Version classiqueVersion mobile

Les bobos n’existent pas

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Anaïs Collet
, 
Colin Giraud
, 
et al.

Dynamique et diversité des classes moyennes dans la métropole parisienne

Edmond Préteceille

Texte intégral

  • 1 L’auteur remercie Alain Chenu, Bruno Cousin, Marco Oberti et un lecteur anonyme pour leurs remarqu (...)

1L’objectif de ce chapitre1 est de confronter la catégorie des « bobos » à l’analyse sociologique des classes moyennes et de leur évolution dans la métropole parisienne, lieu principal de concentration des bobos si l’on en juge par les médias qui adorent enquêter sur les mœurs de cette espèce. La tâche n’est pas simple car, comme d’autres chapitres de ce livre le montrent, la catégorie est mouvante et son indétermination est sans doute un élément majeur de son succès médiatique et politique. Succès qui participe implicitement de la dénégation des analyses sociologiques des classes sociales et de la stratification, comme il va avec la promotion des représentations du social liées aux styles de vie, aux affirmations identitaires par l’esthétique, etc. dans le fil des discours postmodernes.

2Dans la version originale de l’ouvrage de David Brooks (2000), les bobos appartiennent, comme le souligne son sous-titre, « the new upper class and how they got there [la nouvelle classe supérieure et comment ils sont arrivés là] », d’abord à la classe supérieure. Ce sont des chefs d’entreprise ou professionals hautement qualifiés et à hauts revenus qui se distinguent de l’élite traditionnelle par leur tenue vestimentaire et leurs orientations morales et esthétiques héritées de la contre-culture de leurs années universitaires. Ils sont effectivement bourgeois, mais également bohèmes par certains aspects de leurs goûts culturels. Dans la version française adaptée par les médias, la mise au point est moins nette, l’objectif est tourné plus vers le bas, vers les classes moyennes. Les bobos ne sont plus aussi clairement des bourgeois, ne roulent plus en Porsche et ne dirigent plus des entreprises florissantes ; ils font du roller, piquent-niquent le long du canal Saint-Martin ou fréquentent les bistros de la rue Oberkampf.

3Selon certains auteurs, les bobos ne se définissent que par leur « style de vie », choisi et fluide, dans une perspective postmoderne ; là où d’autres en font au contraire un nouvel élément majeur de la configuration des classes sociales. Nous partirons ici d’une analyse aussi précise que possible de la place des nouvelles classes moyennes et de leur évolution dans la société urbaine, en examinant les profondes transformations économiques et sociales de la métropole parisienne au cours des dernières décennies, pour voir comment ces transformations se recoupent ou non avec le récit de l’émergence des bobos.

4Dans une première partie, nous proposerons des éléments de définition théorique et empirique des classes moyennes, en nous appuyant sur les débats sociologiques récents et sur les données empiriques qui permettent de repérer et de caractériser leurs différentes composantes, en particulier dans leur rapport à la classe supérieure et aux classes populaires, et en utilisant autant que possible les catégories socioprofessionnelles (CS) détaillées qui permettent de cerner cette diversité.

5Dans la deuxième partie, nous montrerons la place des classes moyennes dans les évolutions d’ensemble de la structure sociale de la métropole parisienne, en montrant d’abord avec les catégories socioprofessionnelles agrégées comment cette métropole est passée en un demi-siècle d’une ville où les classes populaires étaient largement majoritaires et les ouvriers la catégorie socioprofessionnelle la plus nombreuse à une ville où les classes moyennes et supérieures sont majoritaires. L’examen des CS détaillées permettra ensuite de préciser les différentes composantes de cette évolution. Nous esquisserons enfin une analyse d’autres facteurs de diversité des classes moyennes, principalement l’origine sociale et l’origine nationale, qui sont particulièrement importantes à prendre en compte pour comprendre le rapport aux autres classes sociales.

6Dans la troisième partie, nous étudierons la dimension spatiale de ces transformations, en discutant, d’abord, l’évolution de la ségrégation urbaine entre les différentes catégories sociales. Nous examinerons ensuite l’évolution des profils sociaux des quartiers en nous appuyant sur la typologie socioprofessionnelle de ceux-ci en 1999, 2008 et 2013. Nous montrerons enfin l’évolution de la localisation urbaine des différentes composantes des classes moyennes.

Définition théorique et approche empirique des classes moyennes

7Cela fait plus d’un siècle que des sociologues ont reconnu l’existence, dans les sociétés capitalistes, de classes moyennes, au sens où elles bénéficiaient de conditions de vie meilleures que celles de la classe ouvrière, sans avoir ni le pouvoir ni la richesse de la classe capitaliste (pour des éléments historiques, voir Bosc, 2008 ; Chauvel, 2006). Après la Seconde Guerre mondiale, c’est Charles Wright Mills qui, le premier, a souligné la forte croissance de ces classes dans une économie où les services connaissaient une expansion importante, tant pour la bureaucratie de gestion que pour les activités commerciales (Mills, 1951).

8En France, les débats se sont surtout développés à partir des années 1970, avec la reconnaissance de l’importance nouvelle des classes moyennes salariées dans l’économie, mais aussi dans la culture et dans le champ politique, avec des approches diverses (Baudelot, Establet & Malemort, 1974 ; Poulantzas, 1974 ; Bourdieu, 1979 ; Boltanski, 1982 ; Bidou, 1984 ; Mendras, 1988). Ils présentaient deux positions théoriques différentes. La première rattachait les nouvelles classes moyennes salariées à la catégorie traditionnelle de la petite-bourgeoisie, éventuellement spécifiée comme nouvelle, ce qui revenait à garder le schéma marxiste classique d’une division de la société capitaliste en deux classes principales, la petite-bourgeoisie ancienne et nouvelle constituant une troisième classe secondaire et plutôt alliée de la bourgeoisie dans le rapport de domination binaire. La seconde position reconnaissait l’émergence d’une catégorie sociale nouvelle, résultant de la croissance de l’économie des services et des transformations de la division du travail. Ces débats faisaient ensuite apparaître une diversité de points de vue quant à la capacité de ces classes moyennes à se constituer en une classe (en soi et pour soi) et quant à la position de ces classes par rapport au conflit de classe entre capital et travail.

9Quarante ans plus tard et étant donné les nombreux travaux produits sur les classes moyennes dans différents pays, il nous semble acquis que les classes moyennes françaises constituent un ensemble nouveau de catégories sociales non analysables en tant que petite-bourgeoisie puisqu’elles sont principalement salariées et non-propriétaires de moyens de production. Elles sont de moins en moins nombreuses à constituer des échelons intermédiaires de la hiérarchie de la domination capitaliste dans la production (l’ingénieur et le contremaître d’autrefois), dans l’administration (le chef de service et le chef de bureau) et dans la circulation marchande. Elles sont de plus en plus nombreuses en revanche à être des producteurs directs de biens ou de services, avec des fonctions hiérarchiques absentes ou secondaires : ingénieurs de conception de projet, informaticiens et programmeurs, designers, enseignants, infirmières, etc. Parce que leur productivité est devenue une composante majeure de la productivité dans l’entreprise, ces catégories sont de plus en plus soumises à des contraintes de temps, d’horaires, d’intensité, d’évaluation, de mise en concurrence, de précarité, qui étaient auparavant réservées aux ouvriers et qui sont maintenant généralisées dans les nouvelles méthodes de management (Boltanski & Chiapello, 1999) qui se sont étendues du secteur privé au secteur public avec la nouvelle gestion publique (le new public management anglo-américain).

10Pour autant, si ces évolutions économiques cessent d’en faire des catégories privilégiées supplétives de la classe dominante – une position qui justifiait l’appellation de « service class » retenue par Erikson et Goldthorpe (1992), laquelle semble aujourd’hui inadaptée pour la majorité d’entre elles – et les rapprochent en partie des classes populaires, les classes moyennes ne sont pas toutes dans une position neutre par rapport aux classes populaires dans les rapports de production. D’une part, certaines d’entre elles conservent au moins partiellement une fonction hiérarchique d’encadrement des catégories d’exécution – trait qui est retenu par Erik Olin Wright (1985) pour définir les classes moyennes comme ambivalentes par rapport au rapport de classes principal. D’autre part, pour celles qui sont productrices de services à destination des classes populaires, les rapports de service peuvent inclure des éléments de contrainte et de domination pratique ou symbolique des usagers, soit par un modèle de pratique imposé institutionnellement, soit par un habitus incorporé. S’il serait absurde, par exemple, de ne voir les enseignants que comme des soldats de l’appareil idéologique d’État, il serait tout aussi absurde de ne voir les rapports de distinction et de domination symbolique qu’établissent certains enseignants avec les enfants de milieu populaire que comme des effets d’injonction institutionnelle subie.

11La diversité des inscriptions sociales des groupes qui constituent les classes moyennes, dans la division du travail et dans les rapports tant avec la classe dominante qu’avec les classes populaires, est un facteur majeur de la diversité reconnue de longue date comme caractéristique des classes moyennes.

12Un autre facteur de cette diversité tient à l’origine sociale des membres des classes moyennes. Certains sont issus des classes moyennes elles-mêmes, d’autres des classes populaires, par mobilité sociale ascendante, d’autres de la classe dominante, par déclassement social (Goux & Maurin, 2012). Il en résulte a priori des représentations respectives de leur position sociale et de leurs rapports aux autres classes fort différenciées.

13Pour analyser la place des classes moyennes dans la société urbaine, il est donc indispensable de tenir le plus grand compte de cette diversité, au lieu de les unifier arbitrairement – soit comme agents de la sécession urbaine (Donzelot, 2004 ; Jaillet, 1999), soit comme agents de la gentrification chassant les classes populaires (Smith, 1996 ; Lees, Slater & Wyly, 2008 ; Clerval, 2013) – ou de se contenter, par paresse intellectuelle, de reprendre la figure floue des « bobos ».

