Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire raciologique en France et en Russie, xixe- xxe siècle

 | 
Sarga Moussa
, 
Serge Zenkine

L’anthropologie physique juive dans l’Empire russe

Marina Mogilner

Texte intégral

  • 1 Traduit du russe par Serge Zenkine.
  • 2  Parmi les études relativement récentes sur la participation des Juifs aux nouveaux discours des sc (...)

1Juxtaposés, les mots « Juifs » et « race » évoquent inévitablement une série d’associations qui aboutit à l’idée de la Shoah1. Les Juifs n’y apparaissent que comme des objets et victimes passifs d’idéologies et pratiques destructrices, caractéristiques de la première moitié du xxe siècle, où la catégorie de « race » a joué un rôle aussi important que funeste. Or ce stéréotype ne s’accorde guère avec un certain nombre de faits bien documentés : à partir du xixe siècle, des Juifs cultivés, surtout des médecins, prirent une part active aux discours scientifiques et politiques caractérisés par l’assomption de la race perçue comme phénomène réel et fondement matériel d’une communauté nationale. Les savants juifs, pour la plupart des positivistes ayant fait des études de médecine ou de sciences naturelles, considéraient la race comme un nouveau cadre conceptuel permettant de réintégrer le peuple juif dispersé, auquel semblaient manquer les bases d’une unité nationale dans un siècle en voie de sécularisation, et où triomphaient les États-nations et les identités collectives fondées sur l’idée de parenté linguistique et de communauté historique. La forte diffusion du discours antisémite n’était pas la seule raison pour pousser les Juifs vers l’appropriation du langage et des théories raciologiques : ils étaient eux aussi à la recherche d’un langage universel, politiquement reconnu et scientifiquement vérifiable, d’un langage qui ne fût plus traditionnel et idiosyncratiquement « juif », mais d’un langage d’autonormalisation d’une nation moderne qui demeurait privée des attributs « nécessaires » : un territoire, une histoire, une langue et une tradition communs2.

  • 3  Ce terme est employé ici non pas au sens d’une « révision » de la Shoah, mais de la tendance à y r (...)
  • 4  Les travaux étudiant la perception des Juifs russes à travers les discours de l’anthropologie raci (...)
  • 5  John M. Efron, Defenders of the Race: Jewish Doctors and Race Science in Fin-De-Siècle Europe, op. (...)
  • 6  Ephraim Fischoff, « Weissenberg, Samuel Abramovich », dans Michael Berenbaum & Fred Skolnik (dir.) (...)

2Pour diverses raisons, peu d’historiens osent écrire l’histoire des « Juifs et de la race » sous un tel aspect, préférant considérer les Juifs uniquement comme l’objet passif d’une science raciologique et de discours raciaux courants. Cette sorte de « révisionnisme3 » n’affecte pas du tout les Juifs de l’ancien Empire russe et l’historiographie relative à cette question est dominée par l’idée selon laquelle cet empire ne connaissait pas d’antisémitisme sous sa forme moderne et raciale ni de discours racial développé en général4. Si les Juifs russes figurent dans les études « révisionnistes », cela arrive surtout dans le débat sur les tendances occidentales d’élaboration d’une identité juive moderne. Ainsi, John Efron, dans son livre sur les « raciologues » juifs en Europe et en Grande-Bretagne vers 19005 consacre un chapitre au spécialiste russe d’anthropologie physique Samuel Weissenberg, que l’Encyclopédie juive caractérise comme « l’anthropologue juif le plus éminent de la première génération, après Cesare Lombroso6 ». Efron le présente comme un anthropologue juif-allemand et interprète ses travaux dans le contexte intellectuel et politique allemand de la fin du xixe et du début xxe siècle. Le fait que Weissenberg ait vécu toute sa vie dans la ville provinciale d’Élisabethgrad (aujourd’hui Kropyvnytsky en Ukraine), à l’intérieur de la zone dite de la « circonscription de sédentarité » juive, et qu’il ait participé activement à la vie scientifique et sociale des Juifs russes, n’est pas pris en compte par Efron.

  • 7  Samuel Weissenberg, « Die südrussischen Juden. Eine anthropometrische Studie », Archiv für Anthrop (...)

3Weissenberg a été le premier spécialiste juif d’anthropologie physique d’origine non occidentale à recueillir des données anthropométriques sur des Juifs non européens. Cette dernière catégorie réunissait, pour lui, les Juifs de la Russie du Sud, du Caucase, du Turkestan et de la Crimée (les Karaïms), de même que ceux de la Palestine, de la Syrie et de l’Égypte7. Il considérait les Juifs russes comme une seule communauté culturelle et nationale, combinant des éléments raciaux européens et asiatiques. L’orientalisation des Juifs est-européens par ceux de l’Europe occidentale le navrait. Son identité ethnique propre, en tant qu’ethnographe, était ambiguë : dans sa langue, qui était celle de l’anthropologie physique et raciale, il parlait du dedans et au nom des groupes juifs faisant l’objet de discours modernes et romantiques qui orientalisaient, voire sous-estimaient ouvertement la civilisation de ces groupes-là. Mais cette identité non occidentale, délibérément choisie par Weissenberg, devait rester marginalisée et refoulée dans sa biographie de savant et de médecin juif.

