Version classiqueVersion mobile

Les bobos n’existent pas

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Anaïs Collet
, 
Colin Giraud
, 
et al.

« Y a des bobos dans mon quartier1 » : les gentrifieurs et la catégorie « bobo »

Jean-Yves Authier et Anaïs Collet

Texte intégral

  • 1 En clin d’œil à la chanson « Y a des zazous », reprise par Brigitte Fontaine et M (Kékéland, Virgi (...)
  • 2 Voir la définition de la gentrification proposée en introduction de ce livre. Pour étoffer cette d (...)

1En parcourant la presse, on peut avoir l’idée que les « bobos » – sous-entendu les habitants de classes moyennes supérieures qui peuplent (ou envahissent) les quartiers gentrifiés (ou en cours de gentrification) des grandes villes – forment une nouvelle classe sociale, un ensemble d’individus proches par leurs positions sociales et leurs intérêts, qui se reconnaissent entre eux et forment un groupe mobilisé. Mais qu’en est-il pour ces individus et ces ménages que les médias appellent « bobos » ? Cette catégorie est-elle utilisée par les habitants impliqués dans la gentrification urbaine2 ? Donnent-ils un contenu stable à cette catégorie et s’y reconnaissent-ils ? Comment se désignent-ils eux-mêmes et comment désignent-ils les autres gentrifieurs de leur quartier ?

  • 3 Y ont été considérés comme gentrifieurs les habitants relevant des classes moyennes et supérieures (...)
  • 4 La recherche menée dans le quartier des Batignolles (et dans deux autres quartiers gentrifiés, à L (...)

2Pour apporter des éléments de réponse, ce chapitre propose la relecture d’un corpus d’une quarantaine d’entretiens, réalisés auprès de gentrifieurs habitant dans deux quartiers gentrifiés : le quartier des Batignolles, situé dans le 17e arrondissement de Paris, et le quartier du Bas-Montreuil, localisé dans la commune de Montreuil, à la périphérie de Paris (voir l’encadré)3. Ces entretiens ont été effectués dans le cadre de deux recherches distinctes, qui ne portaient pas directement sur la question des « bobos »4. Aussi, lors de ces entrevues, la catégorie « bobo » n’a jamais été suggérée par l’enquêtrice ou l’enquêteur. C’est seulement lorsque les enquêtés ont spontanément mobilisé le terme (parfois avant même le début de l’entretien proprement dit) que des questions de relance ont ensuite été formulées, invitant l’enquêté à préciser ce qu’il entendait par ce terme et à se situer par rapport à cette catégorie.

3Dans les pages qui suivent, nous examinons comment les gentrifieurs que nous avons interrogés mobilisent cette catégorie et comment eux-mêmes définissent les « bobos ». Puis nous étudions comment les gentrifieurs de ces deux quartiers prennent position par rapport à cette catégorisation et comment cette catégorie intervient dans le jeu des proximités et des distances à l’œuvre dans les quartiers gentrifiés et dans un jeu plus large d’affiliations et de distinctions sociales. Les analyses présentées permettent ainsi de saisir ce que sont les usages ordinaires de la catégorie « bobo » au sein de la population des gentrifieurs, d’éclairer les représentations que les individus de cette strate sociale se font de la société (de leur propre place dans la société et dans leur quartier de résidence) et de mettre au jour les lignes de clivage ou de tension qui les traversent.

Terrains et corpus

Le quartier des Batignolles est situé dans le 17e arrondissement de Paris, à proximité des anciennes banlieues industrielles du Nord-Ouest parisien (Clichy, Saint-Ouen). Peuplé d’environ 25 000 habitants, il est à la fois central à l’échelle de l’agglomération parisienne et péricentral à l’intérieur de Paris. Ancien quartier populaire fortement marqué par les activités liées à la gare de marchandises Cardinet dans les années 1950, il est progressivement devenu, à partir des années 1990, un quartier gentrifié, investi par des ménages de couches moyennes et supérieures. Au moment de l’enquête, en 2009, les cadres et professions intellectuelles supérieures, parmi lesquels figurent de nombreux professionnels de l’information et de la communication, forment à eux seuls plus de 52 % des actifs. À côté de ces ménages de cadres, on compte parmi les actifs 27 % de professions intermédiaires, 15 % d’employés et 6 % d’ouvriers, ainsi que des retraités (18,7 % des ménages), qui sont pour la plupart d’anciens ouvriers ou employés. Ce quartier plutôt aisé fait néanmoins figure d’espace intermédiaire par rapport aux deux quartiers qui l’entourent : le quartier plus populaire des Épinettes, au nord de l’avenue de Clichy, et le quartier traditionnellement bourgeois de Ternes-Monceau, au sud des voies ferrées. C’est en même temps un quartier familial, où les enfants de moins de 15 ans sont surreprésentés par rapport à Paris.

Dans ce quartier, 22 gentrifieurs ont été interrogés : 17 femmes et 5 hommes, âgés de 35 à 57 ans, sélectionnés à partir de deux écoles du quartier dans lesquelles sont scolarisés un ou plusieurs de leurs enfants (l’une publique, pour 20 d’entre eux, l’autre privée, pour les deux restants). Tous sont donc parents et la plupart vivent en couple. 17 sur 22 appartiennent aux cadres et professions intellectuelles supérieures, les 5 autres aux professions intermédiaires. À l’image du quartier, on trouve dans cette population un nombre élevé de professionnels de l’information et des spectacles (un tiers des enquêtés), mais aussi des enseignants, des cadres du privé et des membres des professions libérales. Ils ne se sont pas tous installés à la même époque aux Batignolles : 5 enquêtés se sont installés entre 1985 et 1995, 10 dans la seconde moitié des années 1990 et les 7 autres entre 2002 et 2008.

Le quartier du Bas-Montreuil, limitrophe au 20e arrondissement de Paris, est un ancien faubourg industriel mêlant petites usines, ateliers, immeubles de rapport et maisons ouvrières. Peuplé d’environ 25 000 habitants, c’est le secteur de la ville le mieux desservi par les transports en commun (métro et RER). Resté très ouvrier jusque dans les années 1970, il a subi de plein fouet la désindustrialisation entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1980. C’est à ce moment qu’est arrivée une première vague de trentenaires de classes moyennes et supérieures en provenance de Paris, notamment des professionnels intéressés par les locaux industriels désaffectés (comédiens, réalisateurs, plasticiens, décorateurs, etc.). Ils ont été suivis, dans les années 1990 et au début des années 2000, par d’autres ménages attirés par ces locaux, ainsi que par les maisons individuelles et plus largement par les prix de l’immobilier restés bas, leur permettant de trouver à la fois un logement familial et un lieu de travail. Avec l’envol des prix immobiliers au début des années 2000, la gentrification s’est fortement accélérée (dans le parc privé, les prix atteignent en 2006 environ 4 500 euros par m2 à l’achat). Les familles avec de jeunes enfants, ainsi que les professionnels de l’information, des arts et des spectacles sont surreprésentés parmi ces nouveaux habitants. En 2006, au moment de l’enquête, les cadres et professions intellectuelles supérieures forment 27 % des actifs. Ils tirent le profil sociologique du quartier vers le haut, mais le niveau des revenus y reste modéré (le revenu médian y est presque partout inférieur au revenu médian des Français) et le peuplement demeure assez équilibré (28 % de professions intermédiaires, 25 % d’employés et 16 % d’ouvriers parmi les actifs, et un peu moins de 15 % de retraités), ce qui s’explique en partie par les 22 % de logements sociaux. Au milieu des années 2000, le Bas-Montreuil reste donc un quartier socialement mélangé, avec des catégories populaires nettement plus nombreuses qu’aux Batignolles ; mais, à l’inverse des Batignolles, il fait figure, à l’échelle de Montreuil, de quartier favorisé.