14Remarquons que la définition sociologique marxo-weberienne-bourdieusienne ainsi esquissée des classes moyennes (marxienne par la place centrale accordée dans l’analyse aux rapports de production et à division du travail, weberienne et bourdieusienne par la prise en compte des facteurs de diversité et de hiérarchisation que sont le statut, le diplôme et les ressources culturelles) diffère nettement de la définition issue de l’économie mainstream qui considère seulement le niveau de revenu et de consommation, et est en réalité moins précise, en particulier pour ce qui est de la frontière avec les classes populaires (Bosc, 2008).

15Pour l’analyse empirique des classes moyennes, l’outil le plus utile en France, particulièrement lorsque l’on s’intéresse à leur position dans la ville, est la catégorie socioprofessionnelle détaillée. Cette catégorisation a le double avantage d’être assez complète pour cerner la diversité des groupes qui composent les classes moyennes – ce qui permet de définir des regroupements pertinents non pas a priori, mais comme résultat de l’analyse de similitudes observées – et d’être construite sur des principes de classement assez semblables aux principes de définition esquissés plus haut (Desrosières & Thévenot, 1988).

16La grande catégorie socioprofessionnelle qu’on peut considérer comme le noyau central des classes moyennes est celle des professions intermédiaires (CS4). Elle est essentiellement composée de salariés – à l’exception principalement des professions paramédicales d’exercice libéral, infirmières, kinésithérapeutes, etc. Elle comporte sept catégories détaillées et permet ainsi de décrire la diversité des fonctions et des secteurs d’activité – enseignement, santé, fonctions administratives et commerciales, fonctions techniques et d’encadrement, en distinguant pour certaines le secteur public du secteur privé. Toutes les catégories qui la composent occupent des positions moyennement qualifiées qui les séparent nettement tant de la classe supérieure et des cadres et professions intellectuelles supérieures (à l’exception des enseignants, pour lesquels la frontière entre CS34 et CS42 est assez floue) que des classes populaires ; on peut ainsi considérer qu’elles constituent les classes moyennes moyennes. Si tant est que les spécialistes des bobos en trouvent parmi cette catégorie des professions intermédiaires, il est clair que le qualificatif de « bourgeois » est tout à fait inapproprié, même si elles se distinguent aussi, par leurs qualifications, par la stabilité de l’emploi, par le revenu et par le statut social, des classes populaires caractérisées par la situation de domination et de fragilité économique et par l’extériorité culturelle (Schwartz, 2011).

17La frontière entre la classe dominante et les classes moyennes passe essentiellement au sein des cadres et professions intellectuelles supérieures (CS3). Cette catégorie socioprofessionnelle, autrefois plus unifiée institutionnellement autour de la catégorie des « cadres » et ses avantages statutaires relatifs (Boltanski, 1982), est aujourd’hui plutôt marquée par la diversification, voire l’éclatement, pour reprendre ce mot du titre de Bouffartigue, Gadea & Pochic (2011).

18Parmi les catégories détaillées qui la constituent (les CS3x), les deux les plus « moyennes » ou les moins « supérieures » a priori sont la CS34 et la CS35. La première, professeurs et professions littéraires et scientifiques, dont les effectifs les plus importants sont constitués par les enseignants du secondaire, ne comporte guère comme membres possibles de la classe dominante que la petite partie des catégories très supérieures de l’enseignement et de la recherche. La seconde, professions de l’information, des arts et du spectacle (CS35), comporte elle aussi des membres de la classe dominante comme les journalistes vedettes de la télévision ou des grands médias, les metteurs en scène de cinéma ou de théâtre les plus connus, les peintres et les musiciens les plus célèbres. Mais la grande majorité des membres de toutes ces professions sont caractérisés par des conditions d’emploi très précaires et des salaires bas – le revenu moyen de la CS35 est nettement inférieur à celui des autres CS3, plus proche de celui des CS4 (voir Préteceille, 2010, p. 25 ; Bosc, 2008, p. 31) – qui contrastent avec le prestige de ces professions, au point d’en faire le symbole d’un nouveau modèle d’emploi dans la société capitaliste (Menger, 2002). Faute de pouvoir introduire une telle distinction dans les données issues du recensement que nous utiliserons (rappelons que celui-ci ne comporte pas d’information sur le revenu), on considérera donc que la grande majorité de ces deux CS appartiennent aux classes moyennes. On essaiera de préciser plus loin cette part majoritaire.

19Ces deux CS, 34 et 35, regroupent sans doute le plus de candidats au statut de « bobo » auprès des médias, en raison de leur orientation professionnelle valorisant les pratiques culturelles et la sociabilité urbaine dans l’espace public. Mais, comme pour les professions intermédiaires, dont elles sont proches par le revenu, par la position hiérarchique intermédiaire et de plus en plus par le statut social dévalorisé, surtout pour les enseignants, les considérer comme des bourgeois est un contresens sociologique évident pour la plupart, alors que pour ce qui est de la bohème, l’imputation est sans doute plus justifiée, notamment pour la CS35.

  • 2 Les chiffres de l’INSEE que nous venons de discuter pour les composantes de la CS31 concernent la (...)

20Pour les quatre autres catégories de la CS3, la composition est plus partagée. Les professions libérales (CS31) correspondent à la CS3x qui a le niveau de vie moyen le plus élevé, avec plus de 50 000 euros en moyenne par personne en 2014, selon l’enquête sur les revenus fiscaux et sociaux de l’INSEE (INSEE, 2017 b). Cette CS est cependant assez hétérogène : on y trouve d’un côté les architectes vedettes patrons de grandes agences, les avocats d’affaires patrons de grands cabinets, les notaires associés de grandes études, tous indiscutablement du côté de la classe supérieure ; de l’autre côté, on y recense des architectes salariés ou patrons de toutes petites agences, des avocats plaidant des petites causes, etc., tous clairement du côté des classes moyennes. Entre ces deux pôles extrêmes, il y a de multiples positions intermédiaires, ce qui montre que la frontière est ici inévitablement très floue. Les données sur les revenus peuvent fournir des indications, bien qu’elles soient peu disponibles dans ce cas. Les notaires apparaissent comme la catégorie disposant du revenu le plus élevé, avec 197 500 euros de revenu annuel d’activité libérale médian en 2007 (Flachère, 2010), suivis des médecins spécialistes avec plus de 115 000 euros en 2011 (Pla & Mikol, 2015, p. 45), puis des omnipraticiens (75 910 euros en 2011), des professions libérales de la finance et des assurances (50 000 euros en 2007) et enfin des professions libérales du conseil et du cadre de vie (34 600 euros en 2007). Les catégories détaillées aux revenus médians les plus faibles de cet ensemble sont les professions libérales de l’informatique, des études de marché, de l’ingénierie, les architectes, ainsi que les avocats et avoués – respectivement 24 900, 28 200, 31 500, 33 400 et 40 900 euros en 2007 (Flachère, 2010). Par rapport au seuil de revenu de 50 000 euros annuel discuté ci-après comme indicateur possible de la frontière entre classe dominante et classes moyennes, on voit que la grande majorité des médecins, des notaires, des huissiers et des comptables sont du côté de la classe dominante, alors que la majorité des avocats, des architectes et des ingénieurs sont du côté des classes moyennes2.

21Pour les cadres de la fonction publique (CS33), les cadres administratifs et commerciaux des entreprises (CS37) et les ingénieurs et cadres techniques d’entreprise (CS38), on trouve aussi une bipolarité entre haute fonction publique et cadres dirigeants des entreprises, du côté de la classe dominante ; et cadres techniques, ingénieurs d’étude, etc., du côté des classes moyennes. La frontière est sans doute ici moins floue en théorie, dans la mesure où les positions professionnelles dans les organisations publiques et privées sont régies par une organisation hiérarchique explicite, et où l’on pourrait plus facilement, par des analyses détaillées de ces organisations, discerner les cercles du pouvoir, dans l’État ou dans les entreprises. Mais pour l’analyse d’ensemble menée ici, sur la base de la seule catégorie socioprofessionnelle détaillée, on doit se contenter de constater que ces catégories sont à cheval sur la frontière.

22Comme pour la CS31, on peut utiliser le revenu comme indicateur pour explorer la position de cette démarcation. S’agissant de catégories salariées, le fichier « DADS grand format 2014 » de l’INSEE (INSEE, 2017 a) permet de mesurer le revenu salarial des différentes catégories socioprofessionnelles détaillées. Cette source donne des niveaux de revenus salariaux nets par tranche, la tranche supérieure étant définie comme celle des revenus supérieurs à 50 000 euros annuels en 2014. On trouve en 2014 en Île-de-France 11,1 % des salariés à plein temps dans cette tranche, pour 5,6 % dans l’ensemble de la France (voir le tableau 1). En Île-de-France toujours, un tiers des cadres de la fonction publique et des ingénieurs et cadres techniques d’entreprise sont dans cette tranche, tout comme 42 % des cadres administratifs et commerciaux d’entreprise. Dans la définition esquissée ici de la classe dominante, caractérisée par la participation directe au pouvoir économique et au pouvoir politico-institutionnel, ces pourcentages nous paraissent une approximation raisonnable. Si l’on élargissait à la tranche de revenus immédiatement inférieure (revenus supérieurs à 40 000 euros annuels), on inclurait plus de la moitié des cadres de la fonction publique et des ingénieurs et cadres techniques d’entreprise, et plus de 60 % des cadres administratifs et commerciaux d’entreprise, ce qui paraît nettement trop large.

Tableau 1. Salariés des CS3 ayant les revenus les plus élevés – Île-de-France, 2014

CS % ayant un salaire > 50 000 € % ayant un salaire > 40 000 €
Professions libérales (CS31) 19,8 % 30,2 %
Cadres de la fonction publique (C33) 34,0 % 53,6 %
Professeurs et professions littéraires et scientifiques (C34) 18,0 % 32,2 %
Professions de l’information, des arts et du spectacle (CS35) 24,9 % 42,2 %
Cadres administratifs et commerciaux des entreprises (CS37) 41,9 % 60,1 %
Ingénieurs et cadres techniques des entreprises (CS38) 33,8 % 54,8 %
Total Île-de-France 11,1 % 18,2 %
Total France 5,6 % 10,3 %

Source : INSEE, 2017 a, salariés à plein temps.

