Version classiqueVersion mobile

Défendre la Bresse et le Bugey

 | 
Alain Kersuzan

Chapitre V. Organisation des chantiers et techniques de construction

Texte intégral

1Construits, remis en capacité de se défendre après avoir été achetés à de petits seigneurs ruinés, réparés après avoir été détruits au cours d’un siège, les châteaux savoyards de Bresse, de l’ancienne Manche de Coligny et du Bugey, ont demandé l’organisation d’un programme, d’un montage financier, de moyens techniques et humains dont on retrouve la trace dans les très nombreux comptes conservés.

2Il existe logiquement plusieurs degrés d'intervention architecturale dans les châteaux et les bâties. Cela va du simple remplacement de tuiles ou de bardeaux enlevés par le vent à des travaux de réparation plus importants nécessitant une programmation de chantier, l’intervention de plusieurs corps de métiers et des financements plus élevés. Ce dernier cas implique d’importantes constructions, des réfections entières de bâtiments, voire la construction complète et en un seul jet d’une petite fortification, comme par exemple, les bâties de Luisandre ou de Remens.

3À chacun de ces niveaux correspondent des compétences, des responsabilités et une organisation qui met en place le programme et les moyens adéquats. Pour faciliter la coordination des rôles et faire en sorte que leur complémentarité soit efficace, des moyens de calcul et d’élaboration sont mis en place pour toutes les fortifications des deux bailliages au moins. Ils concernent le projet depuis son élaboration jusqu’à la vérification des travaux. Ils se montrent particulièrement opérants puisque tout le monde parle le même langage, du maître artisan aux receveurs des œuvres.

4Le système permet de faire des prévisions, de compter au plus juste ou du moins sans grande perte de temps ni d’argent, la durée et le volume des travaux puisque l’on sait ce que l’on veut et combien on peut y investir. À partir de là, on peut mettre en place des équipes de maîtres artisans et d’ouvriers, estimer les besoins en main d’œuvre, déterminer le moyen de paiement le plus adapté, organiser le financement, les corvées, la récupération, le transport et le stockage des matériaux.

L’organisation des chantiers

  • 1 M. De La Corbière, Frontière et habitat fortifié à la fin du Moyen-Âge : l’exemple des marges septe (...)

5Il va de soi que les simples travaux consistant en l’entretien courant du château, en réparations de faible importance, de toitures ou encore en de légères reprises de maçonnerie sont du ressort direct du châtelain. Il organise sous sa seule autorité les améliorations nécessaires à la défense et au fonctionnement militaire et économique du château. La décision et la direction de ces travaux lui incombent comme la recette des droits comtaux et la défense du château dont il a la charge habituelle. Il assume, par exemple, pleinement les réparations des chaffaux de bois, le changement des serrures, la rénovation des portes et une multitude d’autres opérations de ce type. Il fait exécuter les réparations courantes et de petite envergure sans en demander l'ordre. Le châtelain décide lui-même de ce qu’il faut faire et n’en fait état qu’au rendu des comptes. D’ailleurs, il n’apparaît jamais d’attestation de paiement autres que celles des maîtres pour ce genre de travaux. En revanche, il n’oublie jamais de présenter l’ordre écrit émanant du comte, d’un conseiller ou du bailli pour tout travail de relative importance pour lequel, il n’a pas manqué d’avertir le bailli. Celui-ci en réfère au comte ou à son conseil qui en retour ordonne d’effectuer les travaux nécessaires, après avoir, sans doute, discuté sur les moyens de payer. Je ne crois pas, à l’encontre de M. de La Corbière, que les châtelains soient maîtres et responsables de toute la politique architecturale du château qui leur est confiée1.

6Ainsi, dès que les travaux d’architecture recouvrent une importance dépassant les simples réparations, un ensemble de responsabilités politiques et de structures techniques et financières se rejoignent pour former une équipe, assez souple, de décision, de gestion, d'organisation et de contrôle des travaux. Il n’y a pas d’ouvrage de valeur effectué de manière empirique, au jugé, à l’estime : aucune réalisation d’importance qui n’ait été réfléchie, organisée, montée financièrement et techniquement, mesurée puis contrôlée. Rien n’est vraiment laissé au hasard et à la facilité. L’état de guerre exige une stricte gestion des moyens financiers, humains et matériels en considération étroite avec le contexte politique, les objectifs, la stratégie et la tactique militaires. Ainsi, un ensemble de compétences, de responsabilités et de moyens fonctionnent conjointement sous les ordres et le contrôle d'une administration centrale avec l’implication directe et concrète de l’administration territoriale.

Les niveaux de compétence et de responsabilité

7Il existe plusieurs niveaux de responsabilité sur les chantiers de fortifications. Ces degrés correspondent à l’ampleur des travaux tant du point de vue du volume des constructions que de leur importance stratégique et militaire ou leur valeur résidentielle et symbolique. Cependant, il n’est pas établi une stricte et absolue limitation ni une répartition des responsabilités et des décisions en fonction du rôle administratif et de la position sociale tenue par chacun des acteurs de la construction castrale. Les compétences nécessaires pour tout ce qui touche cet art, qu’elles soient administratives, financières, techniques ou théoriques, sont utilisées et mises en commun et font jouer aux spécialistes des rôles correspondant à l'importance des objectifs et des besoins spécifiques de chaque campagne architecturale.

8Ainsi, les grandes décisions et le poids des avis en matière de construction émanent plus des compétences de la personne que de son statut social ou administratif. Si les châtelains ont la responsabilité de l’entretien d’un château, leur fonction en tant que maître d’œuvre ne se limite pas forcément aux travaux simples. Il peut fort bien mener un chantier, s’il en a les capacités, d’après les directives établies par un groupe de spécialistes compétents ou reconnus comme tels. Parmi ces grands spécialistes certains sont châtelains comme lui. En effet, la valeur et la compétence des châtelains quant à la maîtrise de cet art, les font participer à la conception du projet et à la mise au point d’un programme qui ne concerne pas forcément le château dont ils ont la garde en propre. Par ailleurs, les taxateurs (taxatores) et les vérificateurs des travaux ainsi que les gens qui sont impliqués dans le financement des constructions ne sont pas forcément de grands spécialistes de la conception architecturale ni de la maîtrise d’œuvre. Ils connaissent les grands principes, le jargon technique, les possibilités architectoniques et les conventions, mais ne sont pas des hommes de terrain pour autant. Leur rôle consiste surtout à vérifier le respect du programme et l'adéquation des travaux avec les sommes payées. S’ils connaissent leur métier, les maîtres artisans n’ont pas tous les mêmes capacités à s’y exprimer et à s’y investir. Certains restent des exécutants, d’autres participent effectivement et activement à l’élaboration du projet et en ont parfois la responsabilité de l’exécution.

L’implication du prince

  • 2 P. Cattin, « Le pont et le château de Pont-d’Ain au début du XIVe siècle », dans Cahiers René de Lu (...)
  • 3 Id., « Le château de Saint-Rambert au début du XIVe siècle », dans Cahiers René de Lucinge, no 30, (...)
  • 4 Id., « Billiat et sa région », dans Cahiers René de Lucinge, no 32, 1997, p. 105, 126.
  • 5 Id., « Saint-Rambert... », op. cit., p. 60 ; « Remens... », 1343-1344, op. cit., p. 18.

9Toute construction nouvelle de murailles, de bâtiments ou de restructuration complète d’un édifice, comme l'aula de Pont-d’Ain en 1335, émane du comte de Savoie2. Il est sans conteste le maître d’ouvrage de tous les travaux, qu’ils soient défensifs ou résidentiels, dans les bâties et châteaux relevant de son pouvoir. Il est informé des besoins de grandes réparations par les baillis et par son conseil, il discute avec eux des projets de construction et d’amélioration des défenses, mais en dernier ressort, c’est souvent lui qui donne les ordres directement3 ou par l’intermédiaire de son conseil4 ou celui des baillis5. Ainsi, la décision de construire une grande salle dans le château de Pont-d’Ain est prise au château de Ripaille et l’ordre d’exécution de cette décision vient du comte lui-même. Il se rend sur les chantiers, comme en attestent les dépenses de son hôtel, à une période où la grande salle de Pont-d’Ain n’est pas encore terminée. Des travaux supplémentaires de fortification semblent alors se rajouter au programme des constructions, comme si, durant sa visite, le comte prenait conscience de lui-même ou sous la suggestion du châtelain qu’il y avait des manques et des faiblesses dans certaines parties de l’enceinte. Ces grands travaux entraînent obligatoirement la mise en place de structures capables de répondre à toutes les contingences afin que les constructions soient menées de manière efficace, c’est-à-dire rapide et économique.

Le rôle des châtelains

10La plupart des châtelains ont une formation de guerrier qui les fait participer aux chevauchées et aux opérations militaires sur le terrain. Tous connaissent également la façon de tenir un compte et de le rendre devant les receveurs à Chambéry. Tous ont d’assez bonnes notions d’architecture castrale et de suivis de chantiers. Ils savent surveiller les travaux éxécutés à la journée, contrôler ceux à la tâche et délivrer des certificats et des reçus. Ils peuvent acheter des matériaux et les faire transporter. En revanche, ils ne sont pas tous du même niveau pour chacune de ces qualités que l’on exige d’eux.

  • 6 J.-M. Poisson, « La maîtrise d’œuvre dans les chantiers de construction des châteaux du comté de Sa (...)

11En matière d’architecture, le moins expert de tous est capable d’organiser et diriger un chantier de seconde importance. La présence du châtelain sur le chantier et ses actions sont effectives et garantissent la juste exécution des travaux qui ont été payés6. Mais dès qu’il s’agit de mener une opération complète et compliquée, devant prendre plusieurs années et requérir une connaissance assez forte de l’art de bâtir, on se rend compte que, dans le château ou sur le chantier concerné, le châtelain en poste est un spécialiste en la matière.

12Cela est si remarquable qu’il semble bien que la mutation d’un châtelain d’une châtellenie à l’autre corresponde aux travaux de construction qu’il aura à faire à ce nouveau poste. Les capacités en la matière de ces spécialistes sont pleinement reconnues en haut lieu, car on leur ordonne également d’aller programmer et organiser de grands travaux de restauration dans d’autres châteaux du bailliage. Ce qui montre que tous les châtelains n’ont pas les mêmes compétences en matière de maîtrise d’œuvre et de connaissances architecturales.

  • 7 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298.
  • 8 Ibid., B 6749, 1er compte, peau 4, 1309-1309.

13Pierre Thorin de Montmélian illustre parfaitement ce type de personnage, doué et instruit dans l’art de construire plutôt que dans celui de faire la guerre. Alors qu’il est châtelain de Bagé en 1308, il fait, pendant 28 jours, une grande tournée d’inspection des travaux effectués sur les châteaux du Revermont7. Après avoir donné ses ordres et ses conseils, il y retourne un an plus tard pour vérifier la bonne tenue de ses directives et l’avancement des travaux. À cette occasion, il constate que Perret de Saint-Oyen, le châtelain de Pont-d’Ain, n’est pas à la hauteur de sa tâche pour mener à bien la construction du château et il se permet de le renvoyer8. Il en a le pouvoir puisqu’il est alors bailli de Bresse. D’ailleurs, ses connaissances et sa maîtrise des œuvres castrales sont sans doute à l’origine de sa nomination à ce poste. En effet, en 1307-1308, la Bresse et le Revermont s’équipent de châteaux pour faire face aux attaques dauphinoises et des sires de Thoire-Villars. Le château de Pont-d'Ain est en pleine construction, celui de Treffort en réparation, Jasseron, acquis en 1304, est lui aussi amélioré. Il faut que les officiers se montrent capables et efficaces pour que la chaîne fortifiée fonctionne vite et bien.

  • 9 P. Cattjn, « Remens... », 1343-1344, op. cit., p. 13.
  • 10 A.D.C.O., B 9595, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, Ier compte, peau 8, 1342.
  • 11 P. Cattin, « Remens... », 13451346, op. cit., p. 25.
  • 12 Ibid., 1347-1348. p. 53.
  • 13 Ibid., 1353-1354, p. 97.

14Jean de Crosso est un autre de ces spécialistes de la construction castrale. Il n’a d’ailleurs aucune compétence militaire puisqu’il est clerc9. En 1343, il effectue, alors qu’il est châtelain d’Ambronay, une tournée d’inspection des fortifications aux frontières nord et ouest de la Bresse, durant laquelle il est escorté par le bailli du Bugey10. Deux ans plus tard, il est le maître d’œuvre de la bâtie de Remens-sous-Saint-Germain11 qu'il rejoint pour diriger les travaux, une fois que les matériaux y ont été acheminés. Pendant les travaux, il est envoyé à Saint-Trivier sur ordre du conseil du comte, avec le bailli de Saint-Germain, pour diriger les réparations et l’amélioration des défenses du château12. Il quitte Remens en 1351, à partir du moment où la bâtie est quasiment terminée. Il n’y a d’ailleurs presque aucune dépense pour des constructions après lui13.

  • 14 Id., « Saint-Rambert... », 1320-1321, op. cit., p. 94, 102.
  • 15 Ibid., 1315-1316, p. 67, 69.

15Les capacités personnelles de chaque châtelain sont donc connues du comte et de son conseil. La nomination d'un type spécifique d’homme dans une châtellenie correspond aux besoins de celle-ci. Ainsi un château dont les fortifications et les bâtiments sont à reprendre de manière importante est dirigé par un maître d’œuvre, tandis qu’un château déjà bien défendu, mais situé dans une zone d’âpres conflits, est placé sous la responsabilité d’un homme qui s’est, par le passé, montré vaillant au combat et excellent meneur d’hommes. Pierre de Châtillon est un de ces hommes de guerre, mieux à sa place dans les chevauchées qu’au milieu des maçons et des charpentiers14. C’est peut-être pour cette même raison que le comte exige d’Arthaud de Montfaucon, châtelain de Saint-Rambert et surtout homme de guerre, une obéissance absolue aux ordres d’Antoine de Clermont, le maître d’œuvre envoyé par lui à Luisandre pour y diriger les travaux de la bâtie15. Le châtelain ne fait finalement que payer les maîtres artisans.

  • 16 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 8e compte, peau 30. 1330-1331.

16Cette considération n’est cependant valable que pour les premières décennies du XIVe siècle. L’effort de guerre a beaucoup endetté les comtes vis à vis des châtelains et, au-delà de 1330 et surtout à partir du traité de Chapareillan en 1334, la nomination des châtelains dans une châtellenie plutôt que dans une autre correspond davantage aux capacités de remboursement que peut offrir la richesse de cette circonscription qu'aux connaissances militaires ou architecturales du personnage16. La paix relative qui se met alors en place ne nécessite d’ailleurs plus beaucoup de telles compétences, sauf bien sûr pour quelques châteaux, comme celui de Pont-d’Ain, dont le caractère résidentiel s’affirme et se développe ou pour des constructions de frontière, comme la bâtie de Remens.

Les maîtres artisans

  • 17 A.D.C.O., B 9708, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 5, 1300-1301. (...)
  • 18 A.D.C.O., B 9708, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 5, 1300-1301.
  • 19 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1307-1308, op. cit., t. 1, p. 58.
  • 20 A.D.C.O., B 6749, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1309-1309.

17Au sommet des métiers et des arts, quelques professionnels se dégagent. Ce sont surtout les maçons auxquels sont confiées la conception et la réalisation des tours, des courtines et des bâtiments résidentiels et militaires. Plusieurs d’entre eux apparaissent de manière assez régulière dans les comptes. Le château de Pont-d’Ain qui, par sa taille et l’ampleur des travaux qui y sont réalisés, offre de nombreux exemples de ces maîtres maçons très importants, comme Girard Guiot qui est chargé de commander les travaux de la grande tour en 1298-129917, puis la surélévation de la grande tour de Treffort18 en 1302-1303 et les travaux de Jasseron en 1305-1306, avant de retourner à Pont-d'Ain pour diriger la construction de la tour neuve en 1307-1308. C’est à cette occasion qu'il place des marques de bois pour que les ouvriers ne montent pas les maçonneries plus haut que cela est normalement prévu19, pendant qu’il s’en va diriger la construction d’une tour de plan cylindrique à Treffort20.

  • 21 A.D.C.O., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 5, 1305-1306 ; ibid., B 10 (...)
  • 22 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1340-1342. Cf. aussi P Cattin, « (...)

18À chacun de ces travaux, sa responsabilité est entière et on peut dire qu’elle est alors égale à celle du châtelain. En effet, outre la direction technique des travaux, il en assure la responsabilité financière puisque c’est à lui que l’on confie l’argent nécessaire aux constructions avec la charge de gérer les dépenses en matériaux et en salaires21. Quelques décennies plus tard, il en va de même avec le maître maçon Amédée à qui est confié l’entière responsabilité de la construction de « la tour dans laquelle réside le châtelain » à Pont-d’Ain, puis de la chapelle castrale, après la réalisation de nombreux travaux les années précédentes22.

  • 23 J.-M. Poisson, « La maîtrise d'œuvre dans les chantiers... », op. cit., p. 170.

19Ces maîtres artisans agissent comme maîtres d’œuvre à part entière puisqu’ils sont mandatés directement par le comte et que leur responsabilité dans les constructions double celle du châtelain local. Cependant, il ne me semble pas qu’ils compensent forcément les défaillances de ce dernier. L’indépendance relative de leur action vis-à-vis du châtelain local vient plutôt de la très grande importance des travaux. Ces maîtres de métier ne sont pas les seuls à œuvrer sur le chantier. D’autres maçons aussi y élèvent des maçonneries et plus il y a de travaux, plus il y a de maîtres. Le châtelain dirige l’ensemble, mais certaines parties des constructions lui échappent. J.-M. Poisson a remarqué que l’on pouvait mettre en relation la quantité des maîtres œuvrant en même temps sur le même chantier avec l’ampleur des travaux réalisés. Cette situation permet d’établir une hiérarchie des chantiers en fonction de l’encadrement professionnel. Ainsi, dans les chantiers mineurs, il n’y a qu’un maître par métier, parfois pas du tout. Tandis que sur les grands chantiers, comme ceux de Pont-d’Ain ou du Bourget, il peut y en avoir sept du même corps23.

20Le rôle du châtelain en matière de maîtrise d’œuvre couvre la plus grande part de l’encadrement. Cependant, on se rend compte, par ces exemples, que le statut administratif et le niveau social n’interviennent absolument pas dans le choix des maîtres et de la distribution des responsabilités et des constructions. La compétence l’emporte et surtout on sait faire travailler ensemble plusieurs personnes d’horizons différents sur un ensemble de constructions communes pour aller vite, pour faire bien.

21Une étude des besoins matériels, le choix d’un calendrier, une analyse du site, une préparation militaire et un montage financier sont nécessaires pour que le projet soit viable et que le bâtiment nouveau puisse tenir son rôle.

La commission technique d’évaluation

  • 24 « Pour les dépenses du sire de Fromentes, du seigneur Humbert de Langes, du seigneur Pierre de Geno (...)

22Pour ce faire, une sorte de commission se réunit pendant plusieurs jours sur les lieux pour étudier les besoins, faire des relevés et des mesures, établir des choix, mettre en place un programme et estimer à combien vont s’élever les travaux24. Elle se compose de membres du conseil, des receveurs de travaux, de châtelains spécialistes de la maîtrise d’œuvre, de maîtres artisans et de financiers. Parmi les artisans se trouve, pour l'aula de Pont-d’Ain, le maître maçon Jean Amédée qui va s’occuper lui-même de plusieurs autres constructions.

23À cet égard, il faut remarquer qu’après les nobles, l'ordre de citation place les charpentiers avant les maîtres maçons, ce qui leur confère une importance plus grande dans la hiérarchie des acteurs. Cela vient de la très grande importance du bois dans les constructions. C’est en effet le charpentier qui détermine la largeur des édifices en fonction de la longueur des poutres dont il peut disposer. C’est lui aussi qui intervient dans la pose des corbeaux de pierre pour la répétition régulière des supports et des assemblages des charpentes, des planchers et des gabarits pour les cintres des portes et des fenêtres.

  • 25 J.-M. Poisson, « La maîtrise d’œuvre dans les chantiers... », op. cit., p. 171.

24Cette commission travaille sous la houlette d’un conseiller du comte, en l’occurrence Antoine de Clermont, maître d’œuvre des travaux du comte de Savoie, membre du conseil du seigneur et receveur général25. Cette accumulation de fonctions pour un seul homme permet la mise en correspondance de tous les éléments relatifs à un projet. Les nobles déterminent les besoins et le concept architectural, les maîtres enregistrent et font éventuellement des remarques et des propositions sur ce qui est demandé et sur ce qu’il est possible de réaliser en moyens et en temps. Les financiers donnent une estimation des coûts et ce qu’ils peuvent financer. Ces financiers sont eux aussi souvent les mêmes et on retrouve sans exception Ayron le Juif qui réside à Saint-Germain jusqu’à sa mort en 1336. La mise en commun des connaissances et des compétences de chacun des membres de la commission aboutit à un programme précis qui peut être remanié ou modifié en fonction des réalités économiques, techniques ou politiques, mais qui s’appuie malgré tout sur une réflexion de base et une mise en place préalable des moyens et une organisation chronologique des travaux.

  • 26 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 54.
  • 27 R. Recht, « Quelques aspects de la construction médiévale », dans Dossiers d’archéologie, no 219, 1 (...)
  • 28 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit. t. 2, p. 119.

25Il apparaît bien qu’en Savoie, pour les artisans, tels que les perriers, les maçons et les charpentiers, il y ait une organisation rationnelle des interventions pour éviter l’attente des corps de métiers sur le chantier. Ainsi fait-on très attention à ce que les perriers livrent bien « aux jours assignés » les pierres qui leur ont été commandées26. La mise au point des travaux réalisés en série avec une adéquation des productions de matériaux est un procédé assez généralisé en Europe depuis le XIIIe siècle. Cela a modifié sensiblement les conceptions architecturales, les coûts et les temps de construction27. La production de chaux est également calculée dans des impératifs de temps et de quantité, comme en témoigne en juin 1340 à Pont-d’Ain, la crainte d’en manquer alors que l’on vient de réaliser un très gros raffour28.

Les vérificateurs et examinateurs des travaux

  • 29 Ibid., « Pont-d’Ain... », 1328-1329, op. cit., t. 2, p. 8 ; « Saint-Rambert... », 1315-1316, , op. (...)
  • 30 Id., « Pont-d’Ain... », 1316-1318, t. 1, p. 98, 102.

26De même, une fois les travaux terminés, il faut estimer et vérifier l’exacte mesure des constructions pour mettre en relation ces mesures avec celles déclarées par le maître artisan dans son attestation écrite et présentée par le châtelain au rendu des comptes. Des taxateurs, des estimateurs et des receveurs des travaux se rendent sur les chantiers pour effectuer ces contrôles et pour établir les mesures totales de plusieurs constructions qui sont enregistrées de manière globale sur le compte29. Les vérifications, les attestations et les rapports qui sont délivrés ne concernent souvent que les travaux de maçonnerie et ceux des tranchées lorsqu’ils atteignent une certaine importance en longueur, en volume et en nombre. D’ailleurs, lorsque ces derniers s’étirent sur plusieurs exercices, on demande parfois au châtelain d’omettre volontairement les dépenses déjà engagées et de ne présenter qu’à la fin des travaux, l’ensemble des reçus30. Il est ainsi beaucoup plus facile de vérifier les mesures et les paiements correspondants.

  • 31 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4. 1321-1322.
  • 32 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 19, 1340-1342.
  • 33 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1312-1314, op. cit., p. 60.
  • 34 Id., « Pont-d’Ain... », 1336-1338, 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 84, 100.

27Les reçus des receveurs confirment ceux que les maîtres ont fournis au châtelain à leur paiement31. Il arrive pourtant que les deux attestations ne s’accordent pas et qu’une seconde expertise soit ordonnée pour vérifier qui, du châtelain ou du receveur, a commis une erreur dans le relevé des mesures32. Les examinateurs s’opposent aussi aux dépassements budgétaires que des châtelains se permettent parfois de faire sur des paiements de travaux à la tâche. Les châtelains doivent absolument respecter les conventions établies entre les conseillers et les maîtres artisans sous peine de ne pas se faire accorder la prise en charge de ces frais supplémentaires par la châtellenie et de devoir supporter le surcoût sur leurs propres deniers33. Il arrive que les prévisions soient fausses et qu’il faille davantage de travail en temps et en matériaux pour terminer les œuvres. Le châtelain doit alors en référer au bailli et au comte. Il y a alors des augmentations de salaires pour le prix des tâches, mais elles sont toujours décidées par le comte ou son conseil34.

  • 35 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17. 1340-1342 ; ibid.. B. 9582, Comp (...)
  • 36 Id., « Saint-Rambert... », 1312-1312, op. cit., p. 56.
  • 37 Id., « Pont-d’Ain... », 1314-1315, op. cit., t. 1, p. 91, 104, 117 ; « Billiat... », 1351-1352, op. (...)
  • 38 Id., « Billiat... », 1341-1342, op. cit., p. 209.
  • 39 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 3e compte, peau 6, 1350-1351. Cf. aussi P (...)

28Pour justifier les dépenses, éviter des litiges et des vérifications, les châtelains sont parfois accompagnés par les maîtres artisans qui jurent devant les receveurs du compte qu’ils ont effectivement réalisés ce que déclare leur reçu35. Parfois, ils se font aussi accompagner par des juifs ou des « cahorsins » qui ont avancé l’argent nécessaire pour la réalisation de travaux36 ou bien ils ont pris soin de faire établir les reçus par des notaires publics ou par des jurés de la cour37. A partir de 1343 et l’avènement du comte Amédée VI, un nouveau règlement est édicté pour la tenue et le compte rendu des recettes et des dépenses de la châtellenie. Tous les châtelains ont une copie de ce règlement et « l’original est conservé dans la salle voûtée des comptes du seigneur »38. Les châtelains jurent sur les Évangiles de donner tous les détails des paiements et de ne pas tenter d'escroquer le comte sous peine d’une très forte amende qui leur sera infligée pour chaque erreur39.

  • 40 Id., « Saint-Rambert... », 1339-1340, op. cit, . p. 190.
  • 41 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1312, op. cit., t. 1. p. 83. 86.
  • 42 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 24, 1342-1346.

29Les vérificateurs ou examinateurs des travaux sont des membres du conseil comtal, des receveurs généraux, des familiers ou des clercs ayant des compétences en matière de construction et de maîtrise d’œuvre, comme Antoine de Clermont ou Humbert Didier40. Ce sont aussi des châtelains qui sont reconnus comme ayant de réelles compétences en matière d’architecture à l’instar de Thorin de Montmélian ou de Jean de Crosso ou des baillis de Bresse et du Bugey41, voire des maîtres artisans spécialement mandatés pour cela par le conseil42.

Les moyens financiers et techniques

Les montages financiers

30En même temps que s’élaborent les choix architecturaux, se monte le programme financier. Nous avons vu plus haut les multiples sources des financements, comptes des châtellenies, des péages, des œuvres civiles et militaires, des receveurs généraux, des judicatures. A ces revenus s’ajoutent des levées spéciales appelées subsides.

  • 43 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1296-1298, op. cit., t. 1, p. 21-23 ; « Saint-Rambert... », 1330-1331 (...)
  • 44 A.D.C.O., B 6769, Compte d’œuvre, levé à Bagé. 1345-1345.
  • 45 Id., P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1296-1298, op. cit., t. 1, p. 21-22 ; « Remens », op. cit., p. 1 (...)

31Parfois, les comptes de subsides concernent des achats de terres, de droits ou des compensations de guerre. Vers 1330, un subside est levé en Bugey pour indemniser le Dauphin des prises des châteaux de Saint-Germain, Saint-Martindu-Frêne et la maison de Corlier43. Cette indemnisation s’est faite sous la houlette et le contrôle du roi de France. Les subsides financent plus souvent une partie des comptes d’œuvre, comme celui levé en 1344, dans la région de Bagé, pour financer des travaux de fortification à Saint-Trivierde-Courtes et à Treffort44. Outre les subsides, les comptes d’œuvre regroupent plusieurs recettes dont des revenants bons de châtellenies, des emprunts, le paiement en avance de plusieurs années de cens par les banquiers. Le total des recettes est destiné à payer une construction spécifique ou un ensemble de travaux importants C’est ce même type de comptes qui constitue, par exemple, l’essentiel des financements des premières années de travaux des châteaux de Pont-d’Ain et de Remens45.

  • 46 Id., « Saint-Rambert... », 1329-1330, op. cit., p. 156.
  • 47 Cf. annexes, p. 381.
  • 48 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1312-1314, op. cit., p. 62.

