Version classiqueVersion mobile

Les bobos n’existent pas

 | 
Jean-Yves Authier
, 
Anaïs Collet
, 
Colin Giraud
, 
et al.

L’ancêtre américain des bobos : enquête sur le livre Bobos in Paradise de David Brooks

Sylvie Tissot

Texte intégral

  • 1 Je remercie Colin Giraud et Julie Seidel pour leur lecture attentive.

12000 est l’année de naissance éditoriale du mot « bobo ». Alors qu’il est le raccourci de l’expression française « bourgeois bohème », le mot connaît son premier succès aux États-Unis, plus précisément sur la côte Est. C’est à Washington DC que réside en effet le journaliste David Brooks, auteur du livre Bobos in Paradise1 (Brooks, 2000 a). L’expression « bourgeois bohème » n’est pas nouvelle. Il aura néanmoins fallu un aller-retour transatlantique pour que, désormais réduite à quatre lettres, elle refasse son apparition en France la même année, quand le livre est traduit sous le titre Les Bobos (Brooks, 2000 b).

  • 2 Ce terme désigne, beaucoup plus que son équivalent français « classes supérieures », le niveau trè (...)

2Quinze ans plus tard, alors que le mot fait partie du langage courant, la lecture de ce livre suscite un sentiment mêlé d’étrangeté et de familiarité chez le lecteur français. L’essai de Brooks brodant sur le style de vie d’une nouvelle figure sociale, le bobo, est truffé de références qui ne font pas écho de ce côté-ci de l’Atlantique. Le café n’y est pas, par exemple, l’instrument redoutable de distinction sociale qu’il est devenu aux États-Unis (Tissot, 2013), et l’acronyme WASP (pour White Anglo-Saxon Protestant) renvoie à l’histoire bien particulière des élites étasuniennes. De la prose de Brooks ressortent toutefois des références qui se sont internationalisées, de Gap à Microsoft. Plus que cela, le livre est repérable par le genre auquel il appartient : Bobos in Paradise est un essai journalistique visant un large public, qui parsème son texte de citations savantes tout en revendiquant le ton léger de la « sociologie comique ». Dans ce registre, il bricole une véritable catégorie de description du monde social. Quand bien même Brooks lance malicieusement, en fin d’introduction, que « Weber peut dormir sur ses deux oreilles » (p. 13), les sociologues peuvent légitimement se sentir concernés, sinon concurrencés, car « les bobos » participent d’une entreprise de description du monde et de ses divisions. L’enjeu n’est pas mince, car derrière le mot se joue en creux une manière de voir, de décrire – et indissociablement de refonder et de réhabiliter – l’élite étasunienne. Le sous-titre du livre est d’ailleurs parlant, il s’agit de l’upper class2. Ce chapitre vise à expliciter les ressorts de ce coup de force symbolique et éminemment politique, quoique mené sur le registre dépolitisé de la fin des conflits.

  • 3 Scott Gunther note le déclin constant de l’usage du terme dans la presse étasunienne entre 2000 et (...)

3L’objectif d’une enquête sur ce livre quelque peu oublié aux États-Unis (le mot « bobo » n’y a pas eu la même postérité qu’en France ; Gunther, 20163) n’est pas de le critiquer du point de vue de la rigueur scientifique ou de la prise de position politique (voir Clerval, 2005), encore moins de retrouver le sens originel du mot, qui viendrait apporter la vérité sur ses usages, ou mésusages, ultérieurs. David Brooks est assurément conservateur (encore faudra-t-il préciser ce que cela signifie dans le contexte étasunien du tournant du xxie siècle), mais cela ne veut pas dire que le sont tous ceux qui reprennent ce mot ou que ce dernier l’est intrinsèquement. Le voyage des notions savantes ou semi-savantes s’accompagne de redéfinitions ou de traductions approximatives (voir Bourdieu, 2002 ; Topalov, 2005). L’objectif est encore moins de comprendre, à l’appui du premier livre qui leur est consacré, ce que sont les bobos. Comme nous l’avons rappelé en introduction, le projet de ce livre n’est pas d’étudier un groupe aisément identifiable, mais plutôt de s’intéresser à un mot qui a contribué à réorganiser les débats publics autour d’une certaine vision des espaces et des groupes sociaux, niant moins les classes sociales que visant à asseoir la légitimité d’une certaine élite.

4Faire la genèse du mot implique d’identifier les conditions du succès de Brooks aux États-Unis, en revenant sur les luttes politiques et les querelles intellectuelles de l’époque. S’il reprend la thèse, issue d’analyses sociologiques, des sociétés postindustrielles, la question du rôle et du fondement de l’élite du pays, interrogation récurrente du débat étasunien, structure son propos. Le journaliste-essayiste procède en effet à une véritable réhabilitation de l’upper class. Tout en proclamant la fin des idéologies, il est partie prenante de la lutte, géographiquement située sur la côte Est, pour l’hégémonie idéologique des conservateurs. C’est à travers la figure du bobo, dans laquelle se fondrait aujourd’hui la génération structurée par les mouvements sociaux des années 1960, que s’expriment ces concurrences, largement euphémisées dans les propos de Brooks. Or cette figure bricolée, mais que l’auteur parvient à ériger en un véritable « socio-style » (Georgakakis, 1997), répond aux transformations des champs politique, intellectuel et médiatique des années 1990, à l’intersection desquels se situe précisément l’auteur. Entreprise idéologique, le « bobo » a aussi été une arme dans la carrière d’un journaliste néoconservateur, mais aspirant à rentrer dans le milieu pourtant considéré comme le foyer des progressistes : le journalisme de commentaire.

Une élite méritocratique réconciliée

  • 4 Dans la rubrique « Remerciements », David Brooks évoque comme supports de publications antérieurs (...)