23On vérifie que les plus moyens sont bien les CS34 et CS35 (ainsi que les CS31 salariés à plein temps, peu nombreux).

24Avec cette estimation de la frontière, ce sont donc ici les trois quarts des CS34, les deux tiers des CS33 et CS38, et 60 % des CS37, qui appartiennent aux classes moyennes. On peut considérer cet ensemble comme constituant les classes moyennes supérieures (avec les membres des professions libérales qui sont également au-dessous de la frontière mais dont on ne peut évaluer le poids).

25Cette analyse montre aussi que la catégorie des « bobos » est difficilement applicable à ces différentes CS : ou bien l’on a affaire à la partie qui appartient à la classe supérieure et le terme « bourgeois » s’applique bien, mais la bohème n’est guère présente, qu’il s’agisse de la haute fonction publique ou des cadres dirigeants des entreprises – d’autant que ces cadres dirigeants sont, en France, principalement formés par les grandes écoles où le frottement avec la contre-culture ou la culture bohème n’est guère possible, contrairement aux grandes universités américaines qui forment l’élite ; ou bien on observe un goût pour la bohème, chez les jeunes architectes ou avocats, les ingénieurs et managers de startups, mais c’est alors la bourgeoisie qui ne peut être invoquée.

26La frontière entre classes moyennes et classes populaires passe, quant à elle, au sein de la grande CS des employés (CS5), celle des ouvriers étant entièrement dans les classes populaires – même si certains ouvriers très qualifiés ont un revenu proche de certaines classes moyennes, mais cela ne suffit pas à en faire des classes moyennes, comme l’avait montré John Goldthorpe (1968). Si dans chacune des CS détaillées d’employés, il y a une « élite » d’employés qualifiés, bien payés et jouissant d’une certaine stabilité et d’une reconnaissance sociale, assimilables de ce fait aux classes moyennes, ces cas sont très minoritaires. Les trois catégories dans lesquelles on trouve une part significative d’employés qui, par leur qualification, leur relative stabilité professionnelle et leurs conditions de travail, se rapprochent des classes moyennes de façon numériquement importante sont celles des employés civils et agents de service de la fonction publique (CS52), des policiers et militaires (CS53) et des employés administratifs d’entreprise (CS54), comme l’établissent Guillaume Burnod et Alain Chenu (2001), ces auteurs proposant même de les regrouper dans une nouvelle CS d’employés qualifiés. Toutefois, comme ils le montrent, la mise en œuvre de cette distinction n’est pas simple, du fait de la difficulté de caractérisation empirique des qualifications d’employés dans les enquêtes, en l’absence de nomenclatures professionnelles instituées stables, contrairement à celles des ouvriers. On considérera donc ici l’ensemble de ces trois catégories comme constituant les classes moyennes inférieures, en sachant qu’il s’agit d’une estimation par excès, une partie de ces employés relevant plutôt des classes populaires (par exemple les agents de sécurité privée au sein de la CS53).

Les classes moyennes dans les transformations d’ensemble de la métropole parisienne

27Pour apprécier la place des classes moyennes dans les transformations de la métropole parisienne, il est indispensable de considérer tout d’abord l’évolution d’ensemble de sa structure sociale. Celle-ci résulte de plusieurs mouvements de transformation, dont celui de l’économie au sens large qui est décisif quant à la modification tout à la fois du poids des différentes catégories sociales dans l’emploi, des relations entre elles, des conditions de travail et du revenu.

Figure 1. Évolution de la composition sectorielle de l’emploi en Île-de-France, entre 1968 et 2013.

Figure 1. Évolution de la composition sectorielle de l’emploi en Île-de-France, entre 1968 et 2013.

Source : INSEE, 2017 c.

N. B. On a pris ici la région Île-de-France, que la source permet d’isoler, comme périmètre stable dans le temps constituant une approximation de l’aire urbaine, par excès en début de période et par défaut en fin, mais ces écarts ont peu d’incidence sur la structure d’ensemble de la population active – sauf une légère surestimation des agriculteurs au début.

28L’évolution de la composition sectorielle de l’économie de la métropole parisienne est bien connue : forte décroissance de l’emploi industriel, baisse puis stabilité de l’emploi dans le BTP, très forte croissance de l’emploi tertiaire (voir la figure 1). Si l’emploi dans la métropole était déjà majoritairement tertiaire en 1968, il l’est aujourd’hui à plus de 87 % ! Notons aussi qu’en valeur, la part de la production industrielle a nettement moins baissé, du fait de la concentration de l’activité sur les industries de haute technologie, à productivité élevée, fortement automatisées et employant moins d’ouvriers et plus de techniciens et d’ingénieurs.

29Cette transformation sectorielle s’est accompagnée d’une tout aussi profonde transformation de la structure socioprofessionnelle. En 1968, les ouvriers (CS6) étaient la catégorie la plus nombreuse, à égalité avec les employés (CS5). Ensemble, ces classes populaires (la source ne donne que la CS à un chiffre, on ne peut donc introduire de nuance ni au sein de la CS5, d’un côté, ni au sein de la CS3, de l’autre) représentaient 64 %, presque les deux tiers, de la population active ayant un emploi. En 2013, les ouvriers n’en représentaient plus que 13 %. Le poids des employés a baissé lui aussi, mais plus modérément, jusqu’à 26 % en 2013. Les classes populaires, CS5 + CS6, ne comptent plus que pour un peu moins de 40 % de la population active ayant un emploi ; et dans cet ensemble, ce sont aujourd’hui les employés qui sont majoritaires (voir la figure 2).

30Cette diminution des classes populaires a souvent été soulignée pour la ville-centre, la commune de Paris, mais moins pour l’ensemble de la métropole parisienne. Ajoutons que les ouvriers recensés en 2013 travaillaient pour les deux tiers dans le secteur des services (réparations, transport, logistique, etc.), contre 15 % seulement dans l’industrie et 17 % dans le bâtiment et les transports publics (BTP). Ajoutons aussi que la baisse du poids des classes populaires s’accompagne d’une baisse absolue des effectifs et que celle-ci n’est pas compensée par la progression du nombre des chômeurs dans ces classes (forte de 1968 à 1999, plus modérée ensuite).

Figure 2. Évolution du poids des CS dans la population active ayant un emploi en Île-de-France, entre 1968 et 2013.

Figure 2. Évolution du poids des CS dans la population active ayant un emploi en Île-de-France, entre 1968 et 2013.

Source : INSEE, 2017 c. Elle ne comporte que la CS agrégée, à un chiffre.

31Les deux seules grandes CS qui connaissent une progression – et elle est forte – sont celles dans lesquelles on trouve l’essentiel des classes moyennes. Celle des cadres et professions intellectuelles supérieures (CS3), en premier lieu, dont le poids triple entre 1968 et 2013. Cette progression en fait la catégorie la plus importante en 2013 dans la métropole (là encore, on reconnaît souvent cette évolution dans Paris, mais moins le fait qu’elle concerne l’ensemble de l’aire urbaine). Les professions intermédiaires (CS4), qui constituent le noyau central des classes moyennes, ont également connu une progression continue sur l’ensemble de la période, devenant la deuxième CS la plus nombreuse en 2013. Leur progression a été nette mais sensiblement moins forte que celle de la CS3 – sans que l’on puisse dire ici si la progression spectaculaire de celle-ci tient plus aux classes moyennes supérieures ou à la partie de la CS3 qui appartient à la classe dominante. L’ensemble de ces deux CS (3 et 4) est devenu nettement majoritaire en 2013, représentant 55 % des emplois dans la métropole.

32Le niveau atteint par la CS3 est une caractéristique spécifique de la métropole parisienne en France, les autres métropoles n’ayant pas connu une évolution aussi marquée : les classes moyennes y ont progressé mais les professions intermédiaires (CS4) y sont plus nombreuses que les cadres et professions intellectuelles (CS3).

33Après cette première vue d’ensemble sur les grands changements de la structure sociale, il est utile de regarder également les évolutions des catégories socioprofessionnelles détaillées, ce qui permet d’apprécier les transformations internes aux classes moyennes qui nous intéressent particulièrement ici (voir la figure 3).

Figure 3. Évolution des effectifs des CS3 pour les actifs ayant un emploi stable dans l’aire urbaine de Paris.

Figure 3. Évolution des effectifs des CS3 pour les actifs ayant un emploi stable dans l’aire urbaine de Paris.

Source : INSEE, Recensements de la population 1990, 1999, 2008, 2013.

Calculs de l’auteur à partir des fichiers de production accessibles par le CASD.

N. B. Données construites au sein du projet PARISEG de l’Observatoire sociologique du changement, approuvé par le comité du secret du Conseil national de l’information statistique (CNIS), ce qui nous a permis de travailler sur les fichiers détaillés des recensements via le Centre d’accès sécurisé à distance (CASD) de l’INSEE. Ce travail a bénéficié d’une aide de l’État gérée par l’Agence nationale de la recherche au titre du programme Investissements d’avenir portant la référence ANR-10-EQPX-17.

34Les effectifs les plus importants, et la croissance la plus forte, sont nettement ceux des cadres d’entreprise, les CS37 et 38. Leur croissance a été particulièrement forte pendant la période 1999-2008, plus modérée ensuite, particulièrement pour les ingénieurs, ce qui est sans doute un effet de la crise économique ralentissant l’ensemble de l’économie, mais plus particulièrement les activités industrielles ou liées à l’industrie. Ces deux catégories sont aussi celles qui pèsent le plus au sein de la CS3, avec 57 % de l’ensemble en 2013.

35Toutes les autres catégories ont connu une croissance continue (ou presque) sur l’ensemble de la période étudiée, croissance moins rapide que les CS37 et 38 cependant.

36La troisième catégorie la plus nombreuse en 2013 est celle des professions libérales (CS31), et c’est aussi celle qui a connu la croissance la plus forte après les CS37 et CS38, atteignant 10 % de la CS3 en 2013.