32A ces financements organisés et strictement gérés par un officier délégué par le comte de Savoie, s’ajoutent les emprunts que l’on exige des châtelains. Ces prêts se font de manière indirecte, c’est-à-dire que les châtelains prennent sur leur fortune personnelle pour payer les dépenses générées par les travaux. Les dettes ainsi accumulées au fil de quelques exercices peuvent s’élever à plusieurs centaines de livres. Le comte de Savoie est débiteur de plus de 900 livres envers Jean Bérard, alors qu’il était châtelain de Saint-Rambert46. Très souvent, les dépenses dépassent de beaucoup les recettes globales des châtellenies. Il arrive parfois que le déficit d’un exercice s’élève à près de 3 fois le montant total des recettes. En 1312, le châtelain de Saint-Rambert a déboursé 940 livres en un peu plus de deux ans tandis que les recettes s’élevaient à seulement 347 livres47. Cela correspond à la construction de la bâtie de Luisandre que le châtelain de Saint-Rambert, Henri de Surjoux, a financé presque entièrement par lui-même. La dette reconnue par les receveurs à la fin du compte s’élève à 612 livres, 7 sous et 11 deniers48. Les prêts consentis par les châtelains forment donc une part importante des moyens de paiements des constructions.

  • 49 A.D.C.O., B 9164, Compte de la châtellenie de Pont-de-Vaux, peau 4, 13481349.

33Le financement des travaux s’effectue aussi par le paiement direct d’un fermage pour un volume préétabli de maçonnerie. C’est ainsi que le fermier du commun de la ville de Pont-de-Vaux paye sa redevance par la réalisation de seize toises de mur (huit pour la ville, huit pour le château49). À mon avis, ce système est exceptionnel, car il n’apparaît qu’une seule fois dans l’ensemble des comptes étudiés. Il correspond sans doute au manque de main d’œuvre et à l’augmentation des salaires au lendemain du passage de la peste noire.

  • 50 P. Cattin, « Billiat... », 1321-1322, op. cit., p. 104.
  • 51 Id., « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 30.
  • 52 Id., « Pont-d’Ain... », 1305, op. cit., t. 1, p. 35.
  • 53 A.D.C.O., B 10148, Compte de la châtellenie de Treffort.1er compte, peau 4, 1299-1300.
  • 54 P. Cattin, « Billiat... », 1324-1325, 1325-1326, 1329-1330, 1342-1344, op. cit., p. 124-126, 131, 1 (...)

34Aux financements s’ajoutent les aides matérielles. Ainsi une châtellenie paye et livre du bois, du fer, de la chaux, voire des éléments de défense en bois en pièces détachées à un château qui peut être assez éloigné. Billiat envoie par flottage d’importantes quantités de bois pour Saint-Germain50. Pont-d'Ain livre un chaffal tout neuf à Remens51 et à Luisandre52, Treffort en fait autant pour Montdidier53. Et la châtellenie de Billiat envoie par flottage sur le Rhône des troncs d’arbres pour les réparations de châteaux ou la construction de bâties comme celle de Jonage54. Il y a d’un château à l’autre et de la part du bailli une excellente connaissance des réserves en matériaux dans chaque châtellenie. Ainsi le bailli ordonne au châtelain de Saint-Germain de livrer à Remens la chaux qui lui reste d’un chantier vieux de deux ans.

35Ces multiples sources et systèmes de paiements des travaux forment une palette de moyens financiers qui permettent, sans jamais se regrouper sous une seule gestion centralisée, de mener les projets à terme. Ce système est en apparence compliqué, mais il n’est pas forcément archaïque ni inopérant. Il serait même remarquablement efficace eu égard à la souplesse de son fonctionnement qui permet au comte de toujours répondre à des besoins. Ce dernier peut obtenir une masse d’argent importante en mettant à contribution une multitude d’éléments administratifs, comme les châtellenies, les péages, la justice. On peut même penser que l’endettement contracté auprès des châtelains n’est pas un pis aller, mais une source de financement mise à profit de manière rationnelle et spéculative. Cet endettement serait alors étroitement lié à la stratégie militaire du grignotage territorial. Le comte s’endette auprès d’un châtelain en misant sur les gains de territoires qu’il pourra effectuer dans les années à venir. Le château devrait logiquement se retrouver en arrière de la zone frontalière et, de ce fait, perdre de son importance militaire. Le comte peut alors l’inféoder contre épurement de la dette et paiement d’un droit d'introge.

  • 55 G. Castelnuovo, Ch Guilleré. « Les finances et l’administration de la maison de Savoie au XIIIe siè (...)

36On peut penser que cette spéculation est bilatérale et que le châtelain avance ces fortes sommes dans la perspective de se retrouver maître à part entière d’un château et d’un territoire. Au pire, il est assuré de poursuivre une carrière administrative dont ses enfants pourront profiter également puisqu’elle est entièrement liée à la dette due par le comte. On se rend compte que, passées les premières années de l’installation des châtelains dans une région nouvellement acquise, il se forme des lignages qui ensuite, fournissent aux comtes des officiers zélés, formés par leurs parents et étroitement liés au prince55.

37Il convient donc de ne pas systématiquement considérer l’endettement du comte de Savoie vis-à-vis de ses officiers comme un pur palliatif à ses besoins d’argent, mais comme un élément réfléchi de la stratégie militaire à laquelle les débiteurs ont tout intérêt à participer.

  • 56 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1321-1322, op. cit., p. 110.

38Si les paiements effectués en argent ou en livraisons de matériaux ne transitent pas par un organisme central, il n’en existe pas moins une connaissance et une gestion stricte et centralisée des réserves et des capacités de chacun. Les baillis semblent tenir un état du matériel et des armes dont dispose chaque château en réserve. De même, les receveurs sont parfaitement informés des diverses sources qui permettent le financement total de grands travaux. Ils n’omettent pas de contrôler très étroitement les recettes et les dépenses effectuées par les châtelains ou les officiers chargés de gérer un compte d’œuvre. Ainsi, Amédée Ponsard, châtelain de Saint-Rambert, déclare ne pas avoir reçu le versement d’une moitié du revenu du fermage d’un four tel que le comte l’avait ordonné au fermier. L’enquête établit qu’il ment et il est condamné à 500 livres d’amende56.

39Les montages financiers sont en correspondance avec le rythme des constructions qui sont elles-mêmes liées aux événements politiques et militaires. Les travaux, donc leurs financements, sont pensés et conçus en fonction de la guerre. Ils alternent avec les chevauchées, les grandes opérations militaires tels que les sièges et les périodes de trêves.

  • 57 Cf., annexes, p. 379.
  • 58 Ibid., p. 100.

40En 1284, en plein cœur de la guerre bourguignonne, aucune dépense n’est réalisée pour le château de Saint-Trivier, alors que 82,41 % des recettes de la châtellenie sont dépensées en chevauchées, renforts de la garnison, espions et messagers. A contrario, en 1291-92, 37,18 % des recettes sont investies dans les constructions et le renforcements du château et 5,84 % seulement pour les espions et les chevauchées57. En 1305, un an après l’avoir acheté, le comte Amédée V fait réaliser de grands travaux dans le château de Jasseron. Il est dépensé plus que la châtellenie n’a reçu d’argent (117 %). Sur le même exercice, les chevauchées et les gardes ont coûté seulement 11,40 %58. Des dépenses. Ainsi qu’on peut le voir, un bon nombre de moyens financiers peuvent subvenir aux besoins architecturaux. On peut les mettre à contribution séparément ou ensemble en fonction des besoins, en fonction aussi des capacités de chacun, ce qui révèle à l’évidence une connaissance et une maîtrise des possibilités financières et implique une saine organisation des coûts de construction.

41Afin qu'il n’y ait le moins de distorsion possible, ni d'incompréhension dans le projet architectural, dans sa réalisation, ses vérifications et son paiement, des normes de mesures de maçonneries ont été mises en place. Elles sont connues de tous et appliquées de manière systématique pour toute construction castrale, qu’elle soit résidentielle, défensive, neuve ou rénovée.

La mesure des travaux

  • 59 Supra, p. 219.

42Pour avoir une connaissance précise des besoins financiers, matériels et humains que nécessite un ensemble de constructions dans une campagne architecturale définie, il convient de déterminer le plus justement possible les mesures des éléments de maçonnerie. Afin de faciliter les calculs prévisionnels et ensuite ceux de la vérification des travaux effectués, les comtes de Savoie et leur conseil ont mis en place un système standardisé des hauteurs de maçonnerie. Certes, il existe, selon les régions savoyardes, différentes unités de mesure, mais ce système standardisé applique une unité valable dans toute la principauté puisque les mesures sont dites à la toise ou au pied du seigneur (ad teysiam domini ; ad pedum domini). Cette mesure officielle correspond à celle de Montmélian59.

43Ainsi les membres de la commission technique et financière, de même que les vérificateurs et les receveurs des travaux comptent pour une muraille le nombre de toises qu’elle contient en longueur puis ils multiplient cette longueur par la quantité de hauteur standardisée sur laquelle elle s’élève. Ils obtiennent ainsi une longueur déclarée qui ne correspond pas véritablement à la longueur effective du mur à sa base, mais au double ou au triple selon que l’on a élevé le mur de deux ou trois hauteurs standard. Ce système s’applique à tous les murs, quelle que soit leur épaisseur. Celle-ci est en revanche bien précisée dans les comptes, car on ne paye pas au même prix un mur de deux pieds d'épaisseur et un de quatre.

  • 60 P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1318-1319, op. cit., t. 1, p. 103-104.

44Le compte rendu par Guillaume d’Oncieu, en avril 1319, pour le château de Pont-d’Ain, fait état d’une longueur de 111 toises de maçonnerie à la mesure du seigneur pour la nouvelle grande salle du comte60. En appliquant 1,88 mètre pour la valeur d’une toise, on obtient une longueur totale de 208,70 mètres. Or la grande salle est longue de 45,90 mètres et large de 12,30 mètres, soit un total de 70,50 mètres pour trois murs seulement puisque le quatrième est la courtine déjà construite contre laquelle s’appuie cette grande salle. Cette mesure de 70,50 mètres correspond, à 50 centimètres près, au tiers de la longueur donnée par les comptes.

  • 61 Ibid., t. 1, p. 32.
  • 62 A. Kersuzan, « L’organisation technique et financière des chantiers dans la construction des châtea (...)

45On peut en conclure que les 111 toises de la grande salle sont en réalité composées de trois rangées de maçonnerie superposées et d’égale hauteur. Chaque rangée est d’une hauteur équivalante au tiers de celle des murs de la grande salle. La hauteur des murs gouttereaux est actuellement de 14,50 mètres. En la divisant par trois on obtient le chiffre de 4,83 mètres, soit environ 2,5 toises (4m70). Certes, la hauteur actuelle ne saurait être prise pour absolument identique à celle de 1319, mais elle peut en être assez proche. Cette hypothèse se confirme par les mesures de la courtine contre laquelle est construite la grande salle. Cette courtine est dite « triplée » lors de sa construction en 130561 et les murs élevés contre elle pour la grande salle sont aussi hauts puisque le chemin de ronde établi au sommet en fait le tour62.

46D’autres exemples viennent valider cette proposition. En 1335, on construit 186 toises de mur entre la haute et la basse-cour du château de Pont-d’Ain, soit 374 mètres alors que la distance n’est que de 125 mètres environ, soit le tiers. Cette muraille est, elle aussi, dite « triplée ». De nos jours, il n’en reste qu’une moitié en longueur, mais ce qui en subsiste s'élève à 14,10 mètres comme la plupart des autres courtines du château. Cette hauteur de courtine se retrouve dans tous les châteaux de la région qui conservent des élévations intactes ou des ruines de murailles allant jusqu’aux trous de hourds (Saint-Germain, Saint-André, Ambronay, Jasseron).

47On peut donc penser que toute maçonnerie s’élevait au moins à 4,70 mètres en hauteur, soit 2,5 toises, unité standard d’élévation quelle qu’ait pu être son épaisseur. Toute élévation supérieure à cette unité comptait forcément un multiple de cette unité. Cette dernière engendrait logiquement une uniformisation de la hauteur des plafonds qu’on retrouve très souvent à plus ou moins 4,70 mètres (soit une hauteur standard) dans les châteaux encore debout ou dans les trous de boulins et les corbeaux encore en place dans les ruines.

  • 63 A.D.C.O., B 9527, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, Ier compte, peau 2, 1341-13 (...)

48Par ce système, les membres de la commission technique qui visite les châteaux avant de prendre toute décision de travaux avaient tôt fait de calculer les besoins en pierre, en mortier et autres matériaux nécessaires comme le fer, le bois et les perches des échafaudages. Par exemple, l’extraction de pierres pour les constructions est exprimée dans les comptes en longueur de murs63. Ils pouvaient aussi calculer à l’avance le nombre d’ouvriers et de manœuvres nécessaires pour la durée prévue ou voulue des travaux. En conséquence, ils pouvaient estimer assez justement le coût total de la construction et ainsi le montage financier de l’opération pouvait débuter.

49La connaissance de ce système unifié des mesures architecturales permet de proposer assez justement des élévations de bâtiments pourvu qu’on en ait la trace au sol et le détail dans les comptes. Mais il faut demeurer prudent, car dans les comptes détaillés les receveurs, tout comme les maîtres et les châtelains, ont très souvent tendance à grouper les mesures linéaires de murs élevés dans différentes constructions. Cette pratique correspond à des maçonneries, de même épaisseur, réalisées par le même maître, durant le même exercice comptable. Ces groupements de travaux, à défaut de nous détailler les mesures des constructions nous fournissent, malgré tout, une preuve supplémentaire de l’existence d’un système standardisé des mesures et des calculs.

50Avant de devenir une réalité visible et formelle, les constructions s’établissent sur des réflexions intellectuelles et politiques puis sur l’établissement d’un programme, des considérations techniques et financières. L’ensemble de ces éléments s’articule autour d’une organisation technique et administrative. L’expansion territoriale, la guerre qui y est liée et le contrôle des régions ont logiquement contraint les comtes de Savoie à orchestrer les compétences. L’organisation est à la fois pyramidale et collégiale, c’est-à-dire que les décisions viennent du comte, maître d’ouvrage et décideur suprême. Les autres instances ont chacune un pouvoir, mais leur fonctionnement n’est pas cloisonné ni hermétique. Les châtelains peuvent n'être que de simples exécutants ou des conseillers écoutés. Les membres du conseil sont tour à tour décideurs, organisateurs et vérificateurs des travaux. Les sources financières sont mises à contribution selon le même procédé d’utilisation des capacités spécifiques de chacune en quantité et dans le contexte.

51L’organisation et la gestion des chantiers reposent donc sur un ensemble de compétences qui interviennent chacune dans leur domaine de manière concertée. Le fonctionnement est souple et permet une adaptation à chaque cas tout en restant toujours dans le cadre général des choix et de la politique comtale.

Le prix du travail

  • 64 I. Chave, « Guillaume Milles dit le Tailleur, maître des œuvres du roi en la vicomté d’Alençon, act (...)

52Il n’existe pas de salaires payés, au moins en partie, par de la nourriture ou de la boisson comme cela se pratique parfois en d'autres régions64. Tout travail est rémunéré en argent selon les difficultés de celui-ci et la qualité que l'on recherche. Il est cependant très difficile, sinon impossible d’établir des équivalences entre les salaires payés aux différents corps de métiers. Les travaux réalisés sont trop différents en genre et en quantité. De plus, il est souvent inclus, dans la même dépense, plusieurs ouvrages ou bien on trouve mêlés au prix du travail, le coût des matériaux et celui du transport. Les comptes sont des synthèses et à ce titre ils regroupent différents types de paiements. 11 faudrait posséder les reçus et les attestations à partir desquelles les comptes furent dressés (particula) pour faire une étude juste et précise de tous les salaires et de tous les matériaux. Néanmoins, les comptes demeurent une mine de renseignements à propos des systèmes de rétributions, des niveaux de salaires entre les métiers, des différents prix pour les matériaux.

Les différents systèmes d'embauche

53D’une manière générale, les salaires payés se présentent sous deux formes. Le forfait pour un travail global, précisément défini, appelé « à la tâche » et un salaire fixe payé par journée de travail effectué. C’est ainsi que les travaux sont payés à la tâche lorsqu’ils relèvent du gros œuvre avec des difficultés importantes de réalisation et par conséquent d’une durée supposée assez longue, ne pouvant être précisément calculée à l’avance. A l’inverse, des travaux sont payés à la journée lorsque, sans être moins importants ou primordiaux, on peut plus justement en déterminer la durée, donc le prix. La comparaison des deux coûts prévisionnels fait choisir l’un ou l’autre mode de paiement. Le choix entre la tâche et la journée prend aussi en considération la qualité désirée du travail. Moins pressé par le temps, le maître d’œuvre est plus exigeant quant à la finition des travaux réalisés à la production. De ce fait, un certain nombre d’ouvriers est souvent payé sur le même mode, tandis que la majeure partie connaît les deux systèmes. Malgré leur radicale différence, ces deux principes ne s’opposent pas et ont très souvent d’importantes répercutions l’un envers l'autre.

• Les salaires à la tâche

54En théorie, l’adjudication d’une tâche offre au maître d’ouvrage des conditions plus favorables que le travail à la journée. Le jour de la mise aux enchères, ce dernier peut espérer obtenir un moindre prix pour un travail complet. En réalité, l'avantage de l’adjudication n’est pas systématique et le relevé complet des procédures d'embauche laisse entrevoir que le choix se fait plutôt à partir de la nature des travaux et des avantages financiers correspondants.

  • 65 Cf. supra, p. 301.
  • 66 E. Dullin, Les châtelains dans les domaines de la maison de Savoie en deça des Alpes, Grenoble-Cham (...)

55Pour fixer la mise à prix des travaux, on effectue des études préalables. On a vu plus haut que des châtelains et des maîtres spécialisés viennent à Saint-Rambert ou Pont-d’Ain « pour voir à combien peuvent s'élever les dépenses des travaux que le seigneur entend faire ici »65. Ensuite, le châtelain ou le bailli et ses agents rédigent les marchés et les font annoncer en place publique, trois fois dans les huit jours qui précèdent la mise aux enchères. À partir de 1335, cette disposition est, sur ordre du comte de Savoie, devenue obligatoire66.

  • 67 P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p. 7677.

56L’adjudication se fait au rabais. C’est-à-dire que pour un travail clairement établi, chaque maître propose de l’effectuer pour moins cher que la mise à prix. On peut aussi, pour le prix fixé par l’adjudicateur, surenchérir sur la quantité de travail. Le chantier est adjugé au plus offrant dans l’un ou l’autre des systèmes. On dit « au mieux disant », cette expression étant encore utilisée de nos jours. L’exemple des poutraisons de la tour neuve du château de Pont-d’Ain, en 1311, est significatif. Le châtelain paye à la journée la réalisation et la pose des poutres des deux premiers étages tandis que le bailli paye à la tâche, les mêmes travaux, pour le troisième étage67. Le maître charpentier. Roux, chargé de ces travaux est pourtant le même. Il est également responsable de la fabrication et de la manipulation de l'engin pour élever ces poutres et tout ce travail est effectué, sans discontinuité, durant 14 jours. La différence s’explique par la technique utilisée. On commence la pose par le troisième niveau dont les poutres, ayant aussi à soutenir les piliers de la toiture, sont plus compliquées à réaliser et plus hautes à installer. Ne pouvant déterminer avec précision l'ampleur ni la durée de ce travail on le paye à la tâche. Si des complications apparaissent et que ce travail prend plus de temps qu'on le désire, on limite ainsi la dépense. Pour les étages inférieurs, on travaille plus simplement, moins haut et à l’abri, on peut donc faire plus vite et le charpentier est payé à la journée.

  • 68 Ibid., 1329-1330, t. 2, p. 15.
  • 69 Ibid., 1330-1331, p. 24.

57D’autres travaux sont également payés à la tâche à cause des éventuelles difficultés que l’on peut rencontrer pour les réaliser. Par exemple, le creusement des tranchées est plus généralement payé à la journée, mais pour des élargissements et des approfondissements dans des zones précises que l'on connaît pour être difficiles, parce que le rocher y est homogène et dur, on fait une offre à la tâche. Ainsi en 1329-1330, le maître terrassier (terraillon), Pierre de Bourg doit, sur ordre du bailli, effectuer à la tâche et pour 50 livres, de gros travaux dans la tranchée et sur le « dos d’âne » du château de Pont-d’Ain. Finalement, le travail est beaucoup plus facile qu’on ne le pense et le paiement au forfait fait perdre de l’argent à la châtellenie. Le châtelain décide, alors, de payer le maître et ses aides à la journée, avec des taux différents en fonction des compétences de chacun. L’économie ainsi réalisée est d’environ 28 livres68. Évidemment, Pierre de Bourg n’est pas d’accord et réclame la différence, déclarant que toutes ses journées ne sont pas payées ni celles de ses ouvriers. Il obtiendra, en partie, réparation environ deux ans plus tard69.

58Lorsqu’elle se fait aussi en dehors du mandement de la châtellenie, l’adjudication est en général moins avantageuse pour les maîtres de métiers. En effet, les maîtres artisans qui ne sont pas originaires de la châtellenie ou de sa proche région ont à compter, pour eux et pour leurs ouvriers et apprentis, des frais de déplacement et d’hébergement. Cela limite leur marge de manœuvre dans les négociations pour descendre dans les prix ou pour monter dans la quantité de travail tandis que, résidants sur place, des artisans n’ont pas ces frais annexes et peuvent davantage marchander, ce dont tirent profit les finances de la châtellenie. A la différence de prix liée à l’éloignement du lieu d’origine du maître artisan, peut s’ajouter une erreur d’appréciation dans la difficulté des travaux donc du système de rémunération et entraîner un surcoût important, tel que le montre l’exemple cité plus haut, à propos du terraillon Pierre de Bourg.

59On ne peut établir absolument une relation entre le type de métier et le choix de l’une ou l’autre des procédures d’embauche. Il n’empêche que la spécificité de certains métiers ou travaux entraîne qu’ils soient plus souvent payés selon le même principe. Les maîtres maçons sont presque toujours embauchés à la tâche et les simples manœuvres à la journée.

  • 70 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 6, 1340-1342 ; ibid., B 6687, Compte (...)
  • 71 Ibid., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 6, 1342-1346.
  • 72 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p. 77, 100101 ; « Remens... », op. cit., p (...)
  • 73 C’est un des multiples exemples démontrant cette façon de compter les toises. Ibid., « Pont-d’Ain.. (...)

60L’embauche au forfait se fait, selon la nature du travail, de plusieurs manières pour les maîtres maçons. Tout ce qui est construction de murs ou de murailles leur est payé à la tâche, mais le prix global est divisé par autant de toises qu’il est prévu de construire70. Ainsi on connaît le prix fixe et unitaire de chaque toise. On applique ce principe parce que, outre les vérifications précises qu’il permet aux receveurs des travaux, on ne paye en acompte que ce qui est véritablement réalisé si d’aventure les constructions ne sont pas terminées à la fin de l’exercice71 ou si le maître artisan est malade et qu’un autre reprend le contrat. Chaque maître est donc payé pour le nombre de toises qu’il a effectivement réalisé72. Les comptes sont d’ailleurs suffisamment explicites puisqu'ils déclarent, par exemple, payer à Jeannet Rolet « pour 18 toises de mur » et non pour un mur de 18 toises73. Il est évident que le prix payé pour une toise varie, ici aussi, en fonction de l’épaisseur du mur.

61La seconde manière applique le paiement global pour la réalisation complète d’un ouvrage architectural moins massif, mais plus compliqué à réaliser et faisant appel à des techniques sophistiquées. Ce sont par exemple, les voûtes des portes, les raffours, les manteaux de cheminée, les marches d’escaliers, etc...

  • 74 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 6, 1340-1342 ; ibid., B 6698. Compte (...)

62Outre leur aptitude à élever d’épaisses murailles parfaitement verticales et homogènes, les maçons sont tous des tailleurs de pierres plus ou moins qualifiés. Le mot « lathomus » les désigne aussi bien pour la construction d’un mur que pour la taille des corbeaux ou des pierres d’angles. La taille des pierres leur est exclusivement payée à la tâche selon le même principe que les toises de murs. Les pierres sont toutes d’une même hauteur standard ce qui permet de ne compter que la longueur totale de pierre taillée74. Le prix est fixé pour un pied et multiplié par autant de pieds que l’on trouve. Les tailleurs de pierre ne sont donc pas payés à l’unité réalisée parce que les pierres n’ont pas toutes la même longueur. C’est pour cette raison, sans doute, que l’on ne peut voir de marques de tâcherons sur les pierres des châteaux.

63L’adjudication d’une tâche peut être octroyée à un maître maçon plutôt qu’à un autre parce qu’il possède une assistance technique plus importante. Beaucoup d’artisans sont secondés par un apprenti et par un ou plusieurs valets qui souvent ne sont pas dépourvus de qualification. Les comptes nomment ces derniers « compagnons » (socii). Cette aide spécialisée garantit un travail de qualité effectué dans des temps plus courts qui entraînent des économies importantes sur les salaires payés à la journée aux manœuvres qui aident les maîtres.

• Les salaires à la journée

  • 75 A.D.C.O., B 9944, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 3, 1304-1305 ; ibid., (...)
  • 76 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit.. t. 2, p. 62 ; « Saint-Rambert... », 1315-1316, o (...)

64Tous les maîtres reçoivent l’aide de manœuvres embauchés et mis à leur service par le châtelain. Ces gens, originaires de la châtellenie, ne possèdent pas de compétence particulière et travaillent essentiellement aux transports des matériaux, tels que celui des pierres extraites de la tranchée, de la chaux, du sable et de l’eau vers le chantier puis vers les gâcheurs de mortier et enfin sur les échafaudages, le chargement et le déchargement du bois et de la terre, la manipulation des engins, etc... Ces manœuvres sont des hommes autant que des femmes75. Il arrive qu’il y ait aussi des enfants76. Il n’est pas envisageable de payer ces transports à la tâche puisque ce n'est pas là du travail de maître, qu’aucune difficulté technique ne peut apparaître et qu’à défaut d’être fatigant, c’est un travail simple et facile. Surtout, il s’agit d’un travail de collaboration qui n’a pas à durer plus que les travaux qui les commandent et qui entraîne une embauche que le châtelain propose au jour le jour. Ce principe empêche l’absentéisme puisque les gens sont payés en fin de semaine au nombre de journées de présence et qu’il y a certainement des vérifications pour ne payer que ceux qui sont effectivement venus sur le chantier.

  • 77 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 56, 98.
  • 78 Ibid., 1312-1312 t. 1, p. 51-52.
  • 79 Ibid., t. 1, p. 55.

65Il existe pourtant des travaux précis et géographiquement bien définis dans le château comme l’étalage de la terre sur les toitures et sur les planchers ou le nettoyage des chantiers ou le curage des écuries qui sont adjugés à la tâche, aux plus offrants des manœuvres qui, pour le coup, ne travaillent pas aux ordres d’un artisan, mais seuls et sous la responsabilité directe du châtelain. Ces manœuvres effectuent ainsi plusieurs tâches, dont les coûts sont groupés dans les comptes, ce qui ne permet pas d’évaluer précisément le prix d’un travail particulier. Tout au plus, on remarque que la journée de manœuvre est payée douze deniers pour un homme, six deniers seulement pour une femme, un enfant ne gagnent que trois deniers77. Le grand nombre de manœuvres employés sur les chantiers des châteaux fait que les sommes qui leur sont versées sont globalement très importantes et souvent supérieures à ce qui est versé aux soldats, qui sont pourtant bien mieux payés individuellement. À titre d’exemple, en 13061307, il est dépensé à Pont-d’Ain en 23 semaines, un total de 300 livres et 3 sous faibles de Lyon pour le salaire des manœuvres qui ont travaillé à la réalisation de la tranchée78. A la même époque, 12 clients en armes demeurent à Pont-d’Ain sur ordre du bailli, pendant 28 jours et perçoivent un total de 48 livres de la même monnaie79.

  • 80 Ibid., 1325-1326, t. 1, p. 138.

66Les maîtres spécialistes expressément envoyés par le comte de Savoie pour diriger et organiser certains travaux sont toujours payés à la journée, mais le nombre et le prix de chacune d’elle sont fixés par le comte lui-même et attestés par une lettre que le maître présente au châtelain pour se faire payer En 1324-1325, Gauthier de Rochefort doit, selon l'ordre du comte, diriger la construction du faux pont sur l’Ain pour telle somme quotidienne et pour un temps qui ne peut excéder 20 journées80.