5Le livre de David Brooks intitulé en anglais Bobos in Paradise: The New Upper Class and how they got there, a été publié en 2000 par une des plus grandes maisons d’édition étasunienne, Simon & Schuster. Fondée en 1924, elle édite plusieurs centaines de livres par an et s’illustre par le nombre de best-sellers et de prix remportés par ses auteurs. L’essai de Brooks rassemble des articles en partie déjà publiés4, mis au service d’une même idée, présentée en introduction : alors que traditionnellement deux fractions des classes supérieures se sont affrontées dans l’histoire – les bourgeois et les bohèmes –, elles se mêleraient désormais dans une même et nouvelle figure, les « bobos ». Plus exactement, ceux-ci offrent une synthèse des valeurs et des modes de vie de ces deux groupes naguère en lutte : l’individualisme et la révolte. Un ethos commun rassemblerait les tenants de la contre-culture et ceux de la réussite sociale.

6C’est sur un registre d’écriture particulier que Brooks développe son propos. À l’appui de sa thèse, il fournit une foultitude d’exemples, liés aux habitudes alimentaires et vestimentaires, ainsi qu’aux pratiques de loisirs ou de décoration. Ainsi, l’ancien militant reconverti dans la finance porte le même tee-shirt noir et les mêmes lunettes intellos que le banquier issu de l’élite WASP, qui d’ailleurs ose le jean au bureau. Les deux groupes partagent une même aversion pour le café traditionnel américain et un emballement immodéré pour les expressos et les cappuccinos. Multipliant les anecdotes, l’auteur leur donne la force de la découverte, celle qu’il aurait faite en revenant en 1996, après plusieurs années passées comme correspondant du Wall Street Journal en Europe :

  • 5 « I returned to an America in which the bohemian and the bourgeois were all mixed-up. It was now im (...)

Je suis revenu dans une Amérique où bohèmes et bourgeois ne faisaient plus qu’un. Impossible dorénavant de distinguer un artiste sirotant un expresso d’un banquier avalant un cappuccino. Et cela n’a rien à voir avec un phénomène de mode. En étudiant les comportements des hommes envers le sexe, la moralité, les loisirs et le travail, il devenait de plus en plus difficile de différencier le renégat anti-establishment de l’employé dévoué pro-establishment. La plupart des gens, du moins parmi ceux qui ont suivi des études supérieures, adoptent manifestement des attitudes à la fois rebelles et arrivistes. Défiant les attentes, voire la logique, ils semblent avoir combiné la contre-culture des années 60 et la réussite des années 80 en un seul génie social5. (Brooks, 2000 b, p. 12)

7Au-delà des exemples spécifiquement étasuniens, les pages de Bobos in Paradise évoquent, nous l’avons dit, un genre journalistique qui dépasse les frontières nationales. Il fait écho aux articles de magazines ou de quotidiens consacrés aux sujets dits « de société », de préférence appréhendés sous l’angle de la nouveauté. Ces nouveautés inépuisables et sans cesse réinventées sont illustrées par des exemples à la fois familiers et frappants, tirés le plus souvent de l’environnement quotidien du journaliste comme de celui de son lectorat. Même si certains thèmes (comme le recyclage capitaliste de la critique artiste, la récupération bourgeoise des éléments de culture populaire, le goût pour l’« authenticité » ou encore le mot d’ordre de la « diversité ») ne manquent pas de pertinence, l’auteur privilégie l’anecdote en guise d’étayage empirique. Les délimitations sociales et chronologiques sont pour le moins floues et les individus ou groupes d’individus sont aussi nombreux qu’indéfinis, à l’image des innombrables « ils » (« they ») qui ponctuent les pages du livre.

8Le propos n’est toutefois pas dénué de structuration intellectuelle. En 2000, âgé de 39 ans, David Brooks fait partie des figures reconnues du commentaire politique. Une carrière dans la presse écrite au sein de journaux prestigieux comme le Wall Street Journal lui a permis de s’insérer dans le monde de la chronique qui s’est considérablement développé depuis que le New York Times a institué les pages consacrées aux tribunes, dites « Op-ed » (pour « opposite the editorial page » en 1970 (Jacobs & Townsley, 2011). Il a été responsable de la rubrique « Livres », puis de la page « Opinion » au Wall Street Journal, et en 1995, il est devenu le rédacteur en chef du nouvel hebdomadaire The Weekly Standard. Dès les années 1980 toutefois, Brooks écrit dans les grands magazines, comme The Atlantic Monthly, qui sont des lieux importants de la réflexion politique aux États-Unis. Cette carrière explique le ton particulier de Bobos in Paradise, entre le style grand public susceptible d’attirer le plus grand nombre de lecteurs et les références assez précises à l’histoire et à la sociologie.

9Ces références ne sont d’ailleurs pas décoratives puisque Brooks cite à de nombreuses reprises Daniel Bell. Ce sociologue de l’université Harvard né en 1919 proclame l’avènement d’une société désormais « postindustrielle » et met en avant le rôle d’éléments « immatériels » comme l’information ou la connaissance dans la structuration sociale (Bell, 1973). À sa suite, les débats sur la new middle class qui marquent les années 1970 et 1980 vont établir un lien entre les transformations économiques, et notamment la croissance du secteur des services, et l’émergence de nouveaux groupes sociaux. Dans ce même courant de réflexion, Brooks reprend la thèse d’une « nouvelle intelligentsia » recrutée sur la base de compétences et de qualifications, qui aurait investi les secteurs de l’éducation, de la culture et de l’administration.

  • 6 « The Rise of the Educated Class » et « Consumption » dans la version originale.

