Version classiqueVersion mobile

Défendre la Bresse et le Bugey

 | 
Alain Kersuzan

Conclusion

Texte intégral

1La guerre qui a opposé, de 1282 à 1355, le comté de Savoie au Dauphiné et à ses autres voisins, comme les sires de Thoire-Villars, aux confins de la Bresse et du Bugey, fut le dernier, mais le plus long et le plus violent acte d’une guerre commencée un siècle plus tôt. Dans ses causes et son déroulement, cette guerre s’est inscrite comme l’élément majeur de la construction politique et territoriale du comté de Savoie, aux principaux dépens du Dauphiné. En cela, la guerre delphino-savoyarde est bien l’affrontement de deux puissances dont les finalités politiques s’opposent.

2Dans ses détails et son quotidien, cette guerre semble composée d’une suite sans fin d’agressions et de coups de mains qui en eux-même n’ont rien de décisifs, mais dont l’ensemble finit par former le conflit. La rivalité des princes recouvre le plus souvent des affrontements locaux et particuliers qui paraissent plus féodaux que « nationaux ». Cependant, l’analyse des événements, de leur chronologie, de leur situation géographique tend à montrer que cette guerre s’est finalement déroulée, surtout pour le parti savoyard, selon un processus raisonné et logique. Il émerge de l’étude des opérations militaires, l’existence d’une véritable stratégie cohérente et subtile, organisée sur le long terme. Cette stratégie a consisté en un grignotage territorial qui s’est appuyé et consolidé sur des châteaux et des fortifications. Ce grignotage s’est principalement effectué à partir du Bugey en direction du Revermont parce que les comtes de Savoie étaient installés dans cette région depuis longtemps et qu'ils pouvaient y apporter des appuis militaires depuis les territoires historiques du comté.

3La stratégie a mis en œuvre des tactiques qui, pour différentes qu’elles soient dans leur forme, ont toutes procédé du même objectif :

4Le grignotage territorial s'est effectué par des sièges et des prises de châteaux-forts, bâties et maisons fortifiées peu éloignés des positions savoyardes. Un ensemble d’opérations de ravage et de saccage des environs a toujours précédé l’attaque des places fortes. Les fortifications ainsi acquises sont immédiatement intégrées au réseau des châteaux comtaux puis défendent et contrôlent les biens et les territoires nouvellement conquis.

5Les avancées savoyardes se sont aussi réalisées par l’accaparement intempestif de terrains vierges formant tampons entre les deux principautés. Les empiétements se concrétisent par la construction, de fortifications de terre et de bois, nommées bâties, rapidement mises en œuvre, capables de résister à une petite troupe et facilement réparables. La prise et le contrôle de ces marges frontalières sont ensuite affirmées et « officialisées » par le remplacement de la bâtie par une fortification en pierre qui organise et commande les droits du comte sur les terres environnantes.

6Dans les deux cas, le système appliqué au grignotage est le même, seul l'ordre des opérations est inversé. Dans l'un, la prise du château entraîne celle du territoire tandis que pour l’autre la fortification succède à la conquête du territoire.

7Plus nombreux et beaucoup plus récurrents que les sièges, des raids destructeurs marquent le quotidien de ce conflit. Les comptes les appellent des chevauchées parce qu’ils sont essentiellement réalisés par des hommes d’armes à cheval. Ce qui leur permet de surprendre les populations, d’opérer rapidement des dégâts et de se retirer tout aussi vite qu’ils étaient venus. Les buts de ces opérations destructrices sont de diminuer, voire anéantir les capacités de réaction de ses rivaux et ne pas risquer de perdre les acquisitions territoriales. Les comtes de Savoie ont ainsi régulièrement lancé des troupes de soldats chargées de détruire les biens dans les terres des Dauphins et de leurs alliés. La ruine organisée des campagnes et des villages constitue le pendant des prises de châteaux et des captations des marches frontalières. Ces opérations ont pour but d’entretenir un état de crainte au sein des populations rivales et maintenir une situation économique pauvre et aléatoire devant rendre impossible ou du moins limité, tout moyen d’agression ou de contre-attaque.