67Il convient d’ajouter parmi les salaires payés à la journée ceux versés aux clients en armes, venus spécialement pour protéger les travaux et les charrois. Sans ces hommes, il est quasiment certain que des chevauchées dauphinoises seraient venues pour tenter de réduire à néant toutes les constructions. Les soldes que l'on verse à ces hommes sont donc à considérer comme des investissements, une garantie de la bonne réalisation des défenses castrales et des enceintes urbaines. Leur présence s’adapte aux périodes de tensions et ces hommes ne demeurent que le temps nécessaire. Dès que les espions rapportent que les ennemis s’éloignent, les clients s’en retournent après en avoir reçu l’ordre par le bailli. Le paiement à la journée est donc logiquement le plus adapté.

• L'alternance des deux systèmes d’embauche

  • 81 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1328. Cf. aus (...)

68Les autres corps de métiers tels que les charpentiers, les perriers ou terraillons, et les transporteurs sont payés aussi bien à la journée qu’au forfait. Pour les perriers qui creusent et dégagent les rochers dans la tranchée, le prix pour chaque journée est établi conventionnellement entre eux et le maître d’œuvre en fonction des prix qui se pratiquent traditionnellement dans le bailliage. Au début des travaux, on fait creuser les tranchées sans définir de longueurs particulièrement précises aux ouvriers, car il faut, avant tout, protéger les chantiers et assurer une fourniture massive de pierres aux maîtres maçons. Le travail étant très important, tous les salaires sont payés à la journée81. Quoique les comptes ne le signalent pas, on peut tout de même penser qu’il était imparti un temps pour la réalisation de grandes longueurs de fossés afin d’effectuer un contrôle de l’efficacité et du zèle des travailleurs et surtout pour que le site soit protégé le plus tôt possible.

  • 82 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 100.

69En revanche, lorsqu’il s’agit seulement de réparer une partie écroulée de la contrescarpe ou de tirer une quantité relativement juste et précise de pierre, en approfondissant ou en élargissant du même coup la tranchée, le travail, ainsi bien défini, est proposé à la tâche, au plus offrant. En 1338-1340, on adjuge à deux maîtres perriers l’approfondissement des fossés de Pont-d’Ain sur une longueur totale de 88 toises 1/3 en commençant dans l’angle de la grande tour jusqu’au bord du pont par lequel on entre dans le château du côté de Saint-André, c’est-à-dire au nord, face au « dos d’âne »82. Outre ces mesures remarquablement précises, il est fait mention que les maîtres devront évacuer les terres et gravats, les pierres faisant partie d'une autre tâche. Il semble que les deux maîtres perriers aient enlevé le marché en renchérissant sur le travail. Ils ont proposé une augmentation de longueur en y ajoutant l'évacuation des gravats. Comme pour les maçons, le prix total de ce travail est ramené à la toise pour faciliter les vérifications et les paiements intermédiaires. Si la longueur est bien spécifiée, on ne connaît pas l’épaisseur d’élargissement. Pourtant, la tâche devait bien les préciser, car ce n’est pas le même travail que d’élargir un fossé de 2 ou de 4 pieds sur 88 toises !

  • 83 Ibid., 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 52.
  • 84 Id., « Remens... », 1348-1349, op. cit., p. 64.

70Le salaire à la tâche des perriers peut aussi se faire d'une autre manière, à savoir au nombre de toises comptées dans des murs construits avec les pierres tirées du creusement. On ne compte pas la longueur, ni l’approfondissement dans la tranchée, ni le nombre de pierres, c’est la fourniture totale des matériaux qui est mise aux enchères à partir du prix par toise construite et non pas creusée. Par exemple, en 1335-1336, le besoin en pierre pour Pont-d'Ain est connu, mais on ne peut déterminer la longueur de tranchée correspondante. La fourniture des pierres est mise aux enchères et la tâche consiste à creuser autant de tranchée que nécessaire pour en extraire la quantité de pierres qu'il faut pour construire 186 toises de murs83. Il en est de même pour la bâtie de Remens avec les pierres de taille extraites dans la carrière de Tosel. Ce n’est pas un nombre de pierres qui est commandé ni compté, mais une longueur totale en toises84

• Les niveaux des salaires

71Il est évident que les salaires versés à chacun des types d'artisans, ouvriers et manœuvres ne sont pas identiques et que des différences plus ou moins importantes sont remarquables entre chacun des paiements effectués.

72Tous les maîtres ne sont pas mis sur le même rang et à l’intérieur des deux modes de rémunération, on recense des gains d'un niveau très différent selon les compétences techniques. De plus, il existe au sein de chaque métier des différences résultant du nombre de compagnons employés par un maître. Les différences de statut entre ces aides font qu’un arpète gagne beaucoup moins qu’un compagnon qui, lui-même, perçoit moins que son maître. Enfin des nuances sont visibles dans le temps, car le contexte politique et l’importance des travaux mis en œuvre à certaines époques, la conjonction démographique et économique modifient sensiblement les barèmes de salaires

  • 85 Ibid., « Pont-d'Ain... », 13051306, op. cit., t. 1, p. 39.

73Les difficultés d’exécution établissent entre les corps de métiers des principes hiérarchiques qui s’expriment par les titulatures, les ordres d’apparition dans les dépenses et les salaires. Les charpentiers et les maçons se distinguent nettement des autres métiers en se situant toujours au début des dépenses et en percevant de plus hauts salaires aussi bien pour les travaux à la tâche que pour ceux payés à la journée. Quoiqu’il y ait de grandes différences dans les pratiques, les techniques et les volumes de travail entre les métiers, on peut tout de même, à partir des prix indiqués pour une journée, établir une grille des niveaux de ces types de rémunération. Ce n'est pas toujours très facile, car les comptes regroupent assez souvent les salaires des maîtres, des ouvriers et des manœuvres dans la même dépense en comptant le nombre total de journées85. Par ailleurs, le travail n'est pas toujours identique. Un charpentier peut être occupé à couper et préparer du bois dans les forêts, à poser les poutres d'un étage dans une tour ou à clouer des bardeaux sur une toiture. Ce sont autant d’activités qui relèvent de son métier, mais qui sont très différentes et entraînent, de fait, des paiements différents. Les salaires à la tâche ne recouvrant pas du tout le même travail, il est impossible d'établir des comparaisons d'un métier à l’autre.

74Quoiqu'ils soient tous, du point de vue technique, sur un rang d’égalité, les manœuvres reçoivent, à la journée, un salaire dont le niveau est en correspondance avec le maître artisan qu'ils aident. Ainsi un manœuvre qui travaille avec un maçon ou un charpentier reçoit un salaire supérieur à celui qui est au service d’un perrier ou d'un bouvier. La collaboration avec les maîtres maçons et charpentiers demandent davantage d'effort et d'attention aux manœuvres, lorsqu’il faut, par exemple, équarrir un tronc, gâcher du mortier, hisser et déposer des poutres ou des pierres de taille, tandis que la simple évacuation des pierres hors de la tranchée est un travail qui ne demande aucun soin, ni connaissance.

  • 86 Ibid., p. 46.
  • 87 A.D.C.O., B 9945, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 4, 1305-1306. Cf. aus (...)
  • 88 A.D.C.O., B 9945, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 10, 1305-1306.
  • 89 Ibid., B 9944, 4e compte, peau 19, 1304-1305.

75En 1305-1308, au château de Pont-d’Ain, la journée de travail d’un maître artisan est globalement le double de celle d'un manœuvre embauché pour l’aider. Un maître maçon gagne, à cette époque, quatre sous et neuf deniers viennois de Lyon par journée, tandis qu’un manœuvre embauché pour l’aider ne reçoit que deux sous et quatre deniers de la même monnaie86. Le travail est à peu près toujours identique, les salaires varient donc peu pour ce métier. En revanche, un maître charpentier est payé entre huit et deux sous et six deniers viennois de Lyon par jour selon le type travail et chaque manœuvre entre deux sous et un sou et cinq deniers87. Pour la construction d’un chaffal, le maître reçoit quatre sous tournois par jour qui valent huit sous viennois88. Pour clouer quelques bardeaux, il ne gagne plus qu’un sou et quatre deniers par jour89

  • 90 P.cattin, « Pont-d’Ain... », 1306-1306, op. cit., t. 1, p. 45, 51-52.
  • 91 A.D.C.O., B 10150, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 1, 1307-1307.

76Un maître perrier est payé quatre sous par journée de travail dans les fossés, alors que le manœuvre ne reçoit que deux sous90. Mais selon la difficulté du travail (roche ou terre) et peut-être aussi parce que la durée du travail propose un salaire assuré pour une période assez longue, les salaires journaliers sont nettement diminués. Ainsi à Treffort, les perriers sont payés un sou et neuf deniers viennois par journée de travail dans les fossés, les manœuvres ne reçoivent que dix deniers91.

  • 92 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 98-100.

77Les différences entre les salaires ne se limitent pas à la maîtrise ou non d’un métier puisque les salaires octroyés à la journée, dans un même corps de métier, sont parfois plus élevés d’un maître à un autre. Il faut considérer que les sommes indiquées font état d’un salaire global dans lequel se trouvent les parts des compagnons et des apprentis du maître. Un salaire journalier apparemment supérieur correspond à la fourniture d’un plus grand nombre d’ouvriers spécialisés, garantissant ainsi la qualité du travail et le respect des délais. Ainsi, en 1338-1340, le maçon Jean Amédée reçoit deux sous gros tournois par jour alors que trois autres maîtres nommés Morel, Simonet et Beaujeu, connus pour avoir également des compagnons, ne perçoivent respectivement qu’un sou et sept deniers viennois pour effectuer un travail identique sur le même édifice92.

78L’usage ou non d’outils personnels que l’on entretient soi-même est également un facteur de différence, principalement chez les perriers. En 1311, ceux à qui le comte fournit les presses et les pics que le forgeron répare, gagnent six deniers viennois contre deux sous viennois pour ceux qui sont propriétaires de leurs outils. La différence donne une idée de l’importance des outils en fer puisque ces derniers font multiplier les salaires par trois. Le salaire de ces ouvriers n’est pas une dépense nette pour le châtelain, car il faut y ajouter les nombreuses réparations que le forgeron réalise sur les presses du seigneur.

79Enfin, les saisons durant lesquelles sont effectués ces travaux font varier le prix de la journée de travail. En été, elles sont beaucoup plus longues et il va de soi que les ouvriers gagnent davantage qu’en hiver. Malgré l’importance quantitative des sources comptables, je n’ai jamais trouvé, dans les exercices qui s’étendaient sur plusieurs saisons différentes, des journées plus ou moins payées pour le même travail. Cela ne signifie pas que le paiement était forfaitaire quel que soit la durée du temps de travail. Mais plutôt que les clercs regroupaient sous la même rubrique, l’ensemble des journées de travail payées à différents prix, tout au long de l’exercice comptable.

  • 93 Ibid., 1310-1311, op. cit., t. 1. p. 73

80Ainsi s’expliquerait le fait qu'il n’y a pas, dans les comptes établis sur plusieurs saisons consécutives plusieurs rubriques d’un même type de travail payé selon la durée de la journée, mais un seul qui amalgame l’ensemble des journées payées à différents prix. Ce que pourraient confirmer la mention comme « certains gagnant plus et d'autres moins » inscrites dans les rubriques à propos de paiements effectués à la journée93.

  • 94 Ibid., 1335-1336, op. cit., t. 2„ p 52-53.

81Le salaire à la tâche, malgré le marchandage dont il est l’objet, suit la hiérarchie des métiers. On ne peut établir de comparaisons que pour les travaux mesurés à la toise. Ils montrent les mêmes rapports de salaire entre les perriers et les maçons. L’exemple, déjà vu, des perriers payés à la tâche pour autant de pierres qu’il en faut pour édifier des murailles est assez significatif. Pour chaque toise de mur construit, les perriers reçoivent deux deniers gros tournois tandis que les maçons qui montent les murs avec ces pierres gagnent six deniers gros tournois, soit trois fois plus94.

  • 95 Ibid., 1336-1338, p 76.

82En revanche, entre les maîtres du même métier, on trouve toujours le même prix unitaire de trente sous par toise de mur épais de quatre pieds et vingt sous pour deux pieds et demi, tandis que le pied de pierre de taille varie entre neuf et douze sous, en fonction, sans doute, de la qualité du matériau et de la difficulté à le tailler95. Contrairement au paiement à la journée, un maître ayant sous ses ordres plusieurs compagnons ne gagne pas plus puisque le travail est clairement défini, mais celui-ci est plus vite réalisé, ce qui permet au maître de prendre, en adjudication ou à la journée, d'autres travaux pour s’assurer un salaire quasiment permanent.

  • 96 Ibid., t. 1, p. 111.

83Pour toutes les autres tâches définissant un travail non mesuré, comme celle donnée en 1319-1320 au maçon Jean Amédée pour 25 livres viennois, de faire les escaliers des tours, celui de la grande salle, les murs de refend des chambres et « d’autres travaux à faire au même endroit » dans le château de Pont-d’Ain96, toute comparaison est impossible dès lors que l’on ne peut savoir ce que coûte chacun des éléments.

84La disparité et le manque de régularité des informations données par les comptes ne permettent guère une étude véritablement approfondie des salaires et de leurs niveaux. Les agglomérations dans une même somme de dépenses regroupant fournitures, transports, mise en œuvre des matériaux sont nettement majoritaires et les détails sont très différents d’une châtellenie à l’autre. Ce qui tendrait à prouver que les comptes rendus des châtellenies ne sont pas organisés à partir d’une norme centralisée et conventionnelle valable pour toutes les circonscriptions administratives orchestrées par les receveurs, mais plutôt comme il est prévu de le faire sur une trame générale. Seul les comptes du château de Pont-d’Ain donnent plus souvent que les autres des paiements bien distincts et détaillés. L’importance stratégique et politique de ce château en est sans doute la cause, mais de ce fait, il convient de se méfier, car cela n’est peut-être pas représentatif des pratiques et des prix en usage dans les autres châteaux. Cela donne tout de même une idée des niveaux des salaires et de leur évolution dans le temps.

85Il n’est pas facile d'analyser en détails l’évolution des salaires après la première épidémie de peste parce que pour l'ensemble des châtellenies, les travaux sont peu nombreux. La baisse démographique et par conséquent la baisse des revenus des droits comtaux sont certainement les causes du ralentissement des chantiers. Il faut également considérer qu’à cette époque, le conflit delphinosavoyard est nettement moins âpre que les années précédentes et que les châteaux ne nécessitent pas un entretien ni un renforcement très importants de leurs fortifications. L’absence de tout travail dans les tranchées en est une illustration.

  • 97 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 8, 1349-1350.

86Néanmoins, on se rend compte, à la vue du tableau 8, que les salaires des maîtres ont augmenté d’un tiers, ce qui est, somme toute, assez important. Le travail spécialisé a, de tout temps, réussit à faire valoir ses droits et profiter des conjonctures. La mort de plusieurs maîtres entraîne la perte d’une connaissance et d’une pratique spécifique et peut-être aussi le démantèlement d’un corps artisanal que l'on ne peut compenser facilement. Les maîtres d’ouvrage ne peuvent guère mettre les survivants en concurrence et les travaux à la tâche, tout comme les journées de travail, subissent une augmentation conséquente. Ceux dont le travail exige du matériel et des bêtes, comme les bouviers qui transportent les matériaux et les marchandises, ont la possibilité de se montrer plus exigeants en profitant que les châtelains ne peuvent pas organiser totalement les charrois97.

Périodes

Maçons

Charpentiers

Perriers

Terraillons

1305 1308
maîtres
manœuvres


5 sous
2 sous 6 deniers


4 sous
3 sous


3 sous
1 sou


2 sous 6 deniers
8 deniers

1314-1315
maîtres
manœuvres


2 sous
10 deniers


3 sous
1 sou


1 sou 8 deniers
9 deniers


-
9 deniers

1325- 1327
maîtres
manœuvres


2 sous 6 deniers
1 sou


2 sous
20 deniers

1335- 1338
maîtres
manœuvres


3 sous
1 sou


3 sous
20 deniers


2 sous
10 deniers


12 deniers
12 deniers

1342-1346
maîtres
manœuvres


3 sous
1 sou


3 sous
20 deniers


3 sous, 2 deniers
2 sous, 6 deniers


12 deniers
-

1351-1353
maîtres
manœuvres


4 sous
1 sou


4 sous
20 deniers


-
-


20 deniers
20 deniers

Les monnaies sont exprimées en viennois forts de
Lyon.
Les périodes sont celles durant lesquelles s'effectuèrent de nombreux
travaux
Tableau 8. Tableau comparatif des salaires payés à la journée pour le château de Pont-d’Ain

87En revanche, les salaires versés aux manœuvres sont restés stables. Ce n’est pas parce que cette catégorie socio-professionnelle a été épargnée, mais parce qu’il est plus facile de résister à ses exigences financières. Il n’y a quasiment aucun travaux d’architecture urgents et on peut se permettre de reporter une partie de l’entretien courant. Il est, par ailleurs, plus facile de négocier le prix d’un travail ne demandant aucune compétence particulière que celui d’un ouvrage compliqué.

88On a bien sûr, toujours besoin de bras pour les tâches subalternes et le manque de main d’œuvre peut entraîner une augmentation logique des coûts. Cela n’a sans doute pas manquer de se produire, mais les comptes ne permettent pas d’en indiquer l’importance. Afin d’empêcher la dérive des prix et l’embauche d’ouvriers et de manœuvres étrangers dont le déplacement ferait augmenter le salaire, le comte de Savoie réquisitionne les juifs par l’intermédiaire de ses châtelains et les oblige à travailler dans des corps de métier qui ne sont habituellement pas les leurs. Par exemple, ils sont assignés aux travaux de maçonnerie pour les fortifications de Bagé.

89Un autre moyen de se libérer des contraintes de la négociation et du souci des salaires en hausse est de transformer une recette effectuée normalement en argent, par une construction dont le volume n’est peut-être pas strictement équivalent au prix pratiqué à cette époque. Le paiement de la ferme du commun à Pont-de-Vaux n’est pas encaissé par le châtelain du lieu, car le fermier doit payer en murailles le prix de son fermage. Le comte est ainsi assuré d’obtenir ce qu’il désire sans en subir les contraintes. Le fermier, quant à lui, a la charge de se débrouiller pour que les travaux soient effectués en temps et dans la quantité prévue.

• Les corvées

90Les travaux effectués au moyen des corvées donnent aux châtelains et aux directeurs des travaux un volant de main d’œuvre supplémentaire dont l'usage est cependant limité en temps et en type d'action. Les corvées dues par les gens des châtellenies sont normalement gratuites et ne devraient engendrer aucune dépense. Malgré cela, elles apparaissent de manière très régulière dans les comptes parce que les châtelains ont l’obligation de nourrir les corvéables. De ce fait, ils indiquent toujours dans leurs comptes l’équivalence financière totale du pain et du vin dûs par journée de travail et par corvéable.

  • 98 A.D.C.O., B 9721, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 6, 1358-1359  (...)
  • 99 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p. 73 ; « Saint-Rambert... », 1301-1302, 1 (...)
  • 100 A.D.C.O., B 9527, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 1er compte, peau 3, 1341 ; (...)

91Les dépenses inscrites au titre des corvées montrent que les travaux effectués par les gens du mandement consistent principalement en des transports de matériaux98. La plupart du temps, les chariots sont fournis par le châtelain qui les loue ou les achète, mais il arrive que les corvéables aient à utiliser leurs propres charrettes ainsi que leurs bêtes99. Ils ne sont pas indemnisés pour autant. Les corvéables ont également des travaux à effectuer comme la coupe des pieux pour faire des palissades, le creusement dans le sol des cavités pour les raffours, la fabrication de claies pour les échafaudages, l’apport des matériaux aux maçons sur les murs en construction ou le creusement des fossés, la coupe de l'herbe dans les différentes cours des châteaux et sur les fossés100.

  • 101 A.D.C.O., B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 3e compte, peau 21, 1353-1353.
  • 102 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 30.

92Les corvées étant très limitées en temps et en personnes font qu'à l’occasion de grands travaux nécessitant des charrois importants, les corvéables des châtellenies voisines sont réquisitionnés pour venir travailler dans un autre mandement. C’est ainsi qu’en 1353, après l’incendie d’une partie du château de Pont-d’Ain, Galet de La Balme, un familier du comte, ordonne aux villes voisines de Pont-d’Ain de fournir des corvées de chariots au châtelain de Pont-d’Ain101. En 1345-1346, les corvéables des châtellenies de Pont-d’Ain et de Saint-André effectuent le transport d’un chaffal depuis Pont-d’Ain jusqu’à Remens102.

  • 103 Id., « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p. 75.

93Les corvées sont loin de suffire aux besoins en transports et à la réalisation des travaux. Elles n’en constituent pas moins un complément qui a l’avantage de ne pas coûter très cher même s’il convient d’y ajouter la solde des clients qui les gardent. Ces gardes sont nécessaires autant pour protéger les corvéables des agressions ennemies que pour les obliger à effectuer ces corvées103. La maintenance des corvées n’est sans doute pas très rentable, mais c’est un moyen pour le comte d’affirmer son pouvoir, principalement dans les régions soumises aux tensions de la guerre et disposées à changer de camp si elles ne sentent pas peser sur elles la force politique du prince.

94La mise en œuvre effective des constructions et des réparations s’établit sur une stricte économie des interventions, aussi bien en matière de réalisation qu’en matière financière. Cette économie est calculée et réfléchie à l’avance, en fonction de nombreux paramètres prenant en compte le contexte politique, les besoins, la rapidité d’exécution, la valeur des maîtres.

95Les différentes possibilités qui constituent la palette des moyens de paiements des maîtres et des manœuvres sont appliquées en vertu d’un équilibre faisant intervenir, la durée du travail, sa complexité, son importance. C’est ainsi qu’il n’existe pas vraiment de type de salaire correspondant systématiquement à une forme de travail. Comme pour l’organisation des chantiers, le paiement des travaux s’organise autour de différentes structures réglementées, mais sans qu’il y ait un cloisonnement étanche entre-elle. Cela confère au système une souplesse de fonctionnement, une ouverture sur des choix appropriés qui, sans rendre le système parfait, lui donne une efficacité remarquable.

Les matériaux et les techniques de mise en œuvre

96L’étude de la mise en place et du fonctionnement en réseau des fortifications et des châteaux forts savoyards en Bresse et en Bugey ne saurait se limiter à des considérations théoriques et politiques ne prenant en compte que des formes abouties, des fonctionnements formels, laissant de côté toutes les activités pratiques et les techniques qui ont été nécessaires pour que le réseau soit une réalité.

97Les matériaux ont un prix et le travail un coût. En en faisant état, les comptes nous livrent des schémas qui dévoilent des techniques connues et utilisées dans d’autres régions et certaines qui sont spécifiques à la Savoie. Ces techniques utilisent un vocabulaire qui est souvent typiquement régional, voire local. On en retrouve l’usage dans quasiment toutes les châtellenies, ce qui est une aide précieuse pour affiner, par la comparaison, la connaissance des savoir-faire et des pratiques par le petit détail supplémentaire que le compte donne parfois.

98Avant d’être mis en œuvre, les matériaux doivent être repérés dans les forêts, les carrières, les mines. Ils sont extraits, transportés, travaillés et installés. C’est la technique nécessaire aux constructions qui fait la réalité vivante d’une architecture et que ce chapitre tente de restituer. Il s’agit de tous les matériaux utilisés pour la construction et la finition des édifices. Pour cela, j’entends les matériaux naturels comme le bois, la pierre, le sable, mais aussi ceux qui sont nés d’une transformation chimique tels que la chaux, le mortier, les tuiles, les briques, les carreaux, les métaux et dans une moindre mesure le verre.

  • 104 V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l'histoire des architectes en France au Moyen (...)

99Ces matériaux sont utilisés pour eux-mêmes dans les constructions. Ils ont également des rapports entre eux sans lesquels toute construction est impossible. Ainsi le bois et la pierre pour la chaux, les échafaudages et les gabarits des voûtes, la pierre, le sable et l’eau pour le mortier, le bois et le fer pour la forge, les portes, les fenêtres, les mantelets, etc... À l’évidence, les origines varient selon les natures, mais à l’intérieur d’une même catégorie de matériaux on trouve des origines différentes selon leur qualité. Ce n’est pas dans la même forêt que l’on cherche le bois de construction et le bois de chauffe. Il y a une part très importante de récupération de matériaux qui sont récurés, travaillés et parfois transformés pour être utilisés à d'autres fins que celle qu’ils avaient à l’origine. Les remplois diminuent le coût des travaux tout en les rendant plus rapides. Ne dit-on pas à cette époque que « chastel abattuz est demi refez »104 ?

• L’origine des matériaux

100Riches en bois, dotés d’un sol où la pierre et l’argile abondent, irrigués par de nombreuses rivières, la Bresse et le Bugey trouvent sur leurs territoires respectifs toutes les ressources naturelles indispensables aux chantiers.

  • 105 A.D.C.O., B 8053, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 3, 1307-1308.
  • 106 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 26, 1342-1346.
  • 107 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 12, 1298-1299.
  • 108 Ibid ; 8e compte, peau 4, 1299-1300 ; ibid., B 9943, 4e compte, peau 15, 1301-1302 ; ibid., B 6749, (...)
  • 109 Ibid., B 7087, Compte de la châtellenie de Bourg-en-Bresse, 1er compte, peau 6, 1299-1300 ; ibid., (...)

101Les comptes témoignent de l'utilisation de nombreux matériaux, tels que les pierres, le bois, la terre, le sable ou l’eau, qui en tant que matières premières, ne coûtent rien parce qu’elles sont extraites des fossés ou des propriétés foncières du comte. Ainsi, il est bien rare que les châtelains du Revermont et du Bugey achètent des blocs de pierre de taille, si ce n’est pour des œuvres tout à fait spéciales comme par exemple la décoration des fenêtres de l'aula, du château de Jasseron105 ou du tympan et des chapiteaux de la chapelle castrale de Pont-d’Ain106. Il n’y a que leur transport, leur transformation et leur mise en œuvre qui sont payées et qui apparaissent sous la forme de salaires ou d’indemnités. Les châteaux de Bresse dont les environs sont pauvres en pierre de construction se portent souvent acquéreurs de pierres du Revermont pour les chaînages d’angles des constructions et pour les cintres des portes et des fenêtres107. Le manque de pierre les oblige aussi à acheter les blocs de calcaire nécessaires à la fabrication de la chaux. Ils les font venir par bateaux entiers depuis Trévoux108 jusqu’à Saint-Laurent-les-Mâcon pour ensuite les transporter par chariots, jusqu’au chantier. Ils sont aussi acheteurs de chaux fabriquée par des maîtres raffourniers indépendants109. Les châtelains du Revermont et du Bugey en achètent également, mais en de moindres occasions, car il s’agit seulement pour eux de faire la jonction pour terminer une construction.

102Cependant, cette production ne suffit pas pleinement aux besoins des chantiers et une part très importante de matériaux est régulièrement achetée sous leur forme brute ou déjà transformée. Il est évident que le type et la quantité de ces matériaux achetés sont en correspondance directe avec les manques du mandement et des besoins quand il s’agit de réaliser de grands travaux.

  • 110 A.D.C.O., B 6753, Compte de la châtellenie de Bagé, 2e compte, peau 16, 1318-1319 ; ibid., B 9940, (...)
  • 111 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1322-1323, op. cit., t. 1, p. 123.
  • 112 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 5, 1321-1322. Cf. auss (...)
  • 113 A.D.C.O., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 4, 1309-1310 ; Ibid., B 958 (...)
  • 114 A.D.C.O., B 6754, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, 10, 1328-1330 ; ibid., B 9941, Comp (...)
  • 115 A.D.C.O., B 9939, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, peau 2, 12761277 ; ibid., B 9041, 6e c (...)

103Le bois intervient dans une part très importante des éléments architecturaux. De ce fait, c’est un matériau qui est en grande partie acheté. Par ailleurs, les réparations incessantes des toitures, des hourds et des galeries de circulation entraînent une consommation régulière et importante. Les achats de bardeaux et de poutres pour les toitures et les planchers sont les plus nombreux surtout en Bresse où le bois est plus rare110. Ailleurs, il est tiré des bois du seigneur dont les montagnes du Revermont et du Bugey sont couvertes, ainsi que dans les environs de Bourg-en-Bresse. Cependant la qualité de l’essence et la longueur requises pour certaines poutres des grandes tours ou des aule imposent de les acheter parce que les forêts du comte en sont dépourvues111 ou parce que le transport serait trop long112. Il se peut aussi qu'il coûte moins cher de se faire livrer du bois prêt à l’emploi qu’à l’abattre soi-même, l’équarrir puis le transporter. Les énormes quantités qui sont parfois nécessaires pour recouvrir un ensemble de bâtiments dont les toitures sont complètement détruites obligent également les châtelains du Revermont à des achats de bardeaux113. Certains matériaux comme le verre, les ferrures des portes et des fenêtres ainsi que les serrures114 ne sont jamais produits par les châtellenies. Les tuiles, principalement dans le Bugey et le Revermont sont toujours achetées à des ateliers privés115.

