Version classiqueVersion mobile

Défendre la Bresse et le Bugey

 | 
Alain Kersuzan

Chapitre IV. Les châteaux forts

Texte intégral

1Après la présentation historique de la période et des régions de l’étude ainsi que celle de l’organisation et du fonctionnement du réseau castral sous ses multiples aspects, il apparaît nécessaire de porter son attention sur la typologie des châteaux.

  • 1 M. de La Corbière, « Les comptes de châtellenie au service de l’archéologie castrale : le château g (...)

2Cette troisième partie est essentiellement tournée vers l’analyse des éléments architecturaux liés à l’aspect défensif et résidentiel des châteaux. Ces éléments sont étudiés dans leur forme et dans leur conception qui sont toutes deux étroitement dépendantes de la guerre et des avancées territoriales des comtes de Savoie. Tous les thèmes ne sont malheureusement pas d’égal niveau puisque la matière existante, tant du point de vue documentaire qu’archéologique, est très différente d’un site à l’autre. Les châteaux, à défaut d’être bien conservés, sont riches pour la plupart d’une documentation comptable abondante, suivie dans le temps, détaillée et précise, principalement sous la rubrique des opera castri à l’intérieur des comptes de châtellenies. Pourtant, au sein de ces comptes, la structure générale des châteaux, l’aspect des constructions et même la situation des bâtiments dans l’ensemble architectural ne sont pas toujours bien clairs. Par exemple, la localisation des bâtiments est souvent faite de l’un par rapport aux autres ce qui peut rendre le repérage difficile si l’élément de référence n’est pas situé précisément1. Parfois la position est donnée à partir d’une direction cardinale comme « du côté des vents » (a parte ventorum) c’est-à-dire au sud ou « du côté de la bise » (a parte boream) soit au nord. D’autres fois c’est depuis un repère naturel comme l’Ain que sont situés les bâtiments ou aussi par rapport au bourg castral (a parte burgum), voire aux territoires ennemis (a parte inimitos). Des lacunes de plusieurs années viennent interrompre les séries comptables, nous privant des détails d’une construction dont nous ne retrouvons les témoignages que plus tard pour des réparations spécifiques et ponctuelles qui ne la décrivent pas précisément.

3Pour ce qui est des vestiges architecturaux, leur accès est souvent très difficile et l’observation in situ est vite limitée par l’abondante végétation qui les recouvre. Tel est le cas pour les châteaux de Saint-Rambert, Saint-Germain, Jasseron, Saint-André, Luisandre. D’autres ont été détruits en grande partie et ne conservent qu’une part infime et fortement modifiée de leurs structures (Pontd’Ain, Saint-Trivier, Châtillon-sur-Chalaronne, Bourg-en-Bresse) ; quant à Remens, ce qui en restait est maintenant rasé et ses fondations ont disparu sous un complexe sportif. Le château de Pont-de-Veyle fut reconstruit au XVIe siècle et les parties médiévales qui restaient alors ont disparu dans l’incendie du 28 août 1874.

  • 2 A. Bon, « Quatre campagnes de fouilles au château des Allymes », dans Cahiers René de Lucinge, no 1 (...)
  • 3 B. Mandy, « Les fouilles du château de Saint-Germain-d’Ambérieu », dans Mémoires et documents, no 2 (...)
  • 4 J. F. Reynaud, « La bastie de Luisandre », Cahiers René de Lucinges, no 24, 1982, p. 19-20.

4Quelques-uns des châteaux de l’étude ont été fouillés comme par exemple celui des Allymes2 qui a été restauré tout en conservant des reconstitutions fantaisistes du XIXe siècle, tels que les parapets et la couverture des chemins de rondes. Les fouilles effectuées au château de Saint-Germain par B. Mandy ne concernaient que la chapelle castrale3 et celles effectuées par J.-F. Reynaud à Luisandre4 n’avaient pour but que de fixer la situation géographique exacte de cette bâtie.

  • 5 J.-M. Poisson, « Recherches archéologiques sur un site fossoyé du XIVe siècle : La bastide de Giron (...)
  • 6 P. Cattin, « Le compte de la construction de la bastide de Gironville », dans Cahiers René de Lucin (...)

5La bâtie de Gironville a donné lieu à des fouilles rigoureuses, organisées et dirigées par J.-M. Poisson5. Les conclusions de ses recherches ajoutées aux détails donnés par le compte de construction de cet ouvrage6 nous renseignent très précisément sur ce que pouvait être une fortification de terre et de bois au XIVe siècle. Cela nous autorise à penser que les autres bâties comme celle de Vieu-sous-Varey ou de Luisandre avant sa reconstruction en pierre, pouvaient avoir les mêmes formes et les mêmes éléments de défense.

  • 7 J.-F. Genevois, Le château et la seigneurie de Jasseron au Moyen-Âge, Jasseron, 1973 ; F. Cotton, L (...)
  • 8 J.-M. Poisson, « Fonctions des pièces dans les châteaux bressans au XIVe siècle : l’apport des text (...)

6Les plans relevés au XIXe siècle pour les châteaux de Jasseron et de Treffort ont été réalisés au pas donc de manière peu précise. En revanche, les murailles étaient mieux conservées qu’aujourd’hui et on peut raisonnablement croire les descriptions qui en sont données7. Pour les plans de ces deux châteaux ainsi que pour celui de Saint-André, il vaut mieux se référer à ceux effectués par J. M. Poisson8.

7Malgré toutes les difficultés rencontrées, il demeure possible de restituer dans des lignes assez précises les implantations topographiques, les conceptions et les réalisations défensives générales et particulières, les chemins d’accès, les portes et les ponts, les cours intérieures, les constructions destinées à la résidence, les bâtiments à usage domestique comme les cuisines, les forges et les écuries.

8Il ne m’a pas paru souhaitable de réaliser une monographie pour chacune des fortifications. La description par le menu des différentes campagnes architecturaies et celle des formes successives prises par les châteaux et les éléments construits n’auraient pas donné une idée synthétique et compréhensible de la politique architecturale du réseau savoyard. Par ailleurs, la durée de la période, le nombre de châteaux et l’importance des détails fournis par les divers comptes auraient rendu cette étude démesurément longue et volumineuse.

9L’analyse des textes et des restes matériels des fortifications montre qu’il n’existe pas de style spécifiquement savoyard des châteaux-forts ni des constructions fortifiées dans ces régions. D’ailleurs, la plupart des châteaux de Bresse et Bugey ne sont savoyards que politiquement et ne le sont devenus qu’à la suite des acquisitions opérées par les comtes. Ainsi, les châteaux ne témoignent pas, en matière de fortification, d'une approche conceptuelle propre à cette principauté. La plupart sont d’origine féodale, de conception ancienne et tributaire des moyens et des matériaux locaux. Ils ne sont pas d’une grande originalité dans leur forme ni dans leurs solutions défensives et ceux construits pendant la période étudiée tel que Pont-d’Ain, Saint-Martin-le-Châtel, Saint-Trivier, Ambronay, reprennent strictement les conceptions formelles et architectoniques des autres châteaux. Ils témoignent ainsi d’un certain archaïsme et d’une grande simplicité par de nombreux aspects de leur élaboration et de leur construction. La reprise quasiment systématique de ces principes simples et anciens peut néanmoins être considérée comme une expression savoyarde qui, à défaut d’être d’émanation culturelle, relève du contexte politique, économique et social du comté et trouve un écho dans la maîtrise d’œuvre effectuée selon les besoins par des spécialistes locaux.

  • 9 Châteaux et enceintes de la France médiévale, Paris, 1991.
  • 10 L'architecture militaire dans le Rouergue au Moyen-Âge, Rodez 1981, 2 vol.
  • 11 A. Chatelain, Architecture militaire médiévale, principes élémentaires, Paris, 1970 ; ibid., Châtea (...)

10Ce chapitre nous amène donc à une sorte de répertoire analytique des éléments et des profils architecturaux liés à la défense, aux circulations, à la résidence et à l’expression du pouvoir, à l’instar des travaux de J. Mesqui9 pour la France et ceux spécifiques au Rouergue par J. Miquel10. Nous ne reviendrons pas sur les principes généraux d’architecture castrale du Moyen-Âge déjà largement étudiés et pour lesquels une foule d’articles et de livres ont été réalisés11 à tel point qu’il serait très difficile, voire impossible d’en donner une liste exhaustive. En revanche, nous établirons souvent des liens entre ces principes défensifs fondamentaux et les réponses architecturales données à travers les exemples des châteaux étudiés. Nous tâcherons de donner, à partir d’une recherche réalisée élément par élément, une image synthétique des différents types et principes de fortifications dans ces deux régions.

  • 12 G. Castelnuovo et Ch. Guilleré, « Les finances et l’administration de la Maison de Savoie au XIIIe  (...)

11Les châteaux forts ainsi que la plupart des fortifications de Bresse et de Bugey ont été édifiés avant l’arrivée des comtes de Savoie. Ils étaient, à l’origine, la propriété de seigneurs féodaux et avaient entre autres fonctions celles de marquer leur pouvoir et symboliser leur indépendance. Leur construction en plaine ou en montagne, sur tel site plutôt que sur tel autre, correspond donc à l’origine historique de chacun. Qu’ils se retrouvent en zones frontalières, qu’ils forment ensemble une ligne défensive et qu’ils fonctionnent en réseau correspond à la nouvelle donne politique et administrative12, née des acquisitions savoyardes. Les constructions nouvelles, obéissant aux mêmes nécessités politiques et guerrières, se sont intégrées au système et au réseau en prolongeant et en consolidant la ligne défensive.

  • 13 L. Blondel, « L’architecture militaire au temps de Pierre II de Savoie, les donjons circulaires », (...)

12Les fortifications ont tâché, du point de vue topographique, comme dans toute autre région, de tirer le plus possible partie des sites naturels. Principalement avec les escarpements et les plateaux rocheux dans les zones montagneuses, avec les replis de terrain et les rivières dans les régions de plaine. Il est communément admis que la topographie détermine la forme irrégulière des plans de châteaux élevés sur une hauteur, tandis qu’en plaine ceux-ci ont souvent une forme quadrangulaire avec une tour à chaque angle. Cette forme régulière donne alors à l’ensemble fortifié une cohésion qui compense l’absence ou la faiblesse des défenses naturelles. Tels sont les principes de bases que l'on attribue généralement aux châteaux de montagne ou de plaine13.

13Les lignes des châteaux et des fortifications de notre étude s’étirent sur des régions à la topographie différente dont nous pourrions penser qu’elles sont respectivement défendues par l’un ou l’autre des types de châteaux. En réalité, les formes sont beaucoup plus complexes sur le terrain que cette simple théorie le propose et l’on n’a pas, pour la plaine de Bresse comme pour les montagnes du Bugey, de réponses architecturales correspondant strictement à la norme édictée ci-dessus. Le statut et le rôle défensif et stratégique de chaque château interviennent autant que la topographie dans la taille et la forme des fortifications.

14La Bresse est une plaine à peine mamelonnée, justement réputée pour ne pas offrir de relief. Le plateau de la Dombes, au sud, présente le même profil. Ce n’est pas pour autant que les châteaux qui y sont élevés sont systématiquement de plan géométrique régulier. En effet, les légères éminences qui rythment la plaine et le plateau ont souvent été mises à profit pour y construire des châteaux dont les murailles épousent la forme irrégulière sur tout ou partie des rebords. Les châteaux de Bagé, Châtillon-sur-Chalaronne et de Bourg-enBresse en sont des illustrations.

  • 14 D. De Raemy, Le développement de l'architecture castrale dans les anciens Etats de Savoie et leur p (...)

15En d’autres régions savoyardes, même dans les lieux les plus « plats » comme Morges dans le pays de Vaud, le souci d’exploiter au mieux la surface du terrain a entraîné des irrégularités de plans14.

16Ces exemples ne nient pas l’existence de châteaux quadrangulaires du type « châteaux de plaine », car il en existe plusieurs qui, construits sur un terrain absolument plat, ont adopté la forme simple et régulière d’un carré ou d’un rectangle. Ils appartiennent aux comtes de Savoie, comme les châteaux de Pont-de-Veyle et Saint-Trivier-de-Courtes ou à leurs ennemis, tel que les châteaux d'Ambérieu-en-Dombes ou du Montelier qui sont aux sires de Thoire-Villars.

  • 15 Ibid. p. 201.

17Il n’y a donc pas, pour ces régions de plaine, une architecture de défense uniforme et le plan de chacun des châteaux de Bresse ou de la Dombes est relatif à la topographie locale et à la réponse architecturale qui y correspond le mieux. Des châteaux au plan irrégulier voisinent avec d’autres aux formes quadrangulaires simples. On ne saurait parler pour la Bresse et le Bugey d’une typologie affirmée de château au plan quarangulaire régulier que l’on appelle le carré savoyard dans le pays de Vaud15. On ne trouve pas non plus une spécificité bressane absolue dans les matériaux utilisés. La pierre est largement utilisée pour les châteaux élevés sur une petite éminence, comme celui de Bourg-en-Bresse, tandis que la brique règne sur ceux construits en terrain plat. Tout au plus, peut-on rapprocher les types de matériaux de construction (brique ou pierre) à la situation géographique des châteaux. La pierre pour les châteaux construits sur une hauteur, la brique pour ceux élevés en zone de plaine marécageuse.

  • 16 E. Sirot-Chalmin, « Châteaux de montagne aux XIIIe et XIVe siècles : organisation de l’espace d’apr (...)
  • 17 Infra, p. 198-199.

18Le Bugey est une région de moyenne montagne, ce n’est pas pour autant que tous les châteaux sont construits sur un relief et selon un plan irrégulier. Certes, la plupart d’entre eux sont bâtis sur un sommet et leur emprise au sol a très souvent tendance à en suivre les contours. Tels est le cas pour les châteaux de Saint-Germain, Saint-Rambert, Pierre-Châtel. Mais il existe, dans cette région, des châteaux construits en terrain plat, comme celui de Seyssel dans la vallée du Rhône ou celui de Rossillon dans le sud du Bugey. Par ailleurs, le Bugey a beau être montagneux, il n’est pas constitué de hauts sommets et on ne saurait parler de châteaux de montagne au sens où on l’entend habituellement, c’est-à-dire en considération de l’altitude (entre 700 et 1000 mètres) et d’à-pic si vertigineux qu’on peut se passer de murailles sur une partie de leurs rebords16, quoique ce fut le cas pour le château de Saint-Germain17.

  • 18 L. Blondel, « L’architecture militaire au temps de Pierre II », op. cit., p. 31.

19Ainsi que nous venons de le voir, le plan des châteaux est en relation avec la topographie locale et il ne faut pas, à l’instar de L. Blondel18, considérer le relief général d’une région pour lui attribuer une forme architecturale typique et systématique.

20S’il n’y a pas une typologie bien marquée des fortifications par rapport à la géographie générale environnante, il existe néanmoins une catégorie bien affirmée qui correspond à l’importance stratégique et aux fonctions guerrières de celles-ci dans le réseau castral. L’emprise quadrangulaire au sol, à défaut d’être systématiquement celle des châteaux de la plaine de Bresse, est une constante pour les bâties, qu’elles soient de terre et de bois, qu’elles aient été reconstruites ultérieurement en pierre, qu’elles soient en plaine ou au sommet d’un molard, qu’elles soient savoyardes ou dauphinoises. Ainsi la typologie des bâties n’est pas en relation avec la topographie, mais avec le rôle offensif et territorial qu'elles sont sensées jouer.

  • 19 P. Cattin, « Les comptes de construction de la bastide de Gironville », dans Cahiers René de Lucing (...)

21A l’origine, ces bâties sont constituées de palissades de pieux et de claies élevées sur le périmètre d’une banquette de terre. A chacun des angles, se dresse une tour de bois appelé chaffal constitué de plusieurs étages avec une toiture en bardeaux. En avant de cette banquette palissadée, se trouvent un ou deux fossés parallèles et concentriques dont les matériaux d’extraction ont servi à la surélévation à l’espace intérieur, au torchis des palissades et des rambardes des tours ainsi qu’à couvrir les toitures pour se parer des incendies. Cette simplicité dans la forme et la conception correspond à la rapidité de mise en œuvre nécessaire à ces fortifications qui sont des fortins avancés. Un compte de construction, tenu par le châtelain de Saint-André en Revermont19 en 1324, donne le détail de toute la mise en œuvre d’une bâtie de ce genre, nommé bâtie de Gironville, à proximité d’Ambronay.

  • 20 La bâtie de Remens est une exception. Le plan est triangulaire et sans tour aux angles. Son flanque (...)

22Quelques années plus tard, ces bâties sont reconstruites en pierre et leurs murailles sont renforcées par une ou deux tours. Quand il y en a deux, elles sont diagonalement opposées, l’une cylindrique, l'autre de plan carré ou barlong. La plus imposante et la plus haute en taille joue le rôle de tour maîtresse, elle est quadrangulaire et près d’elle se situe la porte20. Ce système n’est pas particulier au comté de Savoie puisque le Dauphiné procède de la même façon. Leurs formes et leurs fonctions sont radicalement identiques à celles des comtes de Savoie. Ce qui prouve qu’il n’y a pas une pratique architecturale de la fortification propre au comté de Savoie, mais une réponse efficace, correspondant aux considérations politiques et militaires pour les deux adversaires.

  • 21 Ibid., « La construction d’un château au XIVe siècle », p. 13, 25.
  • 22 Ibid., « Le château de SaintRambert au début du XIVe siècle », dans Cahiers René de Lucinge, no30, (...)
  • 23 Ibid., « Billiat et sa région (Ain) au XIVe siècle », dans Cahiers René de Lucinge, no32, 1997, p.  (...)

23Le remplacement du bois par la pierre correspond à l’assurance prise par le prince quant au contrôle du territoire environnant. Ce contrôle ne transforme pas pour autant les bâties en châteaux : d’une part, parce que le terme de bâtie continue d'être appliqué à la fortification21 et d’autre part, parce qu'elle ne prend pas forcément plus d’importance du point de vue administratif. Ainsi, la bâtie de Luisandre demeure sous la tutelle du châtelain de Saint-Rambert22 pour passer sous la responsabilité du châtelain de Saint-Germain, à partir de 1326. La bâtie de Léaz, en Michaille, est sous la coupe des châtellenies unies de Billiat-Dorches qui fournissent et entretiennent sa garnison23.

  • 24 Ibid., op. cit., p. 13, 25.

24Le plan quadrangulaire régulier de ces fortifications correspond davantage au statut et au rôle offensif et stratégique qu’elles tiennent dans le réseau castral qu’à leur situation topographique. Sans doute cette situation estelle déterminante, mais il semble bien qu’il existe par-dessus celle-ci une réelle correspondance entre le plan simple, rapidement mis en œuvre et l'importance stratégique. L’appellation même de ce type de fortification témoigne d’une notion spécifique de leur valeur architecturale et militaire puisque celles qui deviennent centre d’une châtellenie, comme Remens24, ne sont pas systématiquement nommées château et conservent l’appelation de bâtie.

25La majorité des châteaux savoyards de Bresse et de Bugey, c’est-à-dire les fortifications ayant un rôle politique, économique et symbolique en plus de leurs fonctions défensives, ont des plans variés du fait de l'espace limité sur lequel ils sont édifiés. Construits sur des reliefs, ils profitent davantage du contexte topographique pour améliorer leur mise en défense et offrir plus de résistance. De ce fait il semble logique de rencontrer des fortifications dont le plan est adapté à une topographie accidentée en zone montagneuse, mais cela n’est pas général, car les escarpements de la plaine, certes modestes en « altitude absolue », déterminent un plan irrégulier tout autant que ceux des montagnes et des collines.

26Si la plupart des châteaux élevés sur des éminences sont assez vastes et puissants, ce n’est pas une règle absolue, car il en existe plusieurs qui, tout en ayant un rôle administratif et défensif prépondérant, sont de taille très modeste. Le château de Saint-Rambert édifié au XIIe siècle sur un plan trapézoïdal en est un exemple. La faiblesse de son emprise au sol et la simplicité de ses défenses s’expliquent d’abord par les limites financières des abbés à Saint-Rambert ajoutés à l’urgence de la défense ainsi que par la maîtrise limitée des techniques nouvelles des maîtres d’ouvrage. En second lieu, il faut considérer le rôle réduit à la protection et à la défense des moines qui étaient à l’origine de ce château. Le pouvoir politique et économique s’exerçait alors depuis l’abbaye. Il ne devient un château d’où s’exerce le pouvoir comtal et s’exprime un symbole de force qu’à partir de son contrôle par les comtes de Savoie en 1196.

  • 25 M. de La Corbière, A la conquête d’une châtellenie genevoise au pays de Gex : le comte Amédée V de (...)
  • 26 Ibid. p. 72-101.

27On retrouve le même phénomène en d’autres régions. Par exemple, le château de La Corbière, en pays de Gex, construit au début du XIIIe siècle par les comtes de Gex sur un plan rectangulaire au fond d’un promontoire étroit et abrupt. A l'origine, ce château n’est qu’un fort qui, en compagnie du château d’Epeysses sur l’autre rive du Rhône, contrôle et protège les passages sur le fleuve25. C’est la poussée savoyarde, puis la prise de La Corbière par le comte Amédée V en décembre 132126 qui donnent à ce château une importance stratégique plus grande. Cette situation montre bien la disproportion qui existe entre ses fonctions guerrières et administratives et sa taille modeste et sa forme simple.

  • 27 A. Kersuzan, La construction du château de Pontd'Ain, op. cit., p. 14.

28Les châteaux construits sur des hauteurs ont des enceintes qui épousent les dispositions du relief et suivent les limites supérieures de la pente. Une partie de cette enceinte relie les bords des deux dépressions et barre le promontoire. Cette fermeture fortifiée est parfois assez courte, comme à Saint-Germain ou au contraire démesurément longue, comme à Pont-d’Ain, où le plateau dominant l’Ain ne fait qu’un léger coude, d’ailleurs peu élevé au-dessus de la ville et de la vallée27. Le suivi systématique du rebord du plateau donne des tracés irréguliers vaguement ovales, comme Pont-d’Ain et à Saint-Germain, trapézoïdales à Treffort, en forme de T à Jasseron.

