Version classiqueVersion mobile

Les bobos n’existent pas

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Anaïs Collet
, 
Colin Giraud
, 
et al.

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Jean-Yves Authier est professeur de sociologie à l’Université Lumière Lyon 2 et directeur adjoint du Centre Max Weber. Ses recherches (sur la ville des enfants, les relations de voisinage...) se situent au croisement de la sociologie urbaine et de la sociologie de la socialisation. Il a notamment publié, seul ou en collaboration, Sociologie de Lyon (La Découverte, 2010), Espace et socialisation : regards sociologiques sur les dimensions spatiales de la vie sociale (Éditions universitaires européennes, 2012) et Sociologie urbaine (Armand Colin, 2015).

2Anaïs Collet est sociologue, maîtresse de conférences à l’Université de Strasbourg et membre du laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE – UMR 7363). Au carrefour de la sociologie urbaine et de la sociologie des classes sociales, ses travaux portent sur la gentrification, les transformations des classes moyennes et supérieures, les choix résidentiels et la place des enfants dans la ville. Elle a notamment publié Rester bourgeois : les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction (La Découverte, 2015) et, en collaboration, Gentrifications (Éditions Amsterdam, 2016).

3Colin Giraud est maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Nanterre et membre de l’équipe Cultures et sociétés urbaines du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CSU-CRESPPA – UMR 7217). Ses travaux de recherche portent d’une part sur la sociologie des homosexualités masculines et d’autre part sur les processus de gentrification et la ségrégation urbaine en France et en Amérique du Nord. Il a notamment publié, au croisement de ces deux problématiques, l’ouvrage Quartiers gays (Presses universitaires de France, 2014).

4Matthieu Giroud était maître de conférences en géographie à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et membre du laboratoire Analyse comparée des pouvoirs (EA 3350). Ses recherches portaient en particulier sur les effets sociaux de la gentrification (résistances, évictions), il est d’ailleurs l’un des coauteurs de Gentrifications (Éditions Amsterdam, 2016). Il contribuait plus largement à l’épistémologie de la géographie par un travail d’édition critique et avait ainsi coordonné la traduction de l’ouvrage de David Harvey Paris, capitale de la modernité (Prairies ordinaires, 2012) et, avec Cécile Gintrac, le recueil de textes Villes contestées : pour une géographie critique de l’urbain (Prairies ordinaires, 2014).

5Edmond Préteceille est directeur de recherche émérite du CNRS à l’Observatoire sociologique du changement de Science Po (UMR 7049). Ses recherches actuelles portent sur la transformation économique et sociale des grandes métropoles dans la globalisation, avec un intérêt plus particulier pour l’analyse comparative des inégalités urbaines et de la ségrégation. Parmi de très nombreux ouvrages, il a récemment publié La Ségrégation urbaine avec Marco Oberti (La Découverte, 2016).

6Jean Rivière est maître de conférences en géographie à l’Université de Nantes et membre de l’unité mixte de recherche Espaces et sociétés. Ses travaux sur les mondes urbains tentent de construire des ponts entre géographie, sociologie et science politique dans le champ de l’analyse électorale. Il a ainsi récemment coordonné les dossiers « Élections présidentielles : les votes des grandes villes françaises au microscope » pour Métropolitiques (2017) et « Géographie et sociologie électorales : duel ou duo ? » dans L’Espace politique (2014).

7Sylvie Tissot est sociologue, professeure à l’Université Paris 8, rattachée à l’équipe Cultures et sociétés urbaines au laboratoire du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CSU-CRESPPA, Université de Paris 8 / CNRS). Ses recherches ont pour objet les politiques urbaines et la gentrification, en France et aux États-Unis. Elle a notamment publié De bons voisins : enquête sur la bourgeoisie progressiste (Raisons d’agir, 2011), traduit en anglais (Good Neighbors: Gentrifying Diversity in Boston’s South End, Verso, 2015).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search