10Cette idée est présente dans les deux développements historiques relativement longs que forment les premiers chapitres du livre (« L’ascension de l’élite socioculturelle » et « Consommation6 »). S’il remonte parfois jusqu’au xviiie siècle pour retracer l’histoire européenne de la révolte « bohème » contre la bourgeoisie, l’auteur se focalise en réalité sur deux temps forts de l’après-Seconde Guerre mondiale, le premier correspondant aux années 1960. L’avènement d’une élite fondée sur le diplôme aurait fondamentalement remis en cause les bases de la classe supérieure WASP, ébranlée en même temps par le mouvement des droits civiques et les autres mouvements sociaux qui se sont développés à leur tour. C’est sur la méritocratie que reposerait désormais l’élite du pays, comme en témoignent les annonces matrimoniales du New York Times, à laquelle est consacré le premier chapitre de l’ouvrage : on n’y voit plus l’inscription dans des lignées, mais l’affichage des grandes universités par lesquelles sont passés les jeunes mariés, qui garantissent des positions sociales justement conquises.

  • 7 « The [...] establishment was still based on casual anti-Semitism, racism, sexism and a thousand o (...)
  • 8 « Early in this century it was perfectly acceptable to be racist and anti-Semitic or homophobic. T (...)

11Les années 1950 sont loin, écrit Brooks, quand « l’establishment des années 50 reposait toujours sur un antisémitisme, un racisme, un sexisme et une centaine d’autres barrières silencieuses qui bloquaient l’entrée à ceux qui n’avaient pas le pedigree adéquat7 » (Brooks, 2000 b, p. 24). Non seulement les banquiers portent des jeans, mais ils acceptent désormais en leur sein des juifs, groupe longtemps tenu à l’écart des institutions de reproduction sociale. L’auteur note la présence de noms juifs dans les annonces matrimoniales et souligne le fait qu’une certaine tolérance est devenue un marqueur dans les milieux cultivés : « Au début du siècle, il était parfaitement acceptable d’être raciste, antisémite ou homophobe. Aujourd’hui, si vous avez de telles convictions, vous êtes automatiquement radié des cercles socioculturels8. » (Ibid., p. 48)

12Or si l’antisémitisme et l’homophobie se sont affaiblis ou sont devenus plus discrets – au moins au sein de l’élite intellectuelle et universitaire du pays –, le sexisme et d’autres formes de racisme restent solidement ancrés. Surtout, les questions de tolérance contribuent à polariser les classes supérieures étasuniennes, qui ne se limitent pas à l’élite intellectuelle de la côte Est. De cela, toutefois, Brooks ne parle pas. Ni du fait que les distinctions au sein de l’élite auraient pu se déplacer vers d’autres enjeux plutôt que disparaître. La vision qu’a l’auteur des sociétés contemporaines repose en effet sur le thème, également emprunté à Daniel Bell, de la « fin des idéologies » (Bell, 1962). L’ouvrage de ce sociologue proche des conservateurs annonçait l’avènement d’un vaste consensus, une fois les conflits matériels de la société industrielle disparus. Ce thème, appelé à un grand succès, refait surface dans le contexte de l’après-guerre froide, à la suite de la chute du mur de Berlin que Brooks a couverte en Europe en tant que journaliste.

13Brooks voit la traduction de cette « fin des idéologies » dans la réconciliation des élites intervenue dans les années 1990. Oubliant leurs querelles, réunies dans les mêmes valeurs, les fractions autrefois en guerre de la contre-culture et du conservatisme seraient désormais fondues dans un même groupe. Mais ce groupe n’est pas défini par des positions de pouvoir ou des privilèges. L’analyse de ses relations aux autres groupes sociaux est totalement absente du livre de Brooks, que ne préoccupe, en réalité, que la question de l’élite et de sa légitimité. Évacuant Karl Marx au motif que la société industrielle a disparu, Brooks propose de déplacer l’attention vers les styles de vie. Ce n’est toutefois pas pour déceler, à l’instar du sociologue Pierre Bourdieu auquel il consacre trois pages, de nouvelles formes de distinction, non réductibles à la domination économique. Focalisé sur les modes de consommation, le journaliste attentif à toute forme de nouveauté n’en voit finalement plus qu’une : le mode de consommation d’une élite réunifiée.

14La critique qu’il adresse à l’élite dirigeante désormais acquise aux valeurs supposées fondatrices des États-Unis, la méritocratie, ne s’exprime plus que par une légère ironie, portée vers des éléments triviaux de la vie sociale. Sous des airs d’apolitisme, Brooks fait en réalité avancer un projet très politique, qui se construit au gré de sa propre trajectoire.

Concurrences intellectuelles sur la côte Est

  • 9 Allan Bloom, élève de Leo Strauss à l’université de Chicago et auteur du fameux pamphlet conservat (...)
  • 10 « ... liberal before coming to my sense » (Eberstadt, 2007, p. 63).

15Né en 1961, David Brooks a grandi à New York puis à Philadelphie au sein de la bourgeoisie juive liberal (au sens de progressiste). En 1983, il sort diplômé de l’université de Chicago, où la pensée conservatrice domine alors dans les départements d’économie et de philosophie9. Tel qu’il le présente, son parcours biographique incarne la réconciliation des élites dont il parle dans son livre Bobos in Paradise. Dans les années 1960, ses parents, universitaires, vivent à Greenwich Village, quartier populaire et foyer intellectuel et artistique de Manhattan avant qu’il ne se gentrifie. Ces informations sont issues d’un texte réflexif paru dans un ouvrage collectif intitulé de façon parlante Why I Turned Right (que l’on peut traduire par « Pourquoi je suis devenu de droite ») (Eberstadt, 2007). Cet ouvrage rassemble des textes déjà publiés de conservateurs, dont certains, souvent issus de la gauche, justifient leur ralliement au camp conservateur par le bon sens face à la réalité des choses. David Brooks s’y décrit comme un liberal qui a retrouvé ses esprits10.