  • 28 Ibid., p. 42.

29Ces formes sont également la conséquence d’une construction réalisée parties après parties, les constructions en pierre remplaçant les défenses faites en bois, au fur et à mesure des campagnes architecturales. Cela se vérifie avec le château de Pont-d’Ain construit par les comtes de Savoie à partir de 1299. Ce n’est qu’en 1307-1308 que l’enceinte est réalisée entièrement par des murailles de pierre28 dont on a limité volontairement la hauteur afin de concentrer le travail sur la clôture du site, pour qu’il soit fait plus rapidement. La construction de l'aula n’est entreprise qu’à partir de 1315. Les autres châteaux élevés par des seigneurs locaux, au siècle précédent, ont suivi le même principe de construction parce que leurs finances ne leur permettaient pas une construction simultanée et complète de l’ensemble des courtines et des tours de l’enceinte.

  • 29 E. Lefèvre-Pontalis, Le château de Coucy, Paris, 1909. p. 51 ; E. Viollet-Le-Duc, Description du ch (...)

30Le fait de ne pouvoir envisager le projet architectural dans sa globalité, mais seulement au coup par coup entraîne un manque d’homogénéité architecturale et, au final, une perte de l’efficacité défensive du château. C’est par ce manque de synthèse dans la conception du projet qu’on peut expliquer qu’aucun des châteaux de Bresse et du Bugey n’ait un plan régulier, exception faite due celui de Saint-André-en-Revermont. Les finances plus que la forme du promontoire sont la cause de ces plans puisqu’on peut voir dans le nord de la France, des châteaux édifiés sur un plan parfaitement régulier tout en étant construits sur les bords d'un précipice. Le célèbre château de Coucy, élevé d’une seule traite de 1220 à 1230 sur un plateau de forme très irrégulière29 possède néanmoins un plan régulier et savamment réfléchi puisque le centre de la tour maîtresse s’élève à l’intersection de la hauteur du triangle équilatéral, que forme le plan du château avec la base qui correspond à la façade du château.

31Rien n’empêche de penser que les comtes de Savoie étaient potentiellement assez riches pour faire construire des châteaux en une seule levée, mais ils devaient en même temps soutenir un effort de guerre permanent qui les obligeait à organiser la construction en plusieurs campagnes. Aux mêmes causes les mêmes effets et il apparaît que les moyens financiers des seigneurs qui furent à l’origine des constructions interviennent pour une part non négligeable dans la forme du château.

  • 30 V. Mortet et P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condit (...)
  • 31 M. Bur, Le château, Typologie des sources du Moyen-Age occidental, fasc. 79, Turnhout, 1999, p. 88- (...)
  • 32 S. Guenot, Les maisons fortes en Bresse et en Revermont de la fin du XIIIe au début du XVIe siècle, (...)
  • 33 M. Brocard, E. Sirot. H. Baud, J.-Y. Mariotte, Châteaux et maisons fortes savoyards, Roanne, 1990, (...)

32Une typologie moins affirmée, mais néanmoins remarquable concerne les maisons et les maisons fortes. Les lieux de leur implantation sont divers et variés. Le fait que ces maisons existent pour la plupart avant l’arrivée des comtes de Savoie, comme celle d’Albert d’Ambronay à Pont-d’Ain, ont permis qu’elle soient construites sur les positions topographiques élevées, compensant ainsi la faiblesse de leur dispositif défensif. Faiblesse voulue par le suzerain qui limite strictement la hauteur, l’épaisseur, le percement des murailles, leur flanquement30. Le caractère défensif tout relatif de ces maisons pouvait néanmoins contenir ou pour le moins détourner les chevauchées ennemies de faible envergure. En échange du droit de se fortifier, le seigneur du lieu offrait un service de police qui était comme un obstacle aux formes simples du banditisme et de la violence31. Les limites imposées aux structures défensives ont déterminé une forme globale de grosses bâtisses rectangulaires ayant parfois, à l’extrémité des grands murs, une tour en faible débordement. C’est un principe architectural que l’on retrouve en Bresse ou en Bugey32 ainsi que dans d’autres régions33.

Le concept architectural

Principes généraux et évolution

  • 34 Châteaux et pouvoirs Xe-XIXe siècles, C.R.O.C.E.M.C et L.H.A.M.A.S, Bordeaux, 1996 ; A. Debord, Ari (...)

33Tout projet architectural est une réponse à un besoin. Dans son contenu, cette réponse n’est jamais unique, car elle doit tenir compte d’une multitude de paramètres. Pour ce qui concerne les fortifications, ce sont entre autres facteurs la rapidité, l’économie, l'efficacité. La réponse se compose donc d’un ensemble de compromis à chacun desquels on a assigné une importance plus ou moins grande, selon le contexte politique, économique, social, technique et aussi culturel. Le rapport entre les nécessités militaires et le contexte politique peut demeurer le même pendant de longues périodes et devenir, en même temps, fortement marqué par l’expression d’une identité. C’est ainsi qu’au final, se conçoit un ensemble de fortifications établies à partir d’un principe architectural de base qui allie l’efficacité défensive à l’expression d’un pouvoir34.

  • 35 A. Erlande-Brandebourg, A-.B. Merel-Brandebourg, Histoire de l'architecture française du Moyen-äge (...)
  • 36 A. Châtelain, Châteaux-forts, images de pierres des guerres féodales, Paris, 1984 ; ibid., « La nou (...)
  • 37 A. Erlande-Brandebourg, A.B. Merel-Brandebourg, op. cit., p. 316.
  • 38 E. Lefevre-Pontalis, Le château de Coucy, op. cit. ; E. Viollet-Le-Duc, Description du château de C (...)

34A titre d’exemple, à partir du début du XIIIe siècle, les châteaux du roi de France témoignent de cette culture particulière qui, tout en répondant aux nouvelles considérations défensives, expriment de manière évidente par leur forme et leur conception, l’emprise royale et son pouvoir35. La révolution des formes et des systèmes de défense a principalement consisté en une approche architecturale moins passive. Les enceintes, la multiplication des tours qui les encadrent et les commandent, l’agencement des portes, la forme des plans, la situation des tours maîtresses dans l’enceinte visent à donner à la forteresse les capacités d’agir dès les premières opérations du siège plutôt qu’à simplement tenter de ralentir la progression des assiégeants36. Ces conceptions nouvelles se sont étendues au fur et à mesure de la conquête royale et ont été adoptées par les princes et les seigneurs puissants, autant pour répondre aux progrès de la poliorcétique et de l’attaque que pour exprimer leur pouvoir et leur indépendance37. Le château de Coucy construit par Enguerrand III, à partir de 1220, en est l’exemple le plus représentatif38.

  • 39 Par exemple : la grosse tour cylindrique, appelée tour Talbot, édifiée par Philippe-Auguste vers 12 (...)

35Sans doute, il s’agit là d’un cas tout à fait typique, à mettre en exergue de l’architecture castrale en général. Mais eu égard aux considérations sur l’expression de la puissance par les fortifications, on pourrait logiquement penser que la politique d’expansion des comtes de Savoie engendre la construction de châteaux-forts marqués d’un style nouveau, au moins par rapport à la région, ou de l’édification de tours maîtresses en périphérie d’une ancienne fortification39.

36Il apparaît, au contraire, que les constructions neuves ont suivi le style des vieux châteaux déjà construits et que les réparations effectuées sur ces derniers n’ont pas donné lieu à des nouveautés originales. Force est de constater qu’il n’existe pas de style savoyard en matière d’architecture castrale et que chaque grande région a conservé le type de fortifications qui était en vigueur avant l’arrivée des comtes. Le château de Pont-d’Ain illustre clairement cet état de fait. Il est entièrement construit à neuf et ne souffre donc pas des contraintes imposées par d’anciennes fortifications. Eu égard à sa position topographique et stratégique aux confins du Revermont et des territoires ennemis, il aurait pu manifester par sa conception une affirmation plus importante de l'emprise savoyarde. Or, à l’instar des vieux châteaux du Revermont qui composent le réseau castral à l’est de la Bresse, il montre une conception et une réalisation fondées sur des principes anciens ne correspondant pas avec ce qui, ailleurs et depuis un siècle, est en vigueur en matière de fortifications.

37Ce n’est sans doute pas par conservatisme que les châteaux savoyards ont gardé ces formes désuètes. Les obligations financières des comtes de Savoie ayant à soutenir la guerre ne sont évidemment pas étrangères au maintien des pratiques anciennes et locales. L’effort de guerre est quotidien et général le long des zones frontalières avec le Dauphiné, les sires de Thoire-Villars, la Bourgogne, les sires de Gex, les comtes de Genève. C’est pourquoi il devient bien difficile sinon impossible de faire appel à des maîtres artisans étrangers qu’on rémunère chèrement pour leur travail et pour leurs voyages. On utilise alors les gens « du cru » aussi bien pour ce qui est de la conception que pour les maîtres d’œuvre qui, originaires de la région, se sont contentés de suivre les formes et les usages traditionnels. Cela va aussi pour les ouvriers et la réalisation effective des travaux. La force de l’influence locale en matière d’architecture est donc restée très importante. Ce sont les données socio-économiques qui sont à l’origine des concepts anciens des châteaux savoyards dans les régions étudiées. Les Dauphins ne sont pas plus à l’aise financièrement et les châteaux qui relèvent de leur autorité témoignent des mêmes concepts anciens et régionaux.

  • 40 L. Blondel, op. cit., p. 8-13.
  • 41 D. De Raemy, « Orbe, la tour ronde du château », dans Des pierres et des hommes, Lausanne, 1995, p. (...)
  • 42 Jean Mesqui penche pour une influence Angevine. Cf. Châteaux et enceintes de la France médiévale... (...)
  • 43 A.-J. Taylor, « Master James of Saint George s », English Historical Review, 65, 1950, p. 433-457.

38L’influence anglaise sur la forme et la position en façade des toursmaîtresses au temps de Pierre II de Savoie40 est restée limitée dans le temps et dans l’espace. Même si l’introduction de conceptions architecturales nouvelles qui donnent aux éléments de défense un rôle plus actif est antérieure à ce qu’a proposé L. Blondel41, leur usage ne s’est guère prolongé au-delà du règne de Pierre II. Par ailleurs, ce type de tours s’est cantonné en pays de Vaud et dans le Chablais en une période où l’opposition à l’implantation savoyarde se limitait à ces régions. Cette influence anglaise42 ne fut de toute façon pas très enrichissante, car elle témoigne souvent d’une absence de normes dans les plans qui sont divers et variés. Quant aux forteresses édifiées sur les marches galloises par le maître savoyard Jacques de Saint Georges, à la demande du roi d’Angleterre Edouard 1er (1272-1307), à l’époque qui nous intéresse43, elles ne témoignent pas, par leurs formes ni par leur concept, d’une capacité particulière et novatrice de la Savoie en matière de fortifications.

39La forme est importante, mais elle ne prime pas sur le programme et c’est par là qu’il faut analyser les châteaux savoyards. Sans doute, ils peuvent paraître désuets eu égard aux conceptions nouvelles de la guerre, mais ces conceptions, tout comme la manière et les moyens de mener la guerre, n’ont rien de commun avec les objectifs et les capacités royales. Les châteaux savoyards correspondent donc aux moyens financiers, techniques et humains des comtes et sont strictement adaptés aux moyens militaires de leurs ennemis. Le même principe régit les fortifications dauphinoises. C’est ainsi que la faiblesse des garnisons et les aspects anciens des fortifications sont jugés suffisants au regard des capacités d’attaque de l’un et de l’autre des belligérants.

Une défense en profondeur et en commandement

  • 44 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., t. 1, p. 29.

40La structure des défenses se fait selon deux principes d’organisation des espaces et des fortifications. L’un de succession, l’autre d’étagement. J. Mesqui nomme ces deux principes : hiérarchisation horizontale et hiérarchisation verticale44. Il s’agit bien, en effet, d’une distribution organisée des éléments défensifs selon un ordre d’importance et de valeur qui place le symbole seigneurial, la tour-maîtresse, en position retranchée et dominante, au fond du promontoire pour les châteaux de relief. Les espaces et les murailles se succèdent en un profil qui combine une suite axiale et une domination de l’une sur l’autre en hauteur, depuis le cœur du château vers sa périphérie.

41La plupart des châteaux savoyards de Bresse et de Bugey sont distribués de cette manière, à l’exception des petits châteaux de Saint-Rambert, Saint-Andréen-Revermont et Ambronay et bien sûr des bâties des Allymes, de Billiat, de Remens qui n’ont, en plus de cette grande tour, qu’une autre petite tour flanquante. Les châteaux de Pont-de-Veyle, de Pont-de-Vaux et Saint-Trivier-de-Courtes, édifiés en terrain absolument plat, offrent l’aspect des châteaux quadrangulaires dépourvus de basse-cour, au plan carré ou rectangulaire dont une des tours d’angle, un peu plus haute et plus grosse que les autres, fait office de tourmaîtresse. La situation de celle-ci a beaucoup moins d’importance du point de vue symbolique, mais du point de vue stratégique elle est plutôt placée près de l’entrée pour les bâties et dans un angle de l'enceinte extérieure pour les châteaux.

  • 45 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 9e compte, peau 6, 1330-1331.
  • 46 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, . p. 77, 101 ; ibid., « SaintRambert... », (...)

42L’axe sur lequel se succèdent les ensembles fortifiés sur un relief se compose de trois niveaux. Le plus bas est celui du bourg ou de la ville. Il peut y avoir deux bourgs l’un au-dessus de l’autre ; le neuf puis l’ancien plus près du château, comme à Saint-Germain-d’Ambérieu. Le second niveau, un peu plus haut et plus en arrière en direction du point le plus élevé du promontoire, est une cour fortifiée appelée basse-cour. Dans cette cour sont élevés les bâtiments à usages domestiques comme les cuisines, la panneterie, la forge, les écuries. Le terme basse-cour est générique à l’architecture castrale, car il n’est jamais employé dans les comptes des châtellenies savoyardes de Bresse et de Bugey. La basse-cour y est parfois appelée couard45 qui est un terme de patois local, mais plus souvent premier recept46 pour la différencier d’un second recept qui est une seconde basse-cour dans les grands châteaux, comme ceux de Pont-d'Ain et Jasseron. Cette seconde basse-cour est située entre le premier recept et le donjon. Ici se dressent d’autres bâtiments à usage technique et domestique.

  • 47 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1312-1314, op. cit., t. 1, p. 86.
  • 48 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322 ; ibid.. (...)
  • 49 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 13, 1321-1323 ; ibid..(...)
  • 50 Annales de Vendôme, Recueil d’annales angevines et vendomoises, Halphen, Paris 1903, p. 60 ; P. Ric (...)
  • 51 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., t. 1, p. 89.
  • 52 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1317-1318-1326-1327, op. cit., p. 80, 86, 138 ; ihid., « Billiat.. (...)

43Plus généralement, la haute-cour est appelée le recept du seigneur ou le recept du donjon (receptus donionis)47, parfois le pralet du seigneur, c’est-à-dire la place intérieure couverte d’herbe de l’ensemble fortifié le plus haut et le plus noble du château. Dans cette cour se dressent l'aula, la tour-maîtresse (magna turris)48 et les loges qui relient ces bâtiments. L’ensemble constitué par le pralet, les bâtiments et les fortifications s’appelle le donjon49. Le donjon n’est donc pas la tour la plus puissante et la plus haute du complexe tel que cela est souvent dit, mais le haut lieu fortifié du pouvoir, qui, politiquement et militairement, commande tous les autres. Cette qualification n’est pas typiquement savoyarde, car en d’autres régions, à la fin du Xe et durant le XIe siècles le mot donjon (domnio ou donjio) qualifie l’ensemble fortifié composé d’une motte, la palissade dressée à ses pieds et la tour à son sommet50. A l’instar de Jean Mesqui51 et ainsi que le font les comptes52, je n’emploierai ici que le mot tour-maîtresse ou grande tour pour désigner cet édifice en réservant le mot donjon à l’ensemble des bâtiments, des espaces et des fortifications qui forment la partie haute et noble des châteaux.

  • 53 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1328-1329, op. cit., t. 2, p. 8.
  • 54 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 12, 1325-1325.

44Une enceinte en pierre ferme et défend chacune des cours en étagement. Les tours et les courtines du premier recept commandent celles du bourg, c’est-à-dire qu’elles sont plus hautes et que depuis leur sommet, on peut contrôler les circulations et les approches. De la même manière, les murailles du second recept ou de la haute-cour sont plus élevées que celles du premier et les commandent à leur tour. Ce système, qui fait que les fortifications intérieures commandent les ouvrages extérieurs, permet une superposition et une simultanéité des tirs. Du haut des courtines intérieures, on peut tirer par-dessus les courtines inférieures. Dans la plupart des cas, la distance qui sépare deux courtines est trop importante pour que les arbalétriers de la ligne intérieure des remparts puissent atteindre à coup sûr qui que ce soit au-delà des fossés, mais les puissantes balistes à tour installées sur les plates-formes des tours en sont tout à fait capables. Les mangonneaux ou les trébuchets montés dans la haute-cour ou dans le recept peuvent également lancer leurs projectiles par-dessus les différentes lignes de fortification et atteindre les assaillants. L’engin installé près de la tour-maîtresse du château de Pont-d’Ain prend en enfilade le tablier du pont sur l’Ain pardessus le premier recept du château et la ville neuve à ses pieds53. Le même type d’engin est construit dans le donjon du château de Saint-Germain54.

  • 55 A. Kersuzan, La construction du château et de l’enceinte urbaine de Pont-d’Ain, op. cit., p. 41-42.

45Les passages d’un espace à l’autre sont longs et compliqués. Tout est fait pour briser l’élan des envahisseurs. Les soldats qui seraient parvenus à forcer la porte du château de Pontd’Ain du côté de la ville, débouchent dans le premier recept et doivent tourner à angle droit sur la droite pour parcourir environ 80 mètres en terrain découvert avant de s’engager à gauche après un virage en épingle-à-cheveu dans un chemin étroit, montant et enfermé entre les murailles du donjon55, à droite et une haute courtine à gauche.

46Le château de Jasseron donne un deuxième exemple de ce principe. Une fois franchi le pont et la porte, on se retrouve dans une première cour étroite dans laquelle il faut tourner à angle droit pour passer une deuxième porte. Cette porte donne sur un passage peu large, coincé entre une courtine et la chapelle qu’il faut contourner sur la gauche. Il faut alors traverser le second recept en diagonale ou longer la courtine orientale pour se présenter après un demi-tour à droite devant la porte du donjon.

47Ces principes circulatoires offrent l’avantage, si d’aventure la basse-cour ou premier recept est investi, de ralentir l'avancée ennemie et de garder les assaillants sous le tir croisé des soldats de la haute-cour et des défenseurs restés dans la première enceinte ou dans les tours et les tourelles de flanquement. Si, par échelade, les ennemis parviennent à prendre pied sur le chemin de ronde des courtines extérieures, les soldats du donjon, placés plus haut, peuvent les abattre, car la distance entre les différentes fortifications est bien inférieure à la portée de tir des arbalètes.

  • 56 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. fit., t. 1, p. 346.

48Il est remarquable, mais c’est un principe souvent utilisé en matière d’architecture castrale, que la chapelle des châteaux se situe à la jonction de la haute et basse-cour, dans l’axe des portes56. Les chapelles castrales de Bresse et Bugey qui ne sont pas aménagées dans une tour ou au-dessus de la porte sont des bâtiments à part entière qui s’intègrent dans le complexe défensif. Malgré les contraintes qu’impose leur position, les chapelles sont orientées, c’est-à-dire que le chœur est construit à l’est et l’entrée se fait par l’ouest. Elles respectent donc le symbolisme chrétien tout en ayant des caractères défensifs. On espère freiner les assauts des assiégeants en leur faisant courir le risque d’atteindre ce lieu consacré, s’ils bombardent les portes du château. Les chapelles offrent, par ailleurs, un rapide refuge aux défenseurs des portes, si ces dernières viennent à céder sous les coups des assaillants.

  • 57 D. De Raemy, op. cit.. p. 175.

49Par l’accès « en défilement », faits de chemins étroits, à découvert, en pente raide et aux brusques virages, dans des espaces superposés qu'il faut longer ou traverser sans abri avant d’arriver dans le donjon et attaquer la tour-maîtresse qui sert d’ultime refuge, les châteaux montrent un système de défense passive, établie en profondeur et par hauteurs successives dont le but consiste principalement à freiner l’adversaire et à retarder le plus possible son arrivée vers la grande tour. C’est un principe ancien qui avait été abandonné dans les châteaux à grande tour cylindrique du pays de Vaud et du Chablais, à partir de 1250. La grande tour, par sa position près de l’entrée, intégrait une conception nouvelle en matière d’organisation défensive57.

Les lignes avancées de la défense

50Tel un assaillant ou un voyageur, je préfère aborder les châteaux depuis les circonvolutions extérieures jusqu’au cœur des fortifications. En avant des châteaux, une multitude d’éléments défensifs sont mis en œuvre. Ils sont destinés à freiner et gêner l'adversaire dans sa progression et ainsi le rendre moins opérant dans ses attaques et plus vulnérable dans ses opérations de siège et d’assaut. Ces éléments sont naturels ou artificiels, souvent ils combinent les deux par l’adaptation et l’amélioration des dispositions naturelles du terrain et des éléments environnants.

Les éléments naturels

• Les étangs et des rivières

  • 58 A.D.C.O., B 9940, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 2, 1279-1280 ; ibid. (...)
  • 59 Ibid., B 9940, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 2, 1279-1280.

51Avant de penser et construire des défenses artificielles aux abords des châteaux, on cherche logiquement à utiliser et à tirer partie le plus possible des accidents du terrain ainsi que des éléments naturels proches. Les rivières forment, au même titre que les pentes abruptes des pitons rocheux, une protection assez efficace, à défaut d'être totale, pour les châteaux qui en sont bordés. Les marais et les étangs surtout au nord-ouest de la Bresse jouent un rôle analogue58. Parfois, ils sont agrandis ou créés artificiellement59. Le château de Saint-Trivier était entouré de quatre grands étangs, aujourd'hui disparus : Fraignot, Bescherens, Bolliat et Busserlos. L'eau est un élément de base de la fortification et un procédé défensif général à toutes les principautés et seigneuries de l'Occident médiéval. Il n’est donc pas étonnant de retrouver avec cet élément naturel les mêmes dispositions chez les rivaux de la Maison de Savoie, principalement les sires de Thoire-Villars dans leurs terres de la Dombes.