Les maçonneries : matériaux et mise en œuvre

104L’élément principal dans la construction d’un château ou d’une fortification est la pierre ou la brique selon le contexte géologique sur lequel est construit le château. Il y a dans les maçonneries quatre catégories de matériaux dont la texture et la mise en œuvre sont radicalement différentes quoique complémentaires. L'une est la pierre, le plus souvent tirée des fossés, elle sert à la construction des murailles. Les briques composent pour l’essentiel les éléments de la fortification, dans les régions argileuses du nord-ouest de la Bresse. Les pierres de tailles sont utilisées pour l’un et l’autre des deux types précédents dans les chaînages d’angles, les encadrements et les voûtes des portes et des fenêtres ainsi que dans les corbeaux et les montants des cheminées. Enfin le calcaire est destiné après transformation à servir de liant aux matériaux de construction.

• La pierre des tranchées

105La plus grande partie des pierres constituant les murailles et les tours est tirée des fondations (piaisona) et des tranchées ou fossés qui encerclent les châteaux et les villes. D’une manière générale, les gisements en Bugey et en Revermont sont importants, mais peu homogènes et la qualité des blocs que l’on obtient en interdit la taille. Les murailles sont donc élevées en petit appareil avec des lits souvent irréguliers. Pour des questions de coût et de rapidité d’exécution, la construction des châteaux ou des bâties ainsi que les réparations et surélévations des fortifications existantes n’ont sans doute jamais été prévues autrement. D'autant plus que les murailles sont crépies sur les deux façades et que l’aspect fruste des maçonneries est dissimulé, au moins pour les bâtiments représentatifs du pouvoir comme la grande salle et la grande tour.

  • 116 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 4, peau 28, 1315-1316 ; A.D.C.O., B 6687, C (...)
  • 117 A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 2, 1317-1319.
  • 118 P. Cattin, « Remens... », 1343-1344, op. cit., p. 14, 23.
  • 119 Ibid., p. 20.

106Les fortifications comme celles d'Ambronay ou la bâtie de Remens n’ont pas été construits sur des sites rocheux ni argileux. Les pierres avec lesquelles ils ont été édifiés sont acheminées par chariots116 depuis des carrières proches, comme celle de Douvres, pour les tours d’Ambronay117 et de Vibetes pour Remens118 où elles sont grossièrement taillées en petit appareil et livrées telles qu’elles sur le chantier119. L’extraction des pierres reste l’œuvre de spécialistes, les maîtres perriers. Les terrassiers (terrayllionis) et les manœuvres, tant hommes que femmes qui les aident, sont chargés de dégager la terre qui couvre le socle rocheux. Pour cela, ils utilisent des houes (liguones) en bois ferré, des bêches (bessa), des pioches (piachias) ou des pics (pici ferri) pour la pierraille.

  • 120 Id., « Pont-d’Ain... », 1306-1307, op. cit., t. 1, p. 54.
  • 121 A.D.C.O., B 8052, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 5, 1305-1306. Cf. aussi P.(...)
  • 122 On appelle ainsi la pierre utilisée telle qu’on la sort de la carrière. On dit aussi pierre velue C (...)

107Les maîtres perriers s’activent à tirer les pierres en glissant dans les interstices, de gros et puissants coins de fer (cuinz ou cugnium) pesant jusqu'à quinze livres120 qu’ils enfoncent ensuite à grands coups de maillet de fer (mallio). Les réparations de coins qui se sont fendus ou tordus apparaissent souvent dans les comptes121. C’est le résultat des grands coups de masse que l’on donnait pour dégager les blocs. Ils désolidarisent ainsi les lits (coignis ad findendum ruppem) qui éclatent et donnent de petits blocs de pierre verte122. Les coins servent également à élargir une fente pour y glisser des « presses » (pressa). Les presses sont de grandes barres de fer, pouvant atteindre plusieurs mètres de longueur et peser 40 livres. Elles sont légèrement cintrées, en pointe à l’une des extrémités et aplatie de l’autre. Pour déchausser les blocs, plusieurs hommes s’y acharnent en s’y suspendant si la pierre est en hauteur dans la tranchée ou, si la pierre est au ras du fond, en l’utilisant comme levier grâce à sa forme courbe.

  • 123 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 28.
  • 124 J.-C. Bessac, « Outils et techniques spécifiques du travail de la pierre dans l’iconographie médiév (...)

108Quand on est parvenu à faire une fente plus large, on retourne la presse et on l’enfonce par l’extrémité aplatie pour répartir la pression (d’où le nom de l’outil) sur une plus grande surface de la pierre. Il arrive que celle-ci résiste à tel point que la presse finit par se tordre (una pressa plicada drecianda). On utilise aussi des pressons (pressones) qui sont de plus petites presses d’un poids de six livres chacune123. Les très grosses pierres que l’on parvient à isoler du lit sont intransportables. Les perriers les brisent en morceaux plus petits à l’aide de gros marteaux de fer têtus (martello tetu) ainsi nommés parce qu’une des extrémités est pointue, puis ils les jettent en tas dans le fond de la tranchée pour continuer à travailler sans gêne. Tous ces outils sont bien représentés dans l’iconographie des chantiers médiévaux124.

  • 125 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 66 ; « Saint-Rambert... », 1315-1316, 1 (...)
  • 126 I. Guiennet, La pierre de Villebois et son école de stéréotomie. Mémoire de maîtrise, Université Ly (...)

109Tous les matériaux sont sortis de la tranchée ou des fondations par des hommes et des femmes. Au fond de la tranchée, les femmes remplissent de pierres des hottes en bois (hotta) et des oiseaux que portent les hommes.125. Ces petites auges se portent sur les épaules par deux longs manches passant de part et d’autre de la tête et que l’on tient par les mains, devant soi, ce qui permet de faire basculer le chargement, sans effort, en se penchant simplement en avant. De grands pieds, perpendiculaires aux brancards, permettent de poser l’oiseau sur le sol pendant le remplissage. Ce dispositif donne aux manœuvres le moyen de le soulever sans trop d’effort en se baissant légèrement pour se glisser entre les brancards. Les porteurs sortent de la tranchée par des échelles et apportent les pierres aux maçons en montant directement avec leur chargement par les échafaudages. Ils peuvent aussi les déposer à proximité de la tranchée, dans des bavards (bayardus ou bards) qui sont des civières à brancards portés par deux hommes pour transporter les pierres126.

  • 127 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 20, 13401342.

110Le transport des pierres nécessaires aux constructions est réalisé en deux temps lorsque les pierres sont rapidement dégagées et qu’il faut vite évacuer la tranchée pour ne pas ralentir le travail des perriers. Les hommes qui ne font que sortir les pierres ont ainsi plus vite fait de revenir. Lorsque la tranchée encercle le complexe architectural et qu’on travaille à son élargissement et son approfondissement, une part des pierres est enlevée par des chariots qui circulent sur des chemins, dans la tranchée127.

111La terre et les cailloux sont mis dans des sacs appelés borra parce qu’ils sont réalisés avec du bourrat qui est une toile faite d’un mélange de chanvre et de laine. Ces matériaux sont déposés non loin du chantier, pour servir ultérieurement à couvrir les planchers des chaffaux et des tours, le tablier des ponts dormants ou pour combler et aplanir des espaces extérieurs comme le pralet du seigneur ou les recepts.

Figure 17. Deux hommes transportent des pierres avec un bayard. Bible, Amiens, Bibliothèque municipale, (ms. 21 fol. 167 v. détail)

• Les pierres de taille

  • 128 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 12, 1298-1299.
  • 129 Ibid., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 25, 1342-1346.

112La seconde catégorie de pierre ayant une application directe dans les maçonneries qu’elles soient de pierre ou de brique est constituée de gros blocs que l’on appelle membra qui, une fois équarris et taillés avec un pic, sont appelés doytas et servent à réaliser les chaînages d’angles, les corbeaux, les angles des merlons, les pieds droits et les claveaux des voûtes. Ces pierres sont souvent d’une origine étrangère aux châteaux et viennent de différents endroits qui sont exploités simultanément selon la qualité et l'importance des gisements. Les châteaux de briques de la partie occidentale de la Bresse font venir les pierres du Revermont128. Les pierres pour les portes ou la chapelle castrale de Pont-d’Ain proviennent des carrières de Choyut et de Trépont129 qu’il est impossible de situer précisément.

  • 130 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, 1347-1348, op. cit., p. 34, 50, 62.
  • 131 Ibid.. 1345-1346, op. cit., p. 34.

113Ces carrières sont à ciel ouvert. Après les avoir découvertes, c’est-à-dire que l’on ait retiré la couche d’humus, on trouve un gisement de pierre qu'on appelle la masse, capable de se détacher en gros blocs. La masse est disposée en couches - les bancs - de diverses épaisseurs séparées par des filons terreux. Elle se compose de couches de sédiments collés que l’on appelle les lits. Pour extraire la pierre, les maîtres carriers taillent de petites tranchées avec des pics pour limiter les blocs à obtenir. Les blocs sont détachés à l’aide de coins de fer enfoncés de force ou avec des coins de bois blancs qui sont préalablement séchés au four puis enfoncés dans des cavités pratiquées en ligne, au marteau. Ils sont ensuite arrosés d’eau, le bois gonfle et le bloc se détache. Ces blocs sont ensuite écartés à l’aide de presses et de barres à mine puis installés sur de gros chariots à partir d’une sorte de quai de chargement appelé le chargeoir (chargorium) et transportés vers le chantier où ils sont mis en forme. Parfois les pierres sont taillées directement sur le lieu d’extraction par un maçon ou un tailleur de pierre130. Cette technique offre plusieurs avantages. Les chariots sont mieux remplis et on ne transporte que le volume nécessaire, l’espace de travail sur le chantier n’est pas encombré par les tas de pierre ni par les gravats. Les pierres taillées peuvent être mises en place dès leur arrivée sur le chantier. En revanche, on n’est pas à l’abri d'une erreur du maître d'œuvre qui fait réaliser à distance des pierres de taille d’une forme qui ne correspond pas à l’angle formé par la jonction de deux courtines. Par exemple, le bailli de Bresse fait tailler des pierres quadrangulaires pour les angles des murs de la bâtie de Remens, alors que celle-ci est de plan triangulaire. Le maître d’œuvre du chantier est obligé de les faire retailler sur place131. Ce qui engendre une perte de temps dangereuse dans la mesure où les Dauphinois menacent le chantier et une perte d’argent puisqu'il faut payer les tailleurs une seconde fois.

  • 132 Id., « Saint-Rambert... », 1324-1325, op. cit., p. 126 ; « Remens... », op. cit., p. 19.
  • 133 A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 5, 1317-1319. Cf. aussi P. Cattin, « Re (...)
  • 134 Ibid., 1343-1344, op. cit., p. 19.

114Les chariots qui transportent les pierres sont à quatre roues (quadrigas) et sont tirés par six bœufs et se différencient très nettement, dans les comptes, des chariots moins lourdement chargés que sont les chariots à deux roues et quatre bœufs (currus). Les charrois sont en partie effectués au titre des corvées. Certains transports et constructions sont menés dans l’urgence comme à Ambronay, à Gironville et à Remens qui se situent à proximité immédiate des territoires dauphinois et pour lesquels il faut traverser les zones frontalières. On utilise alors des chevaux qui travaillent plus vite, de jour comme de nuit132, au point que plusieurs d’entre eux meurent à la tâche133. Les voyages incessants mettent les charrettes en mauvais état et elles sont l’objet de nombreuses réparations134.

115Ces pierres trop volumineuses et surtout trop lourdes pour les manœuvres sont hissées sur les murailles par différents moyens mécaniques tels que des chèvres, des treuils ou des palans que nous verrons plus loin.

• Les briques

  • 135 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298 ; ibid., B 9941 ( (...)
  • 136 Ibid., B 7563, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 1er compte, peau 3. 1310-1311  (...)

116Peu de châteaux dans cette étude sont essentiellement construits en briques. Ceux qui ont été construits avec ce matériau se situent dans la partie occidentale de la plaine de Bresse. La terre glaise qui constitue le sol de cette région est appelée sablon. Elle est récupérée lors du creusement des fossés et transportée par chariots vers les fours à briques135 proches du château que les comptes nomment globalement la carronnerie. Cette activité importante qui s’est prolongée durant des siècles est restée très présente dans la toponymie locale où nombre de lieux-dits se nomment ainsi, comme à Saint-Trivier. Les carronneries possèdent plusieurs fours et chaque fournée est capable de donner une très grande quantité de briques. Les comptes des châtellenies de Saint-Trivier, de Châtillon-sur-Chalaronne ou de Saint-Martin-le-Châtel parlent de milliers de briques cuites par fournée136. Ce qui est indispensable car chaque brique posée sur les murs en construction ne fait pas monter ni avancer beaucoup le volume des maçonneries. Il en faut donc des quantités impressionnantes pour réaliser une courtine ou une tour.

  • 137 Ibid., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298 ; ibid., B 9942, Com (...)
  • 138 Ibid., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 13, 1292-1293 ; ibid.. B (...)

117Ces cuissons successives exigent l'apport en masse de bois de chauffe. Ce qui est généralement fait à la corvée137. Une fois cuites, les briques sont ramenées par charrois au château138 et elles sont apportées vers les maçons par des manœuvres utilisant les mêmes moyens de transport que pour les pierres des châteaux du Bugey ou du Revermont, c’est-à-dire au moyen d’oiseaux et de bards.

• La chaux

118Un des plus importants travaux de préparation de matériaux est la fabrication de la chaux nécessaire à la composition du mortier. C’est un élément capital dans l’art de bâtir par son rôle de liant dans les maçonneries de brique ou de pierre, qu'elles soient de taille ou noyée dans le mortier. Les constructions en bois utilisent aussi ce matériau comme enduit pour les protéger de l’incendie. Les chaffaux de bois, les échauguettes et d’autres éléments de la défense sont recouverts sur toute leur hauteur et sur toutes leurs faces d’un enduit de mortier que l’on refait régulièrement. Les comptes utilisent les verbes embochiare, incimentere, tapiere pour désigner ce travail.

  • 139 Ibid., « Pont-d'Ain... », 1329-1330, op. cit., t. 2, p. 16 ; « Remens... », 1347-1348, op. cit., p. (...)

119La chaux est réalisée par la calcination du calcaire au moyen d’un four appelé raffour (raffurnus ou fornellus), spécialement créé pour cela par un maître raffournier aidé de plusieurs compagnons. C’est un travail complexe et difficile qui demande une bonne connaissance technique et une surveillance aiguë de la cuisson, sous peine de voir échouer la transformation des pierres, ce qui serait grave parce qu’un raffour nécessite beaucoup de temps et de matériaux (bois et pierres). C’est donc une œuvre qui coûte cher et on déduit parfois du salaire du maître raffournier, généralement payé à la tâche, une somme proportionnelle à la quantité manquante de chaux qui lui avait été commandé en plus de l’amende qui lui est infligée139. L’échec de la cuisson, par le manque de mortier dont les maçons ont besoin pour lier les pierres, peut retarder le chantier dans son avancement et désorganiser complètement le suivi du travail.

120La création de ces grands fours correspond à l’important besoin en chaux pour un ensemble de travaux de grande envergure. Les raffourniers professionnels n’ont sans doute pas la capacité de fournir en temps et en quantité ce dont on a besoin pour le château. Par ailleurs, l'utilisation des pierres et des fagots tirés des carrières et des bois du comte, ajoutée au transport quasiment gratuit lorsqu’il est fait par corvée diminuent très sensiblement le prix de fabrication de ce matériau.

  • 140 S. Baragli, « L’utilisation de la chaux dans les chantiers médiévaux (Italie centrale et septentrio (...)
  • 141 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p.49-52.

121Les fours à chaux du Moyen-Âge sont assez bien connus. Des fouilles ont permis de les étudier et de connaître la technique de cuisson, comme en Italie140. La façon d’y faire cuire les pierres ne diffère guère de la technique savoyarde, mais les fours réalisés pour les châteaux savoyards sont sensiblement différents dans leur conception et leur mise en œuvre. Ils sont occasionnels et ne servent que pour une campagne architecturale précise. Il n’y a pas de réutilisation ultérieure et leur production est justement calculée. Il n’est pas prévu qu’il reste de la chaux et si cela arrive parfois, ce n’est que le résultat d’une légère erreur ou d’une marge de manœuvre que l’on s’était donné. Il est remarquable que le grand trou creusé pour un raffour ne resserve jamais et qu’ils sont faits à neuf à chaque fois, même lorsqu’on réalise, comme à Pont-d’Ain en 1335-1336, trois raffours consécutivement141.

122La réalisation d’un raffour débute toujours les travaux des chantiers, avant même l’apport des matériaux de construction comme les pierres de taille ou les briques. La quantité de chaux à fabriquer est soumise à une estimation préalable, établie en fonction de l’importance des constructions. La durée totale de fabrication du raffour et du temps de cuisson est précisément calculé. Il convient, dans tous les cas, que le mortier soit fourni sans manquer à la demande des maçons. On est en temps de guerre, le chantier doit être mené sans perte de temps. Les trêves sont brèves et aléatoires et il faut que les travaux soient terminés ou presque, avant la reprise des hostilités. L’acheminement des matériaux nécessaires à la cuisson est organisé de façon suffisante pour qu’il n’y ait pas de baisse de température. Le coût global est prévu dans le financement de la campagne architecturale.

  • 142 P. Lardin, « Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen-Âge », dans Dossier (...)

123Les raffours sont réalisés à l’écart des chantiers pour d’évidentes raisons de sécurité, mais sans en être trop éloignés. Pour des raisons d’ordre pratique et de sécurité, on les installe souvent à proximité d’une rivière. Cette proximité permet d’avoir facilement l’eau nécessaire à l’extinction de la chaux, on y trouve un terrain meuble pour creuser le trou du raffour, enfin les berges désertes n’offrent pas la possibilité de propagation du feu si la cuisson ne se déroule pas correctement. À Jasseron, Saint-André-en-Revermont, Pont-d’Ain, les raffours sont établis près de la rivière, nettement en dessous du château, non loin des portes de la ville. Il en est de même pour l'édification de la bâtie de Luisandre, à partir de 1312, date à laquelle les raffours sont réalisés au bord de l’Albarine, près du bourg de Saint-Rambert. Pour la bâtie de Rémens (Château-Gaillard) en 1343, les raffours sont également faits au bord de l’Albarine, certains à Reschagneu et d’autres près du village de Saint-Maurice-de-Remens. La proximité de l’eau est une pratique générale pour la localisation des fours à chaux. En Normandie orientale, ils sont réalisés près des plages et on se sert de l’eau de mer pour éteindre la chaux142.

  • 143 A.D.C.O., B 9710, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 6e compte, peau 12, 1314-1317 (...)

124La réalisation de raffours à Coligny pour les constructions du château de Saint-Martin-le-Châtel vient sans doute des difficultés financières de cette châtellenie qui doit payer à cette époque les autres matériaux ainsi que les maîtres et les manœuvres qui travaillent sur le chantier143. Cette situation illustre le fonctionnement en réseau des châteaux savoyards qui se fait aussi bien sur le plan économique que technique et ne se limite pas à la surveillance et à la défense des frontières.

125L’iconographie de l’époque témoigne, elle aussi, de l’éloignement des raffours. Le but étant de montrer les constructions en cours, on peut voir des maîtres et des ouvriers au travail avec pour toile de fond, l’édification d'un château ou d’une enceinte urbaine. On a ainsi la présence d’échafaudages, de grues, de tailleurs de pierre, de maçons et de manœuvres qui portent les matériaux, parfois des gâcheurs de mortier, mais pas de raffours ni de raffourniers parce que ceux-ci effectuent leur besogne bien en dehors du chantier.

Figure 18. La construction des murs de Jaffa (Chronique de Jerusalem. Cod. 2533, f°17. Vienne, Bibliothèque Nationale autrichienne)

  • 144 A.D.C.O., B 8050, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 5, 1034-1305 ; Ibid., B 10 (...)

126Les compagnons du maître raffournier creusent dans la terre un vaste et profond trou circulaire. Ses dimensions sont en rapport avec la quantité de chaux que l’on veut obtenir. Elles varient entre quatre et cinq mètres pour la profondeur et 4,70 m (15 pieds) et 7,75 m (25 pieds) pour le diamètre144. Ce qui détermine une circonférence de 24,35 mètres pour les plus gros. Il n’apparaît jamais de mesures supérieures à 25 pieds. Au-delà de cette taille, il ne semble pas possible d’obtenir une bonne et complète calcination des pierres et, quand le besoin de chaux est très important, on préfère en construire plusieurs consécutivement. Une tranchée en pente que l’on appelle « la gueule » permet d’accéder au fond du trou.

  • 145 À Pont-d’Ain, en 1335-1336, un des trois raffours mesure 15 pieds de diamètre. Il a donc 14, 50 m d (...)

127A la périphérie de ce dernier, sont plantés de longs pieux de chêne pouvant atteindre 7,50 mètres en longueur (4 toises). Ils sont espacés l’un de l’autre de 25 centimètres environ145 et forment l’appui du four (appoia). Ces pieux dépassent le niveau naturel du sol d’environ deux mètres et sont reliés entre eux par un treillis d’osier (vinem) et de verges (virgas pro claudendo rafurnum). Ce treillis est destiné à retenir la terre (ad retinendum terram) et permettre l’évacuation de la fumée pour la partie aérienne de cette clôture.

  • 146 C’est la hauteur pour un raffour de 22 pieds de diamètre, construit pour la bâtie de Luisandre, en  (...)
  • 147 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1328.

128À l’intérieur de la clôture, on entasse des pierres préalablement concassées à la masse. Les plus grosses sont disposées en cercle et en encorbellement pour former une haute voûte (vota) dont la clé (clavis rafurni) peut se trouver à 18 pieds (5, 65 mètres) au-dessus du fond du raffour146. Les comptes ne parlent jamais d’une cheminée qu’on appelle « le gueulard » dans les fours permanents. Un couloir bas et étroit, voûté par encorbellement des pierres, relie la voûte à « la gueule » du raffour. Ce couloir sert à l’approvisionnement du feu en fagots et au passage de l’air nécessaire à la combustion. A l’extérieur, à partir du bord de l’appui, l’entassement des pierres prend la forme d’un pain de sucre pouvant atteindre 25 pieds147. L’ensemble des pierres contenues dans le raffour se nomme « le cuchet ».

  • 148 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 54.
  • 149 Id., « Saint-Rambert... », 1323-1323, p. 120.
  • 150 Ibid.,
  • 151 Ibid., 1315-1316, op. cit., p. 69.

129Les pierres destinées à être calcinées proviennent des environs des châteaux pour limiter les transports148. Lorsque le raffour a été réalisé par des maçons, on fait venir des maîtres raffourniers afin qu’ils vérifient que le raffour a bien son dû (raffurnus si haberet debere suum)149, c’est-à-dire qu’il contient bien la masse de pierres nécessaires à la quantité de chaux voulue150. Le dôme du raffour est alors recouvert d’une coiffe (coiffia) faite de claies de paille (cloys palearum), de roseaux (flat), de mousse et de terre pour conserver la chaleur à l’intérieur du four et protéger « le cuchet » de la pluie. Il est de tradition que le comte de Savoie, par l’intermédiaire du châtelain, offre un repas et du vin aux ouvriers, le jour où on met le feu au raffour151. Pendant cinq à neuf jours et nuits consécutifs, ces hommes se relaient pour entretenir le feu et veiller à son lent refroidissement durant encore neuf à dix jours.

  • 152 A.D.C.O., B 10150, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1306-1307.
  • 153 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 49-52.

130Une fois le feu allumé, le maître raffournier et ses compagnons enfournent régulièrement des fagots par la gueule à l’aide de grandes perches. Ces fagots proviennent directement des bois des environs et sont transportés par chariots152. La quantité de fagots est gigantesque pour chaque raffour parce que leur combustion est rapide. Environ un fagot toutes les deux minutes. De ce fait, la consommation est énorme, mais seule la combustion des fagots de branches est capable de donner les 900 degrés C° nécessaires à la calcination des pierres et de maintenir cette chaleur durant plusieurs jours. Par exemple, pour les trois raffours réalisés successivement à Pont-d'Ain en 1335-1336, il a été consommé 57 000 fagots153.

  • 154 Techniques et pratique de la chaux, Avignon, 1995, p. 195.
  • 155 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit.. p. 76.

131Outre l’entretien du feu, les raffourniers surveillent le tirage et la bonne résistance de la coiffe à la chaleur et surtout de la clôture dont l’ébrasement entraînerait l’écroulement du raffour (ne ignis intraret in sepibus). Après la mise en température du raffour durant une douzaine d’heures pendant lesquelles l’eau s’évapore, le point critique de la calcination se situe au bout de trois jours, au moment où la chaleur peut sortir du four en enflammant le raffour. Ce moment est appelé le rebutage154. Il peut paraître illogique d’avoir un appui en bois, car celui-ci a de forte chance de se consumer, cependant les comptes le confirment plusieurs fois et déclarent que les pieux d’un ancien raffour sont utilisés dans le contreventement des échafaudages ou pour un autre raffour155. Outre le danger représenté par le feu, les raffoumiers doivent prendre des précautions pour ne pas être intoxiqués par le gaz carbonique qui s’échappe par les claires voies des appuis.

  • 156 L'art des bâtisseurs romans, dans les Cahiers de Boscodon, no4, 1988, p. 31-33.
  • 157 P. Cattin, « Pontd’Ain... », op. cit., t. 2, 1335-1336, p. 51.

132Au bout de cinq à neuf jours de cuisson, le maître raffournier pratique des trous dans la coiffe pour vérifier que les pierres sont bien cuites. Il le détermine en frappant les pierres mises à nu. Elles doivent résonner comme une poterie pour prouver la bonne cuisson156. Selon le type de calcaire, elles ont aussi changé de couleur. On arrête alors d’entretenir le feu et on attend le refroidissement total du raffour, tout en surveillant la résistance de l’appui. Depuis le creusement du trou jusqu’à l’extinction du feu, il faut compter environ un mois de travail pour un grand raffour. Le troisième raffour de Pont-d’Ain en 1335 a demandé 291 journées de travail, soit 32 jours effectifs de fonctionnement157.

  • 158 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 10e compte, peau 18, 1299-1299. Cf. au (...)

133Une fois le four refroidi, on retire la coiffe. Le volume de la pierre a diminué d’environ 15 % et son poids de 45 %. Cela correspond à la perte en gaz carbonique. Des manœuvres qui sont très souvent des femmes retirent les pierres crues, c’est-à-dire non cuites (lapides crudos), la terre et la mousse qui se sont mêlées aux pierres. Ces femmes, équipées de gants, s’activent à transvaser les pierres dans des caisses ou des futailles où elles sont concassées, puis en d’incessants aller-retour à la rivière toute proche ou depuis des cuves placées sur des charrettes, à verser d’énormes quantités d’eau sur la chaux (3 fois son volume) pour l’éteindre au moyen de baquets de bois appelés des gerles (gerlie). La chaux éteinte est ensuite déposée dans des tombereaux ou dans des cuves posées sur des chariots à quatre roues (quadrigas), à deux roues (currus) ou dans des bâts installés sur des ânes ou des hottes portées par des hommes selon le relief et le chemin qui mène au chantier. Son transport est fait conjointement à ceux du sable et de l’eau158.

  • 159 Id., « Les comptes de la châtellenies des Allymes à l’époque dauphinoise », dans Cahiers René de Lu (...)
  • 160 Id., « Saint-Rambert... », 1315-1316, op. cit., p. 70.
  • 161 Ibid., 1315-11316, op. cit., p. 68, 74.
  • 162 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 10, 1298-1299.

134À Remens, ce sont de gros chariots parce que le terrain est plat, tandis qu’à Pont-d’Ain où le chemin est accidenté et étroit, on se sert de chariots à deux roues. Pour Luisandre, Jasseron ou les Allymes, la raideur de la pente et l’absence de chemins carrossables obligent à monter les matériaux par des ânes bâtés et à dos d’homme. Le nombre de voyages et de journées est alors très important. En 1316-1317, le sable, l’eau et la chaux sont transportés dans des sacs recouverts de peaux, à dos de mulets et d’hommes pour le château dauphinois des Allymes159. Pour la construction de la bâtie de Luisandre, les premiers transports se font de jour comme de nuit durant 28 semaines et 3 jours en 1315. En 1316, après que l’on eut réalisé un chemin dans la montagne160, huit chariots effectuent respectivement 1166 voyages pour apporter l’eau, tandis que la chaux est acheminée au cours de 3691 voyages161. En Bresse, les transports sont également très nombreux et comme ailleurs, une partie d’entre eux est réalisée par des corvéables162.