4Dans les pages qui suivent, je tâcherai de contrer cette tendance orientalisante et d’esquisser les contours du développement de la raciologie juive russe, un projet où les Juifs de l’Empire russe jouèrent un rôle actif en expérimentant différentes variantes de l’identité juive moderne. Je considérerai tant le contexte russe impérial que celui de la politique identitaire proprement juive, en Russie et hors de Russie.

  • 8  Voir, pour plus de détails sur cette école, Marina Mogilner, Homo imperii : histoire de l’anthropo (...)
  • 9  John M. Efron, Defenders of the Race: Jewish Doctors and Race Science in Fin-De-Siècle Europe, op. (...)

5Pour comprendre le rapport spécifique des anthropologues juifs russes au concept de « race », il faut rappeler brièvement l’histoire de l’école libérale d’anthropologie, qui joua un rôle déterminant dans la science raciologique russe de la fin du xixe siècle8. Le milieu des anthropologues de Moscou, en opposition au régime politique dominant, combinait une science institutionnalisée (« normale ») avec une science civile (les sociétés et les associations scientifiques), et admettait volontiers des Juifs en son sein, de même que des représentants de toutes les autres ethnies de l’empire. Les anthropologues libéraux s’opposaient au racisme, en refusant d’identifier la notion de race avec celle de culture, et développaient l’idée d’un « type physique mélangé ». Ils supputaient le niveau de parenté racial entre tous les types physiques de l’empire, dont ils tenaient les frontières pour immuables, et élaboraient leurs classifications raciales sur cette base-là. Le modèle explicatif de John Efron, partant de la thèse selon laquelle les Juifs, exclus de la communauté savante dominante, auraient été forcés de s’approprier la catégorie de race comme une forme d’autodéfense, ne peut pas s’appliquer à ces auteurs-là. Efron caractérise le rapport entre les savants juifs et les spécialistes non juifs en anthropologie raciale comme un rapport colonial. En revendiquant leur droit au discours racial, dit-il, les Juifs subvertissaient « le pouvoir ethnographique » de l’anthropologie européenne à partir de leur situation coloniale9. Ce modèle binaire et univoque déforme cependant la situation réelle de l’anthropologie juive dans l’Empire russe. L’existence même d’anthropologues juifs réputés dans tout l’empire et même à l’étranger, l’admission des Juifs dans le réseau de la société anthropologique la plus influente du pays, abolissaient le cadre colonial décrit par Efron et encourageaient la tendance à utiliser la catégorie de « race » comme une catégorie normalisatrice de l’identité juive moderne.

  • 10  Arcadi Danilovitch Elkind, Evrei : Sravnitel’no-istoritcheskoe issledovanie... (Les Juifs : étude (...)
  • 11  Son diplôme d’officier de santé, décerné par l’Université de Moscou, est conservé aux Archives cen (...)
  • 12  « Le prix d’anthropologie fondé par son altesse impériale le grand-duc Serguei Alexandrovitch, déc (...)
  • 13  « Le prix d’anthropologie fondé par son altesse impériale le grand-duc Serguei Alexandrovitch, déc (...)

6Ainsi, l’une des thèses de doctorat les plus connues en Russie dans le domaine de l’anthropologie raciale, et qui était censée être une réalisation exemplaire des approches de l’école de Moscou, a été écrite sur un sujet « juif » par le savant juif Aron Hirsch (Arcadi Danilovitch, selon la version russe de son nom) Elkind10. Juif acculturé, il avait fait ses études à la faculté de médecine de l’Université de Moscou11 et faisait partie du département anthropologique de la Société impériale des amateurs des sciences naturelles (IOLEAE), le QG de l’école d’anthropologie libérale de Moscou. Dans la hiérarchie informelle de la communauté anthropologique russe, il atteignit le plus haut degré de reconnaissance, devenant en 1914 le secrétaire du département anthropologique moscovite de l’IOLEAE et le rédacteur de la Revue anthropologique russe. Sa confession fut un obstacle à sa carrière universitaire : pour obtenir un poste de professeur, il aurait dû se faire baptiser ; mais il compensa cette limitation par une carrière scientifique de substitution, qu’il mena avec succès dans le réseau russe de l’anthropologie raciale. En 1902, ses collègues lui décernèrent le grand prix du département anthropologique, prix fondé par un antisémite notoire, le grand-duc Serguei Alexandrovitch12. Ce faisant, non seulement ils montrèrent leur indépendance politique et leur objectivité scientifique, mais ils confirmèrent en même temps le bien-fondé de l’étude d’une « race juive » dans le contexte d’une description raciale de toute la population de l’empire. Un autre éminent anthropologue russe d’origine juive, Samuel Weissenberg, sera lui aussi couronné du prix Serguei Alexandrovitch13 quelques années plus tard.