  • 60 J. Curacull, « Le château de Fougères sur les marches de Bretagne », Archéologia, no 310, mars 1995 (...)

52Les protections naturelles sont rarement utilisées telles quelles et, très souvent, elles sont travaillées afin d’obtenir un perfectionnement des embûches et essayer de rendre impossible toute ruée brutale des assaillants. Un système de vannes et de barrages permet de remplir les terrains creux aux alentours et d’inonder la rase campagne environnante en cas de menace ou en temps de siège. Bien loin de la Bresse, on retrouve ce même système de défense au château de Fougères, en Bretagne. Il est bordé par une rivière (le Nançon) et une série d’étangs contrôlés par des digues qui permettent d’inonder tout le tour de l’enceinte60. Ce type de procédé n’est possible qu’aux abords des châteaux de plaine, tel que ceux de la Bresse dont on recense une demi-douzaine d’exemples rien que pour le parti savoyard. Ce sont les châteaux de Bagé, Saint-Trivier-de-Courtes, Saint-Laurent-les-Mâcon, Pont-de-Vaux, Pont-de-Veyle, Saint-Martin-le-Châtel.

53Cependant, la plupart des châteaux se dressant sur une élévation utilisent aussi les cours d'eau comme premier moyen de défenses extérieures. Le château de Saint-André-en-Revermont est élevé sur une butte, elle-même entourée par un méandre du Suran. Les rivières d’Ain ainsi que le Rhône tiennent l’ennemi éloigné des châteaux dans les régions du Revermont et du Bugey. Cette protection est d’autant plus efficace et importante que ces cours d’eau sont larges et profonds et qu’ils servent de limites naturelles.

54L’Ain tient les Dauphinois à distance du château de Pont-d’Ain et, à l'inverse, il interdit aux Savoyards de s’approcher aisément du château de Poncin qui appartient aux sires de Thoire-Villars. Le Rhône forme un barrage frontalier difficilement franchissable depuis le Genevois, à l’est d’une ligne formée par les châteaux savoyards de Billiat, Dorches et Seyssel. De même que plus au sud, le fleuve protège le château de Lhuis. Ce principe est identique chez les rivaux de la Maison de Savoie. Le Rhône isole les châteaux dauphinois de Saint-Sorlin ou Chazey ainsi que ceux de La Corbière et Epeisses pour les sires de Gex. L’Isère est, au sud de Chambéry, une protection efficace pour Montmélian. Dans une moindre mesure, la petite rivière de l’Albarine devant Saint-Rambert-en-Bugey remplit les mêmes fonctions.

  • 61 Les amendes pour fraudes sont pléthores dans les recettes des comptes. En 1305, le châtelain fait p (...)
  • 62 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1321-1321, op. cit., p. 116.

55Il est bien rare que le lit des rivières fournisse naturellement et en toute saison la protection qu’on en attend. Aussi, le cours d’eau est-il aménagé pour augmenter le rôle défensif du courant et pour pallier les particularités naturelles comme le manque de profondeur, de largeur ou l’irrégularité du débit. Le cas le plus représentatif des importants travaux d’aménagement d’un cours d’eau à des fins défensives s’exprime à Pont-d'Ain. A partir de ce site, la rivière cesse d’être encaissée et s’étale plus largement entre Bresse et Dauphiné. Elle est si basse à certaines périodes de l’année qu’il est possible de la traverser à pied, ainsi qu’en témoignent les nombreuses amendes infligées aux resquilleurs qui, pour éviter le péage du pont, passent à gué61. Les ennemis peuvent évidemment en faire autant et pour se garder de ce risque grave, des digues (tome) et des écluses (esclose) tentent de diriger et canaliser l’eau en un cours plus resserré et plus profond à proximité de la ville62.

  • 63 A.D.C.O., B 6749, Compte de la châtellenie de Bagé, peau 5, 1309-1309.
  • 64 Ce genre de moulin flottant appelé aussi « à bateaux » est très répandu sur toute les rivières de F (...)

56En outre, ces dispositions permettent au moulin flottant de toujours avoir de l’eau en suffisance pour fonctionner. Ce moulin, payé par la châtellenie de Bagé63, consistait en une roue à aubes fixée entre deux bateaux, reliés entre eux par de grosses cordes et à la berge par des chaînes64. Comme les gens du parti dauphinois pouvaient également tenter leur chance en période de hautes eaux en traversant l’Ain en radeaux, d’autres digues sont installées en travers du lit naturel de la rivière.

  • 65 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », op. cit., t. 1, p. 73, 116-117, 123, 131, 138, 143 ; t. 2, p. 111-113
  • 66 Ibid., 1309-1310, p. 69.
  • 67 Ibid., p. 73
  • 68 Ibid.. 1324-1325, p. 138.
  • 69 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 23, 1340-1342.
  • 70 Ibid.. B 9033 1er compte, peau 6, 1352-1353.

57Toutes ces écluses et ces digues sont réalisées à partir de boydets appelés aussi jaynes. A l’origine, ces noms désignent en patois bressan les cages en osier dans lesquelles sont enfermées les poules et leurs poussins afin qu’elles ne s’éloignent pas de l’exploitation et qu’elles soient à l'abri des prédateurs. Par extension, ce sont de grandes cages faites de verges tressées qui sont immergées en ligne dans le travers ou dans le sens du courant de la rivière. Elles sont ensuite remplies de grosses pierres, puis reliées entre elles par des claies faites de verges et de lattes tressées65. Les jaynes peuvent être remplacées par deux rangées parallèles de pieux de chêne, enfoncés dans le lit par de grosses pierres suspendues à des chèvres. Ensuite ces pieux sont reliés l’un à l’autre par des claies. Des pierres sont entassées dans l’intervalle séparant les deux rangées. Ce genre de digues est alors appelé tourne (torna)66. Elles affleurent à la surface en temps de crue, puis à l’époque des basses-eaux, ce qui en reste, car l’impétuosité des eaux les détruit régulièrement, forme des sortes de palissades. Ces digues sont systématiquement percées et défoncées, parfois le lendemain même de leur réalisation par la force de l’eau ou par les troncs et les branches d’arbres charriés par le courant67. Il arrive aussi que les mariniers réalisent une fausse manœuvre et viennent les détruire avec leurs radeaux68. Les pierres ainsi libérées finissent par gêner le remplacement des digues et il faut les retirer avant d’en construire de nouvelles69 Il en est de même pour les restes de pieux et de jaynes qui demeurent en place et perturbent le cours de la rivière70.

  • 71 P Cattin, « Pont-d’Ain... », 1305-1306, op. cit., t. 1, p. 39.
  • 72 Cf. infra, p. 306-307

58Las de ces réparations incessantes et des coûts importants qu'elles engendrent, le comte de Savoie fait réaliser un extraordinaire aménagement de l’Ain, à proximité de Pont-d’Ain. Au printemps 1334, est effectuée la mise en eau d’une tranchée commencée un an plus tôt dans les terres basses pour canaliser la rivière du côté de la ville. Elle est longue de 415 mètres environ, soit 220 toises71, à la mesure de Savoie72.

  • 73 A.D.C.O., B 9028, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 8, 1346-134. Cf. aussi P Cattin. « P (...)
  • 74 A.D.C.O., B 9031. Compte de la châtellenie de Pontd’Ain, peau 7. 1350-1351.

59Cette tranchée doit offrir de multiples avantages : d’abord, un essai de domestication et de régulation du débit de la rivière dont les frasques sont trop dangereuses pour le pont et les tours de bois respectivement situées au milieu du tablier et à son débouché sur la rive dauphinoise. En débordant largement sur la rive gauche, à chaque période de crue, la rivière imposait le prolongement du pont par deux ou trois travées supplémentaires pour la traverser73. Par cet aménagement, on pense, d’une part, éliminer la récurrente obligation de rallonger le pont74, de l'autre diminuer les dépenses que représente l’entretien de ce dernier.

60Du point de vue défensif, la rivière passant au ras de la ville crée une sorte de douve protectrice, d’autant plus facile à défendre qu’elle est proche des fortifications. Le resserrement fait que l’eau est toujours rapide et profonde, elle empêche le passage des ennemis et celui des fraudeurs. Enfin, le moulin flottant peut être installé sous la protection des chaffaux de la ville tout en ayant une quantité d’eau importante et puissante pour son fonctionnement.

  • 75 Effet d’accélération des molécules d’un fluide dans un passage devenant de plus en plus étroit. Pri (...)
  • 76 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1332-1334, op. cit., t. 2, p. 39.
  • 77 Ibid., 1334-1335, p. 45.

61Pour obtenir cette puissance, la tranchée devient de plus en plus étroite afin d’obtenir un effet de Venturi75. Elle est large de 12 mètres sur ses 50 premiers mètres commencés en amont de la ville. Elle se rétrécit sur les 30 mètres suivants où elle ne mesure plus que 7,50 mètres. Les 360 mètres restants n’ont plus que 6,30 mètres en largeur76. Pour creuser ce canal, il fallut arracher, sur les terres basses et sur les abords du tracé, tous les buissons qui s’y trouvaient. Quand la tranchée fut mise en eau, une digue de claies fut dressée en travers de l’Ain pour guider l’eau en direction du canal77.

  • 78 H. Delhumeau, « Château-Gaillard. Bilan historique et architectural », dans Connaissance de l’Eure, (...)

62Le principe de barrage des cours d’eau pour empêcher l’ennemi de passer se retrouve en divers châteaux construits en bordure de rivière. Le célèbre Château-Gaillard aux Andelys, élevé entre 1196 et 1198 par le roi d’Angleterre Richard Cœur-de-Lion, au-dessus de la Seine, en offre un exemple. Une estacade faite de trois rangées d’énormes pieux barrait le cours du fleuve empêchant toute navigation et apport de matériel de siège par voie d’eau depuis la France78. Des fortifications, construites au bord de la rive droite, protégeaient cette estacade comme les chaffaux de bois, construits à l’extrémité et au milieu du pont de Pont-d’Ain défendaient les tournes établies dans le cours de la rivière.

• Les reliefs et les chemins

63Lorsque le château se dresse sur une élévation, les concepteurs ont tâché d’en rendre l’accès le plus difficile possible. Un système de chemins raides et tortueux rendant la progression lente, fatiguante et dangereuse, est établi depuis le bas de l’éminence.

  • 79 Vitruvius Pollio, Les dix livres d'architecture, A. Choisy, Paris, 1971, I. p. 24.
  • 80 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 7, 1342-1346.

64Les chemins d’accès tentent, la plupart du temps, d’être aménagés de manière à avoir les fortifications sur la droite lorsque l’on monte. Ainsi, les agresseurs n’ont aucune possibilité de se protéger efficacement de leur bouclier puisque leur flanc droit dégarni, se trouve du côté des arbalétriers qui défendent le château. C’est un principe déjà décrit par Vitruve qu’on appelle l’adextrement79. Outre la raideur de la pente, ces chemins ne sont jamais larges ni linéaires, mais sinueux et étroits avec parfois des obstacles naturels qui, telles des chicanes, freinent ou bloquent la progression vers le château comme, par exemple, un rocher. Ainsi, le chemin menant de la ville à la basse-cour du château de Pont-d’Ain est rétréci par une saillie du rocher. Il y a alors deux coudes formant une chicane sur une longueur de 12 mètres environ. Après ce rocher, le chemin revient brusquement à droite se plaquer contre la paroi rocheuse dominée par les courtines. Afin que l’ennemi ne puisse s’abriter derrière le rocher au cours de sa progression, le rocher est retaillé en glacis80 de sorte que les défenseurs placés sur les murailles du château ne soient pas gênés pour les atteindre. Les assaillants sont d’autant plus facilement vulnérables que le coude brutal du chemin freine leur élan.

65Ces parcours en pente, par les brusques virages des chicanes et l’étroitesse des passages empêchent toute ruée brutale et soudaine contre le château. De même, la vitesse d’approche limitée des ennemis permet aux arbalétriers dont la fréquence de tir est relativement faible, de conserver toute leur efficacité. Pour les défenseurs, moins nombreux, le risque d’être débordés est diminué. Enfin, avec de tels chemins, il est impossible ou pour le moins très difficile d’amener des engins de sièges à proximité du château.

66Bien sûr l’inconfort du chemin se retourne contre les occupants légitimes du château pendant les périodes de trêves ou de paix. Les chariots chargés de l’approvisionnement en nourriture, en armes et en munitions ainsi qu’en matériaux de construction ne peuvent passer. C’est pourquoi il existe souvent un autre chemin plus aisé mais beaucoup plus long, menant à une porte plus large et souvent placée à l’opposé de l’autre. Ce second itinéraire reste à découvert et sous la surveillance du château que l’on longe lui aussi sur la droite.

67A Pont-d’Ain, pour la construction de la grande salle en 1315 et pour tous les autres travaux d’amélioration et d’entretien du château, les chariots tirés par les bœufs montent les matériaux arrivés par flottage, depuis le port, à l’ouest de la ville, par un chemin de terre (de nos jours le chemin des Jouberts) plus doux que celui qui, dans la partie orientale de la ville, mène directement au château. Il est impossible de faire passer ailleurs ces chariots. La ville à traverser, l’étroit chemin en pente raide et les chicanes successives obligent à emprunter ce parcours tracé entre les vignes du coteau.

68Le château de Saint-Germain, perché au bord d’un promontoire, est relié à la vallée de l’Albarine et au bourg neuf en contrebas par un chemin qui se dédouble à partir du moment où la pente devient très abrupte. Un des deux chemins se dirige alors en plusieurs lacets contrôlés par le château vers l'étroite porte occidentale de la haute-cour, en passant auparavant dans le vieux bourg, tandis que l’autre, lui aussi dominé sur sa droite par le château, le longe au milieu des vignes pour aboutir, après un grand virage, à la porte orientale donnant dans la basse-cour.

  • 81 Ibid., B 9605, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 8, 1363-1364.

69Les sites rocheux élevés, aux pentes abruptes, accessibles seulement par un côté sont propices à la défense. Les ennemis ne peuvent à la fois escalader les rochers et attaquer en force les défenseurs. Ils sont donc maintenus à distance sur une partie plus ou moins longue des enceintes. Cela garantit une sécurité relative et permet de concentrer la défense aux endroits les plus exposés. C’est aussi un moyen de réaliser des économies de travaux car au-dessus des précipices, il n’y a guère besoin de construire des murs hauts et épais. Le château de Saint-Germain en donne un exemple, car une partie de ses courtines est si basse qu’on peut y monter sans échelle81. Il convient, bien sûr, que les murailles se dressent dans le prolongement du rocher afin de ne pas laisser le moindre espace d'appui aux assiégeants. Ce travail est réalisé dans un second temps, c’est-à-dire que les murs sont élevés à peu de distance du bord et qu’ensuite, le rocher est retaillé pour qu’il y ait une continuité avec les murailles. La pierre ainsi rognée sert ensuite de matériaux de construction. De la même manière qu'avec l’eau, il y a, en matière de défense, une exacte adaptation au relief et une utilisation maximum du rocher.

70Les éléments naturels susceptibles de renforcer les difficultés d’accès, eaux et éminences rocheuses plus ou moins élevées, sont systématiquement recherchés, améliorés et mis à contribution pour la défense des châteaux. Des possibilités que ces éléments naturels offrent du point de vue défensif découlent la sécurité et la pérennité du site ; cependant cela ne saurait suffir et en avant des châteaux, sont réalisées d’autres défenses qui sont artificielles tout en étant en étroite relation avec la topographie et les possibilités naturelles.

• Les bourgs

71A proximité immédiate des châteaux, c’est-à-dire juste en dessous de ceux-ci, dans une partie plus douce de la pente qui mène vers eux ou même accolés à eux sur le promontoire, le plateau ou dans la plaine où ils sont élevés, se dressent des bourgs et des villages qui complètent, par leurs fortifications, le système des protections avancées des châteaux. Tous les châteaux ainsi que les bâties reconstruites en pierre, comme celles de Luisandre et des Allymes, ont un bourg fortifié dans leur environnement proche. Ces bourgs sont toujours situés en avant des châteaux, sur un léger replat du terrain comme pour Saint-Germain ou bien coincés entre une rivière et l’amorce de la dénivellation au sommet de laquelle est construit le château, comme à Pont-d'Ain et Saint-André-en-Revermont. Dans tous les cas, ils sont situés sur le chemin qui mène vers le château, bloquant ainsi les passages et l’accès vers celui-ci. Le château de Jasseron occupe entièrement le sommet de la colline ; de ce fait, le village s’est installé au pied de celle-ci. Il s’agit du bourg castral le plus éloigné de son château, mais il n'en ferme pas moins le seul chemin d’accès.

  • 82 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1307-1308, 1320, op. cit., p. 40, 96 ; ibid., «  ;Billiat... », . (...)

72Pour l’ennemi, il faut donc souvent prendre les bourgs pour s’attaquer ensuite aux châteaux. Ce sont des éléments retardateurs qui permettent de gagner du temps pour regrouper une armée de secours ainsi que les comptes en donnent le témoignage à de multiples reprises82. Par le temps perdu et les soldes payées, c’est un moyen d’épuiser l’ennemi aussi bien financièrement que par la baisse de motivation et d’énergie qui résulte de la prolongation du siège. L’enceinte, les maisons, les rues étroites et tortueuses peuvent certes, servir d’abri et de moyen d’approche à l’assaillant, mais elles n’en demeurent pas moins un frein à la progression et un empêchement au passage des engins d’artillerie.

  • 83 Y. Barel, La ville méviévale, Système social, système urbain, Grenoble, 1975 ; Ph. Contamine, « Vil (...)

73Dans la plupart des cas, c’est le château qui est à l’origine du bourg ou de la ville close. Cependant, quelques-uns se sont développés autour d'une abbaye comme celle d’Ambronay ou Saint-Rambert ou au débouché d’un pont comme à Pont-d’Ain ou Saint-Laurent-les-Mâcon. Nous ne reviendrons pas ici sur les origines politiques et socio-économiques des formations urbaines ni leur liaison avec les châteaux83 du point de vue juridique, mais nous pouvons noter que les bourgs et les villages ne sont pas nés hors de toute considération militaire. Autant les seigneurs ont pensé à tirer des profits financiers des échanges commerciaux, de l’exercice du ban et de la justice dans les bourgs et les villes, autant ils ont vu par leurs fortifications, même légères, un moyen de consolider et d’affermir les défenses du château. Ces consolidations sont aussi bien matérielles par l’adjonction d’une enceinte et d’un agrandissement du périmètre fortifié qu’humaines par les moyens financiers, techniques et armés que les hommes du bourg peuvent fournir au château.

  • 84 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1317-1318, 1318-13019, op. cit., p. 82-83 et 86-87.
  • 85 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 6, peau 12, 1317-1318.
  • 86 J.-C. Maire-Vigueur, « Guerres, conquêtes du contado et transformation de l’habitat en Italie centr (...)
  • 87 Ibid.

74C’est une certitude acquise, aussi bien pour les comtes de Savoie que pour les Dauphins puisque les petites bâties, construites à la même époque au sommet des molards de Luisandre et des Allymes, sont respectivement dotées, peu après la fin de leur construction, d’un bourg attenant à leur enceinte. Pourtant, ces bâties n’offraient pas beaucoup de perspectives économiques et agricoles. Le versement d’une somme relativement élevée (100 sous) à tous ceux qui ont bien voulu s’installer dans le bourg attenant au château de Luisandre en témoigne. Ce versement est plutôt fait pour séduire des gens qu’à vraiment promouvoir un développement économique84, par ailleurs très aléatoire à cause de la guerre. En effet, il y avait peu d’intérêt à venir s’installer au sommet d’un molard balayé par les vents, dans une zone de conflits intenses et d'un accès difficile. D’ailleurs, les familles ne restent guère puisqu’il faut en appâter d’autres en permanence pour compenser les départs. En 1318, les receveurs généraux payent 100 sous à 5 chefs de famille qui ont bien voulu venir venus s’y installer85, c’est-à-dire y construire leur maison. L’origine et les modes d’installation de ces familles sont difficiles à déterminer, cependant on peut penser que certaines d’entre elles avaient perdu tous leurs biens dans le saccage de leur maison ou du bourg dans lequel elles résidaient auparavant. On a évidemment de la peine à se représenter l’aspect psychologique de ces gens, mais la prime offerte par le comte était sans doute un moyen de repartir dans la vie. Bien sûr, ils apportaient avec eux ce qu’ils avaient pu sauver et récupérer de leur maison et qui était transportable, comme par exemple les huisseries, des pièces de bois, des outils. Dans d’autres pays, la ville d'accueil aidait les nouveaux venus par la fourniture gratuite de matériaux et de main d’œuvre, tel est le cas en Italie centrale au XIIIe siècle86. L’aide pécuniaire accordée par le comte de Savoie semble correspondre aux facilités matérielles et techniques offertes par les communes de la région des Marches aux nouveaux arrivants. Les causes du transfert des villageois y sont d’ailleurs les mêmes et proviennent de la destruction ou de l’incendie du castrum d’origine87.

  • 88 A.D.C.O., B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 4, 1311-1313 ; A.S.T., Co (...)

75Le déplacement des villageois créait, à Luisandre et aux Allymes, des pôles d’activité économique, de pouvoir et de force armée. Les attaques et incendies perpétrées par les deux partis sur les bourgs naissants de ces deux bâties88 montrent bien l’importance qu’ils recouvrent du point de vue militaire. Il y a donc bien un dessein défensif, parmi d’autres, à l’établissement des bourgs et des villes à proximité des châteaux.

76L’origine des châteaux étant antérieure à l’arrivée des comtes de Savoie, les bourgs et les villes qui y sont liés ne sont pas des réalisations savoyardes. Les capacités défensives de ces anciens bourgs sont nettement désuètes ou pour le moins insuffisantes dans le contexte de la guerre delphino-savoyarde. Les faiblesses de ces bourgs relèvent autant du manque total ou partiel de fortifications que de leur implantation et leur développement au sol. Aussi, la plupart de celles-ci est remodelée, agrandie, voire doublée d’un bourg ou d’une ville neuve.

