Version classiqueVersion mobile

Les bobos n’existent pas

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Anaïs Collet
, 
Colin Giraud
, 
et al.

Les bobos dans la presse française : retour sur la politisation d’une catégorie

Anaïs Collet et Jean Rivière

Texte intégral

« Le bobo se porte plutôt à gauche, et il est poilu de la gueule d’habitude. C’est la mode musulmane ça, d’être poilu de la gueule. Comme ça, ça vous fait prendre pour un FLN. »
Jean-Marie Le Pen, LCP Assemblée nationale, 19 avril 2012

1La catégorie « bourgeois bohème », ou sa contraction « bobo », a fait son entrée en France en l’an 2000, à la suite de la traduction de l’essai de David Brooks paru la même année aux États-Unis, comme l’a décrypté le chapitre précédent. Alors qu’elle a disparu aussi vite qu’elle était apparue outre-Atlantique, elle a connu un important succès en France et s’est imposée dans le langage ordinaire au point d’entrer, dès le milieu des années 2000, dans les dictionnaires Robert et Larousse. Le terme a connu une diffusion immédiate et extrêmement rapide. Initialement utilisé par des journalistes ou des essayistes (de La Porte, 2006 ; Tasset, 2011) pour décrire les modes de vie, les goûts et les valeurs d’un ensemble constitué d’habitants des centres des grandes villes, il a été repris par des essayistes ou des artistes (voir le chapitre de Colin Giraud) comme catégorie de description du monde social et a été progressivement mobilisé dans le champ « journalistico-politique » (Champagne, 1984). Mais, à y regarder de plus près, les contours de ce(ux) que cette catégorie sert à désigner ne sont pas stables dans le temps, et on peut émettre l’hypothèse que leur fluctuation éclaire moins les dynamiques sociologiques à l’œuvre dans les mondes urbains que l’évolution des termes du débat politique français au cours des dernières années (Noury, 2013 ; Rouquet, 2013). Pour étayer cette hypothèse, ce chapitre propose de revenir sur le processus de diffusion et de circulation de la catégorie des « bobos » en France entre 2000 et 2014, en soulignant les modalités de sa progressive politisation, qui contribue à brouiller autant l’analyse de l’espace social que la structuration de l’espace politique.

2Outre les recensions académiques portant sur l’ouvrage de David Brooks et ses effets (Clerval, 2005 ; Vivant, 2006), un certain nombre de recherches universitaires récentes ou en cours se sont déjà attachées à explorer cette question selon des approches voisines (voir le tableau 1). Qu’ils soient conduits en sociologie, en science politique ou en géographie, la plupart de ces travaux tentent d’objectiver quantitativement la diffusion du terme « bobo » au cours des années 2000, en recourant pour cela au comptage de ses occurrences dans des corpus d’articles généralement construits à partir d’une exploitation de bouquets de presse numériques (Europresse ou Factiva). Bien que le caractère « hétérodoxe » (Rouquet, 2013) de la catégorie des « bobos » invite plutôt à étudier sa circulation dans des supports médiatiques tels que la télévision ou les blogs sur Internet, les études regroupées dans le tableau 1 s’accordent sur le fait que la presse écrite quotidienne nationale continue de bénéficier d’un fort capital symbolique ou d’un « magistère moral » (Neveu, 2004), qui sont d’autant plus décisifs que le champ médiatique est caractérisé par une tendance à la « circulation circulaire de l’information » (Bourdieu, 1996).

Tableau 1. Quelques travaux universitaires sur la présence médiatique des bobos.

Tableau 1. Quelques travaux universitaires sur la présence médiatique des bobos.
  • 1 Autrement dit, certains titres de la presse écrite nationale y figurent dès le début des années 20 (...)

3Si le principal problème méthodologique auquel ces démarches se heurtent est que la composition de ces bouquets n’est pas stable dans le temps1, la comparaison de ces travaux donne toutefois des résultats convergents quant aux processus, aux rythmes et aux glissements thématiques qui permettent de comprendre la diffusion de la catégorie des « bobos ». C’est pourquoi ce chapitre est structuré selon une logique chronologique dont on verra que les moments charnières sont constitués par des séquences électorales – associant élections présidentielles et scrutins municipaux –, qui jouent le rôle de catalyseurs en accélérant la diffusion du terme tout en modifiant la signification de ses usages. Pour chacune de ces périodes, des éléments quantitatifs relatifs à la fréquence du terme dans plusieurs types de journaux (presse quotidienne nationale, presse quotidienne régionale, presse hebdomadaire et « magazine ») et des éléments plus qualitatifs sur des essais littéraires et des productions culturelles emblématiques des tendances à l’œuvre sont mobilisés, ainsi que plus ponctuellement des représentations cartographiques qui permettent d’esquisser une géographie des lieux dont il est question quand la presse évoque les bobos. La première partie revient ainsi sur l’apparition du terme au début des années 2000, qui connaît alors un succès médiatique immédiat, conforté par la victoire d’équipes municipales de la gauche plurielle à Paris et à Lyon en 2001. Le deuxième temps, qui montre un virage de l’usage satirique de la catégorie vers le registre de l’insulte politisée, correspond à la campagne présidentielle de 2007 (animée par la question de « l’identité nationale ») et à celle des scrutins municipaux intermédiaires de 2008 (quand d’autres grandes métropoles régionales sont conquises par les socialistes et leurs alliés). Enfin, l’élection présidentielle de 2012 ouvre la dernière période, au cours de laquelle les bobos sont presque toujours enrôlés comme repoussoirs du « vrai peuple » (en particulier périurbain), et ce, dans des discours médiatiques tenus depuis des horizons politiques variés.

Le début des années 2000 : les bobos pour décrire (ironiquement) un « socio-style »

  • 2 La journaliste Annick Rivoire revient sur l’écriture de cet article dans la première table ronde p (...)
  • 3 Brooks parle de l’upper class, ce qui dans la sociologie étasunienne renvoie bien à la notion fran (...)

4L’irruption de la catégorie des « bobos » dans le champ médiatique français au cours des années 2000 et 2001 a d’ores et déjà été documentée de manière précise (de La Porte, 2006). C’est dans les colonnes de Courrier international qu’elle fait son apparition en juin 2000, à l’occasion d’un compte rendu du livre publié par David Brooks aux États-Unis (Yardley, 2000). Un mois plus tard, c’est surtout l’article « L’été de tous les bobos » d’Annick Rivoire, paru dans la rubrique « Tendance mode de vie » de Libération, qui représente le point de départ du succès de la catégorie2. Dans cet article, que Brooks n’aurait pas renié tant il relève du patchwork, les bobos à la sauce française sont dépeints en jouant sur le grand écart supposé définir leur identité en matière de pratiques sociales : « l’ambition majeure du bobo, c’est la contradiction réconciliée : argent et conscience sociale, esprit critique et hédonisme, culte du corps et sexualité débridée, anticonformisme et management, multiculturalisme et consommation de masse » (Rivoire, 2000). Reprenant la perspective adoptée par Annick Rivoire, des journalistes annoncent, dans Elle, Le Parisien, France Soir ou Le Monde, la naissance d’une « nouvelle catégorie sociale » ou d’une « nouvelle catégorie socioculturelle ». À l’automne, la publication de la traduction française du livre de Brooks est l’occasion d’une nouvelle série d’articles. Ceux-ci consolident une déclinaison française des bobos légèrement décalée par rapport aux cousins d’Amérique : tandis que les bobos de Brooks formeraient une élite passée par les universités les plus prestigieuses et occupant des postes de pouvoir dans le monde des médias, de la politique ou des grandes entreprises3, ceux décrits par les journalistes français correspondraient plutôt à une sous-élite, moins riche et moins puissante, mais nettement plus nombreuse.

5La « circulation circulaire de l’information » aidant, le succès de la catégorie est extrêmement rapide, de sorte que les articles de presse s’affranchissent de l’explicitation de l’expression « bourgeois bohèmes » pour parler directement des bobos. Cyprien Tasset (2011) a ainsi relevé une quinzaine de citations annuelles de l’expression complète « bourgeois bohèmes » dans Factiva au début de la décennie 2000, tandis que nos propres comptages aboutissent à une cinquantaine d’articles (pour près de 150 occurrences) comportant le mot « bobo », et ce, dans le même portail pour les seules années 2000-2001. Lors de cette toute première période, le quotidien Libération joue un rôle central (37 des 54 articles présents dans Factiva en 2000-2001 y sont publiés) dans la diffusion de la catégorie, qui semble alors convenir à merveille aux journalistes (et au lectorat) du quotidien de centre-gauche que Serge July qualifiait de « libéral-libertaire » à la fin des années 1970, tout en soutenant l’entrée dans son capital d’Édouard de Rothschild dans les années 2000 (Rimbert, 2005).

Figure 1. Distribution annuelle des articles contenant le mot « bobo » dans trois titres centraux de la presse nationale entre 2000 et 2012 (d’après Rouquet, 2013).

Figure 1. Distribution annuelle des articles contenant le mot « bobo » dans trois titres centraux de la presse nationale entre 2000 et 2012 (d’après Rouquet, 2013).
  • 4 Deux facteurs cumulatifs concourent à cela : d’une part, le fait que Le Figaro soit le quotidien q (...)

6D’autres comptages effectués par Tristan Rouquet confirment ce rôle initial de Libération, tout en relevant qu’ensuite, entre 2002 et 2006, c’est dans Le Figaro qu’il est le plus fréquemment question des bobos4 (voir la figure 1). Toutefois, dans la première moitié des années 2000, ces usages du terme dans les colonnes du quotidien détenu par le sénateur de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) Serge Dassault ne correspondent pas majoritairement à un registre politique. Au Figaro comme dans les autres titres de presse dépouillés, le décollage de la catégorie s’impose en effet surtout via les pages dédiées aux « tendances », qu’il s’agisse d’immobilier – saisi à travers le prisme des quartiers à la mode – ou de consommation – bars et restaurants, magasins de mode ou d’ameublement, produits d’alimentation et technologie numérique en particulier (voir l’encadré). Les articles de presse de cette période procèdent ainsi souvent par la description de certains quartiers du centre des grandes agglomérations, caractérisés par leur (relative) mixité, en insistant notamment sur le rôle des espaces publics comme lieux de sociabilités. Au fil des articles se dessine une géographie des mondes urbains qui incarneraient les bobos, au premier rang desquels on retrouve les quartiers gentrifiés de l’Est parisien (10e et 11e arrondissements, secteur du canal Saint-Martin) ou leur prolongement du Bas-Montreuil, ceux de Lyon avec les pentes de la Croix-Rousse et des quartiers « bobos en devenir » comme la Guillotière ou Vaise, ou encore le quartier de la Krutenau à Strasbourg. À ces hauts lieux s’ajoutent des exemples de quartiers situés dans d’autres grandes capitales européennes (Berlin, Stockholm) et des lieux de villégiature plus ou moins exotiques ou « branchés » dont la liste laisse transparaître la faible consistance sociologique de la catégorie (Bali, Saint-Malo, Antibes, la Corse, Cannes et son festival, mais aussi Millau et son rassemblement altermondialiste). Les images et représentations sociales correspondant aux bobos sont ainsi forgées dans la presse par le biais de celles des quartiers qu’ils pratiquent et réciproquement, ce qui montre l’importance de la dimension spatiale du capital symbolique (Ripoll, 2005) et des classements sociaux. Progressivement, la catégorie entre ainsi dans le langage courant comme catégorie de description de milieux sociaux et / ou de leurs espaces, en étant mobilisée dans des rubriques « Littérature » ou « Cinéma » pour décrire tantôt une intrigue et des personnages, tantôt un décor intérieur ou un paysage.