37Vient ensuite la catégorie des professeurs et professions littéraires et scientifiques (CS34), la seule catégorie à avoir connu une légère baisse de ses effectifs entre 2008 et 2013, effet bien visible de la politique du gouvernement Nicolas Sarkozy-François Fillon de réduction des effectifs de l’enseignement public. Son poids dans la CS3 a baissé sur l’ensemble de la période.

38Les cadres de la fonction publique (CS33) ont connu une croissance modérée, mais continue, jusqu’en 2013. Leur poids a cependant baissé lui aussi sur l’ensemble de la période.

39Les professionnels de l’information, des arts et du spectacle (CS35), après avoir légèrement reculé dans les années 1990, ont connu une croissance notable dans les deux périodes suivantes, représentant 4 % de la CS3 en 2013. On voit cependant que cette catégorie, malgré sa croissance, a des effectifs nettement inférieurs aux autres.

40Les précaires de la CS3 – non figurés sur le graphique pour des raisons de lisibilité – ont augmenté un peu plus vite que les catégories précédentes, atteignant 6,3 % du total de la CS en 2013. Toutefois, cette croissance est difficile à interpréter, car elle rassemble aussi bien des stagiaires jeunes diplômés pour qui le stage est une étape de formation avant un emploi stable que des stagiaires ou précaires maintenus durablement dans cette position – précaires de l’enseignement et de la recherche, journalistes pigistes, intermittents du spectacle…

41Les chômeurs, également non représentés sur le graphique, ont augmenté moins vite et leur poids dans la CS3, 4,7 %, est resté stable par rapport à 1999.

42Si on retient l’estimation antérieure de la part de la classe dominante dans les différentes CS3 détaillées en 2014, en comptant l’intégralité des professions libérales dans celle-ci et l’intégralité des précaires et des chômeurs dans les classes moyennes, on peut estimer, compte tenu du poids de chacune dans l’ensemble en 2013, qu’environ 60 % de la CS3 appartenait aux classes moyennes.

43Dans cette partie de la CS3 qui appartient aux classes moyennes, qu’on a nommée « classes moyennes supérieures », le poids des catégories du secteur public, de l’enseignement et de la culture est sensiblement plus fort que dans l’ensemble de la CS3, mais la contribution de l’ensemble des cadres d’entreprise y reste majoritaire.

44Pour les professions intermédiaires (CS4), dont l’ensemble a progressé tant en chiffres absolus que relatifs, on observe, comme pour les CS3, que l’effectif le plus important, qui a aussi connu la progression la plus forte, est celui de la catégorie liée aux entreprises : les professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises (CS46). Les techniciens (CS47) viennent en deuxième, comme les ingénieurs dans la CS3, mais avec des effectifs, une part relative et un taux de croissance nettement plus faibles. On observe également pour ces CS4 les effets de la crise après 2008, plus marqués encore puisqu’il y a une légère baisse des CS46 et CS47 après 2008 là où il y avait seulement un ralentissement de la croissance pour les CS37 et surtout CS38, les ingénieurs (voir la figure 4).

Figure 4. Évolution des effectifs des CS4 dans l’aire urbaine de Paris.

Figure 4. Évolution des effectifs des CS4 dans l’aire urbaine de Paris.

Source : INSEE, Recensements de la population 1990, 1999, 2008, 2013.

Calculs de l’auteur à partir des fichiers de production accessibles par le CASD.

45Les professions intermédiaires de la santé et du travail social (CS43) salariées ainsi que les professions intermédiaires indépendantes (PINTI) ont connu une progression significative et continue. Par contraste, les instituteurs et assimilés (CS42) étaient restés à peu près stables jusqu’en 2008 et ont sensiblement reculé après – subissant les mêmes effets de la politique du gouvernement Sarkozy-Fillon que les professeurs et professions littéraires et scientifiques (CS34).

46Les professions intermédiaires de la fonction publique (CS45) ont très légèrement progressé, alors que les contremaîtres et agents de maîtrise (CS48) ont reculé légèrement mais de façon continue.

47Enfin, les précaires et les chômeurs – non figurés sur le graphique – ont nettement progressé tout au long de la période étudiée. Le poids des précaires dans les professions intermédiaires a doublé entre 1990 et 2013, et celui des chômeurs a presque doublé. Au total, précaires et chômeurs représentaient 18 % de la CS4 en 2013. Ces classes moyennes moyennes, qui étaient donc stables et relativement protégées encore en 1990, sont devenues en 2013 significativement fragilisées par le chômage et la précarité, dans une proportion qui n’est plus marginale et s’est nettement rapprochée de celle des employés (25 %) ou des ouvriers (27 %).

48Parmi les catégories d’employés, on a vu que trois d’entre elles, les CS52, 53 et 54, étaient susceptibles de constituer, au moins en partie, les classes moyennes inférieures. Parmi celles-ci, la plus importante en 1990, et de loin, était celle des employés administratifs d’entreprises (CS54). Mais c’est aussi celle qui a connu le recul le plus fort avec, en 2013, des effectifs inférieurs à ceux des employés civils et agents de service de la fonction publique (CS52), qui ont légèrement reculé au long de la période (voir la figure 5). Seule la troisième CS d’employés contribuant aux classes moyennes inférieures, celle des policiers et militaires (CS53) – qui comprend aussi les agents de sécurité et de surveillance, lesquels sont surtout du côté des classes populaires – a progressé dans la période, partant d’effectifs totaux nettement inférieurs aux deux précédentes mais arrivant proche d’elles en 2013. Au total, les effectifs de ces trois CS5x, dont une partie constitue les classes moyennes inférieures, ont sensiblement reculé ; et leur poids dans la population active est passé de 17,8 % en 1990 à 11,9 % en 2013.

Figure 5. Évolution des effectifs des CS5 dans l’aire urbaine de Paris.

Figure 5. Évolution des effectifs des CS5 dans l’aire urbaine de Paris.

Source : INSEE, Recensements de la population 1990, 1999, 2008, 2013.

Calculs de l’auteur à partir des fichiers de production accessibles par le CASD.

49Si l’on somme les 16,4 % du total des actifs estimés comme appartenant aux classes moyennes supérieures au titre de la CS3, les 24,7 % appartenant aux classes moyennes moyennes au titre de la CS4 et la moitié, pour avoir un ordre de grandeur, des 11,9 % des trois catégories contribuant aux classes moyennes inférieures au titre de la CS5, on aboutit à une estimation pour l’ensemble des classes moyennes d’environ 47 %, soit un peu moins de la moitié du total des actifs dans la métropole parisienne en 2013. C’est-à-dire nettement plus que l’estimation qu’on peut faire des classes populaires selon les mêmes termes : 36 %. Là encore, soulignons que ces estimations concernent l’ensemble de la métropole parisienne, et pas seulement la ville-centre de Paris.

50Au-delà des évolutions assez différentes des divers segments des classes moyennes, la diversité de celles-ci doit également s’apprécier par d’autres caractéristiques, dont celle des origines sociales de leurs membres (voir le tableau 2). Dans les débats sur les relations entre classes sociales dans l’espace urbain – partagés entre l’affirmation des vertus de la mixité sociale et le rappel des effets de la distance sociale dans les situations de proximité spatiale –, la question des origines sociales des membres de ces classes est souvent oubliée, et le raisonnement se fait comme si chaque classe était seulement le fruit de sa propre reproduction. Alors que diverses enquêtes qualitatives montrent que, selon qu’ils sont issus des classes populaires ou de la classe supérieure, les membres des classes moyennes n’ont pas les mêmes représentations ni les mêmes rapports avec les membres de ces classes.

Tableau 2. Origine sociale, selon la CS du père, des membres des CS résidant en Île-de-France en 2003

CS père CS1 CS2 CS3 CS4 CS5 CS6 Total
CS ego
CS1 78 % 0 % 0 % 22 % 0 % 0 % 100 %
CS2 8 % 28 % 11 % 11 % 8 % 34 % 100 %
CS3 2 % 16 % 34 % 23 % 10 % 14 % 100 %
CS4 4 % 14 % 18 % 22 % 13 % 29 % 100 %
CS5 7 % 15 % 10 % 14 % 18 % 37 % 100 %
CS6 10 % 11 % 6 % 11 % 9 % 53 % 100 %
Total 5 % 15 % 18 % 18 % 13 % 31 % 100 %
N. B. Seules les CS des actifs ont été retenues et seules les CS agrégées figurent ici, l’échantillon de l’enquête utilisée permettant difficilement des résultats plus détaillés statistiquement fiables.

Source : INSEE, « Enquête formation qualification professionnelle 2003 ». Calculs de l’auteur.

51Pour les professions intermédiaires (CS4), noyau central des classes moyennes, 22 % seulement des membres étaient issus de la CS4 elle-même. Près de 30 % étaient issus des catégories ouvrières ; si on y ajoute les 13 % issus de la catégorie des employés (CS5), on trouve 42 % de membres de la CS4 issus des classes populaires (pourcentage sans doute à corriger à la baisse si l’on tient compte du fait que, dans la génération des pères, les employés appartenaient plus souvent aux classes moyennes inférieures). Les cas de mobilité sociale descendante étaient moins nombreux, 18 % étant issus de la CS3. Quant aux 18 % issus des CS1 et 2, c’est plus difficile à interpréter car s’il y a changement de statut par passage de la petite-bourgeoise urbaine (CS21 et 22) ou rurale traditionnelle, une bonne partie de ces catégories étaient, surtout dans les générations antérieures, plus proches des classes populaires que de la classe supérieure.

52Pour la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures (CS3), qui regroupe les classes moyennes supérieures et des membres de la classe supérieure, comme on l’a montré, la part issue de la même CS est plus importante que pour la CS4 : 34 % au lieu de 22 %. La mobilité ascendante à partir de la CS4 est de 23 %. Plus de la moitié des membres de la CS3 sont donc issus des classes moyennes – moyennes moyennes ou moyennes supérieures. La part issue des classes populaires est nettement plus faible : 24 % contre 42 % dans la CS4. La mobilité sociale descendante ne peut guère être appréciée pour cette CS, car il faudrait en isoler la partie qui appartient aux classes moyennes et voir quelle proportion de celle-ci est issue de la partie supérieure ou de la CS23, ce qui n’est pas faisable compte tenu des contraintes statistiques.