  • 89 En 1296, le compte de subside témoigne de la réfection d’une pile du pont par le maçon Amédée. Cf. (...)
  • 90 H. Dubois, Les foires de Châlon-sur-Saône et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moy (...)
  • 91 A.D.C.O., B 7561, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, peau 5, 1300-1301.

77En 1299, Pont-d’Ain est un petit village qui existe depuis longtemps. Il est né du pont qui traversait l’Ain à cet endroit et de la tour qui, du haut de la petite colline, dominait le site. On pense que ce pont était en pierre et d’origine galloromaine89, mais à la fin du XIIIe siècle, par manque d'entretien, le pont est impraticable. Les sires de Coligny, propriétaires des droits, n’ont pas les moyens financiers de le faire reconstruire. De ce fait, et malgré sa situation sur la route commerciale qui mène vers l’Italie et vers Châlon-sur-Saône90, Pont-d’Ain ne se développe pas. Le village survit néanmoins grâce au gué et aux radeaux qui, selon la saison, permettent le passage d’une rive à l’autre. Dès 1296, le comte Amédée V, devenu propriétaire des droits de pontenage, fait reconstruire le pont dont le débouché du côté savoyard se fait dans une ville neuve fondée par lui vers 130091 afin de répondre au développement économique et urbain que peut engendrer le pont. Cette ville jouxte le vieux bourg, sur son côté occidental, et le prolonge sur l’étroite bande de terrain située entre la rivière et la colline sur laquelle le château est construit.

78L’autre rive est dauphinoise, la menace ennemie est donc permanente et réelle. En prolongeant la ville au-delà du débouché du pont et en la bordant d’une palissade ponctuée de chaffaux en bois, le comte crée au pied du château, une ligne protectrice qui ne permet pas de prendre pied sur la rive savoyarde, même quand on peut traverser l’Ain à gué.

  • 92 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1325. Cf. aus (...)

79Le château de Saint-Germain domine, au temps où il est dauphinois, un unique bourg situé juste à ses pieds, sous la façade occidentale. Ce bourg ferme le chemin étroit et en pente raide qui mène à la haute-cour du château. Mais avant ce bourg, le chemin se dédouble pour donner naissance, comme on l’a vu plus haut, à une autre voie, moins raide, permettant le passage des chariots en direction d’une autre porte ouvrant sur la basse-cour. En 1321, le comte de Savoie a pu vérifier lui-même, après la prise d'Ambérieu, que le vieux bourg ne gênait pas le passage en direction du château et que le second chemin, laissé sans embûche importante facilitait l’approche des hommes et le transport des engins d’artillerie. C’est pourquoi peu de temps après la prise du château, il fait construire un bourg neuf au-dessous de l’ancien et du château92, bien avant le dédoublement du chemin, juste au-dessus de la route qui, en longeant l’Albarine mène d’un côté vers Saint-Rambert et de l’autre vers Ambérieu et la plaine de l’Ain. Ce bourg neuf permet à la fois de mieux contrôler le péage situé à l'entrée de la vallée et de fermer l’accès au château.

  • 93 L. Blondel, « Les fondations de villes neuves ou bourgs neufs aux environs de Genève », Bulletin de (...)

80Ces deux exemples montrent que les notions défensives sont très présentes dans l’aménagement d’un bourg ancien ou dans la fondation d’un bourg neuf puisqu’il aurait suffit, dans un cas comme dans l'autre, d’un agrandissement adjacent à l’ancien s’il ne s’était agi que de développement économique et démographique. La position topographique des châteaux détermine du point de vue défensif, l’emplacement des bourgs neufs et des villes nouvelles. C’est un procédé qui se retrouve dans d’autres régions, comme le Genevois93.

  • 94 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1328 ; ibid., (...)
  • 95 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 76.

81Les aménagements et les améliorations des défenses urbaines sont toujours réalisés peu de temps après l’emprise savoyarde. Les fortifications du bourg neuf de Saint-Germain sont réalisées dès 132394, soit un an et demi après la prise du château. C’est le temps qu’il a fallu pour réparer le château très endommagé par le siège. Celui de Luisandre est réalisé dès la fin du gros œuvre du château, c’est-à-dire 4 ans après les premiers travaux95. Ce qui prouve qu’il y a du côté savoyard une conscience de l’importance stratégique et défensive des bourgs et des villes et qu’il existe en correspondance une volonté et une politique architecturales plus affirmées que du côté dauphinois. Sans doute, aussi, la meilleure organisation du réseau castral savoyard tant du point de vue administratif qu’économique et technique permet la mise en œuvre effective et rapide des perfectionnements défensifs.

  • 96 Ici., « Pont-d’Ain... », 1323-1324, op. cit., t. 1, p. 133.

82Les châtellenies savoyardes sont immédiatement mises à contribution financièrement ou/et matériellement tant pour la création d’un bourg que pour les réparations et les améliorations à effectuer aux murailles d’un vieux bourg96. Les créations et les agrandissements passent d’abord par la construction d’une fortification qui marque sur le terrain l’espace à urbaniser en même temps qu’elle en affirme la réalité matérielle et politique.

  • 97 Ibid., 1319-1320, p. 108.
  • 98 Texte de Lambert d’Ardres, Chroniques, chap. 152, cité dans J.-F. Fino, Forteresses de la France mé (...)
  • 99 A.D.C.O., B, 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1328. Cf. au (...)

83Celle-ci, à l’instar de toute fortification nouvelle, est constituée, dans un premier temps, par le creusement de fossés dont la terre est rejetée sur le rebord intérieur. Une palissade de pieux et de claies est construite aussitôt sur la levée de terre pour compléter le dispositif97. Elle est flanquée de chaffaux en bois placés dans les angles et de distance à distance lorsque, comme à Pont-d’Ain, une grande partie de celle-ci est rectiligne. La légèreté des premières fortifications des bourgs neufs et des villes est une constante que l’on retrouve dans d’autres régions comme par exemple le Nord de la France98, au début du XIIIe siècle. Le bourg neuf du château de Saint-Germain est une exception puisque dès le début des travaux, une partie de l’enceinte est en pierre99. Cela s’explique par la place hautement stratégique de ce château et l’importance de la perte que vient de subir le Dauphin. Il convient donc de mettre en place tout de suite et rapidement un système de défense efficace afin de résister aux tentatives de reprise du château.

84Chaque bourg ou ville a un tracé propre de ses défenses. Il correspond à la topographie, à l’emprise au sol du château par rapport aux éléments naturels et aux limites données par le seigneur. Cela engendre une multitude de variantes, néanmoins on peut relever quelques caractéristiques communes : la plupart des fortifications sont englobantes, c’est-à-dire qu’elles enferment entièrement l’agglomération que celles-ci soit « en ruban », c’est-à-dire le long d’une voie unique comme Saint-Trivier-de-Courtes, Pont-de-Veyle, Pont-de-Vaux, Pont-d’Ain, Ambronay ou de plan circulaire comme Bagé, semi-circulaire comme Bourg-en-Bresse. Elles sont toutes reliées aux murailles du château qui se trouve ainsi sur une partie de leur périphérie, à l’exception des châteaux de Saint-Rambert et de Jasseron dont les bourgs se situent au pied de la colline. L’enceinte urbaine ainsi liée au château permet le contrôle direct et rapide du village et de l’usage des fortifications. Le château demeure indépendant, avec sa porte principale et les diverses poternes ouvrant sur la campagne. Cela permet au châtelain et aux hommes d’armes d’entrer et sortir indépendamment du village ou du bourg.

  • 100 A.D.C.O., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 12e compte, peau 20, 1292-1293.

85Lorsque le bourg se trouve nettement en dessous du château comme à Pontd’Ain ou qu’il en est un peu éloigné, comme c’est le cas pour le bourg neuf de Saint-Germain ou celui de Saint-Trivier, le terrain compris entre eux, même s’il est très raide, n'est jamais laissé libre. Des palissades ou des murailles, ponctuées de chaffaux et précédées de fossés, l’encadrent et relient le bourg au château100. A Saint-Germain, cet espace est couvert par des vignes appartenant au comte de Savoie.

  • 101 Ibid., B 9527, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 1er compte, peau 4, 1341-1342.
  • 102 Id, B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 7, 1351-1352.
  • 103 Ibid., B 6769, Compte du conseiller Martin Gratoux de Saint-Rambert, 1344-1345.

86Les palissades qui forment l’enceinte originelle des bourgs ne sont pas remplacées par des murailles en pierre aussi rapidement qu’on le fait pour les châteaux. En effet, ce n’est que plusieurs décennies après leur établissement et à la suite d’un très grand nombre de réparations que les enceintes de terre et de bois laissent la place à des fortifications maçonnées. C’est en 1342 seulement, qu’une muraille de pierre succède à la palissade du bourg castral de Saint-André-enRevermont101, en 1351-1352, que la palissade qui borde l’Ain à Pont-d’Ain est partiellement remplacée par une enceinte en maçonnerie102 et en 1345, que Louis de Savoie, par une double lettre, autorise les bourgeois de Bagé et de Treffort à joindre le bourg au château par des murailles103.

  • 104 B.n.F., ms fr 22297, f. 27.

87Cela n’est pas une particularité savoyarde : à Troyes, en 1346, la ville est ceinte de pieux et l'Armorial de Revel témoigne, au XVe siècle, que des sections de terres et de bois complètent les fortifications de pierres, comme par exemple à Saint-Pourçain-sur-Sioule104.

  • 105 A.D.C.O., B 9583, Compte du péage de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 1323-1324.
  • 106 Ibid., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 3, 1289-1293.
  • 107 P. Cattin, « Pont-d’Ain.., », 1330-1331, op. cit., t. 2, p. 23.

88Les murailles, une fois construites, sont rarement flanquées par des tours en pierre, mais par des tours en bois appelés chaffaux105 dont la fragilité demande des réparations et des remplacements fréquents. En revanche, il apparaît que les tours-porches et la plupart des tours d’angle sont réalisées en maçonnerie en même temps que les travaux de construction ou de réparation du château. Dès 1304, le bourg castral de Treffort est ainsi équipé de plusieurs tours dont l’ordre chronologique de construction commence par celles devant se situer à proximité du château106. Les portes de la ville de Pont-d’Ain sont édifiées en deux campagnes dont la première, en 1296107. Les lignes de défense qui les joignent demeurent en bois pour plusieurs décennies.

  • 108 V. Mortet et P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l'histoire de l’architecture. Paris, 19952, (...)

89Quoique l’on trouve des tours maçonnées qui flanquent ici et là les palissades de bois des bourgs de Cambrai, Arras ou Romans dès le XIe et le XIIe siècle108, le supplément de défense qu’offrent les enceintes de terre et de bois des bourgs et des villages au château qui les commande reste volontairement limité par l'usage constant et prolongé de matériaux légers. Il existe plusieurs raisons à cet état de fait.

  • 109 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 8, peau 17, 1330-1331.
  • 110 L. Poncet, L’abbaye d’Ambronay, Colmar, 1980, p. 56.
  • 111 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 7, peau 9, 1318-1319.
  • 112 A.D.C.O., B 9583, Compte du péage de Saint-Germain, 2e compte, peau 8, 1324-1325 ; ibid., B 9942, C (...)
  • 113 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 2, 1297-1298.

90D'abord, le coût des fortifications en pierre est très élevé et la châtellenie dépense déjà beaucoup d’argent pour l’entretien, les réparations et les constructions du château, l'aide financière aux autres fortifications du réseau, les armes et les engins, les soldes des hommes d'armes et souvent l'hôtel du comte. Toutes ces dépenses sont prioritaires malgré l’importance que revêt la fortification des bourgs et des villes. Dans les co-seigneuries où la châtellenie ne reçoit qu’une moitié des revenus, une partie des travaux, souvent la moitié, est payée par les habitants109 ou par la communauté de la ville, c’est-à-dire les recettes communales provenant de l'impôt municipal, comme c’est le cas à Ambronay110. Partout ailleurs, les fortifications urbaines sont payées par les comtes de Savoie par l’intermédiaire des châtellenies, des péages ou des receveurs généraux comme l’enceinte du bourg castral de Billiat111. Sans doute, une partie des travaux est réalisée au titre des corvées dues au comte par les paysans et les bourgeois, mais pas de manière directe ni complète, car elle ne consiste qu’en une aide aux maçons ou aux perriers sur le chantier. En effet, dans les dépenses châtelaines il n’apparaît jamais, pour ce genre de travail, le pain et le vin traditionnellement dus par le comte aux corvéables pour chaque journée de travail, alors que les transports d'une partie des matériaux, effectués par les chariots et les bœufs des corvéables sont bien indemnisés ainsi112, de même que le sciage du bois de construction pour les chaffaux113. La corvée due au titre du ban est une participation aux constructions de l’enceinte urbaine, mais juridiquement limitée aux seuls transports et aux travaux annexes. Néanmoins, ces corvées sont importantes par le supplément de main-d’œuvre qu'elles fournissent, mais aussi par l’expression symbolique et effective de la domination du prince sur les populations.

  • 114 A.D.C.O., B 7093, Compte de la châtellenie de Bourg, 4e compte, peau 6, 13191322.
  • 115 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1305-1305, 1307-1308, op. cit., t. 1, p. 32-33, 35, 63,
  • 116 Ibid., 1312-1314, p. 86.
  • 117 Ibid., 1329-1330, t. 2, p. 18-19.
  • 118 A.D.C.O., B 9589, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 4, 1338-1338.

91Si la puissance d’une enceinte est un avantage pour résister à l’ennemi, elle devient un inconvénient lorsqu’il s’agit de reconquérir une ville perdue par trahison. On craint toujours une trahison des bourgeois qui livreraient le château par surprise, comme cela s’est effectivement produit à Ambronay en 1308. Le risque est sans doute réel, car en 1322114, on suppose encore des traîtrises à Ambronay. A Pont-d’Ain en 1305, sur ordre du bailli, les portes de la ville sont murées115, en 1314, la porte du château qui mène vers la ville est murée à son tour, sur l’ordre du prince Edouard116. En janvier 1330, on découvre que le château et le bourg doivent être livrés par traîtrise117. En 1338, on change toutes les serrures et les clés des portes du château de Saint-Germain, car on soupçonne une trahison des bourgeois118.

92Ces trahisons sont toujours possibles durant les temps de troubles et d’incertitudes territoriales dans les zones frontalières. Tant que l’ennemi conteste l’implantation territoriale de son rival, il existe des risques de renversement de l’autorité. De ce fait, les bourgs et les villes conservent des fortifications légères limitant les possibilités de résister à une contre-offensive. Mais, quand la situation politique est stable et semble acquise pour longtemps, que l’emprise territoriale a fait reculer les zones de conflit, les craintes s’effacent. En 1352, le conflit est quasiment résolu entre le Dauphiné et la Savoie et, depuis 1335 environ, il s’est déroulé peu d’événements guerriers dans la région. La confiance s’établit, la guerre ne grève plus les budgets locaux de manière importante et systématique, on peut donc entreprendre la construction des murailles urbaines à Pont-d'Ain.

  • 119 R. Mariotte-Lober, Ville et seigneurie, les chartes de franchises des comtes de Savoie, fin XIIe si (...)
  • 120 « Les frais de garde et de guet et les autres réparations des murs et fossés seront pris sur le com (...)
  • 121 « Tout bourgeois, outre les religieux, prêtres et clercs qui usant du présent privilège, font feu, (...)
  • 122 « Tout le monde doit la garde de nuit de la ville de Billiat, sauf le clergé ». Cf. P. Cattin, « Bi (...)
  • 123 A.D.C.O., B 9589, Compte de la châtellenie de SaintGermain, 3e compte, peau 7, 1338-1338.
  • 124 C. Duguy, A. Perrin, « Villes et châteaux dans la baronnie de La Tour-du-Pin en Dauphiné XIe - XVe  (...)

93Les bourgeois sont tenus d’assurer l’essentiel du guet et de la garde, comme cela est spécifié dans les chartes de franchises accordées par le comte119, comme celle d’Ambronay120, de Pont-d’Ain121 ou de Billiat122, mais en temps de menaces armées et de trahison, des renforts sont fournis et payés par le comte123. Ce système existe également du côté dauphinois. Il permet pour l’un et l’autre des deux partis de s’assurer la fidélité des gens en leur accordant des libertés en échange124.

94Les bourgs sont donc, du point de vue architectural et humain, un élément défensif de première importance dans le système de fortification attenant aux châteaux. Les châteaux s’appuient sur leurs bourgs pour leur protection et à l’inverse, les bourgs s’appuient sur les châteaux pour leur défense, l’un et l’autre assurant ainsi la sécurité du territoire, des personnes, des routes, des péages.

Les ouvrages artificiels

95Pour pallier les manques, les imperfections des éléments naturels comme moyens de défense autant que pour augmenter les difficultés d’approche et d’assauts, des ouvrages artificiels s’ajoutent aux défenses avancées qu’offrent le cadre naturel et les bourgs. Les châteaux sont ainsi entourés de plusieurs couronnes d’œuvres d’art différentes, représentant souvent un travail humain colossal, qui se complètent l’une et l’autre en formant un ensemble homogène et cohérent.

• Les fossés et les douves

  • 125 Le château dans la France médiévale, essai de sociologie monumentale, Paris, 1978, p. 339-340.
  • 126 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 17, 1324-1325.

96Les fortifications de Bresse et de Bugey sont protégées au pied de leurs murailles par des fossés, par des douves qui sont des fossés remplis d’eau, des terre-pleins qu’on nomme dos d’âne, des levées de terre renforcées d’une palissade. Cependant, la plupart des maisons fortes est dépourvue de fossés ou de terrassement, car l’autorisation de se fortifier que le prince accorde aux hobereaux locaux stipule de manière précise et formelle que le creusement de fossés autour de la demeure forte ne peut se faire sans son autorisation. Gabriel Fournier cite plusieurs exemples pour le comté de Champagne où le prince limite strictement les moyens défensifs des maisons125. En Savoie comme ailleurs, le caractère privé de ces fortifications auxquelles le prince tolère quelques droits juridiques est cependant limité dans ses capacités défensives et dans l’expression symbolique de son pouvoir. En revanche, les maisons qui sont directement placées sous l’autorité comtale sont renforcées par des tranchées, comme celle de Tiret à côté d’Ambérieu126.

  • 127 A. Kersuzan, « La construction du château de Pont d'Ain », op. cit., p. 38-39.

97Les fossés secs (fossiata, fossalia) que les comptes appellent aussi terreaux (terraillia) ou tranchées (tranchiata) lorsque ces derniers s’étendent sur une grande longueur et qu’ils sont d’une largeur importante, comme c’est le cas pour le château de Pont-d’Ain127, sont typiques des châteaux construits sur une hauteur naturelle. L’élévation peut cependant ne pas être très importante, comme pour le château de Châtillon-sur-Chalaronne ou de Bourg-en-Bresse, elle est néanmoins suffisante pour y rendre impossible l’adduction d’eau. La profondeur et la largeur importantes des fossés secs compensent l’avantage qu’offrent les douves aux défenseurs.

98Les fossés font rarement le tour complet des châteaux. Ces derniers utilisent logiquement au mieux le terrain et leur construction s’est réalisée au bord extrême des à-pics, des précipices et des rivières. La majorité des châteaux ont une partie de leur enceinte qui s’élève au-dessus du ravin ou au bord d’un cours d’eau, sur des longueurs souvent importantes. Ce système permet d’assurer une sécurité quasiment totale sur une part non négligeable de l'enceinte et par conséquent, de focaliser l’effort architectural sur les parties les plus exposées. L’impossibilité dans laquelle se trouve l’ennemi de bombarder ou prendre le château par les façades élevées dans le prolongement des escarpements permet des économies de travail et de matériaux en les bordant de murs moins épais et moins élevés. Ainsi, les fossés enferment souvent les châteaux en rejoignant les obstacles naturels, à chacune de leur extémité. C’est le cas de Jasseron, Saint-Germain, Saint-Rambert qui sont des châteaux dressés sur une élévation et de Pont-de-Vaux et Saint-Laurent-les-Mâcon qui sont construits au bord de l’eau. Lorsque, comme à Pont-d'Ain, la pente n’est pas très abrupte ni très longue, la tranchée est creusée dans celle-ci jusqu’à rejoindre la rivière, à chacune de ses extrémités. En revanche, les bâties, qui ont un périmètre de fortifications plus petit, sont entièrement entourées par un fossé. C’est un principe qui s’applique aussi bien pour les bâties construites au sommet d’un molard, comme celles des Allymes ou de Luisandre, qu’à celles situées en terrain absolument plat comme Gironville ou Remens.

99Le creusement des fossés, surtout lorsqu’ils doivent s’étendre sur une assez longue distance, est réalisé en plusieurs tronçons. Les points les plus vulnérables et les plus stratégiques sont alors privilégiés. Ce qui correspond aussi aux premières constructions en maçonnerie puisque les pierres tirées du creusement servent à la construction des tours et des courtines qui doivent les border.

  • 128 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1306-1306, op. cit., t. 1, p. 52-53.
  • 129 Ibid., 1307-1308, p. 57.

100A ce stade des travaux, les fossés ne sont jamais aussi larges ni aussi profonds que l’exige une défense efficace. Mais, il s’agit d’isoler le site rapidement et on s’emploie avant tout à établir une ligne d’obstacles, certes insuffisante, mais pouvant assurer un minimum de sécurité pour la poursuite des travaux. Un très grand nombre de gens y est employé : perriers, manœuvres hommes et femmes. Des forgerons affûtent et réparent les coins de fer, les marteaux et les masses nécessaires à ces travaux. En 1306-1307 à Pont-d’Ain, 300 livres sont payées en divers salaires pour 23 semaines de travail dans la tranchée128. L’année suivante, plus de 2000 journées de perriers et manœuvres sont encore payées auxquelles s’ajoutent 1200 journées de manœuvres tant hommes que femmes pour porter les pierres depuis la tranchée jusqu’aux maçons129.