Les 24 ménages rencontrés dans ce quartier entre 2005 et 2007 s’y sont installés à des périodes différentes : 6 ménages entre 1985 et 1992, dans une phase de hausse de l’immobilier parisien et de crise démographique et économique à Montreuil ; 14 ménages entre 1995 et 2003, phase de creux de l’immobilier puis de décollage des prix ; et 4 après 2003, pendant la hausse très rapide des prix. Tous ont fait (ou fait faire) des travaux dans l’usine (pour 10 d’entre eux), la maison (10 autres) ou l’appartement (4 seulement) qu’ils ont, pour la plupart d’entre eux, acheté (3 ménages locataires seulement). Au moment des entretiens, ils sont âgés de 25 à 63 ans et ont presque tous un ou plusieurs enfants. Parmi les 41 actifs occupés de ces ménages, 27 sont cadres et professions intellectuelles supérieures (dont 19 membres des professions de l’information, des arts et des spectacles, les 8 autres étant enseignants du secondaire ou salariés de la culture ou de l’urbanisme) ; les 14 autres actifs relèvent des professions intermédiaires et exercent dans l’enseignement artistique, le graphisme, la décoration. Les statuts d’intermittent et d’indépendant sont fréquents.

Les usages de la catégorie « bobo » par les gentrifieurs

Une catégorie commune pour désigner des populations et des lieux différents

4Dans les deux quartiers, la catégorie « bobo » est couramment utilisée par les personnes interrogées : elle apparaît spontanément dans plus des deux tiers des entretiens réalisés – sans qu’il soit possible de distinguer, au regard de leurs propriétés sociales (âge, milieu social, ancienneté de résidence, etc.), les personnes qui l’emploient des autres. Lorsqu’elle est utilisée de façon spontanée, c’est le plus souvent pour qualifier les habitants du quartier et, dans le Bas-Montreuil en particulier, pour désigner les habitants récemment installés qui conquièrent et transforment le quartier, autrement dit « les gentrifieurs ».

Question — Selon vous, quel type de population habite le quartier ?
Réponse 1 — [Une] population, je dirais, quand même un peu aisée. Le bobo chic. (Femme, 37 ans, contrôleuse budgétaire dans le privé, arrivée en 1999, Batignolles)
Réponse 2 — Ce que j’appellerais les bobos, quoi. (Femme, 38 ans, cadre dans le privé, arrivée en 2005, Batignolles)

Question — Est-ce que vous pourriez me décrire votre quartier ? Est-ce que pour vous, il a un nom ?
Réponse — Les Batignolles.
Question — Et est-ce qu’il a un périmètre ?
Réponse — Oui, très nettement. Très nettement, même si les Batignolles changent beaucoup du fait qu’il y a une reconquête par les bobos de l’espace, qui a énormément changé en vingt ans. (Homme, 48 ans, artiste dramatique, arrivé en 1985, Batignolles)

— Le quartier se transforme, donc, il y a de plus en plus de... [long silence] de... de couches moyennes et supérieures parisiennes qui viennent s’installer ici, au détriment des populations les plus défavorisées qui, elles, sont obligées de partir parce qu’elles ne trouvent plus d’habitat où elles peuvent se loger.
Question — C’est récent ?
Réponse — Oh, c’est en cours depuis... je sais pas, depuis cinq-six ans.
Question — D’accord. Donc, quand vous êtes arrivée, c’était pas, euh...
Réponse — Il n’y avait pas ce qu’on appelle les « bobos », ça n’existait pas. C’était un quartier populaire... où les Parisiens ne seraient pas venus. (Femme, 44 ans, réalisatrice et productrice de documentaires, arrivée en 1991, Bas-Montreuil)

5Dans les deux quartiers, la catégorie est souvent mobilisée aussi, de façon spontanée, pour qualifier certains commerces (des bars, des restaurants, des magasins de décoration) ou éventuellement, dans le Bas-Montreuil, des usines reconverties en ateliers d’artistes. « Y a des petites boutiques un peu bobos comme il y en a aux Abbesses », affirme ainsi une enquêtée des Batignolles interrogée sur les commerces de son quartier. « C’est un resto africain pour bobos », dit de son côté un enquêté du Bas-Montreuil à propos d’un restaurant ouvert au milieu des années 1990 par un couple originaire du Cameroun ayant pour projet de montrer la culture de ce pays, et qui organise des expositions, des lectures de contes, des initiations à la cuisine africaine. Dans les entretiens réalisés, ces lieux sont étroitement associés aux nouveaux habitants qui « boboïsent » ces quartiers ; ils attirent les « bobos », qui transforment le quartier :

Question — Et est-ce que vous trouvez [que votre quartier] est calme ? Animé ? Comment vous le qualifiez ?
Réponse — C’est un quartier qui est, qui change énormément. Y a de plus en plus de restaurants, mais y a de moins en moins de commerçants, d’artisans, enfin de bouchers, de charcutiers, de primeurs, de coiffeurs. Ça se fait beaucoup remplacer par des magasins de décoration, dans lesquels je ne vais jamais. Et puis donc oui, y a de plus en plus de restaurants. Avec des terrasses qui flamboient. [Rires] Qui fleurissent. Enfin, les commerçants de décoration, les magasins de décoration et les cafés n’ont fait que fleurir. Ça crée une véritable animation. Maintenant... ça attire une population que l’on peut qualifier de plus en plus de bobo. (Femme, 38 ans, professeure des écoles, arrivée en 1997, Batignolles)

6Les enquêtés emploient également spontanément la catégorie « bobo » lorsqu’ils parlent plus globalement de leur quartier, mais de façon différente aux Batignolles et dans le Bas-Montreuil. Dans le quartier parisien, les personnes interrogées sont très nombreuses à utiliser le terme dès les premières questions posées sur le quartier, pour le décrire ou le qualifier, ou à associer le terme au quartier au moment où elles sont sollicitées pour caractériser sa population :

Question — Et comment vous le qualifiez [le quartier] ? Vous le trouvez plutôt animé ? Plutôt calme ?
Réponse — Très animé, très branché, très bobo, assez jeune, très familial, de plus en plus familial... (Femme, 39 ans, enseignante en collège, arrivée en 2005, Batignolles)

  • 5 Cet enquêté est un cas-limite, puisqu’il est né dans le quartier. Mais on peut le considérer comme (...)

Question — Et tu trouves que c’est plutôt un quartier calme, plutôt un quartier animé ?
Réponse — C’est Boboland, c’est poussette-land, et c’est super ! (Homme, 35 ans, concepteur de réseaux sociaux sur Internet, Batignolles, natif du quartier, qui a « toujours habité le quartier », à l’exception de six années passées dans les 7e et 5e arrondissements de Paris et à Conflans-Sainte-Honorine5)

Question — Et pour vous, quel type de population habite le quartier ?
Réponse — Je pense que c’est typiquement le quartier [en détachant le mot] bobo, comme on dit aujourd’hui. (Femme, 37 ans, avocate, arrivée en 1999, Batignolles)

7Autrement dit, pour la plupart des gentrifieurs du quartier parisien, les Batignolles, « c’est très bobo, on le dit et c’est vrai », comme le résume une autre enquêtée (43 ans, comptable, arrivée en 2000). Cette tendance dominante consistant à caractériser ici spontanément le quartier de « typiquement bobo » peut certainement s’expliquer par le fait qu’aux Batignolles, le processus de gentrification est à la fois ancien et très prononcé. Mais cela tient aussi à la situation particulière qu’occupe ce quartier dans l’espace géographique et social du 17e arrondissement parisien : ses habitants-gentrifieurs le distinguent (et souhaitent en même temps se distinguer), d’un côté, du quartier voisin plus populaire des Épinettes et, de l’autre, du quartier voisin bourgeois de Ternes-Monceau. D’ailleurs, les rares enquêtés qui ne qualifient pas spontanément leur quartier de « bobo », qui soulignent au contraire la diversité sociale de la population, sont aussi ceux qui ont une acception large du périmètre de leur quartier, qui englobe en partie les deux quartiers voisins.

  • 6 Voir « Banlieue Est : les bobos débarquent », Le Point, nº 1465, 13 octobre 2000 ; « Les bobos inv (...)