53L’origine nationale des personnes est un autre élément de diversité des classes moyennes. De même qu’un membre des classes moyennes issu des classes populaires est susceptible d’avoir des relations de proximité, de solidarité et de valorisation symbolique avec son milieu d’origine, un membre des classes moyennes issu d’un groupe immigré est susceptible d’avoir de telles relations avec les membres de ce groupe.

54On s’aperçoit qu’environ 15 % des CS3 et 20 % des CS4 ont une origine autre que Français né Français en France métropolitaine, et les chiffres seraient plus importants si l’on pouvait tenir compte aussi des enfants d’immigrés nés Français en France (voir le tableau 3).

Tableau 3. CS selon l’origine nationale dans l’aire urbaine de Paris en 2008

Origine France
métrop.
France DOM Afrique & Asie Europe Autres Total
CS
CS1 92,7 % 0,1 % 2,7 % 4,0 % 0,5 % 100 %
CS2 66,1 % 1,0 % 19,0 % 10,7 % 3,3 % 100 %
CS3 84,7 % 1,0 % 6,6 % 5,6 % 2,1 % 100 %
CS4 79,7 % 2,4 % 10,3 % 6,2 % 1,5 % 100 %
CS5 65,0 % 4,5 % 20,1 % 8,5 % 1,9 % 100 %
CS6 53,9 % 3,5 % 27,8 % 12,5 % 2,2 % 100 %
N. B. Les catégories sont définies par la nationalité de naissance, les enfants d’immigrés résidant avec les parents étant comptés avec les immigrés (voir Préteceille, 2009). Les personnes originaires du Moyen-Orient ont été classées « Autres ».

Source : INSEE, Recensement de la population 2008.

Calculs de l’auteur à partir du fichier de production accessibles par le CASD.

55Retenons particulièrement le cas des originaires d’Afrique (Maghreb compris) ou d’Asie, qui sont actuellement les groupes les plus susceptibles d’être discriminés et qui sont représentés le plus souvent comme immigrés récents, pauvres et maintenus dans des situations de précarité tant professionnelle qu’urbaine. Le tableau 3 montre que, même si les actifs de ces origines sont sous-représentés dans les CS4 et surtout les CS3 (ils sont surreprésentés chez les employés et les ouvriers), leur contribution à ces deux CS n’est pas négligeable : plus de 10 % de la CS4 et presque 7 % de la CS3.

La place des classes moyennes dans la structure sociospatiale de la métropole parisienne

56Une bonne partie de la littérature impute aux classes moyennes la responsabilité de l’aggravation de la ségrégation, par la gentrification qui chasserait les classes populaires de certains quartiers anciens après avoir créé de la mixité de façon seulement transitoire, par la fuite des quartiers de logement social les plus populaires et par l’installation dans des ensembles résidentiels périphériques exclusifs tenant ces classes populaires à l’écart.

57Si l’on considère tout d’abord l’ensemble des situations de l’aire urbaine de Paris, le niveau de ségrégation des professions intermédiaires (CS4), noyau central des classes moyennes, est nettement le plus faible et il a diminué légèrement mais continûment de 1990 à 2013 (voir la figure 6). La valeur faible de l’indice de ségrégation signifie que les professions intermédiaires sont présentes dans la plupart des types d’espaces ; elles sont aussi les plus mélangées résidentiellement avec toutes les autres catégories : il semble donc difficile de leur attribuer la responsabilité de la ségrégation.

58L’indice est comme une moyenne sur l’ensemble des situations : cette valeur faible n’exclut pas que dans certains quartiers on puisse observer des processus d’écart résidentiel croissant entre classes moyennes moyennes et classes populaires, mais ces situations, loin d’être représentatives, ne peuvent être considérées que comme minoritaires et elles sont compensées par d’autres où la mixité de fait est encore plus forte.

59En revanche, l’indice de ségrégation des cadres et professions intellectuelles supérieures (CS3) est le plus élevé de tous. Il a nettement progressé entre 1990 et 1999, plus modérément entre 1999 et 2008 et légèrement diminué entre 2008 et 2013.

Figure 6. Évolution des indices de ségrégation des CS dans l’aire urbaine de Paris entre 1990 et 2013.

Figure 6. Évolution des indices de ségrégation des CS dans l’aire urbaine de Paris entre 1990 et 2013.

Source : INSEE, Recensements de la population 1990, 1999, 2008, 2013.

Calculs de l’auteur à partir des fichiers de production accessibles par le CASD. Découpage spatial en IRIS.

N. B. 1. L’indice de ségrégation est l’indice de dissimilarité entre une catégorie et le reste de la population considérée. L’indice de dissimilarité compare les distributions de deux catégories dans l’ensemble des unités spatiales découpant la ville étudiée. Pour la formule de calcul de l’indice, voir Oberti & Préteceille (2016).

N. B. 2. Les îlots regroupés pour l’information statistique (IRIS) sont un découpage spatial en quartiers d’environ 2 000 habitants introduit par l’INSEE à partir du recensement de 1999 ; il s’agit du découpage le plus fin à l’échelle duquel les données socioéconomiques du recensement, calculées sur un sondage (à 25 % en 1999, à 40 % environ pour les recensements plus récents) sont représentatives.

60Comme on l’a noté, cette CS3 regroupe des catégories appartenant dans des proportions variables à la classe supérieure et aux classes moyennes supérieures. Faute de pouvoir préciser cette frontière avec les données du recensement, on peut examiner l’évolution de la situation des différentes CS3 détaillées. On a figuré les indices de dissimilarité de ces catégories – ainsi que des chefs d’entreprise de 10 salariés et plus (CS23), pour avoir une référence sans ambiguïté dans la classe supérieure –, avec deux catégories différentes appartenant aux classes populaires : la catégorie des personnels des services directs aux particuliers (CS56) d’une part (voir la figure 7), la catégorie des ouvriers non qualifiés de type industriel (CS67) d’autre part (voir la figure 8).

61La comparaison des deux graphiques (figure 7 et figure 8) montre que la ségrégation est nettement plus forte avec la catégorie ouvrière CS67 qu’avec la catégorie des personnels de service CS56. C’est un résultat classique, les personnels de service ayant intérêt à résider près de leurs employeurs, dont les catégories supérieures sont parmi les principaux.

Figure 7. Évolution de l’indice de dissimilarité entre la CS56 et les CS3x dans l’aire urbaine de Paris.

Figure 7. Évolution de l’indice de dissimilarité entre la CS56 et les CS3x dans l’aire urbaine de Paris.

Source : INSEE, Recensements de la population 1999, 2008, 2013.

Calculs de l’auteur à partir des fichiers de production accessibles par le CASD. Découpage spatial en IRIS. Chacune des courbes donne l’évolution de l’indice de dissimilarité entre la CS56 et la CS indiquée.

Figure 8. Évolution de l’indice de dissimilarité entre la CS67 et les CS3x dans l’aire urbaine de Paris.

Figure 8. Évolution de l’indice de dissimilarité entre la CS67 et les CS3x dans l’aire urbaine de Paris.

Source : INSEE, Recensements de la population 1999, 2008, 2013.

Calculs de l’auteur à partir des fichiers de production accessibles par le CASD. Découpage spatial en IRIS. Chacune des courbes donne l’évolution de l’indice de dissimilarité entre la CS67 et la CS indiquée.

62Les deux graphiques ont en commun de distinguer deux niveaux d’intensité : l’un plus élevé pour les chefs d’entreprise (CS23), les professions libérales (CS31), et les professions de l’information, des arts et du spectacle (CS35) ; l’autre plus modéré pour les cadres de la fonction publique (CS33), les professeurs et professions littéraires et scientifiques (CS34), les cadres administratifs et commerciaux d’entreprise (CS37) et les ingénieurs et cadres techniques d’entreprise (CS38).

63La proximité sur les deux graphiques des professions libérales avec les chefs d’entreprise, et plus généralement leur proximité spatiale, s’explique par le fait que les professions libérales sont la CS3x qui participe le plus de la classe dominante, comme on l’a vu. Cette catégorie est fortement concentrée dans les beaux quartiers.

64En revanche, la CS35 est celle qui a les revenus médians les plus faibles et les positions professionnelles les plus précaires. Sa distance aux classes populaires semblable à celle des CS précédentes s’explique par une localisation très centrale, mais dans des quartiers différents de celles-ci, qui sont plutôt d’anciens quartiers populaires. Cette localisation correspond à la recherche d’une proximité des lieux culturels et des réseaux de socialisation qui sont à la fois résidentiels et professionnels (Préteceille, 2010).

65Les autres catégories – CS33, CS34, CS37, CS38 – ont une ségrégation modérément forte par rapport à la CS56 et nettement plus forte par rapport à la CS67.

66Le fait que les CS33, 37 et 38 comptent une part de leurs effectifs nettement plus élevée dans la classe supérieure ne suffit pas à les différencier nettement de la CS34 ni à les rapprocher davantage des CS23 et 31. On sait pourtant que lorsque l’on peut distinguer des groupes plus exclusivement de l’élite au sein de ces CS, leur localisation résidentielle est beaucoup plus spécifique et leur ségrégation beaucoup plus forte (Pinçon & Pinçon-Charlot, 1989 ; Godechot, 2013). Il faudrait donc pouvoir distinguer plus finement à l’intérieur de ces catégories, tenir compte aussi des origines sociales, du patrimoine hérité, etc.

67Notons aussi qu’une distance spatiale semblable aux classes populaires se traduit par des localisations en partie différentes, notamment dans les quartiers de type supérieur dont certains sont caractérisés par une présence plus forte de la bourgeoisie d’entreprise, d’autres par celle des professions libérales, d’autres par celle des catégories intellectuelles, d’autres par celle des ingénieurs – les moins ségrégés sur les deux graphiques, les plus présents en banlieue plutôt que dans les espaces centraux (Préteceille, 2003).