  • 130 A.D.C.O., B 9719, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 1er compte, peau 8, 1353-1354 (...)
  • 131 Id., « Pontd'Ain... », 13071308, op. rit., t. 1, p. 62.
  • 132 A.D.C.O., B 9708. Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 5, 1300-1301.

101Plus tard, les travaux reprennent dans les tranchées et celles-ci sont élargies et approfondies plusieurs fois130. En 1308, le site de Pont-d’Ain est entièrement fermé par la tranchée et le châtelain déclare que la largeur de celle-ci est de 20 pieds, soit environ 8 mètres131. Dans les parties restantes de cette longue tranchée, j’ai relevé des mesures bien supérieures. Elles correspondent aux agrandissements successifs dont parlent les comptes de Pont-d'Ain et ceux de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel qui en a payé une partie132. Les mesures vont jusqu’à 9,50 mètres près de la tour maîtresse et 11 mètres devant la façade nord du château.

  • 133 P. Cattin, « Gironville... », 1323-1325, op. cit., p. 5.
  • 134 Ibid., p. 6.

102La bâtie de Gironville est entourée de fossés qui ont, dans un premier temps, 12 pieds de largeur et 7 pieds de profondeur133. Dès l’encerclement terminé, les travaux de terrassement se poursuivent et portent sur l’amélioration de cette défense. La largeur est portée à 20 pieds, la profondeur à 10 pieds134. Ces agrandissements ont pour but, d’une part, de mieux se protéger et de l’autre se fournir en matériau de construction pour terminer les constructions, car les courtines et les tours ne sont pas tout de suite élevées à une hauteur définitive. Elles doivent d'abord se contenter de la masse de matériau correspondant à l’ampleur du creusement.

  • 135 A.D.C.O., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 10, 1302-1303 ; ibid., B (...)
  • 136 A.D.C.O., B 9028, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 6, 1346-1349 ; Ibid.. B 9033, peau 6 (...)
  • 137 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, 1348-1349, op. cit.. p. 35, 63.

103Les agrandissements des fossés sont, comme les premiers creusements, réalisés par tronçons et ce sont les courtines et les tours placées à proximité qui sont d’abord surélevées ou épaissies135. La terre sortie des tranchées est étalée sur le tablier des ponts dormants, les planchers et les toits des tours, des chaffaux, de la grande salle et des bâtiments domestiques. En temps de guerre, cette terre protège les toitures des projectiles incendiaires envoyés par l’ennemi. Elle sert également à faire le torchis qui couvre les constructions de bois136. A Remens, dans la plaine de l’Ain, non loin de l’Albarine, c’est du sable que l’on retire des fossés pour la fabrication du mortier137.

  • 138 Id., « Saint-Rambert... », 1326-1327, op. cit., p. 139.

104L’escarpe et la contrescarpe des fossés tentent d’être le plus verticales possible pour que les fossés aient un profil en « fond de cuve ». S’il n’y a pas à redouter l’écroulement des parois lorsque le socle est rocheux, solide et homogène, il n’en est pas de même quand celui-ci se compose de terre et de pierres qui s’effritent facilement et n’offrent aucune tenue, ce qui est le cas pour la majorité des châteaux. A cette instabilité naturelle s’ajoutent les eaux de pluie qui accélèrent et augmentent la dégradation des parois en plus des destructions opérées par les Dauphinois, comme pour les fossés qui relient la bâtie de Gironville138 à Ambronay et à la rive gauche de l'Ain.

  • 139 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1340-1342 ; ibid., B 9938, Compt (...)
  • 140 A.D.C.O., B 9945, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 6, 1305-1306. Cf. aus (...)
  • 141 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 24, 1342-1346. Cf. aussi P. Cattin, (...)

105Il n’est pas envisageable de laisser ces fossés se détériorer ; il convient également que leurs flancs restent abrupts pour empêcher l'assaillant d’y descendre facilement afin de saper la base des murailles. La contrescarpe est donc régulièrement retaillée, la terre et les pierres qui ont roulé dans le fond et qui l’encombrent sont remontés sur le glacis extérieur139. Aux endroits où les fossés sont exclusivement creusés dans la terre, on tâche de donner une pente la plus forte possible aux parois et on les gazonne afin que les racines maintiennent la terre et l’empêche de glisser140. La solution la plus efficace, mais plus onéreuse, consiste à rogner la contrescarpe et à bâtir un solide mur de soutènement en pierre141.

  • 142 Ibid., « Pont-d’Ain... », 1323-1324, t. l, op. cit., p. 129.
  • 143 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 7, peau 4, 1318-1319.
  • 144 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1305-1306, 1309-1310, op. cit., t. 1, p. 32, 35, 39, 46, 69 ; « Remen (...)
  • 145 Id., « Gironville... », 1323-1325, op. cit., t. 1, 1318-1319, p. 5.
  • 146 A.D.C.O.., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 10e compte, peau 12, 1292-1293.

106Du côté de l’escarpe, la dégradation est augmentée par le suintement des toitures. Cette dégradation peut s’avérer fatale pour les murailles. Ainsi en 1323, les pieds de la courtine contre laquelle s’appuie la grande salle du château de Pont-d’Ain sont ravinés et les murs menacent de s’écrouler. Pour éviter cette catastrophe, un mur en glacis est construit contre l’escarpe et vient soutenir la base des murs142. La même chose est réalisée au pied de la grande tour à Ambronay143. En d’autres parties, le parement des façades extérieures des courtines et des tours est fondé dans le fossé pour créer une sorte de tablier protecteur qui s’inscrit dans la continuité des murailles et empêche les fossés de s’écrouler144. Aux endroits où la muraille ne se trouve pas au ras de la tranchée parce que le terrain est très instable et qu’il ne faut pas que la construction ripe sur ses bases, l’escarpe peut être, à l’instar de la contrescarpe qui lui fait face, engazonnée145 ou bien épaulée par un mur de soutènement fait de pierres ou de pieux et de claies146.

  • 147 A.D.C.O., B 10150 (2), Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 5, 1306-1307 ; P. Catt (...)
  • 148 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen-Âge, Paris, 1999.

107Le fond de tous ces fossés est la plupart du temps un bourbier infect. L’eau y stagne et n’a aucun moyen naturel pour s’évacuer. Indépendamment de la boue, des pierres et des touffes d’herbe qui y sont tombées, le fond des fossés est encombré et pollué en permanence par une grande quantité de détritus, d’ordures et d’immondices de toutes sortes. A cela, s’ajoutent les déjections tombées des latrines en encorbellement et les eaux usées provenant des cuisines. Il faut donc régulièrement curer les fossés et évacuer tous ces déchets147 dont l’entassement autour et à proximité des villes et des châteaux sont caractéristiques de la pollution médiévale148.

  • 149 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pontd’Ain, peau 20, 1340-1342.
  • 150 Ibid., B 6761, Compte la châtellenie de Bagé, peau 11, 1337-1339.

108Afin d’y circuler plus facilement et empêcher les chariots chargés de la terre et des pierres tirées des agrandissements successifs de s’enliser dans ces bour biers immondes, on établit un chemin dallé149 dans le fond. Parfois, de simples drains sont creusés pour que l’eau ne ronge pas les fondations150.

  • 151 Ibid., B 9943, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 4e compte, peau 9, 1301-1302 ; ibid., B 97 (...)
  • 152 A.D.C.O., B 9718, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, peau 5, 1351-1352. Cf. aussi (...)
  • 153 A.D.C.O., B 9719, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, peau 8, 1354-1355.
  • 154 P. Cattin, « Gironville... », 1323-1325, op. cit., p 5-6.

109Les châteaux de Saint-Trivier, Saint-Martin-le-Châtel, Pont-d’Ain, les bâties de Gironville, Luisandre, Remens, ayant une vaste superficie plate et dégagée en avant de leur enceinte, ont leur approche renforcée par un second fossé aussi large et profond que le premier. Ce fossé s’étire devant la façade principale et se raccorde à celui qui se trouve au pied des murailles151. Entre les deux fossés, s’élève un terre-plein assez étroit que les comptes appellent « dos d’âne »152 (dos de asino) dont les flancs et le replat sont gazonnés. Il ne fait par exemple que 50 pieds de large à Saint-Martin-le-Châtel. En revanche, il peut atteindre plusieurs centaines de mètres en longueur comme à Saint-Martin-le-Châtel où il mesure 108 toises153. La bâtie de Gironville édifiée en terre et en bois sur un terrain complètement plat est entourée d’un double fossé et d’un « dos d’âne » sur ses quatre faces154 pour compenser la faiblesse de ses défenses.

  • 155 A. Kersuzan, La construction du château de Pont d’Ain, op. cit., p. 52.

110Les « dos d'âne » créent avec les fossés qui l’encadrent un large espace protecteur au-devant des murailles. J'ai compté environ 35 mètres pour le château de Pont-d’Ain155. Des ponts de bois enjambent les deux fossés et relient le château au chemin d’accès. Ils sont placés en quinconce pour empêcher toute traversée directe et rapide des fossés.

  • 156 A.D.C.O., B 9502, Compte de la châtellenie de Saint-André-de-Briord et Lhuis, peau 4, 1355-1356.

111Les fossés des châteaux situés en terrain plat, bordés ou peu éloignés d’une rivière sont remplis par l’eau de celle-ci et forment ce que l’on appelle des douves. Ce système de défense se rencontre principalement dans la région occidentale de la Bresse. Cependant, on trouve le même principe dans le Bugey pour le château de Lhuis où est creusé un fossé pour amener une partie de l’eau du Rhône dans les douves156. Les châteaux et les villes de Pont-de-Vaux et Pont-de-Veyle, dont la moitié des murailles est respectivement longée par la Reyssouze et la Petite-Veyle, sont complètement encerclés grâce au raccord de leurs fossés à ces rivières. Saint-Trivier-de-Courtes profite du sol très argileux qui l’entoure pour que ses fossés, à l’instar des étangs alentours, conserve l’eau et l’isole des terres voisines.

  • 157 A.D.A, Pièce 50, F. 18 v°, Pont-de-Veyle, 1358 ; A.D.C.O., B 7079, Compte du péage de Bourgen-Bress (...)
  • 158 Cf. supra, p. 197.

112La création de ces douves suit le même principe que les fossés secs, c’est-à-dire que les matériaux qui en sont extraits servent aux constructions des murailles et qu’il y a plusieurs campagnes successives d’élargissement et d’approfondissement. En l’occurrence, l’argile sert à la fabrication des briques dont sont construits ces châteaux. Pour effectuer les travaux d’amélioration ainsi que les curages réguliers des fonds et des parois, il faut assécher ces douves. Des vannes placées à la jonction des fossés en amont et en aval de la rivière permettent, d’une part de contrôler le débit dans les douves et de l’autre, de les vider, puis de les remettre en eau lorsque le travail est terminé157. Un système d’écluses identiques à celles mis en place à Pont-d’Ain158 dirige l’eau des rivières en direction des douves.

  • 159 A.D.C.O., B 7079, Compte de la châtellenie de Bourg-en-Bresse, 1er compte, peau 3, 1274-1275.
  • 160 Ibid., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 14, 1319-1320.
  • 161 Ibid., B 9940, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 1er compte, peau 2, 1279-1280 ; ibid., B 9 (...)

113Un canal (bestroillium, bestruel, rigolus) relié à des étangs proches sert au remplissage et à l’assèchement des fossés des châteaux qui ne sont pas en bordure immédiate d’un cours d’eau159. Ce canal permet de vider les fossés pour les nettoyer ou y faire des travaux de maçonnerie160. Il permet aussi d’évacuer le trop-plein161 lorsque le temps est très pluvieux et qu’il y a trop d’eau dans les douves, ce qui ronge les flancs et détériore les murs de briques. Par ailleurs, l’eau de ce canal permet de faire tourner la roue d'un moulin.

114Les fossés en eau offrent des avantages indéniables sur les fossés secs dans la mesure où il est presque impossible à l’assiégeant de saper la base des murailles et qu’il est plus difficile de les combler pour y approcher des échelles ou des engins comme les chats. Le supplément de sécurité que procurent les douves dans la défense d’un château compense les facilités d'approche et d'installation que le terrain environnant, résolument plat et commode, offre aux opérations de siège. Mais, s’ils maintiennent l'ennemi à distance avec efficacité et remplissent assez bien leur fonction, les fossés en eau se détériorent plus vite et plus facilement que les secs et, de ce fait, demandent un entretien plus important et plus régulier.

  • 162 G. Louise, « La seigneurie de Bellême, Xe-XIIe s », t. 2, p. 252. Ph. Siguret, « Trois mottes de la (...)
  • 163 B. Jouaux, « Les fossés-le-roi », dans Les cahiers percherons, no spécial, châteaux et guerres au M (...)

115Indépendamment des fossés qui entourent les fortifications, il existe de longs fossés qui joignent un poste fortifié avancé à l’enceinte d’un bourg ou d’un château. Ces fossés en continu sur des distances assez grandes comme celui qui relie la bâtie de Gironville à Ambronay sont destinés à empêcher la libre circulation des chevauchées ou des troupes de renfort du Dauphin pour porter secours au château de Varey lors siège de 1325. On retrouve, en d’autres régions, le même type de fossés. Par exemple : un fossé de 18 kilomètres connu sous le nom de « Fossés-le-roi » relie Saint-Rémy-du-Plain à Peray, à la frontière du Perche et du Maine. Il fut réalisé sur l’ordre de Robert II de Bellême au XIe siècle162. Un autre fut creusé en 1169 sur décision du roi Henri II Plantagenêt entre la France et la Normandie. Un plus grand encore a été reconnu par B. Jouaux entre la Mêle-sur Sarthe et Verneuil sur une distance de 40 à 50 km, il date lui aussi du milieu du XIIe siècle163.

• Les palissades et les braies

  • 164 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 76.
  • 165 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1328 ; Ibid., (...)
  • 166 A.D.C.O., B 9946, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 20, 1311-1312 ; ibid., (...)
  • 167 L’amiral Jean de Bueil témoigne de cette pratique dans une autobiographie romancée appelée Le Jouve (...)
  • 168 A.D.C.O., B 9938, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, peau 2, 1275-1276.
  • 169 A.D.C.O., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 4, 1286 1287 ; A.D.A., (...)
  • 170 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1311, 1353-1354, op. cit., t. 1, p.72 ; « Remens... », op. cit., (...)
  • 171 E. Viollet-Le-Duc, op. cit, art. Architecture militaire, fig. 30.
  • 172 A.D.A, pièce 54, Ville de Pont-de-Veyle, f. 4, v° 7, 1359 ; ibid., pièce 50, f. 19 v° 22, 1359.
  • 173 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1314-1315, op. cit., t. 1, p. 89.

116Sur le bord des fossés et des douves et le rebord extérieur des « dos d’ânes », s’étirent des levées de terre facilement et rapidement réalisées avec les matériaux provenant du creusement initial des fossés et des élargissements et excavations ultérieurs164. Dès leur création, ces levées de terres servent de base à l’établissement d’un rempart simple et léger qui consiste en une palissade faite de pieux et de claies165, parfois de haies et d’épineux166 que l’assaillant doit couper à la serpette pour passer167. Ces palissades qu’on appelle des barrières sont d’abord édifiées pour protéger le chantier. Ensuite, elles sont régulièrement entretenues, car il arrive qu’elles s’écroulent avec les terres qui, ravinées par les pluies, s’effondrent au fond du fossé168 et sur les glacis. Ces premières défenses, que l’on conserve très longtemps, protègent en un premier rempart, l’ensemble du site castral. Ces simples palissades sont équipées d’une porte non loin de l’entrée du château. Cette ouverture se ferme par un tablier à bascule que les comptes appellent généralement barre (barra)169 ou tornefol170. Installées de manière à créer une chicane entre le chemin d’arrivée et le pont sur le premier fossé, ces barres tournent autour d’un axe horizontal placé de chaque côté du tablier, légèrement au-dessus du centre de gravité, de telle sorte qu’il se ferme sous l’effet de son propre poids. Il suffit de tirer une chaîne ou une corde fixée au sommet du tablier pour que celui-ci se relève, la partie haute servant de contrepoids à l’autre171. Durant la nuit, les barres sont fermées par des verrous et des serrures172. Lorsque l’essentiel des maçonneries du château est achevé, ces barres sont remplacées par des portes voûtées en maçonnerie173.

  • 174 A.D.C.O., B 9581 (1), Compte du péage de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 1320-132.
  • 175 P. Cattin, « SaintRambert... », 1301-1302, 1312-1314, 1315-1316, op. cit., p. 23, 59, 67 ; « Pont-d (...)

117Les barrières sont également remplacées après plusieurs années par un mur en pierre de faible hauteur174, au parapet crénelé que l’on appelle des braies (bracha), fausses braies (falsa bracha) ou charmur (calvum murus). Ces murailles sont fondées dans les fossés. La plupart du temps, c’est à proximité des entrées que sont commencés les remplacements des palissades175. Puis les constructions s’étendent sur le bord des fossés, mais cet encerclement est très long à réaliser et souvent des braies de pierre alternent avec des haies et des palissades. Il arrive même que des pans entiers de palissades ne soient jamais remplacés. L'évolution du contexte politique ou la signature d’un traité de paix peuvent être une des causes de l’abandon des constructions de ces braies. Dans tous les cas, les fortifications de terre et de bois sont encore largement présentes dans l’ensemble défensif des châteaux savoyards de Bresse et de Bugey.

  • 176 Id., « Pont-d’Ain... », op. cit., 1338-1340, t. 2, p 105.
  • 177 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 21, 1340-1342.

118La construction en dur de cette première ligne de fortification a pour but de tenir l’ennemi à distance et de rendre beaucoup plus difficile son approche puisqu’il ne suffit plus de l’incendier pour la détruire. Lorsque l’espace entre l’enceinte du château et les fausses braies est nivelé comme à Pont-d’Ain, où il est appelé le second recept176, il est possible d’y installer des engins d’artillerie qui, en menaçant de détruire ceux des assiégeants, obligent ces derniers à reculer leurs catapultes. De ce fait, ils auront des difficultés à atteindre les murailles du château et à y faire des dégâts. Ces dispositions guerrières n’empêchent pas de gazonner les recepts et d’y installer des bancs de pierre177 pour profiter de ces espaces durant les temps de paix et de trêve.

  • 178 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, 1336-1338, op. cit., t. 2„ p. 56, 76.
  • 179 Ibid., p. 107.
  • 180 Ibid., p. 99.
  • 181 A.D.C.O., B 8057, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 3, 1320-1321 ; cf. aussi P (...)

119Les murs des fausses braies sont flanqués de tours qui sont souvent quadrangulaires, plus rarement semi-circulaires. Les comptes les appellent fausses tours (falsa turris). Il y avait, dans les braies de la façade occidentale du château de Pont-d’Ain, une rangée (ranchia) de quatre tours semi-circulaires178 et deux autres tours identiques (encore conservées) sur la façade est. Ces tours sont accolées aux murailles en remplacement des chaffaux de bois élevés dans le même temps que les palissades. Le débordement de ces fausses tours sur les courtines permet d’en « battre le flanc », mais il arrive que ces tours ne débordent pas les courtines du côté extérieur et soient élevées dans le prolongement supérieur des murs, à l’intérieur de l’angle formé par le raccord des maçonneries. Le château de Jasseron en offre plusieurs exemples. Dans tous les cas, ces fausses-tours permettent de raidir les constructions en faisant office de contreforts. Dans un premier temps, leur hauteur ne dépasse pas celle des murs, offrant ainsi une continuité de circulation sur toute la longueur des braies. Cette continuité permet aux défenseurs de rapidement prêter main forte à ceux qui auraient des difficultés à contenir l’assaut des assiégeants. Des échiffes de bois sont construites sur ces fausses tours afin de dominer les braies et les commander179. Dans une seconde campagne de travaux, les murs des fausses braies ainsi que les fausses tours sont surélevés et certaines sont équipées de latrines en bois180. On monte sur les chemins de ronde au moyen d’échelles posées contre les murs au niveau des fausses tours181. Les circulations horizontales et verticales sur les braies sont en permanence sous le contrôle et la surveillance des courtines plus élevées du château.

  • 182 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 9, 1294-1295.
  • 183 Ibid., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 8, 13251327.
  • 184 P. Cattin, « Pont-d’Ain... « , 1311-1312, 1324-1325, op. cit., t. 1, p. 80, 135. On en a des exempl (...)

120L’accès vers l’espace limité par les braies, depuis l’intérieur du château, se fait par des poternes ouvertes au pied d’une tour, comme à Saint-Trivier182, à Treffort183 ou dans l’angle formé par la jonction d’une courtine avec une tour, comme à Pont-d’Ain184. La tour et la courtine assurent la surveillance de tous les passages par cet endroit. Le débouché de ces poternes n’est jamais de plain-pied. La porte est en hauteur du côté extérieur et il faut un petit escalier de bois ou une échelle pour entrer ou sortir du château. Si les défenseurs sont débordés et obligés de se replier, ils se précipitent aux poternes et retirent rapidement les échelles, comme ils ont retiré celles placées contre les braies, s’ils en ont eu le temps. Les assaillants ne peuvent aussitôt défoncer la porte puisqu’elle est située bien au-dessus d’eux et qu’ils sont pris sous le tir et les bombardements des défenseurs placés au sommet de la tour et de la courtine. Ensuite, l’étroitesse de la poterne ne permet pas une ruée violente dans le château et il est possible à quelques hommes de contenir tout un groupe d’attaquants ayant réussi à défoncer la porte. Ces ouvertures dans les remparts ne sont donc pas des affaiblissements très importants de la clôture du château.

  • 185 A.D.C.O., B 9952, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 10, 1352-1353 ; id.. (...)

121Outre le passage en direction des braies, les poternes permettent de raccourcir les distances pour assurer l’entretien des maçonneries, le curage des fossés. Elles sont également un moyen de se rendre plus directement vers les moulins, les vignes ou le verger185 qui sont tous situés à proximité du château.

L’enceinte des châteaux

  • 186 J.-F. Fino, Forteresses de la France médiévale, op. cit., p. 149-165.
  • 187 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., t. 1., p. 3437, 224225.