8Dans le Bas-Montreuil, les personnes enquêtées au milieu des années 2000 ne qualifient pas spontanément leur quartier de « bobo ». Lorsqu’on leur demande de le décrire, ils évoquent avant tout la diversité des populations qui y cohabitent et le présentent comme un quartier plutôt « moche » et néanmoins sympathique parce que « villageois », entendant par là que les gens se connaissent et se parlent dans la rue. Le terme est toutefois utilisé aussi de façon relativement fréquente pour désigner le quartier, sous le vocable « boboland ». Mais lorsque c’est le cas, les enquêtés reprennent là, explicitement et avec distance, les discours publiés alors dans la presse sur le Bas-Montreuil6 :

Si vous êtes dans la partie « boboland », comme on l’appelle, ben, les lycées de Vincennes ou les lycées de Paris sont plus près. (Homme, 54 ans, directeur d’un établissement d’enseignement supérieur, arrivé en 1999, Bas-Montreuil)

Question — Comment tu pourrais décrire le quartier ? Comment tu le décris à des gens qui ne connaissent pas le quartier, je sais pas, à des amis, à la famille ?
Réponse — Alors on dit qu’on habite à Boboland, hein [rires], parce que je crois qu’on est quand même un peu là dans le triangle d’or. (Femme, 40 ans, auteure et correctrice de manuscrits, arrivée en 2004, Bas-Montreuil)

9La manière dont le terme a été défini dans la presse – par une entrée urbaine, en renvoyant à des quartiers au profil sociologique spécifique dans la division sociale de la ville – et le contenu qui lui a été donné dans des magazines axés « styles de vie » au début des années 2000 – des pratiques de consommation et de loisir (voir le chapitre de Jean Rivière & Anaïs Collet) – structurent ici les discours des personnes enquêtées. Mais ces dernières manient avec plus de distance l’étiquette apposée par les journalistes sur des morceaux de ville, étiquette qui, dans le cas du Bas-Montreuil, est particulièrement prégnante, puisque ce quartier est l’un des plus cités dans les articles consacrés aux « bobos ».

10Ainsi, alors que pour les gentrifieurs du quartier parisien, les Batignolles « c’est très bobo, on le dit et c’est vrai », pour les gentrifieurs du quartier montreuillois, certains lieux spécifiques, certaines populations correspondent à l’image « bobo » véhiculée dans la presse, mais pas l’ensemble du quartier.

Les « bobos » des bobos

11Qui sont précisément ces populations de « bobos » qui peuplent les Batignolles ou envahissent le Bas-Montreuil ? Pour les personnes interrogées, définir ce que sont les « bobos » ne va pas toujours de soi, comme le montrent ces trois extraits d’entretien :

Question — Vous avez parlé des bobos...
Réponse — Alors un peu avec des guillemets, parce que je ne sais pas exactement, précisément, ce que désigne ce terme. (Homme, 48 ans, artiste dramatique, arrivé en 1985, Batignolles)

Question — Et par rapport à ces « bobos », qu’est-ce que vous entendez par « bobos » exactement ?
Réponse — Enfin, c’est un terme qui est beaucoup utilisé pour... [hésitation] oui, pour dire un peu tout et n’importe quoi. (Femme, 38 ans, professeure des écoles, arrivée en 1997, Batignolles)

Question — Vous m’avez parlé de « bobos », est-ce que vous pourriez préciser ce que vous entendez par ce terme ?
Réponse — C’est une catégorie qui ne veut rien dire, mais qui permet à chacun de se faire comprendre sans se faire comprendre. (Homme, 47 ans, professeur d’université, arrivé en 1998, Batignolles)

12Invités à préciser ce qu’ils entendaient par ce terme lorsqu’ils l’employaient, les enquêtés se sont toutefois plutôt volontiers prêtés à l’exercice. Dans leurs réponses, ils mobilisent fréquemment des catégories existantes de la sociologie (« des couches moyennes et supérieures parisiennes ») ou un ensemble de descripteurs qui sont ceux des sociologues : niveau d’études, revenus, type de profession, rapport au travail, types de loisirs, comportements électoraux, valeurs, styles de vie, manières d’être... Une enquêtée du Bas-Montreuil donne ainsi comme exemple le fait de ne pas faire de sport en club mais seulement de la marche ou du yoga individuellement, ou de ne pas inviter les collègues à la maison sauf s’ils sont devenus des amis : des types de pratiques dont les sociologues ont depuis longtemps montré le caractère socialement situé et distinguant (Bourdieu, 1979 ; Thélot & de Singly, 1989). Une habitante des Batignolles fait référence aux manières d’être en société et dans le côtoiement quotidien, qui distinguent en effet fortement les quartiers et l’ethos de leurs habitants (Pinçon & Pinçon-Charlot, 1989 ; Coing, 1966) :

Question — Et quand vous dites « bobo », vous entendez quoi exactement ?
Réponse — Bon chic, bon genre. C’est-à-dire des gens bien élevés, des gens polis, sans que ce soit trop snob. C’est pas le 16e, c’est pas Neuilly, on discute facilement, on se dit bonjour dans la rue. (Femme, 43 ans, comptable, arrivée en 2000, Batignolles)

  • 7 Renaud, « Les bobos », Rouge Sang, Virgin Music, 2006 ; voir à ce sujet le chapitre de Colin Girau (...)

13Si l’on résume à gros traits, on retrouve le portrait sociologique souvent brossé dans la presse : des individus vivant correctement sur le plan économique, que ce soit grâce à leurs revenus ou à leur patrimoine, travaillant dans le secteur de la culture et des médias, avec des horaires ou des relations de travail atypiques, progressistes sur le plan des valeurs, modérés dans leurs votes, intéressés par la vie culturelle... et qui, comme dans la chanson de Renaud, « roulent en 4 x 4 mais l’plus souvent / préfèrent s’déplacer à vélo7 ».

Question — Est-ce que vous pouvez justement décrire cette population ?
Réponse — C’est-à-dire, on est vraiment dans l’archétype du bobo. Du trentenaire un peu branchouille, qui à la fois ne l’assume pas en ayant tous les codes de la branchitude par ailleurs, je trouve. On est vraiment dans le cadre, actif, qui va voter écolo ou Modem, mais qui en même temps risque de partir au Club Med très facilement et pour moi, le Club Med, c’est pas [ton amusé], c’est pas de l’écologie, c’est pas super social, c’est un ghetto très fermé, tout sauf ouvert sur le monde, entre gens de même compagnie, voilà. On voit des gens qui ont des Vélib’, mais qui en même temps ont des 4 x 4. Voilà ! (Femme, 36 ans, responsable marketing dans le privé, arrivée en 1998, Batignolles)

14Toutefois, si on lit en détail les entretiens, c’est plutôt la variété des profils décrits qui frappe : « cadre » ou « intermittent », électeur du Modem, des Verts ou du Front de gauche, avec un haut niveau de revenu ou des revenus très moyens, ayant de quoi décorer un bel appartement confortable ou ayant fait une opération immobilière risquée... Le portrait varie en particulier très sensiblement selon que l’interlocuteur réside aux Batignolles ou dans le Bas-Montreuil. Les définitions du « bobo » sont en effet fortement adossées à la réalité sociale immédiatement observable autour de soi. Ainsi, pour les gentrifieurs des Batignolles, les « bobos » sont en premier lieu des gens qui sont à l’aise économiquement, qui ont de l’argent, des moyens, de beaux appartements qu’ils peuvent entretenir. Cet attribut, économique, est celui qui est le plus fréquemment mis en avant par les enquêtés et souvent aussi celui qui est mis en avant le premier :

Question — Et quand vous dites « bobo », qu’est-ce que vous entendez par là ?
Réponse — Je veux dire que c’est des gens qui sont, enfin, qui ont quand même un certain niveau de vie, au niveau financier. J’entends par là, oui, des gens qui ont des boulots, qui, à mon avis, c’est plutôt CSP+. Je pense surtout au niveau financier. Des gens qui ont les moyens de vivre ici, parce que je crois que c’est quand même un quartier un peu cher ! (Femme, 37 ans, avocate, arrivée en 1999, Batignolles)

