Version classiqueVersion mobile

Les bobos n’existent pas

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Anaïs Collet
, 
Colin Giraud
, 
et al.

Première table ronde

Des journalistes face aux « bobos »

Texte intégral

1Intervention introductive de Jean Rivière : Avant que nous commencions à discuter ensemble, quelques mots pour rappeler qu’au regard du thème de ces journées d’études, il nous a semblé important de consacrer un moment d’échange entre universitaires et journalistes pour évoquer les usages de la catégorie des « bobos » sous la plume des journalistes, ce qu’elle sert à désigner et ce à quoi elle s’oppose.

2Nous avons tenté de réunir un panel de journalistes le plus diversifié possible, à la fois en matière d’expérience dans la profession, mais aussi de ligne éditoriale des titres de presse. Nous avons donc le plaisir d’accueillir Sylvain Bourmeau (longtemps directeur adjoint des Inrockuptibles, il a participé au lancement de Mediapart et est actuellement directeur adjoint de la rédaction de Libération), Jean-Laurent Cassely (journaliste au magazine en ligne Slate), Pierre Duquesne (journaliste à L’Humanité), Jean-Michel Helvig (ancien journaliste à Libération et aujourd’hui collaborateur de La République des Pyrénées) et Annick Rivoire (ancienne journaliste à Libération, fondatrice du site Poptronics, l’agenda des cultures électroniques). Nous remercions ces professionnels qui ont accepté de discuter avec nous, en notant que, sociologiquement, la table ronde penche un peu à gauche, d’une part en raison du désistement de dernière minute du journaliste du Figaro (très intéressé par notre réunion mais débordé dans son service ce jour-là), et d’autre part parce que les journalistes du Monde contactés n’ont pas donné suite à nos sollicitations.

  • 1 Voir la seconde table ronde de cet ouvrage.
  • 2 Michel Pinçon & Monique Pinçon-Charlot (2004), Sociologie de Paris, Paris, La Découverte.
  • 3 Jean-Yves Authier et al. (2010), Sociologie de Lyon, Paris, La Découverte.
  • 4 Outre les journalistes invités et les auteurs de cet ouvrage, deux autres chercheuses sont interve (...)

3Nous avons conscience que ce n’est pas forcément évident pour les journalistes de venir discuter dans un tel cadre ; précisons toutefois, s’il en est besoin, que nous ne sommes pas là pour juger, mais pour tenter de comprendre. D’ailleurs, que nos collègues journalistes se rassurent, puisque nous allons également nous interroger sur nos propres pratiques et usages professionnels face à cette épineuse question des bobos1. Nous souhaitons aussi interroger les passerelles, ou au contraire les obstacles, qui existent entre le monde académique d’une part et le champ journalistique d’autre part. C’est pourquoi nous remercions également Monique Pinçon-Charlot (directrice de recherche émérite au CNRS), qui nous fait le plaisir d’être avec nous et qui pourra nous apporter son éclairage, en revenant notamment sur la réception médiatique de l’ouvrage Sociologie de Paris, qu’elle a coécrit2. Dans le même registre, Jean-Yves Authier pourra également évoquer l’écho de Sociologie de Lyon3. Plus largement, nous avons voulu ce débat le plus ouvert possible, chacun autour de la table est donc invité à faire part de son expérience4.

4Commençons par une première série de questions. D’abord, est-ce que vous utilisez ce terme, « bobo », dans vos articles ? Si vous l’utilisez, depuis quand est-ce le cas ? Est-ce que votre usage de ce terme varie aussi selon les médias dans lesquels vous écrivez ? Et si, à l’inverse, vous n’utilisez pas ce terme, pourquoi ? L’avez-vous utilisé dans le passé, en arrêtant ensuite ?

  • 5 Jean-Michel Helvig (2001), « “Bobos” à gogo pour la gauche parisienne », Libération, 23 mars.
  • 6 David Brooks (2000), Les Bobos, Marianne Thirioux & Agathe Nabet (trad.), Paris, Florent Massot.

5Jean-Michel Helvig : J’ai été un peu étonné quand vous m’avez sollicité pour participer à cette table ronde, ayant complètement oublié mon article, que vous avez ressorti des archives5. J’avais publié cette analyse au moment des élections municipales de 2001, à partir du livre de David Brooks, qui avait lancé ce mot6. C’était en plein dans l’interrogation que l’on pouvait avoir sur les raisons du basculement à gauche de Paris.

6À la relecture de ce papier, que je ne renie pas, je le trouve quand même léger, non pas du fait de ces fameux « bobos », mais pour avoir repris sans distance critique le sondage postélectoral qui justifiait un peu le papier, autant que la relation du livre de Brooks. En effet, l’institut de sondage Louis Harris, qui cherchait à mettre en évidence un vote « bobo », avait fait des ventilations de façon à isoler les gens qui avaient un revenu élevé, un niveau d’études élevé et qui s’installaient dans les arrondissements réputés populaires et de gauche. Tout cela était un peu forcé même si, finalement, on arrivait à cerner quelque chose qui pouvait ressembler à une typologie sociologisante d’un groupe supposé avoir des comportements politiques communs. La part d’absurde est que si des cadres et des diplômés venaient s’installer dans ces arrondissements – à l’époque, il n’y en avait pas beaucoup hormis le 20e, le 19e et le 11e –, je crois que c’était tout simplement parce que les prix du mètre carré y étaient moins chers ! Je prendrai un exemple que je connais bien : le mien. Je me suis installé dans le 20e, près de la place de la Nation, en 1995, d’un côté du cours de Vincennes, et non pas de l’autre, dans le 12e, qui était un arrondissement alors de droite, tout simplement parce que c’était 20 % moins cher.

7Par ailleurs – mais on ne va pas rentrer dans l’explication des municipales de 2001 –, il y avait quand même d’autres raisons à ces résultats, qui tenaient au fait que la droite parisienne était à bout de souffle après dix-huit ans de gestion chiraquienne et un terne mandat de son successeur, Jean Tiberi, très contesté au sein même de la majorité sortante. Or la sociologie parisienne avait déjà changé : elle était plus jeune, active, moins rentière. Le prix du mètre carré à Paris restait encore abordable pour les classes moyennes supérieures, toutes proportions gardées selon les arrondissements ; ce n’est qu’à la fin des années 1990 qu’il a commencé à exploser. On pressentait l’existence d’un phénomène sociologico-culturel mais qu’on avait beaucoup de mal à cerner. Si Bertrand Delanoë l’a emporté, c’est qu’il était en phase avec ce mouvement. Philippe Séguin, qui voyait Paris avec les yeux d’un énarque RPR des années 80, a explosé en plein vol. Le mot « bobo » est venu couvrir ces évolutions, pourtant autrement complexes. Mais il doit sa notoriété ultérieure à sa connotation négative. Je ne connais pas d’associations ou d’individus qui se soient emparés du terme pour le revendiquer et l’afficher. Le « bobo » est devenu un objet de raillerie pour la gauche de la gauche, qui en dénonçait les penchants élitistes, individualistes, « sociolibéraux » avec d’autant plus de virulence que l’on y appartenait soi-même. Du coup, en représailles, si j’ose dire, on a inventé « bobol » (pour bourgeois bolcheviques !) à l’encontre de ces pourfendeurs de « bobos libéraux ». À droite, on rejetait les « bobos » – car confondus d’autorité avec l’électorat PS – dans les ténèbres de la jouissance hédoniste post-soixante-huitarde. Mais même au sein de l’UMP, on a entendu récemment que Nathalie Kosciusko-Morizet s’est fait traiter de « bobo » par ses adversaires.

8Tout cela contribue à ce que je n’emploie plus le mot « bobo », sauf dans les citations pour dire précisément ce que je viens de dire : c’est une insulte d’autant plus facile qu’elle s’adresse à des gens de façon assez indifférenciée, qui existe comme archétype, comme caricature, mais qui dans le détail renvoie à une réalité moins simpliste. Je terminerai juste sur cette observation que le « bobo » me paraît de localisation exclusivement parisienne. Je me suis posé la question : est-ce que ce mot recouvrant une catégorisation sociale et culturelle analogue existe pour d’autres métropoles, comme Lyon ou Marseille ?

9Sylvain Bourmeau : Je voudrais commencer par préciser que je ne me sens pas du tout agressé par le fait de venir répondre ici : la profession journalistique est tellement peu réflexive que toutes les occasions sont bonnes à saisir pour se poser des questions sur notre pratique. Et même si ce n’est certainement pas la majorité, nous sommes quand même un certain nombre à tenter d’être réflexifs au quotidien, et pas seulement lors de journées d’études. Par ailleurs, les choses sont sans doute un peu atypiques me concernant. Je suis journaliste, mais je n’ai jamais eu de carte de presse par exemple (je ne l’ai jamais demandée) et j’ai toujours essayé de garder au moins un doigt de pied dans les sciences sociales, l’univers d’où je viens. J’ai presque toujours enseigné les sciences sociales en parallèle de ma pratique journalistique, j’ai participé à la création d’une revue académique (Politix) et je produis, depuis quinze ans, une émission sur France Culture qui s’est fixé pour objectif de partager les travaux les plus contemporains des sciences sociales. Ceci explique sans doute en partie que mon regard journalistique soit un peu différent de celui de la plupart de mes collègues.

10Pour répondre simplement à votre question, je ne crois pas avoir jamais utilisé au premier degré l’expression « bobo » dans l’un de mes articles. Il m’est peut-être arrivé de la citer pour m’y référer ou la critiquer, certainement pas pour la reprendre à mon compte. Tout simplement parce que j’ai toujours eu le sentiment d’être agressé par cette expression. Pour les raisons qu’avant moi Jean-Michel Helvig vient de pointer : il s’agit d’un marqueur négatif, visant une population dont, spontanément, j’ai eu le sentiment de faire partie. Donc, ce qui m’intéresse n’est pas le terme « bobo », qui me semble peu pertinent, mais plutôt les raisons de son succès.

11On peut voir « bobo » comme une forme de traduction rudimentaire, caricaturale et assez ridicule d’un modèle sociologique que vous connaissez tous et susceptible de produire des travaux très raffinés lorsque l’on sait s’en servir subtilement. Pour le dire clairement, « bobo » peut désigner un individu disposant à la fois d’un assez grand volume de capital économique et d’un assez grand volume de capital culturel mais qui, pour des raisons diverses, accorde une importance plus grande au capital culturel qu’au capital économique.

  • 7 Pierre Bourdieu (1979), La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

12Vous avez reconnu à grands traits et d’une manière caricaturale un modèle que Pierre Bourdieu a développé, nuancé, précisé pendant des années. D’une certaine façon, on pourrait dire, pour caricaturer, que « bobo » semble venir de La Distinction7, qu’il s’agit d’un concept rendu possible par la diffusion plus ou moins sauvage et progressive depuis les années 1970 des résultats de La Distinction. Le journaliste américain qui a inventé l’expression n’a peut-être jamais lu Pierre Bourdieu, ne sait peut-être même pas qui il est, mais il a pu se trouver exposé à des formes multiples de vulgarisation. En ce sens, on peut interpréter « bobo » comme un effet de théorie (non contrôlé), pour reprendre un autre concept bourdieusien.