16Bobos in Paradise relève de la même posture, clamant la victoire du bon sens sur les clivages idéologiques, d’ailleurs dépassés. Pourtant cette posture traduit un parcours intellectuel particulier et reflète les ambitions d’un courant politique au sein duquel il a fait carrière. David Brooks fait en effet ses débuts dans le journalisme grâce au mouvement néoconservateur en plein essor dans les années 1980. Après avoir travaillé dans une agence de presse à Chicago, il est embauché par l’intermédiaire de William Buckley au Washington Times, quotidien conservateur créé en 1981 en opposition au Washington Post, considéré de centre-gauche. Buckley, qui est présenté comme le pape des néoconservateurs (Ronald Reagan lui rendra un hommage appuyé), a fondé en 1955 une revue qui attire un important lectorat : la National Review. À Washington, où il s’installe dans les années 1980, David Brooks est introduit dans ce milieu où il rencontre Norman Podhoretz et Irving Kristol. Plus âgés que lui (le premier est né en 1930 et le second en 1920), ils deviennent ses mentors. Brooks les remercie et les cite, ainsi que leurs fils, William Kristol et John Podhoretz. La carrière de Brooks se poursuit au Wall Street Journal, dont il devient correspondant en Europe de 1991 à 1995, date à laquelle il participe à la fondation du journal Weekly Standard, lancé par William Kirstol. Fils d’Irving Kristol, ancien membre de l’administration Reagan, ce dernier bénéficie de l’appui de John Podhoretz et de Rupert Murdoch.

  • 11 Fondé par Daniel Bell et Irving Kristol, le magazine The Public Interest a participé dès les année (...)

17Le mouvement néoconservateur n’est pas un mouvement de masse. Ceux qui sont surnommés « néocons » forment un petit groupe intellectuel et politique implanté sur la côte Est, composé de journalistes proches du pouvoir, dont l’influence opère à travers le monde des revues et des think tanks11. Le livre sur les bobos ne prend sens que par rapport à ces concurrences, situées dans un milieu géographiquement et socialement très restreint. Brooks n’est pas engagé dans la bataille principale d’un mouvement hétérogène et divisé, notamment sur certaines questions comme l’avortement, mais uni autour de positions fortement interventionnistes en politique étrangère. Les « néocons » prônent la fermeté face à l’Union soviétique et, après la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide, ils plaident pour une présence active au Moyen-Orient. Or on ne trouve aucune allusion à la politique étrangère dans Bobos in Paradise, dont le ton est tout sauf guerrier. Mais sur le registre apolitique que nous avons mis en évidence, il participe à sa manière à la revanche idéologique poursuivie par les « néocons ». Ce combat a comme cible les liberals, qui incarnent le formidable ébranlement de la société étasunienne provoqué par les protestations sociales des années 1960. Derrière ce terme, qu’on ne peut traduire par « libéraux » (le mot a un tout autre sens en France), il faut entendre une génération engagée dans la redéfinition du progressisme étasunien des années 1960, l’attachement aux droits des minorités, la critique de l’impérialisme américain ou encore le refus du moralisme religieux (Horton, 2005). Le mouvement des droits civiques, qui émerge véritablement au milieu des années 1950, a en effet débouché sur plusieurs lois votées la décennie suivante pour mettre fin à la ségrégation dans le Sud et garantir l’égalité des droits pour les Noirs. La fin des années 1960 a également vu les féministes puis les gays et les lesbiennes se mobiliser alors que la protestation contre la guerre du Vietnam insufflait un vent de révolte général. Le mouvement néoconservateur ne s’est pas limité à contester ou à contrecarrer ces avancées, qui se sont traduites par d’importantes lois de redistribution sociale sous la présidence Johnson, de 1963 à 1969. Mené par des intellectuels, il entendait remettre en question l’hégémonie politique et culturelle qu’aurait conquise, selon lui, une génération de liberals. Pour les néoconservateurs qui ne partagent pas l’anti-intellectualisme d’autres courants conservateurs, comme la droite religieuse, il s’agit bien de disputer à ces « progressistes » le monopole de la production des idées.

  • 12 « Modern conservatives no longer feel that liberals are arbiters of how they, conservatives, are d (...)

18Le journalisme est un terrain privilégié de cette bataille, dont le livre Bobos in Paradise constitue un épisode. L’intention est d’ailleurs énoncée dans le livre précédent de Brooks, un recueil de textes conservateurs : « Les conservateurs modernes ne pensent plus que les libéraux sont les arbitres de ce qu’ils font, eux, les conservateurs. Le libéralisme n’est plus la planète mère12. » (Brooks, 1996, p. xv) Il s’agit bien de restaurer l’influence de la pensée conservatrice, d’inverser en quelque sorte, pour reprendre sa métaphore, le sens de gravitation des planètes politiques et intellectuelles étasuniennes.

19Dans ce combat idéologique, Brooks use d’armes particulières, brandies sur un registre bonhomme mais avec une redoutable efficacité. À travers la figure du bobo, la critique de l’hypocrisie des liberals se déploie en effet avec humour. L’auteur multiplie les jeux de mots, les parallèles inattendus, les rapprochements ridicules. Le terme a pour vertu de concentrer en quatre lettres valeurs et intérêts, montrant l’inanité des premières au regard des seconds. L’idée est simple : les bobos sont antiestablishment, mais forment un nouvel establishment. Brooks fustige les cadres « who have moved from SDS [Students for a Democratic Society, principale organisation contestatrice des années 1960] to CEO [Chief executive Officer, cadres dirigeants des grandes entreprises], from LSD to IPO [Initial Public Offering, introduction en bourse] » (Brooks, 2000 a, p. 39). Comme dans certains discours sur les soixante-huitards français, toute une génération (la jeunesse engagée dans la protestation sociale des années 1960) se trouve ramenée à une élite occupant aujourd’hui des postes de pouvoir.