Les premiers pas des bobos dans la presse

« Hier encore, ils portaient barbe fleurie, sabots suédois et pull en poil de bique : les adeptes du bio se recrutaient chez les purs et durs de la nutrition naturelle, glanant leur jus de betterave et leurs pousses de soja quotidiens à l’épicerie diététique du coin. Époque révolue. Désormais, tout le monde est bio. Du baba au bobo, tous arpentent les allées du Salon Marjolaine, première manifestation grand public de la filière bio... » (Festraëts, L’Express, 2001)

« À côté de son bistrot « rétro-bobo-tout beau », qui tient toujours bien la route, côté ambiance et cuisine (bons produits, touche de modernité sur fond de tradition : suprême de volaille fermière, risotto crémeux au parmesan ; souris d’agneau de sept heures, légumes au jus court...), Philippe Damas a ouvert une cave-épicerie mitoyenne où l’on peut acheter toutes les bouteilles de sa carte de vins [...] ainsi qu’une sélection de bons fromages [...] et de jambons top niveau. » (Monsat et al., Le Figaro, 2001)

« Fini le yoga des babas, le yoga des bobos a pris la relève. Il y a deux ans, la tradition hindoue de relaxation n’avait plus la cote : on lui préférait ses cousins d’Extrême-Orient. Et puis il a suffi que les modes zen ou tai-chi-chuan passent pour que le yoga revienne en force. [...] Entre deux réunions, une séance permet un break propice pour libérer l’esprit du bosseur bobo bousculé. » (Poitte, L’Expansion, 2001)

« Cette année, la première nuit du ramadan tombait au deuxième jour du beaujolais nouveau. À Couronnes, point de jonction des XIe et XXe arrondissements parisiens, au confluent d’une capitale “bobo-ethno-chic” (celle de la rue Oberkampf) et de cités “sensibles”, la fête du beaujolais qui se tenait vendredi au bistrot Chez Mireille fut très arrosée. Très gauloise et décoiffante pour ceux qui débarquaient dans le quartier alléchés par “l’ambiance ramadan”, Antoine et ses amis des Beaux-Arts venus exprès du VIe arrondissement pour manger une chorba (soupe traditionnelle) : “C’est authentique, pas ce business déprimant qu’on a avec notre Noël.” À Paris, le ramadan est devenu un alibi de la vie cultureuse et branchée... » (Grosjean, Libération, 2001)

  • 5 Voir par exemple les propos de Charles Berbérian lors de l’émission Service public du 3 septembre (...)

7À travers des lieux ou des objets de consommation, ce sont des goûts, des valeurs ou des manières d’être qui sont pointés, à la manière des « socio-styles » (Georgakakis, 1997 ; Herpin, 1986). À la suite de Brooks, les journalistes français récusent ainsi implicitement la pertinence des classes sociales, qui seraient désormais périmées. Exit les tranches de revenus ou les catégories socioprofessionnelles : grâce aux bobos, « il devient possible de parler de populations qui n’entrent dans aucune catégorie statistique mais partagent des comportements » (de La Porte, 2006, p. 517). Un choix ad hoc qui facilite grandement le travail des journalistes pour lesquels écrire sur les bobos relève bien plus de l’exercice de style que du travail d’enquête. Du reste, pas besoin de chercher bien loin puisqu’ils semblent s’identifier eux-mêmes aux bobos et, réciproquement, nourrir une image des bobos qui leur ressemble. Il leur suffit alors de concaténer des traits observés autour d’eux de manière éparse en un seul personnage dont le portrait sera brossé sur un ton gentiment moqueur (le bobo, c’est aussi le lecteur), l’article s’achevant généralement par un aveu d’autofiction. L’autodérision est donc la tonalité qui prévaut dans ce premier ensemble d’articles. On la retrouve également dans les quelques productions culturelles qui s’emparent du sujet, à l’image de la chanson de Renaud (voir le chapitre de Colin Giraud) ou de la bande dessinée Bienvenue à Boboland, qui croque – de manière toutefois beaucoup plus précise que nombre d’articles de presse – les habitants du canal Saint-Martin (dans le 10e arrondissement de Paris) à travers leurs rapports compliqués à l’argent, à la réussite professionnelle, à l’éthique ou aux normes conjugales et familiales. Le ton y est moqueur et ironique mais jamais politique et les auteurs, Philippe Dupuy et Charles Berbérian, reconnaissent volontiers en interview5 faire partie du milieu qu’ils décrivent (Dupuy & Berbérian, 2008).

Bienvenue à Boboland : observation et autodérision

Philippe Dupuy et Charles Berbérian sont lauréats du Grand Prix du Festival d’Angoulême en 2008, l’année de la parution de Bienvenue à Boboland. Habitant tous deux le 10e arrondissement de Paris, ils racontent être partis, pour le premier tome, de l’observation des gens qui les entouraient : « Le projet derrière Boboland, c’est évidemment de décrire le monde dans lequel on vit, en partant de ce qui nous entoure. On a toujours travaillé comme ça avec Philippe. On commence par se décrire soi-même et les lecteurs se reconnaissent, ou pas. » (Bry, 2009) Écrivains, pigistes, stagiaires du journalisme ou de la publicité, techniciens de l’audiovisuel, leurs personnages mélangent en permanence relations, espaces et lieux de travail ou de détente. Ils ont un rapport troublé à l’argent, s’interrogeant sans cesse sur la valeur des biens qu’ils achètent (un « loft » pourri dans une cave, un restaurant « bio » où les produits ne le sont pas, un cabas « équitable »), mais aussi sur celle du travail qu’ils fournissent. Ils ont entre 30 et 40 ans, leurs normes conjugales et familiales semblent ébranlées, qu’ils vivent seuls ou en famille : l’expérimentation sexuelle et la recomposition des ménages sont omniprésentes ; quant aux enfants, ils sont à la fois un attribut essentiel des bobos et un élément perturbateur de leur monde. L’autodérision est revendiquée : « C’est salutaire de se moquer de soi-même, de ses propres contradictions, ce qui est la base même du terme “bobo”. Ce qui ne serait pas équitable, ce serait de s’extraire de cette caste pour les condamner. » (Ibid.)

8Les bobos ainsi décrits – leurs professions, styles de vie, goûts, etc. – et la manière même dont ils sont dépeints – par l’observation fine de traits de comportement et sur un ton d’autodérision – évoquent immanquablement d’autres figures des classes moyennes et supérieures intellectuelles saisies dans les années 1970-1980 par des journalistes, des auteurs de bandes dessinées ou de littérature – on songe par exemple aux Frustrés de Claire Bretécher ou aux antihéros des Choses de Georges Perec – ou par des sociologues, eux-mêmes proches des milieux qu’ils décrivent. « Nouvelles classes moyennes », « petite-bourgeoisie nouvelle » : déjà à cette époque, le lexique de la nouveauté est omniprésent. S’il renvoie alors à des mutations indéniables du système de production français et à des inflexions structurelles dans les trajectoires sociales (Bidou, 1984), il provient aussi en partie de la manière dont les membres de ce groupe social se présentent eux-mêmes – la nouveauté étant gage de modernité et de légitimité de leurs positions et de leurs prises de position, et permettant de renvoyer au passé d’autres fractions des classes moyennes ou de la bourgeoisie (Lechien, 2013). Par ailleurs, dès cette époque également, la « culture du discours critique » (Gouldner, 1979) qui les caractérise est mise en avant : autodérision et regard critique sur la société et sur soi-même font partie de l’éthique et des compétences des journalistes, sociologues, auteurs, publicitaires et experts en tous genres qui composent ce groupe social.

9Les bobos ne surgissent donc pas de nulle part, et la référence aux « nouvelles classes moyennes » des années 1970-1980 permettrait de dissiper aisément certains des faux paradoxes qui alimentent les articles de presse – en particulier l’idée, qui va structurer les premiers articles à teneur politique, d’un groupe inédit car sociologiquement à droite mais politiquement à gauche. Comme l’indique le politiste Éric Agrikoliansky, « le terme “bobos” ne fait [...] que parer d’une illusoire nouveauté la description d’un phénomène ancien (le PS n’est pas le parti de la “classe ouvrière” mais plutôt celui des catégories moyennes et supérieures, athées et à fort capital culturel) » (2012). Mais les journalistes des années 2000 s’accrochent au diagnostic d’une « nouveauté sociologique » – sans lequel, il est vrai, leurs articles perdraient beaucoup de leur intérêt et ne rencontreraient certainement pas le même succès – et l’alimentent par la production incessante de jeux de mots déclinant le label (voir l’encadré), qui contribuent eux aussi à diffuser l’idée de groupes sociaux inédits que l’on ne saurait désigner autrement (de La Porte, 2005).

Petit lexique (non exhaustif) de quelques cousins médiatiques des bobos

• « botra » (2001) : bourgeois traditionnel.
• « nono » (2001) : nouveaux nomades, jeunes sans avenir mal intégrés à la société.
• « probo » (2001) : prolétaire bohémien.
• « nono » (2003) : hyperbobo allergique aux logos et aux marques des produits de consommation.
• « bomeur » (2012) : bobo chômeur.
• « bobolchevique » (2012) : bobo qui tente – selon Valeurs actuelles – de se faire passer pour un prolétaire.
• « boubour » (2013) : bourgeois bourrin opérant un retour aux valeurs conservatrices de la bourgeoisie.

10Parallèlement à ce premier registre de discours sur les bobos apparaissent, assez rapidement, d’autres usages de la catégorie dans des articles traitant de questions politiques, en particulier en période électorale. Dans le contexte des campagnes pour les scrutins municipaux en janvier 2001, une tribune du géographe-consultant Christophe Guilluy prophétise pour Libération – ce quotidien ayant été choisi à dessein comme support de publication stratégique – que les bobos vont jouer un rôle central dans les recompositions politiques de la capitale et des grandes villes :

On ne rappelle pas assez que la gauche doit d’abord son retour à Paris à une modification profonde de la population, et notamment à l’apparition au début des années 90 d’une nouvelle bourgeoisie. Plus généralement d’ailleurs, l’influence croissante de la gauche plurielle à Paris et dans les villes-centres des grandes métropoles révèle d’abord la capacité des socialistes et des Verts à répondre aux attentes de cette « bourgeoisie bohème » des centres urbains... Ces bourgeois bohèmes, que l’américain David Brooks définit comme le produit d’une fusion entre le monde artistique et intellectuel et le monde de l’entreprise, investissent depuis près de dix ans l’ensemble des quartiers et arrondissements populaires de la capitale. Individualisme, multiculturalisme, intérêt pour les questions environnementales, adhésion aux valeurs libérales, absence de référence à la lutte des classes, les « bobos » adhèrent fortement aux idéaux portés par la gauche socialiste et écologiste. (Guilluy, 2001)

  • 6 On ne discutera pas ici de la pertinence de cette idée, qui constitue pourtant un contresens flagr (...)