135Lorsqu’il s’agit de travaux dans un château déjà construit, les chemins d’accès étroits, en pente avec un parcours en baïonnette, empêchent la circulation des gros chariots et on est obligé d’utiliser des chariots de moindre encombrement. La diversité des moyens de transport est également déterminée par l’avancement des travaux. Au début, on apporte les matériaux sans compter, ensuite on affine les livraisons en diminuant le nombre de chariots. Cela peut aller jusqu’à un seul qui monte alternativement la chaux, le sable et l’eau. La stricte gestion des apports peut se résumer à un seul âne. On travaille donc en flux tendu tant pour limiter le coût des transports que pour ne pas encombrer le chantier et éviter le gaspillage.

  • 163 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1329-1330, op. cit., t. 2, p. 16.

136Les pierres cuites qui restent dans le raffour sont couvertes par une coiffe identique à celle posée lors de la cuisson. Il convient qu'elles soient bien à l’abri de l'humidité afin qu’elles ne puissent entamer un processus d’extinction. La chaux vive peut se conserver ainsi pendant une année sans perdre de ses qualités et peut servir à un chantier ultérieur ou être vendue à un autre châtelain de la région en fonction des besoins et des ordres donnés par le bailli, le comte de Savoie ou les receveurs des comptes163. Ce qui témoigne de la bonne gestion des différents chantiers et d’une communication efficace entre les châteaux du réseau et l’administration centrale. Une fois éteinte, la chaux ne peut se conserver que sous la forme de poudre, c’est la raison pour laquelle les pierres cuites sont conservées en l’état.

  • 164 A.D.C.O., B 9721, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 6, 1358-1359  (...)
  • 165 A.D.C.O., B 9941, Compte de la châtellenie de Bagé, 12e compte, peau 10, 1298-1300 ; ibid., B 9952, (...)
  • 166 Ibid., B9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 12, 1298-1299 ; ibid., B 6 (...)
  • 167 Ibid., B. 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 13, 1292-1293 ; ibid., B (...)

137Les châteaux de Bresse situés en zone marécageuse et argileuse comme ceux de Bagé, Saint-Trivier ou Saint-Martin-le-Châtel possèdent un four à chaux qui est peut-être mixte et fabrique selon les besoins, des briques, des tuiles ou de la chaux164. Les pierres que la région ne peut fournir sont achetées et acheminées de loin, parfois par bateaux. Ces fours sont droits, c’est-à-dire verticaux, de forme circulaire, faits de briques formant une voûte avec une ouverture au sommet laissant passer la vapeur et le gaz. Une toiture les protège des intempéries165. Les fagots sont introduits par une gueule cintrée166. La disposition des pierres et la technique de calcination sont identiques à celles des grands raffours semi-enterrés du Bugey et du Revermont. Les quantités de fagots y sont tout aussi nombreuses167.

Figure 19. Proposition de reconstitution d’un raffour (dessin A. Kersuzan)

• Le mortier

  • 168 Techniques et pratique de la chaux, op. cit., p. 47.

138Le mortier est un matériau obtenu par un mélange d’eau, de sable et de chaux. Au contact de l’eau la chaux éteinte effectue ce que l’on appelle sa prise ou carbonatation qui est une réaction chimique lente qui lui permet de se durcir et de fixer tout ce qui est en contact avec elle. Le volume est augmenté par l’ajout de sable qui rend la chaux plus solide tout en diminuant les phénomènes de retrait168.

  • 169 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1315-1316, 1316-1317, op. cit., p. 70, 74.
  • 170 Ibid., « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 34-35.

139Le sable provient le plus souvent des abords d’une rivière et il est acheminé vers le chantier en même temps que l’eau et la chaux. La présence d’une rivière n’empêche pas l’usage du sable de carrière en plus de celui du cours d’eau. Des maçons sont chargés de la recherche d’une carrière qu'ils découvrent ensuite169, c’est-à-dire qu’ils mettent le filon de sable à nu en retirant la terre et l’humus. À Remens, on utilise la couche naturelle de sable qui recouvre le terrain autour du château lorsqu’on creuse les fondations des courtines. Il est ensuite tamisé au moyen de claies pour en ôter les cailloux et autres impuretés170.

  • 171 B. Palazzo-Bertholon et I. Parron-Kontis, « L’étude des enduits et des mortiers archéologiques. L’e (...)

140Il n’existe pas de noms différents pour nommer l’origine du sable, c’est-àdire de rivière ou de carrière. Les mots sablon et arena indiquent seulement une différence de grosseur des grains. Cependant, le sablon est un sable plus grossier que l'arena et sert plutôt à faire les enduits, car il est moins sujet au retrait et aux fissures171. L'arena est plus fin et viendrait plus sûrement des rivières tandis que le sablon serait du sable de carrière qu’on aurait concassé. Ces deux mots recouvrent donc, de manière indirecte, un sens correspondant à la fois à la texture et à l’origine du sable. Par ailleurs, on a vu que la terre glaise nécessaire à la fabrication des briques était également appelée sablon. Le mot sablon serait peut-être un mot générique pour indiquer tout matériau un peu grossier tiré du sol.

  • 172 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1312-1314, 1315-1316, 1320, op. cit., p. 59, 70, 95.
  • 173 A.D.C.O., B 6754, Compte de la châtellenie de Bagé, 2e compte, peau 23, 1330-1331.
  • 174 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 32, 34.
  • 175 Ibid., p. 39.

141L’eau est apportée au début des travaux en complément des sources que l’on recherche à proximité du chantier. Elle est stockée dans de grandes cuves appelées tines172 (tine), qui, une fois les constructions terminées, servent à l’approvisionnement du château. On a vu plus haut que peu de château avait un puits dans les régions de relief. Sur le chantier, le sable et la chaux sont déposés en deux tas. La chaux seule est protégée de la pluie et du vent par un appentis en bois. Le tout est à l’intérieur du château173 pour ne perdre de temps dans l'approvisionnement des maçons, pour que ces matériaux ne soient pas saccagés par l’ennemi si celui-ci attaque par surprise et parce que, pour cette même raison, les échafaudages sont élevés intra muros. Le mortier est gâché au pied des tas de sable et de chaux, non loin des murailles en construction. Cette opération se fait dans des caisses à l’aide de houes en bois ferrées qu'on appelle des rabots (ligo). Ils sont équipés de longs manches. Puis le mortier est apporté aux maçons au moyen d’oiseaux, de gerles, de hottes, de bauges (beysselet) ou de brancards. C’est un travail réalisé par des manœuvres, tant hommes que femmes, et aussi par de jeunes garçons qui en certaines occasions travaillent jours et nuits pour fournir le mortier et les pierres de blocage aux maçons qui sont également sur le chantier nuitamment174. Le châtelain paye des ménestrels pour qu’ils chantent et jouent de la musique et entraînent ainsi les ouvriers et les manœuvres au travail175.

142Les grandes quantités de pierre ainsi que le travail représenté peuvent surprendre et étonner, mais il convient de les relativiser eu égard à la modestie des châteaux savoyards en comparaison avec les forteresses du Nord de la France. On serait bien davantage étonné par le nombre de raffours et les quantités de matériaux nécessaires pour la tour maîtresse du château de Coucy, édifiée vers 1225. La hauteur des maçonneries atteignait 54 mètres, le diamètre était de 31,50 m avec une épaisseur de mur de 7,50 m à la base sur 11 m de haut.

• La mise en œuvre des maçonneries

143Les pierres à peine taillées des châteaux de Pont-d’Ain, Saint-André en Revermont, SaintRambert ou Treffort sont bloquées dans le mortier que les manœuvres apportent. Les maçons disposent les pierres en fonction de leur forme entre des lits de mortier et en tassant l’ensemble. Les pierres grossièrement taillées en petit appareil des châteaux de Jasseron, de la bâtie des Allymes ou des tours d’Ambronay sont disposées en lits plus ou moins réguliers en deux levées parallèles, éloignées l'une de l’autre d’un nombre de pieds correspondant à l’épaisseur que l’on veut donner à la muraille. L’espace entre les parements est rempli de pierres brutes disposées elles aussi selon leur forme pour s’encastrer le plus possible l’une dans l’autre. Elles sont liées avec du mortier, l’ensemble devant assurer à la construction homogénéité et solidité. Ces travaux sont faits à la tâche ou à la journée, aussi les comptes ne donnent jamais la double information qui nous permettrait de connaître le volume de maçonnerie qu’un maçon pouvait réaliser en une journée.

144Les murs des châteaux de Bagé, Saint-Trivier, Saint-Martin-le-Châtel sont entièrement construits en briques, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de fourrage intérieur composé de mortier et de pierres. Les murs du château de Châtillon-sur-Chalaronne alternent des rangées de briques avec des rangées de gros galets disposés en arête de poisson. La stabilité des murs de briques est assurée par une disposition alternée de celles-ci en carreau et boutisse. Pour ce qui reste des éléments de cette époque, on constate qu’un grand soin était apporté à ce type de construction. Les lits sont très réguliers et les joints assez fins. Les comptes ne parlent jamais d’enduit pour les murs de ces châteaux, on peut donc en conclure que les murailles étaient laissées nues et que les briques étaient apparentes aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur des fortifications. Le matériau fait donc partie intégrante de l’esthétique des châteaux et le soin apporté aux parements était un moyen d’offrir un quadrillage régulier et coloré à l’ensemble qui s’ajoute à la recherche d’homogénéité des constructions.

145L’usage de matériaux de faibles dimensions, qu’il soit en pierre ou en brique, génère des risques importants de fissuration et augmente les points de rupture dans les élévations. La stabilité et le raidissement des bâtis sont donc assurées par des chaînages d’angle, des encadrements de portes, de fenêtres et d’archères en pierre de taille. La pose des pierres de taille demande beaucoup de soin et de technique. Outre le poids de ces pierres qui impose des manipulations précises, il convient de respecter le lit de carrière de la pierre et de la déposer dans les maçonneries en fonction de celui-ci. A défaut de le faire, on établit une contre-passe ou un délit qui entraîne un délitage des pierres qui ne peuvent plus soutenir les contraintes mécaniques des murailles. La détérioration des pierres posées en délit est accélérée sous l’action des pluies et du gel.

  • 176 Id., « Pont-d’Ain... », 1309-1310, op. cit., t. 1, p. 69.
  • 177 V. Aladenise, Techonologie de ta taille de la pierre, Paris, 1982, p. 31.
  • 178 P. Cattin, « Remens... », 1347-1348, op. cit., p. 52.

146Les voûtes des portes et des fenêtres sont réalisées à partir de gabarits de bois (fusta empta ad faciendum « los cintros » et hostia porte - in circulis positis subtus votam)176 sur lesquels reposent les claveaux. Les pierres sont disposées avec une alternance des surfaces de lits et des faces de joints. Les maîtres maçons utilisent les outils propres à leur métier et connus de tous à cette époque, comme l’archipendule, le fil à plomb, la pige, la truelle, la martelette, l’auge etc...177. Normalement ces outils leur appartiennent et les comptes publics n’en font pas cas ; cependant il arrive, en de très rares occasions, que le comte de Savoie fournisse des cordeaux aux maçons178.

• Les échafaudages

147Les échafaudages sont, du point de vue technique, complètement liés à la construction des maçonneries. C’est grâce à eux que l’on peut élever les courtines, les tours et tous les bâtiments composants les châteaux forts. La plupart des échafaudages médiévaux sont restitués par des enluminures ou des traces archéologiques sur les murs ou dans le sol. Les bâtisses encore debout, pouvant témoigner des systèmes d’échafaudage, ont leurs murailles crépies. Il serait peut-être vain de vouloir retrouver les traces des trous de boulins dans nombre de constructions conservées puisqu’une multitude de grandes fenêtres les éclairent désormais. Il ne nous reste rien de visible des marques qu'ont pu laisser les échafaudages sur les châteaux de la Bresse et du Bugey sauf dans le grand mur de séparation du château de Saint-Germain où les trous de boulin sont bien visibles. Faute de fouilles et à cause des grandes destructions ou remaniements dont les châteaux ont été l’objet, ce sont, encore une fois, les comptes de châtellenie qui, sans vraiment entrer dans les détails, nous apprennent que des charpentiers ont été payés pour la construction d’échafaudages appelés « ponts » (pontibus murorum).

  • 179 Id., « Pont-d’Ain... », 13351336, op. cit., t. 2, p. 55.

148Pour les murailles non enduites et encore visibles dans ce qu’était l’espace des châteaux, on n’est guère mieux renseigné. L’approche est souvent difficile et comme les trous de boulins étaient rebouchés179, il faudrait échafauder à notre tour, pour observer de près la muraille et retrouver ces trous. Par ailleurs, beaucoup de murailles ont été arasées et dépassent, de nos jours, rarement le niveau (5 mètres) à partir duquel étaient pratiqués les trous. En dessous de cette hauteur, on utilisait généralement un hausse-pieds. Ce sont de simples planches, assez larges, posées sur des tréteaux. Dans les comptes, on les appelle extrinas ou tresteary. Ce type d’échafaudage est très facile à mettre en œuvre et à déplacer. Il est largement suffisant pour démarrer les premières toises de construction. Il se pourrait d’ailleurs, mais rien ne l’atteste, que la mesure standardisée des hauteurs dont on a parlé plus haut, corresponde à celle qu’il était possible d’élever au moyen de ces tréteaux.

  • 180 Construire un château au Moyen-Âge (d’après les comptes de construction des châtellenies) et le res (...)

149Il ne semble pas que l’on ait beaucoup utilisé, sur les premières hauteurs, d'un remplissage de terre pouvant faire office d'échafaudage à l’intérieur des tours. Ce système n’est visible que dans la petite tour ronde, à l’extrémité de la courtine orientale du bourg du château des Allymes180. Ce remplissage permet en outre de renforcer la base de cette petite tour qui est relativement faible du point de vue défensif. Eu égard à sa taille, la petite tour cylindrique du château de Saint-Germain dont il ne reste que les soubassement était peut-être remplie de terre. Mais rien ne permet de l’affirmer. Ailleurs, les tours sont de trop grande dimension et si on y apporte de la terre, qu’on l’arase et qu’on l’aplatit, c’est uniquement pour couvrir les planchers.

  • 181 A.D.C.O., B 6751, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1313-1314.

150L’extrapolation laissant la moindre distance entre l’hypothèse et la réalité semble résider dans un échafaudage composé de plates-formes posées sur des boulins181 (furones) encastrés dans les maçonneries et soutenus à l’autre extrémité par des perches (perticas) verticales bien calées dans le sol, peut-être même posées dans un petit trou spécialement creusé à cet effet. Les boulins sont solidement attachés aux perches par des cordes de chanvre. Ces perches assurent une meilleure tenue des boulins et lorsque les murs sont en simple blocage ou en petit appareil, comme c’est le cas dans la plupart des châteaux, elles empêchent les maçonneries encore fraîches, de se désolidariser sous l’effet de levier que pourrait avoir le boulin lorsqu’il n’est pas traversant. Perches et boulins sont tenus par des pièces de bois fixées en diagonale pour assurer une plus grande stabilité à l’échafaudage et une véritable résistance au vent. Ce renfort s’appelle le contreventement. À partir d’une certaine hauteur les échafaudages peuvent également être établis en bascule, c’est-à-dire sur une grande équerre de bois dont l’hypoténuse telle une jambe de force soutient l’extrémité du furon en s’appuyant sur une pièce de bois verticale plaquée contre le mur.

  • 182 L'échafaudage dans le chantier médiéval, op. cit., p. 27.
  • 183 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 57
  • 184 Encyclopédie des Compagnons du Devoir, Paris, 1985, sub verbo, Échafaudages et étalements.

151Verticalement, les rangées de boulins sont, en général, distantes d’environ 1,50 m, pour que les maçons puissent travailler à bonne hauteur. Mais il existe parfois de plus grands espacements182. Il faudrait vérifier sur les murailles la longueur des intervalles verticaux et horizontaux, car il est impossible, à partir des comptes, d’émettre une hypothèse. L’unique fois où les comptes donnent des mesures relatives aux matériaux des échafaudages, c’est pour indiquer la longueur de 48 planches de chêne, utilisées à l’intérieur de la grande salle du château de Pont-d’Ain. Chacune mesure 12 pieds de long (3,70 m) sur 1 pied de large (0,33 m)183. Si on se réfère aux comparaisons faites entre les techniques d’échafaudage en bois encore en usage dans les années 1960-70184 et les études des textes médiévaux, on peut estimer qu’en général, les trous de boulins étaient horizontalement distants d’environ 1,65 m.

152Chaque planche doit déborder des appuis d’au moins 10 cm de chaque côté. Ce qui établit, compte tenu de la largeur des trous (10 cm) une distance, d’axe en axe, de 3.40 m entre chaque trou. Comme il faut que le platelage soit soutenu par au moins trois supports, la portée est reprise par un troisième boulin placé entre les deux extrêmes, déterminant ainsi une distance entre chaque trou de 1,65m. Dans les murs en pierre de taille les distances ne sont pas régulières mais pour les murs en blocage il est plus aisé de respecter des distances égales. En largeur, les platelages ne peuvent être inférieurs à 60 cm. On a donc disposé les planches côte à côte, on compte ainsi 24 longueurs de 3,30 m puisqu’il faut que les planches se recouvrent d’au moins 20 cm à chaque extrémité pour éviter l’effet de bascule, l’échafaudage mis en place dans la grande salle devait mesurer environ 79 m, ce qui correspond approximativement à la somme des longueurs du grand mur et des deux murs pignons. Cependant ces mesures ne peuvent être généralisées, car l’exemple est unique et il pouvait y avoir des pratiques différentes d’une campagne de construction à l’autre : Par exemple en 1340, au château de Pontd’Ain, pour la tour dite des latrines, construite en pierres de taille. Il n’y a aucune trace de trous de boulins ni de rebouchage. Il ne peut donc y avoir de doute sur l’usage d’un système d’échafaudage différent, sûrement composé de deux rangs de perches verticales, rendant l’échafaudage indépendant du mur et ne laissant du coup, aucune trace sur les parements.

  • 185 P. Cattin, « Remens... », 1349-1350, op. cit., p. 73.

153Malgré cela, il est certain que la grande majorité des constructions a été réalisée avec l’usage de boulins. Les comptes en parlent de nombreuses fois et le type de maçonnerie mis en œuvre rend logique ce système. Les trous peuvent être « traversants », même dans les murailles épaisses de 6 pieds (1.90 m) où l’épaisseur demande le travail de maçons des deux côtés. Le grand mur de séparation entre les cours du château de Saint-Germain en donne plusieurs exemples. Les boulins sont enfoncés de part et d'autre et se rencontrent au milieu du fourreau, soit à 95 cm du bord. Il convient d’ajouter 60 à 70 cm pour le platelage et encore une vingtaine pour la fixation à la perche pour obtenir une longueur théorique de 1,80 m environ par boulin. Les boulins des hourds de la bâtie de Remens ont chacun une longueur d’une toise185, ce qui correspond parfaitement aux calculs effectués ci-dessus. Sur d’autres murs, moins épais, le boulin ne traverse pas la maçonnerie et ne s’enfonce jamais au-delà de la moitié de l’épaisseur. Pour un mur standard de 2 pieds (65 cm) on utilise des boulins longs de 1,25 m. On dit que le trou dans lequel ils s’enfoncent « est borgne ».

  • 186 Généralement les trous de boulins ont des dimensions qui varient entre 10 et 15 cm de côté. Cf. L'é (...)
  • 187 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 27, 1342-1346. Cf. aussi P. Cattin, (...)

154Si les comptes ne donnent quasiment jamais les longueurs des boulins, ils ne donnent pas non plus leur grosseur. On sait pourtant qu’ils sont de section carrée, car c’est ainsi qu’ils sont parfois appelés à l’exemple de tous les troncs qui sont taillés pour devenir des poutres, des solives ou des arbalétriers. 11 faudrait retrouver les trous pour estimer leur section, car celle-ci est à peine inférieure à celle du fourreau186 afin qu’il y soit bien maintenu par un calage en bois, tout en étant facilement retiré pour son réemploi. Sur les boulins, sont posés des planches aboutées ou des claies en branchage tressé pour former ce qu’on appelle des platelages187 servant pour la circulation des porteurs et pour le travail des maçons. Les claies sont légères et fragiles, donc dangereuses. Elles sont renforcées, en longueur, par des longerons qui en assurent la rigidité. On accède aux platelages au moyen d’échelles ou de plans inclinés en planches ou en claies avec des tasseaux cloués dans la largeur pour que les travailleurs y calent les pieds et ne glissent pas. Les deux systèmes pouvaient servir en même temps, ce qui rendait plus intense l’apport des matériaux. Cependant chacun était spécifique à une catégorie de porteurs. Les manœuvres équipés d’oiseaux ou de brancards avaient les mains prises et devaient passer par les plans inclinés tandis que les échelles étaient utilisées par les hommes qui portaient des hottes sur le dos. D’un platelage à un autre situé au-dessus, les échelles et les rampes passaient, entre les longerons, par une trappe dans le clayonnage.

155Le bois, dont sont faits les échafaudages, est d’origine très diverse. Toutes les essences sont bonnes, pourvu qu’elles donnent des pièces d'une longueur et d’une résistance adaptées aux besoins. On travaille le chêne autant que le peuplier ou le sapin. On tresse des branchages pour les platelages en claies (cletas pro pontibus murorum), mais on utilise aussi bien de belles et longues planches de chêne. On récupère tout ce que l’on peut des toitures, des planchers et des ponts sur l’Ain ou le Suran, des radeaux.

Les charpentes et les toitures ; matériaux et mise en œuvre

  • 188 B Phalip, « Charpentes, climat et couvert végétal », dans Dossiers d’archéologie, no 251, Paris, ma (...)

156Le bois est utilisé dans une proportion presque aussi grande que la pierre, mais ses applications sont beaucoup plus variées. Les multiples usages de ce matériau déterminent des lieux d’abattage différents, correspondant à la qualité intrinsèque des essences et la taille des arbres composant chaque forêt188. Il est très souvent question du bois dans les comptes parce qu’il a fallu le couper, l’équarrir, le transporter, le travailler avant de le mettre en œuvre.

  • 189 Ch. Dormoy, « L’expertise dendrochronologique du donjon de Loches (Indre-et-Loire) : des données fo (...)

157Le bois est originaire des forêts et des bois environnants les châteaux, mais il n’est pas rare que l’on en fasse venir d’assez loin aussi bien par charrois pour les pieux, les bardeaux et les fagots que par flottage pour les grosses pièces devant constituer les poutres des planchers et les entraits et les fermes des charpentes. Ces pièces de bois, grosses ou petites, sont travaillées aussi bien près du lieu d’abattage qu’à proximité des chantiers quand il est encore vert. 11 est beaucoup plus facile et pratique de refendre du bois qui n’a pas séché aussi bien pour la netteté des faces que pour la dépense d’énergie. Il n’y a quasiment pas eu de fouilles archéologiques dans les châteaux de cette étude aussi aucune analyse dendrochronologique n’a pu être réalisée. Néanmoins, celles effectuées dans d’autres châteaux, comme par exemple celui de Loches dans le département d'Indre-et-Loire ou ceux de Chillon et Grandson, dans le Pays de Vaud, montrent à l’évidence que le bois de gros œuvre est mis en place tout de suite après l’abattage189.

  • 190 A.D.C.O., B 9522, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 3e compte, peau 2, 1308-131 (...)
  • 191 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 16, 1301-1302 ; ibid., (...)
  • 192 A.D.C.O., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 4, 1309-1310 ; ibid., B 994 (...)

158Il est remarquable que, mis à part les perches des engins d’artillerie qui sont toujours fait à partir d’un grand tronc de sapin, les essences et les types d’arbres n’ont pas d'utilité spécifique. Ainsi les planchers et les bardeaux des toitures sont réalisés aussi bien en sapin qu’en chêne190, les portes et les fenêtres sont en sapin, en peuplier, en chêne ou en noyer191, les poutres et les éléments de charpente en chêne ou en sapin192. Cela vient très certainement des nombreuses possibilités que ces régions de montagne offrent dans le choix des essences.

• Le bois des forêts

  • 193 P. Cattin, « Pont-d’Ain.. », 1318-1319, op. cit., t. 1, p. 103 ; « Billiat.. », 1328-1329, 1333-133 (...)

159Les arbres sont abattus puis équarris sur place par des bûcherons qui travaillent à la hache. Cet outil leur appartient en propre, car il n’y a jamais, dans les comptes, d’achats ni de frais d’entretien à ce titre. Elles sont appelés destralias ce qui donne leur nom aux bûcherons (destralerius). La tête (ecuet) des troncs trop fine pour les poutres, est sciée. Ce raccourcissement facilite le transport des fûts. Ces têtes sont transformées en billots (billonus) qui servent à la fabrication des planches comme pièces de bois dans lesquelles sont taillés des planches et des bardeaux193.

  • 194 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 8, 1301-1302 ; P. Catt (...)

160Avec les gros troncs sont réalisées les poutres des planchers et les gros éléments de charpente des toitures comme les entraits, les arbalétriers les fermes et les sablières ainsi que les poteaux qui soutiennent les poutres des celliers et les piliers des auvents. C’est avec ces énormes troncs que sont également réalisés les piliers des chaffaux. Ces longues poutres (filerie ou teylie) peuvent atteindre six toises en longueur et sont de section rectangulaire variant de un pied et demi à 2 pieds (65 cm) par un pied. C’est pour cela qu’elles sont également appelées des carrés (quarrata). Ces troncs ne sont pas tous utilisés ainsi. Beaucoup d’entre eux sont sciés en longueur pour obtenir des planches et des bardeaux194. Les petits morceaux restants des travaux sont œuvrés en longues chevilles qu’on appelle des clavins (clavini de quercu) servant à fixer les bardeaux de couverture aux poutres des charpentes.

161Les troncs de moindre épaisseur servent à faire les pieux pour les palissades, les traverses et les chevrons des toitures, les appuis des raffours, les perches verticales des échafaudages et celles des contreventements. Recoupés en longueur, on en fait les boulins des échafaudages, des hourds et des latrines en encorbellement. Les branches les plus fines sont mises en claies pour les chaffaux, les hourds et les échafaudages. Les branchages sont groupés en fagots pour alimenter le feu des différents fours et des cheminées. Rien n’est perdu sur un arbre abattu et on récupère tout ce qui peut servir. Au risque d’être trivial, je dirai qu’en matière de construction, les maîtres font poutres de tout bois.

  • 195 P. Cattin, « Billiat... », 1339-1340, 1342-1344, op. cit., p. 196, 200, 221.
  • 196 Id., « Pontd’Ain... », 1325, op. cit., t. 1, p. 143, 1335-1336, t. 2, p. 57, 64.

162Dans le Bugey et le Revermont, ces gros troncs sont acheminés au plus près des chantiers par flottage sur les rivières. Ils sont abattus en montagne, équarris et écorcés puis tramés vers un jet d’où ils sont précipités dans la rivière. Les jets sont des sortes de larges canalisations creusées dans le rocher au sommet des ravins. Les jets ont tous des parties en bois qui comblent les espaces où le rocher ne permet pas d’avoir une canalisation linéaire ni régulière dans sa pente195. Les troncs sont posés dans la large rigole et à la suite d’une forte de poussée, ils glissent dans la pente et sont projetés d’eux-mêmes dans la rivière en contrebas. Ils sont alors regroupés et reliés entre eux avec des cordes pour en faire des radeaux (razello) ce qui permet de descendre avec eux des matériaux de construction que l’on nomme génériquement (alluvio)196.

  • 197 Voir carte p. 347.
  • 198 Id., « Saint-Rambert... », 1314-1315, 1319-1320, op. cit., p. 64, 91 ; « Remens... », 1345-1346, op (...)

163Les comptes des châtellenies proches des régions montagneuses témoignent tous de jets de cette sorte. Aux environs de Saint-Rambert et de Saint-Germain, les arbres sont abattus dans la montagne de Saint-Sulpice-le-Vieux, au nord de la cluse des Hôpitaux et précipités à proximité dans les gorges de l’Albarine par le jet de la Poterne. Une équipe les guide jusqu’au pont de Tenay ou plus en aval jusqu’à Argis197, au sud d’Evosges, puis les charpentiers les relaient et les font descendre jusqu’à Saint-Rambert, et, à partir de 1321 jusqu’à la pierre crépue, près de Saint-Germain. Ainsi sont acheminées les grosses pièces de bois pour les engins devant assurer la défense de la bâtie de Luisandre, les poutres de la toiture de la petite tour d’Ambronay, le bois des chaffaux de la bâtie de Remens, les réparations du château de Saint-Germain après sa prise par le comte de Savoie198.