68Quant aux tendances d’évolution que l’on peut observer sur les graphiques, et que l’on retrouve pour la plupart des indices de dissimilarité entre CS détaillées, le premier constat est que la tendance générale est à la stabilité : il n’y a pas de modification significative de l’intensité de la ségrégation sur la période étudiée, malgré les modifications socio-spatiales majeures que nous examinerons plus loin (Préteceille, 2017 b).

69Au-delà de ce premier constat de stabilité, on peut noter quelques évolutions, variables selon les périodes. La ségrégation avec la CS56 était croissante pour toutes les CS3x dans la période de 1999 à 2008, elle est ensuite légèrement décroissante pour toutes, sauf pour la CS37 dans la période de 2008 à 2013. Il n’y a donc pas de traduction mécanique de la croissance des inégalités avec la crise économique par une séparation croissante entre les CS3x et les employés. D’une part, toutes les CS3x ne sont pas logées à la même enseigne, celles du secteur privé (CS31, CS37 et CS38) ont sans doute plus bénéficié de la croissance des revenus supérieurs que les CS du secteur public. D’autre part, elles n’ont pas toutes connu la même croissance en effectifs. Le cas le plus frappant est celui des cadres et professions administratives et commerciales des entreprises (CS37). C’est la catégorie qui a connu la plus forte croissance. Son poids relatif par rapport à toutes les CS ayant nettement progressé, on attendrait que la forte croissance de ses effectifs se traduise par une plus grande diffusion spatiale la rapprochant des autres catégories, dont la CS56 et la CS67, donc par une baisse des indices de dissimilarité ; or ce n’est pas ce que l’on observe. Dans son cas, on peut faire l’hypothèse que la légère progression de l’indice avec la CS56 et la stabilité de celui avec la CS67 traduisent des revenus relativement plus élevés qui permettent à la CS37 de concentrer sa progression dans les quartiers déjà privilégiés ou dans des quartiers moyens évoluant nettement vers les statuts supérieurs ; alors que la catégorie des professeurs et professions littéraires et scientifiques (CS34), par exemple, en raison de revenus plus modestes, doit se diffuser davantage dans des quartiers plus moyens, voire populaires, comme le montre son indice de dissimilarité continûment décroissant avec la CS67.

70Pour aller au-delà des premières approches que fournissent les indices de ségrégation, l’analyse typologique des profils sociaux des quartiers permet d’étudier les proximités ou les distances relatives des catégories sociales entre elles dans les différentes configurations spatiales observables, qu’elles soient représentatives des tendances d’ensemble ou non.

71Rappelons que, dans la typologie des quartiers que nous avons construite à partir des données du recensement de 1999 (Préteceille, 2003 ; 2006), les classes moyennes moyennes et moyennes inférieures sont présentes dans tous les types d’espaces, modérément sous-représentées dans les espaces supérieurs d’un côté, dans les espaces populaires et ouvriers de l’autre, et modérément surreprésentées dans les espaces moyens mélangés. Cette distribution est cohérente avec les indices de ségrégation et de dissimilarité que nous avons analysés. Les espaces moyens mélangés constituent, dans la version la plus synthétique de la typologie, le groupe qui rassemble la part la plus importante de la population (voir le tableau 4).

72Quant aux classes moyennes supérieures, elles sont nettement surreprésentées dans le groupe de types des espaces supérieurs, avec des nuances importantes entre les types selon le poids plus ou moins fort des catégories liées aux entreprises, des professions libérales, des catégories intellectuelles ou liées à la culture, comme nous l’avons déjà évoqué.

73La dynamique d’évolution d’ensemble des catégories sociales que nous avons présentée au début du chapitre trouve sa traduction spatiale dans l’évolution des profils des quartiers, dont le tableau ci-dessous donne la version synthétique.

Tableau 4. Typologie socioprofessionnelle des IRIS de l’aire urbaine de Paris en 1999 et 2013

Types  Supérieurs Moyens-Mélangés Ouvriers-Populaires Petites communes Total 1999
Supérieurs 1 236 17 0 4 1 257
Moyens-Mélangés 638 1 291 64 2 1 995
Ouvriers-Populaires 13 535 760 17 1 325
Petites communes 10 60 18 433 521
Total 2013 1 897 1 903 842 456 5 098
N. B. Pour construire la typologie 2013, on garde constants les types 1999, et on classe les IRIS de 2013 dans le type dont ils sont les plus proches au sens de la distance euclidienne entre les profils – vecteurs des % des CS dans la population active de l’IRIS ou du type. Cette méthode permet de comparer la position aux différentes dates des IRIS dans la même typologie.

Source : INSEE, Recensements de la population 1999, 2013.

Calculs de l’auteur à partir des fichiers de production accessibles par le CASD. Découpage spatial en IRIS.

74Le tableau se lit de la façon suivante : les 1 257 IRIS classés dans les types supérieurs en 1999 (total de la première ligne) se sont classés en 2013 dans les types supérieurs pour 1 236 d’entre eux, dans les types moyens mélangés pour 17 d’entre eux, etc.

75On voit clairement un mouvement d’ensemble, de proche en proche, des espaces populaires vers les espaces moyens-mélangés et de ceux-ci vers les espaces supérieurs. Dans ce mouvement, le nombre des IRIS de type moyen-mélangé reste presque stable, ceux qui ont glissé dans les types supérieurs étant remplacés par un nombre seulement un peu inférieur d’IRIS ayant glissé des types populaires-ouvriers. Et ce groupe des espaces moyens-mélangés reste le groupe le plus important en 2013, devançant de peu celui des espaces supérieurs.

76Il y a cependant un changement notable dans la distribution spatiale : ces espaces moyens-mélangés où sont modérément surreprésentées les classes moyennes moyennes sont, en 2013, nettement moins présents dans Paris (92 IRIS contre 231 en 1999), plus présents en première couronne, autant en deuxième couronne, plus en troisième couronne ((Préteceille, 2017 a).

77Pour les classes moyennes supérieures, il est difficile de distinguer leur évolution spatiale de celle de la part de la classe supérieure de chaque CS3x. On peut noter cependant que les deux types supérieurs au profil social le plus proche de celui des types moyens, les espaces des catégories supérieures avec présence des catégories intellectuelles et professions intermédiaires (SCI) et les espaces des professions artistiques, des professions libérales, des professeurs et des précaires qualifiés (SAP), dans lesquels les CS3x surreprésentées sont celles qui comportent le moins de membres de la classe supérieure, n’ont pas accru le nombre de leurs IRIS dans Paris pour le premier et ont vu ce nombre sensiblement réduit pour le second. Parallèlement, les deux autres types supérieurs très présents à Paris, qui sont les deux types de l’élite, espaces de la bourgeoisie avec légère prédominance des catégories intellectuelles (SBI) et espaces de la bourgeoisie à prédominance de chefs et cadres d’entreprise (SBE), ont vu le nombre de leurs IRIS parisiens augmenter nettement.

78Où sont les bobos, où vont les bobos dans cette transformation socio-spatiale ? Les discours sur les bobos les situent principalement dans des quartiers plutôt centraux, encore populaires ou qui l’ont été et gardent cette image symbolique. Dans notre typologie socioprofessionnelle (Préteceille, 2003), les quatre types qui correspondent le mieux à cette configuration approximative sont les deux types supérieurs les plus moyens que nous venons d’évoquer, SCI et SAP, et deux types moyens-mélangés – espaces des cadres, professions intermédiaires et employés de la fonction publique (MFP) et espaces des professions artistiques, des ouvriers non qualifiés, des précaires et chômeurs (MAC) –, caractérisés par la présence non négligeable de catégories moyennes supérieures intellectuelles, le premier étant plus proche des profils supérieurs, le second étant le plus proche des profils des types populaires.

79En 1999, la moitié des IRIS du type SCI étaient dans Paris, les autres dans les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et les Yvelines. Dans Paris, on s’aperçoit qu’ils étaient surtout regroupés dans le 15e et le 12e arrondissement (voir la carte 1), aucun des deux n’étant particulièrement désigné comme « bobo ».

80Le type SAP, quant à lui, était presque exclusivement parisien et la plupart de ses IRIS se situaient dans une bande comprenant le nord-est du 17e arrondissement, le sud-ouest du 18e, le 9e, le 10e et le 11e, à quoi s’ajoutaient un ensemble d’IRIS du 19e arrondissement autour du parc des Buttes-Chaumont, prolongé par des IRIS du 20e arrondissement le long de la rue des Pyrénées et de la rue de Ménilmontant. Contrairement au type SCI, cet ensemble de quartiers est très présent dans les discours sur les espaces des bobos. Soulignons que ces quartiers, en 1999, n’étaient déjà plus des quartiers populaires : toutes les catégories supérieures y étaient surreprésentées, toutes les catégories populaires y étaient nettement sous-représentées, sauf les personnels des services directs aux particuliers (CS56). Cependant, malgré leur sous-représentation, le poids des catégories populaires y était de 35 %, équivalent à celui des catégories moyennes supérieures. Quant aux catégories moyennes supérieures qui y résidaient, les plus surreprésentées étaient les professions de l’information, des arts et du spectacle (CS35), ainsi que les professions libérales salariées, les précaires et les chômeurs de la CS3 – ce qui converge avec l’idée de bohème, mais pas de bourgeois, on l’a dit. Cependant, il faut aussitôt nuancer en ajoutant que les autres catégories moyennes supérieures ou supérieures, bien que moins surreprésentées, étaient, du fait de leur poids d’ensemble nettement plus élevé, plus nombreuses dans ces quartiers que la CS35 et les précaires de la CS3.

Carte 1. Typologie socioprofessionnelle des IRIS en 1999, centre de l’aire urbaine de Paris – IRIS des types supérieurs (carte réalisée avec QGIS).

Carte 1. Typologie socioprofessionnelle des IRIS en 1999, centre de l’aire urbaine de Paris – IRIS des types supérieurs (carte réalisée avec QGIS).

Carte 2. Typologie socioprofessionnelle des IRIS en 2013, centre de l’aire urbaine de Paris – IRIS des types supérieurs (carte réalisée avec QGIS).