Un retour sur la genèse de cette tribune révèle que son auteur s’est emparé de la catégorie des « bobos » parce qu’il « voulait un terme qui définisse la violence sociale, parce que l’embourgeoisement de ces quartiers populaires, qu’on appelle la gentrification, est une violence sociale », sa volonté de « médiatiser le truc » s’inscrivant dans une perspective de dénonciation de la géographie des inégalités sociales (cité par de La Porte, 2006, p. 517). Dans son dernier essai, l’auteur précise que « travaillant sur la gentrification des quartiers populaires à la fin des années 1990, [il] cherchai[t] à montrer un conflit de classes sciemment dissimulé par l’utilisation d’un mot neutre tel que “gentrificateurs” » (Guilluy, 2016, p. 33)6. Si, au tout début des années 2000, le terme « gentrificateur » (ou « gentrifieur ») ne renvoie en effet pas à grand-chose pour un large public, il est ironique que Christophe Guilluy lui préfère, pour dénoncer une lutte de classe, celui de « bobo », façonné précisément dans le registre dépolitisé de la fin des conflits. C’est cette lecture qui va néanmoins s’imposer.

  • 7 Le journaliste Jean-Michel Helvig revient sur l’écriture de cet article dans la première table ron (...)

11La question des effets électoraux de la gentrification est ensuite remobilisée dans une lecture ex post du scrutin parisien qui cherche à « vérifier scientifiquement » ce rôle supposé décisif des bobos dans le changement de majorité de la capitale (Helvig, 2001)7. Parce qu’il éprouve des difficultés à les isoler dans « l’échantillon habituel d’un sondage », le journaliste Jean-Michel Helvig organise sa « traque » sur la base de l’hypothèse que les bobos ont « un revenu élevé, des diplômes et s’installe[nt] de préférence dans des arrondissements qui ont voté à gauche », tout en reconnaissant qu’il opère « un coup de filet aux mailles un peu larges », mais sans relever le caractère tautologique de sa démarche. Dès lors, le terme tire une légitimité nouvelle de ces cautions « scientifiques » et entame sa carrière politique (Gurrey, 2001) en incarnant les valeurs portées par la deuxième gauche.

12Moins d’un an plus tard et alors que c’est cette fois l’élection présidentielle de 2002 qui se profile, les « bobos » arrivent au Figaro par un article d’Éric Zemmour, qui envisage le positionnement politique d’Alain Madelin en ces termes :

Complexé à l’excès par sa jeunesse d’extrême droite, Madelin ne supporte plus d’être classé à droite. « Aux États-Unis, je serais démocrate », a-t-il confié un jour à un de ses amis. Madelin est la meilleure incarnation sur l’échiquier politique de l’électorat « bobo », ces « bourgeois bohèmes » issus de Mai 68, libéraux-libertaires, pour qui fumer un joint de marijuana n’est pas criminel, qui passent tout aux minorités, homosexuelles ou ethniques. L’ennui est que ces gens-là se croient de gauche. [...] Madelin assume sa complicité idéologique avec un Cohn-Bendit au moment même où le pays, lassé par trente années de laxisme soixante-huitard, affolé par une insécurité croissante, réclame un État fort et répressif. (Zemmour, 2001)

Le parallèle qu’il établit entre le champ politique étasunien (dans lequel Alain Madelin se situe proche des démocrates) et le champ politique français (dans lequel Zemmour envisage une proximité entre Alain Madelin et Daniel Cohn-Bendit) fait écho à la stratégie de brouillage des clivages « classiques » de Brooks (voir le chapitre de Sylvie Tissot). Cette apparente convergence entre les analyses de Christophe Guilluy (proche de la gauche chevènementiste) et d’Éric Zemmour (proche de la droite réactionnaire) ainsi que leur commune dénonciation des bobos nous semblent éclairer un certain nombre d’usages plus contemporains de la catégorie dans le champ politico-médiatique, qui se font jour à partir du scrutin présidentiel de 2007.

Le tournant de la séquence 2007-2008 : la droitisation progressive de l’usage du terme « bobo »

13Après l’irruption des bobos dans le champ médiatique, la catégorie va connaître une montée en puissance spectaculaire et régulière jusqu’en 2007, année où les titres les plus importants de la presse nationale que sont Libération, Le Monde et Le Figaro publient à eux trois pas moins de 180 articles évoquant les bobos (voir la figure 1). Au cours de la première moitié des années 2000, la connotation de la catégorie, à l’origine plutôt marquée par l’autodérision, devient de plus en plus péjorative, le processus de disqualification étant favorisé par « l’appropriation de la catégorie dans les luttes de partis » (Tasset, 2011). Celle-ci est en effet mobilisée de manière croissante par la droite, notamment dans les colonnes du Figaro, pour critiquer la politique municipale parisienne conduite par Bertrand Delanoë, ce dernier constituant alors l’incarnation du bobo – au point que l’on peut se demander si l’usage péjoratif du terme ne cache pas une certaine dérive homophobe (Portes, 2003). L’hebdomadaire Valeurs actuelles s’empare aussi du terme et du thème pour dénoncer, entre autres, le multiculturalisme naïf des « bobos et chrétiens-de-gauche » (de Koch, 2009) ou leurs goûts culturels « prétentieux et abscons » (« Le temple bobo de Delanoë », 2008).

14La question posée n’est alors plus de savoir qui la catégorie désigne, ni même si les bobos existent vraiment. La figure caricaturale qui s’est forgée dans les médias est récupérée telle quelle par la droite comme une figure-repoussoir permettant de renouveler une critique politique, adossée à des clivages sociaux, déjà ancienne : les « bobos » viennent prendre le relais de la « gauche caviar », catégorie dont la nouveauté s’est émoussée mais dont l’efficacité politique reste entière, tant elle incarne un dégoût de classe envers des groupes riches en capital culturel mais plus faiblement dotés en capital économique de la part de ceux dont la structure du capital est inverse (Haegel, 2012). Comme sa grande sœur, la catégorie des « bobos » permet ainsi l’expression d’une droite qui revendique le travail comme valeur fondamentale et se situant du côté de l’entreprise privée et du mérite individuel, qui érige l’immigration en menace (pour l’emploi, les finances publiques et la culture – bref, la nation) et qui fustige l’influence, voire le diktat, de la pensée libérale post-soixante-huitarde sur le plan de la morale et de la culture. Ce répertoire déjà ancien de critiques adressées aux classes moyennes et supérieures du secteur public trouve alors un nouveau souffle qui alimentera des rhétoriques populistes selon lesquelles la domination culturelle et morale de ce groupe social se doublerait d’une domination économique cachée, via l’alliance de ses élites culturelles et politiques avec les représentants du grand capital, au mépris de l’intégrité et de la vitalité économique des classes populaires désignées comme « la France d’en bas ». Un petit essai paru dans les années 2000 (d’Épenoux, 2003) déploie ainsi, sur un ton inspiré par l’esprit de revanche, l’ensemble de cet argumentaire qui va nourrir « la droite décomplexée ». Contre le carcan du « politiquement correct », l’audace serait désormais d’oser être réactionnaire, nationaliste et individualiste. Le tour de force consiste à associer ces valeurs aux classes populaires, dans une équation d’apparence implacable (puisque les élites sont de gauche, alors la droite est du côté des opprimés) où la figure des bobos construite par la presse de centre-gauche depuis 2000 joue un rôle central.

Les bobos me font mal ou le répertoire de la droite décomplexée

Les bobos me font mal, sous-titré Bourgeois-bohèmes : minorité mal intégrée à qui l’on doit une droite un peu gauche et une gauche maladroite, est un essai paru en 2003 qui illustre à la fois la politisation progressive de la catégorie des « bobos » et sa récupération par la droite (d’Épenoux, 2003). L’auteur, « concepteur-rédacteur dans une agence de publicité » et romancier (selon la quatrième de couverture), adopte en préface le ton de la revanche envers l’oppression intellectuelle que lui auraient fait subir ses « camarades bobos » : « Je dédie ce livre à mes chers camarades qui, lors de fins de dîner houleuses et le vin aidant, se sont tout juste retenus de me cracher à la figure parce que j’osais chahuter le confort intellectuel dans lequel, sans plus se poser de questions, ils étaient installés depuis toujours », écrit-il en préface. Construit en dix-huit chapitres très courts, l’ouvrage commence par un portrait-robot des bobos très proche de ceux que l’on peut lire dans la presse magazine depuis 2000 (où défilent quartiers, logements, habillement, presse, restaurants, décoration, consommations culturelles, prénoms des enfants, professions). Mais il glisse rapidement vers la dénonciation : les bobos seraient en fait de « vrais bourgeois », riches, snobs, peu contraints par leur travail, dominant la fabrique de l’opinion, intolérants et sectaires, ignorants, hypocrites, méprisants à l’égard du peuple (blanc) comme de la bourgeoisie traditionnelle. On retrouve la critique bien connue de la gauche caviar qui ne peut assumer ses idées que grâce à son argent et peut se déclarer proche du peuple précisément parce qu’elle en est objectivement très éloignée (l’école publique étant défendue mais fréquentée uniquement dans des quartiers bourgeois). On retrouve également le discours sur la traîtrise des anciens soixante-huitards, passés des « grandes causes » au « grand capital ». Mais, en réaction, l’auteur n’hésite pas à basculer dans un populisme exacerbé, par exemple dans un chapitre sur le goût pour le vélo (construit sur une opposition entre « le vélo du Tour de France, du lycra, de la casquette et de la sueur » et la « bicyclette chic et chère » en cuir et métal noir) où il n’hésite pas à se placer du côté de la « France d’en bas », de la « plèbe banlieusarde » et de la « piétaille » jugée d’en haut par les bobos. Ce populisme prend un tour plus politique quand l’auteur leur reproche de préférer la cause des immigrés sans-papiers à celle des ouvriers lorrains au chômage, dans une opposition rhétorique qui montera en puissance au cours des années 2000, entre un « bon » peuple méritant – celui des « petits blancs » des périphéries –, et celui des « immigrés » des villes dont la légitimité est déniée. François d’Épenoux n’hésite pas à rendre les bobos coupables, par leur ignorance sociale et politique et leur sectarisme, de la montée en puissance du Front national (FN) : en taisant les problèmes des classes populaires et des banlieues « pour ne pas faire le jeu du FN », en « coupant le cou à quiconque se trouvait suspecté de vouloir comprendre le phénomène Le Pen », ils auraient produit une droite « complexée et terrorisée à l’idée de se voir accuser de “chasser sur les terres du FN” » et seraient responsables, en définitive, du succès de ce dernier en 2002. Par leur naïve « politique immigrationniste », ils auraient alimenté le racisme, le travail au noir et la misère en croyant les endiguer. Quelques années avant le rapport de la fondation Terra Nova qui mettra le feu aux poudres au sein du Parti socialiste (PS), l’auteur relie ainsi le succès de Jean-Marie Le Pen à la présidentielle de 2002 à l’éloignement des cadres du PS par rapport aux couches populaires.