15Mais en même temps – et c’est la deuxième grande caractéristique citée –, ce ne sont pas des bourgeois : « ils n’ont pas une structure bourgeoise classique », « ils n’ont pas adopté les valeurs de la bourgeoisie », « ils ne se caractérisent pas par des valeurs d’autorité, de réglementation », « ils sont moins snobs », « ils ne s’habillent pas en tailleur ou en costume cravate », « ils ont un mode de vie décontracté », ils sont « plus ouverts », « plus cools », « ils aiment beaucoup les restaurants, ils sortent », « ils sont intéressés par la vie culturelle ». Ces autres éléments de définition renvoient pour une part à la figure « bohème » contenue dans la catégorie générique des bourgeois bohèmes. Mais leur récurrence dans les entretiens paraît aussi très liée, à nouveau, à la localisation géographique (et à la position sociale) du quartier : pour les gentrifieurs des Batignolles, les « bobos » sont des gens qui ont des moyens, mais ce ne sont pas des « bourgeois » comme ceux qui habitent dans le quartier voisin de Ternes-Monceau – plus centrés sur la famille et la réussite professionnelle, pour qui les types de sorties légitimes ne sont pas les mêmes, dont les codes de sociabilité et d’interaction diffèrent (plus de retenue, de quant-à-soi...), dont les styles éducatifs sont plus conservateurs. Dans le domaine professionnel également, la comparaison avec le quartier voisin est implicite : les habitants des Batignolles, ce sont des « profs », des gens qui travaillent dans la publicité, la communication ou les médias – autrement dit, des travailleurs qui n’ont pas des revenus, des horaires, des espaces ou des rapports de travail comparables à ceux des « banquiers de la Défense », des PDG ou des hauts fonctionnaires.

Question — Et alors, est-ce que vous pouvez m’expliquer ce que vous entendez par « bobos » ?
Réponse — C’est des gens qui ont un niveau d’études supérieur, tout le monde, enfin, les gens que je connais, en fait. Et j’en rencontre pas d’autres ! Donc, c’est quand même la grande majorité. Les deux parents travaillent. Et... et pas classique. Des gens en cravate avec le costume, il n’y en a pas, et des femmes en tailleur, il n’y en a pas non plus. Et la moitié des mères d’enfants avec qui je travaille, que je rencontre dans les anniversaires, elles sont comme ça. Les parents des amis de mes enfants sont tous soit dans les médias, ou le journalisme, ou prof... Des catégories pas... pas classiques, avec des horaires pas classiques, un mode de vie pas forcément hyper classique. (Femme, 47 ans, journaliste et traductrice, arrivée en 2006, Batignolles)

16Ce sont aussi des « gens du quartier », des « jeunes couples avec enfants » qui ont « une envie de s’intégrer au quartier », « qu’on croise dans des endroits confidentiels, chez les uns et chez les autres ou dans des magasins un peu chic » et avec lesquels, souvent, on est en relation, notamment par l’intermédiaire des enfants. La recherche d’un ancrage local, qui se traduit notamment par des comportements de consommation et de sortie très intenses dans le quartier (ce qui n’empêche pas qu’ils soient aussi très intenses hors du quartier), par l’investissement dans les réseaux locaux de voisinage ou de parents d’élèves, ou encore par le rôle socialisateur accordé au quartier auprès des enfants (Van Zanten, 2009 ; Authier & Lehman-Frisch, 2013), est aussi un trait souvent souligné de ces « bobos » des Batignolles. Ces éléments de définition sont ici très prégnants, beaucoup plus que les valeurs et le positionnement politiques des « bobos » fréquemment évoqués dans les médias (voir le chapitre de Jean Rivière & Anaïs Collet).

17De même, à Montreuil, les « bobos » sont avant tout ceux que l’on voit autour de soi, ceux qui sont en train de s’installer de manière visible dans la ville. Souvent, les gentrifieurs interrogés tentent d’abord une description un peu générale de la catégorie, puis finalement la nuancent en prenant appui sur la population qu’ils observent dans le quartier :

Montreuil est envahi par les bobos, c’est-à-dire des couples [qui ont] la trentaine, avec des enfants, modernes, c’est-à-dire n’ayant pas comme obsession d’habiter le 8e, le 16e, le 17e ou Saint-Michel. Donc, c’est un certain profil, mais si je voulais le définir, je serais forcément restrictif : des intermittents, des artistes [...], mais mes amis, les parents des copains de ma fille, ils ne sont pas tous comme ça. Il y en a qui sont architectes, un médecin qui bosse à l’hôpital... Donc tu vois, « bobos », c’est idiot, c’est un peu un cliché : c’est beaucoup plus large que « bobos ». C’est des opérations immobilières intéressantes. (Homme, 47 ans, acteur et réalisateur, arrivé en 1994, Bas-Montreuil)

Des artistes, mais des artistes qui ont de l’argent. Soit par la famille, soit par ce qu’ils ont gagné, tu vois ? Architecture, cinoche, trucs comme ça, quoi, un peu... com’ – non, il n’y a pas tellement de com’, je crois. Les gens qui sont dans la com’, souvent, ils aiment bien un peu le luxe ; à Montreuil, c’est trop pourri, quand même. (Femme, 39 ans, enseignante du secondaire, arrivée en 2003, Bas-Montreuil)

18De manière symptomatique, les « bobos » des Montreuillois sont ainsi beaucoup moins régulièrement décrits par leur richesse économique qu’aux Batignolles ; le fait d’avoir réalisé « des opérations immobilières intéressantes » les caractérise mieux. Ils sont en revanche beaucoup plus souvent évoqués sous l’angle de leurs professions : ils sont massivement décrits comme « des artistes » et « des intermittents », des professionnels du cinéma ou de l’édition – un profil qui n’est certes pas majoritaire dans les statistiques parmi les habitants du quartier, ni même parmi ceux des catégories moyennes et supérieures, mais qui est très surreprésenté en comparaison avec d’autres quartiers de l’agglomération parisienne et même avec d’autres quartiers de l’est de Paris touchés par la gentrification, et qui distingue donc bien le Bas-Montreuil de quartiers comparables.

19La très forte agrégation spatiale de ces intermittents et indépendants s’explique par leur besoin de se côtoyer fréquemment pour se tenir au courant des opportunités de travail dans leur milieu (Préteceille, 2010). Et leurs activités professionnelles, associées à l’existence d’un petit patrimoine, expliquent aussi en grande partie les « opérations immobilières intéressantes », c’est-à-dire le fait d’avoir acheté un bien « pourri » pour le rénover ou le transformer de fond en comble, qui les ont conduits vers le Bas-Montreuil : des revenus moyens et surtout irréguliers, qui ne permettent pas de louer un grand logement dans Paris ni de contracter un gros emprunt initial mais qui permettent, au gré des rentrées d’argent, de financer les travaux réalisés au fur et à mesure ; une souplesse d’emploi du temps, qui permet de prendre en charge soi-même une partie de ces travaux ; ou encore un goût pour l’originalité et une disposition à faire soi-même plutôt qu’à consommer des produits standardisés (Collet, 2015).

20L’activité professionnelle et l’opération immobilière, mais aussi le type de ménage (« la trentaine avec des enfants »), ces éléments sont donc bien plus présents dans le portrait de ces bobos montreuillois que le goût pour la mixité ou pour l’exotisme si souvent mis en avant dans la presse. À nouveau apparaît l’influence de l’espace habité et connu sur la représentation des groupes sociaux : l’espace social est très largement perçu à travers ce qui est vécu localement.