Carte 2. Typologie socioprofessionnelle des IRIS en 2013, centre de l’aire urbaine de Paris – IRIS des types supérieurs (carte réalisée avec QGIS).

Carte 3. Typologie socioprofessionnelle des IRIS en 1999, centre de l’aire urbaine de Paris – IRIS des types moyens-mélangés (carte réalisée avec QGIS).

Carte 3. Typologie socioprofessionnelle des IRIS en 1999, centre de l’aire urbaine de Paris – IRIS des types moyens-mélangés (carte réalisée avec QGIS).

Carte 4. Typologie socioprofessionnelle des IRIS en 2013, centre de l’aire urbaine de Paris – IRIS des types moyens-mélangés (carte réalisée avec QGIS).

Carte 4. Typologie socioprofessionnelle des IRIS en 2013, centre de l’aire urbaine de Paris – IRIS des types moyens-mélangés (carte réalisée avec QGIS).

81Les types MFP et MAC sont les deux types moyens-mélangés les plus présents dans Paris, les autres étant très majoritairement banlieusards. Le premier se partage entre Paris (68 IRIS sur 178), les Hauts-de-Seine (36) et le Val-de-Marne (33). Les CS3x surreprésentées y sont les professions intellectuelles et du secteur public, les professions libérales et les cadres d’entreprise étant nettement moins présents. Les professions de l’information, des arts et du spectacles (CS35) sont surreprésentées, ainsi que les précaires de la CS3, mais moins que les cadres de la fonction publique (CS33) ou les professeurs et professions littéraires et scientifiques (CS34). Modérément bohème, donc.

82Le type MAC est presque à l’opposé du spectre du type SAP puisqu’il est le type moyen-mélangé au profil le plus proche des types populaires-ouvriers. Mais il est aussi susceptible de figurer dans les espaces bobos du double fait qu’on y trouve, comme dans le type SAP, une surreprésentation de la CS35 (moins forte cependant) et des précaires de la CS3, et qu’il s’agissait majoritairement, en 1999, de quartiers parisiens (pour les trois quarts, un quart étant en Seine-Saint-Denis, surtout dans des communes limitrophes de Paris, dont Montreuil).

83En 1999, les IRIS du type MFP étaient surtout présents à Paris dans le 13e arrondissement, dans le 12e (adjacents à ceux du type SCI) et dans la partie extérieure du 20e arrondissement (voir la carte 3). Ceux du type MAC étaient présents dans le nord du 18e, dans le 19e et dans l’ouest du 20e, adjacents dans les trois cas aux ensembles d’IRIS de type SAP.

84En 2013, les types les plus supérieurs, SBI et SBE, ont gagné du terrain dans Paris, sur les IRIS de type SCI dans le 15e et le 12e arrondissement, et sur les IRIS de type SAP dans le 17e, le 9e, le 10e et le 11e arrondissement (voir la carte 2).

85Le type SCI, dont le nombre d’IRIS est resté stable dans Paris, a gagné du terrain sur les IRIS qui étaient de type SAP dans le 20e arrondissement et sur les IRIS qui étaient moyens dans le 12e et le 13e arrondissement.

86Le type SAP, le plus proche de l’idée de « bohème supérieure », a sensiblement perdu du terrain dans Paris, reculant de 189 IRIS à 146, mais il en a gagné dans la proche banlieue, particulièrement en Seine-Saint-Denis, qui n’avait aucun IRIS de type supérieur en 1999 et qui en compte 43 en 2013, dont 9 SCI et 29 SAP – ces derniers se situant principalement dans les communes proches de Paris.

87Tous les types moyens-mélangés ont nettement reculé dans Paris. Les deux types qui y étaient les plus présents, qui sont les deux que nous avons analysés plus en détail, ont tous deux perdu plus de la moitié de leurs IRIS parisiens, alors qu’ils en ont nettement gagné dans l’ensemble. Le type MFP reste un peu présent dans le 13e arrondissement et ponctuellement dans le 20e et le 18e arrondissement (voir la carte 4). Quant au type MAC, le plus proche de l’idée de « bohème populaire », il n’est plus présent que ponctuellement dans le 19e et le 20e arrondissement.

88Ces deux types ont cependant progressé dans l’ensemble de la métropole, gagnant des IRIS principalement en première couronne, surtout dans les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne pour MFP, surtout en Seine-Saint-Denis pour MAC.

89Pour résumer, le glissement d’ensemble des profils des IRIS vers les statuts socio-spatiaux supérieurs se traduit par un élargissement des espaces les plus supérieurs dans Paris, gagnant sur les espaces supérieurs plus intellectuels et artistes et sur les espaces moyens-mélangés. Ces deux types d’espaces progressent en revanche en banlieue, où les espaces supérieurs et moyens à profil plus intellectuel et artiste deviennent nettement plus nombreux en 2013, gagnant sur les autres espaces moyens et sur les espaces populaires. Mais cette croissance en banlieue est dissymétrique spatialement, la croissance des espaces moyens à profil plus intellectuel, artiste et populaire se faisant surtout dans les banlieues populaires au Nord-Est, particulièrement en Seine-Saint-Denis.

90Il faut rappeler aussi qu’aucune catégorie ne s’identifie tout à fait spatialement au type d’espace où elle est surreprésentée, seules les catégories supérieures résident majoritairement dans les types où elles sont surreprésentées. Il y a plus de professeurs et professions littéraires et scientifiques et de professions de l’information, des arts et du spectacle dans les autres types que dans les trois types où leur présence est particulièrement forte.

*

91Contrairement à certaines thèses sur la dualisation des grandes métropoles, comme celle de Sassen (1991) sur les villes globales, les classes moyennes n’ont pas disparu de la métropole parisienne, elles y ont au contraire progressé. Ce sont les classes moyennes supérieures qui ont progressé le plus nettement, mais les classes moyennes moyennes ont progressé aussi et ont, en 2013, un effectif supérieur à celui des classes moyennes supérieures (si l’on enlève de la CS3 la part qui appartient à la classe supérieure). Seules les classes moyennes inférieures ont reculé, mais leur effectif est plus restreint et leur recul ne compense pas la progression des deux autres composantes des classes moyennes.

92Ces classes moyennes sont fort diverses, au-delà de ces trois strates, par leurs places dans la division du travail, leurs qualifications et diplômes, leurs revenus, leurs secteurs d’activité, mais aussi par leurs origines sociales – reproduction des classes moyennes, mobilité ascendante, mobilité descendante – et de façon encore réduite mais croissante par leurs origines nationales. Cette diversité se traduit par des distributions variées entre les différents types d’espaces de la métropole et par des proximités et distances variables avec les différentes composantes des classes populaires. Nous avons esquissé dans ce texte une analyse de cette diversité, mais il reste beaucoup à faire pour préciser les frontières d’une part, analyser les différentes compositions sociales résidentielles qui résultent des dynamiques spatiales, d’autre part, y compris en prenant en compte l’origine nationale des membres de différentes catégories.

93On notera cependant que, contrairement à l’expérience passée de la classe ouvrière ou à l’expérience passée et présente de la classe supérieure, il n’y a pas de regroupement spatial susceptible de produire par la socialisation urbaine partagée l’émergence d’une conscience de classe commune pouvant transformer l’ensemble des classes moyennes de classe en soi en classe pour soi. Les catégories les plus concentrées spatialement sont les classes moyennes supérieures, et, dans certains quartiers très homogènes, des enquêtes montrent un net sentiment d’appartenance à une strate sociale bien identifiée et fortement associée au quartier (Cousin, 2014). Mais ces cas ne concernent qu’une partie des catégories moyennes supérieures, principalement des cadres d’entreprise, et qu’une partie de leurs quartiers. La majorité de ces mêmes cadres d’entreprise habitent des quartiers relativement mélangés et leur sentiment d’appartenance à une catégorie sociale se forme dans des réseaux de relations qui dépassent largement l’espace local, même lorsqu’ils valorisent leur ancrage local tout en y gérant la distance avec les autres catégories sociales (Andreotti, Le Galès & Moreno-Fuentes, 2015). Il ne semble pas que ce sentiment d’appartenance s’élargisse à une conscience commune de classe moyenne avec les classes moyennes moyennes et moyennes inférieures, ni même avec les classes moyennes supérieures du secteur public et de la culture, avec lesquelles d’ailleurs la distance spatiale tend à s’accroître.

94Le fait que dans la majorité des différents types d’espaces où elles sont présentes les classes moyennes cohabitent avec soit la classe supérieure soit les classes populaires pose, en même temps que la question de leur propre conscience de classe, celle des rapports qui s’y nouent avec les autres classes et celle des effets sociaux de ces cohabitations, avec un éventail des possibles qui dépend des structures sociales locales et des conjonctures : échanges, solidarités et alliances, cohabitation pacifique à distance ou tensions et conflits. Les différentes parties des classes moyennes y sont engagées diversement : on a évoqué les classes moyennes supérieures, les plus étudiées et les plus concernées par les discours sur les bobos ; il existe moins de travaux sur les classes moyennes inférieures, qui n’ont guère été étudiées que dans les situations de cohabitation avec les classes populaires (Cartier et al., 2008) ; il y en a encore moins sur les classes moyennes moyennes.

95Leur poids démographique croissant donne aux classes moyennes un rôle important dans la dynamique de transformation des espaces métropolitains – même si celle-ci est, en dernière analyse, dominée par l’action de la classe supérieure et des entreprises à travers les investissements immobiliers résidentiels de prestige ou l’immobilier de bureaux. La façon dont s’organise dans l’espace urbain la croissance des classes moyennes a sa part d’autonomie liée aux choix résidentiels où les rapports des classes moyennes aux autres classes ont leur rôle. Ce sont surtout la gentrification et la périurbanisation qui sont mises en avant à cet égard. Mais la représentation qui en est donnée est doublement trompeuse.

96D’une part, nombre de discours sur la gentrification unifient abusivement les classes moyennes qui sont censées en être les acteurs principaux, et par là les processus de changement social urbain et les rapports entre groupes sociaux qui s’y nouent. Une analyse prenant finement en compte la diversité des classes moyennes montrerait au contraire la diversité de ces processus.