15Face à cette rapide politisation de la catégorie des « bobos », on voit se tendre le débat, avec des prises de position « pour » ou « contre » et des magazines qui semblent regretter d’avoir, à travers l’autodérision des premiers papiers, si bien prêté le flanc à la droite. La manière dont la catégorie est récupérée par la droite au tournant de 2008 semble ainsi inciter des producteurs culturels qui s’étaient initialement placés dans une perspective d’autodérision, sinon à amender leur propos, du moins à le compléter. Certains titres de presse adoptent alors une perspective « méta-journalistique » (Tasset, 2011) pour comprendre le succès d’un terme qu’ils participent toutefois eux-mêmes à consacrer : « Les bobos, du pinacle au pilori » pour Stratégie (Debouté & Le Goff, 2005), « Faut-il achever les bobos ? » pour Technikart (Malnuit & Schontz, 2006), « Bobo est-il un gros mot ? » pour Le Nouvel Obs Paris (2007). Si ce dernier titre ne tranche pas et se contente de mettre en scène un débat « pour ou contre les bobos », les journalistes de Technikart s’érigent, eux, en défenseurs d’un groupe qui serait traité de manière injuste et mensongère. Statistiques et interviews de sociologues à l’appui, c’est alors de leurs lecteurs qu’ils parlent – des intermittents et des pigistes trentenaires qui ont peu à voir avec les baby-boomers de Saint-Germain-des-Prés épinglés par François d’Épenoux. L’éventail social potentiellement couvert par la catégorie des « bobos » est si large qu’il permet ainsi tous les débats. De leur côté, les auteurs de Bienvenue à Boboland opèrent également un net virage dans le second tome de leur bande dessinée, Global Boboland. Ils passent ainsi de la critique sociale légère à l’égard des journalistes et intermittents du canal Saint-Martin à une critique politique plus acerbe envers les élites politiques, économiques et leurs conseillers, sans toutefois minimiser la porosité des frontières entre ces deux groupes (voir l’encadré). L’essai de Thomas Legrand, éditorialiste politique à France Inter, et Laure Watrin, journaliste et essayiste, publié en 2014 relève de la même logique : s’appuyant sur des travaux universitaires et sur ce qui se présente comme une enquête journalistique à travers le recours aux extraits d’entretiens, les auteurs assument en réalité l’(auto-)défense d’un groupe qui serait injustement traité et qui présenterait pourtant de nombreux atouts pour la collectivité au regard des objectifs politiques dominants de « mixité sociale » ou de « participation » des citoyens à la vie publique (Legrand & Watrin, 2014).

Global Boboland ou le déplacement de la critique vers la « France d’en haut »

La bande dessinée Global Boboland (Dupuy & Berbérian, 2009) est présentée par ses auteurs comme la suite de Bienvenue à Boboland. Comme ils l’indiquent en interview, il s’agit dans ce second tome de déplacer la focale vers « la France d’en haut » et vers le monde de la politique et des grandes entreprises (Bry, 2009). On suit ainsi Alban Ninque, parodie d’Alain Minc, qui conseille au patron d’une multinationale de la pétrochimie de réclamer des aides publiques pour amortir les frais liés à la condamnation de ses activités polluantes. Les thèmes de l’économie mondialisée et de la collusion des élites remplacent les tourments liés à l’immobilier, à la consommation « éthiquable » et aux mœurs conjugales et sexuelles qui faisaient la matière du premier tome. Quant au ton, il « monte d’un cran » et devient plus « énervé », comme le revendique Charles Berbérian. Étroitement liés et solidaires entre eux, élus et hommes d’affaires globalisés tireraient profit, sans aucune considération morale, des lubies écologistes ou éthiques des bobos gentrifieurs de Paris ou d’ailleurs : pendant que ceux-ci s’agitent et parlent, les vrais bourgeois, unis et solidaires, profitent du crime. Les premiers paraissent dès lors bien naïfs au regard du cynisme des seconds. Mais les deux groupes sont loin d’être étanches, soulignent les auteurs en interview, souscrivant à la fois aux thèses de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (2000), qui rappellent l’existence d’une bourgeoisie mobilisée tenant les rênes du pouvoir politique et économique, et à l’idée d’une traîtrise des anciens soixante-huitards passés de la révolution aux affaires.

16Alors même que la fraction sociale qu’elle désigne est extrêmement mouvante, la catégorie des « bobos » semble servir un retour des classes sociales dans le débat public. Les joutes écrites ou orales sur ce thème révèlent une atmosphère de conflit social larvé dans un contexte de crise économique : on cherche les coupables, surtout en période préélectorale. Une observation plus précise des articles publiés lors de ce pic des années 2007-2008 confirme le rôle décisif des conjonctures électorales dans la diffusion du terme « bobos » (voir la figure 2). Le recours à un pas de temps mensuel montre en effet un doublement de son usage dans Factiva entre le tout début de l’année 2007 et la séquence électorale qui s’étale de mars à juin. Or c’est précisément lors de ces périodes de pic, au cours desquelles le poids relatif des articles politiques sur les bobos augmente par rapport aux articles décrivant leurs modes de vie, que s’opère le travail de politisation du label (Rouquet, 2013). Pour comprendre ce qui se joue à ce moment sous l’angle des bobos, il faut rappeler deux traits caractéristiques du scrutin présidentiel de 2007.

Figure 2. Distribution mensuelle des occurrences du mot « bobo » dans Factiva en 2007-2008.

Figure 2. Distribution mensuelle des occurrences du mot « bobo » dans Factiva en 2007-2008.

N. B. Au cours de cette courte période, la composition du bouquet Factiva est stable, ce qui permet d’écarter les biais méthodologiques évoqués dans l’introduction de ce chapitre.

  • 8 Cet article repose sur le dépouillement des pages généralistes de L’Humanité, Libération, Le Monde(...)

17D’une part, ce scrutin se déroule deux ans après les « émeutes » ayant eu lieu dans certains quartiers populaires de grands ensembles en 2005, et la focale médiatique est alors réglée sur les « banlieues » qui font l’objet – via la tendance à la « spatialisation des problèmes sociaux » (Poupeau & Tissot, 2005) – de très nombreux articles construits selon un prisme sécuritaire (Sedel, 2009 ; Rivière & Tissot, 2012). Une analyse quantitative portant sur les mots utilisés par la presse écrite pour décrire les mondes géographiques lors de la campagne présidentielle de 2007 permet en effet d’estimer qu’environ 10 % seulement des articles portent sur des espaces de centre-ville (Rivière, 20118). Encore faut-il préciser que ces articles regroupent en réalité deux types de quartiers intra-urbains : d’un côté les « beaux-quartiers » de la bourgeoisie historique ; de l’autre des espaces qualifiés de « quartier bobo », mais aussi de « bastion de la gauche écolo », de « coin libéral-libertaire », de « quartier gay », de « quartier gentrifié », de « village » ou même de « réserve d’intermittents [du spectacle] ». Il faut donc relativiser la place qu’occupent les quartiers gentrifiés dans la production journalistique préélectorale. Dans ce corpus d’articles, les habitants de ces quartiers sont présentés comme Brooks aurait pu le faire lui-même, c’est-à-dire à l’aide d’un cocktail sociologique haut en couleur qui rassemble, pêle-mêle, un « architecte », un « artiste », une « animatrice en sculpture », un « commerçant de gauche », un « Australien avant tout parisien », un « ex de la pub », une « productrice à France Inter » ou une « prof de piano diplômée de philosophie », dont les orientations électorales sont décrites comme proches du PS, mais aussi du Mouvement démocrate (Modem).

  • 9 Pour plus d’éléments sur cet épisode de la carrière médiatique des bobos, voir Rouquet (2013, p. 2 (...)

18D’autre part, le scrutin de 2007 est considéré comme une élection dite « de haute intensité » dans la mesure où l’abstention a été très faible (autour de 15 %) et où les trois quarts des suffrages exprimés se sont concentrés sur les trois premiers candidats (Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal et François Bayrou), ce qui la distingue nettement de celle de 2002 où l’abstention a été presque deux fois plus forte et où les trois premiers candidats (Jacques Chirac, Jean-Marie Le Pen et Lionel Jospin) ont totalisé environ la moitié des suffrages exprimés. Signe que le contenu du label peut rapidement évoluer, c’est le positionnement original de François Bayrou lors de cette campagne qui va lui valoir (ainsi qu’à ses électeurs putatifs) le statut de bobo, sur la base de deux articles (« Pourquoi les bobos votent Bayrou », 2007 ; Van Rentenghen, 2007) dans lesquels le candidat du Modem apparaît comme une synthèse des valeurs hétéroclites et des contradictions politiques supposées traverser les bobos. En refusant (dans ses discours) le traditionnel clivage entre la gauche et la droite, François Bayrou occupe en effet temporairement un positionnement original dans l’espace politique, qui fait écho – par « homologie structurale » (Bourdieu, 1979) – à une place originale dans l’espace social, celle décrite par la presse à l’aide de la catégorie nouvelle que constituent les bobos9.

  • 10 Sur la concurrence entre ces deux registres explicatifs lors du référendum de 2005 sur le traité i (...)

19Le nombre d’occurrences du terme « bobo » chute ensuite brutalement lors de la période estivale qui suit la campagne puis, à partir d’octobre 2007, le recours à la catégorie augmente de nouveau pour atteindre un second pic en janvier-février 2008 (voir la figure 2), autrement dit, au moment où se déroule la campagne pour les scrutins municipaux de mars, dont les issues sont appréhendées sur deux modes analytiques complémentaires. Un an après la victoire du candidat de l’UMP Nicolas Sarkozy, un certain nombre d’articles adoptent une grille de lecture politologique en mettant l’accent sur le modèle de l’élection intermédiaire qui pourrait favoriser les listes de gauche. Dans le même temps, d’autres articles adoptent une perspective plus sociologique en envisageant les effets électoraux de la gentrification ; autrement dit, ils se demandent si après Paris et Lyon en 2001, les bobos ne vont pas faire tomber d’autres métropoles dans l’escarcelle du PS et de ses alliés écologistes10. Un coup de sonde dans le portail Factiva sur la seule année municipale de 2008 montre bien comment la géographie des lieux dont il est question dans les articles sur les bobos se caractérise alors par un processus de diffusion vers le bas de la hiérarchie urbaine, qui passe par l’usage croissant de la catégorie par la presse quotidienne régionale (voir la figure 3).

Figure 3. Géographie des « bobos » dans le portail Factiva en 2008.

Figure 3. Géographie des « bobos » dans le portail Factiva en 2008.

Sources : Corpus composé d’articles contenant le mot « bobo » et parus en 2008 dans le portail Factiva. Ce portail comprenait alors les grands titres de la presse quotidienne nationale (Le Figaro, Libération, L’Humanité, Les Échos mais pas Le Monde), la plupart des titres de la presse quotidienne régionale (Ouest-France, Le Midi libre, L’Est républicain, Le Progrès de Lyon...) ainsi que quelques hebdomadaires (L’Express notamment). Seules les villes de plus de 50 000 habitants ont été considérées dans les comptages.

20Certes, c’est toujours Paris qui constitue, et de loin, le décor de la majorité des articles consacrés aux bobos, mais la plupart des métropoles régionales (Bordeaux, Lyon, Dijon, Marseille, Nantes, Montpellier, Angers, Toulouse...) font désormais l’objet d’articles évoquant la catégorie. La diffusion du label descend alors plus bas dans la hiérarchie urbaine, de sorte que les compétitions électorales municipales de villes moyennes (Nîmes, Troyes, Perpignan, Quimper, La Rochelle...) impliquent également de supposés bobos dans les colonnes de la presse quotidienne régionale. En Vendée, bastion historique de la droite, Ouest-France fait par exemple écho aux propos d’un candidat à La Roche-sur-Yon qui a « clairement fait le choix de sacrifier son aile la plus gauche, et de regarder plus au centre, vers les “bobos” » (« Anita Charrieau : “Nous avons une liste bien à gauche.” », 2008). Les journalistes des quotidiens régionaux ont alors tendance à voir des bobos dans la moindre sous-préfecture. Parallèlement, on s’aperçoit que la catégorie se diffuse à l’intérieur des grandes métropoles (voir la figure 3) : à Villeurbanne en limite de Lyon, à Bègles (et son maire écologiste forcément bobo) en périphérie de Bordeaux, et surtout dans l’emblématique Montreuil (Collet, 2015) mais aussi à Saint-Denis, Aubervilliers ou Nanterre, dans les anciennes banlieues rouges de Paris, où les journalistes n’hésitent pas à exagérer et à caricaturer les tendances à la gentrification à l’œuvre. Toutes les localités où l’on constate à la fois un afflux de classes supérieures liées à l’économie de la culture et un regain des votes de (centre-)gauche (PS, Europe écologie les Verts – EELV –, Modem, voire Nouveau Parti anticapitaliste – NPA) sont appréhendées à travers la focale « bobo ». La catégorie, érigée en repoussoir, permet ainsi aux partis de droite de revendiquer, par un simple jeu d’opposition, un ancrage populaire et local assurant leur légitimité. Plus en périphérie encore, à une trentaine de kilomètres de Nantes, Ouest-France décrit comment un « professeur aux beaux-arts de Rennes », une « infographiste » et un « enseignant » qui « changent la sociologie » de leur commune périurbaine d’adoption tentent d’échapper à l’étiquette du « bobo de service » qui leur est attribuée dans le cadre d’un scrutin municipal où ils sont vus comme une « liste de rapportés » (Biette, 2008). Ce schème de perception fondé sur l’opposition entre ces supposés bobos et les (autres) périurbains préfigure le destin médiatique du label au début des années 2010.