Ceux qu’on appelle « les bobos », c’est-à-dire cette classe artistique qui est en train d’envahir... d’envahir l’espace. (Femme, 63 ans, arrivée en 1990, sculptrice, Bas-Montreuil)

L’année dernière, ils avaient fait deux classes de moyenne section [à l’école maternelle], et il y avait la classe des bobos et les autres. Il y avait une classe où il n’y avait que des parents intermittents, machin ; et une classe avec beaucoup de gens qui font autre chose, parce qu’il y a quand même plusieurs autres métiers que l’édition et le cinéma ! (Femme, 40 ans, arrivée en 2004, auteure et correctrice de manuscrits, Bas-Montreuil)

21On perçoit ainsi en creux, à travers ces usages du terme « bobo », les caractéristiques de cette catégorie : abondamment diffusée dans la presse mais sans contenu stable, elle est largement reprise par des gentrifieurs qui se savent désignés par ce vocable, mais qui recourent en réalité à l’observation de ce qui les entoure pour tenter de lui donner consistance. On retrouve le même malaise lorsqu’il s’agit de se situer soi-même. Mais ce malaise est en outre renforcé par la charge critique – ou, au moins dans un premier temps, gentiment moqueuse – associée au terme dans les médias français.

« Nous » et « eux » : affiliations et distinctions

22Invitées à prendre position par rapport à la catégorie « bobo », lorsqu’elles l’avaient employée, et par rapport aux bobos qu’elles venaient de décrire comme peuplant leur quartier (aux Batignolles) ou l’envahissant (dans le Bas-Montreuil), les personnes interrogées ont ainsi montré plus de difficultés à répondre, au moins dans un premier temps. Aux Batignolles, les propos souvent sinueux et / ou ponctués de rires des premiers éléments de réponse révèlent des formes d’embarras ou d’évitement face à la question. À Montreuil, celle-ci suscite plus souvent des formes de résistance, voire de colère, face à une étiquette assignée qui est vécue comme péjorative. Dans tous les cas, la charge critique associée au terme dans les médias oriente les premières réponses vers de la gêne lorsque cette critique est perçue comme juste, vers de la résistance lorsqu’elle est perçue comme injuste.

23Mais au-delà de ces hésitations premières et de ces formes de résistance, les enquêtés acceptent de se situer : ils révèlent alors leur sentiment d’appartenance ou de distance à l’égard d’une population définie de manière indissociablement sociale et locale, perçue comme la plus active dans la gentrification de leur quartier.

Des positionnements différents aux Batignolles et dans le Bas-Montreuil

24Dans le quartier des Batignolles où, nous l’avons dit, le processus de gentrification est plus ancien et plus prononcé et où l’étiquette « bobo » est sans doute plus facile à assumer, les enquêtés ont plutôt tendance à caractériser favorablement les « bobos » en général et à exprimer des proximités avec les « bobos » de leur quartier. Mais derrière cette tendance d’ensemble, trois attitudes peuvent être distinguées.

25Ainsi, sept enquêtés reconnaissent appartenir à cette catégorie et pour une partie d’entre eux le revendiquent positivement. Ces enquêtés sont pour la plupart arrivés récemment dans le quartier, sont relativement jeunes (ils ont une trentaine d’années) et travaillent dans les médias, la communication ou l’information. Dans leurs discours, leur affiliation à la catégorie vise à marquer leur proximité avec la population dominante du quartier, à mettre en avant leurs liens effectifs avec cette population et ce quartier qu’ils ne perçoivent ni comme bourgeois ni comme populaire.

Question — Et en ce qui concerne donc ces « bobos » qui sont la dominante du quartier, comment vous vous positionnez par rapport à eux ?
Réponse — Boh, je me sens bien dans la bande. [Rire] Enfin, c’est-à-dire, je suis peut-être pas baba cool, quoi. Dans le bobo, il y a quand même un côté... Mon mari est peut-être plus bobo que moi, mais voilà, on va prendre le vélo parce qu’on n’a pas de voiture. Donc, il y a un côté aussi... on n’a pas de voiture, il y a le marché bio juste à côté... Bon, on ne va pas dire qu’on mange bio tout le temps, mais on a une volonté de manger des fruits et des légumes, enfin... Oui, donc, je me sens bien, bien.... Enfin moi, ce que j’aime bien dans ce quartier, c’est que justement, il est entre deux types. Parce que Clichy, c’est justement cette mixité, euh... le côté populaire et... le côté 17e... plus classique bourgeois. Et je me sens très bien entre les deux. (Femme, 38 ans, cadre dans le privé, arrivée en 2005, Batignolles)

26Cette affiliation peut parfois être énoncée sous une forme ambivalente, l’ambivalence étant alors mise en avant comme un trait distinctif des « bobos ».

Question — Et par rapport à eux [les bobos], tu te positionnes comment ?
Réponse — Je suis... je suis... je suis dans le tas.
Question — Donc, toi, tu te classes avec les bobos ?
Réponse — Je suis beaucoup moins... Je suis un pur bobo, mais je suis quand même... Comment dire ? Je suis un bobo... Enfin, je suis tellement bobo que j’assume aussi de ne pas être bobo à certains égards, comme tout bobo qui se respecte. Par exemple, j’ai des anomalies en termes, je sais pas, de... rapport au boulot, je vais vraiment très loin. L’approche de la vie conjugale, là aussi je vais très loin. Je ne me sens pas obligé de faire des dîners en ville. Il y a plein d’obligations dont je me suis dispensé, et je dirais que je suis un peu moins conformiste que les gens qui veulent réussir. Moi, je ne veux pas réussir selon des critères sociaux, je veux réussir selon des critères personnels. (Homme, 35 ans, concepteur de réseaux sociaux sur Internet, Batignolles, natif du quartier, qui a « toujours habité le quartier », à l’exception de six années passées dans les 7e et 5e arrondissements de Paris et à Conflans-Sainte-Honorine)

27Quatre autres enquêtés reconnaissent qu’ils peuvent être assimilés à des bobos et perçus comme tels, mais affirment en même temps ne pas appartenir à cette catégorie. Ces enquêtés se différencient par une plus forte proximité, revendiquée et effective (par leurs origines sociales, par leurs pratiques), avec la catégorie des bourgeois. Ils sont plus âgés que les enquêtés de la première catégorie et souvent installés dans le quartier depuis plus longtemps. Ils ont aussi davantage tendance à vivre hors du quartier et ont plus volontiers scolarisé leurs enfants dans le privé.

Question — [...] Et justement, vous m’avez parlé des bobos [elle acquiesce] et par rapport à cette dénomination, enfin... vous... quelle est votre réaction ?
Réponse — Je ne connais pas bien la définition. Enfin, je sais que c’est bourgeois [insistant] bohèmes. [Riant] Je ne me classe pas dedans. On est beaucoup plus... On a une structure beaucoup plus [insistant] classique, on va dire. Sans doute bourgeoise, mais beaucoup plus classique. Donc, avec des valeurs, enfin voilà, de... couchage des enfants, de réglementation, de respect de la vie, d’autorité, de... Voilà. Donc une structure assez classique... (Femme, 42 ans, journaliste, arrivée en 1999, Batignolles)

28Enfin, trois enquêtés des Batignolles ne se reconnaissent pas dans cette catégorie et affirment clairement leur distance avec cette population, revendiquée comme une distance sociale. De fait, ils n’appartiennent pas à la bourgeoisie, ni par leurs origines sociales, moins élevées, ni par leurs professions, qui les différencient de la population dominante du quartier : deux d’entre eux sont enseignants (professeur en collège et instituteur) ; le troisième est artiste dramatique, beaucoup plus âgé que les précédents enquêtés et installé depuis beaucoup plus longtemps dans le quartier. 