  • 14  Alexei Arsenievich Ivanovski, « Essai de classement anthropologique de la population de la Russie  (...)
  • 15  Voir pour plus de détails : Marina Mogilner, « “La physionomie juive” dans l’Empire russe : les li (...)

7Leur philosémitisme ostentatoire n’empêcha pas les anthropologues russes d’isoler malgré tout les Juifs russes comme l’unique exception dans la famille impériale des « parents raciaux », comme étant la seule race « pure » ne se mélangeant pas avec la population environnante. Les Juifs prenaient place dans un classement des peuples de l’empire s’appuyant sur le critère de parenté raciale, mais ils le faisaient pour une raison spéciale, affichant un degré zéro de parenté avec les autres types physiques14. Ce « fait scientifique » permettait aux savants juifs de se spécialiser uniquement dans l’étude des Juifs, tandis que tous leurs collègues du réseau anthropologique moscovite obéissaient à la règle tacite de ne pas étudier des peuples, mais des territoires et des distributions régionales des types physiques. Cette marginalisation épistémologique des Juifs confinait les explorateurs de leur race dans des problèmes spécifiquement juifs. Malgré l’idéal de l’objectivité scientifique qu’ils partageaient et l’absence de discrimination de la part de leurs collègues anthropologues, les savants juifs, tel Elkind, tout portés qu’ils étaient à s’intégrer complètement dans la culture cosmopolite moderne, se transformaient naturellement en « militants » juifs. Dans le cadre du réseau anthropologique, libéral et orienté vers Moscou, l’emploi ouvert de la raciologie pour la justification des revendications ethniques était catégoriquement prohibé, qu’il s’agisse du nationalisme russe ou d’un autre nationalisme. Seule l’attitude informelle des dirigeants du réseau, leur affirmative action (discrimination positive), assurait un regard tolérant envers un programme juif idéologiquement motivé, dont on retrouve la trace dans leurs études de la « race » juive15.

  • 16  Voir Edward Chamberlain & Sander Gilman (dir.), Degeneration: The Dark Side of Progress, New York, (...)

8La différence « raciale » des Juifs était vue comme un fait avéré – politiquement satisfaisant pour les militants juifs aussi –, comme un argument à l’appui de leur volonté d’auto-affirmation et de normalisation nationales juives. Il n’empêche que l’interprétation négative de la différence juive, liée aux tropes de la « dégénérescence » d’une « race » ancienne et de sa nature fondamentalement non européenne, était bien plus répandue16. Le milieu libéral anthropologique censurait le thème de la dégénérescence juive à cause de ses inévitables connotations antisémites. De ce fait, les anthropologues juifs qui en faisaient partie se trouvaient dans une situation ambiguë : d’une part, dans leur cercle étroit, la race juive était reconnue comme un objet légitime de recherche et un phénomène physique réel, la base potentielle d’une nation ; d’autre part, les conclusions des explorateurs de cette race, même présentées dans le langage objectif des mesures, prenaient inévitablement un tour politique. Il valait donc mieux étudier les Juifs d’une manière descriptive, sans entrer dans une polémique à sous-entendus idéologiques trop évidents. Les anthropologues juifs russes croyaient s’occuper d’une science objective et n’admettaient pas d’abus méthodologiques ni de manipulations ouvertes des données anthropométriques. Cependant, la manière dont ils construisaient l’objet de leur intérêt scientifique, à savoir le Juif, n’était pas du tout neutre, et c’est là que se concrétisait leur politique d’interprétation.

  • 17  « L’étude anthropologique des Juifs et la discussion d’A.D. Elkind », art. cité, p. 232.
  • 18  Arcadi Danilovitch Elkind, Les Juifs : étude d’anthropologie comparée, surtout d’après l’observati (...)

9La thèse de doctorat d’Elkind est très curieuse, de ce point de vue. L’auteur présentait l’objet de son étude, les Juifs du Royaume polonais (une partie de l’Empire russe), comme des Juifs « européens », en leur opposant les Juifs « allotypiques » de l’Asie centrale russe et du Caucase, qui s’écarteraient du type racial juif de l’Europe. Autrement dit, pour accentuer la normalité raciale d’une partie des Juifs russes et leur conformité aux critères de la « modernité européenne civilisée », Elkind orientalisait une autre partie de ces Juifs, en les excluant du corps collectif juif. Il faut tenir compte du fait que l’opposition orientalisante de « l’Europe » et de « l’Asie » ne faisait pas partie des idéologèmes principaux de l’école anthropologique de Moscou, à laquelle appartenait Elkind. D’une manière générale, ces anthropologues libéraux cherchaient à éviter les oppositions et les hiérarchies culturelles. Le chef de file de leur réseau et directeur de thèse d’Elkind, l’académicien Dmitri Anoutchine, reprochait même à son disciple d’employer un langage culturel dans une thèse d’anthropologie17. Il réagit notamment au propos d’Elkind selon lequel son étude invalidait « la vision antérieure, attribuant aux Juifs une organisation physique différente des peuples cultivés18 ». Anoutchine, voulant préserver le caractère technologique et politiquement neutre de la méthode anthropologique, discernait avec clairvoyance une ambiguïté dans cette phrase :

  • 19  « L’étude anthropologique des Juifs et la discussion d’A.D. Elkind », art. cité, p. 232.