À partir de 2012, les bobos incarnent l’ennemi du peuple

21Selon la même logique de catalyseur qui a présidé au succès de la catégorie en 2001-2002 puis en 2007-2008, les bobos vont de nouveau apparaître de plus en plus dans la presse à l’approche de l’élection présidentielle puis des élections législatives de 2012 (voir la figure 4). Ils sont alors au cœur des enjeux de « luttes symboliques » (Bourdieu, 1984) entre les candidats pour imposer leurs représentations du monde social dans le champ politique (Rouquet, 2013). La figure des bobos, utilisée de manière disqualifiante, sert de repoussoir pour attaquer et affaiblir l’adversaire mais aussi pour définir, en creux, sa propre base électorale en affichant un soutien sans faille aux classes populaires. Dans le contexte d’une montée continue de l’abstention parmi les classes populaires et d’une désaffection croissante de ces dernières envers la classe politique (Matonti, 2005), l’enjeu principal est bien de parvenir à gagner leurs suffrages sans pour autant perdre son électorat traditionnel, et notamment ses supposées fractions de bobos.

Figure 4. Distribution mensuelle des occurrences du terme « bobo » dans Factiva en 2011-2012.

Figure 4. Distribution mensuelle des occurrences du terme « bobo » dans Factiva en 2011-2012.

N. B. Au cours de cette courte période, la composition du bouquet Factiva est stable, ce qui permet d’écarter les biais méthodologiques évoqués dans l’introduction de ce chapitre. Les fréquences de cette figure ne sont toutefois pas comparables avec celles établies par la figure 2, puisque la composition du bouquet est différente aux deux dates.

  • 11 Cette dernière est ainsi dépeinte comme dans les portraits de Brooks : « Avec ses cheveux blonds a (...)
  • 12 Dans l’ensemble du département, le revenu disponible médian en 2012 est de 16 600 euros par unité (...)
  • 13 Jean-Luc Mélenchon, « 1er mai : un parallèle honteux », 2 mai 2011, en ligne : http://www.jean-luc (...)
  • 14 « L’ascenseur social redescend au sous-sol. Endettés pour leurs logements, habitués à des standard (...)

22C’est sans doute à l’UMP que le grand écart est le plus visible. Après s’être choisi une porte-parole « bobo-compatible » en la personne de Nathalie Kosciusko-Morizet11, l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy s’empare du terme pour vilipender le PS lors d’une séquence politique où les riches bobos parisiens sont opposés au « peuple de France ». Pour aller à la pêche de ces voix « populaires » entre les deux tours, le président sortant n’hésite pas à contredire toutes les logiques qui avaient guidé son premier mandat et à défier la sociogéographie électorale, par exemple lorsqu’il déclare s’adresser non pas aux « bobos du boulevard Saint-Germain » mais aux « habitants de la Seine-Saint-Denis » (meeting du Raincy, 26 avril 2012) : alors même que les électeurs des quinze bureaux de vote rattachés au mythique boulevard lui ont accordé 45 % de leurs voix dès le premier tour – contre 27 % à François Hollande (Pottier, 2012), ils sont renvoyés du côté des socialistes tandis que le public du Raincy, atypique en Seine-Saint-Denis du fait de son profil sociologique12, est supposé faire croire à une adhésion massive de ce département emblématique des classes populaires. Pour l’UMP, le terme permet en même temps de brocarder les électeurs potentiels de Jean-Luc Mélenchon lorsque les sondages d’intentions de vote leur donnent de plus en plus de poids : la presse de droite (Le Figaro et Valeurs actuelles notamment) raille ainsi les « bobos grisés de rejouer l’assaut des sans-culottes » (Nay, 2012) ou encore les « bobolcheviques » (Bousquet, 2012) sans, cette fois, oser les associer au boulevard Saint-Germain. Cela n’empêche pas le candidat du Front de gauche d’user, de son côté, de la même rhétorique pour se différencier des socialistes, dénonçant sur son blog la « social-bobocratie narcissique13 » d’un PS converti au libéralisme économique et culturel et détourné du peuple. Mais il ne s’agit pas pour autant de perdre des soutiens, et la stratégie de Jean-Luc Mélenchon s’infléchit à l’approche du scrutin présidentiel quand « le bruit et la fureur laissent place à un chant des sirènes » (Rouquet, 2013) : le candidat du Front de gauche ne ferme plus la porte aux bobos, mais il les associe alors à la longue liste des perdants de la crise économique14.

23Si l’UMP comme le Front de gauche jouent ainsi sur un fil en brocardant des bobos à la définition floue, la candidate du Front national a la partie plus facile. La catégorie lui permet de renvoyer dos à dos les électeurs des deux principaux candidats, dans une classique stratégie de dénonciation de « l’UMPS », comme le souligne Romain Noury à partir d’un extrait d’un de ses discours de campagne : « Ici ce ne sont pas les bobos en mal d’animation qu’on attire, les bobos qui iront voir Nicolas à la Concorde après le brunch, avant de filer en Vélib à Vincennes pour voir si François a une cravate plus cool que celle de Nicolas, à moins que la séance de yoga n’oblige à écourter ces petites festivités parisiennes. » (2013, p. 28) Le portrait originel de bobos parisiens, sociologiquement à droite mais politiquement à gauche et davantage définis par des pratiques de sorties et de consommation que par des revenus ou des conditions d’emploi, est ici fort utile à la candidate du FN : il facilite l’amalgame entre les électeurs des deux principaux partis de gouvernement, qui auraient en commun d’être coupés de la réalité et des difficultés du peuple.

  • 15 Émission Tous politiques, France Inter / Le Monde / AFP, 17 février 2013.
  • 16 En juin 2010, le mouvement Riposte laïque et le Bloc identitaire répondent aux « apéros géants », (...)

24Mais, au-delà de la figure d’« ennemis du peuple » mobilisée par la plupart des candidats, les bobos revêtent dans la bouche de la patronne du FN un habit supplémentaire et a priori pourtant contradictoire : ils seraient de dangereux soutiens à l’immigration et aux immigrés. Marine Le Pen déclare ainsi pendant la campagne des législatives qui l’opposent, à Hénin-Beaumont, au patron du Front de gauche, que « Mélenchon, c’est le vote bobo et immigré » (Forcari & Alemagna, 2012) ; elle affirme aussi, quelques mois plus tard, lors de l’ouverture de la campagne pour les municipales de 2014, que la candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet est une « bobo de gauche » qui a « des positions systématiquement de gauche : à titre personnel, elle est pour le droit de vote des étrangers, elle considère que l’immigration est une chance pour la France15 ». La figure des bobos permet donc de rajeunir et de raviver la rhétorique anti-immigrés du FN, les bobos incarnant cette gauche « bien-pensante » qui ouvrirait en grand les frontières du pays aux immigrés sans jamais en assumer ni même en ressentir les conséquences. Au cours des trois dernières années, la catégorie est ainsi largement mobilisée dans les discours islamophobes qui s’imposent comme le nouveau visage du racisme (Hajjat & Mohammed, 2013) et émanent de divers mouvements d’extrême droite. Un exemple particulièrement frappant de cette rhétorique reposant sur l’équation « bobos = socialistes = immigrationnistes = pro-islamistes » est un petit essai publié par le mouvement Riposte laïque (coorganisateur des « apéros saucisson-pinard » de 201016) intitulé La Faute du bobo Jocelyn (Cassen & Tasin, 2011).

La Faute du bobo Jocelyn : les bobos, la « préférence immigrée » et le fantasme de l’invasion islamique

La Faute du bobo Jocelyn (Cassen & Tasin, 2011) est un essai publié en 2011 aux éditions Riposte laïque, association qui s’attaque à la présence de l’islam en France sous couvert de lutte pour la laïcité – et qui constitue un bon exemple de l’« OPA sémantique » opérée par l’extrême droite sur le vocabulaire républicain (Alduy & Wahnich, 2015). Il se présente comme « un roman de politique-fiction » teinté d’humour mettant en scène un trentenaire parisien, Jocelyn, au lendemain de la victoire du PS à la présidentielle de 2012. Le livre commence par le récit d’émeutes provoquées par le bon score de la candidate d’extrême droite (Perrine Marienne) au premier tour, qui mettent le quartier Barbès à feu et à sang, les musulmans (appelés « verlamans ») y répandant la terreur grâce à un déchaînement de violence physique et psychologique (traque des « petits blancs », humiliations, viols, attaques au couteau, etc.). Le calme revenu à la suite de l’élection du candidat du PS Francis Laslande, c’est un programme guidé par la « préférence immigrée » et l’allégeance à Bruxelles et à l’OTAN qui est mis en place par un gouvernement réunissant, entre autres, Martine Aubry, Eva Joly, Daniel Cohn-Bendit, Bertrand Delanoë, Bernard Henri-Lévy, Jacques Attali, Philippe Meirieu, Laurence Parisot, Jean-Luc Mélenchon ou encore Dominique de Villepin. L’antihéros bobo commence à comprendre sa « faute » lorsqu’il constate que peu à peu, au nom de l’ouverture aux autres, les socialistes laissent les musulmans faire régner la terreur et imposer leur « civilisation issue de la barbarie moyenâgeuse » à des Français dépossédés de leurs racines et de leur « civilisation des Lumières ». Le bobo Jocelyn rejoint alors la résistance qui s’organise dans les campagnes et conquiert peu à peu les Français, y compris des bobos nostalgiques et repentis, à coup de symboles patriotiques et catholiques revanchistes (diffusion de La Marseillaise dans les lieux de culte musulmans, lâchers de cochons, implantation de centaines de sapins à Noël, etc.). Le livre se clôt par une marche victorieuse sur les villes qui avaient été livrées aux musulmans (Paris, Strasbourg et Roubaix notamment), emmenée par les agriculteurs (la « population la plus précieuse ») suivis par la police, les pompiers et des habitants « même jeunes » armés de pioches.

