.

28  À la date de l’expédition, la photographie a remplacé le crayon ou le pinceau du voyageur pour fixer le souvenir aussi bien des paysages, que des scènes de genre ou des personnages. La relation de Marie de Ujfalvy-Bourdon est illustrée de très nombreuses gravures, toutes effectuées d’après photographies : 100 dans le Tour du monde et 250 dans l’ouvrage publié chez Hachette, De Paris à Samarkand, le Ferghanah, le Kouldja et la Sibérie occidentale, impressions de voyage d’une Parisienne.

29  L’Album des types du Turkestan, comprenant 170 photographies de 20 types ethniques du Turkestan russe, par V. Kozlovski, est conservé (sans avoir jamais été publié) à Paris, à la Société de Géographie.

30  Charles-Eugène de Ujfalvy, Expédition scientifique française en Russie, en Sibérie et dans le Turkestan, op. cit., vol. 4, p. 6-7.

31  Marie de Ujfalvy-Bourdon, Le Tour du monde, op. cit., vol. 2, p. 68.

32Ibid., vol. 2, p. 82.

33  Voir Nicolas Bancel et al. (dir.), Zoos humains : de la Vénus hottentote aux « reality shows », Paris, La Découverte, 2002.

34  Julien Girard de Rialle, « Les Nubiens du Jardin d’acclimatation », La Revue scientifique, vol. 7, nº 7, p. 154-157, et Bordier, « Rapport de la commission nommée par la Société d’anthropologie pour étudier les Esquimaux du Jardin d’acclimatation et observations à propos du procès-verbal », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 2, nº 12, 1877, p. 575-586 et 606-608.

35  Sur l’exploitation du patrimoine de l’Asie centrale dans les premières années de la colonisation du Turkestan, voir les publications de Svetlana Gorshenina et en particulier « La construction d’une image “savante” du Turkestan russe lors des premières expositions “coloniales” dans l’Empire russe : analyse d’une technologie culturelle du pouvoir », art. cité.

36  Voir la Notice sur le Museum ethnographique des missions scientifiques, rédigée par chacun des missionnaires scientifiques sur les objets qu’il a rapportés, Paris, Palais de l’Industrie, 1878.

37  Voir le Catalogue spécial de l’exposition des sciences anthropologiques, Paris, Imprimerie nationale, 1878.

38  Charles-Eugène de Ujfalvy, « Quelques observations sommaires sur les races en Asie centrale », Congrès international des sciences anthropologiques tenu à Paris du 16 au 21 août 1878, Paris, Imprimerie nationale, 1880, p. 126-128.

39  Charles-Eugène de Ujfalvy, Congrès des sciences anthropologiques de Moscou (août 1879), Résultats anthropologiques d’un voyage en Asie centrale, Paris, Imprimerie nationale, 1879.

40  Il annonce sa prochaine publication aux séances de la « Discussion sur l’origine des Aryas » (6 mars et 20 mars 1879).

41  Charles-Eugène de Ujfalvy, « Les Galtchas et les Tadjiks », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 3, nº 2, 1879, p. 221-227.

42Bulletin de la Société de géographie, juin 1878, p. 482-503. En 1887, il reviendra encore sur le sujet des Galtchas avec « Quelques observations sur les Tadjiks des montagnes appelés aussi Galtchas », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 1887.

43  Charles-Eugène de Ujfalvy, « Sur un voyage d’exploration dans le Kohistan [vallée supérieure du Zérafchâne] », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 3, nº 1, 1878, p. 113-120.

44  « Discussion sur l’origine des Aryas », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 3, nº 2, 1879, p. 185-214 et 219-232 (séances du 6 mars et du 20 mars 1879, interventions de H. Martin, Topinard, Pietremont, Mme Clémence Royer).

45Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 3, nº 1, 1878, p. 247.

46Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, vol. 3, nº 2, 1879, p. 186.

47  Voir en particulier Claude Blanckaert (dir.), Les Politiques de l’anthropologie : discours et pratiques en France (1860-1940), Paris, L’Harmattan, 2001.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Homme usbeg de face
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21999/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 755k
Titre Illustration 2. Homme usbeg de profil
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21999/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Illustration 3. Homme tadjik de face
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21999/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Illustration 4. Homme tadjik de profil
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21999/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Titre Illustration 5. Femme sarte de face
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21999/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Illustration 6. Femme sarte de profil
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21999/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 740k

Auteur

Marie-Laure Aurenche, professeure agrégée à l’Université Lumière Lyon 2 et membre associée de l’IHRIM (UMR 5317) a consacré ses recherches à la presse illustrée du XIXe siècle. Elle a publié Édouard Charton et l’invention du « Magasin pittoresque », 1833-1870 (Honoré Champion, 2002) et a édité la Correspondance générale, 1824-1890 d’Édouard Charton (Honoré Champion, 2008). Elle est également l’auteure de nombreuses contributions à des colloques et ouvrages collectifs.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search