[...] l’auteur affirme que l’organisation physique des Juifs est soumise au même rythme d’évolution que celle des « autres peuples cultivés » ; les « quelques particularités somatiques » qui leur sont propres se sont développées sous l’influence du « milieu ». L’expression « les autres peuples cultivés » n’est pas tout à fait claire : d’abord, le rythme d’évolution de tous les peuples cultivés n’est pas également bien étudié, et puis, qu’est-ce que la culture a à faire ici19 ?

10Sans l’autocensure sincère et suivie d’Elkind et sans l’optique normalisatrice de l’anthropologie libérale qui ne permettait pas de voir dans un Juif intégré au réseau anthropologique impérial un « subalterne » qui aurait appris le langage de l’analyse raciale afin de réaliser secrètement un programme national, sans tout cela, la fixation d’Elkind sur la « culture » aurait pu devenir un problème grave. Bien dissimulée dans le texte d’un ouvrage exemplairement anthropologique, la « culture » était néanmoins un concept de première importance pour le candidat.

  • 20  Arcadi Danilovitch Elkind, « Les Juifs, étude d’anthropologie comparée » (en russe), RAR, vol. 10, (...)

11Avec d’autres anthropologues juifs, Elkind insistait sur les causes culturelles (donc temporaires et remédiables) des « défauts » raciaux du corps juif, caractérisé habituellement par un thorax étroit et en général par une constitution physique chétive, des pathologies psychiques et une table de morbidité spécifiquement « organiques », par une féminité corporelle et mentale et une « physionomie juive » universellement reconnaissable, dévoilant (selon les discours antisémites) des atavismes raciaux et des indices de dégénérescence. Elkind se distingue des autres en établissant la différence entre Juifs du Caucase et de l’Asie centrale d’après un autre répertoire de traits distinctifs, mais les idées de stagnation et de reconnaissance universelle d’un groupe physiquement marqué y dominaient aussi : les Juifs « allotypiques » étaient condamnés à la stagnation avec tout « l’Orient » comme civilisation20.

12On retrouve une logique similaire, avec une interprétation différente, dans les textes anthropologiques de Samuel Weissenberg, collègue d’Elkind et aux antipodes idéologiques de ce dernier. Weissenberg soutenait le programme autonomiste de Simon Doubnov, contribua à l’entreprise d’Ansky (pseudonyme de Semion Rappoport) pour la collecte de l’ethnographie juive, et inclinait à considérer tous les Juifs russes comme une seule communauté, bien qu’hétérogène. Le type physique du Juif russe, selon Weissenberg, n’avait guère à voir avec le type sémitique et, de même que tous les types physiques de l’anthropologie libérale, il était mélangé. Ce facteur-là, Weissenberg le traitait comme le trait européen principal des Juifs russes. Ceux-ci auraient acquis leur aspect racial définitif au cours de leurs migrations à travers le Caucase ; ils seraient donc des Caucasiens classiques. Il s’ensuivait que ce n’étaient pas les Juifs de l’Occident, figés dans leur évolution, mais les Juifs de l’Europe de l’Est, avec leur riche histoire biologique et culturelle et avec leur évolution dynamique et moderne, qui étaient les vrais fondateurs et porteurs de la tradition juive européenne.

  • 21  Sur l’automobilisation juive, avant la révolution, autour de l’idéal d’un corps juif sain comme ba (...)
  • 22  Gari Pozin, « Histoire de la Société de préservation de la santé de la population juive (1912-1921 (...)
  • 23  Voir Marina Mogilner, « La race juive dans le pays des Soviets » (en russe), Neprikosnovenny zapas(...)
  • 24  Vladimir (Zeev) Jabotinski, « Lettre sur l’autonomisme » (en russe), Evreiskaya jisn’, nº 6, 1904, (...)