13La question qui se pose alors, c’est pourquoi des versions vulgarisées successives de La Distinction finissent par produire un concept volontairement stigmatisant comme « bobo » ? Sans doute parce le modèle que propose La Distinction pose problème à nombre de gens qui ne comprennent pas pourquoi les individus ne se contentent pas d’agir comme des homo economicus. Pour ceux qui raisonnent à partir d’un individu rationnel économiquement, les acteurs sociaux qui font primer le capital culturel sur le capital économique sont des idiots qu’il convient de montrer du doigt. Qui sont donc ces gens bizarres qui font primer d’autres motivations que les motivations économiques ? Appelons-les des « bobos » !

14On peut donc assimiler le succès du mot « bobo » à une forme de victoire culturelle plus vaste d’une manière de regarder notre société comme composée d’acteurs rationnels économiquement. Ce qui me gêne n’est donc pas seulement la pauvreté de la catégorie d’analyse mais, au-delà, le symptôme plus global qu’elle signale. C’est une catégorie qui vient manifester une forme pernicieuse d’anti-intellectualisme de plus en plus triomphant, décomplexé, comme la droite dure qui aime se présenter sous ces traits. Par l’emploi du mot « bobo », on jette une suspicion sur tous ces gens qui accordent une importance démesurée au capital culturel dont ils disposent. L’usage du « bobo » comme arme indique, à mon sens, l’hégémonie culturelle inversée mise en place progressivement depuis la fin des années 1970 par la Nouvelle Droite, et dont l’élection de Nicolas Sarkozy a constitué la première grande victoire politique.

15Mais le plus inquiétant, signe du renversement total de l’hégémonie, c’est quand l’expression « bobo » est reprise à gauche. Quand à gauche certains intériorisent ce qu’ils vivent désormais comme un véritable complexe de supériorité, quand ils se mettent à avoir honte de porter la culture en étendard, par exemple, abandonnant tout projet d’une culture élitiste pour tous.

16Annick Rivoire : Intuitivement, je perçois les choses différemment depuis assez longtemps. [Rires dans la salle] J’étais journaliste à Libération, j’en suis partie en 2006 pour lancer mon propre média, le site internet Poptronics. Si je suis ici, c’est parce que je suis celle qui a « sorti » le terme « bobo » dans la presse française. J’avoue qu’a priori, je ne voyais pas trop pourquoi je viendrais vous en parler, c’était en 2000 et, à l’échelle du temps, c’est de l’histoire ancienne ! L’article, je m’en souviens, j’en ai eu l’idée grâce à une documentaliste de Libé – je m’occupais des pages numériques, donc tendances, nouveaux objets, nouvelles pratiques, etc. – qui m’a fait passer une coupure de presse américaine après la sortie du livre de David Brooks. Un ouvrage signé par un sociologue – en tout cas, il se présente comme tel aux États-Unis – et pas un livre de journaliste.

17J’ai tout de suite perçu la pertinence de cet instantané de la société telle qu’elle était à la fin des années 1990 et au début des années 2000 : cette terminologie « bourgeois bohème » correspondait dans notre pays à des pratiques de consommation, à des habitudes et à des usages, à une façon de voir et d’envisager les choses (partir en vacances dans le Larzac ou les Pyrénées orientales plutôt qu’à New York ou à Miami), à une manière de dépenser de l’argent en faisant attention à la façon dont on le dépensait (investir dans une super cuisine au design high tech plutôt que dans un 4 x 4 polluant pour aller chasser en Dordogne). Quand j’ai lu le livre de David Brooks, le terme ne s’appliquait ni à la droite ni à la gauche. C’était la catégorie des gens aisés qui, plutôt que de s’embourgeoiser à la façon des années 1950, le faisait différemment. En ayant des préoccupations culturelles, effectivement.

18J’en ai parlé à mes chefs de service en disant que ça pouvait faire une tendance, un papier magazine. Ce n’était pas moi qui décidais. Enfin, c’est assez marrant, parce que Libé était un creuset de bobos sans le savoir. [Rires] On entrait totalement dans la catégorie ! C’était à la fois assez amusant d’essayer d’identifier si oui ou non ce terme avait une validité au-delà du cercle de l’élite parisienne journalistique et médiatique. Ce que je me suis employée à faire à ce moment-là, ça a été de contacter des sociologues et de vérifier si en France, dans les catégories qu’ils étudiaient, il y avait quelque chose d’équivalent. À l’époque, je me souviens d’avoir notamment parlé avec Monique Pinçon-Charlot (je cherchais des sociologues français qui s’intéressaient aux gens riches). Pour la petite histoire, le papier est paru sur une double page en juillet. Normalement, le mois de juillet est plutôt un mauvais mois pour les ventes de quotidiens, il n’y a pas une actualité démente, les gens partent en vacances, etc. Il y avait une très jolie illustration signée Beb Deum, la maquette « vendait » plutôt bien le sujet. Mais surtout, Libération était encore prescripteur de tendance : tous les journalistes de la presse féminine et de la presse télé feuilletaient Libé tous les jours, à l’affût d’idées. J’ai été appelée je ne sais combien de fois après la publication de l’article par ces journalistes de la presse féminine, magazine et télé qui voulaient en parler avec moi (l’interview du journaliste par un journaliste...).

19À chaque fois, je répondais que je n’étais que journaliste et qu’ils devaient s’adresser aux sociologues, à l’éditeur de Brooks, le livre n’étant pas encore paru en français (la traduction a été éditée un peu plus tard). Il y a eu un réel engouement médiatique pour le terme « bobo » parce que ça correspondait à une photographie de la situation de la société française à cette époque-là, où on assistait effectivement à une forme de gentrification, qui n’est pas un mot que j’emploie volontiers parce que je le trouve un peu compliqué. En revanche, « bobo », c’est assez bête mais très facile à comprendre. Puisque c’était le tout début de l’emploi du terme, il n’avait pas cet aspect péjoratif qui lui a été associé depuis. Très rapidement, le terme a été tellement médiatisé qu’il a évidemment été galvaudé et a perdu de sa pertinence. C’est même devenu une sorte d’insulte. Aujourd’hui, quand on vous dit : « Oh là là, toi, t’es bobo ! » en général, ce n’est pas très positif. De la même manière que mes confrères, mais pas forcément pour les mêmes raisons, je n’utilise pas vraiment le terme. Ce n’est pas parce que j’étais la première à écrire sur les bobos que je m’en sers quotidiennement. Bien au contraire ! Il me semble qu’aujourd’hui le terme est très dilué. Je ne suis pas persuadée qu’il soit encore extrêmement pertinent pour catégoriser une population. J’ai plutôt l’impression que tous ces désirs contradictoires de bien-être, d’écologie, de consommation durable, etc. sont entrés dans les mœurs et se sont diffusés au-delà de la catégorie des « bourgeois ». Mais vous êtes mieux placés que moi pour le savoir !

  • 8 Jean-Laurent Cassely (2010), Paris : manuel de survie, Paris, Parigramme.

20Jean-Laurent Cassely : Je suis journaliste pour Slate.fr. J’étais venu ce matin en tant qu’observateur et on m’a gentiment proposé de donner mon avis sur les bobos. Je vais donc passer de l’autre côté. Par ailleurs, j’ai étudié la sociologie – je me suis arrêté avant de passer aux choses sérieuses mais ça m’intéressait, ça m’a toujours intéressé. J’ai aussi écrit Paris : manuel de survie8, une sorte de petit pamphlet, une satire sur les fameux bobos. Dans cet ouvrage, il m’est arrivé plusieurs fois d’employer ce terme... Concernant la presse, le truc à la mode désormais, c’est le « hipster », qui me paraît être en train de remplacer le bobo, dans une version plus jeune et moins riche. Auparavant, il y a eu une discussion sur les gens de Montreuil et les gens du 10e [arrondissement] : si les gens du 10e votent Verts, ils sont plutôt des « bobos », les Montreuillois sont plutôt plus des Mélenchonistes... Il y avait un papier dans Politis avant les élections qui parlait des votes Verts et les sept ou huit exemples étaient tous tirés d’intermittents du spectacle de Montreuil.

21Je suis assez d’accord avec vous : je pense que cela [le terme « bobo »] tapait quand même juste. Que méthodologiquement parlant, ça ne soit pas parfait, etc., d’accord ; mais quand vous parlez devant une assemblée de chercheurs du Festival du film islandais [comme exemple d’événement bobo], tout le monde est mort de rire, ce qui est une preuve que ça parle quand même, que ça touche quelque chose. Quant à la manière dont je m’en sers, j’ai pas mal écrit sur la politique et sur l’élection présidentielle, où j’ai essayé de m’intéresser à ce qu’on voit depuis les années 2000, c’est-à-dire le fait que les centres-villes, ce qu’on appelle « les idéopôles », votent plus à gauche ; ce que montrent les travaux de Jacques Lévy sur le gradient d’urbanité, le fait que plus on s’éloigne des grandes villes plus le vote FN monte, en tout cas les intentions de vote FN montent, paraissait quelque chose d’intéressant à souligner. Enfin, sur le fameux bobo, j’ai l’impression qu’en 2012 il a été remplacé médiatiquement par son inverse, c’est-à-dire le « périurbain ». On n’a parlé que de périurbain pendant toute la présidentielle, c’était la fête du périurbain. Les journalistes, notamment sous l’influence des travaux de Christophe Guilluy, allaient chercher le gros lot en pavillon et donc je pense que c’est du monde médiatique. Il me semble qu’on a tellement parlé du bobo, on l’a tellement mis en avant que, maintenant, on est peut-être contraint de se rendre compte qu’effectivement ça concerne la population du centre-ville et peut-être pas au-delà du 10e [arrondissement].

22Je parle aussi souvent de Richard Florida, de ses travaux sur les classes créatives, qui sont, je pense, tout aussi contestables sur le plan sociologique, mais qui sont peut-être plus intéressants pour attraper ce lectorat composé de membres des classes créatives. Le fait que ce sont plus des manipulateurs de symboles, des gens qui travaillent dans le tertiaire, ça me semble toucher quelque chose de juste que peut-être la sociologie française est plus lente à faire émerger, ou alors peut-être qu’en France ça existe moins, que les Américains ont un côté plus médiatique, en tout cas, ils savent peut-être plus attirer le chaland, mais il y a ce côté qui me semble intéressant à développer.

23Pierre Duquesne : Je suis journaliste à L’Humanité, où j’ai été embauché il y a un an à peine. Étant tout jeune journaliste, je ne suis pas très à l’aise pour rendre compte de l’utilisation du terme « bobo » dans les colonnes de notre journal plus que centenaire. Et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, j’ai été embauché au pôle « Quartiers populaires », créé après les révoltes de 2005, avant de travailler sur la question du logement. Étant donné les récents sujets traités dans la presse, j’avais plutôt l’impression, de mon poste de travail, que la catégorie « bobo » n’est plus le dernier concept à la mode. La « mixité sociale », la « diversité » ou les « petits blancs des zones périurbaines » semblent être devenus des obsessions journalistiques et des termes bien plus en vogue, ces derniers temps. Et à L’Humanité, nous ne cessons de démonter ces concepts qui sont une façon d’évincer la question des classes sociales, et bien plus encore, de la lutte des classes. On cesse de nommer la bourgeoisie ou la classe ouvrière. On parle aussi, dans les médias de masse, de « personnes déshéritées » pour ne pas dire « pauvres ». Et on préfère encore utiliser le mot « pauvre » pour ne pas parler de personnes « exploitées » ou « dominées ».