8L’étude des événements militaires montre que l'ordre chronologique et géographique d’acquisition de ces espaces ainsi que les moyens utilisés pour y parvenir ont suivi une évolution cohérente qui illustre bien l’établissement d’une patiente stratégie faite de préparations dévastatrices sur le terrain suivies d’invasions ou de sièges organisés. Tout cela s’est réalisé à partir d’une réflexion qui a pris en compte le contexte politique et les possibilités financières de chaque période. L’efficacité de ce procédé fut redoutable puisque les comtes n'eurent jamais à reculer, durant les 73 années que dura la guerre.

9À l’issue du conflit et au-delà des faits et de la stratégie militaire, cette guerre est l’expression de mutations qui se réalisent au fil d’une période durant laquelle le comté de Savoie, d’abord mal assuré dans la région, finit par s’imposer. Dans le même temps, le Dauphiné, souvent ébranlé, connaît une crise d’inadaptation politique et militaire ; mais, bien que vaincu, cette principauté trouve en devenant française, une homogénéité territoriale et politique qu’elle n’avait pas. La guerre fut donc à la fois le moyen et le tournant, pour tous les princes et seigneurs de ces régions, d’abandonner les principes encore en vigueur de la féodalité pour s’ouvrir à une conception politique plus moderne.

10Le comté de Savoie a construit sa défense, sa domination et son espace territorial et politique grâce à un ensemble de châteaux-forts situés à proximité des zones frontalières. Ces châteaux sont des chefs lieux de circonscriptions territoriales nommées châtellenies. Elles sont regroupées dans un ensemble administratif plus vaste, le bailliage.

11Les châteaux et les châtellenies sont des entités particulières dont le fonctionnement s’opère toujours en correspondance l’une avec l’autre, formant ainsi un réseau de moyens aussi bien militaires qu’économiques et humains qui confère à l’ensemble une force et une souplesse propre à appliquer la politique comtale. Ce réseau permet d’organiser les pays sur les plans politiques, économiques et juridiques et, dans le contexte de la guerre, les offensives et la défense du territoire.

12En Bresse, le fonctionnement en réseau des châteaux et des fortifications qui en dépendent fut installé par les comtes de Savoie. Il a fallu qu’ils réparent ou remettent en état la plupart des places et qu’ils comblent des espaces territoriaux par des constructions nouvelles afin de créer une ligne défensive cohérente et homogène. Les lignes du réseau castrai ont une organisation topographique et un profil qui reprennent ceux des défenses des châteaux. C’est à dire un étalement en profondeur et en commandement des éléments fortifiés. Entre les châteaux et le bord extrême des territoires contrôlés par celui-ci, des fortifications plus modestes, comme des bâties ou des maisons assurent une première ligne défensive.

13Cette configuration n’est pas immuable. Elle est même destinée à évoluer grâce aux avancées territoriales qui font qu’un château de frontière se retrouve en arrière du front. À l’évolution de l’emprise territoriale correspond l’adaptation du mandement de la châtellenie. Les châteaux ou les bâties placées aux avant-postes, reçoivent les terres et les droits des châteaux situés plus en arrière. Le chef-lieu de bailliage suit l’évolution du réseau et sa position géographique au sein de celui-ci peut changer afin de toujours rester en contact direct et rapide avec les châteaux soumis aux pressions de la guerre.