  • 199 Voir carte p. 347.
  • 200 Id, « Billiat... », op. cit., p. 104, 125, 133, 153, 231.201. Voir carte p 347.

164À quelques lieux de Billiat deux jets, celui de Ruenge au débouché des gorges du Rhône et celui de Surjoux199, plus au sud, précipitent dans le Rhône les troncs nécessaires à la construction puis à la réparation du château du Bourget après son incendie en 1347, aux besoins du château de Seyssel et jusqu’à Belley où, en 1321, 110 troncs, devant constituer un chat pour le siège de Saint-Germain, sont envoyés au comte Amédée V. On en fait de même jusqu’à Jonage pour la construction de la bâtie en 1330200.

  • 201 A.D.C.O., B 10152 (3), Compte de la châtellenie de Treffort, 3e compte, peau 4, 1313-1314.
  • 202 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 36.
  • 203 Id., « Pont-d’Ain... », 1325, op. cit., t. 1, p. 143.
  • 204 Ibid., 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 105, 107, 112 ; « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 36.
  • 205 Ibid,
  • 206 Ibid, « Saint-Rambert... », 1323, 1329-1330, op. cit., p. 120, 156.

165Les berges des rivières sont ponctuées de distance à distance d’esplanades que les comptes appellent des ports, c’est-à-dire des sortes de plages sans doute aménagées avec des pontons à proximité du bourg ou de la ville située au bord de la rivière, comme c’est le cas pour Saint-Rambert, Saint-Germain, Pont-d’Ain, Treffort dont le port est près d’une roche sur le cours du Suran201, aux environs de l’abbaye de Sélignac201. Ce n’est pas une opération forcément aisée et il faut que des gens, sur la berge, aident les mariniers à aborder202. Il arrive, à Pont-d’Ain que les radeaux, emportés par le courant, heurtent le pont sur l’Ain et l’endommagent203. Les radeaux sont démontés et les troncs sont hissés sur la terre ferme204 · Ceux qui sont destinés à être utilisés entiers sont dégrossis pour leur donner une section quadrangulaire, puis ils sont transportés directement sur de grosses charrettes. Les autres sont coupés et débités en planches sur le port205 et sont transportés ensuite vers le chantier avec les voliges tirées du dégrossissement des filières. Les transports se font dans des chariots si les planches sont nombreuses et de grande taille, sur des ânes si la quantité est peu importante et les planches assez courtes206.

  • 207 A.D.C.O., B 9585, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 1333-1333 ; ibid., (...)
  • 208 Ibid., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 3e compte, peau 10, 1310-1311 ; ibid., B 7079, (...)

166Toutes les pièces de bois ne viennent pas par voie d’eau, car on abat également de gros arbres dans les bois et les forêts proches des châteaux207. Les châteaux du Revermont perchés sur un relief élevé comme Jasseron ou Treffort et ceux de Bresse, qui ne sont pas bordés par une rivière capable de transporter les troncs, sont approvisionnés en grosses pièces de bois au moyen de fortes charrettes à quatre roues tirées par des bœufs208. L’équipage est fourni et mené par des bouviers ou des corvéables. Ces charrettes viennent le plus près possible des lieux d’abattage, mais à cause de la densité de la couverture boisée et de leur taille elles demeurent à l’orée des bois ou dans une clairière proche. Pour que les roues ne s’enlisent pas, on fabrique des chemins de traverses. Les poutres sont apprêtées dans les bois par les destraliers aidés par des manœuvres pour tirer les troncs vers les lieux d’équarrissage, puis pour les chargements sur les charrettes.

167Certaines distances peuvent nous paraître relativement longues pour des chariots si lourdement chargés et sur des routes peu carrossables. Par exemple, des poutres sont acheminées à Pont-d’Ain depuis la forêt de Seillon qui se situe à proximité de Bourg, soit à 20 kilomètres. Il faut une journée complète pour effectuer le trajet. Les transports représentent une part très importante des travaux et des manipulations des matériaux.

  • 209 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298 ; ibid., B 9945, (...)
  • 210 Ibid., 1331-1332, op. cit., t. 2, p. 27.
  • 211 A.D.C.O., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 3e compte, peau 4, 1327-1328 : ibid., B 80 (...)

168Dans les bois sont également réalisés à prix fait les pièces de bois de moindre taille ainsi que les pieux, les claies, les fagots, les planches209. Ainsi une grande partie du bois est quasiment prêt à être mis en œuvre lorsqu’il arrive au château. Seuls les bardeaux des toitures sont à recouper quoique l’on donne parfois un gabarit aux destraliers pour qu’ils les réalisent, dans les bois, à la longueur voulue210. Que les planches et les poutres soient travaillées dans les bois nous renseigne finalement assez peu sur l’origine forestière des éléments en bois. Malgré les quantités impressionnantes de poutres, bardeaux, planches et fagots qui sont apportées dans les châteaux, il est bien rare que le nom du bois ou de la forêt apparaisse à chaque fois. Les comptes se contentent de dire que toutes ces fournitures en bois nécessaires aux constructions et à la défense du château ont été faites dans les bois du seigneur211. Cela ne signifie pas pour autant que le bois provienne d’une forêt toute proche ni que les comptes n’indiquent son nom que lorsqu’elle est assez éloignée du chantier. Il arrive aussi bien que des noms de forêts voisines et d’autres plus lointaines soient indiqués. Sur l’ensemble du corpus, la nomination reste tout de même assez rare, mais nous pouvons penser que les citations qui nous permettent d’en situer quelques unes correspondent aux forêts dans lesquelles le bois est le plus souvent extrait.

  • 212 On dit aujourd’hui La Ruat. Ces deux bois sont situés à environ 5 km au nord-ouest de Pont-d’Ain, e (...)

169Les bois du Temple et de Rua212 et la forêt de Solliat (à 2 km au nord de Pont-d’Ain) fournissent du chêne, mais dans des longueurs et des sections moins importantes que ceux de Darcey et de Molissole. On le travaille sur place pour en faire des fagots pour les raffours, des claies pour les digues, les palissades et les échafaudages, des pieux pour l’appui les raffours, des boulins pour les échafaudages et des chevrons pour les toitures des chaffaux et des guérites. Il en faut des quantités importantes et on travaille durant plusieurs semaines à chaque campagne architecturale (sept semaines consécutives en 1305-1306).

  • 213 Le bois d’Oussiat est un bois de taillis comme l'atteste l’inventaire des biens du château fait en  (...)

170Le bois de Thol est lui aussi très proche de Pont-d’Ain. Il se trouve au-dessus d’Oussiat et appartient au prieuré de cette bourgade. Avec les bois de Saix et de Seillon, au sud de Bourg, il a systématiquement fourni, durant les 59 années de l’étude, les bois de petite et moyenne dimensions213. La plupart des troncs destinés à devenir des bardeaux et des planches en sont issus. Les branchages de ces arbres au développement modeste sont tressés en claies ou fagotés avec les voliges restant de la première coupe. Les claies arrivent toutes prêtes, il ne reste donc plus qu’à les mettre en œuvre sur les échafaudages, les digues ou les chaffaux.

  • 214 Voir carte p. 347.
  • 215 A.D.C.O., B 10151, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 7, 1310-1311.
  • 216 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 51.

171De nos jours, la ville de Bourg-en-Bresse est encore bordée au sud et à l’est par de très grandes forêts dont les noms sont, pour la plupart, les mêmes qu'à l’époque qui nous intéresse. Au sud, la forêt de Seillon se prolonge jusqu’à Varambon. À cette époque, elle est déjà divisée en plusieurs partie formant des bois bien identifiés avec chacun un nom différent. Les bois de Priay, Druillat, de Varambon, de Rua214 ne sont que des parties de la grande couverture forestière qui, sur parfois cinq kilomètres de large s’étend sur plus de vingt kilomètres au sud de Bourg. Les châteaux de Bresse et du Revermont ont fait un large usage du bois de cette forêt215. Dans son ensemble, elle n’est pas composée de grands arbres, mais plutôt de petits chênes dont on fait des claies et des faisceaux de verges qui sont acheminés par chariots vers le chantier216.

  • 217 A.D.C.O., B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 4, 1311-1313 ; ibid., B 1 (...)

172Le Revermont, à l’est de Bourg est entièrement couvert de bois dont chacun porte un nom différent. On y exploite principalement les grands troncs des sapins dont on fait les poutres pour les planchers. Certains ont disparu ou ont changé de nom comme ceux de Saint Acust ou d’Albens dont parlent les comptes de Treffort217. Il est, de ce fait, impossible de les situer par rapport aux châteaux.

  • 218 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 13071308, op. cit.. p. 39, 52, 120 ; « Remens... », 1345-1346, op. (...)

173La partie de la montagne de Portes que le comte de Savoie contrôle, audessus de la rive gauche de l’Albarine, au sud de Saint-Rambert, est couverte de forêts de chênes et de sapins dont on tire des lattes et des bardeaux. Les gens d’Arandas et de Cleyzieu fournissent au titre de la corvée des milliers de ces planches pour les réparations de Saint-Germain et plus tard pour la construction de Remens218.

Figure 20. Principales forêts d’où est extrait le bois nécessaire aux constructions

  • 219 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 10e compte, peau 18, 1999-1299 ; ibid. (...)
  • 220 A.D.C.O., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 14, 1319-1322 ; ibid., (...)
  • 221 A.D.C.O., B, 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298 ; ibid., B 6753, (...)

174Le bois de Chamandrey, à l’est de Pont-d’Ain, fournit les grosses pièces de bois de chêne telles que les poutres, les pieux et les madriers pour les engins d’artillerie pour les châteaux des environs comme ceux de Pont-de-Veyle, de Bagé et de Treffort219. On y débite aussi en très grand nombre les planches pour les sols des tours et de l'aula ainsi que les bardeaux pour les toitures. La forêt de Chimillia et le bois de Tanrius ont des arbres de haute futaie dont on tire de grandes et fortes poutres pour les planchers220. En revanche, les arbres sont sans doute plus petits et de moindre épaisseur dans les bois de Grandval, de Chantrepin, de Bechereys et dans la grande forêt de Money dans lesquels on se sert pour faire les claies et les verges des aliours, les fagots pour les fours et les perches des barrières221.

• Le bois de récupération

  • 222 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1330-1331, op. cit., t. 2, p. 27.

175Une partie du bois utilisé dans les constructions vient de la récupération de ce matériau sur des bâtiments et qui, en fonction des qualités d'origine et des dimensions restantes, est utilisé pour des usages très variés. C’est un matériau qui ne coûte plus rien en lui-même et si nous avons connaissance de son utilisation c’est par les salaires des manœuvres payés pour le manipuler, comme par exemple les 14 journées de travail pour retirer 6 000 vieux bardeaux du toit de la grande salle à Pont-d’Ain222. Le bois de récupération vient des vieux bardeaux des toitures, des planches des tabliers des ponts, des vantaux des portes et toutes les pièces de bois constituant les constructions très exposées aux intempéries comme les aliours, les latrines et les planchers des salles dont il est si souvent dit qu’elles sont à moitié pourries ou écroulées par vétusté et par les vents. Quand une grande surface du toit est ainsi découverte, des manœuvres s’occupent d’arracher les clavins qui tiennent les bardeaux à l’aide de pieds de biche en fer. Dans la région on dit pied d’âne (pes de asino). Bardeaux et clavins sont triés et en partie conservés pour un réemploi futur. En 1335, seulement 1 000 bardeaux de la grande salle de Pont-d’Ain ont pu être récupérés. Ce qui montre dans quel état pitoyable était la couverture à cette époque et par conséquent les cloisons et les planchers qui, à chaque ondée étaient copieusement arrosés.

  • 223 Ibid., 1305, t. 1, p. 35.
  • 224 Id., « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 75.
  • 225 Id., « Pont-d’Ain... », 1312-1314, op. cit., t. 1, p. 86.
  • 226 Id., « Remens... », 1347-1348, op. cit., p. 50.

176Les parties non pourries des grosses poutres constituant les chevalets des ponts et les piliers des chaffaux représentent des éléments de prix et de grande valeur constructive pour des bâtiments nécessitant l’utilisation de ces forts supports. À Pont-d’Ain, par exemple, le chaffal du milieu du pont est détruit à la hache à hauteur de ce que l’eau de la rivière a fait pourrir et ce que l’on peut récupérer du bois, sert à sa reconstruction à neuf, au même endroit223. Tout le bois de récupération ne vient pas forcément de la requalification de pièces en partie abîmés. Des modifications ou des améliorations des systèmes et des éléments de défense entraînent l’affectation des matériaux à un autre usage. C’est ainsi que le bois des quatre chaffaux de la bâtie primitive de Luisandre est mis en réserve dans l’enceinte de la nouvelle fortification avant de s’en servir pour construire, dans cette même bâtie, un bâtiment résidentiel pour le vice-châtelain de Saint-Rambert224. Les battants de la porte donnant sur la ville du château de Pont-d’Ain sont démontés lorsque la porte est murée en 1312-1314 par crainte d’une trahison des bourgeois. Les planches de ces vantaux servent avec d’autres boiseries de récupération à la construction d’une échiffe sur l’ancienne maison forte du sire Albert d’Ambronay225. À Remens, l’échiffe au-dessus de la porte est démontée pour surélever le mur. Le bois de cette échiffe sert à construire une écurie dans le château226.

177Beaucoup de bois est ainsi réemployé dans des constructions nouvelles ou dans des améliorations des défenses. Cependant cela ne représente qu’une petite part du bois de construction mis en œuvre dans les châteaux. Il semble y avoir une perte rapide et énorme des éléments sur l’ensemble du bois utilisé. De ce fait, la requalification de ce matériau n’est souvent qu’un complément dont il n’est pas certain que l’on ait tenu compte du volume pour l’élaboration des projets architecturaux.

• La mise en œuvre des charpentes

  • 227 O. Chapelot, « Bois sec, bois vert, vraie ou fausse question », Le Bois dans le château de pierre a (...)

178Le bois est travaillé et mis en œuvre alors qu’il est encore vert, ce qui entraîne le gauchissement précoce des pièces et la durée de vie assez courte qui les caractérise. Les charpentes et les poutres prennent rapidement de la flèche qui déforme les couvertures. Ainsi s’expliquent, en partie, les nombreuses fuites qui détériorent les édifices et la relative courte durée de vie des toits et des planchers. La raison de cet usage ne vient pas d’un manque de savoir-faire ni d'une carence d’outillage propre à travailler le bois sec, donc plus dur. La cause est surtout d’ordre économique. On n'a guère les moyens de payer l’abattage d’arbres que l’on va faire sécher durant des années avant de s’en servir. Par ailleurs, l'utilisation future de ce bois demanderait une gestion du stock et son renouvellement. Aussi répond-on à l’urgence des constructions et à la facilité de la préparation par l’emploi d’arbres que l’on vient d’abattre tout en connaissant les énormes inconvénients que cela entraîne227.

  • 228 Les murs de la tour neuve sont commencés en 1307 ou 1308 et sans doute terminés en 1310. La tour es (...)

179La plupart des étages dans les tours ou les bâtiments résidentiels et techniques sont réalisés sur des planchers dont les poutres reposent sur des retraits de maçonnerie ou des corbeaux. Ainsi, ce n'est que lorsque les maçonneries sont achevées que débute l’installation de la charpente des toitures puis des poutres des planchers228. On est contraint de toujours commencer par le sommet pour finir par le niveau le plus bas. Cette façon de procéder vient du système d'engin utilisé pour le relevage des longs et lourds madriers. C’est un système qui offre de multiples et commodes avantages techniques, pourvu que l’on ait mis en place une coordination efficace du travail. Un de ces avantages consiste à installer les niveaux les uns après les autres sans attendre que soit entièrement terminé celui situé au-dessus. Ainsi les poutres des plates-formes sommitales des tours sont installées dés que l’ossature de la charpente est mise en place et que commence le clouage des éléments entre eux et celui des bardeaux de couverture. La rapide mise hors d’eau de l'édifice permet en outre, de travailler à l’abri des intempéries et de ne jamais ralentir l’avancée des travaux. Selon le même procédé, on fixe les planches d’un étage tandis que sont disposées les poutres de l’étage inférieur.

  • 229 Ibid., « Compte de la châtellenie des Allymes à l’époque dauphinoise », dans Cahiers René de Lucing (...)

180C’est le système qui est le plus couramment employé, cependant, il existe un certain nombre de tours dont le premier étage est en maçonnerie sur voûte comme les grandes tours du château de Saint-Germain ou la bâtie des Allymes. On ne sait rien de la méthode employée pour la pose des poutres des planchers en bois des étages supérieurs aux voûtes. Les comptes dauphinois quand ils existent, sont d’une sécheresse remarquable et fournissent fort peu de renseignements229. On peut imaginer que la voûte du premier étage a été réalisée après la pose des planchers des étages supérieurs, mais pour ce qui est des réparations ultérieures et du remplacement des poutres les comptes savoyards ne donnent aucune indication. L’élévation de ces poutres était probablement effectuée par l’extérieur.

181On sait que le remplacement des poutres du premier étage de la tour maîtresse de Pont-d’Ain a été réalisé par le percement de la muraille à cette hauteur, ce qui prouve qu’à l’origine certaines tours ont eut leur premier étage posé sur des poutres disposées dans des trous de boulins.

182Les fermes des charpentes sont constituées de plusieurs pièces. Ainsi elles sont moins lourdes et auront moins tendance à se déformer. Outre cette considération ajoutée au problème qui existe à trouver en suffisance de grands fûts de bois, il est tenu compte de la difficulté à soulever et à mettre en place les pesantes et encombrantes poutres à une hauteur importante. On a donc voulu faciliter la pose des charpentes par des éléments plus légers et, en partie, déjà assemblés. Cela n’a pas pu se réaliser sans une concertation préalable des maçons et des charpentiers sous l’égide du maître d’œuvre. La hauteur et la largeur des édifices étant clairement définie en fonction des moyens et du bois dont on pouvait disposer. Après la définition des programmes, les différentes pièces sont fabriquées en série puisqu’il y a une symétrie des toitures et une répétition des assemblages. Pendant ce temps, les maçons élèvent les murailles. Dès qu’elles sont terminées, on apporte les madriers à l’intérieur du bâtiment où ils sont assemblés en ferme, à même le sol. Ce travail est grandement facilité par la taille réduite des pièces. Des liteaux, retirés une fois que la charpente est bien en place, viennent renforcer la tenue de l’ensemble pendant son ascension.

  • 230 Cf. infra, p. 355-356.

183Les fermes et les grosses poutres sont élevées les unes après les autres par un engin que l’on nomme « faucon » (falco)230. Pour des raisons pratiques, on commence toujours par une extrémité de la grande salle ou de la tour et ce n’est que lorsqu’on est certain de la bonne tenue d’une ferme que l’on passe à l’installation de la suivante. Pour la toiture de la grande salle du château de Pont-d’Ain, refaite vers 1336, des piliers de chêne (piliaria de quercu) sont d'abord installés verticalement sur les corbeaux afin de surélever la charpente et la toiture et pouvoir ainsi couvrir les chemins de ronde. Puis la grande ferme cintrée, sans entrait, est attachée par une grosse corde au bras du faucon et hissée en prenant soin qu’elle s’élève en restant dans l’axe longitudinal du bâtiment, car elle est aussi large que lui et il ne faut pas qu’elle heurte les murailles. Elle a naturellement tendance à tourner sur elle-même et on peut imaginer que « les dresseurs » (rexiatorii), chargés de son installation, stabilisent son ascension au moyen de cordes préalablement fixées aux pièces de bois. Lorsque la ferme atteint une hauteur légèrement supérieure aux murailles, les dresseurs la font pivoter en tirant sur les cordes puis commandent sa lente descente en contrôlant sa juste adaptation sur les piliers. On peut remonter et redescendre cette ferme jusqu’à ce qu’elle soit parfaitement en place. Tout cela doit se passer avec force cris, ordres contradictoires, gesticulations et insultes, à l’instar des chantiers modernes. Les dresseurs maintiennent chaque ferme avec les cordes pendant que le faucon remonte les grands arbalétriers qui vont soutenir la couverture.

184La corde qui les soulève n’est pas fixée au milieu de ses longues pièces mais légèrement au-delà du milieu, ce qui fait que les poutres prennent une légère inclinaison facilitant le passage et la pose. L’engin soulève l’arbalétrier au-dessus de la ferme et lentement le fait redescendre tandis que les dresseurs s’affairent à bien positionner la partie basse sur l’angle extérieur du mur puis sur la ferme et enfin à sa jonction avec l’autre arbalétrier, au faîtage du toit. On s’attelle immédiatement à fixer ces pièces de charpente entre elles avec de gros clous (crossia) puis à clouer les pannes. Le faucon est alors libéré et remonte les piliers et la ferme suivante. C’est le même procédé qui est utilisé pour les poutres et les grosses planches des planchers. Dès la dernière ferme posée, le faucon met en place les poutres des planchers selon le même procédé technique. Dans la grande salle de Pont-d’Ain, le rapport entre la longueur et les 12 consoles dans chaque courtine, donne un écart de quatre mètres entre chaque poutre. Des planches aussi épaisses soient-elles ne pourraient traverser cette distance sans plier. Des solives sont donc clouées en travers des poutres pour soutenir le plancher. Le faucon élève certainement les grands et lourds montants en pierre de taille des cheminées, dès que les poutres étrésillonnées sont installées. Ensuite l’élévation des pièces de bois du plancher reprend.

  • 231 Cf. infra, p. 354-355.
  • 232 A.D.C.O., B 9952, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 19, 1353-1354. Cf. aus (...)
  • 233 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 7, 1349-1350.

185Lorsqu'une partie des arbalétriers est entièrement couverte de pannes, d’autres charpentiers commencent la mise en place des bardeaux ou essentes (scindulos) de couverture. Sur les tours, les pannes et les bardeaux des toitures ainsi que les madriers, moins encombrants et moins lourds que les poutres, sont hissés à l’aide d’une grue dont on s’est servi pour monter les pierres d’angle231. Sur le bord du toit, des manœuvres font passer les bardeaux un par un aux charpentiers232. Pour éviter les chutes, tous ces gens sont attachés aux poutres au moyen d’une corde233.

  • 234 A.D.C.O., B 6688, Compte de la châtellenie d’Ambronay, 2e compte, peau 4, 1336-1336 ; ibid., B 9582 (...)
  • 235 Cf. supra, p. 453.

186Les bardeaux sont fixés à clin en commençant par le bord de la charpente. Leur longueur semble être disposée dans le sens de la pente. Le nombre de clous est toujours identique à celui des bardeaux234. On peut en déduire qu’un unique clou de chêne (clavinis) traverse les deux bardeaux en les fixant à la panne. Les couvreurs recoupent le dépassement des bardeaux, car aucun n'est vraiment de la même longueur. Pour recouvrir plus rapidement les toits, il arrive de faire préparer les bardeaux à la longueur précise, directement dans la forêt. Pour ce faire, les charpentiers ont fourni aux destraliers un patron (patronus) à la mesure exacte des bardeaux dont ils ont besoin235.

  • 236 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 30.
  • 237 Id., « Pont-d’Ain... », 135-1336, op. cit., t. 2, p. 58-59.

187La couverture est un travail rondement mené, car il faut travailler vite pour mettre l’intérieur de l’édifice à l’abri. Pour les couvertures de la bâtie de Remens, on embauche des manœuvres supplémentaires en raison des dangers de la guerre, mais aussi parce que le mauvais temps menace236. Ainsi vers 1335-1336, à Pont-d’Ain, il est dit que l’on fixe 35 000 bardeaux par jour pour couvrir en même temps la grande salle, la grande tour et la loge. Pour cela, on avait fait provision de 262 000 clavins, ce qui représente sept journées et demi de travail. Les comptes sont d’une très grande précision à cet égard et stipulent qu’on a payé pour ce travail 203 journées. On peut en déduire que 27 personnes œuvraient conjointement à la pose des bardeaux237.

  • 238 Ibid., 1336-1338, p. 80, 98.
  • 239 Ibid., 1338-1340, p. 102.

188La couverture en tuiles se fait sans attendre sur les parties bardées. On utilise des tuiles dont certaines sont plates (tegula plata) que l’on pose côte-à-côte et des tuiles creuses, dites à « coupe » (tegula copata) qui recouvrent la jointure des plates238. Ces tuiles viennent des « carronneries » proches. Ambronay et Douvres pour la région de Pont-d’Ain et de Saint-Germain, celle de Meillionas pour les châteaux du Revermont et les carronneries liées aux châteaux en Bresse. Il en faut des quantités énormes. 20 000 en 1338 à Pont-d’Ain pour couvrir la maison du four et du grenier et une partie de la bâtisse des cuisines239. La couverture des édifices en tuiles ou en bardeaux est un travail récurent dans toutes les fortifications et il est bien rare qu’il n’y ait pas dans chaque compte des paiements pour la réparation des toitures d’un ou de plusieurs bâtiments.

• Les engins élévatoires

189Les comptes sont peu explicites à propos des systèmes et des engins de levage. Ils n’en font aucune description et ce n’est qu’à l’occasion des achats de cordes et du paiement des salaires des charpentiers qui les construisent et les actionnent que l’on en a quelques mentions. C’est donc à partir du travail que les engins ont à produire et de quelques éléments de leur construction que l’on peut imaginer leur aspect. Des noms particuliers les distinguent les uns des autres. A bien des égards, les machines élévatoires médiévales sont directement inspirées de celles utilisées par les Romains dont il existe des descriptions très détaillées dans le livre X du De architectura de Vitruve. Les engins sont divers et variés et chacun correspond dans sa forme et sa force à la taille, au poids des matériaux et surtout à la hauteur à laquelle ils doivent les élever. Ils se composent essentiellement d’un bâti en bois, de cordages et de divers accessoires comme des poulies, des treuils, des cabestans.

  • 240 C. Czarnowsky, « Engins de levage dans les combles d’églises en Alsace », dans Cahiers techniques d (...)

190Dans les carrières pour charger les lourdes pierres de taille sur les charrettes et dans les forêts pour les grosses et longues pièces de charpente, on emploie un engin que les comptes nomme chèvre (capra). Sur le chantier, un engin du même type aide à les décharger. D’autres plus petits sont fixés au sommet des murs en construction et servent à la mise en place définitive des matériaux dans les maçonneries et les charpentes240.

191Les chèvres sont constituées de trois pièces de bois dressées obliquement et réunies à leur sommet par des ferrures. C’est une structure stable qui reste debout par elle-même et qui permet de soulever des charges verticalement par rapport à la jonction des trois poutres. Ainsi les matériaux peuvent être hissés hors des charrettes et vers le sommet des constructions à l’extérieur des échafaudages. L’inconvénient majeur de cet engin réside dans le mouvement uniquement vertical du levage donc de l’impossibilité de manipuler et de déposer un gros bloc de pierre au sommet de son ascension. Une chèvre à trois pieds ne peut donc servir qu’à l’élévation des lourdes poutres dans les charrettes et celle des planches, des bardeaux et des matériaux montés en groupe dans un coffre comme les tuiles ou les briques qu’il est facile de saisir depuis le bord du mur ou de la toiture.

192Une variante de ce système permet d’éliminer cet inconvénient de manipulation en ne comprenant que deux madriers pareillement assemblés à leur sommet et écartés à leur base. Il convient alors de bien les caler. La chèvre ne peut se tenir ainsi dressée qu’avec un haubanage qui sert aussi à la mettre en position de fonctionnement et à modifier son inclinaison en jouant sur la longueur des haubans. En redressant l’inclinaison des madriers, la charge arrivée à hauteur du sommet mur, se place à l’aplomb de l’attache supérieure des montants et il suffit alors de donner du mou à la corde qui les a élevés pour déposer une lourde et encombrante charge en un point qui n’est pas vertical à celui où elle a été prise, c’est-à-dire sur l’épaisseur du mur en construction.

  • 241 A.D.C.O., B 7087, Compte de la châtellenie de Bourg-en-Bresse, 1er compte, peau 5, 1298-1299 ; ibid (...)

193Les achats de cordes pour l’usage des engins et l’élévation des matériaux se retrouvent dans la plupart des comptes où des travaux de maçonneries et de charpenteries sont réalisés241. Il n’est pas indiqué si les cordes sont destinées au haubanage ou à la traction ; de même, on ne connaît pas la grosseur de leur section. On considère qu’une corde de chanvre d’un diamètre de deux centimètres seulement peut soulever sans risque un poids de 500 kilos. La lourdeur des pierres utilisées dans les châteaux de Bresse et de Bugey ne doit pas excéder ce poids, aussi c’étaient sans doute des cordes de ce diamètre qui étaient utilisées pour les chèvres.

  • 242 Ibid., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 4, 1309-1310.