20Le goût pour la révolte et la propension à la contestation des anciens rebelles n’existent plus, nous dit-il, qu’à travers des signes extérieurs dont l’auteur se plaît à montrer la trivialité. Faire un voyage éco-aventure ou manger bio : autant de manières de se distinguer, à peu de frais, du camp adverse. Si la critique de la fausse bonne conscience des privilégiés n’est pas conservatrice en soi, la vision de Brooks l’est dans le sens où il pose la vanité de toute posture altruiste et l’inéluctabilité des renoncements. Les plus subversifs finissent par se ranger, les engagements sont de courte durée et les intérêts bien compris l’emportent toujours sur les idées généreuses. Chez Brooks, cette rhétorique se mêle également à la critique récurrente d’un « politiquement correct » devenu rituel langagier, posture convenue mais sans contenu en faveur du féminisme et de la cause gay.

Une disqualification insidieuse des liberals

  • 13 « Often I make fun of the social manners of my class, but on balance I emerge as a defender of the (...)
  • 14 « Brooks nails Bobos’ have-it-both-ways slipperiness with a tolerant smile. »

21Il reste qu’il est parfois difficile de comprendre où veut en venir Brooks. Son livre est une entreprise politique menée au nom de l’apolitisme. C’est aussi une charge critique contre une figure à laquelle il dit s’identifier. De fait, à l’inverse de la prose virulente des néoconservateurs, l’ouvrage contribue à la disqualification symbolique du camp adverse sur la base d’une quasi-complicité. Sa critique au vitriol des liberals s’accompagne en effet d’un aveu surprenant, en fin d’introduction : « De temps en temps je me moque des mœurs sociales des Bobos dont je fais partie [...] mais tout compte fait, je m’érige en défendeur de la culture Bobo13. » (Brooks, 2000 b, p. 14). Comme le souligne le compte rendu du livre paru dans le New York Times, « Brooks tape sur la façon Bobo de gagner sur tous les tableaux avec un sourire tolérant14 » (Andersen, 2000). Brooks prendrait la défense des bobos car il serait l’un d’eux.

  • 15 Entretien réalisé par téléphone le 23 avril 2012.
  • 16 « There is also a new conservative personality that is urban, self-assured (rather than defensive) (...)

22Le propos ne se réduit toutefois pas à cet aveu de bon aloi. Certes Brooks, en tant que juif, ne peut que se réjouir des transformations de l’ancienne élite protestante, qui lui aurait probablement, peu de temps auparavant, barré l’accès aux journaux et aux magazines prestigieux du pays. Comme certains de ses mentors néoconservateurs passés par des cursus universitaires moins prestigieux que les campus les plus recherchés de la Ivy League, Brooks a trouvé sa place dans un milieu de droite moins WASP que l’élite au pouvoir (la revue de Buckley, la National Review, avait fait entrer des intellectuels juifs dans sa rédaction dès 1955). Le ton léger et l’absence de condamnation morale des bobos reflètent aussi son positionnement au sein des conservateurs : modéré, il est en faveur du droit à l’avortement, me dit-il en 201215 (même si ses tribunes expriment une position médiane). S’il croit aux baisses d’impôt comme source de la croissance, il n’appelle pas à détruire systématiquement toute intervention étatique. Comme il le souligne dans l’introduction du recueil de textes conservateurs qu’il a édité : « Il y a aussi une nouvelle personnalité conservatrice, qui est citadine, sûre d’elle (plutôt que défensive), cosmopolite et diverse du point de vue de la race et du genre16. » (Brooks, 1996, p. xiii) Le registre mesuré de Brooks, auquel le contraignent aussi ses ambitions professionnelles, va surtout rencontrer une demande politique venue du camp progressiste lui-même, sur lequel l’entreprise de délégitimation des liberals n’a pas été sans effets.

  • 17 Ce qui peut se traduire par « commentateur » ou « expert ». David Brooks le deviendra surtout en 2 (...)
  • 18 « This book started with a series of observations. After four and a half years abroad, I returned (...)

23En 2003, trois ans après la publication de son livre sur les bobos, Brooks est embauché comme chroniqueur au New York Times. On ne saurait rétrospectivement expliquer l’écriture de l’ouvrage par la carrière ultérieure de son auteur, mais il est probable que son intégration dans l’organe le plus prestigieux de la presse écrite ait fait partie, dès la fin des années 1990, des positions possibles qu’il briguait, pour devenir ce qu’il est aujourd’hui, un pundit17. En 1995, le correspondant du Wall Street Journal en Europe rentre aux États-Unis et participe au lancement du Weekly Standard, quotidien conservateur dont il devient le rédacteur en chef. Pour un journaliste d’opinion, l’écriture d’un livre joue un rôle important (rappelons qu’il a publié un recueil de textes sur la pensée conservatrice en 1996). David Brooks met à profit ses années passées à l’étranger pour insister sur la « découverte » qu’il aurait faite en rentrant, celle du « bobo » : « Après avoir passé quatre ans et demi à l’étranger, je suis revenu aux États-Unis avec un regard neuf et fus confronté à d’étranges juxtapositions18. » (Brooks, 2000 b, p. 12). Les positionnements de Brooks en font déjà un adversaire fréquentable pour les liberals : il n’a pas voté pour Reagan, me dit-il lors de notre entretien, et s’est senti proche de Bill Clinton. Mais Brooks ne peut espérer rejoindre l’ours d’un journal plus établi que le nouveau Weekly Standard qu’à la condition de délaisser le ton virulent et radical des néoconservateurs, ainsi que l’identification trop exclusive à un camp politique.

24À cette époque, les liberals, jusqu’au terme même, connaissent un fort discrédit. Alors qu’ils constituent l’une des cibles principales du mouvement néoconservateur qui prend son essor dans les années 1980, ils subissent une entreprise de disqualification plus large dans la décennie suivante – à l’image de la « génération 1968 », dont le retournement d’image est frappant à la même époque en France (Damamme et al., 2008). Devenus la bête noire de l’ensemble de la droite américaine – et notamment celle du Sud, prompte à fustiger l’arrogance du Nord et les lieux de pouvoir de la côte Est –, les liberals sont accusés de dominer la vie politique, culturelle et médiatique et de se couper des préoccupations et des modes de vie du « vrai » peuple américain.