122A partir de la fin du XIe et du début du XIIe siècles, la palissade élevée à proximité de la tour maîtresse ne suffit plus à sa défense. Les effectifs militaires plus importants que les seigneurs sont désormais capables d’obtenir ainsi que des moyens d’attaque plus sophistiqués186 ont imposé leur remplacement par une chemise en maçonnerie. Cette évolution fut générale bien qu’elle se soit opérée de manière différente dans le temps et dans les conceptions en fonction de la puissance politique et financière des seigneurs187. Cette tendance s’étend ensuite aux enceintes extérieures en même temps que se crée et se développe un système de flanquement. Les murailles comme les tours sont édifiées en plusieurs campagnes de construction réalisées sur divers points de l’enceinte puis surélevées et épaissies au gré des besoins défensifs et des capacités économiques.

Les courtines

  • 188 P. Cattin, « Remens... », 1343-1344, 1345-1346, 1347-1348, op. cit. p. 14-21, 29-30, 49.
  • 189 A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 3, 1317-1319. Cf. aussi P. Cattin, « Re (...)

123Les fondations fournissent, avec les fossés et les tranchées qui sont recreusés sur la contrescarpe et en profondeur, les pierres nécessaires aux constructions. Le coût de la construction en est amoindri puisque les matériaux sont gratuits et les transports réduits. Dans la plupart des cas, la mise en œuvre ne demande pas une gestion complexe de la fourniture et des apports, elle offre même une certaine souplesse à l’organisation des travaux puisque tout se trouve à proximité. Les travaux peuvent donc être interrompus sans que leur reprise pose de problèmes d’approvisionnement ou d’organisation. On peut mesurer cet avantage par comparaison avec l’incroyable quantité de charrois de pierres qui sont nécessaires pour édifier un château dans une région dépourvue de pierre. La simple petite bâtie de Remens188, dans la plaine sablonneuse de l’Ain et les constructions des tours d’Ambronay en sont des exemples. Les transports, effectués à marche forcée, de jour comme de nuit, ont tué plusieurs chevaux189.

• La structure des courtines

  • 190 A.D.C.O., B 10148, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1299-1300.
  • 191 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 24, 1342-1346.
  • 192 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346. op. cit. p. 33.
  • 193 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17, 1340-1342 ; ibid., B 9027, peau (...)
  • 194 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 10e compte, peau 18, 1299-1299 ; ibid. (...)
  • 195 Cf. Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., t. 1, p. 228.

124Les châteaux savoyards réparés ou construits en Bresse et en Bugey, de même que les fortifications dauphinoises, ont suivi un processus identique. La profondeur des fondations correspond à la stabilité du sol. Elle varie entre quatre pieds et demi et huit pieds, selon la composition du terrain190. Bien sûr, on cherche à atteindre le socle rocheux pour avoir une bonne assise et empêcher les assiégeants de creuser des sapes. Le rocher est retaillé en glacis191 lorsqu’il déborde trop en avant dans les fossés ou qu’il offre un espace au pied des murailles sur lequel peuvent se tenir les ennemis. Dans les plaines alluvionnaires comme celle de l’Ain, les fondations sont profondes et larges pour assurer une bonne stabilité aux constructions. Les murs de la bâtie de Remens ont des fondations épaisses de neuf pieds et parfois plus en certains endroits, alors qu’ils ne mesurent plus que six pieds de large hors de terre192. Le pied des murailles est renforcé par un talus maçonné que les comptes appellent glacis. Ce glacis descend jusqu’au fond des tranchées où il atteint une épaisseur de deux pieds193. Ainsi il consolide l’assise au sol des constructions en même temps qu’il rend la sape plus difficile. Dans les zones marécageuses comme à Saint-Trivier-de-Courtes ou à Bagé, les murailles et les bâtiments reposent sur des arcs de pierre tendus sur des piliers de briques ou de pierre s’enfonçant dans les terrassements194. Le château dauphinois de Bressieux, en Isère, témoigne du même système d’appui, bien que les piles aient été réalisées en terre et en galets. J. Mesqui donne des exemples identiques pour les châteaux de Fécamp et pour l’enceinte urbaine de Lille195.

  • 196 A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 2, 1317-1319.
  • 197 P. Cattin, « Remens... », 1343-1344, op. cit. p. 14.
  • 198 A.D.C.O., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 12e compte, peau 21, 1292-1293 ; ibid. (...)
  • 199 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 8, 1300-1301. Cf. auss (...)

125La plupart des murailles sont faites de pierres retaillées au marteau d’une grosseur très variable. La qualité de la pierre aux endroits où sont élevés les châteaux est assez mauvaise et les lits de carrière sont le plus souvent peu homogènes. Il n’est guère possible d’en tirer de beaux et gros mœllons et on est obligé d’en importer pour faire les chaînages d’angle. Ces blocs de pierre ne viennent jamais de loin. La carrière la plus proche est mise à contribution, comme celle de Douvres196 pour les tours d’Ambronay ou celle de Vibette pour la bâtie de Remens197. La grande majorité des châteaux du Bugey ainsi que ceux du Revermont sont donc défendus par des murailles en petit appareil avec des assises souvent irrégulières. Il est vrai que les gens de cette époque ne les voyaient pas aussi bruts dans leur aspect, car beaucoup de murs, y compris les courtines, étaient enduits d’un mortier du côté intérieur aussi bien qu’extérieur198. C’est sans doute pour cette raison que les trous de boulins (furonos) nécessaires aux poutres des échafaudages étaient rebouchés, une fois les constructions terminées199.

  • 200 A.D.C.O. B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 5, 12971298 ; ibid.. B 6744, 1e (...)
  • 201 D. Gandreau, « L’architecture de brique et la création architecturale au Moyen-Âge », dans Dossiers (...)
  • 202 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 12, 1298-1299 ; ibid., (...)
  • 203 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 15e compte, peau 27, 1299-1299 ; ibid., 9 (...)

126Dans la plaine de Bresse ainsi que sur le plateau de la Dombes, les châteaux savoyards, ceux du Beaujolais « à part d’Empire » et ceux des sires de Thoire-Villars sont essentiellement construits en briques200. Cela tient de la qualité du sol sur lequel ils sont bâtis. Celui-ci est pauvre en carrières de pierre, mais les argiles locales ont donné la possibilité de réaliser des défenses en briques efficaces et adaptées aux nécessités militaires. La pierre est parfois disponible dans le sous-sol, mais elle est rare et principalement composée de galets roulés. Les constructeurs ont tiré profit de ces deux matériaux en les associant dans la structure des murs, comme à Châtillon-sur-Chalaronne ou Ambérieu-en-Dombes. D’autres, comme ceux du Montellier ou de Bouligneux, sont entièrement en brique. La stabilité des constructions est alors obtenue par la disposition alternée des briques en carreau et boutisse201 ainsi que par des arcs de décharge en brique, comme pour la tour dite « de l'hôpital » à Bagé-le-Châtel. Il n’y a guère que les chaînages d’angle, les encadrements des portes, des fenêtres et des ouvertures de tirs qui sont en pierres de taille. Ces dernières sont souvent importées de Treffort ou de Jassseron202 dans le Revermont, parce que le transport est assez court et se fait entièrement dans les terres du comté. Il y a donc peu de risque de voir les ennemis s’aventurer si loin dans les territoires savoyards pour y attaquer les charrois. Dans certains cas, des pierres sont achetées à Trévoux203 et convoyées par bateaux.

  • 204 Ibid., B 9947, 1er compte, peau 7, 1318-1319 ; ibid., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ai (...)

127Les courtines sont le plus souvent rectilignes et assez courtes. Si elles forment parfois un léger coude, c’est à l’occasion d’un changement de l’assiette rocheuse sur laquelle elles s’appuient. Si leur stabilité n’est pas certaine, un glacis est construit sur l’escarpe, comme on l'a vu plus haut. En d’autres occasions des contreforts sont ajoutés ultérieurement204. La hauteur des courtines est le résultat d’un compromis entre les nécessités de la défense et le coût de la construction. Une assez grande hauteur est recherchée pour éviter l'échelade, compliquer le tir des engins ennemis, augmenter la portée des arcs et des frondes des défenseurs et ainsi atteindre l’adversaire de très loin. Il faut aussi que leurs tirs passent pardessus les murailles et les palissades élevées en avant, répondant ainsi au concept de commandement d’une muraille par rapport à l’autre. La hauteur confère également une plus grande force aux projectiles lâchés depuis les hourds sur les assaillants qui seraient parvenus au pied des murs.

  • 205 J. Miquel, L’architecture militaire dans le Rouergue, op. cit. p. 245.
  • 206 Cf. infra, p. 307-308.

128Il semble que la résultante du compromis se situe généralement aux environs de dix mètres depuis le sol naturel. Elles peuvent paraître beaucoup plus hautes, si on compte le fossé. C’est la hauteur que j’ai pu relever in situ sur les quelques courtines encore en élévation dans différents châteaux en Bresse et en Bugey. La muraille occidentale du château de Saint-André est conservée jusqu’au chemin de ronde. Les premiers rangs de pierre du parapet sont encore en place en certains endroits. Ici la courtine a une hauteur, sur sa face extérieure, approchant les 11 mètres. C’est une mesure que l’on retrouve dans d’autres régions comme dans le Rouergue205, ce qui tendrait à prouver que c’est le meilleur rapport défense-coût que l’on puisse atteindre. Nous verrons plus loin que les mesures sont standardisées et communes à toutes les murailles des châteaux savoyards206, au moins pour les régions qui nous intéressent.

  • 207 Ch. Jarrin, Manuel des poids et mesures du département de l’Ain, B.N.F. V 42490 ; A. Machabey, La m (...)

129Dans le comté de Savoie, les mesures et les poids avaient des valeurs différentes selon les mandements. Avant 1612, la toise variait entre 1,727 mètre et 2,512 mètres. A Montmélian, une toise contenait six pieds et valait 1,884 mètre, tandis qu’à Chambéry elle en comprenait sept. Le pied officiel en Savoie, avant 1612, était appelé « Pied Liprand » et valait 0,4709 mètre tandis que le pied usuel était à 0,319 mètre, ce qui correspond à la mesure en vigueur à Montmélian207. Pour les châteaux de Bresse et de Bugey, j’ai trouvé 1,25 mètre pour des épaisseurs de quatre pieds dans les murailles clairement situées par les comptes et encore debout sur le terrain. J’en déduis que le pied valait, pour ces régions 33,13 centimètres, comme à Montmélian et que, par conséquent, la toise était d’environ 1,88 mètre.

  • 208 P. Cattin, « Remens... », 1343-1344, 1345-1346, 13471348, 1348-1349, op. cit., p. 20, 33, 35, 49, 5 (...)
  • 209 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 15e compte, peau 28, 1299.
  • 210 Ibid., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont d’Ain, peau 25, 1342-1346. Cf. aussi P. Cattin, « P (...)
  • 211 Id., « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., p. 98-99.
  • 212 Id., « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 72.
  • 213 A.D.C.O., B 9527, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 1er compte, peau 3, 1341-13 (...)

130L’épaisseur des murailles varie d’un château à l’autre. Les châteaux qui ne possèdent pas de défenses naturelles très importantes ont des murailles qui atteignent six pieds de large. Le château de Remens en est un exemple208, mais ce principe n’est pas général. Les courtines en briques des châteaux de la plaine de Bresse sont limitées à trois pieds en épaisseur209, d’abord parce qu’il faut des quantités importantes de briques pour élever un mur de courtine, ensuite parce qu’elles constituent un matériau idéal pour qu’une construction soit homogène et ainsi compenser la faiblesse de l’épaisseur tout en ayant les mêmes capacités à encaisser les chocs. Pour les autres châteaux, la force des courtines varie en général entre quatre et cinq pieds en fonction de leur exposition. A Pont-d’Ain, les murailles, élevées du côté du plateau, ont une épaisseur de cinq pieds210, alors qu’en d’autres points de l’enceinte, elle est de quatre pieds et demi211. On trouve les mêmes dispositions à Luisandre212. L’enceinte maçonnée des bourgs castraux est généralement d’une épaisseur comprise entre trois et quatre pieds213. Mais elle varie selon les bourgs et l’exposition des courtines aux possibilités de bombardements.

• La défense des courtines

  • 214 J.-F. Fino, Forteresses de la France médiévale, op. cit., p. 171 ; J. Mesqui, Châteaux et enceintes (...)

131Il ne semble pas que les courtines aient été percées d’archères. Les comptes de châtellenies n’en parlent jamais et même si nombre de murailles sont en ruine, les vestiges représentent un ensemble de pans de murs assez important dans lesquels je n’ai, que très rarement, trouvé une ouverture. Cette absence d’archère en général n’a rien d’exceptionnel puisqu’elle correspond au souci de ne pas affaiblir la maçonnerie. C’est un principe général établi dès l’époque romaine214 qui se justifie pleinement ici, eu égard à la relative faiblesse des épaisseurs de courtines. La fenêtre carrée, d’un mètre de côté, qui, dans le léger coude de la courtine nord du donjon de Saint-Germain, prend en enfilade le pan du mur adjacent, et celle percée dans le haut mur de séparation du donjon et de la basse-cour pourraient être les rares ouvertures pratiquées dans les courtines. La défense est donc essentiellement concentrée au sommet, sur le chemin de ronde bordé sur le côté extérieur par un parapet crénelé. C’est le seul espace de circulation sur les courtines, celles-ci ne sont pas assez larges pour contenir un couloir de circulation dans leur épaisseur.

  • 215 P. Cattin, « Remens... », 1347-1348, 1348-1349, op. cit., p. 49, 62.
  • 216 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 5, 1298-1299.
  • 217 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 15e compte, peau 28, 1299-1299.

132Ce parapet a, dans la plupart des cas, une largeur de deux pieds215. Cette emprise du parapet, que les comptes appellent pansière (panseria) parce que sa hauteur au niveau du créneau atteint celle du ventre (la panse) des soldats, diminue l’espace de circulation sur le chemin de ronde au point qu’il est quasiment impossible à deux hommes en armes de s’y croiser. En prenant pour exemple un mur de cinq pieds de large, soit 1,65 mètres et en y ôtant les deux pieds du parapet, soit environ 65 centimètres, il ne reste qu’un mètre pour circuler entre le parapet et le bord de la muraille, ce qui est, à cette hauteur, périlleux, peu commode et guère rassurant malgré l’habitude que peuvent avoir les soldats. Cette étroitesse entraîne un réel danger durant les gardes de nuit, aussi les chemins de ronde sont-ils parfois éclairés par des lampes à huile216. Les murs en briques des châteaux de Bresse étant moins épais, ils offrent un espace encore plus réduit à leur sommet, même si l’épaisseur du parapet est limitée à un pied et demi217. Dans tous les cas, cela complique singulièrement les circulations et limite la rapidité et la force d’intervention d’un point à un autre. Mais ce n’est pas forcément un inconvénient, d’une part parce que les effectifs des garnisons, même en période de forte tension, sont assez faibles, de l’autre parce l’étroitesse du chemin de ronde permet à un seul défenseur de retenir, voire contenir l’avancée de tout un groupe d’assaillants parvenus à prendre pied sur la courtine.

  • 218 Ibid., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 4, 1289-1293.
  • 219 P. Cattin, « Billiat... », 1336-1337, op. cit., p. 186.
  • 220 J, F. Fino, Forteresses de ta France médiévale, op. cit., p. 174.

133L’espace au sommet des courtines est légèrement agrandi par la construction de galeries en bois (aleria) communément appelées hourds. Ces galeries sont placées en encorbellement contre la façade extérieure des constructions sur des poutres de bois appelées furons. Elles sont enfilées horizontalement dans des trous dits « trous de hourds ». Sur certaines courtines ou sur une partie de celles-ci, les poutres reposent extérieurement sur des corbeaux de pierre (bochets, avanpes) qui empêchent les flexions longitudinales des poutres et permettent ainsi d’augmenter la largeur des galeries tout en leur donnant une plus grande stabilité. Ces poutres traversent les pansières et se prolongent jusqu’au bord interne du chemin de ronde. Le plancher de ces galeries est percé de trappes218 qui, une fois relevées, permettent de battre le pied des murailles en tirant sur l’ennemi avec des arbalètes ou en le bombardant avec des pierres stockées à cet effet, sur le chemin de ronde219. Il ne me semble pas que le glacis qui, en certains endroits, renforce le pied des murailles ait eu une fonction de renvoi par ricochet des projectiles vers l’assaillant220. Le fruit apparaît insuffisant puisque les glacis atteignent seulement deux pieds, au maximum de leur épaisseur. Par ailleurs, il n’est pas indiqué que les pierres destinées à cela soient taillées, ce qui est la condition sine qua non pour qu’elles rebondissent.

  • 221 A.D.C.O., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 4, 1305-1306. Cf. aussi P.(...)
  • 222 Cf. article « hourds ».
  • 223 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 99.
  • 224 A. Kersuzan, La construction du château et de l’enceinte urbaine de Pont-d'Ain, op. cit., p. 74.

134La toiture des hourds se prolonge en-deçà du parapet maçonné et couvre le chemin de ronde en s’appuyant sur l’extrémité interne des furons pour former ce que les comptes appellent des coursières221 (corseria). E. Viollet-Le-Duc en propose une restitution dans le Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle222. Il est possible que ces poutres débordent un peu du chemin de ronde pour élargir le passage. En revanche, il n’apparaît jamais que l’élargissement du chemin de ronde ait été réalisé du côté intérieur au moyen de dalles posées en encorbellement sur des corbeaux de pierre ou sur des arcs reposant sur des consoles. On peut en voir un exemple sur une muraille du petit château de Thol, près de Pont-d'Ain, mais il semble fort que cela ait été réalisé au-delà de notre période d’étude. Il arrive cependant qu’une courtine reliant deux tours importantes tant du point de vue défensif que du point de vue symbolique soit équipée de corbeaux de pierre de part et d’autre de son sommet223. Ces corbeaux soutiennent de longues poutres sur lequel est posé un plancher de bois. Ainsi l’espace de circulation est nettement élargi et permet une communication plus facile et plus rapide. Le château de Pont-d’Ain offre cet exemple de muraille à double encorbellement entre la tour dite « du châtelain » et la tour maîtresse224.

  • 225 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », op. cit., t. 2, p. 8 ; « Billiat... », 1352-1353, op. cit., p. 264.

135La courtine occidentale du château de Pont-d’Ain située entre l'aula et la tour dite « tour neuve » donne, avec la bâtie de Billiat et les fausses braies du château de Jasseron, un rare exemple dans mes recherches d’un chemin de ronde entièrement en bois et en encorbellement sur toute sa largeur225. Il repose sur des furons enfoncés horizontalement dans des trous de boulins sur la face interne de la courtine. La portée de ces furons était certainement reprise par des jambes de force qui s’encastraient dans une seconde ligne de trous sous celles des furons ou sur une poutre verticale comme on en trouve dans les échafaudages « en bascule ». Dans cette partie de l’enceinte, l’épaisseur du parapet crénelé était logiquement celle de la muraille.

  • 226 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 24, 1342-1346. Cf. aussi P. Cattin, (...)
  • 227 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17, 1340-1342.
  • 228 Ibid., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 24, 1342-1346.
  • 229 Ibid. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 75.
  • 230 A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 5, 1317-1319 ; ibid., B 10146, Compte d (...)
  • 231 Id, « Pont-d’Ain... », 1306-1306, op. cit., t. 1, p. 47.
  • 232 Id., « Saint-Rambert... », 1314-1315, 1322-1323, op. cit., p. 63, 113 ; id., « Billiat... », op. ci (...)
  • 233 A.D.C.O., B 8053, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 3, 1307-1308 ; ibid., B 80 (...)
  • 234 Id., « Billiat... », 1367-1368, op. cit., p. 311.

136Au-dessus des pansières, le parapet s’élève au moins jusqu’à hauteur d’homme. Il n’est jamais indiqué de mesure si bien qu’on ne peut estimer leur élévation. Ce parapet qui est réalisé selon les châteaux et les courtines, en pierre de taille226 ou en pierres crues227, c’est-à-dire en blocage qui est ensuite couvert d’un enduit228, est percé de créneaux. Certains de ces créneaux sont surmontés d’un linteau et d’un muret229 si bien qu’ils forment des fenêtres ainsi que les comptes les appellent parfois230. L’encadrement de ces fenêtres est réalisé en pierre de taille231 lorsque les merlons sont en blocage. Sur les parties de courtines dépourvues de hourds, les tirs des assaillants peuvent empêcher les défenseurs de paraître aux créneaux. Comme il n’existe pas d’archères percées dans les merlons, ces derniers seraient alors dans l’impossibilité de défendre l’approche des murailles. De même, les hourds ne résistent guère aux projectiles lancés par les machines. Le bombardement ou l’incendie met rapidement à nu les parapets crénelés. Cette fragilité est augmentée par le mauvais état chronique de ces défenses exposées aux vents, à la pluie et au gel. Leurs réparations et leurs remplacements apparaissent très souvent dans les comptes232. Afin de pallier ces faiblesses, des volets de bois, appelés mantelets (mantellus), pivotant horizontalement sur des crapaudines (craponus) ou des gonds de fer fixés sur le bord des merlons ou au linteau de fenêtres233, permettent aux défenseurs de tirer en entrebâillant le mantelet tout en gardant une certaine sécurité. Celui-ci se rabat ensuite automatiquement et vient se loger dans la feuillure taillée dans la pierre234.

  • 235 Id., « Saint-Rambert... », 1324-1325, op. cit., p. 124.
  • 236 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 24, 1342-1346.
  • 237 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 52.

137La longueur des merlons est très souvent supérieure à trois mètres. Ainsi, il n’y a que 18 créneaux dans les quatre-vingt mètres que représente l’ensemble des courtines du château de Saint-Rambert235. A Pont-d’Ain, dix merlons236 seulement défendent le sommet d’une courtine qui s’étend, sur environ cinquante mètres, de la tour du châtelain à la maison du four. Si l’on considère que les créneaux sont respectivement larges de trois pieds environ, on obtient une longueur approximative de 3,40 mètres par merlon pour Saint-Rambert et 4 mètres pour Pont-d’Ain. Dans la courtine qui sépare la haute-cour du premier recept du château de Pont-d’Ain, le parapet contient 40 merlons237. Le rapport entre ce nombre et la longueur de la courtine (130 mètres) fait apparaître une longueur approximative de 2,25 mètres pour chaque merlon. La longueur relativement importante des merlons qui permet une meilleure protection des défenseurs est un principe que l’on retrouve dans tous les autres châteaux.