13Quelle que soit la position que prenaient dans ce débat les anthropologues juifs, l’obsession du corps juif était partagée aussi bien par de grands savants comme Weissenberg et Elkind, par des milliers de médecins juifs, bien préparés à entendre des arguments biosociaux des rédacteurs d’une revue comme La Voix médicale juive à Odessa, que par des militants de sociétés médicales juives qui commençaient à se séparer des sociétés médicales russes après la première révolution des 1905-190721. Paradoxalement, ce furent les Juifs de l’Empire russe qui s’approchèrent le plus de l’idéal du contrôle de la population qui devait se réaliser pleinement, d’une part, dans les pays les plus préoccupés d’eugénisme pendant l’entre-deux-guerres (la Grande-Bretagne, les États-Unis), et d’autre part, dans l’Allemagne hitlérienne. Un discours racial scientifiquement avancé se combinait chez eux avec un mouvement de masse pour l’assainissement du corps national juif, culminant en 1912 avec la fondation de la OZE, la Société de préservation de la santé de la population juive22, avec un mouvement de sport national, un culte de l’idéal esthétique du « Nouveau Juif » dans l’esprit de Max Nordau, une collecte largement répandue des statistiques anthropométriques et avec l’élaboration des programmes d’amélioration de la « biologie » des Juifs de la nouvelle génération23. Avant la révolution de 1917, la réalisation politique la plus complète de ce programme eut lieu dans la version russe du sionisme. Selon un représentant charismatique de ce mouvement, Vladimir (Zeev) Jabotinski, « le sentiment de l’originalité nationale se trouve dans “le sang” de l’homme, dans son type physico-racial, et seulement là24 ». Mais le projet de soviétisation des Juifs russes, élaboré dans les années 1920 par d’anciens militants de l’OZE – des médecins juifs, dans des ouvrages collectifs comme Questions de biologie et de pathologie juives (1923-1930), un projet très éloigné du sionisme politique et de tout territorialisme en général – n’en était pas moins fondé sur les idées d’une spécificité raciale juive et de la nécessité d’une politique spéciale et nationale de la population juive.

  • 25  Zvi Gitelman, A Century of Ambivalence: The Jews of Russia and the Soviet Union, 1881 to the Prese (...)
  • 26  Terry Martin, The Affirmative Action Empire: Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-193 (...)
  • 27  Référence à Freud, Malaise dans la civilisation [n.d.t.].

14Le nouveau contexte politique et idéologique et la mise en place par le nouveau régime d’une affirmative action empire sur les ruines de l’ancien empire appelé « prison des peuples » n’ont pas pour autant amené à une résolution du problème de l’identité nationale juive dans le cadre du projet soviétique de modernisation25. C’est pourquoi l’imaginaire racial et le langage biomédical sont restés des instruments efficaces de dialogue entre les Juifs russes / soviétiques et le nouveau pouvoir, aussi bien que dans la communauté juive internationale. En réglant son compte à l’héritage impérial, le nouveau régime n’éliminait pas l’hétérogénéité impériale, mais la systématisait et la rationalisait à nouveau, en cherchant à minimiser le caractère hybride et ambivalent des identités postcoloniales26. Dans ce contexte-là, la fixation juive sur la « race » non seulement gardait le potentiel d’auto-mobilisation juive d’avant la Révolution, mais contrait les prétentions de l’État à un contrôle idéologique et politique total et posait d’autres cadres de liberté de création intellectuelle et d’imagination sociale. Même adapté aux réalités soviétiques et traduit dans la langue « bolcheviste », le discours de la « race juive » faisait toujours partie de la culture moderniste de la fin du xixe siècle et du début du xxe, fixée sur le corps et la force physique, avec son « narcissisme des menues différences27 » et son orientation vers une norme nationale.

15En 1928, l’État s’est mis activement à normaliser les Juifs, en leur octroyant à cette fin des cadres d’autonomie territoriale – d’abord sous la forme d’un département juif autonome, et, depuis 1934, sous la forme d’une région autonome juive à l’Extrême-Orient de l’URSS – et un modèle de soviétisation politique sur des bases communes à tous les peuples dits « petits ». Le président du Soviet suprême de l’URSS, Mikhaïl Kalinine, l’expliquait comme suit, en donnant de nouveaux accents à la préoccupation juive concernant les problèmes de régénération physiologique de la nation :

  • 28  Mikhaïl Kalinin, Ob obrazovanii evreiskoi avtonomnoi oblasti (Sur la constitution d’une région aut (...)

[...] nous avons beaucoup de Juifs, [...] c’est la seule nationalité de l’Union soviétique qui compte jusqu’à trois millions de population et qui n’a pas de formation étatique. [...] La nationalité juive de Birobidjan n’aura plus les traits des petits Juifs des mestetchki [petites villes] [...] parce qu’elle forme maintenant des « colonisateurs » socialistes des terres libres et riches, avec de gros poings et de fortes dents28.

16Cette description, presque à la manière de Kipling, des Juifs de Birobidjan, « avec de gros poings et de fortes dents », ne laissait pas de doute sur le fait que les Juifs, en tant que nation soviétique, ne pouvaient se constituer que comme une troupe de colonisation communiste (et non plus sous la forme d’une auto-colonisation à travers un discours sur la rénovation raciale), dans des cadres territoriaux (« la nation juive de Birobidjan ») et idéologiques sans lien avec le passé juif. Ce devait être désormais une nation dirigée par l’État soviétique, et non plus par une société professionnelle juive, munie d’un projet d’auto-normalisation idiosyncrasique.