Question — Et vous vous identifiez à la population de ce quartier ?
Réponse — Non, non... Je fais partie de la même tranche d’âge, [mais] peut-être comme je suis enseignante, j’ai peut-être un regard un peu, je ne dirais pas objectif, ce serait prétentieux, mais je m’intègre pas trop... Je ne suis pas... Déjà, je ne suis pas d’origine parisienne, je ne suis pas forcément d’origine bourgeoise, je ne me reconnais pas forcément dans la... la famille type des Batignolles. (Femme, 39 ans, enseignante en collège, arrivée en 2005, Batignolles)

Question — Et par exemple, vous, est-ce que vous vous retrouvez dans ce terme-là ? Enfin, dans cette population ?
Réponse — Non. Non, non, non. Je viens d’un milieu très défavorisé, j’ai grandi dans un milieu très défavorisé, le prolétariat, et même ce qu’on appelait dans les années 1960-1970 le « sous-prolétariat ». J’ai eu une éducation politique marxiste et communiste, je suis communiste et... Non, je ne me reconnais pas dans les valeurs de la bourgeoisie, même light. (Homme, 48 ans, artiste dramatique, arrivé en 1985, Batignolles)

29Dans le Bas-Montreuil, les enquêtés se reconnaissant dans la catégorie des « bobos » sont plus rares. Les réactions peuvent même être assez emportées face à cette étiquette qui leur est apposée dans les médias et qu’ils contestent. Plusieurs craignent que l’enquête ne s’inscrive dans cette perspective et montrent d’emblée des réactions de défense. Un enquêté entend, avant même de débuter l’entretien, « recadrer les choses » : il affirme qu’il n’est pas un bobo, qu’il ne se reconnaît pas dans cette appellation et vérifie qu’on ne va pas plaquer cette image sur lui. Une autre réagit très vivement à la présentation de l’enquête :

Il faut arrêter de délirer sur Montreuil, ce n’est pas une ville bourgeoise. Il y a certainement des bourgeois, mais il suffit de passer côté Vincennes pour voir la différence ! Et il faut arrêter aussi avec les bobos : dans le Bas-Montreuil, il y a des « babas » plus que des « bobos ». Les gens sont fauchés, il y a beaucoup d’intermittents pauvres, c’est un statut tellement précaire et la situation actuelle est particulièrement mauvaise. (Femme, 38 ans, graphiste indépendante, arrivée en 2000, Bas-Montreuil)

30Une personne contactée refuse même l’entretien pour ce motif, d’après l’une de ses proches : d’origine nettement bourgeoise mais engagée à l’extrême gauche, elle se sentirait très mal à l’aise face à l’étiquette « bobo » – sans doute particulièrement du fait de la dénonciation récurrente, dans les médias, des « contradictions » supposées propres à ce groupe. De manière générale, la plupart des réactions témoignent d’une impression de fort décalage entre l’image véhiculée par la presse et la réalité sociale vécue, et par conséquent d’un sentiment d’injustice face aux critiques.

31Néanmoins, plus tard dans les entretiens – souvent après la fin de l’enregistrement, lorsque les enquêtés se permettent de réagir aux questions qui leur ont été posées et, parfois, prennent le temps d’une forme d’autoanalyse –, le terme « bobo » réapparaît dans un discours plus apaisé. Les enquêtés l’utilisent alors comme un outil à leur disposition, tout comme les catégories de « bourgeois » ou de « petite-bourgeoisie » également utilisées, pour décrire le monde social et essayer de comprendre où ils se situent. Ils passent alors en revue leurs revenus, leur niveau de vie (budget, consommations, types de vacances ou de sorties), leur statut d’emploi, leur patrimoine immobilier, mais aussi leurs origines sociales, leurs valeurs ou leurs goûts. Ils se livrent d’autant plus volontiers à cet exercice qu’ils n’en connaissent pas la réponse : ils se sentent le plus souvent dans un entre-deux inconfortable et ne sont pas satisfaits des catégories à leur disposition pour le nommer.

32Finalement, très peu se reconnaissent pleinement dans la catégorie « bobo ». Ils acceptent ce terme lorsqu’il est employé comme synonyme de « gentrifieur » ou pour se distinguer des autres catégories de population du quartier (classes populaires vieillissantes ou immigrés primo-arrivants), se reconnaissent dans les traits observés par les journalistes en matière de style de vie ou de goûts, mais résistent très fortement quand il s’agit, par ce terme, de se situer dans la structure sociale globale. Sur les 24 personnes rencontrées, seulement quatre disent se sentir faire partie des « bobos », et selon deux logiques très différentes.

33Deux revendiquent presque cette appartenance comme une forme de consécration de leur ascension sociale : originaires des classes populaires pour l’un (père électricien avec un « petit salaire », mère au foyer), des petites classes moyennes en ascension pour l’autre (grand-père maternel « très gros prolo », père dessinateur industriel et mère institutrice), devenus respectivement directeur de production dans l’audiovisuel et graphiste indépendante, ils sont très satisfaits de leurs trajectoires sociales et résidentielles. L’affiliation à la figure des bobos leur permet en outre de valoriser certains traits de leur culture populaire d’origine : le fait d’avoir deux générations d’ancienneté en Seine-Saint-Denis, d’avoir connu Montreuil avant sa mutation ou d’avoir fréquenté les guinguettes et leurs accordéons dans les années 1970-1980, quand ce n’était pas encore à la mode chez les classes moyennes diplômées, semblent en effet procurer « l’authenticité » populaire tant recherchée par ces dernières.

34Les deux autres enquêtés qui estiment pouvoir être classés parmi les « bobos » sont, à l’opposé, parmi les plus aisés du corpus, du fait de leurs origines sociales surtout (parents tous deux à la fois enseignants en école d’art et entrepreneurs immobiliers pour l’un, père cadre dirigeant d’une grande entreprise et mère institutrice pour l’autre). Mais, s’ils ne voient pas de catégorie qui leur corresponde mieux, ils expriment néanmoins une distance à l’égard de cette étiquette et notamment de sa composante « bourgeoise » :

Question — Tu as dit tout à l’heure sans hésiter que tu es un bobo. Ça veut dire quoi, pour toi ?
Réponse — Oui, je suis un bobo. Bobo, ça veut dire bourgeois bohème, non ? Bon, en France, c’est malheureux mais les gens aiment bien classer les autres. S’il faut être dans une case, moi c’est vrai que je suis dans celle-là.
Question — Mais tu te sens bourgeois ? Et tu te sens bohème ?
Réponse — Bourgeois, j’ai grandi dans un milieu bourgeois même si ma famille n’est pas bourgeoise à l’origine. Mon père, il vient de la campagne, comme je t’ai dit [grands-parents bougnats]. Et ma mère, bon, elle était d’une famille un peu plus aisée. Mais je n’ai pas les valeurs bourgeoises. Mes parents, ils n’avaient rien, ils ont bossé et ça a marché, ils ont eu pas mal d’argent, mais il ne suffit pas d’avoir de l’argent pour être bourgeois, si ? J’ai pas des valeurs bourgeoises, mon père m’a appris la valeur du travail... Et bohème, ça veut dire qui veut côtoyer des personnes différentes, donc oui, c’est mon cas ! (Homme, 42 ans, chef opérateur intermittent, arrivé en 2002, Bas-Montreuil)

35Pour tous les autres enquêtés ayant tenté de se situer socialement, la prise de distance à l’égard de la catégorie est nette et provient de cette composante bourgeoise. On retrouve ici l’effet des origines et des trajectoires sociales déjà identifié dans le cas des Batignolles. Les uns, d’origine populaire ou moyenne, déclarent n’avoir pas reçu de leur éducation des valeurs bourgeoises – plusieurs soulignent connaître « la valeur du travail ». Les autres, issus de la bourgeoisie patrimoniale ou intellectuelle, mesurent plutôt l’écart entre leur niveau de vie actuel et celui connu dans leur enfance. Leur sentiment de déclassement provient à la fois de choix professionnels moins rémunérateurs que ceux de leurs parents, d’une moindre reconnaissance de leurs diplômes qu’à la génération précédente et d’unions « mixtes » socialement. C’est le cas de cette enquêtée, titularisée après six ans de contrats à durée déterminée (CDD) dans un musée, dont les parents étaient cadre dirigeant d’entreprise et assistante d’un conservateur de musée, qui touche 2 100 euros nets par mois et dont le compagnon, photographe indépendant, gagne en moyenne 1 700 euros par mois :

Non, mais on n’est pas à plaindre, je ne me plains pas. Mais c’est vrai que les vacances, on ne part pas en Afrique à quatre ! Là, les vacances, il y a plein de copains qui nous ont invités, super ! On va aller chez les copains, on fait du petit camping qu’on adore, à la ferme, c’est parfait pour tout le monde... On se plaint pas, on est très bien, mais faut pas... On ne vit pas comme des bourgeois, hein. Je ne vis pas comme je vivais avec mes parents. (Femme, 35 ans, cadre dans un musée national, arrivée en 1998, Bas-Montreuil)