  • 19 Celle-ci se lit aujourd’hui à travers l’opposition entre David Brooks et Paul Krugman, économiste (...)

25Le New York Times répond à ces attaques en s’efforçant de diversifier les ancrages politiques de ses commentateurs. La revendication d’équilibre et de sérieux qui fonde sa position, en opposition aux pressions commerciales qui pénètrent le champ journalistique (Benson, 2000), le pousse aussi à ce rééquilibrage politique. Le recrutement d’un conservateur modéré sera un gage de neutralité19. Un réajustement parallèle s’observe dès les années 1990 au sein du champ politique. Sous l’influence de Bill Clinton, président de 1993 à 2001, le Parti démocrate connaît alors un recentrage idéologique important. L’héritage du mouvement des droits civiques est retraduit dans le langage plus consensuel de la « diversité » (Sabbagh, 2003), et le ralliement à la réforme de l’État-providence les rapproche du Parti conservateur sur les questions économiques. Parallèlement, la droite étasunienne se radicalise autour de la puissante coalition chrétienne. Très ancrée dans le Sud, celle-ci focalise son combat sur la restauration des « valeurs familiales » et une dénonciation violente de l’État social. Dans les années 1990, son influence ne cesse de croître, réduisant à néant la branche centriste du Parti conservateur. L’attaque non frontale qui est menée par Brooks a toutes les chances d’être appréciée par certains au sein du Parti démocrate. Le message principal du livre apporte en effet une caution intellectuelle à la redéfinition idéologique portée par les fractions les plus réformistes : les liberals ne sont pas seulement renvoyés à un passé révolu, dit-il, mais leur attachement à la redistribution sociale, à l’antiracisme ou aux questions environnementales est de fait présenté comme l’expression d’une bonne conscience masquant des privilèges.

  • 20 Cette expression est utilisée pour désigner le mouvement de contre-attaque (et donc de dénigrement (...)

26Ainsi, en même temps qu’il participe à ce backlash20 (ou retour de bâton) orchestré dans les années 1980 par une droite qui s’est considérablement renouvelée, Brooks assoit une position particulière dans ce foyer du « libéralisme » que sont les vénérables institutions de la côte Est. On comprend alors que les piques que Brooks dirige contre les écrivains, les éditeurs, les journalistes et autres publicitaires soient peu acérées. Car elles doivent à la fois l’identifier à un camp conservateur, mais aussi tracer implicitement le contour d’un entre-soi avec la classe éduquée liberal, qui constitue le gros du lectorat et des journalistes qu’il vise désormais. Rappelons d’ailleurs que le propos du journaliste n’est pas d’œuvrer à la disparition de cette classe, souhait des réseaux moins intellectuels du Parti conservateur. Son objectif est plutôt de contrer l’hégémonie des idées progressistes au sein de cette classe éduquée par les armes de la critique et de l’écriture. En d’autres termes, il s’agit d’ouvrir le monde de la culture, de l’art et de la pensée à l’influence des conservateurs. Le « bobo », c’est cette ambition incarnée dans un personnage. Il est le porte-parole d’une élite de droite ressuscitée à travers le liberal vieillissant qui ne sait pas (encore) qu’il est de droite. C’est un cadre de chez Apple, un professeur d’université ou un journaliste, dont les idées de gauche se résument à un café expresso et à un pull de chez Gap : un mode de vie que Brooks est prêt à considérer avec bienveillance, en définitive, s’il s’accompagne d’un renoncement à transformer l’ordre social.

27Les comptes rendus qui accueillent le livre sont révélateurs. L’article du New York Times est long et élogieux et souligne à quel point les « bobos » – et en cela l’auteur entend sans doute les lecteurs et les journalistes du New York Times – aimeront lire ce livre :

  • 21 « The book is a pleasure, simultaneously bracing and comforting, like a sauna. Bracing because it s (...)

Ce livre est aussi plaisant qu’une séance au sauna, tonifiante et apaisante. Tonifiant parce qu’il obligera les bobos hypocrites et contents d’eux-mêmes à se confronter à la complexité de leurs hypocrisies et contentements de soi. Et apaisant (pour les bobos) parce qu’il dit que leur empire culturel va durer21. (Andersen, 2000)

Quant au quotidien britannique de gauche The Guardian, il consacre également un compte rendu au livre, se focalisant sur la « nouveauté » du phénomène décrit par Brooks et se régalant à en reproduire les anecdotes (Wittstock, 2000). L’inventeur des « bobos » a gagné son entrée dans l’essayisme journalistique, un milieu liberal dont la critique mouchetée, mais dévastatrice dans le fond, est pourtant au cœur de l’ouvrage.

*

28Bobos in Paradise est un succès d’édition qui se poursuit au-delà des États-Unis puisque de nombreux pays en demandent la traduction. En France, Florent Massot, un éditeur peu connu, publie en 2000 Les Bobos (Brooks, 2000 b), qui connaît un rapide succès, de sorte que le livre est repris en collection de poche deux ans plus tard. 300 000 exemplaires de l’ouvrage ont été vendus dans le monde entier, me signale David Brooks.

29La réhabilitation conservatrice de l’élite au pouvoir et la charge à peine voilée contre ce qu’on appellerait de ce côté-ci de l’Atlantique « la gauche » ou « les soixante-huitards » sont au cœur du livre américain. Comme pour le New York Times ou The Guardian, elle est toutefois passée sous silence en France. Ni le journaliste d’Actuel, Jean-François Bizot, qui écrit la préface de l’édition française (Brooks, 2000 b, p. 5-7), ni même Annick Rivoire, qui publie dans Libération le 15 juillet 2000 le premier compte rendu français du livre, n’en disent mot (Rivoire, 2000). Comme si, là aussi, le « bobo » venait efficacement disqualifier une figure contre laquelle ces acteurs, à l’image de leurs journaux, ont déjà largement pris leurs distances, pour participer, dans les années 1990 puis 2000, au recentrage du Parti socialiste (Tissot, Gaubert & Lechien, 2005 ; sur Libération, voir Rimbert, 2005).