  • 238 A.D.C.O., B 9513, Compte de la châtellenie de Saint-André-de-Briord-Lhuis, 4e compte, peau 8, 1376- (...)
  • 239 Ibid., 1338-1340. p. 99 ; « Remens... », 13471348, op. cit., p. 50.
  • 240 Cf. B.n.F., ms fr, 22297, f. 349.

138Il est souvent bien difficile de vérifier concrètement la longueur des merlons sur le sommet des courtines, la plupart ayant été démantelé, mais lorsque des surélévations ont été réalisées, après remplissage et comblement des anciens créneaux238, elles laissent apparaître la marque des anciens crénelages. Cela est visible aux châteaux de Jasseron et des Allymes où l’on peut vérifier que les merlons étaient assez longs. Les comptes en parlent pour Pont-d’Ain et pour Remens239. Cette pratique existe aussi en d’autres régions. Par exemple, sur la chemise de la tour maîtresse de Provins, en Seine-et-Marne, sur les courtines du château du Coudray à Chinon, en Indre-et-Loire, sur celles du château d’Ortenberg, dans le bas-Rhin, on peut voir des merlons beaucoup plus longs que les créneaux. En Auvergne, le château de Soriat figuré dans l’Armorial de Revel montre également de très long merlons sur les courtines qui Pensèrent240.

  • 241 H. Nodet, « Réflexions à propos des créneaux », dans M.H.F. 1938, p. 136-144.

139Ces successions de longs merlons laissent, au pied des courtines, de longs intervalles inaccessibles aux projectiles que l'on peut jeter sur les assaillants. Les grands espacements des créneaux créent aussi d’importants angles morts pour le tir des arbalètes. Ce sont des inconvénients majeurs ; mais le nombre restreint des créneaux correspond à l’effectif réduit des défenseurs que les châtelains sont capables de placer sur les murailles241. Il y a donc une adaptation des concepts défensifs au volume des garnisons qui les occupent.

  • 242 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1312-1314. op. cit., p. 58.

140Au sommet des courtines élevées au bord des précipices, ces grands merlons ne sont pas une gêne pour la défense, car il y a peu de risque que l’ennemi attaque en force par ce côté. La faiblesse du risque entraîne aussi l’absence de hourds sur ces courtines. Ceux-ci sont remplacés par des constructions en bois placées de distance à distance en encorbellement pour défendre les flans des murailles. Ce sont des d’échauguettes qui font aussi office de latrines242.

• Les accès aux chemins de ronde

  • 243 C’est un principe défensif ancien, mais largement généralisé dans les châteaux philippiens. Cf. J. (...)
  • 244 A.D.C.O., B 9585, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1333-1333 ; ibid.. (...)
  • 245 Id, « Saint-Rambert... », 1312-1314, op. cit., p. 59.
  • 246 A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 5, 1317-1319 ; ibid., B 9035, Compte de (...)
  • 247 Ibid., B 9943, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 2e compte, peau 3, 1300-1301.

141Il n’existe aucun accès permanent pour monter sur les courtines parce que des escaliers permettraient à l’ennemi ayant réussi à prendre pied sur l’une d’elles de descendre dans les cours, circuler dans le château, attaquer d’autres éléments et finalement se rendre maître du château. Or, la prise d’une courtine n’engendre pas forcément la prise entière du château si on ne peut prolonger rapidement son attaque. L’ennemi peut s’y trouver bloqué, pris sous le tir des tours flanquantes et de la tour maîtresse et devoir reculer, voire quitter la place243. Ainsi il n’y a jamais d’escalier en pierre ni même en bois, mais seulement des échelles. Tous les châteaux en sont pourvus244 et certaines de ces échelles sont composées de trois ou quatre limons pour que trois défenseurs puissent y monter de front245. Elles sont sans doute retirées dès que les défenseurs ont mis pied sur les chemins de ronde, car ils pourront aller d’une courtine à l’autre par les portes qui sont ouvertes dans les tours246 ou dans les autres bâtiments comme l'aula qui s’appuie contre une courtine et communique avec les coursières. Au château de SaintTrivier, le chemin de ronde est l'unique moyen pour le comte de Savoie de se rendre de l'aula à sa chambre, située dans la grande tour, par ailleurs assez éloignée puisque la coursière est longue de soixante pieds247.

  • 248 Ibid., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 25, 1317-1319. Cf. aussi P. Cattin, « Bill (...)
  • 249 Id., « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit.. p. 76.
  • 250 A.D.C.O., B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 7, 1314-1316.
  • 251 J.-M. Poisson, « Les Allymes à Ambérieu-en-Bugey », dans Châteaux médiévaux en Rhône-alpes, Cahiers (...)
  • 252 P. Cattin, « Billiat... », 1321-1322, op. cit., p. 102.

142Cependant l’accès d’une courtine à une tour n’est jamais direct. Seul le manteau du mur fait la jonction avec les tours. L’épaisseur du mur sur laquelle est établi le chemin de ronde ne se colle pas à celle-ci, et laisse un large et profond intervalle entre les deux. Pour passer, il faut emprunter un pont de planches248 qui est retiré en cas de danger ou un pont-levis comme en témoignent les comptes de Saint-Rambert249 ou de Treffort250 et comme le montrent les traces de ce système sur la tour circulaire de la bâtie des Allymes251. Quand les courtines s’accolent sur toute leur épaisseur à la tour, les portes donnant accès dans la tour sont situées à plusieurs mètres au-dessus du niveau des chemins de ronde. Les courtines de la bâtie de Billiat étaient situées à environ deux mètres en dessous des portes et il fallait monter par une échelle pour passer des courtines dans l'aula252. Ces différents principes isolent complètement les courtines et bloquent les assaillants en les exposant aux tirs de tous les autres éléments défensifs du château.

Les éléments du flanquement

  • 253 Cf. J.-P. Adam, L’architecture militaire grecque, Paris 1982 ; A. Blanchet, Les enceintes romaines (...)
  • 254 D. De Raemy, Le développement de l'architecture castrale dans les anciens Etats de Savoie...op. cit (...)
  • 255 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 75.

143Nous ne reviendrons pas ici sur l’origine du concept et des formes du flanquement qui sont établis dès la plus haute antiquité en Orient, puis dans le monde hellénistique et romain253. Aux mêmes causes les mêmes effets, le flanquement des courtines des châteaux-forts et des bourgs est imposé par la nécessité, pour les défenseurs, de prendre de flanc les assaillants qui seraient parvenus aux pieds des courtines et qui en tenteraient l’escalade ou la destruction par la sape. Le recours systématique au flanquement des courtines est apparu dans le comté de Savoie au château de Chillon vers 1233 sous le règne d’Amédée IV254. Les édifices construits pour cet effet de contrôle et de protection varient selon les périodes de l’évolution du château. Le flanquement s’effectue dans un premier temps par des sortes de tours en bois que les comptes nomment chaffaux (chaffalus), ou par des échiffes également en bois (eschiffa), fixées en encorbellement dans les angles des courtines. Les tours en maçonnerie finissent par remplacer les chajfaux dont les matériaux servent alors pour des réparations de toitures ou d’autres constructions255. Les tours en pierre ou en brique ont l’avantage d’être beaucoup plus résistantes, de moins craindre l’incendie et de consolider et raidir les courtines. Mais ces trois types de constructions peuvent cohabiter parce que les nécessités urgentes de la défense et les capacités financières peuvent limiter les flanquements en maçonnerie.

144Les échiffes que l’on peut assimiler à des échauguettes ne se bornent pas à être la solution minimale d’un flanquement. En effet, elles viennent aussi renforcer l’efficacité d’une tour ou compenser une faiblesse de celle-ci, principalement dans les angles morts des tours quadrangulaires ou à la jonction de celles-ci avec les courtines. Les principes du flanquement sont donc composés de plusieurs solutions que les châteaux savoyards de Bresse et de Bugey ont utilisées au mieux du contexte politique et financier de chaque période.

• Les principes du flanquement

  • 256 A. Bon, « Fouilles exécutées en 1965 aux château des Allymes », dans Cahiers René de Lucinge no 8, (...)

145Le flanquement consiste donc à prendre en enfilade les courtines, placées de part et d’autre d’une tour ou d’un chaffal. Ce système permet évidemment de défendre des murailles qui se rejoignent en formant un angle convexe. Cependant, il arrive que l’espace entre deux tours d’angle soit assez long et qu’il soit nécessaire de construire une tour, un chaffal ou une simple échiffe entre celles-ci pour supprimer la partie de terrain qui, latéralement, se trouverait hors d’atteinte des défenseurs. Il faut remarquer que dans les bourgs castraux, les distances entre les tours sont assez longues et qu’il peut y avoir près d’une centaine de mètres entre deux flanquements. Le bourg des Allymes, près de SaintRambert, en offre un exemple256.

  • 257 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., p. 263 ; V. Serdon, « Les fer (...)

146La portée efficace des arbalètes se situe entre 40 et 50 mètres257. Au-delà de cette distance, la précision et la force du tir sont de plus en plus diminuées et il convient, pour qu’il n’y ait pas d’espace mort favorable aux assaillants, que les flanquements ne se situent jamais au-delà de cette distance. Ce principe est logique et assez généralement employé dans la mesure où les courtines peuvent être menacées. Mais dans le cas d’une muraille élevée au-dessus d’un à pic vertigineux ou d’un rebord très difficile d’accès, il n’y a pas lieu de construire de défense intermédiaire. Le château-fort de Coucy, dont le concept défensif est poussé au paroxysme des connaissances et des moyens de l’époque, en donne un exemple significatif.

  • 258 E.viollet-Le-Duc, Description du château de Coucy, Paris, 1869 ; Dictionnaire raisonné de l’Archite (...)
  • 259 E. Lefebvre-Pontalis, Le château de Coucy, Paris, 1910, p. 7.
  • 260 J. Androuet Du Cerceau, Les plus excellens bastiments de France, Paris, 1872, t. 1.

147La longue courtine du front oriental de ce château s’étend sur environ 90 mètres entre deux tours d’angle sans qu’il y ait le moindre flanquement, hors celui supposé d’une bretèche défendant une poterne. La paroi rocheuse très pentue sur une cinquantaine de mètres d’altitude interdisait tout assaut par ce côté. De ce fait, la courtine avait ici, avant les transformations du XVe siècle, une hauteur et une épaisseur moindres que toutes les autres. Quoique E. Viollet-LeDuc ait dessiné, dans une belle axonométrie représentant le château au XVIe siècle et non au Moyen-Âge, une tour de flanquement en fer à cheval au milieu de cette muraille258, il n’existe aucune trace de fondation de cette tour ni de collage dans ce qui reste de cette courtine de nos jours ni dans ce qu’il en restait, il y a un siècle259. « Le grand architecte » a eu le tort de reprendre sans vérification les dessins très inexacts d’Androuet du Cerceau260 et de considérer raisonnablement qu’il ne pouvait exister une longue courtine sans flanquement.

148Les châteaux de notre étude ne présentent pas des défenses aussi fortes que celles de Coucy et la plupart d’entre eux n’occupent pas non plus des sites aussi vastes. Aussi les flanquements angulaires et intermédiaires sont nombreux et prennent des formes qui correspondent aux moyens financiers du comte de Savoie, aux risques que court chaque château d’être attaqué et au moyen que les ennemis ont de l’assiéger et de le prendre.

• Les chaffaux

  • 261 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17, 1342-1346 ; ibid., B 9581, Compt (...)
  • 262 Id., « Le compte de la construction de la bastide de Gironville près d'Ambérieu-enBugey », dans Cah (...)
  • 263 J.-M. Poisson, « Recherches archéologiques sur un site fossoyé du XIVe siècle, la bastide de Gironv (...)
  • 264 Cf. Paris, B.n.F., ms fr22297, f. 27.

149Il ne reste évidemment aucun vestige de ces constructions entièrement en bois. Cependant nous sommes assez bien renseignés sur leur conception parce que tous les comptes de châtellenies en font largement et souvent état261 et plus particulièrement le compte de construction de la bâtie de Gironville262 dont la fouille effectuée par J.-.M. Poisson en 1983 a confirmé les précisions données par les comptes263. Il existe des représentations iconographiques de ces grandes tours de bois plaquées contre les courtines dans l'Armorial de Revel, entre autre sur l’enceinte urbaine de Saint-Pourcain-sur-Sioule264.

  • 265 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322 ; ibid., (...)
  • 266 Id., « Pont-d’Ain... », 1305, op. cit., t. 1, p. 35

150Les chajfaux sont placés à l’intérieur des angles des palissades et des courtines en construction ou contre les courtines en maçonnerie pour en reprendre le flanquement. Les comptes les différencient souvent les uns des autres par leur position dans l’enceinte ou par rapport aux éléments naturels265, ce qui nous permet de reconstituer le flanquement et l’organisation défensive des châteaux. Il s’en dresse également aux débouchés des ponts sur les rivières ou même au milieu du tablier comme à Pont-d’Ain266. Ils s’élèvent assez haut pour avoir trois étages et être au moins à la hauteur des chemins de ronde et peut-être même audessus pour les commander.

  • 267 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 5, 1321-1322. Cf. auss (...)
  • 268 J-.M. Poisson, « Recherches archéologiques sur un site fossoyé du XIVe siècle », op. cit., p. 230.
  • 269 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 30.
  • 270 A.D.C.O., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 4, 1309-1310.
  • 271 Ibid., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 5, 1321-1322. Cf. aussi. (...)
  • 272 Ibid., « Gironville... », 1323-1325, op. cit., p. 10-12 ; « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 31
  • 273 Id., « Pont-d’Ain... », 1305-1305, op. cit., t. 1, p. 35.
  • 274 A.D.C.O., B 6749, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1309-1309.

151Ces chaffaux sont très fragiles et il faut les réparer souvent, d’une part parce qu’ils sont en bois et qu’ils sont très sensibles aux intempéries et aux variations de température, de l’autre, parce que leur stabilité est souvent incertaine et qu’ils s’écroulent sous la force du vent ou la détérioration du sol dans lequel ils sont parfois plantés267. C’est pour limiter cet inconvénient majeur qu’à Gironville, les montants verticaux reposent sur de longues sablières basses268. Tous les chaffaux sont constitués d’une armature de forts et longs poteaux de bois qui sont, sur certains sites, plantés verticalement dans des trous269 et bloqués par de grosses pierres que l’on a taillées et liées avec du mortier jusqu’au ras du sol270. Les poteaux sont dressés deux à deux, reliés entre eux par de nombreuses poutres fixées avec des espars de fer et des gros clous271. Les parties basses sont ensuite entièrement recouvertes par d’épaisses planches de bois grossièrement équarries ou d’un treillis de verges qui sont ensuite, enduites d’un torchis de terre mêlée de chaux et de paille aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur272. Le torchis sur les planches sert à les protéger des tentatives d’incendie. Il sert aussi à combler les interstices entre les planches et à donner un peu de confort aux salles dans lesquelles résident les soldats de la garnison273 ainsi que les nobles qui y ont une chambre réservée au point que certains chaffaux portent leur nom274.

  • 275 P. Cattin, « Gironville... », 1323-1325, op. cit., p. 11.
  • 276 Id., « Billiat... », 1319-1320, op. cit., p. 94 ; « Saint-Rambert... » 1320-1320, op. cit., p. 95.
  • 277 Id., « Gironville... », 1323-1325, p. 10.

152Des ouvertures sont pratiquées dans ces palissades pour faire entrer un peu de lumière et permettre aux arbalétriers de tirer sur l’ennemi275. Le troisième étage sert de plate-forme sommitale et constitue l’espace principal de la défense. Il arrive que des cuves remplies d’eau y demeurent en permanence pour éteindre les incendies provoqués par les ennemis276. Il est bordé par des rambardes de planches et de claies, peut-être en encorbellement, qui ne sont couvertes de torchis qu’à l’intérieur277. C’est, selon moi, parce que le torchis est appliqué par des hommes montés sur des échelles que le troisième niveau, trop élevé, n’est pas enduit.

  • 278 Id., « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 31.

153Dans certains grands chaffaux, comme ceux de la bâtie de Remens, le troisième étage est fermé par une cloison de planches et percé de fenêtres du même type que les courtines. Des mantelets appelés aussi des guichets, tournant sur un axe horizontal278, ferment ces fenêtres de la même manière que ceux des créneaux au sommet des courtines.

  • 279 Id., « Gironville... », 1323-1325. Ibid., p. 8.
  • 280 Ibid., p. 12.
  • 281 Ibid., p. 11 ; « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 31, 37.
  • 282 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 29, 1342-1346.

154Il n’est pas utilisé d’échafaudages pour élever les chaffaux, mais des treuils, des poulies et des échelles279 et c’est ainsi que sont montés les matériaux. L’accès dans les chaffaux se fait au moyen d’échelles et par les chemins de ronde. On passe d’un étage à l’autre au travers d'une trappe280. Comme l'incendie est le danger que l’on redoute le plus, tous les planchers sont couverts de terre ainsi que les toitures quand elles sont couvertes de bardeaux. Pourtant il arrive que ces bastions aient une couverture de tuiles281 dont les faîtières sont collées avec un mélange de plâtre et de chaux parce que ce matériau est souple et ne se fissure pas au moindre mouvement de la charpente, ce qui ne manque pas d’arriver dans ce genre de construction282.

155Ce système de flanquement est sans doute assez rudimentaire, mais il est économique, rapide et simple à mettre en œuvre. Il offre tout de suite une vraie défense en correspondance avec les moyens financiers et le programme architectural du château. Son usage systématique dans tous les châteaux, prouve sa nécessité et son efficacité en attendant son remplacement par des tours en maçonnerie. Cette réalité illustre parfaitement la cœxistence permanente et forte du bois et de la pierre dans les châteaux-forts du XIVe siècle.

• Les échiffes

  • 283 Ibid.. B 9583, Compte du péage de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 1323-1324 ; ibid., B 9945, Com (...)
  • 284 A.D.C.O., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort 1er compte, peau 4, 1289-1290.

156Les comptes assimilent parfois les échiffes aux chaffaux parce que ces deux éléments ont une fonction de flanquement dans la défense et qu’ils sont construits avec les mêmes matériaux. Ainsi, il n’est pas toujours fait de différence par le receveur ni par les scribes dans les comptes rendus, surtout si c’est le même maître charpentier qui les a construits. Malgré cela, il arrive plus souvent qu’échiffes et chaffaux, tout en étant mêlés sous la même rubrique de dépenses, ne soient pas considérés comme étant tout à fait la même chose283. Par ailleurs, l'analyse des textes montre qu’il existe une spécificité architecturale et fonctionnelle pour chacun de ces deux types de fortifications. D'abord, il y a la précision souvent répétée de l’encorbellement des échiffes aux angles et au sommet des courtines284. Elles apparaissent donc comme des constructions plus réduites et plus légères ayant, en plus du flanquement, des fonctions de défenses verticales, de guet et de défense, mais pas d’abri prolongé ou de résidence. Pour finir, la quantité moins importante des matériaux nécessaires à leur construction et surtout l’absence de longs et puissants poteaux de bois viennent confirmer leurs différences de structure d'avec les chaffaux.

  • 285 A.D.C.O., B 9952, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 20, 1353-1354.
  • 286 P. Cattin, « Saint-Rambert...», 1320-1320, op. cil., p. 94.

157Le mot échiffe apparaît comme générique pour toute construction isolée et en encorbellement sur les murs. Cependant, il convient de souligner qu'en fonction de l'emplacement, donc du rôle défensif de l'échiffe, il s'ajoute un nom particulier à celui-ci. Ainsi une échiffe placée au-dessus d'une porte ou d'une poterne peut être nommée bretèche285, une autre placée sur un mur sans hourd dans laquelle s'organise le guet est appelée muette286.

  • 287 Id.Billiat ... » , 1353-1354, op. cit., p. 270.
  • 288 Id., « Remens ... », 1349-1350, 1350-1351, op. cit. , p. 74, 81.
  • 289 Par exemple aux châteaux de Bouterelle, Paris, B.n.F., ms fr, 22297 ,_f. 477 ; de Crozet, Paris, B. (...)
  • 290 P. Cattin, « Pont-d'Ain ... » , 1312-1314, op cit., t. 1, p. 86.

158Les échiffes sont carrées ou rectangulaires. Elles sont fixées en surplomb aux angles des courtines dépourvues de hourds et reposent sur de fortes poutres de chêne enfoncées horizontalement près du sommet des murs et soutenues par des jambes de force287. Un ensemble de madriers en constitue l’armature contre laquelle sont fixées des claies et des planches recouvertes d'un torchis de terre et de mortier288. L’Armorial de Revel montre en plusieurs occurrences des échiffes accrochées aux murailles des châteaux ou des villes289. Parfois le bois qui les compose est en partie récupéré sur des échiffes en mauvais état ou dans des vantaux de portes que l'on a murées290. L'ensemble est fixé par des ferrures et de longs clous. Les échiffes ont un plancher de bois couvert de terre et une toiture en tuiles ou en bardeaux que l'on couvre également de terre pour les protéger de l’incendie.

  • 291 A.D.C.0., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 5, 1306-1306.
  • 292 P. Cattin, « Saint-Rambert.. .. », 1314-1315, op. cit., p. 65.
  • 293 A.D.C.0., B 9584, Compte de Saint-Germain, peau 4, 1331-1332. aussi, P. CATIIN,

159Les chaffaux sont, dans la plupart des cas, des solutions provisoires de défense pendant que se construisent ou se relèvent les courtines et les tours. Leur remplacement intervient plus rapidement dans les châteaux proches des zones de conflits. Ainsi les comptes des châtellenies du Revermont et du Bugey ne signalent plus aucun chaffal à partir du moment où les défenses des châteaux semblent terminées. Les palissades et les deux chaffaux de la basse-cour du château de Treffort sont démontés en 1304 et remplacés par des courtines et des tours en pierre qui sont surélevées l'année suivante291. Les comptes du château de Saint-Rambert ne mentionnent aucun travail pour ce type de défense à l'exception des chaffaux de la bâtie de Luisandre292. Seul le château de Saint-Germain, qui est en réparation après les dégâts occasionnés par le siège de 1321, possède encore des chaffaux et des échiffes après 1340293. Les remplacements n'ont peut-être pas pu être effectués avant parce que le château est mis sous séquestre pendant un an par le roi de France en 1329. Le traité de Chapareillan en 1334 résout les problèmes de frontière dans la région et le conflit s'éloigne. Il n'y a alors plus lieu de fortifier le château de manière importante.