194Au château de Jasseron, une corde de 17 toises, soit 26,50 mètres environ, est achetée pour élever les bardeaux de couverture pour la grande tour242. On sait que la grande tour est surélevée et atteint 28 mètres en hauteur. Cette hauteur correspond approximativement à celle de la corde fixée du sol à la poulie, pour une chèvre placée au sommet des maçonneries.

195Les procédés de préhension des charges sont variables selon la nature de celles-ci. Les comptes ne parlent pas d’élingue ni de brayer qui sont respectivement des cordes terminées par une boucle ou en boucle fermée que l’on attache autour de la charge puis à un crochet fixé à l’extrémité de la corde de levage. Les planches et les bardeaux sont sans doute hissés ensemble, simplement attachés à l’extrémité de la corde de levage. De même, il n’est jamais question dans les fournitures ni dans les travaux de forge sur les chantiers de louve auto-serrante ou clavée, pas plus que de pince. Les grosses pierres des chaînages d’angle sont peut-être montées sur un châssis de bois, lui-même relié à la corde de levage. Nous restons donc dans l'ignorance, pour l’instant, dans les modes de préhension des charges par les engins de levage.

  • 243 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 7, peau 4, 1318-1319.
  • 244 A.D.C.O., B 10151, Compte de la châtellenie de Treffort, 5e compte, peau 2, 1310-1311.

196Un homme seul peut, depuis le sommet des constructions ou du sol, hisser une charge à condition qu’elle ne dépasse pas son poids. Pour les fardeaux les plus lourds, il faut utiliser des procédés de démultiplication employés individuellement ou en association avec plusieurs hommes pour tirer les cordes, ce qui est la preuve que des éléments très lourds peuvent être ainsi élevés vers les hauteurs. Un palan à main est ainsi mis en service sur le chantier du château d’Ambronay243. Au château de Treffort, c’est un treuil qui est fabriqué par les charpentiers pour élever les poutres d’une charpente avec huit manœuvres pour l’actionner244.

  • 245 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 104.
  • 246 Id., « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 31.
  • 247 A.D.C.O., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 4. 1302-1303.
  • 248 L’échafaudage dans le chantier médiéval, op. cit., p. 37, 76, 83-88, 91, 96-98 ; Les bâtisseurs du (...)

197Il ne semble pas que l’on ait utilisé de cabestan ou de cage d’écureuil sur les chantiers concernés par cette recherche. Sans doute, il y en avait dans les carrières, mais les comptes ne le signalent pas. Il se peut, néanmoins, que les apareils placés au sommet des tours en construction, dont certains comptes parlent en se bornant à les nommer engins, soient une chèvre équipée d’une cage d’écureuil ou d’un cabestan. Dans les comptes de Pont-d’Ain, on ne parle que de son démontage et de son évacuation après qu’il eut hissé les matériaux de la toiture de la tour « mancisse »245. Les comptes de la construction de la bâtie de Remens témoignent d’un engin pour construire le grand chaffal, sans en dire davantage sur sa forme et son nom246. Il en va de même dans un compte de Treffort247. Les informations sont particulièrement maigres et n’autorisent aucune description. Il se peut que cet engin soit une sorte de grue représentée de nombreuses fois en diverses régions et à diverses périodes par l’iconographie. 11 s’agit d’une grande de potence dont la traverse porte un réa à chacune de ses extrémités pour guider une corde qui s’enroule autour du tambour d’un treuil à main ou d’une cage d’écureuil248.

198Cette sorte de grue hisse les bardeaux et les pannes des charpentes et sûrement aussi les pierres de tailles des chaînages d’angle. Ainsi que le montre l’iconographie, elle est toujours située à l’intersection des murailles ou dans un angle de tour, ce qui permet de poser, par pivotement, les matériaux sur les deux pans de mur en construction. Effectuée à cet endroit, l’ascencion des charges n’est pas gênée par les échafaudages dont l’extrémité s’arrête sur le dernier boulin et ne va pas, de ce fait, jusqu’à l’arête angulaire du mur.

  • 249 Villard de Honnecourt donne un plan de trébuchet et en explique le fonctionnement. Cf. Villard De H (...)

199Si l’engin qui sert à élever les poutres des planchers, comme on l’a vu plus haut s’appelle un faucon ; c’est sans doute par analogie de ses bras avec la forme des ailes, ressemblant à une faux, de ce petit rapace. Le faucon devait donc être un engin muni d’une grande flèche articulée pivotant sur un axe en fer, fixé au sommet de deux grosses poutres verticales épaulées en plusieurs points par des contrefiches s’appuyant sur des sablières. La guerre et ses engins, surtout ceux construits pour les sièges, ont joué un rôle essentiel dans l’élaboration des machines de levage. Ainsi le faucon ressemblait d’assez près à une bricole et fonctionnait sur le même principe249. Son adaptation à des fins de construction consiste en un remplacement du contrepoids par un madrier articulé à la flèche, donnant au levier cette forme d'aile de faucon, au rajout de roues permettant de déplacer l’engin à l’intérieur des édifices et dans la possibilité de faire fonctionner la flèche de part et d’autre de l’engin, évitant ainsi d’avoir à le retourner lorsqu’on arrive à la pose des dernières poutres.

  • 250 P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1307-1308, op. cit., t. 1, p. 60.
  • 251 Ibid., 1310-1311, p. 76

200Le grand bras n’est articulé que pour son réglage en hauteur. Il est ensuite, maintenu immobile par la fixation du madrier qui est adjoint à un châssis de poutres verticales, attachées aux sablières. C’est par ce madrier et ces poutres percées de trous dans lesquels on fait passer une forte perche bloquant le tout que l’on règle la hauteur de la flèche. De gros réas sont fixés à l’extrémité du bras et à sa jonction avec le madrier. Ils guident vers un treuil, une longue (20 toises soit 36 m.) et puissante corde avec laquelle sont hissées les poutres250. Le poids des fortes poutres dépasse sans doute les 500 kilos et impose l’usage d’une corde ayant une section approchant quatre centimètres qui permet de lever deux tonnes. Cette corde est d’ailleurs si lourde pour le faucon de Pont-d’Ain, en 1311, qu’il fallut louer une charrette pour la transporter depuis Bourg251. Afin de faire fonctionner l’engin des deux côtés, il devait y avoir un treuil de part et d’autre des montants verticaux.

Figure 21. Proposition de reconstitution d’un faucon
dessin A. Kersuzan

  • 252 E. Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle, op. cit (...)

201Cette proposition reste théorique mais s’appuie sur un engin de levage en usage au XIIIe siècle, inspiré d’une bricole et utilisé par Viollet le Duc pour la restauration du donjon de Coucy252. La reconstitution que j’en propose établit une symétrie des châssis verticaux contrairement à l’engin de Viollet le Duc, parce que la hauteur à atteindre et le poids des poutres sont bien supérieurs aux montants des hourds de la grande tour de Coucy. Pour rester stable l’engin demande un plus grand empattement.

  • 253 P. Cattin, « Pont d’Ain... », op. cit., t. 2, p. 61 et 104.
  • 254 Ibid., t. 1, p. 76.

202Le système de pose des poutres oblige le faucon à être installé à l’intérieur des bâtiments253. Ses grandes dimensions font qu’on l’y amène en pièces détachées dans le château où les charpentiers le construisent. Les pièces de bois qui le composent sont de forte section, exclusivement en bois de chêne, car il convient d’avoir des montants solides et rigides pour supporter d’énormes forces. Les assemblages des pièces sont renforcés par des bandes de fer. Le bras est composé de deux poutres liées entre elles par des frettes (freytiz) et des cordes. Ces poutres reçoivent, entre elles, l’axe de rotation du bras. La construction du faucon et la pose des poutres de deux des trois étages de la tour neuve à Pont-d'Ain, en 1311 demandaient 14 jours de travail à six charpentiers sous les ordres d'un maître charpentier254.

Le plomb et le fer

  • 255 A. Erlande-Brandenburg, « L’architecture rayonnante et le métal », dans Les bâtisseurs du Moyen-Age (...)

203Le plomb et le fer n’interviennent pas dans les structures, ni dans le renfort des maçonneries. Il n’y a pas de « pierres armées » dans les châteaux de cette étude255. Les métaux ne doivent pas pour autant être considérés comme des matériaux annexes et secondaires. Le plomb surtout, parce que contrairement à notre époque, il est, après le fer, le métal le plus employé sur les chantiers médiévaux. La place du plomb et du fer dans l’architecture est capitale. Ces deux métaux sont utilisés pour les espars et les gonds des portes, les renforcements et les fixations des coursives en bois, des engins et des ponts, ainsi que dans les pivots (pyvotis) des ponts-levis. Les outils fabriqués ou réparés sur les chantiers sont exclusivement en fer. Ces multiples usages rendent la métallurgie absolument nécessaire et on ne saurait se passer des métaux dans la construction des châteaux forts.

  • 256 O. Chapelot, « Les ouvriers du métal en Bourgogne à la fin du Moyen Âge : l’exemple du Châtillonnai (...)
  • 257 P. Benoit, La mine de Pampailly, XVe-XVIIIe siècles, Brussieu-Rhône, D.A.R.A., Lyon, 1997, p. 23-50 (...)

204Nous ne nous étendrons pas sur la prospection qui est assez libre, ouverte et largement encouragée par les princes. Une fois les gisements découverts, les seigneurs ne sont généralement pas propriétaires des mines, mais ils ont des droits sur elles. Il n’est pas dans notre propos de parler des méthodes d’extraction et de réduction des minerais sur lesquelles les sources étudiées sont muettes. Les différents comptes ne parlent jamais de l’origine géologique ni de la transformation des minerais. Le métal est acheté travaillé à des maîtres après avoir été épuré et en partie mis en forme. Cependant, les techniques sont sensiblement les mêmes dans les différentes régions où l’on peut se procurer du minerai et on peut se référer aux techniques de travail effectuées dans les mines et à proximité de celles-ci, en France et en Europe256. Près de la Savoie, les fouilles des mines argentifères des Huretières, de Brandes-en-Oisans et de Pampailly permettent d’en connaître les détails257.

• L’origine des métaux

  • 258 J.-F. Belhoste, J.-M. Chaplain, Histoire des forges d’Allevard des origines à 1790, Grenoble, 1982, (...)

205A l’état naturel, le plomb se trouve mêlé à d'autres métaux, en particulier à l’argent ce qui le fait, alors, appeler plomb argentifère. Le minerai est extrait en galeries souterraines ou en dépilages, c’est-à-dire à ciel ouvert lorsque les filons affleurent. L’argent sert à la fabrication des monnaies princières, de ce fait, une organisation spécifique des droits et des règlements d’exploitation caractérise les mines, comme par exemple celle d’Allevard pour le comte de Savoie258. L’argent a beaucoup d’importance dans les documents (bien plus que le plomb) ce qui nous permet d’être relativement bien renseignés sur les modes d’extraction et de transformation de ce minerai puisque les deux métaux sont liés.

206Le transport est comme toujours limité au plus strict et les ateliers de fonderies étaient proches des lieux d’extraction. Il fallait aussi que l’eau courante comme force motrice des martinets et des soufflets soit également présente et que l’on dispose de bonnes réserves de bois pour fondre le minerai. Mais on ne peut donner ici de réponse quant aux localisations des sites sidérurgiques. Cela tient à la teneur des comptes qui n’en disent rien. Il faudrait pour en savoir davantage, effectuer un immense dépouillement des sources écrites pour récolter des informations sur un champ géographique et temporel très élargi.

  • 259 I. Guillot, F. Bertin, P. Benoit, PH. Fluzin, G. Beranger, « La pointerolle, outil des mineurs au X (...)
  • 260 T. Riboud, m.s. 14, 2e série, not. 59, Bibliothèque de la Société d’Emulation, m.s. 38/4.
  • 261 Ibid., La statistique générale de la France ; dép. de l’Ain, 1808, p. 189.
  • 262 P. Cattin, « L’exploitation du fer au Moyen Âge dans la vallée du Suran », dans Art et histoire des (...)
  • 263 F. Cotton, La vie rurale en Revermont, Bourg-en-Bresse, p. 103.

207Le minerai de fer est quasiment présent partout dans les zones montagneuses et les paysans, pour qui le travail de la terre est quotidien, en connaissaient assez bien les gisements. L’exploitation est simple et ne nécessite pas de grandes connaissances techniques ni de structures compliquées. Une pioche suffit pour ouvrir le sol, une pelle et une houe pour dégager la terre et les déblais. Les seuls outils spécifiques à l’extraction en elle-même sont un marteau et une broche259. Le travail peut être intermittent et la vente du minerai fournit une ressource d’appoint au paysan qui a la chance de découvrir un affleurement sur ses terres. C’est en grande partie pour cela que rien ne permet de situer, de nos jours, tous les endroits où le minerai était exploité. Cependant, en Revermont et dans la vallée du Suran, à la fin du XVIIIe siècle, on connaissait encore les lieux où l’on pouvait trouver du minerai de fer en roche ou en fragments260. Le fer se présente ici en grains, en géodes ferrugineuses, en mines de sable et en mines limoneuses, en pyrites261. Il est apporté par les paysans à des forges qui sont situées au bord du Suran et qui utilisent la force du courant comme énergie pour actionner les martinets. Les forêts avoisinantes fournissent en abondance le bois nécessaire à la fonte du minerai et au travail des forges. Six forges situées sur les rives du Suran nous sont connues pour le XVe siècle262. Ce sont celles de Simandre où deux martinets sont installés de part et d’autre du pont, Confranchesse à Villereversure, Beaurepaire près de Meyriat, la Batterie-de-fer à Neuville-sur-Ain et le martinet de Tournesac non loin de Treffort263.

208Le fer peut également provenir de mines souterraines comme celle d’Allevard, en Savoie, d’où on tire un métal très pur en même temps que de l’argent selon les mêmes méthodes et les mêmes techniques que le plomb argentifère des autres mines.

209Il semble que le fer et le plomb achetés à Bourg ou livré par le bailli de Bresse depuis cette ville, proviennent en grande partie du Revermont et de la vallée du Suran, tandis que les métaux en provenance de Chambéry viennent plus sûrement des mines d’Allevard, des Huretières et des d’affleurements exploités par les paysans dans la vallée de la Maurienne.

• La mise en œuvre du plomb et du fer

  • 264 P. Benoit, « La mine de Pampailly », op. cit., p. 28.
  • 265 M.-C Bailly-Maître, J. Bruno-Dupraz, « Brandes-en-Oisans », op. cit., p. 75, 102 ; P. Benoit, « La (...)
  • 266 J.marthorez, Les étrangers en France, Paris, 1919-1921, p. 87-90.
  • 267 P. Benoit, « La mine de Pampailly », op. cit., p. 80.

210Une fois le minerai collecté, il est lavé puis concassé et ensuite fondu dans un fourneau appelé charbonnière264 où un feu de bois était attisé par des soufflets actionnés par les roues des moulins à aubes. L’ensemble de ces ateliers s’appelait généralement martinet du nom des marteaux qui concassaient le minerai ou qui martelaient le métal en fusion pour l’épurer des scories et en faire des barres265. Il est remarquable que nombre des maîtres et d’ouvriers des fonderies et des forges sont dits être Allemands et que de fait ils portent des noms à consonance germanique. Ces gens étaient, à juste titre, très réputés en matière de métallurgie et on les faisait venir spécialement pour qu’ils exploitent les mines et travaillent métaux. Pour le martinet de Confranchesse dans le Revermont, un certain Heinemann originaire de Cologne, signe un traité de fermage pour la gestion de cette forge266. On embauche Jean Bouhart, originaire d’Allemagne, pour relancer l’exploitation de la mine de Pampally267.

• Les renforts en métal

  • 268 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1298-1299, op. cit., t. 1, p. 28.

211Le fer arrive sur les chantiers sous la forme déjà travaillée de clous, de gonds (goyffo), de chaînes (chatena) ou d’outils (ayssiamentum) ou bien en barres brutes (barellus) amenées par charrettes en quantité souvent importante, neuf quintaux et demi, par exemple en 1299 pour le château de Pont-d’Ain268. Que le plomb et le fer soient ouvragés ou en barres, ces métaux sont toujours fournis par le comte et viennent systématiquement de Chambéry ou des autres chefs-lieux de bailliage. Il y a également une récupération systématique de tous les éléments métalliques placés sur les vieilles boiseries ou sur les montants en pierre des portes et des fenêtres.

  • 269 Ibid.
  • 270 A.D.C.O., B 9946, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 20, 1311-1312.

212Les éléments métaliques obtenus par moulage ou requérant des moyens techniques compliqués comme les gonds des portes, les pivots, les chaînes du moulin et des portes et un certain nombre d’outils comme les gros coins sont réalisés par des maîtres artisans comme Etienne Leobald à Chambéry et d’autres dont on ne connaît pas le nom, à Bourg ou à SaintAndré-sur-Suran269. Quand les travaux sont nombreux et qu’ils s’étendent sur une longue période, un forgeron est employé à demeure sur le chantier où on lui fournit une part des outils nécessaires à son métier telle qu’une enclume fixée sur un billot ceinturé de ferrures (pro lignada ferro dictum plotum) ou du charbon de bois270.

213Mais, la plupart du temps, les travaux de forge qui se font dans les châteaux, consistent en des œuvres d’entretien et de réparation. Ils sont plus simples et répondent à des besoins ponctuels comme la fabrication d'anneaux (vorvellus) pour les serrures à moraillons, les fiches pour les chevalets des ponts ou pour le forgeage des pièces de dimensions spécifiques, tel les espars des portes dont aucune n’a les mêmes dimensions ou encore les bandes et les cornières de renforts des engins, des chaffaux, des échiffes et des galeries. Ces travaux mettent souvent en œuvre du fer de récupération, mais on peut transformer sur place du métal neuf que l’on a en réserve.

214Les clous sont achetés par milliers. Ce sont principalement des gros clous (senechia) de charpente pour les chaffaux, les planchers et les pannes. Il y a aussi de gros clous chevelus (clavelorum chalutorum) ainsi nommés parce qu’ils ont une grosse tête semi-sphérique. Ils servent à fixer, tout en les renforçant, les planches et les espars des portes, des mantelets et des tabliers des ponts-levis.

• Les outils

215C’est à partir de ces barres de fer qu’est réalisée, sur place, une partie des outils. En vérité, les comptes ne font état que des outils fournis par le comte et nécessaires aux ouvriers qui travaillent au creusement des tranchées et des fondations. Les fers de ces outils sont simples à faire puisqu'il s’agit seulement d’une adaptation sans grande transformation de la forme des barres originelles. Ainsi les presses sont réalisées après chauffage et martelage pour être cintrées et avoir une extrémité aplatie et l’autre pointue. Les fers des pioches et des marteaux pointus sont recoupés dans les barres et ferronnés en pointe. Sur leur longueur ces dernières sont aplaties pour faire les rabots des gâcheurs de mortier ou les fossours (pioches au fer large et court) des terrassiers. Les pics et les petits coins sont aisément obtenus en les martelant sur une extrémité. Le travail demandant le plus d’adresse reste la réalisation de l’œil par lequel tous ces outils sont emmanchés. Outre l'unique fabrication d’une vrille (tarayro) pour percer les bardeaux et les pièces du pont, il n'y a pas, dans les comptes, d’autres outils. Les haches et les scies des bûcherons, les truelles des maçons, les laies des tailleurs de pierre, les fers et les varlopes des charpentiers n’apparaissent jamais car tous ces maîtres possèdent en propre leur outillage et en assurent eux même l’entretien. Certes, il n’est pas exclu qu’on demande au forgeron de redresser une broche ou d'affûter rapidement une chasse, mais cela devait être assez rare. Quoiqu'il en soit, c’est un service amical et gracieux qui est demandé, il est donc logique que tous ces petits arrangements ne figurent pas dans les comptes.

  • 271 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1306-1306, op. cit., t. 1, p.45.
  • 272 Ibid., 1306-1307, 1310-1311, p. 45, 54, 76
  • 273 Ibid., 1306-1307, p. 54.

216Le forgeron assure l’entretien et la réparation des outils fournis aux perriers et aux terrassiers. Il aiguise et affûte toutes les pointes (afilandis et acerandis) en les frottant sur des barres d’acier271, car à taper à toute force sur les coins, les pics et le fer des pioches on en a vite émoussé la pointe. Certains ouvriers insistent malgré le manque d’efficacité de leurs outils élimés et abîment gravement les extrémités des coins et des marteaux pointus qui finissent par se fendre272. Lorsque les gros coins éclatent, on récupère les morceaux pour que le forgeron réussisse à en refaire un correct273. Pour tout cela, le travail et la présence d’un forgeron sont permanents tant que durent les travaux dans les tranchées.

217L’histoire des techniques, de l’organisation des chantiers, de leurs financements et des responsabilités des hommes aux divers degrés de l’échelle sociale et administrative qu’ils occupent font intrinsèquement partie de la construction, qu'elle soit castrale, civile ou religieuse. L’une ne saurait aller sans l’autre et il est impossible de comprendre pleinement la forme d’une construction, sa portée politique, économique et sociale si on fait abstraction du contexte humain, matériel et technique qui l’entoure.

218C’est en cela que l’étude de l’origine, le transport et la mise en œuvre des matériaux, le travail des hommes est aussi importante que celle des causes politiques et militaires de la construction d’un château, car ce dernier prend la forme et le développement que la région et les hommes qui y vivent sont capables de lui donner.

219On ne peut malheureusement tout connaître des matériaux et des façons de les mettre en œuvre, ce n’est pas le but des textes de nous en informer. Sans fouilles archéologiques, beaucoup d’éléments de la construction des châteaux de Bresse et du Bugey demeurent inconnus ou pour le moins d’une approche assez théorique, comme pour la place des métaux par exemple. Néanmoins, la richesse des renseignements donnés par les comptes est telle que mise en correspondance avec ce que l’on connaît pour d’autres châteaux dans d’autres régions, on peut raisonnablement proposer la reconstitution des chantiers. De même les apports des comptes savoyards enrichissent et affinent les connaissances sur les techniques en général.

Notes

1 M. De La Corbière, Frontière et habitat fortifié à la fin du Moyen-Âge : l’exemple des marges septentrionales du comté de Genève (XIIe-XIVe siècle). Thèse de doctorat. Université Lyon 2. 2000, (dactyl.), p. 423.

2 P. Cattin, « Le pont et le château de Pont-d’Ain au début du XIVe siècle », dans Cahiers René de Lucinge, no 27, 1992, p. 94.

3 Id., « Le château de Saint-Rambert au début du XIVe siècle », dans Cahiers René de Lucinge, no 30, 1995, p. 59, 64 ; « La construction d’un château au XIVe siècle : Château-Gaillard ou Remens », dans Cahiers René de Lucinge, no 26, 1990, p. 17.

4 Id., « Billiat et sa région », dans Cahiers René de Lucinge, no 32, 1997, p. 105, 126.

5 Id., « Saint-Rambert... », op. cit., p. 60 ; « Remens... », 1343-1344, op. cit., p. 18.

6 J.-M. Poisson, « La maîtrise d’œuvre dans les chantiers de construction des châteaux du comté de Savoie au XIVe siècle », dans Du projet au chantier, maîtres d’ouvrage et maîtres d'œuvre aux XIVe-XVIe siècles. Actes du colloque de Vincennes, O. Chapelot, (dir), 1998, Paris, 2001, p. 165.

7 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298.

8 Ibid., B 6749, 1er compte, peau 4, 1309-1309.

9 P. Cattjn, « Remens... », 1343-1344, op. cit., p. 13.

10 A.D.C.O., B 9595, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, Ier compte, peau 8, 1342.

11 P. Cattin, « Remens... », 13451346, op. cit., p. 25.

12 Ibid., 1347-1348. p. 53.

13 Ibid., 1353-1354, p. 97.

14 Id., « Saint-Rambert... », 1320-1321, op. cit., p. 94, 102.

15 Ibid., 1315-1316, p. 67, 69.

16 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 8e compte, peau 30. 1330-1331.

17 A.D.C.O., B 9708, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 5, 1300-1301. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1298-1299, op. cit., t. 1, p. 28.

18 A.D.C.O., B 9708, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 5, 1300-1301.

19 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1307-1308, op. cit., t. 1, p. 58.

20 A.D.C.O., B 6749, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1309-1309.

21 A.D.C.O., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 5, 1305-1306 ; ibid., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 5, 1302-1303. Cf. aussi P Cattin, « Pont-d’Ain... », 1307-1308, op. cit., t. 1. p. 58.

22 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1340-1342. Cf. aussi P Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1310, op. cit., t. 2, p. 76.

23 J.-M. Poisson, « La maîtrise d'œuvre dans les chantiers... », op. cit., p. 170.

24 « Pour les dépenses du sire de Fromentes, du seigneur Humbert de Langes, du seigneur Pierre de Genos, du seigneur Thomas de Lange, de Favret, de Jean Farnous, et du nommé Lu Bref, charpentiers de Jean Amédée et Michelet, maçons et de Ayron, Juif, décédé, qui furent avec plusieurs autres.à Pont-d’Ain, pendant une journée sur ordre du seigneur pour voir à combien pouvaient s’élever les dépenses des travaux que le seigneur entendait faire ici et on lui alloue. » Cf. P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 68 ; « Saint-Rambert... », 1324-1325, op. cit., p. 126.

25 J.-M. Poisson, « La maîtrise d’œuvre dans les chantiers... », op. cit., p. 171.

26 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 54.

27 R. Recht, « Quelques aspects de la construction médiévale », dans Dossiers d’archéologie, no 219, 1996, p. 24-25.

28 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit. t. 2, p. 119.

29 Ibid., « Pont-d’Ain... », 1328-1329, op. cit., t. 2, p. 8 ; « Saint-Rambert... », 1315-1316, , op. cit., p. 67-68.

30 Id., « Pont-d’Ain... », 1316-1318, t. 1, p. 98, 102.

31 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4. 1321-1322.

32 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 19, 1340-1342.

33 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1312-1314, op. cit., p. 60.

34 Id., « Pont-d’Ain... », 1336-1338, 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 84, 100.

35 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17. 1340-1342 ; ibid.. B. 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 13, 1325-1325. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1320-1321, op. cit., t. 1, p. 112.

36 Id., « Saint-Rambert... », 1312-1312, op. cit., p. 56.

37 Id., « Pont-d’Ain... », 1314-1315, op. cit., t. 1, p. 91, 104, 117 ; « Billiat... », 1351-1352, op. cit., p. 254, 265, 270.

38 Id., « Billiat... », 1341-1342, op. cit., p. 209.

39 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 3e compte, peau 6, 1350-1351. Cf. aussi P. Cattin, « Billiat... », 1342-1344, 1350-1351, 1351-1352, op. cit., p. 219, 249, 255.

40 Id., « Saint-Rambert... », 1339-1340, op. cit, . p. 190.

41 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1312, op. cit., t. 1. p. 83. 86.

42 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 24, 1342-1346.

43 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1296-1298, op. cit., t. 1, p. 21-23 ; « Saint-Rambert... », 1330-1331, op. cit., p.160 ; « Billiat... » 1321-1322. 1348, op. cit., p. 108-109, 239-248.

44 A.D.C.O., B 6769, Compte d’œuvre, levé à Bagé. 1345-1345.

45 Id., P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1296-1298, op. cit., t. 1, p. 21-22 ; « Remens », op. cit., p. 13, 25.

46 Id., « Saint-Rambert... », 1329-1330, op. cit., p. 156.

47 Cf. annexes, p. 381.

48 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1312-1314, op. cit., p. 62.

49 A.D.C.O., B 9164, Compte de la châtellenie de Pont-de-Vaux, peau 4, 13481349.

50 P. Cattin, « Billiat... », 1321-1322, op. cit., p. 104.

51 Id., « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 30.

52 Id., « Pont-d’Ain... », 1305, op. cit., t. 1, p. 35.

53 A.D.C.O., B 10148, Compte de la châtellenie de Treffort.1er compte, peau 4, 1299-1300.

54 P. Cattin, « Billiat... », 1324-1325, 1325-1326, 1329-1330, 1342-1344, op. cit., p. 124-126, 131, 153, 220-221, 236.

55 G. Castelnuovo, Ch Guilleré. « Les finances et l’administration de la maison de Savoie au XIIIe siècle », dans Pierre II de Savoie ‘Le petit Charlemagne', Actes du colloque international de Lausanne, 1997, CLHM, 27, 2000, p. 96-103.

56 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1321-1322, op. cit., p. 110.

57 Cf., annexes, p. 379.

58 Ibid., p. 100.

59 Supra, p. 219.

60 P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1318-1319, op. cit., t. 1, p. 103-104.

61 Ibid., t. 1, p. 32.

62 A. Kersuzan, « L’organisation technique et financière des chantiers dans la construction des châteaux-forts savoyards dans l’ancienne Manche des Coligny », dans Études Savoisiennes, 9-10, Chambéry, 2002, p. 170-175.