17Aussi paradoxal que cela puisse paraître, dans le contexte des premières années soviétiques, le langage organiciste de la « race juive », issu de la culture fin de siècle, laissa plus de chances à la manifestation d’une hétérogénéité postcoloniale de l’identité juive russe que le langage constructiviste du projet d’une nation juive soviétique et territoriale.

Notes

1 Traduit du russe par Serge Zenkine.

2  Parmi les études relativement récentes sur la participation des Juifs aux nouveaux discours des sciences sociales (sociologie, anthropologie, psychanalyse) et de la médecine, voir John M. Efron, Defenders of the Race: Jewish Doctors and Race Science in Fin-De-Siècle Europe, New Haven / Londres, Yale University Press, 1994 ; Pierre Birnbaum, « French Jewish Sociologists between Reason and Faith: The Impact of the Dreyfus Affair », Jewish Social Studies, vol. 2, nº 2, 1995, p. 1-35 ; Bryan Cheyette & Laura Marcus (dir.), Modernity, Culture and “the Jew”, Cambridge, Polity, 1998 ; Sander Gilman, The Jew’s Body, New York, Routledge, 1996 ; Norman L. Kleeblatt (dir.), Too Jewish? Challenging Traditional Identities, New York, Jewish Museum, 1996 ; Eric L. Goldstein, « “Different Blood Flows in our Veins”: Race and Jewish Self-definition in Late Nineteenth-Century America », American Jewish History, vol. 85, nº 1, 1997, p. 29-55 ; Gelya Frank, « Jews, Multiculturalism, and Boasian Anthropology », American Anthropologist, nº 99, 1997, p. 731-745 ; Mitchell B. Hart, « Racial Science, Social Science, and the Politics of Jewish Assimilation », Isis, nº 90, 1999, p. 268-297 ; Matthew Frye Jacobson, Whiteness of a Different Color: European Immigrants and the Alchemy of Race, Cambridge, Harvard University Press, 1998 ; Michael Stanislawski, Zionism and the Fin-De-Siècle: Cosmopolitanism and Nationalism from Nordau to Jabotinsky, Berkeley / Los Angeles / Londres, University of California Press, 2001 ; Todd Samuel Presner, « “Clear Heads, Solid Stomachs, and Hard Muscles ”: Max Nordau and the Aesthetics of Jewish Regeneration », Modernism/modernity, vol. 10, nº 2, 2003, p. 269-296 ; Jeffrey Feldman, « The Jewish Roots and Routes of Anthropology », Anthropological Quarterly, nº 77, 2004, p. 107-125 ; Sergei Kan, Lev Shternberg. Anthropologist, Russian Socialist, Jewish activist, Lincoln, University of Nebraska Press, 2009 ; Marina Mogilner, « Russian Imperial Contexts of the Search for the “Jewish Race» », dans Andrzej Nowak (dir.), Imperial Victims-Empires as Victims: 44 Views, Cracovie, Arcana, 2010, p. 130-138.

3  Ce terme est employé ici non pas au sens d’une « révision » de la Shoah, mais de la tendance à y réduire l’histoire moderne des Juifs [n.d.t.].

4  Les travaux étudiant la perception des Juifs russes à travers les discours de l’anthropologie raciale, de la médecine, de la statistique et de la démographie modernes, sont très peu nombreux : Eugene Avrutin, « The Power of Documentation: Vital Statistics and Jewish Accommodation in Tsarist Russia », Ab Imperio, nº 4, 2003, p. 271-300 ; Eugene Avrutin, « Racial Categories and the Politics of (Jewish) Difference in Late Imperial Russia », Kritika: Explorations in Russian and Eurasian History, vol. 8, nº 1, 2007, p. 13-40 ; Eugene Avrutin, Jews and the Imperial State: Identification Politics in Tsarist Russia, Ithaca, Cornell University Press, 2010 ; ChaeRan Y. Freeze, Jewish Marriage and Divorce in Imperial Russia, Hanovre, University Press of New England for Brandeis University Press, 2002 ; Jonathan Frankel, Prophecy and Politics: Socialism, Nationalism and the Russian Jews, 1962-1917, Cambridge, Cambridge University Press, 1981 ; Sergey Kan, Lev Shternberg: Anthropologist, Russian Socialist, Jewish Activist, Lincoln, University of Nebraska Press, 2009 ; Marina Mogilner, « L’anthropologie juive en Russie dans le contexte des études raciologiques européennes » (en russe), dans O. Boudnitsky (dir.), Istoria i koultura rossiyskogo I vostotchnoevropeyskogo evreystva : novye istotchniki, novye podkhody, Moscou, Dom evreiskoi knigi, 2004, p. 116-143 ; Benjamin Nathans, Beyond the Pale: The Jewish Encounter with Late Imperial Russia, Berkeley, University of California Press, 2002 ; Yohanan Petrovsky-Shtern, Jews in the Russian Army, 1827-1917: Drafted into Modernity, Cambridge, Cambridge University Press, 2008 ; Eli Weinerman, « Racism, Racial Prejudice and Jews in Late Imperial Russia », Ethnic and Racial Studies, vol. 17, nº 3, 1994, p. 442-495.