97D’autre part, le poids des processus de gentrification dans la dynamique de transformation urbaine parisienne est en réalité assez limité. Sauf à nommer « gentrification » tout processus de croissance du poids de catégories plus qualifiées que les catégories populaires – ce qui viderait la notion de tout pouvoir explicatif –, la majorité des processus sont des processus de changement social progressif qui mélangent des éléments de changement social endogène par mobilité sociale ascendante ou descendante des populations résidantes et des éléments exogènes liés à l’arrivée de nouveaux groupes dans les zones de densification urbaine. À cet égard, il s’avère nécessaire, au-delà de ce que nous avons esquissé ici, de prendre en compte les différences d’origine nationale, les changements de la composition genrée des catégories socioprofessionnelles et les relations entre générations.

Bibliographie

Andreotti Alberta, Le Galès Patrick & Moreno-Fuentes Francisco Javier (2015), Globalised Minds, Roots in the City: Urban Upper-Middle Classes in Europe, Oxford, Wiley Blackwell.

Baudelot Christian, Establet Roger & Malemort Jacques (1974), La Petite Bourgeoisie en France, Paris, François Maspero.

Bidou Catherine (1984), Les Aventuriers du quotidien : essai sur les nouvelles classes moyennes, Paris, Presses universitaires de France.

Boltanski Luc (1982), Les Cadres : la formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit.

Boltanski Luc & Chiapello Ève (1999), Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bosc Serge (2008), Sociologie des classes moyennes, Paris, La Découverte.

Bouffartigue Paul, Gadéa Charles & Pochic Sophie (dir.) (2011), Cadres, classes moyennes : vers l’éclatement ?, Paris, Armand Colin.

Bourdieu Pierre (1979), La Distinction :critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Brooks David (2000), Bobos in Paradise: the New Upper Class and How They Got There, New York, Simon & Schuster.

Burnod Guillaume & Chenu Alain (2001), « Employés qualifiés et non qualifiés : une proposition d’aménagement de la nomenclature des catégories socioprofessionnelles », Travail et Emploi, nº 86, p. 87-105.

Cartier Marie et al. (2008), La France des « petits-moyens » : enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte.

Chauvel Louis (2006), Les Classes moyennes à la dérive, Paris, Éditions du Seuil.

Clerval Anne (2013), Paris sans le peuple : la gentrification de la capitale, Paris, La Découverte.

Cousin Bruno (2014), « Entre-soi mais chacun chez soi : l’agrégation affinitaire des cadres parisiens dans les espaces refondés », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 204, p. 88-101.

Desrosières Alain & Thévenot Laurent (1988), Les Catégories socio-professionnelles, Paris, La Découverte.

Donzelot Jacques (2004), « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esprit, nº 303, p. 14-39.

Erikson Robert & Goldthorpe John H. (1992), The Constant Flux: a Study of Class Mobility in Industrial Societies, Oxford, Oxford University Press.

Flachère Magali (2010), « Les professions libérales en 2007 », INSEE Première, nº 1282, en ligne : www.insee.fr/fr/statistiques/1281202 (janvier 2018).

Godechot Olivier (2013), « Financiarisation et fractures socio-spatiales », L’Année sociologique, vol. 63, nº 1, p. 17-50.

Goldthorpe John H. et al. (1968), The Affluent Worker: Political Attitudes and Behaviour, Cambridge, Cambridge University Press.

Goux Dominique & Maurin Éric (2012), Les Nouvelles Classes moyennes, Paris, Éditions du Seuil.

INSEE (2017 a), « Description des emplois privés et publics et des salaires en 2014. DADS grand format 2014 – Fichiers détail », en ligne : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2522515 (janvier 2018).

INSEE (2017 b), « Revenu, niveau de vie et pauvreté en 2014 : enquête revenus fiscaux et sociaux », en ligne : www.insee.fr/fr/statistiques/2966820?sommaire=2966826&q=revenu+des+catégories+socioprofessionnelles.

INSEE (2017 c), « Données harmonisées des recensements de la population 1968-2013 », en ligne : www.insee.fr/fr/statistiques/2414084?sommaire=2414232 (janvier 2018).

Jaillet Marie-Christine (1999), « Peut-on parler de sécession urbaine à propos des villes européennes ? », Esprit, nº 258, p. 145-167.

Lees Loretta, Slater Tom & Wyly Elvin (2008), Gentrification, New York, Routledge.

Mendras Henri (1988), La Seconde Révolution française : 1965-1984, Paris, Gallimard.

Menger Pierre-Michel (2002), Portrait de l’artiste en travailleur : métamorphoses du capitalisme, Paris, Éditions du Seuil.

Mills Charles Wright (1951), White Collar: the American Middle Classes, New York, Oxford University Press.

Oberti Marco & Préteceille Edmond (2016), La Ségrégation urbaine, Paris, La Découverte.

Pinçon Michel & Pinçon-Charlot Monique (1989), Dans les beaux quartiers, Paris, Éditions du Seuil.

Pla Anne & Mikol Fanny (2015), « Les revenus d’activité des médecins libéraux récemment installés : évolutions récentes et contrastes avec leur aînés », dans INSEE, « Emploi et revenu des indépendants », p. 43-58.

Poulantzas Nicos (1974), Les Classes sociales dans le capitalisme aujourd’hui, Paris, Éditions du Seuil.

Préteceille Edmond (2017 a), « Les évolutions de la ségrégation dans la métropole parisienne 1999-2008-2013 », Paris, Observatoire sociologique du changement.

Préteceille Edmond (2017 b), « The Slow Changes of Socioeconomic Segregation in Paris », American Sociological Association 2017 Meeting, Montréal, 12-15 août.

Préteceille Edmond (2010), « The Fragile Urban Situation of Cultural Producers in Paris », City, Culture and Society, nº 1, p. 21-26.

Préteceille Edmond (2006), « La ségrégation ethno-raciale a-t-elle augmenté dans la métropole parisienne ? », Revue française de sociologie, vol. 50, nº 3, p. 489-519.

Préteceille Edmond (2003), « La division sociale de l’espace francilien : typologie socioprofessionnelle 1999 et transformations de l’espace résidentiel 1990-99 », Paris, Observatoire sociologique du changement.

Sassen Saskia (1991), The Global City: New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press.

Schwartz Olivier (2011), « Peut-on parler des classes populaires ? », La Vie des idées, en ligne : www.laviedesidees.fr/Peut-on-parler-des-classes.html (janvier 2018).

Smith Neil (1996), The New Urban Frontier: Gentrification and the Revanchist City, Londres, Routledge.

Wright Erik Olin (1985), Classes, Londres, Verso.

Notes

1 L’auteur remercie Alain Chenu, Bruno Cousin, Marco Oberti et un lecteur anonyme pour leurs remarques sur une première version qui lui ont permis d’améliorer le texte et de clarifier certains arguments.

2 Les chiffres de l’INSEE que nous venons de discuter pour les composantes de la CS31 concernent la France entière ; il est bien possible que les mêmes données pour la seule aire urbaine de Paris montrent des revenus plus élevés qui feraient passer une part encore plus importante de ces catégories au-dessus de la frontière.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution de la composition sectorielle de l’emploi en Île-de-France, entre 1968 et 2013.
Crédits Source : INSEE, 2017 c.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 2. Évolution du poids des CS dans la population active ayant un emploi en Île-de-France, entre 1968 et 2013.
Crédits Source : INSEE, 2017 c. Elle ne comporte que la CS agrégée, à un chiffre.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21838/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 3. Évolution des effectifs des CS3 pour les actifs ayant un emploi stable dans l’aire urbaine de Paris.
Crédits Source : INSEE, Recensements de la population 1990, 1999, 2008, 2013.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21838/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 4. Évolution des effectifs des CS4 dans l’aire urbaine de Paris.
Crédits Source : INSEE, Recensements de la population 1990, 1999, 2008, 2013.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21838/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 5. Évolution des effectifs des CS5 dans l’aire urbaine de Paris.
Crédits Source : INSEE, Recensements de la population 1990, 1999, 2008, 2013.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21838/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Figure 6. Évolution des indices de ségrégation des CS dans l’aire urbaine de Paris entre 1990 et 2013.
Crédits Source : INSEE, Recensements de la population 1990, 1999, 2008, 2013.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21838/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Figure 7. Évolution de l’indice de dissimilarité entre la CS56 et les CS3x dans l’aire urbaine de Paris.
Crédits Source : INSEE, Recensements de la population 1999, 2008, 2013.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21838/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure 8. Évolution de l’indice de dissimilarité entre la CS67 et les CS3x dans l’aire urbaine de Paris.
Crédits Source : INSEE, Recensements de la population 1999, 2008, 2013.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21838/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Carte 1. Typologie socioprofessionnelle des IRIS en 1999, centre de l’aire urbaine de Paris – IRIS des types supérieurs (carte réalisée avec QGIS).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21838/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Carte 2. Typologie socioprofessionnelle des IRIS en 2013, centre de l’aire urbaine de Paris – IRIS des types supérieurs (carte réalisée avec QGIS).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21838/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Carte 3. Typologie socioprofessionnelle des IRIS en 1999, centre de l’aire urbaine de Paris – IRIS des types moyens-mélangés (carte réalisée avec QGIS).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21838/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Carte 4. Typologie socioprofessionnelle des IRIS en 2013, centre de l’aire urbaine de Paris – IRIS des types moyens-mélangés (carte réalisée avec QGIS).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21838/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

Auteur

Edmond Préteceille est directeur de recherche émérite du CNRS à l’Observatoire sociologique du changement de Science Po (UMR 7049). Ses recherches actuelles portent sur la transformation économique et sociale des grandes métropoles dans la globalisation, avec un intérêt plus particulier pour l’analyse comparative des inégalités urbaines et de la ségrégation. Parmi de très nombreux ouvrages, il a récemment publié La Ségrégation urbaine avec Marco Oberti (La Découverte, 2016).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search