Les bobos du livre – Jocelyn et sa sœur – sont présentés comme « candides », « niais », comme des « oisons » : enfants d’enseignants acquis aux thèses de Meirieu, passés par l’enseignement catholique privé et l’université Paris-Dauphine, travaillant pour des entreprises du CAC 40, militants au PS bourrés de mauvaise conscience, ils adhèrent aux idées d’égalitarisme, de solidarité Nord-Sud, d’antiracisme et de culpabilité postcoloniale en vigueur au PS. Les « verlamans » sont présentés comme des barbares violents, brutaux, sadiques et machistes, mais aussi stupides, qui paniquent lorsqu’ils aperçoivent une tranche de jambon ou entendent quelques notes de La Marseillaise. Quant aux Français résistants, ils forment un peuple blanc, masculin et hétérosexuel plein de bon sens et de lucidité qui riposte à la violence par un humour et un esprit bien gaulois.

  • 17 « L’introduction de l’ouvrage collectif Sociologie de Nantes décrit comment, depuis les années 198 (...)

25La critique des bobos passée à l’extrême droite sert ainsi à renouveler, sur un ton léger et corrosif, la dénonciation d’une gauche « bien-pensante » et irresponsable, mais aussi immigrationniste et faible, qui laisse la porte ouverte à l’assaut islamiste et finit par provoquer un duel entre hommes arabes des villes et hommes blancs des campagnes. Ces clivages mis en avant au niveau national sont également présents dans les programmes municipaux, à l’image du positionnement stratégique de la liste Nantes Bleu Marine lors du scrutin de 2014. Dans ses documents de campagne, la liste nantaise du FN a habilement instrumentalisé des travaux sur les divisions sociales de l’espace intra-urbain issus d’horizons très différents – des sociologues Philippe Masson, Marie Cartier, Rémy Le Saout, Jean-Noël Retière et Marc Suteau jusqu’à l’incontournable géographe Christophe Guilluy17 – pour montrer comment, selon elle, la politique locale conduite par le PS cherchait à répondre aux seuls besoins des bobos au détriment des « composantes populaires » de la ville :

  • 18 Ibid.

Ce double mouvement de gentrification et d’immigration participe à un processus de substitution de population complexe, où les couches populaires traditionnelles, ouvriers et employés, sont remplacées par des couches moyennes et supérieures et par des couches populaires immigrées. Ce double phénomène – gentrification / boboisation du centre et tiers-mondisation des quartiers périphériques – s’est déroulé dans notre ville en bénéficiant de la bienveillance de la municipalité sortante18.

Il est intéressant de noter comment est construite l’opposition frontiste entre deux fractions des mondes populaires (« traditionnelles » versus « immigrées »), seule la première étant qualifiée en termes socioprofessionnels avec la mention des « ouvriers et employés ». Quant à la seconde, dont les habitants occupent pourtant des positions au moins aussi subalternes dans les hiérarchies du monde du travail, elle est associée à un processus de « tiers-mondisation des quartiers périphériques », l’usage du terme de « substitution » entre ces deux composantes des classes populaires renvoyant à la thèse complotiste du « grand remplacement », très en vogue dans les milieux d’extrême droite (Madouas, 2014). Un peu plus loin dans son programme, la liste nantaise du FN s’appuie sur sa représentation stratégique du monde social pour présenter son projet culturel municipal, un thème dont on a souligné le rôle décisif dans le succès du label « bobo ». Le tract moque ainsi les préférences artistiques des bobos « seuls “capables” de s’extasier sur des réalisations coûteuses, incompréhensibles et méprisant le bon goût » et propose au contraire de mettre en avant « l’apport populaire original et identitaire » tout en valorisant « le patrimoine architectural nantais ». Au passage, la liste Nantes Bleu Marine s’insurge contre « une politique muséographique de repentance » à travers l’inauguration d’un mémorial de l’abolition de l’esclavage à Nantes en 2012, une ville dont partirent pourtant 43 % des expéditions négrières françaises ayant abouti à la déportation d’environ 450 000 personnes au cours du xviiie siècle.

  • 19 Au-delà de la question des représentations médiatiques développées dans ce chapitre, ce clivage es (...)

26Mais ce type de grille de lecture n’est pas cantonné à l’extrême droite. L’ensemble des candidats de droite, en brocardant les bobos, cherchent à se placer aux côtés de classes populaires « reformatées en hommes blancs hétérosexuels habitant le pavillonnaire » et élaguées de leurs composantes immigrée, féminine, homosexuelle (Tissot, 2013). Quant aux socialistes, ils finissent eux aussi par souscrire à cette (di)vision du monde social, comme en attestent les débats internes qui agitent le parti depuis 2010 autour de leurs liens avec le libéralisme économique et culturel. Le clivage principal semble résider dans l’opposition, pourtant dénuée de sens, entre les questions sociales (par exemple les inégalités sociales telles qu’elles sont produites par le monde du travail) et les sujets dits « sociétaux » (par exemple relatifs aux droits des étrangers ou aux normes familiales et conjugales)19. Ce clivage est de plus en plus présent dans la presse depuis le début des années 2010, à l’image d’un article de Libération intitulé « Social ou sociétal, la gauche doit-elle choisir ? » (Bouchet-Petersen, 2012) ou d’un autre de Télérama qui porte sur « la guerre des gauches » censée opposer « gauche prolo contre gauche bobo » (Cerf, 2011). Au sein du PS, ce registre d’opposition s’est cristallisé à travers l’affrontement entre deux lignes stratégiques qui recoupent des lignes politiques (voir l’encadré).

Les bobos au cœur des luttes d’appareil du PS ?

« Qu’ils soient ouvriers, paysans, indépendants, ou cols blancs précarisés, ce sont eux qui subissent depuis un quart de siècle les délocalisations d’activité, la déflation salariale, la précarité et le chômage. Une certitude : leur vision du monde est aux antipodes de celle des catégories supérieures, branchées sur le marché mondial. Deux cultures entrent en collision. Autant les bobos surdiplômés des cœurs de métropole évoluent avec aisance dans les flux mondiaux et sont familiers du multiculturalisme, autant les nouvelles classes populaires sont assignées à résidence et hostiles à une immigration qui apparaît à leurs yeux comme la déclinaison locale de l’ultra-libéralisme. Les premiers votent de plus en plus PS à Paris, Lyon, Lille, Toulouse, Rennes... Les seconds ne savent plus à quel saint se vouer. » (Malaurie, 2012)

« C’est une des grandes scissions des années à venir. Jusqu’ici marginale, une gauche d’inspiration conservatrice, parfois souverainiste, affichant un ton nouveau sur les questions de sécurité et d’immigration, a donné de la voix pendant la campagne. Tous quadras ou trentenaires, proches ou même membres du PS, ses représentants se nomment Christophe Guilluy, géographe très médiatisé avant le premier tour pour son livre Fractures françaises, compulsé par l’entourage de Nicolas Sarkozy afin d’ausculter ces fameuses zones périurbaines, nouveaux bastions du FN. Ou encore Laurent Bouvet, professeur à Sciences-Po et auteur du Sens du peuple, qui a guerroyé tout l’hiver contre Terra Nova, puissant think tank socialiste vu en incarnation d’une gauche bobo, coupée du peuple, prônant un multiculturalisme destructeur pour la cohésion républicaine. [...] Au-delà de leurs divergences, parfois profondes, tous ont en commun de vouloir renverser l’hégémonie idéologique en cours au PS depuis trente ans, reprenant pour certains à leur compte la critique d’une gauche gagnée par la “préférence immigrée”, selon l’expression très problématique du journaliste Hervé Algalarrondo, et oublieuse de la question sociale au profit de combats comme la parité ou le mariage gay. » (Lancelin, 2012)

27La première est portée par le désormais célèbre rapport du think tank Terra Nova intitulé « Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 », qui définit avec un cynisme glaçant et un mépris de classe inquiétant (Mauger, 2011 ; Sawicki, 2011) les contours d’une « coalition moderne » supposée permettre l’accession au pouvoir du candidat socialiste, en insistant pour cela sur la nécessité de faire campagne sur « la promotion des valeurs culturelles qui rassemblent toutes les composantes de son nouvel électorat » (Ferrand, Prudent & Jeanbart, 2011). Si le terme « bobo » n’y est pas utilisé, nombre des composantes de ce « nouvel électorat » font pour autant clairement écho à la catégorie (les « urbains », les « jeunes », les « diplômés », les « non-catholiques »). La seconde, construite en réaction à la première, apparaît avec la publication d’un Plaidoyer pour une gauche populaire (Baumel & Kalfon, 2011) qui réunit des intellectuels et des universitaires réaffirmant la nécessité morale (et électorale), pour la gauche, de ne pas abandonner les classes populaires. Or parmi les auteurs de ce manifeste figure Christophe Guilluy qui a constitué, on l’a vu, un « intellectuel-entrepreneur » de la catégorie (Rouquet, 2013) dès son émergence française au tout début des années 2000, mais qui est aujourd’hui plus connu pour sa volonté d’inclure la situation des habitants des espaces périurbains « à l’agenda politique » (Girard & Rivière, 2013) – cette stratégie ayant pour effet collatéral de reléguer les quartiers populaires de grands ensembles à l’arrière-plan du débat public (Rivière & Tissot, 2012). C’est tout sauf un hasard : les représentations simplificatrices des espaces urbains centraux, périphériques ou périurbains constituent les pièces d’un même puzzle sociogéographique qui consiste à opposer les bobos des centres-villes aux classes populaires des mondes périurbains et ruraux, de sorte que critiquer les premiers constitue un sésame médiatique pour se prévaloir du soutien des secondes.

*

  • 20 Des travaux récents s’attachent en effet à critiquer la faiblesse empirique et conceptuelle de la (...)
  • 21 « Laisser penser que ce sont aujourd’hui principalement des logiques individualistes qui règlent l (...)

28À l’image de la rhétorique de dénonciation de la « gauche caviar » dans les années 1980, les usages contemporains de la catégorie des « bobos » servent donc de plus en plus à offrir un supposé ancrage populaire à ceux qui en usent. En opérant souvent via la « spatialisation des problèmes sociaux » (Poupeau & Tissot, 2005), ces articles de presse contribuent aussi à poser la question sociale et ses oppositions dans des termes biaisés qui ne peuvent déplaire au Figaro – qui titre par exemple : « “Petits Blancs” contre bobos, la nouvelle lutte des classes ? » (Devecchio, 2014). Ce schème de perception des antagonismes sociaux gagne aujourd’hui du terrain de manière très rapide dans le champ politico-médiatique français, même si de plus en plus de chercheurs tentent de déconstruire la genèse de ce « coup de force géographico-idéologique » (Bréville & Rimbert, 2015) que l’on peut qualifier de « néoconservateur » (Corcuff, 2014)20. Les modalités de politisation de la catégorie des « bobos » ont ainsi entraîné un brouillage qui fait écran au dévoilement des structures qui organisent l’espace social et produisent des effets politiques potentiellement délétères21, quand bien même des travaux empiriques s’attachent à rappeler l’importance des inégalités sociales et de leurs effets électoraux à l’échelle intra-urbaine (Agrikoliansky, 2011 ; Rivière, 2012 ; 2014).

29En définitive, il nous semble que la catégorie des « bobos » permet surtout à de nouvelles formes de populisme de s’exprimer en délégitimant un certain nombre de questions reléguées au rang d’enjeux « sociétaux » ringardisés (luttes liées à l’écologie, au féminisme ou au genre, mobilisations de soutien à des groupes sociaux racisés) tout en masquant des rapports de pouvoir et de domination ancrés de longue date, à commencer par la domination historique de la bourgeoisie qui constitue la dernière classe mobilisée. Finalement, cette tendance ne rejoint-elle pas la perspective politique de Brooks qui consiste – en célébrant la grande réconciliation des contraires – à imposer la représentation d’une société (enfin) débarrassée de ses clivages sociaux et autres antagonismes de classes ?