5  John M. Efron, Defenders of the Race: Jewish Doctors and Race Science in Fin-De-Siècle Europe, op. cit.

6  Ephraim Fischoff, « Weissenberg, Samuel Abramovich », dans Michael Berenbaum & Fred Skolnik (dir.), Encyclopaedia Judaica, Detroit, Macmillan Reference USA, 2007, vol. 20, p. 738.

7  Samuel Weissenberg, « Die südrussischen Juden. Eine anthropometrische Studie », Archiv für Anthropologie XXIII, nº 3-4, 1895, p. 347-423, 531-579 ; « Krankheit und Tod bei den südrussischen Juden », Globus, vol. 91, nº 23, 1907, p. 357-363 ; « Das neugeborene Kind bei den südrussischen Juden », Globus, vol. 93, nº 6, 1908, p. 85-88 ; « Das jüdische Rassenproblem », Zeitschrift für Demographie und Statistik der Juden, vol. 1, nº 5, 1905, p. 4-8 ; « Der jüdische Typus », Globus, vol. 97, nº 20, 1910, p. 309-311 ; nº 21, 1910, p. 328-331 ; « Les Karaïms » (en russe), Rousskiy antropologuitcheskiy journal (RAR), vol. 17-18, nº 1-2, 1904, p. 66-75 ; « Materials for the Physical Anthropology of the Eastern European Jews » (Comptes rendus de l’article de Maurice Fishberg, en anglais et en russe), Annals of the N.Y. Academy of Sciences, vol. 16, 1905, RAR, vol. 25-26, 1907, p. 256-257 ; « Maurice Fischberg, Beiträge zur physischen Anthropologie der nordafrikanischen Juden », Zeitschrift für Demographie und Statistik der Juden, RAR vol. 25-26, 1907, p. 258-259 ; « Les Juifs du point de vue de l’anthropologie » (en russe), Boudouchtchnost’, nº 9, 1900, p. 5-11 ; « Les Juifs en tant que race » (en russe), Evreiskiy meditsinskiy golos, nº 2-4, 1908, p. 157-162 ; « Sur le type anthropologique des Juifs » (en russe), Etnografitcheskoe obozrenie, nº 1-2, 1914, p. 283-284 ; « Les Juifs caucasiens sous le rapport anthropologique » (en russe), RAR, vol. 30-31, nº 2-3, 1912, p. 137-163 ; « Les foyers ethniques historiques du Caucase et de la Crimée (rapport d’un voyage daté 1912) » (en russe), Evreiskaya starina, 1913, p. 51-60 ; « L’évolution de la population juive de Zinovievsk en 1901-1925 » (en russe), Voprosy biologii i pathologii evreev, nº 2, 1928, etc.

8  Voir, pour plus de détails sur cette école, Marina Mogilner, Homo imperii : histoire de l’anthropologie physique russe (en russe), Moscou, Novoe literatournoe obozrenie, 2008 ; Marina Mogilner, Homo Imperii: A History of Physical Anthropology in Russia, Lincoln / Londres, University of Nebraska Press, 2013 ; Marina Mogilner, « Russian Physical Anthropology of the Nineteenth – Early Twentieth Centuries: Imperial Race, Colonial Other, Degenerate Types, and the Russian Racial Body », dans Ilya Gerasimov et al. (dir.), Empire Speaks Out: Languages of Rationalization and Self-Description in the Russian Empire, Leyde, Brill, 2009, p. 155-189.

9  John M. Efron, Defenders of the Race: Jewish Doctors and Race Science in Fin-De-Siècle Europe, op. cit.

10  Arcadi Danilovitch Elkind, Evrei : Sravnitel’no-istoritcheskoe issledovanie... (Les Juifs : étude d’anthropologie comparée, surtout d’après l’observation des Juifs polonais), Izvestia IOLEAE, nº 104, 1903, p. 1-458. Voir aussi « L’étude anthropologique des Juifs et la discussion d’A.D. Elkind » (en russe), Zemlevedenie, nº 1-2, 1913, p. 230.

11  Son diplôme d’officier de santé, décerné par l’Université de Moscou, est conservé aux Archives centrales historiques de Moscou, fonds 418, inventaire 90, feuillet 709, 8.

12  « Le prix d’anthropologie fondé par son altesse impériale le grand-duc Serguei Alexandrovitch, décerné à A.D. Elkind pour son étude Les Juifs (en russe), RAR, vol. 11, nº 3, 1902, p. 117-119.

13  « Le prix d’anthropologie fondé par son altesse impériale le grand-duc Serguei Alexandrovitch, décerné au docteur S.A. Weissenberg » (en russe), RAR, vol. 30-31, nº 2-3, 1912, p. 187-189.