24À ce sujet, une anecdote m’a profondément marqué. J’avais utilisé l’expression « classes moyennes » dans un de mes papiers. Le chef des secrétaires de rédaction, militant communiste, m’avait immédiatement corrigé, préférant écrire « couches moyennes ». « De classe, il n’y en a qu’une, c’est la classe ouvrière ! », m’avait-il expliqué, dans un éclat de rire. Aujourd’hui, à L’Huma, nous faisons plutôt référence aux « classes populaires » pour prendre en compte les précaires, les privés d’emplois et les employés de services, qui ne collent pas tout à fait à l’image de l’ouvrier de l’industrie. Mais notre quotidien travaille énormément à rendre compte des luttes des salariés et de la mémoire ouvrière pour travailler à construire une conscience de classe.

25Bref. Les bobos, pas de ça chez nous ! me suis-je dit de prime abord. Seulement, je suis allé vérifier au service de la documentation interne... et j’ai été surpris. Depuis le début de l’année 2012, on peut décompter treize articles contenant le terme « bobo ». Dont un rédigé par un collègue de mon propre service. Intitulé « La Goutte d’Or, un quartier ni ghetto ni bobo », cette longue enquête qui porte sur les évolutions de ce quartier populaire du 18e arrondissement a été réalisée dans le cadre de la série « Portrait de la France populaire », comprenant plusieurs reportages réalisés auprès des classes populaires et diffusés avant l’élection présidentielle. Je lui ai donc demandé ce que recouvrait le mot « bobo ». Pour lui, il sert à désigner la gentrification, ou plutôt les personnes qui participent de cet embourgeoisement des quartiers populaires. Il ajoute que le terme « bobo » peut aussi désigner, dans son esprit, des personnes qui jouissent d’un fort capital culturel mais pas forcément d’un capital économique élevé. Son reportage semble plus nuancé, puisqu’il fait la différence entre deux types de nouveaux arrivants dans le quartier : il dissocie les « intellectuels précaires qui s’investissent dans le quartier » des « bobos qui restent dans leur coin », associés à des catégories plus aisées. En voici un extrait :

La « gentrification » de la Goutte d’Or, qui serait envahie par les classes aisées ? « C’est un concept de sociologue, raille l’élu, également fondateur de l’association Paris Goutte d’Or. Le logement social est un frein à la boboïsation. » « Les “gentrificateurs”, ce sont pour beaucoup des classes moyennes inférieures qui se sont logées à la Goutte d’Or pour profiter des bas loyers », souligne Ian Brossat. Fabienne Cossin, sociologue et habitante, classe les nouveaux arrivants en deux catégories : « Il y a d’un côté les intellectuels précaires, qui s’investissent dans la vie du quartier. Et, il y a les bobos, qui restent dans leur coin. » La mixité sociale existe donc dans ce quartier, ni ghetto ni bobo. « Le seul problème, ce sont les écoles. Les classes moyennes ont tendance à mettre leurs enfants dans le privé et à délaisser les établissements du quartier, où le niveau est très bas », déplore Michel Neyreneuf.

26J’ai aussi discuté avec une autre rédactrice de mon service, qui a vécu à Montreuil. Pour elle, les bobos désignaient plutôt de véritables bourgeois qui s’installaient dans des zones devenues inaccessibles à toute autre catégorie sociale, comme à Bastille. Elle a l’impression qu’aujourd’hui ce terme complètement fourvoyé renvoie à tous les trentenaires vivant dans l’Est parisien et elle a émis de sérieux doutes sur ce concept. Trois ou quatre articles y font référence par facilité, voire de façon accessoire. Il figure aussi dans certains titres, car tout le monde connaît les contraintes des titreurs qui doivent exprimer beaucoup d’idées en peu de mots. Et le terme « bobo » semble assez magique de ce point de vue. En quatre caractères, il peut recouvrir une grande pluralité de sens. On le retrouve aussi dans les accroches, c’est à dire les premières phrases des articles. Une collègue travaillant à la rubrique « Planète et environnement » a commencé un papier sur les associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) en posant la question de savoir si ce mode de distribution alimentaire, en circuit court, était le domaine réservé des bobos, par exemple. On retrouve aussi le terme dans des articles de la rubrique « Culture », qui ne sont pas directement liés à cette question sociale.

27Les autres utilisations du terme sont des citations de sources, en particulier dans les reportages. Cela fait dire à mon collègue que ce terme, s’il est autant utilisé, doit répondre à un besoin chez ceux qui l’emploient ou, à tous le moins, que le mot « bobo », à force d’être employé dans les médias ou dans les discours politiques bien souvent d’extrême droite, est repris par une part importante de la population. Ce fut le cas lors d’un reportage que j’ai réalisé dans une zone périurbaine, dans une ville de Seine-et-Marne qui a énormément voté Front national. Une zone périurbaine populaire, dois-je préciser – on sait combien ces zones sont hétéroclites socialement, avec certaines de ces zones très riches, notamment dans les Yvelines. À Nangis, j’ai interrogé un couple devant leur pavillon sur leurs intentions de vote et sur leur envie ou non de voter, une semaine avant le scrutin. Ce couple d’employés avait l’intention de voter pour Bayrou mais pour ne pas voter, je cite, « ni pour les bobos de la rive gauche, ni pour le bling-bling du 16e ». Cinq maisons mitoyennes plus loin, une employée de blanchisserie industrielle « ne veut ni dire son nom ni dire pour qui elle va voter ». On le voit bien dans ces propos : certaines classes populaires associent clairement les bobos aux bourgeois qui détiennent le pouvoir économique et culturel (« rive gauche »). Or, à la Goutte d’Or, ce terme « bobo » renvoie aux professions intellectuelles mais précaires... même si mon collègue, lui, fait la différence entre bobos et précaires. On voit bien la définition peu précise du mot et la variété de sens qu’il peut recouvrir. Je pense qu’une partie de la société française a été perméable au discours opposant des catégories de salariés entre eux, divisant les classes populaires entre les employés et la fraction plus aisée du salariat. Un article politique de L’Humanité qui rendait compte des attaques de Florian Philippot (FN) contre les « bobos » montre bien qu’il y a une utilisation politique du terme en cette année 2012.

28Un autre papier, portant sur l’analyse du scrutin présidentiel et rédigé par Christophe Deroubaix, explique qu’il faut sortir de ce débat « guignolesque » – c’est son terme – « entre les bobos et le populo ». Il s’agissait pour lui de répondre, avec des faits étayés (l’analyse des scrutins), au rapport du think tank Terra Nova qui a beaucoup marqué les militants communistes et les rédacteurs de L’Humanité. Voici un extrait de son papier :

Évidemment, le simple constat dressé ci-dessus du vote massif des villes pour la gauche ne manquera pas d’être utilisé pour relancer le guignolesque débat « bobo-populo ». La gauche n’a rien à gagner à cette binarité que tentent de lui imposer non seulement le FN et l’UMP, mais quelques-uns de ses propres penseurs et représentants. Il faut d’abord en finir avec l’intimidation par le « bobo », catégorie détournée de sa définition première. Il se trouve que l’inventeur en est un chroniqueur conservateur du New York Times, David Brooks. Au début des années 2000, il voulait alors dépeindre l’émergence, selon lui, d’une nouvelle classe supérieure. Bohème, car elle fait sien l’héritage des années 1960. Bourgeoise, par ses revenus, son mode de vie et l’intériorisation des codes économiques reaganiens. Aujourd’hui, par extension malveillante, est devenu « bobo » tout salarié aux revenus moyens ayant opté pour un mode de vie en centre-ville et votant à gauche. Pourquoi et en quoi faudrait-il répondre à la sommation d’un rapport d’un think tank de gauche de choisir entre les uns et les autres ?

29Deux autres articles de L’Humanité Dimanche mentionnent le terme « bobo » pour critiquer la division sociale effectuée par certaines stratégies électorales avant les élections présidentielles et législatives. C’est notamment le cas d’un article de décryptage du scrutin de L’Humanité Dimanche, qui démonte l’idée que Mélenchon profiterait d’un « vote bobo ». On peut y lire :

Une enquête Ipsos montre également que c’est chez les personnes ayant les revenus les plus faibles, moins de 1 200 euros, que le candidat du Front de gauche réalise ses meilleurs scores avec 13 %. Des chiffres qui relativisent un certain nombre de déclarations assurant que Jean-Luc Mélenchon avait bénéficié uniquement d’un vote bobo.

30Voilà pour l’utilisation cette année de ce concept de « bobo » au sein de la rédaction de L’Humanité. On le voit : il s’agit pour une large part d’une utilisation critique de ce terme, qui n’échappe pas non plus à nos colonnes, car elle est aussi largement reprise dans la société. En ce qui me concerne, je me suis demandé pourquoi cette expression a autant été reprise par l’écosystème médiatique. Or, selon moi, c’est aussi lié à la condition sociale des journalistes eux-mêmes. En étant provocateur, je pourrais dire que nous, les journalistes, nous sommes tous bobos ! J’habite à Saint-Ouen. Et bien que je milite dans cette ville populaire, avec le Front de gauche, et que je sois salarié d’un journal communiste par conviction, je participe de fait à la gentrification de cette ville de première couronne. Par ailleurs, bien que j’aie été longtemps précaire, puisque j’ai réalisé dix stages dans le journalisme, pour la plupart non rémunérés, et que j’aie signé mon premier CDI à 28 ans, j’ai fait des études supérieures et possède un certain capital culturel. Je fais partie des gens qui se plaisent dans ces villes populaires dotées, grâce à l’histoire politique de ces villes, de cinémas de qualité, de bons théâtres, etc. Il y a d’ailleurs beaucoup de journalistes qui vivent à Saint-Ouen. Il y en a encore plus à Montreuil, où se situent de nombreuses boîtes de production audiovisuelle, sans parler de ceux qui vivent dans le 10e, le 18e ou le 20e arrondissement. Donc nous, les journalistes, nous sommes au cœur de ces processus sociaux de gentrification. Mais, fort heureusement, Saint-Ouen compte encore énormément de logements sociaux et résiste à ce phénomène.

  • 9 Voir le chapitre d’Edmond Préteceille.