36De même, cette graphiste indépendante, qui a grandi dans le 6e arrondissement de Paris entre une mère galeriste et un père consultant pour des organisations internationales, se vit comme économiquement « près du plancher », même si elle a pu acheter une grande maison avec jardin – ce qui fait d’elle une représentante des supposés « bobos » du Bas-Montreuil. Elle s’agace ainsi de l’aisance financière que leur prêtent un peu vite les observateurs extérieurs de la gentrification du quartier :

C’est que, si tu veux, j’ai l’impression que souvent, il y a un regard sur Montreuil – je vois la copine de mon père elle me dit : « Oui, de toute façon, ça va devenir très bourgeois. » Mais je sais pas, pour moi, la notion d’un bourgeois, c’est pas ça ! Ou alors, faut se mettre d’accord. OK, je vis comme une bourgeoise, d’accord. Mais si tu veux, moi, pour moi, la bourgeoisie, faut un peu revenir sur les trucs, il y avait quand même des vrais quartiers bourgeois, ça ressemble pas à ici ! Faut arrêter de fantasmer sur le côté « bourgeois » de Montreuil. Alors peut-être que, si tu veux, effectivement, gagner 2 000 euros par mois, c’est effectivement très correct, hein, y a pas de problème. Maintenant, quand t’es seule avec deux enfants sans pension alimentaire, 2 000 euros par mois, c’est pas énorme. Tu vois ? Pour payer un loyer, un machin, un truc – et encore, 2 000 euros […], je dois même pas gagner 2 000 euros. Je suis au minimum de la cantine ! C’est pour te dire, je paie le minimum. Donc, voilà. Donc, moi, je fais partie des bourgeois de Montreuil ? Bon, ben si c’est ça, effectivement, alors, la bourgeoisie, elle est vraiment près du plancher, quoi. (Femme, 38 ans, graphiste indépendante, arrivée en 2000, Bas-Montreuil)

37Cette enquêtée reconnaît bien faire partie d’un groupe social identifiable à Montreuil, composé de professionnels du monde des arts et du spectacle et partageant des pratiques et des espaces quotidiens. Mais l’appellation « bourgeois bohème » ne lui paraît pas adéquate, tant ces professionnels sont, selon elle, dans la « précarité », « sur la sellette » en dépit de leurs bonnes opérations immobilières. Dès lors, loin du microcosme confortable et protégé dont parlent les journalistes, ce milieu lui apparaît plutôt comme un groupe qui tente de se rassurer et de faire front collectivement (par des sociabilités, des échanges d’informations et de services), mais produit aussi sur elle l’effet d’un « miroir un peu plombant » qui lui donne « envie de filer dans le 16e ou le 8e, d’aller dans des beaux magasins en décapotable […], de rencontrer des mecs qui tiennent des galeries et qui sont très riches [rires] ».

Les bobos : s’en distinguer pour se situer socialement et localement

38Toutefois, dans cet exercice de positionnement, ces deux dernières enquêtées ne se comparent pas seulement à leurs parents ou à des fractions nettement plus fortunées de la bourgeoisie, mais aussi à d’autres gentrifieurs du quartier, généralement arrivés après elles. Elles tiennent à ne pas être « assimilées » à ces derniers, qui montrent des signes de plus grande aisance financière :

Bon, alors, effectivement, mes voisins, elle bosse pas et lui, il est avocat. D’accord. Ça, ça fait partie de ceux qu’on peut dire comme... (Femme, 38 ans, graphiste indépendante, arrivée en 2000, Bas-Montreuil)

Et c’est vrai que quand on nous assimile aux mêmes arrivants, qui viennent de se payer, je vous dis, maintenant – par exemple, là, il y a une maison […], c’est une opération à au moins 380 000 euros, ce truc-là. [...] Nous, évidemment, on ne pouvait pas se la payer, on a payé 100 000 euros ici. Donc, c’est pour ça que... Je pense que c’est ça qui énerve Loïc, c’est que c’est vrai qu’on n’est pas pareils, quoi, clairement, on ne vit pas pareil ! C’est vrai qu’on les voit, ces gens-là, ils se font livrer les courses de chez Monoprix... Nous, les courses, on les fait pas chez Monoprix, hein ! C’est pas possible, on peut pas ! Pour une question financière ! (Femme, 35 ans, cadre dans un musée national, arrivée en 1998, Bas-Montreuil)

39Comme elles, un certain nombre d’enquêtés des deux quartiers n’utilisent pas volontiers la catégorie « bobo » pour eux-mêmes mais l’utilisent volontiers pour désigner d’autres gentrifieurs, dont ils se savent proches sociologiquement mais dont ils se sentent différents. Ici, à nouveau, l’espace social est perçu à travers l’espace du quartier, et les différences se repèrent avant tout aux pratiques résidentielles. Les opérations immobilières, d’abord, sont de puissants révélateurs ; elles sont jugées non seulement sur le montant financier engagé, mais aussi sur les choix faits en matière d’architecture, de travaux, de décoration (soigner ou non sa façade, se faire un loft pour y vivre ou pour y travailler, faire soi-même les travaux ou les confier à des professionnels sont quelques-uns des indices relevés). La fréquentation de certains lieux ou de certains événements est aussi interprétée. À Montreuil, les deux bars qui se font face à proximité du marché divisent les enquêtés en deux « clans » qui s’estiment différents en matière de position socio-économique, d’ancienneté ou de valeurs. Les repas de quartier ou les vide-greniers attirent du monde, mais aussi des sarcasmes de la part de ceux qui n’y vont pas et déclarent qu’ils n’ont « pas besoin de nouveaux amis », qu’ils condamnent l’entre-soi qui y règne ou qu’ils ne s’y sentent pas à l’aise. On pourrait encore évoquer le fait de participer ou non aux portes ouvertes des ateliers d’artistes (interprété comme un indice du rapport à l’activité artistique) ou de fréquenter ou non les commerces de Vincennes (certains s’en cachent). Enfin, les enquêtés prennent position les uns par rapport aux autres sur la question du rapport à la diversité sociale du quartier, certains regrettant – exemples et anecdotes à l’appui – le peu de considération porté par leurs voisins aux habitants des classes populaires dans leurs choix scolaires, leurs engagements associatifs ou leurs interactions quotidiennes.

40Ces jugements portés sur « les autres », ces « bobos », révèlent les lignes de différenciation qui travaillent en interne le groupe des gentrifieurs. La première est générationnelle. Elle oppose des générations de gentrifieurs arrivées dans des contextes urbains très différents et, par conséquent, inégalement dotées économiquement et inégalement disposées à l’égard du mélange social ; mais aussi des générations sociohistoriques ayant reçu dans leur jeunesse des socialisations politiques et militantes différentes. Les gentrifieurs les plus jeunes, tendanciellement plus aisés lors de leur arrivée dans le quartier et moins engagés dans la cohabitation avec les autres groupes sociaux, sont alors les « bobos » des plus âgés. Mais cette ligne de différenciation est brouillée par une seconde, qui passe au sein de professions proches dans l’espace des catégories socioprofessionnelles, mais différentes en matière de conditions d’activité professionnelle et de rapports à leurs publics. Elle oppose, pour simplifier, salariés des services publics et de la diffusion culturelle d’un côté (enseignants, journalistes, urbanistes...) et indépendants de la production artistique de l’autre (producteurs et techniciens de l’audiovisuel ou du spectacle vivant, graphistes, artistes...). Les seconds sont alors les « bobos » des premiers, qui leur reprochent de ne pas être suffisamment conscients de la diversité sociale et des rapports sociaux subis par la majorité. Ainsi, cette enseignante du secondaire estime que ses voisins peintres, sculpteurs, techniciens de l’audiovisuel ou du spectacle, vivent un peu « dans leur bulle » :