14  Alexei Arsenievich Ivanovski, « Essai de classement anthropologique de la population de la Russie » (en russe), RAR, vol. 15-16, nº 3-4, 1903, p. 107-165. Pour plus de détails, voir Marina Mogilner, Homo imperii : histoire de l’anthropologie physique russe, op. cit.

15  Voir pour plus de détails : Marina Mogilner, « “La physionomie juive” dans l’Empire russe : les limites de la colonisation et de l’auto-colonisation dans l’anthropologie des Juifs russes » (en russe), dans Alexandre Etkind, Dirk Uffelmann & Ilya Kukulin (dir.), Tam, vnoutri. Praktiki vnoutrennei kolonisatsii v koultournol istorii Rossii (Là-bas, à l’intérieur : pratiques de colonisation interne dans l’histoire culturelle de la Russie), Moscou, Novoe literatournoe obozrenie, 2012, p. 376-412.

16  Voir Edward Chamberlain & Sander Gilman (dir.), Degeneration: The Dark Side of Progress, New York, Columbia University Press, 1985 ; Sander Gilman, The Jew’s Body, op. cit. ; Mitchell B. Hart, « Racial Science, Social Science, and the Politics of Jewish Assimilation », Isis, nº 90, 1999, p. 268-297 ; Paul Weindling, Health, Race, and German Politics between National Unification and Nazism, 1870-1945, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; Matthew Fry Jacobson, Whiteness of a Different Color: European Immigrants and the Alchemy of Race, Cambridge, Harvard University Press, 1998.

17  « L’étude anthropologique des Juifs et la discussion d’A.D. Elkind », art. cité, p. 232.

18  Arcadi Danilovitch Elkind, Les Juifs : étude d’anthropologie comparée, surtout d’après l’observation des Juifs polonais (en russe), op. cit., p. 42.

19  « L’étude anthropologique des Juifs et la discussion d’A.D. Elkind », art. cité, p. 232.

20  Arcadi Danilovitch Elkind, « Les Juifs, étude d’anthropologie comparée » (en russe), RAR, vol. 10, nº 3, 1902, p. 1-44.

21  Sur l’automobilisation juive, avant la révolution, autour de l’idéal d’un corps juif sain comme base d’une nation moderne, voir Marina Mogilner, « Toward a History of Russian-Jewish “Medical Materialism”: Russian-Jewish Physicians and the Politics of Jewish Biological Normalization », Jewish Social Studies, vol. 19, nº 1, 2012, p. 70-106.

22  Gari Pozin, « Histoire de la Société de préservation de la santé de la population juive (1912-1921) » (en russe), Materialy XVI ejegodnoi mejdounarodnoi mejdistsiplinarnoi konferentsii po ioudaike, vol. 3, nº 27, 2009, p. 78-98. Voir aussi Gari Pozin, Obchtchestvo sokhranenia zdorovia evreyskogo naselenia (La Société de préservation de la santé de la population juive. Documents, faits, noms), Saint-Pétersbourg, Tetra, 2007.

23  Voir Marina Mogilner, « La race juive dans le pays des Soviets » (en russe), Neprikosnovenny zapas, vol. 78, nº 4, 2001, p. 167-191.

24  Vladimir (Zeev) Jabotinski, « Lettre sur l’autonomisme » (en russe), Evreiskaya jisn’, nº 6, 1904, p. 116.

25  Zvi Gitelman, A Century of Ambivalence: The Jews of Russia and the Soviet Union, 1881 to the Present, Bloomington, Indiana University Press, 2011.

26  Terry Martin, The Affirmative Action Empire: Nations and Nationalism in the Soviet Union, 1923-1939, Ithaca, Cornell University Press, 2001 ; Francine Hirsch, Empire of Nations: Ethno-graphic Knowledge and the Making of the Soviet Union, Ithaca, Cornell University Press, 2005.

27  Référence à Freud, Malaise dans la civilisation [n.d.t.].

28  Mikhaïl Kalinin, Ob obrazovanii evreiskoi avtonomnoi oblasti (Sur la constitution d’une région autonome juive), Moscou, OZET, 1935. Cité d’après Feliks Kandel, Kniga vremion i sobytiy (Livre des temps et des événements : histoire des Juifs de l’Union soviétique, 1917-1939), Jérusalem / Moscou, Gesharim / Mosty koultoury, 2002, vol. 3, p. 228-229.

Auteur

Marina Mogilner est professeure à l’Université de l’État d’Illinois à Chicago. Ses intérêts portent sur l’histoire des savoirs, l’histoire juive, l’épistémologie et la politique raciale en Russie impériale et en URSS. Son livre le plus récent est Homo Imperii: A History of Physical Anthropology in Russia (University of Nebraska Press, 2013). Elle est aussi co-directrice de la revue trimestrielle Ab Imperio.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search