31Monique Pinçon-Charlot : J’ai été frappée, dans nos discussions, que la catégorie des « bobos » n’ait jamais été située dans l’ensemble de l’espace social, si bien que j’ai l’impression que chacun en parle de son point de vue, avec les lunettes de son habitus. Michel [Pinçon] et moi avons trouvé dès le début des années 2000 que l’appellation « bourgeois bohèmes », sous le condensé peu académique, je le reconnais bien volontiers, de « bobos », correspondait bien à l’arrivée des membres de classes moyennes et supérieures dans des quartiers parisiens qui furent artisanaux, industrieux et populaires. Le terme « bourgeois » ne pouvait être utilisé par les spécialistes de la grande bourgeoisie que nous sommes car, dans le cas des « bobos », ce ne sont pas des bourgeois ayant hérité d’un patrimoine familial important qui viennent habiter à la Bastille, et encore moins à la Goutte d’Or. La notion de « gentrification » présente l’inconvénient majeur d’être un anglicisme, mais elle a l’avantage de bien désigner un embourgeoisement dans les quartiers populaires par la place laissée vide par les ouvriers, liée à une désindustrialisation très rapide de la capitale. Au fond, le mot « bobo » permet d’appréhender la pluridimensionnalité des paramètres sociaux des individus regroupés sous ce terme. La position professionnelle montre une inscription dans les secteurs émergents de l’activité économique, liés aux nouvelles technologies, à la communication, à la publicité ou au design. Le niveau social présente un éventail assez large, allant de métiers classés parmi les professions intermédiaires jusqu’aux professions intellectuelles supérieures, sans compter bien entendu les variations qu’introduisent tous les statuts possibles, des salariés du secteur public aux chefs d’entreprise9. En revanche, les modes de vie, du moins tels qu’ils s’affichent dans une convivialité enjouée dans l’espace public, semblent beaucoup plus homogènes. Cette « bourgeoisie bohème » est donc bien dans un cumul des différentes formes de richesse comme les distingue Pierre Bourdieu. Elle dispose d’une certaine aisance économique liée pour l’essentiel à de bons salaires ou à une position d’autoentrepreneur. Son niveau scolaire et intellectuel, assez élevé, est en phase avec les nouvelles technologies. Sa richesse sociale se donne à voir dans une sociabilité remarquable dans ces quartiers. Elle bénéficie d’une importante richesse symbolique avec cette reconnaissance, aussi bien de la part des journalistes que des sociologues, d’une spécificité de cette fraction de classe, partie intégrante des classes moyennes et supérieures.

  • 10 Michel Pinçon & Monique Pinçon-Charlot (2001), Paris mosaïque : promenades urbaines, Paris, Calman (...)

32Ces enfants de soixante-huitards qui ont grandi avec la fin des Trente Glorieuses et la mise en place du néolibéralisme, dès le premier mandat de François Mitterrand à partir de 1983, sont dans la logique du libéralisme économique compatible avec des modes de vie plus ou moins libertaires. Cette combinaison d’une adhésion au libéralisme économique avec un libéralisme culturel trouve un écho dans la gauche libérale dont se revendique le Parti socialiste. Et je pense que ce n’est pas un hasard si Bertrand Delanoë nous a associés à sa campagne électorale pour les municipales de 2001 avec la publication de notre livre Paris mosaïque10 et les changements dans la sociologie de la population parisienne qu’il mettait au jour. Mais les bourgeois, qu’ils appartiennent à la gauche libérale ou à la droite, se sont retrouvés pour défendre une Europe toujours plus libérale lors du référendum sur la Constitution européenne en mai 2005. Alors que toutes les élites politiques avaient appelé à voter « oui » à ce référendum, les électeurs ne les ont suivis que pour 45 % d’entre eux, tandis qu’à Paris ils étaient 66 % à dire « oui », confirmant ainsi que les grands bourgeois et les « bobos » sont en phase, ensemble, avec le système néolibéral.

33La désindustrialisation de Paris est, comme nous l’avons déjà mentionné, spectaculaire : les emplois dans l’industrie, selon l’INSEE, passent de 576 000 en 1999 à 68 000 en 2011. Mais un ensemble de choix politiques ont, de manière concomitante, entraîné une accentuation de la ségrégation sociale et ethnique. Le changement du système de financement des HLM, à partir de 1977, a contribué à ce processus par le passage de l’aide à la pierre, c’est-à-dire à la construction, à l’aide à la personne, c’est-à-dire aux ménages en fonction de leurs ressources. Ceux-ci ont eu davantage le choix de leur localisation, ce qui a facilité la recherche de son semblable. Au même moment, l’accession individuelle à la propriété privée a été encouragée. Avec des prêts intéressants, la classe ouvrière qualifiée a pu investir dans la maison individuelle. Les modalités du « prêt à construire », avec la préfabrication en usine des pavillons, se sont développées. Or toutes ces transformations ont coïncidé avec la désindustrialisation et la fermeture des ateliers et des usines encore situés dans la capitale. Les usines Citroën ont été transformées en un beau parc apprécié par les joggers du dimanche matin et les quartiers de l’Est parisien ont vu leurs lofts, leurs ateliers artisanaux et leurs usines disparaître au bénéfice de ceux que l’on appelle, d’une manière que je ne ressens en rien stigmatisante, les « bourgeois bohèmes ». Cette appropriation collective de valeurs d’usage urbaines destinées aux familles ouvrières par ces jeunes diplômés, avec la réappropriation et la transformation des cafés et des commerces populaires des quartiers où ils habitent, ressemble à une conquête patrimoniale d’autant plus violente pour les classes populaires que la convivialité urbaine affichée dans l’espace public est en contraste avec l’isolement des ouvriers partis dans les zones périphériques.

34Pour conclure sur cette question de la stigmatisation que véhiculerait cet oxymore de « bourgeois bohème » – alliance de mots contre nature, du moins pour les spécialistes de la grande bourgeoisie –, je trouve que la meilleure réponse réside dans cette mise en relation entre l’espace social et l’espace urbain, d’autant plus pertinente qu’à Paris l’espace urbain est suffisamment contrasté pour qu’il permette, de Passy à la Bastille, de parcourir les rues comme on irait des industriels aux « bobos ».

35Sylvie Tissot : Je voulais dire deux choses à propos du succès de la catégorie des « bobos ». Pour moi, il y a une première chose très claire, qui s’est dessinée lors de nos discussions : ce terme, tel qu’il est utilisé, n’est absolument pas satisfaisant pour nous, sociologues. L’une des principales raisons est que, comme le souligne Monique [Pinçon-Charlot], il gomme l’approche relationnelle du monde social. Or, d’un point de vue sociologique, on ne peut pas, quand on enquête sur un groupe, se limiter à ce groupe. Ce dernier existe par rapport à d’autres, desquels il se distingue. Il faut inscrire notre réflexion dans une vision de la société qui est traversée par des différenciations sociales et par de la domination, qu’on ne peut interpréter en termes uniquement psychologisants comme on le fait quand on incrimine « l’hypocrisie » des bobos. Avoir une approche relationnelle ou structurelle, c’est aussi parler des politiques urbaines ou du marché immobilier, autant de thèmes qui sont absents du discours médiatique, ce qui pose la question des formes d’échanges que nous avons avec les journalistes.

  • 11 Voir le chapitre de Sylvie Tissot, ainsi que celui d’Anaïs Collet & Jean Rivière.

36L’autre chose que je voulais évoquer, c’est le rôle de la gauche dans le succès de cette catégorie. La chronologie qui a été mise en évidence le montre bien11 : ce discours a été porté initialement à gauche et non à droite. Ce n’est pas la droite qui a imposé un discours anti-intellectualiste, réactionnaire, voire islamophobe, qui aurait ensuite suscité au sein de la gauche un complexe. Non, la gauche s’est approprié ce discours via des organes de presse de gauche, typiquement Libération, sur la base d’une vision qui n’est pas stigmatisante au départ, mais gentiment ironique. Puis la catégorie est devenue une catégorie politique, reprise à la fois par l’ensemble de la presse et par le monde politique, notamment Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen.

37Que la gauche soit à l’origine de cette importation en dit long sur ses propres valeurs, notamment en ce qui concerne l’engagement. En effet, la figure du bobo repose sur une disqualification, plus ou moins forte, plus ou moins explicite, de la personne de gauche, de l’homme et de la femme de gauche, dont les valeurs n’auraient finalement aucune consistance face à leurs privilèges, voire serviraient à maintenir ces privilèges. C’est très clair dans le livre de David Brooks, qui fait écho, dans le contexte étasunien comme français, à une disqualification plus large du militantisme, notamment dans la production médiatique : quoi de plus ringard aujourd’hui, en effet, qu’un militant ? Pour moi, ce débat sur les « bobos » doit nous faire réfléchir, en creux, sur les valeurs qui fondent la gauche et sur son rapport à l’engagement.

38Sylvain Bourmeau : Je voudrais insister sur le fait que, pour moi, le mot « bobo » joue beaucoup plus comme arme de stigmatisation que comme une catégorie ou un schème explicatif. Il peut, par exemple, être utilisé lors de discussions dans une rédaction comme celle de Libération pour disqualifier un article, un sujet, un angle, sur le mode « c’est un truc de bobos ! » ou « c’est un truc pour bobos ! » De ce point de vue, il peut traduire un conflit classique à l’intérieur de la rédaction comme au sein de la société française entre, pour le dire vite, ceux qui privilégient la culture et ceux qui privilégient l’économie. À Libération, le service « Culture » a toujours été perçu par des journalistes d’autres services comme une sorte de bunker peuplé de gens extrêmement pointus et snobs, attachés à la défense de leurs choix, souvent radicaux. Personnellement, en raison de mon passé journalistique aux Inrockuptibles et de mes choix professionnels, je me sens en pleine affinité avec cette conception d’un journalisme culturel de distinction, c’est pour moi le ressort même de la critique.

39À l’intérieur de Libération, au moins depuis la relance du titre en 1981, certains, souvent à la direction du journal, ont estimé que cette approche de la culture pénalisait le journal, qu’il était perçu comme beaucoup trop pointu, trop élitiste. Ceux-là ont défendu l’idée qu’il fallait aussi parler de la culture qui intéresse tous les Français et tous les lecteurs. On a donc vu Libération, en matière culturelle mais pas seulement d’ailleurs, prisonnier d’un double complexe : un complexe d’infériorité par rapport à la bourgeoisie classique, en l’occurrence, un complexe d’infériorité par rapport au journal de référence, Le Monde, mais aussi un complexe de supériorité par rapport au Parisien et son côté populaire, grand public. Libé n’est jamais meilleur que lorsqu’il refuse cette tenaille pour s’affirmer. Mais le mot « bobo » peut être utilisé en interne précisément pour disqualifier cette identité singulière qui est pourtant celle de l’histoire du titre.

40Autre chose : je suis d’accord avec toi, Monique [Pinçon-Charlot], lorsque tu replaces les choses, d’une part, dans la structure sociale et, d’autre part, dans l’histoire de la structure sociale. J’ai le sentiment qu’on ne peut comprendre la catégorie « bobo » qu’en se donnant les moyens d’appréhender des formes de mobilité sociale intergénérationnelle. Pour le dire autrement : « bobo » pourrait aussi se traduire par fils ou fille de prof ou d’instit. C’est peut-être aussi l’une des raisons pour lesquelles je me sens visé lorsque l’on dit « bobo » : je suis fils d’institutrice et enfant de la génération 1968, ayant grandi dans ce milieu des classes moyennes cultivées à fort tropisme culturel qui a porté la gauche au pouvoir en 1981, qui l’avait au préalable portée à la tête de quelques municipalités. J’ai grandi dans une ville nouvelle dont le maire élu en 1977 (j’avais 12 ans) est typique de ce milieu socioculturel. Cette commune, c’est Saint-Herblain et ce maire est aujourd’hui Premier ministre [Jean-Marc Ayrault]. Je connais par cœur ce terreau socioculturel, je sais de quoi il est fait : de ces couches sociales, de ces catégories sociales d’enseignants, de travailleurs sociaux, de gens très impliqués dans des formes de militantisme associatif extrêmement diverses qui n’étaient pas celles du Parti communiste traditionnel, mais pour qui la culture a été centrale. Ce qu’a fait Jean-Marc Ayrault avec la culture à Nantes, la place centrale qu’il lui a accordée en est la preuve. Cela a commencé comme un cordon sanitaire autour de la ville, avant qu’elle ne soit reprise par la gauche, représenté par les communes de banlieue. Ce phénomène qui s’est produit à Nantes ou à Rennes, dès 1977, a progressivement touché nombre de centres-villes. Mettre politiquement la culture au centre : voilà aussi ce qui est visé et qu’on stigmatise avec le terme « bobo ». Les « bobos » sont ces habitants des centres-villes pour qui la culture est l’une des priorités dans la vie.