C’est des gens qui sont marginalisés au sens des rythmes sociaux, tu vois, du pékin moyen qui se lève le matin pour aller bosser. Enfin, c’est pas les mêmes rythmes, tu vois, quand tu es intermittent, parfois tu bosses de 8 h à 10 h et puis après tu bosses plus, ou... Et c’est pas les mêmes contraintes, au niveau salarial, tu vois ? Dans ces rapports sociaux-là, t’identifies pas vraiment ton patron, est-ce que c’est la boîte de prod’ qui ne veut pas te payer plus, ou est-ce que c’est le réalisateur qui – enfin, tu sais... [...], ils sont dans une espèce de critique de la vie plan-plan ou je ne sais quoi, mais je trouve que c’est des gens qui n’ont pas du tout leur réflexion politique à la hauteur de ce qu’ils prétendent incarner comme alternative de vie, tu vois ? (Femme, 38 ans, enseignante du secondaire, arrivée en 2003, Bas-Montreuil)

41Cette ligne peut aussi passer, au sein des professions artistiques, entre un pôle « intellectuel » et un pôle « technicien », comme l’indique cette enquêtée sculptrice qui tient à souligner l’hétérogénéité des « bobos » décrits par les journalistes :

Les contours de ce truc-là, en fait, c’est le cul entre deux chaises. C’est-à-dire que [...] partout où le milieu culturel est fort, enfin où la culture est assez forte, c’est-à-dire en peinture, en sculpture, en littérature et autres, ce sont des milieux qui sont très cultivés. Contrairement à des milieux qui sont plus friqués mais moins cultivés, dans la pub, dans la vidéo, dans tout ce qui est sur ordinateur, création par ordinateur, graphisme et autres. [...] Et ils font partie des bobos parce que dans le rythme de vie, ils sont en gros dans les mêmes lieux, ils ont racheté les mêmes maisons, ils ont fait la même démarche, ils ont aussi besoin du même espace et tout, mais euh... sur le plan financier, y a quand même des décalages importants ; il n’y a pas le même niveau de vie. Il y a des communications possibles de par le milieu social quand on le voit de l’extérieur, mais sur le plan culturel, disons, il n’y a pas la même base. (Femme, 63 ans, sculptrice, arrivée en 1990, Bas-Montreuil)

42On peut enfin relever une troisième ligne de différenciation, qui renvoie sans doute en grande partie aux origines sociales et qui distingue les enquêtés en matière de styles éducatifs. Ces derniers relèvent des différences importantes entre eux sur des questions telles que le genre ou l’autorité, qui dessinent des styles éducatifs plus ou moins traditionnels ou progressistes.

*

43« Bobo » n’est qu’un mot, une catégorie ; mais elle s’est tellement chargée de sens qu’il est intéressant, sinon nécessaire, d’en interroger les usages. Son contenu varie d’un locuteur à un autre, et observer les principes de ces variations est éclairant. En analyser les usages parmi les gentrifieurs qu’elle est censée désigner révèle ainsi les représentations que les individus de cette région de l’espace social se font de la société et de leur propre place dans la société, ainsi que les lignes de clivage ou de tension qui les traversent.

44L’analyse des entretiens fait alors ressortir trois résultats majeurs. Tout d’abord, on ne peut que constater le poids des productions médiatiques sur les représentations sociales communément partagées : le réflexe premier de tous les enquêtés est de prendre position par rapport aux images diffusées par les médias, dont chacun sait la force d’imposition.

45On doit ensuite souligner l’importance des contextes locaux, des espaces habités et quotidiennement fréquentés, dans la formation des représentations que l’on se fait de la société et de la place qu’on y occupe. C’est par rapport à ce que l’on voit et croise au quotidien que l’on prend position. L’espace habité joue aussi un rôle important dans la formation des appartenances sociales à travers les proximités et les distances qui s’expriment dans les manières d’habiter.

46Enfin, les entretiens permettent de réaffirmer le poids de plusieurs variables, au-delà de la profession et du niveau de revenu, dans la définition et la perception de la position sociale, que ce soit pour soi-même ou pour autrui : les origines et trajectoires sociales, le milieu professionnel, le statut d’emploi et le rapport aux temps sociaux qu’il engage, les valeurs et styles éducatifs, les appartenances générationnelles. Travailler sur la circulation et les usages ordinaires de la catégorie des « bobos » est ainsi un très bon analyseur des formes de différenciation au sein des classes moyennes et supérieures des quartiers en gentrification.

Bibliographie

Authier Jean-Yves & Bidou-Zachariasen Catherine (dir.) (2008), « La gentrification urbaine », Espaces et Sociétés, dossier, nº 132-133, p. 13-160.

Authier Jean-Yves & Lehman-Frisch Sonia (2013), « La mixité dans les quartiers gentrifiés : un jeu d’enfants ? », Métropolitiques, 2 octobre, en ligne : www.metropolitiques.eu/La-mixite-dans-les-quartiers.html (janvier 2018).

Bourdieu Pierre (1979), La Distinction : critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Chabrol Marie et al. (2016), Gentrifications, Paris, Éditions Amsterdam.

Coing Henri (1966), Rénovation urbaine et changement social, Paris, Éditions ouvrières.

Collet Anaïs (2015), Rester bourgeois : les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte.

Lehman-Frisch Sonia (dir.), Authier Jean-Yves & Dufaux Frédéric (2012), « Les enfants et la mixité sociale dans les quartiers gentrifiés à Paris, Londres et San Francisco », CNAF, dossier d’études, nº 153, en ligne : www.caf.fr/sites/default/files/cnaf/dossier_153_-_enfants_et_mixite_sociale_1.pdf (janvier 2018).

Pinçon Michel & Pinçon-Charlot Monique (1989), Dans les beaux quartiers, Paris, Éditions du Seuil.

Préteceille Edmond (2010), « The Fragile Urban Situation of Cultural Producers in Paris », City, Culture and Society, nº 1, p. 21-26.

Singly François de & Thélot Claude (1989), Gens du privé, gens du public : la grande différence, Paris, Dunod.

Van Zanten Agnès (2009), Choisir son école : stratégies familiales et médiations locales, Paris, Presses universitaires de France.

Notes

1 En clin d’œil à la chanson « Y a des zazous », reprise par Brigitte Fontaine et M (Kékéland, Virgin, 2001), la version originale d’Andrex datant de 1944.

2 Voir la définition de la gentrification proposée en introduction de ce livre. Pour étoffer cette définition, voir aussi Authier & Bidou-Zachariasen, 2008 ; et Chabrol et al., 2016.

3 Y ont été considérés comme gentrifieurs les habitants relevant des classes moyennes et supérieures par leurs professions et s’étant installés dans ces quartiers à partir du milieu des années 1980.

4 La recherche menée dans le quartier des Batignolles (et dans deux autres quartiers gentrifiés, à Londres et à San Francisco) visait à analyser les rapports de cohabitation entre les ménages de couches moyennes supérieures et les ménages de milieux populaires, à travers la question des enfants et l’examen des pratiques et des sociabilités des enfants de ces ménages (Lehman-Frisch [dir.], Authier & Dufaux, 2012). Celle réalisée dans le quartier du Bas-Montreuil (et aussi dans le quartier lyonnais des pentes de la Croix-Rousse) avait pour objectif d’étudier l’évolution des profils et des modes de vie des gentrifieurs des années 1970 aux années 2000 (Collet, 2015).

5 Cet enquêté est un cas-limite, puisqu’il est né dans le quartier. Mais on peut le considérer comme un gentrifieur dans la mesure où il l’a quitté et y est revenu à la fin des années 1990, alors qu’il était devenu concepteur de réseaux sociaux, ce qui le positionne parmi les classes moyennes.

6 Voir « Banlieue Est : les bobos débarquent », Le Point, nº 1465, 13 octobre 2000 ; « Les bobos investissent la banlieue rouge de Paris », Le Monde, 29 mai 2004 ; « Montreuil : nid de bobos », dossier spécial immobilier « Seine-Saint-Denis », L’Express, 7 septembre 2006, ; « Montreuil : repaire de bobos », L’Express, 4 septembre 2008, dossier spécial immobilier « Île-de-France ».

7 Renaud, « Les bobos », Rouge Sang, Virgin Music, 2006 ; voir à ce sujet le chapitre de Colin Giraud.

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search