  • 22 « the WASPY upscale suburbs », « bohemian downtown neighborhoods » (Brooks, 2000 a, p. 12).

30L’autre phénomène frappant de cette traversée de l’Atlantique réside dans le resserrement de la focale sur des espaces très particuliers, les quartiers gentrifiés. Contrairement à l’association qui s’établit en France entre les « bobos » et les transformations des centres-villes (les banlieues pavillonnaires entrant plus tard dans le débat français, à travers les « petits blancs »), David Brooks souligne dans son introduction que les transformations qu’il analyse s’observent aussi bien dans les « banlieues chics jusqu’alors réservées aux WASP22 » que dans les « quartiers bohèmes du centre-ville » (Brooks, 2000 b, p. 14). Le parallèle qu’il dresse entre ces deux espaces sert d’ailleurs son propos : banlieues résidentielles et quartiers gentrifiés de centres-villes, qui correspondent à deux fractions des classes supérieures, ne sont pas si différents qu’il peut y paraître puisqu’on y trouve les mêmes cafés ou les mêmes magasins de décoration intérieure.

31Cette association entre groupes sociaux et espaces ne fonctionne pas en France. En premier lieu parce que les suburbs où fuient les classes moyennes étasuniennes après la Seconde Guerre mondiale n’ont pas, ou peu, d’équivalent en Europe. Ensuite parce que le contexte politique est différent : le mot « bobo » va servir initialement à donner du sens à des transformations à la fois électorales et urbaines de la capitale française. À l’occasion des élections municipales de 2001, l’édition du 5 mars 2001 des Échos publie un article et s’interroge sur « l’évolution sociologique de la capitale » qui serait à l’origine de ce « séisme politique » (Chapuis & Valletoux, 2001). L’ouvrage de Brooks est cité : « Les “bourgeois-bohèmes”, les fameux “bobos”, comme les a nommés l’Américain David Brooks, ont-ils envahi Paris ? » s’interrogent les deux auteurs. Les « bobos » : voilà le nouveau groupe chargé d’incarner à la fois un espace (l’Est parisien) et des valeurs (celles du Parti socialiste). Quelques années plus tard, les sciences sociales apporteront leur éclairage propre sur les groupes sociaux qui participent à la transformation de la capitale, sur leurs attitudes électorales et les formes complexes de ségrégation et de mixité sociale qui caractérisent la région parisienne (voir Agrikoliansky, Heurtaux & Le Grignou, 2011 ; Giraud, 2014 ; ainsi que le chapitre d’Edmond Préteceille dans ce livre).

Bibliographie

Agrikoliansky Éric, Heurtaux Jérôme & Le Grignou Brigitte (dir.) (2011), Paris en campagne : les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.

Andersen Kurt (2000), « Nouveaux Bohemians: a Journalist Tells how the Bourgeois Revolution Changed America’s Idea of Success », New York Times, 21 mai.

Bell Daniel (1973), The Coming of Post-Industrial Society, a Venture in Social Forecasting, New York, Basic Books.

Bell Daniel (1962), The End of Ideology: on the Exhaustion of Political Ideas in the Fifties, New York, Collier Books.

Benson Rodney (2000), « La logique du profit dans les médias américains », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 131-132, p. 107-115.

Bourdieu Pierre (2002), « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, nº 145, p. 3-8.

Brooks David (2004), On Paradise Drive: how we Live now (and always have) in the Future Tense, New York, Simon & Schuster.

Brooks David (2000 a), Bobos in Paradise: the New Upper Class and how they got there, New York, Simon & Schuster.

Brooks David (2000 b), Les Bobos, Marianne Thirioux & Agathe Nabet (trad.), Paris, Florent Massot.

Brooks David (dir.) (1996), Backward and Upward: the New Conservative Writing, New York, Vintage Books.

Chappell David L. (2002), « The Triumph of Conservatives in a Liberal Age », dans Jean-Christophe Agnew & Roy Rosenzweig, A Companion to post-1945 America, Oxford, Blackwell, p. 303-327.

Chapuis Dominique & Valletoux Frédéric (2001), « Paris au seuil de l’alternance », Les Échos, 5 mars.

Clerval Anne (2005), « Les “Bobos”, critique d’un faux concept, à propos du livre de David Brooks, Les Bobos (2000) », Cybergeo : revue européenne de géographie, en ligne : http://journals.openedition.org/cybergeo/766 (janvier 2018).

Damamme Dominique et al. (dir.) (2008), Mai-juin 68, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’Atelier.

Eberstadt Mary (dir.) (2007), Why I Turned Right: Leading Baby Boom Conservatives Chronicle their Political Journeys, New York, Threshold Editions.

Faludi Susan (1991), Backlash: the Undeclared War against American Women, New York, Crown.

Georgakakis Didier (1997), « Une science en décalage ? Genèses et usages des “socio-styles” du Centre de communication avancée (1972-1990) », Genèses, nº 29, p. 51-74.

Giraud Colin (2014), Quartiers gays, Paris, Presses universitaires de France.

Gunther Scott (2016), « How and why “Bobos” Became French », French Politics, Culture and Society, vol. 34, nº 3, p. 105-125.

Hoeveler David (1991), Watch on the Right: Conservative Intellectuals in the Reagan Era, Madison, University of Wisconsin Press.

Horton Carol A. (2005), Race and the Making of American Liberalism, Oxford, Oxford University Press.

Jacobs Ronald & Townsley Eleanor (2011), The Space of Opinion: Media Intellectuals and the Public Sphere, Oxford, Oxford University Press.

Rimbert Pierre (2005), « Libération » de Sartre à Rothschild, Paris, Raisons d’agir.

Rivoire Annick (2000), « L’été de tous les bobos », Libération, 15 juillet.