41Pour être plus précis, il faut aussi distinguer ce qui différencie le rapport au capital culturel desdits « bobos » de celui qu’entretient la bourgeoisie classique. Les « bobos » sont désignés comme des gens ayant hérité de la bourgeoisie le fait d’accorder de l’importance à la culture selon un certain type de hiérarchisation culturelle. Mais, à la différence de la bourgeoisie classique, les « bobos » seraient ceux qui ne hiérarchisent plus entre les disciplines culturelles mais à l’intérieur des disciplines culturelles. Les « bobos » seraient ceux qui s’élèvent à la fois contre le relativisme généralisé du « grand public » et contre la hiérarchisation qui oppose grande musique et rock, par exemple. Ce rapport particulier à la culture, c’est aussi celui d’un segment d’une génération, celle qui est née avec la télévision, pour laquelle il n’y a pas de genre mineur, ce qui ne signifie pas qu’il n’y a pas la place pour du « méliorisme » culturel, comme dit le philosophe américain Richard Shusterman.

42Catherine Bidou : Je voudrais répondre à Monique [Pinçon-Charlot]. Effectivement, moi, je n’utilise jamais le terme « bobo », mais nous avons commencé à utiliser, ensemble – je veux dire un certain nombre de sociologues de notre génération –, et ce, depuis quarante ans, les expressions « nouvelles couches moyennes » et « nouvelles classes moyennes ». Elles ne sont plus si nouvelles, mais cette dénomination est encore employée.

43Pour ma part, ce sont les termes que j’utilisais. Et effectivement si, en revenant en arrière, on regarde l’évolution de la structure socioéconomique et des catégories 3 et 4 de l’INSEE, c’est-à-dire les cadres supérieurs, les professions intellectuelles supérieures et, maintenant, ce qu’on appelle les « professions intermédiaires » – ceux qu’on appelait auparavant les « cadres moyens » –, ce sont des catégories sociales qui numériquement ont littéralement explosé dans les années 1970 à la faveur du développement de l’État-providence. Et lorsque la croissance de l’État-providence a ralenti, ce sont toutes les professions liées à l’information, aux médias, aux professions artistiques – enfin, plus du secteur privé que du secteur public –, qui ont pris le relais. Cela veut dire que les catégories 3 et 4 de l’INSEE, ces couches moyennes et supérieures qui, dans les années 1970, faisaient moins de 20 %, représentent maintenant 35 %. Ces couches sociales ont émergé numériquement dans l’espace social et sont donc structurellement plus souvent en mobilité sociale ascendante. Ainsi, ce qui caractérise ces classes moyennes supérieures, c’est d’être souvent en mobilité ascendante.

44Et toute cette visibilité, cette agitation culturelle et cette invention culturelle qui sont les leurs depuis quarante ans correspondent à une sorte d’accumulation de capital symbolique, comme construction d’identité, comme inscription dans l’espace social. Moi, c’est largement comme ça et moins à travers la dimension de domination et de violence symbolique que je les ai analysées, même si ça peut être perçu ainsi. Donc, je les ai rencontrées, ces nouvelles classes moyennes, analysées et étudiées empiriquement au cours des décennies dans divers lieux et en particulier à travers les effets de gentrification. Par exemple, dans le quartier autour du marché d’Aligre que j’ai étudié à la fin des années 1970 et au début des années 1980, il n’y avait pas ce ressenti ; j’ai donc fait des entretiens en milieu populaire et des observations chez les nouvelles classes moyennes. Les premiers ne se sentaient pas expulsés, puisqu’ils étaient encore dans de vieux appartements ou même des logements sociaux (enfin, depuis, ils l’ont peut-être été...). Et il y avait peut-être des histoires de rapports de classe, il y avait des discours de rapports de classe, mais les rapports de classe s’exprimaient aussi sous forme d’« effets de contact ». Par exemple, des familles de classes populaires se mettaient à avoir des comportements de « suivi scolaire » vis-à-vis de leurs enfants, se mettaient à avoir un peu des pratiques de classes moyennes. Donc, les rapports de classe sont plus compliqués qu’on peut le penser. Voilà, c’est ce que je voulais préciser, et aussi sans doute parce que les nouvelles classes moyennes de l’époque n’avaient pas de capital économique très important, dans ces terrains-là...

  • 12 Voir le chapitre d’Edmond Préteceille.

45Edmond Préteceille : Dans le prolongement de ce qu’a dit Catherine [Bidou], il me semble que le succès du terme « bobo » vient de la difficulté à penser l’objet social que sont les nouvelles classes moyennes. Et je pense que ce terme est une mauvaise réponse, mais on en discutera demain. C’est une réponse dont le succès tient à l’opération d’unification par la nomination. C’est un mot, comme vous l’avez dit, qui se retient facilement, contrairement à « gentrification ». C’est une catégorie très floue et c’est ce qui fait son succès, on peut y mettre ce qu’on veut. Pour le sociologue, c’est évidemment choquant. Et puis surtout, c’est cette idée de l’unification qui est le cœur du problème, c’est-à-dire que, en réalité, quand on analyse dans les statistiques toute cette nouvelle classe moyenne, on ne voit pas une image unifiée12.

46On voit des trajectoires de mobilité ascendante, on voit des trajectoires de mobilité descendante, on voit des enfants de professeurs, marqués en France par une culture de gauche, syndicale, laïque, du service public, etc. Mais on voit aussi des enfants de commerçants marqués par une culture du commerce, du fric, qui vont dans les écoles de commerce. C’est dire qu’en fait on peut décrire une série de trajectoires et d’univers sociaux, de systèmes de référence assez variés. Évidemment, il y a toujours cette envie de faire émerger un objet unique, unifié, mais je trouve que l’on va trop vite en besogne. C’est un des pièges : les journalistes ont besoin d’identifier les tendances émergentes, les sociologues, hélas, de temps en temps font pareil parce que si on trouve le bon mot, la bonne accroche pour un titre d’ouvrage, c’est mieux.

  • 13 Voir le chapitre de Sylvie Tissot.

47Je terminerai par une remarque. Dans la traduction du terme, lors du passage des États-Unis à la France, un changement s’est opéré et il n’est pas souvent signalé : comme l’a bien indiqué Sylvie [Tissot]13, David Brooks parle de classe supérieure, c’est même le sous-titre de son ouvrage. Or quand vous lisez les magazines, la presse qui parle de bobos, il s’agit d’une classe moyenne assez diverse et souvent pas très riche. Il y a un glissement qui s’opère et donc un changement d’objet, on ne parle plus de la même chose. Au passage, à propos des États-Unis, quand vous regardez le vote pour Barack Obama du point de vue géographique, il était très concentré dans les grandes métropoles, c’est-à-dire que le phénomène d’orientation progressiste des classes moyennes supérieures qui sont très présentes dans les grandes villes, on le retrouve de la même manière.

48Jean-Michel Helvig : Parler des « bobos », c’est bien entendu aborder la question des classes moyennes, dans le cadre d’une analyse électorale, pour ce qui a trait à l’article dans Libération qui m’a valu d’être invité ici. J’ai le sentiment qu’il y a sur ce sujet une carence dans les travaux de sciences humaines en France. Évidemment, il y a sans doute de brillantes exceptions que l’on ne manquera pas de m’opposer. Et notamment de très récentes études sur le déclassement. Mais je persiste et signe, au risque de faire hurler, que dans un pays où la sociologie a été très influencée par le marxisme, les classes moyennes n’avaient pas la cote. On s’intéresse aux très pauvres, aux prolétaires, aux exclus ; on s’intéresse aux très riches avec beaucoup d’acuité, mais l’entre-deux, c’est compliqué. Et particulièrement dans la sociologie électorale qui se nourrit forcément de la sociologie tout court. Je dis ça, c’est un reproche et ce n’est pas un reproche, c’est comme ça, mais pour répondre à une demande, justement, de votre questionnaire : les journalistes ont aussi besoin d’être aidés par des recherches universitaires sur les sujets qu’ils traitent. À l’époque où se situait mon article s’appuyant sur le livre de David Brooks, aucun autre travail de référence sur le sujet n’était connu, en tout cas pas de moi.

49Pourtant, ces fameuses classes moyennes avaient déjà bien évolué, s’étaient largement diversifiées. Elles sont quand même le fruit d’un indéniable essor de l’éducation dans ce pays. Il y a de plus en plus de bacheliers, de diplômés de l’enseignement supérieur. Le niveau monte, contrairement à ce que d’aucuns prétendent, même si le mouvement d’ensemble masque de fortes disparités. Un niveau culturel qui ne monte pas seulement entre le 10e arrondissement de Paris et Montreuil, mais qui monte un peu partout en France. Quand vous allez à la Fnac à Rouen, à Bordeaux ou à Lyon, vous trouvez grosso modo les mêmes objets culturels, le même public qu’à celle de Paris. Mais l’essentiel des médias nationaux, écrits ou audiovisuels étant à Paris, ils ont tendance à se polariser sur ce qui fait phénomène dans leur environnement proche, aussi le mot « bobo » a-t-il plus de succès ici qu’ailleurs. Je collabore à La République des Pyrénées, le quotidien de Pau et du Béarn, qui est un pays extrêmement bien doté dans le domaine culturel et universitaire, du fait d’une concentration d’entreprises à haut coefficient de matière grise, et je n’ai pas lu que le mot revenait obsessionnellement, y compris les lendemains d’élections, au moment de l’analyse des résultats. Mais ce n’est pas pour autant qu’on est mieux armé pour comprendre la sociologie des votes au-delà des fameuses CSP qui ventilent à la hache les sondages d’intention de vote ou de sortie des urnes.

50Pierre Duquesne : Je voulais revenir sur ce que j’ai dit tout à l’heure. Certes, je participe à la gentrification de Saint-Ouen. Mais en même temps, j’ai longtemps été précaire. Au début, j’ai été en sous-location, pendant près de six mois. Ensuite, j’ai été en colocation avec une étudiante pour me loger en région parisienne, notamment quand j’ai été en CDD. Je rembourse jusqu’en 2018 (250 euros par mois) un crédit étudiant contracté pour payer ma très coûteuse école de journalisme (10 500 euros). Donc, il y a aussi un danger à dire que je suis un bobo. Comme si je n’avais pas les mêmes préoccupations que les classes populaires et d’une grande partie du peuple francilien. J’ai eu des difficultés de logement, j’ai été précaire et j’ai longtemps appartenu au précariat, même si j’en suis sorti en signant mon CDI et si je gagne aujourd’hui 2 000 euros...