14Dans son fonctionnement interne le réseau castrai est organisé selon des règles communes à tous les châteaux. Chacun d’eux dispose de moyens financiers de base qui sont constitués des revenus du mandement. L’effectif des garnisons permanentes est sensiblement le même pour tous et chaque fortification possède des moyens de défenses comme des engins et des armes. Le capital financier, matériel et technique des châtellenies, ainsi que les possibilités ponctuelles d’augmenter leurs revenus par des aides supplémentaires, sont en partie, mis à la disposition des châteaux où des travaux de constructions doivent être réalisés. La même pratique a lieu pour la défense d’un château menacé par les armées ennemies. Il accueille des soldats venus de toutes les châtellenies du bailliage. L’état de guerre et les besoins défensifs étant permanents, il y a tout au long de la période étudiée, une continuité du soutien militaire d’un château à l’autre, le tout organisé et orchestré par le bailli sous les ordres du comte.

15Ce système permet quasiment toutes les possibilités d’intervention, de renfort et de financement. Sa souplesse de fonctionnement et son adaptation au contexte ont, à terme, donné à la Savoie les moyens de s'imposer.

16Les châteaux qui sont chacun un élément de base du système installé par les comtes de Savoie ont été acquis, pour la plus grande partie d’entre eux, avec les territoires qu’ils commandaient. Ces châteaux anciens ont été remaniés et fortifiés, car ils étaient en ruines ou incapables de se défendre au début du conflit.

17Quoiqu’elle ait suivi et appliqué les grands principes de défense en vigueur à chaque époque, l’architecture castrale savoyarde n'a pas développé une culture propre et les constructions nouvelles tant du point de vue des plans que des élévations et des systèmes de défense ne témoignent pas d’une grande évolution. Les châteaux ont conservé leur conception ancienne et ceux construits à neuf comme celui de Pont-d’Ain ne montrent pas de rupture par rapport aux autres.

18Ce n’est pas l’éloignement des grands centres d’activité politique et économique du nord de la France qui est responsable de la conservation des formules anciennes de la défense castrale. Les comtes de Savoie et les Dauphins sont respectivement liés de manière assez proche avec les royautés anglaise et française. Ce serait plutôt le poids des traditions locales utilisées en matière d’architecture ainsi qu’en témoigne le vocabulaire technique utilisé par les comptes et la limitation des moyens financiers dont dispose le maître d’ouvrage dans le contexte de la guerre qui peuvent expliquer l’aspect parfois désuet des constructions tant du point de vue de la forme que de la conception.

19Il convient aussi de considérer que la puissance des châteaux est conçue en fonction des moyens d’attaque du Dauphin et qu’il n’y avait pas lieu d’édifier de gigantesques forteresses, comme on en rencontre dans le nord de la France. L’ensemble des châteaux exprime la recherche d’un fonctionnement efficace et pratique à défaut de l’expression d’un symbole.

20Enfin, l’étude des textes confirme le très large usage du bois et de la terre comme éléments de construction et comme moyens de défense. Ces matériaux périssables ne laissent pas ou peu de traces archéologiques et ce que les fouilles parviennent à mettre à jour ne témoigne qu’imparfaitement des formes de leur mise en œuvre et de l’importance de leur emploi. Les sources textuelles donnent la preuve de manière flagrante que l’évolution de l’architecture castrale ne s’est pas réalisée de la terre à la pierre en passant par le bois. Ces deux premiers matériaux ne sont donc pas les témoins des étapes d'une évolution uniquement liée à la maîtrise de techniques, mais des éléments primordiaux, complémentaires et nécessaires à la défense quelle que soit l’époque où ils sont mis en œuvre.

21Comme pour toute œuvre architecturale, les châteaux savoyards de Bresse et de Bugey ont eu besoin de la pratique et l’expérience de corps de métiers spécialisés, l’aide de nombreux manœuvres et l’emploi de matériaux qu’il faut extraire, transporter et mettre en œuvre. Les techniques de construction sont sans doute assez proches de celles pratiquées en d’autres régions à la même époque, mais l'organisation des chantiers est sensiblement différente dans la mesure où les travaux se réalisent dans des zones de conflits. Les éléments défensifs sont rarement élevés d’une seule traite, autant par la limitation des périodes de répit durant lesquelles on peut ouvrir un chantier que par les moyens financiers qui sont partagés avec le paiement des soldes et les travaux des autres fortifications.