63 A.D.C.O., B 9527, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, Ier compte, peau 2, 1341-1342. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1315-1316, op. cit., p. 69, 73.

64 I. Chave, « Guillaume Milles dit le Tailleur, maître des œuvres du roi en la vicomté d’Alençon, actif de 1431 à 1447 », dans Autour du château médiéval. Actes des rencontres historiques et archéologiques de l’Orne 1997, Mémoire et documents no1, Alençon, 1998, p. 105.

65 Cf. supra, p. 301.

66 E. Dullin, Les châtelains dans les domaines de la maison de Savoie en deça des Alpes, Grenoble-Chambéry. 1911, p. 70.

67 P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p. 7677.

68 Ibid., 1329-1330, t. 2, p. 15.

69 Ibid., 1330-1331, p. 24.

70 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 6, 1340-1342 ; ibid., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 5, 1317-1319.

71 Ibid., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 6, 1342-1346.

72 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p. 77, 100101 ; « Remens... », op. cit., p. 20-21.

73 C’est un des multiples exemples démontrant cette façon de compter les toises. Ibid., « Pont-d’Ain...», 1331-1332, op. cit., t. 2, p. 28.

74 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 6, 1340-1342 ; ibid., B 6698. Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 3, 1348-1349 ; ibid., B 9527, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 1er compte, peau 2, 1341-1342.

75 A.D.C.O., B 9944, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 3, 1304-1305 ; ibid., B 9522, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 1er compte, peau 4, 1299-1300. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1304-1305, op. cit., p. 34.

76 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit.. t. 2, p. 62 ; « Saint-Rambert... », 1315-1316, op. cit., p. 68, 75 ; « Remens... », 1345-1346, 1348-1349, op. cit., p. 34, 63.

77 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 56, 98.

78 Ibid., 1312-1312 t. 1, p. 51-52.

79 Ibid., t. 1, p. 55.

80 Ibid., 1325-1326, t. 1, p. 138.

81 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1328. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 13071308, 1309-1310, op. cit., t. 1, p. 39, 45 ; « Remens... », 1348-1349, op. cit., p. 63.

82 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 100.

83 Ibid., 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 52.

84 Id., « Remens... », 1348-1349, op. cit., p. 64.

85 Ibid., « Pont-d'Ain... », 13051306, op. cit., t. 1, p. 39.

86 Ibid., p. 46.

87 A.D.C.O., B 9945, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 4, 1305-1306. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1305-1306, op. cit., t. 1, p. 40, 42 ; « Saint-Rambert... », 1307-1308, op. cit., p. 39, 43.

88 A.D.C.O., B 9945, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 10, 1305-1306.

89 Ibid., B 9944, 4e compte, peau 19, 1304-1305.

90 P.cattin, « Pont-d’Ain... », 1306-1306, op. cit., t. 1, p. 45, 51-52.

91 A.D.C.O., B 10150, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 1, 1307-1307.

92 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 98-100.

93 Ibid., 1310-1311, op. cit., t. 1. p. 73

94 Ibid., 1335-1336, op. cit., t. 2„ p 52-53.

95 Ibid., 1336-1338, p 76.

96 Ibid., t. 1, p. 111.

97 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 8, 1349-1350.

98 A.D.C.O., B 9721, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 6, 1358-1359 ; ibid., 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 16, 1301-1302 ; ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 18, 13401342 ; ibid., B 9587, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 1er compte, peau 5, 1335-1336. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Saint-Rambert...», 1323-1323, op. cit., p. 120 ; « Remens... », op. rit., p. 30.

99 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p. 73 ; « Saint-Rambert... », 1301-1302, 1316-1317, op. cit., p. 25, 74.

100 A.D.C.O., B 9527, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 1er compte, peau 3, 1341 ; ibid.. B 9945, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 9, 1307-1308 ; ibid., B 9941, 12e compte, peau 15, 1292-1293 ; ibid., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1305-1306, op. cit., t. 1, p. 40 ; « Saint-Rambert... », 1317-1318, op. cit., p. 82.

101 A.D.C.O., B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 3e compte, peau 21, 1353-1353.

102 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 30.

103 Id., « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p. 75.

104 V. Mortet, P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l'histoire des architectes en France au Moyen-Âge, Paris, 19952, t. 2, p. 57, note 5.

105 A.D.C.O., B 8053, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 3, 1307-1308.

106 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 26, 1342-1346.

107 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 12, 1298-1299.

108 Ibid ; 8e compte, peau 4, 1299-1300 ; ibid., B 9943, 4e compte, peau 15, 1301-1302 ; ibid., B 6749, Compte de la châtellenie de Bagé, peau 7, 1309-1310.

109 Ibid., B 7087, Compte de la châtellenie de Bourg-en-Bresse, 1er compte, peau 6, 1299-1300 ; ibid., B 6753, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 11318-1318 ; ibid.. B 7562, Compte de la châtellenie de Châtillonsur-Chalaronne.1er compte, peau 11, 1301-1303 ; ibid., B 9587, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 1er compte, peau 30, 1335-1336. Cf. aussi, P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1328-1329, t. 2, op. cit., p. 7.

110 A.D.C.O., B 6753, Compte de la châtellenie de Bagé, 2e compte, peau 16, 1318-1319 ; ibid., B 9940, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 7, 1282-1282 ; ibid., B 9941, 6e compte, peau 6, 1289-1290.

111 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1322-1323, op. cit., t. 1, p. 123.

112 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 5, 1321-1322. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Rambert... », 11325-1325, op. cit., p. 132 ; « Remens... », 1350-1351, op. cit., p. 82.

113 A.D.C.O., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 4, 1309-1310 ; Ibid., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 9e compte, peau 30, 1330-1331. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1301-1302, 1303-1304, op. cit., p.23, 29.

114 A.D.C.O., B 6754, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, 10, 1328-1330 ; ibid., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 9, 1290-1291 ; ibid., B 9941, 8e compte, peau 13, 1292-1293 ; ibid., B 7562, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 2e compte, peau 10, 1303-1304 ; ibid., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 4, 1305-1306. Cf. aussi, P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1304-1305. op. cit., p. 34, 75, 81-82 ; « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 37 ; « Pont-d’Ain... », 1296-1298, 1310-1311, t. 1, op. cit., p. 25, 72.

115 A.D.C.O., B 9939, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, peau 2, 12761277 ; ibid., B 9041, 6e compte, peau 9. 1290-1291 ; ibid., B 6752. Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 5, 1315-1316 ; ibid., B 7562, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 2e compte, peau 10, 1303-1304 ; ibid., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 11321-1322. Cf. aussi P. Cattin, « Remens... », 13451346, op. cit., p. 37, 38.

116 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 4, peau 28, 1315-1316 ; A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 2, 1317-1319.

117 A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 2, 1317-1319.

118 P. Cattin, « Remens... », 1343-1344, op. cit., p. 14, 23.

119 Ibid., p. 20.

120 Id., « Pont-d’Ain... », 1306-1307, op. cit., t. 1, p. 54.

121 A.D.C.O., B 8052, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 5, 1305-1306. Cf. aussi P. Cattin, « Pontd’Ain... », 1306-1306, 1306-1307, 1310-1311. op. cit., t. 1 p. 45, 54, 76 ; « Saint-Rambert... », 1300-1301, 1315-1316, op. cit., p. 21, 68.

122 On appelle ainsi la pierre utilisée telle qu’on la sort de la carrière. On dit aussi pierre velue Cf. E. Littré, Dictionnaire de la langue française/5, p. 4699.

123 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 28.

124 J.-C. Bessac, « Outils et techniques spécifiques du travail de la pierre dans l’iconographie médiévale », dans Pierre et métal dans le bâtiment au moyen-âge, Actes du colloque de Paris, 1982, Paris. 1985, p. 169-184.

125 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 66 ; « Saint-Rambert... », 1315-1316, 1316-1317, op. cit., p. 69, 75.

126 I. Guiennet, La pierre de Villebois et son école de stéréotomie. Mémoire de maîtrise, Université Lyon 2, (dactyl.), 1989. p. 48.

127 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 20, 13401342.

128 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 12, 1298-1299.

129 Ibid., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 25, 1342-1346.

130 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, 1347-1348, op. cit., p. 34, 50, 62.

131 Ibid.. 1345-1346, op. cit., p. 34.

132 Id., « Saint-Rambert... », 1324-1325, op. cit., p. 126 ; « Remens... », op. cit., p. 19.

133 A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 5, 1317-1319. Cf. aussi P. Cattin, « Remens... », 1343-1344, op. cit., p. 1415.

134 Ibid., 1343-1344, op. cit., p. 19.

135 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298 ; ibid., B 9941 (8), Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 13, 1292-1293 ; ibid., B 9942, 8e compte, peau 15, 1299.

136 Ibid., B 7563, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 1er compte, peau 3. 1310-1311 ; ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 15, 1299-1299 ; ibid.., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 12971298.

137 Ibid., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298 ; ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 15, 12991299.

138 Ibid., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 13, 1292-1293 ; ibid.. B 10149. Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 4, 1302-1303.

139 Ibid., « Pont-d'Ain... », 1329-1330, op. cit., t. 2, p. 16 ; « Remens... », 1347-1348, op. cit., p. 52.

140 S. Baragli, « L’utilisation de la chaux dans les chantiers médiévaux (Italie centrale et septentrionale) : Quelques considérations sur la typologie des sources », dans Archéologie de l’architecture, suppl. à Archéologie médiévale XXIV, Florence 1998, p. 1-23 ; A. Cortonesi, « Chauffeurs et fours à chaux à Rome et dans le Latium dans le bas Moyen-Âge », dans Écrits en l’honneur de Filippo Caraffa, Bibliothèque du Latium, Institut d’histoire et d’art du Latium méridional, Centre de Anagni, p. 277-307 ; F. Bougard et E. Hubert, « La fabrication de la chaux en Italie centrale au Moyen-Âge », dans Liber Amicorum, Études historiques offertes à Pierre Bougard, Arras, 1987, p. 57-64 ; Vitruve, Les dix livres d’architecture, corrigés et traduits en 1684 par C. Perrault, Paris, 1988.

141 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p.49-52.

142 P. Lardin, « Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale à la fin du Moyen-Âge », dans Dossiers d’archéologie, no 219, Paris, 1996, p. 224-226.

143 A.D.C.O., B 9710, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 6e compte, peau 12, 1314-1317 ; ibid., 9e compte, peau 20, 1317-1319.

144 A.D.C.O., B 8050, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 5, 1034-1305 ; Ibid., B 10150, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1306-1307. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1335-1336. op. cit., t. 2, p. 49-50 ; « Saint-Rambert... », 1315-1316, op. cit., p. 69 ; « Remens... », 1347-1348, op. cit., p. 51-52.

145 À Pont-d’Ain, en 1335-1336, un des trois raffours mesure 15 pieds de diamètre. Il a donc 14, 50 m de circonférence et on y plante 60 pieux. Cf.. P. Cattin, « Pont-d’Ain... », op. cit., 1335-1336, t. 2, p. 49.

146 C’est la hauteur pour un raffour de 22 pieds de diamètre, construit pour la bâtie de Luisandre, en 1316-1317. Cf. Id., « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 76.

147 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1328.

148 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 54.

149 Id., « Saint-Rambert... », 1323-1323, p. 120.

150 Ibid.,

151 Ibid., 1315-1316, op. cit., p. 69.

152 A.D.C.O., B 10150, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1306-1307.

153 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 49-52.

154 Techniques et pratique de la chaux, Avignon, 1995, p. 195.

155 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit.. p. 76.

156 L'art des bâtisseurs romans, dans les Cahiers de Boscodon, no4, 1988, p. 31-33.

157 P. Cattin, « Pontd’Ain... », op. cit., t. 2, 1335-1336, p. 51.

158 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 10e compte, peau 18, 1299-1299. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... » 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 73-74.

159 Id., « Les comptes de la châtellenies des Allymes à l’époque dauphinoise », dans Cahiers René de Lucinge no 20, 1977, p. 8-9.

160 Id., « Saint-Rambert... », 1315-1316, op. cit., p. 70.

161 Ibid., 1315-11316, op. cit., p. 68, 74.

162 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 10, 1298-1299.

163 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1329-1330, op. cit., t. 2, p. 16.

164 A.D.C.O., B 9721, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 6, 1358-1359 ; Ibid., B 9952, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte peau 12, 1353-1354.

165 A.D.C.O., B 9941, Compte de la châtellenie de Bagé, 12e compte, peau 10, 1298-1300 ; ibid., B 9952, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 29, 1353-1354.

166 Ibid., B9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 12, 1298-1299 ; ibid., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298.

167 Ibid., B. 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 13, 1292-1293 ; ibid., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298.

168 Techniques et pratique de la chaux, op. cit., p. 47.

169 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1315-1316, 1316-1317, op. cit., p. 70, 74.

170 Ibid., « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 34-35.

171 B. Palazzo-Bertholon et I. Parron-Kontis, « L’étude des enduits et des mortiers archéologiques. L’exemple de la cathédrale de Saint-Jean-de-Maurienne », dans Comment construisait-on au Moyen-Âge ?, Dossiers d’archéologie, no 251, Paris, mars 2000, p. 48-53.

172 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1312-1314, 1315-1316, 1320, op. cit., p. 59, 70, 95.

173 A.D.C.O., B 6754, Compte de la châtellenie de Bagé, 2e compte, peau 23, 1330-1331.

174 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 32, 34.

175 Ibid., p. 39.

176 Id., « Pont-d’Ain... », 1309-1310, op. cit., t. 1, p. 69.

177 V. Aladenise, Techonologie de ta taille de la pierre, Paris, 1982, p. 31.

178 P. Cattin, « Remens... », 1347-1348, op. cit., p. 52.

179 Id., « Pont-d’Ain... », 13351336, op. cit., t. 2, p. 55.

180 Construire un château au Moyen-Âge (d’après les comptes de construction des châtellenies) et le restaurer aujourd’hui, Catalogue d’exposition, Château des Allymes, Ambérieu, 1995, p. 43, L’échafaudage dans le chantier médiéval, D.A.R.A. no13, Lyon, 1996, p. 24.

181 A.D.C.O., B 6751, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1313-1314.

182 L'échafaudage dans le chantier médiéval, op. cit., p. 27.

183 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 57

184 Encyclopédie des Compagnons du Devoir, Paris, 1985, sub verbo, Échafaudages et étalements.

185 P. Cattin, « Remens... », 1349-1350, op. cit., p. 73.

186 Généralement les trous de boulins ont des dimensions qui varient entre 10 et 15 cm de côté. Cf. L'échafaudage dans le chantier médiéval, op. cit., p. 33.

187 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 27, 1342-1346. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 54 ; « Remens... », 1345-1346, 1348-1349, op. cit., p. 35, 63.

188 B Phalip, « Charpentes, climat et couvert végétal », dans Dossiers d’archéologie, no 251, Paris, mars 2000, p. 62-67 ; A. Prache, « Le bois dans l’architecture médiévale », dans Les bâtisseurs du Moyen-Age, Dossiers d’archéologie, no219, Paris, 1997, p. 54-61.

189 Ch. Dormoy, « L’expertise dendrochronologique du donjon de Loches (Indre-et-Loire) : des données fondamentales pour sa datation », dans Archéologie Médiévale, XXVII, C.N.R.S.. 1997 p. 73-89 ; M.P. Feuillet, « Loches (Indre-et-Loire), donjon roman », dans Archéologie Médiévale, XXI, 1991, p. 362-363 ; D. De Raemy, La maison de Savoie en pays de Vaud, IX L'architecture militaire et les relations avec l’Angleterre, Lausanne, 1990 ; id. « L’apport de la dendrochronologie pour l’étude des châteaux de l’ancien pays de Vaud (XIIIe-XIVe siècles), le cas de Chillon et Grandson », dans Revue Suisse d’Art et d'Archéologie, 1988/4, p. 263-276.

190 A.D.C.O., B 9522, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 3e compte, peau 2, 1308-1311 ; ibid., B 9527, 1er compte, peau 3, 1341-1342 ; ibid., B 6688, Compte de la châtellenie d’Ambronay, 2e compte, peau 4, 1335-1336 ; ibid., B 6689, 1er compte, peau 3, 1336-1336. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 63, 79 ; « Saint-Rambert... », 1307-1308, 1309-1310, 1312, op. cit., p. 39, 44, 52 ; « Billiat... », 1323-1324, 1333-1334, op. cit., p ; 116, 169.

191 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 16, 1301-1302 ; ibid., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, Ier compte, peau 4, 1297-1298. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 8, 57 ; « Saint-Rambert... », 1303-1304, op. cit., p 29.

192 A.D.C.O., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 4, 1309-1310 ; ibid., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 3, 1300-1301.

193 P. Cattin, « Pont-d’Ain.. », 1318-1319, op. cit., t. 1, p. 103 ; « Billiat.. », 1328-1329, 1333-1334, op. cit., p. 151, 169.

194 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 8, 1301-1302 ; P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 37.

195 P. Cattin, « Billiat... », 1339-1340, 1342-1344, op. cit., p. 196, 200, 221.

196 Id., « Pontd’Ain... », 1325, op. cit., t. 1, p. 143, 1335-1336, t. 2, p. 57, 64.

197 Voir carte p. 347.

198 Id., « Saint-Rambert... », 1314-1315, 1319-1320, op. cit., p. 64, 91 ; « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 36.

199 Voir carte p. 347.

200 Id, « Billiat... », op. cit., p. 104, 125, 133, 153, 231.201. Voir carte p 347.

201 A.D.C.O., B 10152 (3), Compte de la châtellenie de Treffort, 3e compte, peau 4, 1313-1314.

202 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 36.

203 Id., « Pont-d’Ain... », 1325, op. cit., t. 1, p. 143.

204 Ibid., 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 105, 107, 112 ; « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 36.

205 Ibid,

206 Ibid, « Saint-Rambert... », 1323, 1329-1330, op. cit., p. 120, 156.

207 A.D.C.O., B 9585, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 1333-1333 ; ibid., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 9, 1301-1302.

208 Ibid., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 3e compte, peau 10, 1310-1311 ; ibid., B 7079, Compte de la châtellenie de Bourg-en-Bresse, 1er compte, peau 3, 1274-1275 ; ibid., B 9941, Compte de la châtellenie de Bagé, 12e compte, peau 11, 1298-1300. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1318-1319, 1319-1320, 1320-1321, op. cit., t.l, p. 105, 107, 112.

209 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298 ; ibid., B 9945, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 3e compte, peau 9, 1307-1308 ; ibid., B9953, 1er compte, peau 2, 1354-1355. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 60.

210 Ibid., 1331-1332, op. cit., t. 2, p. 27.

211 A.D.C.O., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 3e compte, peau 4, 1327-1328 : ibid., B 8050, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 5, 13041305.

212 On dit aujourd’hui La Ruat. Ces deux bois sont situés à environ 5 km au nord-ouest de Pont-d’Ain, en bordure de la Forêt de Prin.

213 Le bois d’Oussiat est un bois de taillis comme l'atteste l’inventaire des biens du château fait en 1541. Cf. E. de Quinsonas, Matériaux pour servir à l'histoire de Marguerite d'Autriche, Paris, 1860, p. 30.

214 Voir carte p. 347.

215 A.D.C.O., B 10151, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 7, 1310-1311.

216 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 51.

217 A.D.C.O., B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 4, 1311-1313 ; ibid., B 10155, 2e compte, peau 6, 1325-1327.

218 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 13071308, op. cit.. p. 39, 52, 120 ; « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 37.

219 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 10e compte, peau 18, 1999-1299 ; ibid.. B 9952, 1er compte, peau 9, 1352-1353 ; ibid., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 5, 1297-1298 ; ibid.. B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1311-1313.

220 A.D.C.O., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 14, 1319-1322 ; ibid., B 9952, 2e compte, peau 14, 1353-1354.

221 A.D.C.O., B, 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298 ; ibid., B 6753, peau 9, 1318 ; ibid., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 13, 1320-1322 ; ibid., B 9952, 1er compte, peau 10, 1352-1353 ; ibid., B 9953, 1er compte, peau 8, 1355-1356.

222 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1330-1331, op. cit., t. 2, p. 27.

223 Ibid., 1305, t. 1, p. 35.

224 Id., « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 75.

225 Id., « Pont-d’Ain... », 1312-1314, op. cit., t. 1, p. 86.

226 Id., « Remens... », 1347-1348, op. cit., p. 50.

227 O. Chapelot, « Bois sec, bois vert, vraie ou fausse question », Le Bois dans le château de pierre au Moyen Âge, actes du colloque de Lons-le-Saulnier, 1997, 2003, Besançon, p. 79-89.

228 Les murs de la tour neuve sont commencés en 1307 ou 1308 et sans doute terminés en 1310. La tour est couverte à cette époque, mais ce n’est qu’à la Pentecôte 1311 que sont réalisés les planchers des deux niveaux supérieurs. Cf. P. Cattin, 1310-1311, t. 1, p. 76.

229 Ibid., « Compte de la châtellenie des Allymes à l’époque dauphinoise », dans Cahiers René de Lucinge, no20, Ambérieu-en-Bugey, 1977, p. 5-22.

230 Cf. infra, p. 355-356.

231 Cf. infra, p. 354-355.

232 A.D.C.O., B 9952, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 19, 1353-1354. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1336-1338, 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 86, 104.

233 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 7, 1349-1350.

234 A.D.C.O., B 6688, Compte de la châtellenie d’Ambronay, 2e compte, peau 4, 1336-1336 ; ibid., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 9e compte, peau 30, 1330-1331 ; ibid., B 9527, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 1er compte, peau 3, 1341-1343. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1323-1324, op. cit., t. 1, p. 129, 1328-1329, t. 2, p. 7.

235 Cf. supra, p. 453.

236 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 30.

237 Id., « Pont-d’Ain... », 135-1336, op. cit., t. 2, p. 58-59.

238 Ibid., 1336-1338, p. 80, 98.

239 Ibid., 1338-1340, p. 102.

240 C. Czarnowsky, « Engins de levage dans les combles d’églises en Alsace », dans Cahiers techniques de l’art, t. 2, 1949, p. 11-27 ; R. Recht, « Quelques aspects de la construction médiévale, les bâtisseurs du Moyen-Âge », dans Dossiers d’archéologie, no 219, 1996, p. 28.

241 A.D.C.O., B 7087, Compte de la châtellenie de Bourg-en-Bresse, 1er compte, peau 5, 1298-1299 ; ibid., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 4, 13091310 ; ibid., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 6, 1300-1301 ; ibid., B 9712, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 7, 13261328. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1314-1315, 11338-1340, op. cit., t. 1, p. 90, t. 2. p. 76-77, 104-105 ; « Saint-Rambert... », 1324-1325, op. cit., p. 125 ; « Remens... », 11345-1346, op. cit., p. 31.

242 Ibid., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 4, 1309-1310.

243 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 7, peau 4, 1318-1319.

244 A.D.C.O., B 10151, Compte de la châtellenie de Treffort, 5e compte, peau 2, 1310-1311.

245 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 104.

246 Id., « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 31.

247 A.D.C.O., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 4. 1302-1303.

248 L’échafaudage dans le chantier médiéval, op. cit., p. 37, 76, 83-88, 91, 96-98 ; Les bâtisseurs du Moyen-Age, op. cit., p. 28, 33, 37, 56.

249 Villard de Honnecourt donne un plan de trébuchet et en explique le fonctionnement. Cf. Villard De Honnecourt, Carnet de (XIIIe siècle), Introduction et commentaires de A. Erlande-Brandeburg, R. Pernoud, J. Gimplel, R. Bechmann, Paris, 1986, planche 59). Cet article est transcrit et traduit par Viollet le Duc qui propose une reconstitution en élévation et en perspective, permettant de bien comprendre le fonctionnement. Cf. E. Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle, t. 7, Paris, p. 41.

250 P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1307-1308, op. cit., t. 1, p. 60.

251 Ibid., 1310-1311, p. 76

252 E. Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle, op. cit., t. 6, p. 136.

253 P. Cattin, « Pont d’Ain... », op. cit., t. 2, p. 61 et 104.

254 Ibid., t. 1, p. 76.

255 A. Erlande-Brandenburg, « L’architecture rayonnante et le métal », dans Les bâtisseurs du Moyen-Age, op. cit., p. 46-53.

256 O. Chapelot, « Les ouvriers du métal en Bourgogne à la fin du Moyen Âge : l’exemple du Châtillonnais », dans Pierre et métal, op. cit., p. 305-318 ; P. Benoit, « Le plomb dans le bâtiment à la fin du Moyen-Âge : l’apport des comptes de construction et de réparation », dans Pierre et métal, op. cit., p. 339-355 ; B. Gille, « L’organisation de la production de fer au Moyen-Âge », dans Revue d’histoire de la sidérurgie, IX, 1968, 2, p. 95-122 ; ibid., « Les problèmes de la technique minière au Moyen-Âge », dans Revue d'histoire des mines et de la métallurgie, I, 1969, 2, p. 279297 ; L. Simonin, « De l’exploitation des mines et de la métallurgie en Toscane pendant l’Antiquité et le Moyen Âge », dans Annales des mines I, XIV, 1958, p. 557-615 ; J.-M. Yante, « Provenance, acheminement et mise en œuvre du fer dans le bâtiment : le cas du Pays Mosan XIVe-XVIe siècles », dans Pierre et métal dans le bâtiment au Moyen-Âge, op. cit., p. 293-303 ; H. Werveke, « Note sur le commerce du plomb au Moyen Âge », dans Mélanges d’histoire offerts à H Pirenne, Bruxelles, 1926, t. 2, p. 653-662.

257 P. Benoit, La mine de Pampailly, XVe-XVIIIe siècles, Brussieu-Rhône, D.A.R.A., Lyon, 1997, p. 23-50 ; M.-C. Bailly-Maître, « Les chantiers miniers à Brandes-en-Oisans », dans Pages d’Archéologie médiévale, 1, Lyon, 1994, p. 5-20 ; M.-C. Bailly-Maître, J. Bruno-Dupraz, Brandesen-Oisans, La mine d’argent des Dauphins (XIIe-XIVe s.) Isère. D.A.R.A, Lyon, 1994, p. 52-104.

258 J.-F. Belhoste, J.-M. Chaplain, Histoire des forges d’Allevard des origines à 1790, Grenoble, 1982, p. 293.

259 I. Guillot, F. Bertin, P. Benoit, PH. Fluzin, G. Beranger, « La pointerolle, outil des mineurs au XVIe siècle », dans Paléométalurgie du fer et culture, Actes du symposium international du comité pour la sidérurgie ancienne, Belfort, 1990 ; I Guillot, A. Conin, Ph. Fluzin, « Mise en forme des outils des mineurs aux XVe et XVIe siècles en France », dans Mémoires et études scientifiques, Revue de métallurgie, 1991, p. 117.

260 T. Riboud, m.s. 14, 2e série, not. 59, Bibliothèque de la Société d’Emulation, m.s. 38/4.

261 Ibid., La statistique générale de la France ; dép. de l’Ain, 1808, p. 189.

262 P. Cattin, « L’exploitation du fer au Moyen Âge dans la vallée du Suran », dans Art et histoire des pays de l'Ain, no1, Bourg, 1978.

263 F. Cotton, La vie rurale en Revermont, Bourg-en-Bresse, p. 103.

264 P. Benoit, « La mine de Pampailly », op. cit., p. 28.

265 M.-C Bailly-Maître, J. Bruno-Dupraz, « Brandes-en-Oisans », op. cit., p. 75, 102 ; P. Benoit, « La mine de Pampailly », op. cit., p. 52-76.

266 J.marthorez, Les étrangers en France, Paris, 1919-1921, p. 87-90.

267 P. Benoit, « La mine de Pampailly », op. cit., p. 80.

268 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1298-1299, op. cit., t. 1, p. 28.

269 Ibid.

270 A.D.C.O., B 9946, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 20, 1311-1312.

271 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1306-1306, op. cit., t. 1, p.45.

272 Ibid., 1306-1307, 1310-1311, p. 45, 54, 76

273 Ibid., 1306-1307, p. 54.

Table des illustrations

Légende Figure 17. Deux hommes transportent des pierres avec un bayard. Bible, Amiens, Bibliothèque municipale, (ms. 21 fol. 167 v. détail)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Figure 18. La construction des murs de Jaffa (Chronique de Jerusalem. Cod. 2533, f°17. Vienne, Bibliothèque Nationale autrichienne)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Figure 19. Proposition de reconstitution d’un raffour (dessin A. Kersuzan)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Figure 20. Principales forêts d’où est extrait le bois nécessaire aux constructions
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21294/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Figure 21. Proposition de reconstitution d’un faucondessin A. Kersuzan
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21294/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search