51Monique Pinçon-Charlot : C’est déjà pas mal, je ne savais pas qu’ils vous payaient 2 000 euros à L’Humanité... [Rires dans la salle]

52Pierre Duquesne : En tout cas, je fais partie du salariat et je dois me battre en tant que salarié pour faire basculer le rapport des forces dans notre pays. Et je pense que, dans l’atmosphère politique actuelle, le terme « bobo » est marqué politiquement et qu’il est très néfaste pour toutes ces catégories qui souffrent de la financiarisation de l’économie et de la destruction des acquis sociaux. Et cela touche un ouvrier de chez PSA, comme un agriculteur ou un journaliste précaire. Mais je pense que les choses changent, de fait. Beaucoup de personnes qui auraient pu être désignées par le FN comme des « bobos parisiens » se trouvent elles aussi confrontées au chômage, à la précarité. De fait, elles doivent maintenant refaire de la politique, tisser des liens de solidarité avec les employés des services ou les ouvriers, comme cela s’est vu à l’École normale supérieure. Des normaliens se sont mis en grève pour titulariser les agents de la cantine au statut précaire. J’avais couvert ce sujet pour L’Huma, en novembre 2011. Cela montre que les « bobos » de la rue d’Ulm et de « la rive gauche » peuvent faire front commun avec tous ceux qui font vivre la métropole. Et j’espère que vous, les sociologues, vous allez parachever le boulot !

53Anne Raulin : J’aimerais revenir sur les faits de langage, ou l’effet de langage, comme on veut. On se heurte toujours à cette différence entre les usages qui relèvent de l’écriture journalistique ou du langage familier – des mots tels que « ghetto », « beur », voire « populo » ou « intello », qui traduisent des sensibilités, des réactions, des humeurs et qui ont pour eux le bénéfice de rester vagues – et les exigences de la conceptualisation sociologique. Le problème est le même avec « ethnique », qui a fait les beaux jours du « marketing ethnique » mais que les anthropologues rechignent toujours à utiliser.

54Je trouve qu’il faut peut-être considérer le fait qu’il y a une vertu de ce que l’on pourrait appeler des « mots clignotants », qui alertent sur l’émergence de nouveaux phénomènes sociaux, perçus comme une tendance, des mots qui mettent sur la piste de réalités sociologiques inédites – et la preuve en est qu’ils prennent, qu’ils sont repris, qu’ils deviennent passe-partout. Mais lorsque ces phénomènes font l’objet de recherches systématiques, on ne peut pas se contenter de se réapproprier ce vocabulaire. Au contraire, tout l’enjeu est alors de développer ses propres concepts pour déplier toute la diversité du phénomène, révéler sa complexité, expliquer ses conditions d’émergence historique, lui donner sa dimension structurelle, traiter de ses effets politiques. Pourquoi ne pas penser ces divers traitements linguistiques en termes de complémentarité ? On n’a pas la même fonction, on ne raisonne pas de la même façon, mais on s’inspire aussi les uns les autres, en se lisant, en se critiquant. Il est clair que le terme « bobo » rebondit comme une balle de ping-pong, il a quelque chose de percutant qui fait clignotant dans le paysage intellectuel. Et il continue sa route puisque, aujourd’hui, on parle de plus en plus de « boboïsation » des quartiers dans les villes les plus diverses, pas seulement à Paris, et voici un terme qui rime aussi avec « moyennisation », « touristification », « spectacularisation », etc.

55Annick Rivoire : Je partais d’un point de vue qui n’est pas celui de la science, de la sociologie, mais d’une démarche empirique d’observation de ce qui nous est proche (en l’occurrence, cette idée du « bobo parisien »), pour aller vers un cercle plus large. Étant journaliste spécialisée dans les cultures numériques, j’avais déjà fait le constat de ces habitudes et des pratiques qui changeaient radicalement avec l’arrivée du numérique et d’Internet. Ce constat se faisait toutes classes sociales confondues, mais évidemment avec un prisme américain, parce que c’est des États-Unis qu’est venue la « révolution numérique ». Il se trouve que dans le livre de David Brooks, il y avait beaucoup de choses très concrètes sur la consommation de ces classes supérieures qui rejoignaient totalement ces pratiques transformées par le numérique et ces gens que l’on appelle « geek » aujourd’hui, qui consommaient tous ces gadgets électroniques devenus maintenant extrêmement communs. Il y a douze ans, celui qui avait un Palm se distinguait vraiment de la masse. L’apparition du terme « bobo » et sa description collaient parfaitement à une observation que j’avais faite de façon totalement empirique, sans les outils du sociologue, d’un point de vue journalistique. Et je ne l’avais pas observé uniquement à Paris. Pour moi, ce livre se prêtait parfaitement bien à une culture de la mondialisation, avec des pratiques nouvelles.

56Je voudrais juste ajouter une petite chose à propos de la terminologie. À la même époque, dans le domaine qui m’intéresse, a commencé à émerger le terme d’« addiction » en ce qui concerne les pratiques du jeu vidéo. Des psychiatres aux États-Unis commençaient à parler de dépendance aux jeux et je me souviens d’avoir de la même façon, à Libé, enquêté pour voir si cette catégorie pouvait s’appliquer à la France et d’avoir interrogé quelques psychiatres et psychologues qui tous m’ont répondu que les Américains étaient très prompts à imaginer de nouvelles catégories, à « sortir » des mots pour la simple raison que les scientifiques là-bas ont une conception très marketing de la recherche.

57On peut dire la même chose pour le terme « bobo » : c’est effectivement un terme qui porte, qui a marché au-delà des espérances de Brooks. Il y a aux États-Unis cette capacité à déposer un terme avant même qu’il n’ait une validation scientifique et à le diffuser de façon tellement médiatique que, après, il n’est plus possible de revenir dessus.

58Monique Pinçon-Charlot : Je reviens sur cette idée du stigmate péjoratif, voire négatif, que représenterait cette appellation de « bobos » pour ces jeunes diplômés insérés dans le monde du travail où ils sont salariés, travailleurs indépendants ou petits patrons mais gagnant suffisamment bien leur vie pour pouvoir habiter et travailler dans la capitale, devenue le cœur d’une conurbation de plus de 12 millions d’habitants. Car, pour moi, au contraire, ils gagnent sur tous les tableaux : ils ont de l’argent, des modes de vie libres et ouverts et ils affichent leur volonté de promouvoir la mixité sociale. D’ailleurs, ces privilèges liés à une position spécifique dans l’espace social s’inscrivent dans des corps de classe marqués par leur maîtrise, la rigueur dans l’aisance de leur maintien ou la qualité discrète de leurs vêtements, souvent noirs. Le cheveu hérissé, la barbe de trois jours, les lunettes de soleil alors qu’il fait nuit finissent de parachever le portrait de ceux qui occupent des positions importantes dans les nouvelles technologies ou le secteur artistique.

59Et pourtant, la mixité sociale dont ils se revendiquent a ses limites. Si les nouveaux habitants du quartier de la Goutte d’Or militent volontiers dans des associations locales qui apportent, par exemple, aux enfants d’immigrés un soutien scolaire bienvenu, ils n’hésitent pas à envoyer leurs enfants dans les écoles situées de l’autre côté de Montmartre, vers l’ouest, où la population scolaire est en correspondance avec leurs aspirations pour leurs enfants. En cela, ils font comme les grands bourgeois dans la recherche de leurs semblables, le drapeau de la mixité sociale étant brandi parce qu’il faut bien faire de nécessité vertu. Les prix au mètre carré à Paris sont tellement élevés que le choix d’habiter les quartiers populaires est peut-être un effet des contraintes financières. Il faut d’ailleurs rappeler que quand on a de l’argent, c’est son semblable que l’on recherche en priorité. Les grands bourgeois fortunés, qui pourraient habiter n’importe où dans Paris, vivent entre eux dans quelques arrondissements comme le 7e, le 8e et le 16e. Par ailleurs, la grande bourgeoisie ne se réapproprie jamais un espace qui n’a pas été conçu par et pour elle. Les beaux quartiers ou les stations balnéaires, comme Cabourg, ont été construits ex nihilo, sur des terres vierges, afin que les avenues soient larges et ombragées et que le plan d’urbanisme révèle le collectivisme de la classe dominante dans un paysage urbain parfaitement maîtrisé.

60Je serais personnellement beaucoup plus sensible à la violence des stigmates négatifs adressés aux salariés modestes ou pauvres qui « coûtent » trop cher aux actionnaires, « charges » insupportables pour la « compétitivité ». Les chômeurs sont des « assistés » ou des « fraudeurs », les pauvres prennent trop de médicaments, ils votent mal et en plus ils sont racistes ! Que l’on soit journaliste ou sociologue, le fait d’avoir toujours l’intégralité de l’espace social dans la tête permet de relativiser le poids des mots pour qualifier les uns et les autres.

61Jean Rivière : Merci beaucoup de rappeler cela, Monique Pinçon-Charlot. Monsieur, là-bas, c’est à vous.

62Participant du public : Je ne suis pas universitaire, mais Monique Pinçon-Charlot me fait réfléchir d’abord sur la question de la diversité de la classe. On peut avoir cette diversité et pour autant faire des choix de classe, la preuve. Moi, il y a quelque chose qui me marque : c’est qu’est-ce qui détermine le choix d’aller à Montreuil ? C’est un choix collectif, avec toute la diversité qui existe, c’est un choix collectif. Mais ce que je voudrais savoir, c’est d’où viennent les personnes qui font ce choix et qui les remplace à l’endroit où elles étaient. Parce que ça indique peut-être, je ne sais pas, une réappropriation de ce qui est au-delà du périphérique. Si cette classe est très attachée à cette question de la culture, je ne comprends pas le choix de Montreuil. [Rires dans la salle] Je ne comprendrais d’ailleurs pas plus le choix de Saint-Ouen. Non, c’est une blague, j’apprécie beaucoup les Audoniens. Mais s’il y a une ville qui est capable de cristalliser ce choix-là, c’est Saint-Denis. Or à Saint-Denis, ils n’y sont pas. Et donc, qu’est-ce qui fait qu’ils font le choix là-bas et pas le choix là ?

63Jean Rivière : Merci de cette intervention. Je vous propose de donner la parole à des spécialistes de Montreuil, s’il y en a dans la salle. [Rires dans la salle] Il semblerait que oui...

64Anaïs Collet : Effectivement, j’ai travaillé sur l’installation des nouvelles classes moyennes à Montreuil. Voici quelques éléments de réponse. Ceux que j’ai rencontrés s’y sont installés avant 2007, donc je n’ai pas saisi les arrivées des toutes dernières années. Mais pour tous ceux que j’ai rencontrés, Montreuil était un choix par défaut. Ils ont tous commencé par chercher à se loger dans Paris, mais c’était trop cher. Alors, on peut toujours choisir de rester dans Paris en se serrant davantage, mais soit parce qu’ils avaient des enfants, soit parce qu’ils n’avaient pas de lieu de travail associé à leur profession et étaient donc obligés de travailler à la maison, ils avaient besoin de mètres carrés supplémentaires et donc ne pouvaient plus se loger dans Paris.