22La richesse des renseignements donnés par les comptes permet de connaître un peu plus en détail certains outils, certaines pratiques et façons d’opérer. Il se dégage de l’analyse des comptes, la confirmation d’un emploi très important du bois dans les constructions et de la faible résistance de ce matériaux aux intempéries. La quantité remarquable des réparations des toitures, des cheminées, des planchers démontre la fragilité d’un ensemble d’éléments qui nécessitent un entretien permanent. Comme il n’est pas souvent possible de réaliser les travaux de maintenance, la durée de vie des bâtiments est souvent assez courte et on peut s’étonner de voir la grande salle d’un château comme celui de Pont-d’Ain, pourtant très important dans le réseau par sa position géographique et son rôle résidentiel être complètement en ruine une quinzaine d’année seulement après sa construction.

23De l’étude des matériaux et des techniques se dégage l’organisation hiérarchisée des responsabilités et les degrés d’intervention qui composent l’organisation et la réalisation des chantiers. Les projets sont élaborés à partir d’une réflexion portant sur les moyens financiers, les besoins de la défense, les capacités matérielles techniques et humaines dont on dispose pour les mettre en œuvre. On se rend compte que l’ensemble des châtellenies participe de manière plus ou moins importante aux constructions et qu’il n’y a pas pour cela de cloisonnement entre les bailliages. Toutes les activités s’inscrivent dans un réseau de ramifications tissé entre les châtellenies, entre bailliage et quasiment au niveau de l’Etat.

24Sans doute, cette étude apporte des connaissances nouvelles intéressant le conflit delphino-savoyard, l’organisation administrative et militaire du comté de Savoie au début du XIVe siècle, ainsi que les techniques de construction ; mais elle soulève aussi une multitude de questions et d'interrogations sur la façon dont ces problèmes étaient résolus dans les autres régions du comté. Il conviendrait de réaliser les mêmes analyses dans les régions où les châteaux et les comptes sont nombreux. Par exemple dans le Grésivaudan, au sud de Montmélian ou dans le Faucigny. Il serait ainsi possible d’établir une connaissance globale de ce conflit, de comparer les périodes de combat pour tenter de déterminer comment s’est déroulée cette guerre dans son ensemble et tâcher d’établir s’il y eut une stratégie militaire globale pour le parti savoyard ou si les rivalités se sont résolues région par région.

25Par ailleurs, se dégageraient, ainsi que cette étude a tenté de le réaliser, les relations que les châteaux entretiennent l’un avec l’autre et comment ces relations sont orchestrées au sein des bailliages et par le pouvoir comtal. Il serait alors possible de comprendre comment les réseaux castraux se sont mis en place sur l'ensemble du comté, comment ils fonctionnaient et quelles étaient les particularités de chacun en fonction de l’importance des enjeux territoriaux et militaires et de l’âpreté des combats. Les garnisons courantes des châteaux sont-elles les mêmes qu’en Bresse et en Bugey ? Le centre du bailliage est-il déterminé par les mêmes considérations géographiques et politiques ? Le réseau des châteaux a-t-il évolué de manière identique ?

26Il serait intéressant d’étudier de manière synthétique l’ensemble des fortifications des autres régions afin de comparer les réponses architecturales que l’on a trouvé en fonction du relief, du climat, des conflits et des matériaux disponibles. L’importance des pratiques locales et des termes techniques pourrait être mise en relation avec celles pratiquées dans les régions de cette étude.

27Ces recherches pourraient également être effectuées pour le Dauphiné. Elles permettraient, à terme, de connaître de manière globale l’histoire qui unit ces deux principautés et d’affiner les nombreux points par lesquels ces deux principautés, pourtant rivales, se ressemblent.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search