Bibliographie

Corpus des publications étudiées et citées

« Anita Charrieau : “Nous avons une liste bien à gauche” », 2008, Ouest-France, 26 février.

Biette Jean-Marie (2008), « À La Varenne, ils s’installent et veulent faire entendre leur voix », Ouest-France, 22 février.

« Bobo est-il un gros mot ? » (2007), Le Nouvel Obs Paris Île-de-France, 29 mars.

Bouchet-Petersen Jonathan (2012), « Social ou sociétal, la gauche doit-elle choisir ? », Libération, 24 décembre.

Bousquet François (2012), « Voyage au pays des bobolcheviques », Valeurs actuelles, 7 juin.

Bouvet Laurent (2015), L’Insécurité culturelle, Paris, Fayard.

Bry Dominique (2009), « Dupuy-Berbérian : “la bédé, ce n’est pas que pour les ados attardés” », Mediapart, 1er décembre, en ligne : https://blogs.mediapart.fr/edition/comic-strip/article/011209/dupuy-berberian-la-bede-ce-n-est-pas-que-pour-les-ados-attar (janvier 2018).

Cassen Pierre & Tasin Christine (2011), La Faute du bobo Jocelyn, Marseille, Riposte laïque.

Cerf Juliette (2011), « La guerre des gauches », Télérama, 3 novembre.

Debouté Alexandre & Le Goff Delphine (2005), « Les bobos, du pinacle au pilori », Stratégies, 13 octobre.

Devecchio Alexandre (2014), « “Petits Blancs” contre bobos, la nouvelle lutte des classes ? », Le Figaro, 13 février.

Dupuy Philippe & Berberian Charles (2009), Global Boboland, Paris, Audie-Fluide Glacial.

Dupuy Philippe & Berberian Charles (2008), Bienvenue à Boboland : le comportement humain en milieu urbain, Paris, Audie-Fluide Glacial.

Épenoux François d’ (2013), Les bobos me font mal : bourgeois-bohèmes, minorité mal intégrée à qui l’on doit une droite un peu gauche et une gauche maladroite, Paris, Anne Carrière.

Ferrand Olivier, Prudent Romain & Jeanbart Bruno (2011), « Gauche : quelle majorité électorale pour 2012 ? », en ligne : http://tnova.fr/rapports/gauche-quelle-majorite-electorale-pour-2012 (janvier 2018).

Festraëts Marion (2001), « Tout le monde est bio », L’Express, 15 novembre.

Forcari Christophe & Alemagna Lilian (2012), « Législatives, pas de deux dans le Pas-de-Calais », Libération, 26 mai.

Gibier Henri (2012), « Nathalie Kosciusko-Morizet », Les Échos, 20 février.

Grosjean Blandine (2001), « 5 heures du mat, c’est ramadan », Libération, 19 novembre.

Guilluy Christophe (2016), Le Crépuscule de la France d’en haut, Paris, Flammarion.

Guilluy Christophe (2001), « Municipales, les bobos vont faire mal », Libération, 8 janvier.

Gurrey Béatrice (2001), « Le “bobo”, star de la campagne », Le Monde, 11 mars.

Helvig Jean-Michel (2001), « “Bobos” à gogo pour la gauche parisienne », Libération, 23 mars.

Koch Basile de (2009), « Les bobos parlent aux boubous », Valeurs actuelles, nº 3798, 10 septembre, p. 63.

Lancelin Aude (2012), « Fractures décisives », Marianne, 9 juin.

Legrand Thomas & Watrin Laure (2014), La République bobo, Paris, Stock.

Madouas Fabrice (2014), « Immigration : le tabou du “grand remplacement” », Valeurs actuelles, 11 décembre.

Malaurie Guillaume (2012), « Les classes moyennes ont disparu », L’Obs, 5 avril.

Malnuit Olivier & Schontz Bertrand (2006), « Faut-il achever les bobos », Technikart, nº 106, octobre, p. 52-57.

Monsat Colette et al. (2001), « Mi-dîner, mi-dînette », Le Figaro, 19 septembre.

Nay Catherine (2012), « Celui qui toujours dit non », Valeurs actuelles, 22 mars.

Poitte Isabelle (2001), « Je m’initie au yoga », L’Expansion, 19 juillet.

Portes Thierry (2003), « L’irrésistible invasion des bobos », Le Figaro, 29 octobre.

Pottier Jean-Marie (2012), « Boulevard Saint-Germain : ces affreux “bobos” qui votent Sarkozy à 45 % », Slate, 26 avril, en ligne : www.slate.fr/france/54069/presidentielle-sarkozy-boulevard-saint-germain-paris (janvier 2018).

« Pourquoi les bobos votent Bayrou » (2007), Libération, 2 mars.

Rivoire Annick (2000), « L’été de tous les bobos », Libération, 15 juillet.

« Le temple bobo de Delanoë » (2008), Valeurs actuelles, 9 octobre.

Van Rentenghen Marion (2007), « François Bayrou sème la zizanie dans un dîner de “bobos” parisiens », Le Monde, 3 avril.

Yardley Jonathan (2000), « Après les yuppies, les “bobos” », Courrier international, 15 juin.

Zemmour Éric (2001), « Alain Madelin garde l’espoir et attend le printemps », Le Figaro, 27 décembre.

Références académiques

Agrikoliansky Éric (2012), « Recherche “bobos” désespérément... », Mediapart, 1er avril.

Agrikoliansky Éric (2011), « “Bourgeois” contre “bohèmes” ? Transformations sociales et clivages politiques dans deux arrondissements parisiens », dans Éric Agrikoliansky, Jérôme Heurtaux & Brigitte Le Grignou (dir.), Paris en campagne : les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, p. 35-78.

Alduy Cécile & Wahnich Stéphane (2015), Marine Le Pen prise aux mots : décryptage du nouveau discours frontiste, Paris, Éditions du Seuil.

Baumel Laurent & Kalfon François (dir.) (2011), Plaidoyer pour une gauche populaire : la gauche face à ses électeurs, Lormont, Le Bord de l’eau.

Bidou Catherine (1984), Les Aventuriers du quotidien, Paris, Presses universitaires de France.

Bourdieu Pierre (1996), Sur la télévision, Paris, Liber-Raisons d’agir.

Bourdieu Pierre (1984), « Espace social et genèse des “classes” », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 52-53, p. 3-14.

Bourdieu Pierre (1979), La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Bréville Benoît & Rimbert Pierre (2015), « Une gauche assise à la droite du peuple : de Terra Nova à Christophe Guilluy, recompositions idéologiques autour des fractures territoriales », Le Monde diplomatique, mars, p. 8-9.

Champagne Patrick (1984), « La manifestation : la production de l’événement politique », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 52-53, p. 19-41.

Charmes Éric (2014), « Une France contre l’autre ? », La Vie des idées, 5 novembre, en ligne : www.laviedesidees.fr/Une-France-contre-l-autre.html (janvier 2018).

Clerval Anne (2005), « Les “Bobos”, critique d’un faux concept, à propos du livre de David Brooks, Les Bobos (2000) », Cybergeo : revue européenne de géographie, en ligne : http://journals.openedition.org/cybergeo/766 (janvier 2018).

Collet Anaïs (2015), Rester bourgeois : les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte.

Collet Anaïs & Giraud Colin (2012), « Les “bobos” dans les productions culturelles françaises », communication aux journées d’études « D’où viennent les bobos ? Genèse, circulation et usages d’une catégorie de description et d’analyse des espaces urbains », Paris, CNRS, 6 septembre.

Corcuff Philippe (2014), « Christophe Guilluy et Laurent Joffrin : des néocons’ de gauche », Rue 89, 8 décembre, en ligne : http://rue89.nouvelobs.com/2014/12/08/christophe-guilluy-laurent-joffrin-neocons-gauche-256452 (janvier 2018).

Cordobès Stéphane (2014), « Les dangers du populisme géographique », EspacesTemps.net, 2 décembre, en ligne : www.espacestemps.net/articles/les-dangers-du-populisme-geographique/ (janvier 2018).

Georgakakis Didier (1997), « Une science en décalage ? Genèses et usages des “socio-styles” du Centre de communication avancée (1972-1990) », Genèses, nº 29, p. 51-74.

Gintrac Cécile & Mekdjian Sarah (2014), « Le peuple et la “France périphérique” : la géographie au service d’une version culturaliste et essentialisée des classes populaires », Espaces et sociétés, nº 156-157, p. 233-239.

Girard Violaine & Rivière Jean (2013), « Grandeur et décadence du “périurbain” : retour sur trente ans d’analyse des changements sociaux et politiques », Métropolitiques, 3 juillet, en ligne : www.metropolitiques.eu/Grandeur-et-decadence-du.html (janvier 2018).

Gouldner Alvin W. (1979), The Future of Intellectuals and the Rise of the New Class, Londres, MacMillan Press.

Haegel Florence (2012), Les Droites en fusion : transformations de l’UMP, Paris, Presses de Sciences Po.

Hajjat Abdellali & Mohammed Marwan (2013), Islamophobie : comment les élites françaises fabriquent le « problème musulman », Paris, La Découverte.

Herpin Nicolas (1986), « Socio-style », Revue française de sociologie, vol. 27, nº 2, p. 265-272.

La Porte Xavier de (2006), « “Bobos” et “travailleurs pauvres” : petits arrangements de la presse avec le monde social », dans Stéphane Beaud, Joseph Confavreux & Jade Lindgaard (dir.), La France invisible, Paris, La Découverte, p. 509-519.

Lechien Marie-Hélène (2013), « “Petite bourgeoisie nouvelle” ou “nouvelles couches moyennes salariées” ? Retour sur un débat et sur un enjeu : la domination », dans Philippe Coulangeon & Julien Duval (dir.), Trente ans après « La Distinction » de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte.

Lehingue Patrick (2007), « Le Non français au traité constitutionnel européen (mai 2005) : sur deux lecture “polaires” du scrutin », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 166-167, p. 123-139.

Matonti Frédérique (dir.) (2005), La Démobilisation politique, Paris, La Dispute.

Mauger Gérard (2011), « Racisme de classe », Savoir / Agir, nº 17, p. 101-105.

Neveu Érik (2004), Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte.

Noury Romain (2013), « Des usages médiatiques et politiques d’une catégorie sociale floue : haro sur le “bobo” ! », mémoire de master 1 de science politique, Paris, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Pinçon Michel & Pinçon-charlot Monique (2003), Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte.

Poupeau Franck & Tissot Sylvie (2005), « La spatialisation des problèmes sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 159, p. 4-9.

Rimbert Pierre (2005), « Libération » de Sartre à Rothschild, Paris, Raisons d’agir.

Ripoll Fabrice (2005), « S’approprier l’espace... ou contester son appropriation ? Une vue des mouvements sociaux contemporains », Norois, nº 195, p. 29-42.

Rivière Jean (2014), « Les divisions sociales des métropoles françaises et leurs effets électoraux : une comparaison des scrutins municipaux de 2008 », Métropolitiques, 21 mars, en ligne : www.metropolitiques.eu/Les-divisions-sociales-des.html (janvier 2018).

Rivière Jean (2012), « Vote et géographie des inégalités sociales : Paris et sa petite couronne », Métropolitiques, 16 avril, en ligne : www.metropolitiques.eu/Vote-et-geographie-des-inegalites.html (janvier 2018).