65Après, pourquoi Montreuil plutôt que Saint-Denis ? Il y a un effet de proximité géographique très net qui a joué : ce sont des gens qui habitaient en général le 20e arrondissement et qui ont juste pris le métro pour aller deux stations plus loin voir si c’était si différent que ça. Il y a donc cet effet de diffusion par proximité spatiale. Il y a un autre effet qui est propre à Montreuil et qui fait que c’est devenu un endroit très emblématique, c’est le bâti, qui est très spécifique. Premièrement, Montreuil est la commune limitrophe de Paris où il y a le plus de maisons individuelles – et de loin, c’est de l’ordre de 15 à 20 % des logements. Donc, ça a joué aussi, d’autant que, pour ceux que j’ai rencontrés, le fait de franchir le périphérique avait un coût psychologique important, donc en contrepartie, ils exigeaient davantage de leur bien immobilier. Montreuil leur offrait un jardin, une cour ou une maison individuelle, ce qui était vraiment une manière de compenser le déclassement représenté par le fait de quitter Paris. La deuxième spécificité du parc immobilier de Montreuil, c’est justement ce bâti industriel qui est de petite taille, contrairement à Saint-Denis ou à d’autres endroits où les usines étaient gigantesques et où leur réappropriation par des particuliers était donc impossible. À Montreuil, il y avait beaucoup d’ateliers d’artisans ou de petites usines qui pouvaient être facilement achetés à trois ou quatre ménages qui les découpaient eux-mêmes en trois ou quatre lofts.

  • 14 Sylvie Tissot (2007), L’État et les quartiers : genèse d’une catégorie d’action publique, Paris, S (...)

66Il y a certainement aussi eu un effet de la politique locale. Même si ce n’était pas intentionnel, il y a eu des effets de la manière dont la mairie, à la fin des années 1980 et dans les années 1990, a gommé de l’image de la ville des éléments qui étaient devenus stigmatisants, comme les grands ensembles, le communisme des Trente Glorieuses, les ouvriers au sens ouvriers des chaînes de montage – je renvoie au travail de Sylvie Tissot là-dessus14 – et a mis en avant de nouveaux éléments, comme la tradition horticole ou le multiculturalisme. Il s’agissait toujours de montrer la ville comme étant populaire, mais avec une version du populaire qui pouvait davantage plaire à des gens extérieurs.

67Participant du public : Pourtant, il y a nombre de foyers de travailleurs migrants à proximité.

68Anaïs Collet : Absolument, mais justement, ce n’est pas la même version du populaire. D’une certaine manière, avec ces travailleurs migrants, on ne s’inscrit pas dans le rapport de classe brutal et indiscutable qu’il peut y avoir avec la classe ouvrière française. On est dans un autre rapport avec ces étrangers qui sont – comment dire ? –, qui sont placés plutôt sous le signe de l’exotisme, sous le signe d’une étrangeté – vue avec une véritable bienveillance, d’ailleurs. Ça ne veut pas dire que les nouveaux habitants sont de grands naïfs, il y a d’ailleurs parmi eux beaucoup de sociologues ou de journalistes. Ils observent le monde, ils savent très bien que ces immigrés dans les foyers vivent dans des conditions lamentables et ils vont d’ailleurs se mobiliser pour essayer de les aider. Mais le rapport social est moins miné, si vous voulez, il est sans doute plus en leur faveur que dans les grands ensembles, où ils auraient beaucoup plus de mal à importer leurs manières d’être et à déployer leur mode de vie.

69Là, j’en reviens à l’idée qu’il s’agit de rapports d’appropriation, sinon de domination. L’appropriation du territoire est plus facile lorsque l’on a affaire à des immigrés qui sont sans papiers, illégaux, sans travail, présents depuis peu de temps et sans doute pour pas très longtemps, que lorsqu’on a affaire à une classe populaire implantée depuis longtemps, qui a ses espaces, ses structures associatives locales, ses sociabilités. Je pense qu’ils se seraient sentis dominés s’ils s’étaient installés dans les quartiers de grands ensembles du plateau et qu’ils se sentent moins menacés par la présence d’un foyer qui est localisé, circonscrit. Ce sont les éléments que j’ai relevés.

70Jean-Yves Authier : Je voudrais intervenir à mon tour, d’abord pour revenir sur ce qu’a dit Jean-Michel Helvig à propos du faible intérêt des sociologues français pour les classes moyennes et, plus largement, pour dire quelques mots sur le champ scientifique et le champ journalistique, sur les rapports et les différences entre ces deux champs, en précisant d’emblée que mon point de vue est un point de vue de sociologue et non pas de journaliste.

71Pour faire court, si j’ai bien entendu l’intervention de Jean-Michel Helvig – et j’espère ne pas déformer ses propos –, les sociologues français s’intéresseraient (ou se seraient intéressés) aux « riches » et aux « pauvres », mais pas ou peu aux classes moyennes. Pourtant, si l’on regarde précisément ce qui a été produit dans le champ sociologique sur ces trois catégories de population au cours des trente dernières années, on peut très certainement faire un constat assez différent : si les travaux sur les « pauvres » sont en effet nombreux, les travaux sur les « riches » sont numériquement très peu nombreux, en dehors des travaux de Monique et Michel Pinçon ; et les travaux sur les classes moyennes sont beaucoup plus nombreux que les travaux sur les « riches ». Mais les uns et les autres n’ont sans doute pas été également médiatisés. Ce qui interroge sur les processus de médiatisation des travaux scientifiques ; ce qui donne à penser que ce qui est connu par les journalistes, en matière de production sociologique, est en premier lieu ce qui est médiatisé ; et ce qui atteste aussi une certaine méconnaissance du champ scientifique dans le champ journalistique (qui est probablement réciproque !).

72De fait, et il est peut-être important de le souligner, le champ scientifique et le champ journalistique constituent bien deux champs distincts : chacun a ses manières de faire, ses pratiques d’écriture, ses logiques, ses modes de fonctionnement et ses propres enjeux. En écoutant ce que disait Edmond Préteceille à propos, précisément, des classes moyennes, sur la nécessité de prendre en compte la diversité des trajectoires, ascendantes et descendantes, de distinguer les fils de professeurs et les enfants de commerçants, on voit bien que tout cela pourrait difficilement tenir dans un article journalistique de quelques centaines ou quelques milliers de signes. Les journalistes, pour des raisons propres à leur champ, et ce n’est pas un scoop, simplifient, unifient. Et pour cela, le choix des mots est important. Bobos, c’est plus court que gentrifieurs ; c’est aussi plus joli et certainement beaucoup plus vendeur. Au passage, je signale, pour ceux qui voudraient travailler sur cette question, qu’à ma connaissance la première fois que le mot « gentrification » a été utilisé dans la presse française, c’est dans Lyon-Libération en 1991, 10 ans avant le terme « bobo ».

73Par ailleurs, dans le champ journalistique, comme l’a bien décrit Annick Rivoire précédemment, les journalistes se lisent mutuellement et s’empressent de parler de ce dont parlent leurs confrères. J’ai pu l’observer concrètement au moment de la parution de Sociologie de Lyon. Lorsque nous avons sorti, avec Yves Grafmeyer, Isabelle Mallon et Marie Vogel, Sociologie de Lyon, un premier article a été publié sur le site internet de Libération, dans la rubrique « Ville-Lyon », deux jours avant la sortie de l’ouvrage en libraire ; et en moins de 24 heures, nous avons été contactés par l’ensemble de la presse lyonnaise, qui n’avait pas lu le livre, mais qui voulait absolument publier un article sur Sociologie de Lyon !

74Les logiques du champ journalistique, qui encore une fois ne sont pas celles du champ scientifique, permettent donc de comprendre le succès de la catégorie des « bobos », ainsi que le succès d’autres catégories. Je pense en particulier, parce qu’elle m’exaspère au plus haut point, à la catégorie « les quartiers », qui est aujourd’hui entrée dans le langage commun et qui uniformise les réalités sociales des quartiers qu’elle désigne, stigmatise en partie les habitants de ces quartiers et réduit la question du quartier à un type de quartier.

75Tout cela explique aussi que la rencontre de ces deux champs ne va pas de soi et qu’il n’est pas toujours facile de (bien) collaborer entre sociologues et journalistes.

76Jean Rivière : Merci beaucoup, l’idée de cette table ronde est justement de pouvoir revenir sur les exigences propres aux champs dans lesquels les uns et les autres évoluent. Je propose de refaire un tour de table pour entendre les journalistes autour d’une deuxième série de questions que nous voulions aborder. Est-ce que vous avez déjà pris contact avec des chercheurs qui travaillent sur ces questions ? Est-ce que, plus largement et au-delà de la question des bobos, vous trouvez que les catégories des sciences sociales sont facilement utilisables ? Par exemple, avez-vous déjà utilisé dans vos articles les termes « gentrification », « gentrifieurs » ? Est-ce que vous pensez qu’ils sont adaptés à vos lectorats ?

77Quelques questions également sur la réception auprès de vos lectorats : le terme « bobo » est-il bien reçu ? Quels sont, à votre avis, les lecteurs auxquels ça parle et, à l’inverse, ceux auxquels ça ne parle pas ? À quoi est ce qu’ils pensent selon vous quand ils entendent « bobo » ? D’ailleurs, entendent-ils tous la même chose ?

78Sylvain Bourmeau : Moi, je veux bien répondre, mais en formulant d’abord une objection aux remarques qui ont été faites parce que, effectivement, les mots sont importants et parmi les missions du journaliste, il y a celle de nommer, parfois de nommer le premier, les choses. En l’occurrence, le livre de David Brooks n’est pas un livre scientifique, c’est un livre de journaliste, d’essayiste, pas de sociologue. Je ne prends pas le livre de Brooks comme je prendrais le livre d’un sociologue américain. La langue anglaise, mais aussi un certain type de journalisme anglo-saxon, est toujours très avide de la fabrication de nouveaux mots et de catégories. Ces journalistes n’arrêtent pas de produire ce genre de choses : génération ceci ou cela, « hipster », « yuccies » et compagnie... Alors « bobo », inventé par un journaliste du New York Times, a disparu depuis belle lurette aux États-Unis, remplacé par de nouvelles désignations éphémères. En France, on n’invente pas ces mots, on les importe et on a tendance à les conserver plus longtemps.

  • 15 Patrick Champagne (1990), Faire l’opinion : le nouveau jeu politique, Paris, Éditions de Minuit.