Sabbagh Daniel (2003), L’Égalité par le droit : les paradoxes de la discrimination positive aux États-Unis, Paris, Economica.

Tissot Sylvie (2013), « “Anything but Sould Food” : goûts et dégoûts alimentaires chez les habitants d’un quartier gentrifié », dans Philippe Coulangeon & Julien Duval (dir.), Trente ans après « La Distinction » de Pierre Bourdieu, Paris, La Découverte, p. 141-152.

Tissot Sylvie, Gaubert Christophe & Lechien Marie-Hélène (dir.) (2005), Les Reconversions militantes, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

Topalov Christian (2005), « Un savant voyage : Les “Lettres des États-Unis” de Maurice Halbwachs au Progrès de Lyon (septembre-décembre 1930) », Genèses, nº 58, p. 132-150, et nº 59, p. 131-150.

Wittstock Melinda (2000), « Are you a Bourgeois Bohemian? », The Observer, 27 mai.

Notes

1 Je remercie Colin Giraud et Julie Seidel pour leur lecture attentive.

2 Ce terme désigne, beaucoup plus que son équivalent français « classes supérieures », le niveau très haut de la hiérarchie.

3 Scott Gunther note le déclin constant de l’usage du terme dans la presse étasunienne entre 2000 et 2013. (Le mot « hipster » a une postérité plus grande, succès qui pourrait faire l’objet d’une enquête en soi.)

4 Dans la rubrique « Remerciements », David Brooks évoque comme supports de publications antérieurs le Weekly Standard, dont il est le rédacteur en chef en 1996, le City Journal et le Washington Post.

5 « I returned to an America in which the bohemian and the bourgeois were all mixed-up. It was now impossible to tell an espresso-sipping artist from a cappuccino-gulping banker. And this wasn’t just a matter of fashion accessories. I found that if you investigated people’s attitudes toward sex, morality, leisure time, and work, it was getting harder and harder to separate the antiestablishment renegade from the pro-establishment company man. Most people, at least among the college-educated set, seemed to have rebel attitudes and social-climbing attitudes all scrambled together. Defying expectations and maybe logic, people seemed to have combined the countercultural sixties and the achieving eighties into one social ethos. » (Brooks, 2000 a, p. 10)

6 « The Rise of the Educated Class » et « Consumption » dans la version originale.

7 « The [...] establishment was still based on casual anti-Semitism, racism, sexism and a thousand other silent barriers that blocked entry for those without the correct pedigree. » (Brooks, 2000 a, p. 22)

8 « Early in this century it was perfectly acceptable to be racist and anti-Semitic or homophobic. Today those beliefs automatically banish a person from educated circles. » (Ibid., p. 47)

9 Allan Bloom, élève de Leo Strauss à l’université de Chicago et auteur du fameux pamphlet conservateur The Closing of the American Mind, y enseigne jusqu’en 1992. L’université est également connue à travers Milton Friedman, représentant du courant monétariste en économie, qui a terminé sa carrière en tant que conseiller de Ronald Reagan dans les années 1980.

10 « ... liberal before coming to my sense » (Eberstadt, 2007, p. 63).

11 Fondé par Daniel Bell et Irving Kristol, le magazine The Public Interest a participé dès les années 1960 à cette reconstruction intellectuelle, de même que la revue Commentary de Norman Podhoretz (Hoeveler, 1991 ; Chappell, 2002).

12 « Modern conservatives no longer feel that liberals are arbiters of how they, conservatives, are doing. Liberalism is no longer the mother planet. » (Les traductions de l’ouvrage Backward and Upward: the New Conservative Writing sont de Sylvie Tissot.)

13 « Often I make fun of the social manners of my class, but on balance I emerge as a defender of the Bobo culture. » (Brooks, 2000 a, p. 12)

14 « Brooks nails Bobos’ have-it-both-ways slipperiness with a tolerant smile. »

15 Entretien réalisé par téléphone le 23 avril 2012.

16 « There is also a new conservative personality that is urban, self-assured (rather than defensive), cosmopolitan, and diverse in race and gender. »

17 Ce qui peut se traduire par « commentateur » ou « expert ». David Brooks le deviendra surtout en 2003, quand il est embauché comme chroniqueur du New York Times dans les pages « Op-ed ». Après la publication en 2004 d’un nouveau livre à succès du même registre que Bobos in Paradise, il est régulièrement invité dans des émissions de radio et de télévision, ainsi que par des universités pour donner des conférences.

18 « This book started with a series of observations. After four and a half years abroad, I returned to the United States with fresh eyes and was confronted by a series of peculiar juxtapositions. » (Brooks, 2000 a, p. 9)

19 Celle-ci se lit aujourd’hui à travers l’opposition entre David Brooks et Paul Krugman, économiste de centre-gauche et autre chroniqueur du New York Times.

20 Cette expression est utilisée pour désigner le mouvement de contre-attaque (et donc de dénigrement) du mouvement féministe dans les années 1980 (Faludi, 1991).

21 « The book is a pleasure, simultaneously bracing and comforting, like a sauna. Bracing because it should make hypocritical, self-satisfied Bobos cop to their complicated hypocrisies and self-satisfactions. And comforting (to Bobos) because it says their cultural imperium will endure. » (La traduction est de Sylvie Tissot.)

22 « the WASPY upscale suburbs », « bohemian downtown neighborhoods » (Brooks, 2000 a, p. 12).

Auteur

Sylvie Tissot est sociologue, professeure à l’Université Paris 8, rattachée à l’équipe Cultures et sociétés urbaines au laboratoire du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CSU-CRESPPA, Université de Paris 8 / CNRS). Ses recherches ont pour objet les politiques urbaines et la gentrification, en France et aux États-Unis. Elle a notamment publié De bons voisins : enquête sur la bourgeoisie progressiste (Raisons d’agir, 2011), traduit en anglais (Good Neighbors: Gentrifying Diversity in Boston’s South End, Verso, 2015).

© Presses universitaires de Lyon, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search