Rivière Jean (2011), « Catégorisations résidentielles et (dé)valorisation des habitants : la campagne présidentielle de 2007 dans la presse écrite », dans Isabelle Backouche et al. (dir.), La Dimension spatiale des inégalités : regards croisés des sciences sociales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 35-50.

Rivière Jean & Tissot Sylvie (2012), « La construction médiatique des banlieues : retour sur la campagne présidentielle de 2007 », Métropolitiques, 7 mars, en ligne : www.metropolitiques.eu/La-construction-mediatique-des.html (janvier 2018).

Rouquet Tristan (2013), « Les bourgeois-bohèmes dans le champ journalistico-politique : un travail de représentation et un enjeu de lutte symbolique », mémoire de master 1 de science politique, Paris, Université Paris Nanterre.

Sawicki Frédéric (2011), « Le prolo, l’expert et le mépris de classe », Libération, 10 juin.

Sedel Julie (2009), Les Médias et la banlieue, Latresne, Le Bord de l’eau.

Smith Neil (1996), The New Urban Frontier: Gentrification and the Revanchist City, Londres, Routledge.

Tasset Cyprien (2011), « Entre sciences sociales, journalisme et manifestes : la représentation de groupes sociaux réputés émergents dans la France des années 2000 », Les Enjeux de l’information et de la communication, en ligne : https://lesenjeux.univ-grenoble-alpes.fr/2011-supplement/Tasset/index.html (janvier 2018).

Tiberj Vincent (2012), « La politique des deux axes : variables sociologiques, valeurs et votes en France (1988-2007) », Revue française de science politique, nº 62, p. 71-106

Tissot Sylvie (2013), « Une vision pernicieuse du monde social et de ses divisions », L’Humanité, 21 juin.

Vivant Elsa (2006), « La classe créative existe-t-elle ? Discussion de la thèse de Richard Florida », Les Annales de la recherche urbaine, nº 101, p. 155-161.

Notes

1 Autrement dit, certains titres de la presse écrite nationale y figurent dès le début des années 2000 tandis qu’un nombre croissant de titres de la presse quotidienne régionale ou de la presse hebdomadaire sont intégrés aux bouquets à la fin des années 2000. Sauf à restreindre l’exploration quantitative à un nombre très réduit de titres centraux dans le champ, il est donc très difficile de construire des corpus dont les contenus soient rigoureusement comparables pour chaque année de la période étudiée, surtout si elle s’étale sur près d’une quinzaine d’années.

2 La journaliste Annick Rivoire revient sur l’écriture de cet article dans la première table ronde publiée en fin d’ouvrage.

3 Brooks parle de l’upper class, ce qui dans la sociologie étasunienne renvoie bien à la notion française d’élite tandis que l’upper middle class renvoie aux classes supérieures.

4 Deux facteurs cumulatifs concourent à cela : d’une part, le fait que Le Figaro soit le quotidien qui offre le plus de matière à analyser avec une quarantaine de pages par édition ; d’autre part, le fait que Le Figaro se décline en de nombreux suppléments (Le Figaro Magazine, Le Figaro Madame, etc.) qui démultiplient d’autant les probabilités d’usage du terme (Rouquet, 2013).

5 Voir par exemple les propos de Charles Berbérian lors de l’émission Service public du 3 septembre 2012 sur France Inter.

6 On ne discutera pas ici de la pertinence de cette idée, qui constitue pourtant un contresens flagrant au regard du champ des études urbaines internationales. En effet, une partie importante des premiers travaux sur le processus de gentrification a justement joué un rôle de levier dans l’affirmation d’une géographie radicale soulignant les conflits de classe dans l’appropriation du territoire (Smith, 1996). Par ailleurs, l’introduction du présent ouvrage, ainsi que les deux chapitres réflexifs sur l’usage du terme « bobo » par les journalistes et par les chercheurs reviennent sur cette question dans le contexte français.

7 Le journaliste Jean-Michel Helvig revient sur l’écriture de cet article dans la première table ronde publiée en fin d’ouvrage.

8 Cet article repose sur le dépouillement des pages généralistes de L’Humanité, Libération, Le Monde et Le Figaro sur les quatre mois de la campagne officielle de 2007.

9 Pour plus d’éléments sur cet épisode de la carrière médiatique des bobos, voir Rouquet (2013, p. 23).

10 Sur la concurrence entre ces deux registres explicatifs lors du référendum de 2005 sur le traité instituant une Constitution pour l’Europe, voir Lehingue (2007).

11 Cette dernière est ainsi dépeinte comme dans les portraits de Brooks : « Avec ses cheveux blonds aux reflets roux, sa silhouette diaphane et son teint de lait, son allure bobo chic ne la prédispose pas a priori à se faire la propagandiste de la cause du peuple telle que la conçoit Nicolas Sarkozy. Mais l’éclectisme est un style de vie revendiqué par cette jongleuse d’agenda qui aime le violoncelle et Michel Sardou, les week-ends au vert et les dîners en ville, les pâtes aux truffes et les jurons de marins [...] » (Gibier, 2012).

12 Dans l’ensemble du département, le revenu disponible médian en 2012 est de 16 600 euros par unité de consommation et le taux de pauvreté de 27 % ; au Raincy, le revenu disponible médian est de 26 500 euros et le taux de pauvreté de 10 % (source : Insee).

13 Jean-Luc Mélenchon, « 1er mai : un parallèle honteux », 2 mai 2011, en ligne : http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/05/02/1er-mai-un-parallele-honteux/ (janvier 2018).

14 « L’ascenseur social redescend au sous-sol. Endettés pour leurs logements, habitués à des standards de vie bohème, ivres d’illusions sociales, les bobos explosent en vol quand ils rentrent dans l’atmosphère sociale des classes populaires. » Jean-Luc Mélenchon, « Plutôt Hitler que le Front populaire », 18 décembre 2011, en ligne : http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/12/18/plutot-hitler-que-le-front-populaire/ (janvier 2018).

15 Émission Tous politiques, France Inter / Le Monde / AFP, 17 février 2013.

16 En juin 2010, le mouvement Riposte laïque et le Bloc identitaire répondent aux « apéros géants », qui rassemblent dans les grandes villes des jeunes désireux de faire la fête dans des espaces publics, en organisant un « apéro saucisson-pinard » dans le quartier de la Goutte d’Or, à Paris, destiné à dénoncer « l’islamisation » de ce quartier et de la France. Cet épisode est emblématique de la mise en scène de l’opposition entre une France « bobo » promusulmane et une France « de souche » et laïque.

17 « L’introduction de l’ouvrage collectif Sociologie de Nantes décrit comment, depuis les années 1980, “La ville de Nantes s’est embourgeoisée”. Interviewé par l’hebdomadaire Les Inrockuptibles, le même collectif de sociologues établit que cette mutation a été graduelle, qu’elle “explique précisément l’histoire locale de l’hégémonie socialiste” et que la municipalité “s’adresse aujourd’hui en priorité à ces Nantais-là” dans sa politique culturelle, dans sa communication et dans sa vision générale du développement de la ville. C’est donc une municipalité socialiste qui a transformé une ville à la composante populaire forte en une cité de bobos, où se vérifie l’analyse du géographe Christophe Guilluy sur l’émergence de la ville mondialisée. Analyse qui démontre que “le mouvement de recomposition sociale des métropoles ne se résume pas à un simple processus d’embourgeoisement. Il s’accompagne aussi d’un renouvellement des couches populaires grâce à l’arrivée de populations issues de l’immigration”. » Extrait du site internet du FN de Loire-Atlantique, en ligne : https://rassemblement-national44.fr/ (janvier 2018).

18 Ibid.

19 Au-delà de la question des représentations médiatiques développées dans ce chapitre, ce clivage est également étudié en matière d’alignements électoraux par des travaux de science politique (Tiberj, 2012).

20 Des travaux récents s’attachent en effet à critiquer la faiblesse empirique et conceptuelle de la géographie proposée par Christophe Guilluy (voir entre autres Gintrac & Mekdjian, 2014 ; Charmes, 2014 ; Cordobès, 2014), et à combattre la visibilité médiatique du pseudo concept d’insécurité culturelle (Bouvet, 2015) telle qu’elle est promue par Laurent Bouvet (Bréville & Rimbert, 2015).

21 « Laisser penser que ce sont aujourd’hui principalement des logiques individualistes qui règlent les choix politiques et non la différence persistante des conditions socioéconomiques n’en constitue pas le moindre. Laisser croire que les “bobos” dominent l’espace social des classes supérieures, c’est ensuite bien naïvement accepter de poser un voile pudique sur la “bourgeoisie”, sa philosophie sociale et ses intérêts. [...] Or, ces deux illusions d’optique – individualisation du vote et disparition des bourgeois – ne sont jamais aussi dangereuses que lorsqu’elles convergent pour laisser penser que si la gauche socialiste est devenue le parti des “bobos”, il est alors bien naturel que la droite et l’extrême droite puissent prétendre être ceux du peuple. » (Agrikoliansky, 2012)

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Quelques travaux universitaires sur la présence médiatique des bobos.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21829/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Titre Figure 1. Distribution annuelle des articles contenant le mot « bobo » dans trois titres centraux de la presse nationale entre 2000 et 2012 (d’après Rouquet, 2013).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21829/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 2. Distribution mensuelle des occurrences du mot « bobo » dans Factiva en 2007-2008.
Crédits N. B. Au cours de cette courte période, la composition du bouquet Factiva est stable, ce qui permet d’écarter les biais méthodologiques évoqués dans l’introduction de ce chapitre.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21829/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure 3. Géographie des « bobos » dans le portail Factiva en 2008.
Crédits Sources : Corpus composé d’articles contenant le mot « bobo » et parus en 2008 dans le portail Factiva. Ce portail comprenait alors les grands titres de la presse quotidienne nationale (Le Figaro, Libération, L’Humanité, Les Échos mais pas Le Monde), la plupart des titres de la presse quotidienne régionale (Ouest-France, Le Midi libre, L’Est républicain, Le Progrès de Lyon...) ainsi que quelques hebdomadaires (L’Express notamment). Seules les villes de plus de 50 000 habitants ont été considérées dans les comptages.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21829/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 4. Distribution mensuelle des occurrences du terme « bobo » dans Factiva en 2011-2012.
Crédits N. B. Au cours de cette courte période, la composition du bouquet Factiva est stable, ce qui permet d’écarter les biais méthodologiques évoqués dans l’introduction de ce chapitre. Les fréquences de cette figure ne sont toutefois pas comparables avec celles établies par la figure 2, puisque la composition du bouquet est différente aux deux dates.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21829/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Auteurs

Anaïs Collet est sociologue, maîtresse de conférences à l’Université de Strasbourg et membre du laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE – UMR 7363). Au carrefour de la sociologie urbaine et de la sociologie des classes sociales, ses travaux portent sur la gentrification, les transformations des classes moyennes et supérieures, les choix résidentiels et la place des enfants dans la ville. Elle a notamment publié Rester bourgeois : les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction (La Découverte, 2015) et, en collaboration, Gentrifications (Éditions Amsterdam, 2016).

Jean Rivière est maître de conférences en géographie à l’Université de Nantes et membre de l’unité mixte de recherche Espaces et sociétés. Ses travaux sur les mondes urbains tentent de construire des ponts entre géographie, sociologie et science politique dans le champ de l’analyse électorale. Il a ainsi récemment coordonné les dossiers « Élections présidentielles : les votes des grandes villes françaises au microscope » pour Métropolitiques (2017) et « Géographie et sociologie électorales : duel ou duo ? » dans L’Espace politique (2014).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search