79Je suis en accord total avec les critiques formulées contre cette catégorie floue et donc très problématique de « bobo ». On peut dire « les bobos n’existent pas » comme on dit « l’opinion publique n’existe pas ». Mais, comme l’a montré Patrick Champagne à propos de cette opinion publique qui n’existe pas15, cela n’en produit pas moins des effets. La catégorie des « bobos » n’a aucune rigueur sociologique, mais elle produit bel et bien des effets politiques. Et, à ce propos, je suis surpris, Monique [Pinçon-Charlot], que tu dises ne pas percevoir le caractère stigmatisant de la catégorie. Peut-être y a-t-il un malentendu sur le type de stigmatisation : les « bobos » ne sont pas stigmatisés socialement, mais politiquement. Ils sont stigmatisés politiquement pour leur « bonne conscience », pour reprendre un mot utilisé par Annick Rivoire, pour leur choix d’une société ouverte, multiculturelle, qui peut se traduire, par exemple, par des formes de militantisme en faveur des sans-papiers ou par le choix d’aller habiter telle ou telle commune de banlieue. C’est leur rapport à la culture au sens plus anthropologique cette fois qui est pointé du doigt par le terme « bobo ». De ce point de vue, « bobo » est à rapprocher de « bien-pensant », cette expression dont le sens a été totalement transformé, renversé même par la Nouvelle Droite. Autrefois, « bien-pensant » voulait dire catholique intégriste, c’est comme « pensée unique », utilisé pour la première fois dans Le Figaro magazine, ou « droitsdel’hommisme ». Au fond, pour moi, « bobo » est la forme la plus apparemment neutre, aseptisée de ce dénigrement de la culture de gauche par la droite. Ou par la gauche de droite : l’hebdomadaire Marianne joue à mes yeux depuis plus de quinze ans le rôle de blanchisseuse de tous ces concepts d’extrême droite. On y trouve des figures de gauche stigmatisées pour « bien-pensance », des « bobos » en somme. La semaine passée, ma photo figurait dans Marianne aux côtés de celles d’Audrey Pulvar et d’Esther Benbassa sous le titre « La gauche folle ». Pourquoi ? Parce que j’ai récemment écrit un éditorial critique de la politique de sécurité de Manuel Valls, en rappelant la gauche à un certain nombre des principes qu’elle défendait jusqu’au colloque de Villepinte de 1997. On assiste donc à une guerre culturelle menée contre cette gauche historique de la Ligue des droits de l’homme, des associations de défense des sans-papiers. Cette guerre est menée par la droite, bien entendu, et le mot « bobo » est une arme dans cette guerre. Mais elle est aussi menée par une autre partie de la gauche, par exemple du côté d’un groupuscule qui s’est appelé « la gauche populaire », dans lequel on trouve un « consultant » géographe, Christophe Guilluy, un « consultant » sociologue, Philippe Guibert, ou le professeur de science politique Laurent Bouvet. L’une de leurs trouvailles est un « concept » (avec tous les guillemets possibles) qui désigne en réalité l’exact contraire de votre explication du choix des « bobos » d’aller habiter à Montreuil. Cette « hypothèse » (cela me semble mieux que concept, en l’espèce), c’est celle de « l’insécurité culturelle », l’idée que des gens auraient peur de l’intrusion des autres cultures au point de se sentir en insécurité. On voit bien la manière dont cela dérive du déjà problématique « sentiment d’insécurité ». La politique doit-elle traiter des impressions, des sentiments ou prendre à bras le corps les réalités ?! Face à ces attaques, la gauche de principe, celle des « bobos » sans doute, devrait rétorquer que la véritable insécurité culturelle, c’est celle de ceux qui ont la malchance d’habiter dans des territoires où les institutions culturelles sont rares. On y observe souvent un fort vote FN, comme dans le Gard, département champion en la matière qui est aussi le département avec le plus faible taux de diplômés dans la population. Il ne faut jamais oublier que le niveau de diplôme est le plus fort déterminant du vote d’extrême droite.

80Jean Rivière : Merci, je vous propose de continuer à rester sur la question des passerelles entre le monde académique et le monde journalistique...

81Annick Rivoire : Comment les journalistes travaillent-ils avec les chercheurs ? Très concrètement, les journalistes font de la vulgarisation et sont donc forcément beaucoup moins précis. Quand j’ai à faire un papier, je regarde ce que la science a déjà produit sur le sujet grâce à Internet notamment (mais pas seulement), je contacte directement les gens, experts ou pas. Pour répondre à la question « comment on construit aujourd’hui l’information », j’ai conçu un média sur Internet qui est fait à partir de productions jointes, c’est-à-dire qu’il y a des artistes, des journalistes et des chercheurs qui y contribuent. Le tout est de faire en sorte que tout ça puisse cohabiter, que les scientifiques ne s’adressent pas qu’aux scientifiques, que les artistes ne s’adressent pas qu’aux artistes et que les journalistes ne s’adressent pas qu’à une espèce de masse non identifiée qui ne correspond plus à aucun public (puisque, aujourd’hui, chacun peut aller chercher sa propre information). Il m’arrive de travailler avec des sociologues et avec grand plaisir. Ce qui est assez amusant, c’est que je suis obligée d’aller vers eux, c’est-à-dire d’entrer dans un vocabulaire plus précis, de reprendre ce que j’écris parce que ça ne leur convient pas. Mais eux aussi sont obligés de venir vers moi, en tout cas vers un grand public, en abandonnant parfois une terminologie qui est sans doute plus précise mais que personne ne comprendrait.

82C’est pourquoi je n’utilise pas le terme « gentrification ». Je voudrais bien qu’on me démontre le contraire, mais je ne pense pas que ce soit un mot que la majorité de nos concitoyens comprenne. Bobo, tout le monde le comprend, sauf qu’aujourd’hui chacun y met ce qu’il veut. Récemment, j’ai eu une discussion avec un couple d’amis qui se sont installés à Marseille. Ils habitaient dans un HLM à Paris, rue d’Aubervilliers, un quartier en pleine transformation, et ils sont maintenant à Marseille, en plein centre-ville, dans un grand appartement avec terrasse, ce qui nous fait rêver, nous, Parisiens (ceux qui n’habitent pas dans le 16e arrondissement en tout cas...). La femme disait : « Nous, maintenant, on est bobos alors qu’à Paris, on l’était pas. » L’homme disait : « C’est ridicule, on n’a pas plus d’argent aujourd’hui, on a juste un appartement qui est plus grand. Et puis à Marseille, il n’y a pas de bobo. » Il y a des intellos précaires qui peuvent se ranger dans la catégorie « bobo » et qui pourtant n’ont pas d’argent ; il y a des gens qui ont beaucoup d’argent et qui ne seront jamais considérés comme des bobos, parce qu’ils ne s’intéressent pas à la consommation durable ou à ce genre de choses.

83Jean-Laurent Cassely : Moi, ce que je peux vous dire sur cette histoire de passerelle entre la recherche et le journalisme, c’est que c’est parfois compliqué. Vous avez dit tout à l’heure qu’il y avait une concurrence au sein de la presse ; il est évident qu’il y en a une au sein de la recherche, que les polémiques sont nombreuses et que les points de vue sont pour le moins politisés, surtout en sociologie. Quand vous appelez quelqu’un sur la sécurité, en fonction de qui vous choisissez d’appeler, Laurent Mucchielli ou quelqu’un d’autre, en général, vous êtes plus en train de mettre dans la bouche de quelqu’un ce que vous voulez écrire que de vous demander : quelle est la réalité du terrain ? On est d’accord que ça marche un peu comme ça.

84Donc, après, il est vrai par exemple, si on revient à Jacques Lévy, qu’il avait été très sympa, il avait pris le temps de m’expliquer ; j’avais fait appel aussi à Éric Charmes, qui avait un autre point de vue. Les journalistes sont ouverts aux chercheurs qui font aussi cet effort de prendre un peu de temps pour vulgariser parce que c’est vrai que si on a quelqu’un qui vous dit : « Vous comprenez, cette catégorie (des bobos), en fait, c’est plus compliqué, tout est dans tout et son contraire... », eh bien on finit par faire sans. Donc, sur le mot « bobo », c’est un peu le point de vue que j’avais. Je suis d’accord avec vous : certes, ce n’est pas parfait, mais c’est mieux que rien, donc si on peut avoir un bon compromis et dire que des choses intéressantes sont vulgarisées, condensées, sans trahir le message du chercheur mais en même temps en faisant accéder le public plus large que celui des revues à ces phénomènes, eh bien ce n’est pas grave.

85Participant du public : Ce ne sont pas uniquement les journalistes qui doivent faire l’effort d’être un peu succincts, de sortir de leur académisme forcené...

86Anaïs Collet : Oui, c’est pour cela qu’il faut souligner des initiatives comme La Vie des idées, qui rend compte d’un grand nombre de publications scientifiques de manière rapide, ou la revue Métropolitiques qui a été créée en 2010 et qui fait cet effort de vulgarisation sur toutes les questions urbaines et territoriales – par exemple, on a récemment publié un dossier sur la géographie électorale. On essaie de faire l’effort de traduire les recherches dans des papiers très courts et néanmoins relativement fidèles aux résultats des travaux. Donc, c’est bien si tout cela peut converger.

87Catherine Bidou : Oui, la non-communication ou la difficulté de communication, de vulgarisation, de la part des chercheurs, il faut l’analyser. Il ne faut pas oublier qu’il y a des effets de champ, parce que dans le champ académique, les carrières évoluent mal si on vulgarise trop. Monique [Pinçon-Charlot], tu le sais bien. Au comité national du CNRS, on est très mal vu quand on fait trop d’articles dans les journaux et quand on répond trop dans les médias. C’est pour cela que je dis qu’il y a un effet de champ local.

88Jean Rivière : Merci, on en ressort finalement avec l’idée qu’il faudrait plus de tables rondes comme celle-là. Pour conclure, remercions de nouveau les journalistes qui sont venus discuter avec nous, les universitaires présents dans la salle, mais aussi ceux qui n’étaient ni journalistes ni universitaires, mais qui sont venus aussi écouter et discuter avec nous, parce que c’est très important à nos yeux.

Notes

1 Voir la seconde table ronde de cet ouvrage.

2 Michel Pinçon & Monique Pinçon-Charlot (2004), Sociologie de Paris, Paris, La Découverte.

3 Jean-Yves Authier et al. (2010), Sociologie de Lyon, Paris, La Découverte.

4 Outre les journalistes invités et les auteurs de cet ouvrage, deux autres chercheuses sont intervenues au cours de cette table ronde. Il s’agit de Catherine Bidou (directrice de recherche au CNRS) qui travaille sur la sociologie urbaine des classes moyennes depuis les années 1980, et d’Anne Raulin, qui est professeure de sociologie et spécialiste en anthropologie des mondes urbains.

5 Jean-Michel Helvig (2001), « “Bobos” à gogo pour la gauche parisienne », Libération, 23 mars.

6 David Brooks (2000), Les Bobos, Marianne Thirioux & Agathe Nabet (trad.), Paris, Florent Massot.

7 Pierre Bourdieu (1979), La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

8 Jean-Laurent Cassely (2010), Paris : manuel de survie, Paris, Parigramme.

9 Voir le chapitre d’Edmond Préteceille.

10 Michel Pinçon & Monique Pinçon-Charlot (2001), Paris mosaïque : promenades urbaines, Paris, Calmann-Lévy.

11 Voir le chapitre de Sylvie Tissot, ainsi que celui d’Anaïs Collet & Jean Rivière.

12 Voir le chapitre d’Edmond Préteceille.

13 Voir le chapitre de Sylvie Tissot.

14 Sylvie Tissot (2007), L’État et les quartiers : genèse d’une catégorie d’action publique, Paris, Seuil.

15 Patrick Champagne (1990), Faire l’opinion : le nouveau jeu politique, Paris, Éditions de Minuit.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search