  • 294 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d' Ain, 2e compte, peau 8, 1350-1351.
  • 295 Ibid., B 9585, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 1333-1333.
  • 296 Ibid. , B 7562, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 1er compte, peau 4, 1301-1303
  • 297 Ibid. , 2e compte, peau 8, 1303-1304.

160En revanche, les enceintes des bourgs restent flanquées par des chaffaux et des échiffes bien au-delà de la période de notre étude. Ainsi, la palissade qui borde la ville de Pont-d’Ain le long de l'Ain est remplacée par des courtines en pierre à partir de 1351294, mais il n'est pas indiqué que les chaffaux qui assurent leur flanquement sont remplacés par des tours en maçonnerie. De même, le bourg neuf de Saint-Germain est ceint d'une muraille qui est flanquée de chaffaux qui sont entretenus et reconstruits régulièrement295. Alors qu'en 1301, on achète 757 bennes de chaux pour construire l'enceinte de la ville de Châtillon-sur Chalaronne296, deux ans plus tard, ce sont plusieurs échiffes qui sont réalisées pour flanquer ces murailles nouvelles297.

• Les tours en pierre

161Les tours de flanquement en maçonnerie remplacent avantageusement les chaffaux et les échiffes du fait qu'elles résistent beaucoup mieux aux bombardements des engins et qu'elles ne sont pas facilement inflammables, sauf les toitures. Elles peuvent être également plus hautes et ainsi mieux commander les enceintes placées devant elles, ainsi que les courtines qui les jouxtent. Sans être absolument inexpugnables, elles offrent aux défenseurs davantage de sécurité et de possibilités pour défendre le château.

  • 298 J.MESQUI, Châteaux et enceintes de la France médiévale .. . , op. cit., t. 1, p. 255.
  • 299 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 5, 1342-1346 ; ibid., B 9942, Compte (...)
  • 300 Ibid. , B. 6698, Compte de la châtellenie d'Ambronay, peau 3, 1335-1336. Cf. aussi P. CATTIN, « Pon (...)

162A l'encontre de J. Mesqui, le mot tour ne désigne pas, dans le comté de Savoie, exclusivement la tour maîtresse d'un château ou d'une fortification298. Certes, employé seul, il désigne bien cette première et principale construction d'un château, au moins pour ce qu'elle a de symbolique ; cependant, il est bien rare que le mot ne soit pas précédé de l'adjectif grande (magna turris). Quant au mot tournelle (tornela), il n'est pas, dans les écritures comptables savoyardes, une appellation générique servant à désigner les tours autres que la tour maîtresse. En effet, nous aurons d'ailleurs l'occasion d'y revenir, le mot tournelle désigne souvent la partie supérieure d'une tour-porte, ronde ou quadrangulaire, dans laquelle est percée une porte ou une poterne299. Les tournelles s'apparentent parfois à une bretèche ainsi qu'à une sorte de tourelle de guet en bois ou en pierre sur la plate-forme sommitale d'une grande tour300.

  • 301 Ibid., 1336-1338, p. 86.

163En Savoie, le mot turris est utilisé pour qualifier les tours d'enceinte, mais elles portent toujours un qualificatif qui les distingue l'une de l'autre et de la grande tour. Les mots qui les désignent correspondent le plus souvent à la forme de leur plan ; ainsi les tours sont dites quadrangulaires (quadrata), circulaires (rotonda), hexagonales (de sex quarris) et « mancisses » c'est-à-dire aveugles301.

  • 302 A.D.C.0., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 5, 1289-1293.
  • 303 Ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d' Ain, peau 5, 1340-1342 ; ibid., B 9582 (9), Comp (...)
  • 304 Ibid., B 6749, Compte de la châtellenie de Bagé, peau 8, 1309-1309 ; ibid., B 10147, Compte de la c (...)
  • 305 Ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 12, 1298-1299.
  • 306 Ibid. , B 9582, compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 12, 1325-1325; ibid. , B (...)
  • 307 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 3, 1293-1294; Ibid. , B (...)
  • 308 Ibid., B 9970, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 15, 1389; ibid. , B 10147 (...)
  • 309 Ibid., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 5, 1300-1301.

164Dans tous les châteaux, il existe plusieurs tours de même plan. Les tours sont alors différenciées par la chronologie de leur construction, les comptes parlant tous d’une « tour neuve ». La « tour neuve » d'un château est la première du flanquement construite après la tour maîtresse. Dans un premier temps, elle est appelée ainsi pour la différencier de la grande tour. Cependant elle conserve ce nom au fil du temps et des comptes, en dépit des années et des autres tours construites après elle dans l'enceinte. C'est à partir de cette tour neuve que les tours de même plan sont différenciées chronologiquement l'une de l'autre. On dit par exemple la nouvelle tour ronde à côté de la vieille tour ronde302. On les différencie aussi par leur position vis-à-vis de la ville, d'un bourg proche303, des vignes304 d'un pont305 ou tout autre élément naturel comme les vents (sud) ou la bise (nord). La hauteur et l'amplitude au sol servent également à la différenciation306 ainsi que des éléments de confort comme les latrines307 ou d'inconfort comme la prison308. La répétition au fil des comptes de ces particularités309 permet de bien situer certains éléments disparus de la défense ou d'en identifier les vestiges.

  • 310 P. Cattin, « Pont-d' Ain ... », 1336-1338, op. cil., t. 2, p. 81.
  • 311 A.D.C.O., B 10153, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1316-1317.
  • 312 Ibid. , B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 6e compte, peau 25, 1330-1331 .
  • 313 Ibid., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, 1er compte, peau 7, 1349-1350.
  • 314 G. detraz, « Fonctions militaires et résidentielles des châteaux à la fin du Moyen-âge : l’exemple (...)
  • 315 P. Cattin, « Pont-d'Ain ... », 1336-1338, op. cil., t. 2, p. 76, 97.

165Les tours qui possèdent une chambre peinte310, équipée de latrines et d'une cheminée sont réservées aux personnages importants comme les receveurs et les examinateurs des travaux. Ces derniers sont amenés à y résider régulièrement et sans doute pendant plusieurs jours, c'est ainsi que la tour finit par prendre le nom de cet officier. Le château de Treffort réserve régulièrement une chambre à une de ces personnes. Vers 1316-1317, la tour prend son nom et est désormais appelée tour de Pierre Sillo311. Le château de Saint-Germain avait également une tour qui a porté le nom d'un noble jusqu'à la mort de ce dernier312 et le château de Pont d' Ain avait une chambre réservée pour le comte de Genève dans une des tours313. Cette pratique se retrouve en d'autres régions, comme Je comté de Genève par exemple ou dans le château de Duingt, vers 1330, un nommé Malhardi, familier de la cour du comte de Genève donna son nom à une tour dont il occupait la chambre314. Le château de Pont-d’Ain possède une forte tour quadrangulaire dominant le bourg et le pont sur la rivière : elle sert de résidence aux châtelains et de ce fait, elle est appelée « tour dans laquelle réside le châtelain »315 Sans doute l’appellation particulière des tours permet de ne pas les confondre entre elles, du moins sur le papier, parce que sur le terrain rien ne les ferait reconnaître si elles n’avaient pas été clairement situées et physiquement décrites dans les comptes.

• La forme et les structures architecturales des tours

  • 316 Châteaux et enceintes de la France médiévale... , op. cit. p. 290-291.
  • 317 « L'architecture militaire au temps de Pierre II de Savoie, les donjons circulaires », op. cit.

166Lorsque J. Mesqui parle des tours de flanquement de plan quadrangulaire comme étant une spécificité régionale savoyarde316, cela ne vaut, à mon avis, que pour les châteaux construits ou reconstruits à neuf par les comtes de Savoie, et non pour 1 ensemble du paysage castral de la principauté. On ne peut, certes, pas lui opposer l’étude de L. Blondel317sur les tours cylindriques au temps de Pierre II de Savoie. D'abord parce que, comme on l'a vu plus haut, l'usage de cette forme est très limité dans le temps et dans l'espace, ensuite parce qu'il ne s’est appliqué qu’aux tours maîtresses.

  • 318 A.D.C.O., B 9954, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 4, 1355.

167En Bresse et en Revermont où la plupart des châteaux existent avant l’arrivée des contes de Savoie, les flanquements sont également réalisés par des tours cylindriques, en fer à cheval ou hexagonales. Il n'y a aucune homogénéité des formes, des plans et un particularisme très important se dégage de chaque château. Les comtes de Savoie n’ont pas foncièrement remis en question ces principes puisqu’ils ont fait entretenir et réparer les tours en leur conservant leurs structures et leurs formes originelles. Cependant, la plupart des constructions nouvelles ont été réalisées selon un plan quadrangulaire, mais à partir du moment seulement où les constructions se font sous la domination savoyarde. Par exemple, les tours d'Ambronay élevées à partir de 1318 sont carrées pour la plus grande et légèrement rectangulaire pour la petite ; une tour neuve est construite sur plan rectangulaire à Saint-Trivier en 1355318. Le château de Pont-d'Ain donne le meilleur exemple puisque, mis à part deux tours cylindriques difficiles à situer d'après les comptes et inexistantes sur le terrain de nos jours toutes les tours sont quadrangulaires. '

  • 319 lbid., B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 1313-1314.

168Le château de Treffort témoigne de plusieurs constructions de tours dont la plupart sont circulaires. En réalité, ce sont des reconstructions effectuées à la suite des ravages opérés par le. duc de Bourgogne pendant « la guerre bourguignonne » en 1283, puis par le sire de Thoire-Villars en 1297. En effet, il apparaît à la lecture des comptes qu'il n'est jamais mentionné de travaux de fondation pour ces tours, ce qui est pourtant une constante dans les comptes pour toute construction en maçonnerie. Par ailleurs, il est clairement dit que les tours que l’on reconstruit sont presque entièrement détruites319. Rien n'interdit de penser qu’il est resté quelques mètres de pierre en élévation à la suite des destructions et des incendies. Une fois les murailles débarrassées des pierres calcinées, les reconstructions se font à partir des lits de maçonnerie encore sains ou au moins à partir des fondations. Les nouvelles constructions ne font donc que reprendre et utiliser la forme et les restes des anciennes. C’est ainsi, selon moi, que s’expliquent les constructions des tours circulaires du château de Treffort.

169Cet exemple illustre bien l’importance des pratiques locales et la persistance des formes antérieures à la domination savoyarde. Il montre aussi que la tour quadrangulaire n’est pas à tout coup la conception unique de la Savoie en matière de flanquement.

170Si les tours quadrangulaires dans les flanquements sont cependant si présentes, ce n’est sans doute pas par dédain de l’usage très répandu de la tour circulaire depuis les modèles « philippiens ». Je ne crois pas que la pratique savoyarde corresponde à l’expression d’un style propre. La forme quadrangulaire est trop ancienne et trop répandue pour chercher dans celle-ci l’expression d’une culture architecturale typiquement savoyarde. Ce n’est pas par archaïsme non plus car, si elles sont plus anciennes et plus faciles à mettre en œuvre, les tours quadrangulaires offrent du point de vue défensif autant d’avantages que les circulaires.

171Je pense que dans le contexte politique et économique du comté de Savoie et du Dauphiné, il y a plus d’intérêts à construire des tours angulaires que circulaires. La guerre oblige à réaliser les constructions assez vite pendant les périodes de trêves ou de répit. Le plan quadrangulaire par la simplicité de sa forme permet de le faire parce cela requiert moins de technicité. Les étages sont constitués de planchers dont la pose est beaucoup plus simple et rapide que le voûtement des tours circulaires, même s’il n’y a souvent que le premier étage de ces tours qui repose sur un sol maçonné. De ce fait, les tours quadrangulaires coûtent moins cher et cela est un atout primordial dans l’effort financier que les comtes de Savoie sont obligés de soutenir en permanence pour la guerre. Du point de vue militaire, les tours quadrangulaires sont sans doute moins résistantes aux bombardements des engins, mais leur base est plus solide et plus stable surtout pour celles qui sont élevées en bordure de ravin. La forme carrée ou rectangulaire donne une meilleure stabilité, car les angles sont comme des pieds qui accroche la tour au terrain. Ce qui permet, à l’encontre des tours circulaires, d’avoir des appuis fondés à des profondeurs différentes. La « tour neuve » du château de Pontd’Ain en est un exemple.

  • 320 Ces mesures viennent de ce que j'ai pu relever in situ, les comptes ne donnant aucune précision.
  • 321 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, 1er compte, peau 7, 1349-1350.

172Ce système est logiquement appliqué dans les tours construites au bord extrême des ravins comme la tour « dans laquelle réside le châtelain » du château de Pont-d’Ain. Aux fondations plus profondes et à l’épaisseur plus grande du mur extérieur se rajoute un énorme contrefort qui, sur une hauteur de 8 mètres, d’une largeur de 4,45 mètres et une épaisseur de 4,80 mètres, contrebute dans la vertigineuse descente l’ensemble de cette tour320. Elle n’a aucun risque de riper puisque le contrefort s’appuie sur une épaisse courtine qui rejoint la tour-porche de la ville. Ainsi la poussée éventuelle de la tour est retenue par toute la longueur de la courtine. Le sommet du contrefort forme un petit balcon que l’on atteint de l’intérieur de la tour par un escalier au niveau du rez-de-chaussée. Un toit en bâtière, posé sur des piliers de bois, le protège des intempéries321, d’où le châtelain peut voir et surveiller tous les passages sur le pont et dans l’entrée occidentale de la ville. Les constructions circulaires ont moins d’accroche au sol et ont tendance à riper plus facilement sur leur socle si elles sont élevées dans une pente.

173Certes, les angles morts sont beaucoup plus importants au sommet des tours quadrangulaires, mais les échiffes de bois ou de pierre accrochées en encorbellement aux angles des tours réduisent ou suppriment ces angles morts. De ce fait, l’avantage du système circulaire est très relatif d’autant plus que les parapets des tours circulaires ne sont percés que par six à huit créneaux ce qui laisse de larges espaces sans couverture par les défenseurs. Une tour rectangulaire n’est certes pas mieux équipée, mais la façade qui affronte les ennemis peut opposer l’ouverture linéaire de trois ou quatre créneaux qui sont sans doute plus efficaces contre un assaut en masse que les deux fenêtres couvrant à peu près la même zone dans une tour circulaire.

  • 322 Châteaux et enceinte de la France médiévale..., op. cit., t. 1, p. 294.
  • 323 Humbert VI de Thoire-Villars inféoda en 1306 le site de Bouligneux à Girard de La Palud, seigneur d (...)

174Pour ce qui est du flanquement, les deux types de tours doivent déborder autant l’une que l’autre sur le parement extérieur des murailles. Les archères et les créneaux percés dans les murs perpendiculaires aux courtines sont aussi efficaces dans une tour carrée ou rectangulaire que dans une tour circulaire. Toutes les tours quadrangulaires sont placées de manière à ce que leurs murs latéraux forment un angle droit avec les courtines. Cela est logique pour celles élevées au milieu d’une courtine. Dans les angles, le même principe est appliqué, mais la Haison aux courtines s’effectue sur deux côtés adjacents. La petite tour d’Ambronay offre l’unique exemple de tour quadrangulaire construite en biais dans l’angle de deux courtines. L’angle est assez faible, de ce fait les courtines se collent à la tour sur les côtés latéraux. Jean Mesqui donne plusieurs exemples de ce type de flanquement angulaire pour la Bourgogne322. Le château de Bouligneux près de Villars-les-Dombes que J. Mesqui cite aussi parmi ses exemples, n’est en réalité qu’une maison forte323 et on ne peut, à mon avis, considérer comme des tours les trois gros contreforts placés en biais à la jonction des courtines. La solution intermédiaire que propose les tours hexagonales a l’avantage de réduire les angles morts, tout en gardant une bonne assise au sol, mais leur réalisation est compliquée et leur coût sans doute plus élevé que les tours rectangulaires.

175Les modes et les matériaux de construction des tours sont assez semblables à celles des courtines, c’est-à-dire que la profondeur des fondations correspond à la stabilité du sol sur lequel les tours sont élevées. Elles sont peu profondes sur un socle rocheux homogène, mais elles peuvent s’enfoncer davantage en terre si la couche dure (le bon sol) est loin de la surface. L’épaisseur et la profondeur des fondations varient donc avec la nature et la qualité du terrain, mais on peut logiquement penser qu’elles sont plus importantes à cause de la hauteur et du poids des maçonneries. Toutefois rien ne permet de l’affirmer autrement que par raisonnement, car les comptes n’indiquent aucune mesure de fondation pour les tours. Comme aucune fouille n’a été réalisée, nous ne connaissons pas les épaisseurs ni les profondeurs des fondations qui doivent également varier avec la hauteur et l’épaisseur des murs.

  • 324 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 102.

176Les mêmes pierres que celles qui forment les courtines, provenant le plus souvent des fossés dans une première campagne de construction, constituent le matériau constructif. Les élargissements et les approfondissements programmés des fossés fournissent les matériaux nécessaires à l’élévation finale des tours. La pierre locale donne donc l’essentiel des matériaux constructifs des tours et des courtines. Les trous de boulins des échafaudages sont bouchés et les murs enduits d’un mortier sur les deux faces si bien que le blocage disparaît324. En Bresse, on utilise surtout la brique.

177En revanche, les sites complètement dépourvus de pierre de taille, comme Pont-d’Ain et Ambronay sont obligés de faire venir de gros blocs des carrières avoisinantes pour la réalisation des chaînages d’angles, des merlons, des piedsdroits et des arcs au-dessus des portes et des fenêtres. Les carrières du Revermont fournissent les gros blocs de pierre dont ont besoin les châteaux de Bresse.

  • 325 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 4, peau 28, 1315-1316.
  • 326 Ibid., rouleau 7, peau 4, 1318-1319.
  • 327 P. cattin, « Pont-d’Ain ... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 77.

178Les tours des châteaux élevés en zones marécageuses, utilisent les mêmes principes que les courtines, à savoir des piliers de pierre ou de briques enfoncés dans le sol, sur lesquels sont tendus des arcs de pierre. Ces arcs invisibles se prolongent par une sorte d’attique qui s’élève nettement au-dessus du sol pour former un solin sur lequel sont montés les murs en brique. Les tours du château de Saint-Trivier sont construites selon ce système ainsi que les tours et l'aula d'Ambronay325. Ces dernières sont entièrement en pierre et c’est sans doute à cause de l’instabilité du sol que cette technique est employée ici. La base de la plus grande tour est renforcée après coup, sur ses quatre faces, par un puissant glacis de pierre fait en très gros appareil326. La proximité du sol dur dans les châteaux construits sur les hauteurs ou l’humidité des terrains de la Bresse et de la Dombes, font qu’il n’y a jamais de salle souterraine dans les tours. On ne peut citer comme exception que la cave aménagée vers 1338 dans un angle de la muraille du château de Pont-d’Ain327. La tour qui est alors construite au-dessus n’est que le prolongement en hauteur des courtines.

  • 328 A. KERSUZAN, La construction du château de Pont-d'Ain, op. cit., p. 75-77.
  • 329 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 5, 1340-1342.

179Beaucoup de tours sont fondées dans les fossés et plaquées contre une courtine, comme celle élevée en 1341 à côté de la porte d’entrée dans le premier recept du château de Pont-d’Ain328. Cette tour appelée « tour dans laquelle sont des latrines »329 défend par flanquement l’entrée dans le château, les courtines et le fond du fossé sur une assez longue distance. Ces tours ont souvent été construites après coup, en lieu et place d’un chaffal et sont collées contre la courtine qu’elles épaulent à la manière d’un contrefort. Elles sont de forme quadrangulaire ce qui leur donne une bonne stabilité et ne nécessite pas que leurs fondations s’enfoncent très profondément dans le fossé.

  • 330 P. cattin, « Saint-Rambert ... », 1315-1316, op. cit., p. 69.

180Les tours intégrées entre deux courtines n’ont souvent que la façade extérieure et une partie des murs latéraux qui descendent jusqu’au fond du fossé. L’autre partie de ces murs ainsi que la façade intérieure sont moins profondément ancrées dans le sol. Ce qui détermine dans les comptes des hauteurs différentes de fondation330. En réalité, la partie basse des maçonneries dans la tranchée est un glacis plutôt que des fondations, car les fossés atteignent souvent une profondeur de cinq à huit mètres et le sol dur est atteint bien avant :

  • 331 Ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17, 1340-1342. Cf. aussi P. Cattin, « S (...)
  • 332 Ces mesures sont issues de mes relévés in situ, car les comptes ne donnent pas les épaisseursseurs (...)

181L’épaisseur des murs dans une tour est globalement plus importante que celle des courtines, au moins pour les parties basses qui mesurent généralement quatre à cinq pieds et demi331 aussi bien pour les tours quadrangulaires que pour les tours circulaires. Cependant cette épaisseur n’est pas identique pour tous les murs d’une même tour. Le mur de la façade extérieure des tours quadrangulaires est toujours plus épais que les autres. Dans le château de Pont-d’Ain, la « tour dans laquelle réside le châtelain » a trois murs de cinq pieds d’épaisseur, le quatrième, le plus bas face à la pente, contient un demi pied de plus332.

  • 333 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17, 1340-1342.
  • 334 P. cattin, « Pont-d 'Ain ... » , 1310-1 311, op. cit. , t. 2, p. 76.

182La tour dans « laquelle sont des latrines » témoigne de la même conception. Les deux murs latéraux ont une épaisseur de deux pieds seulement tandis que le mur de façade en mesure quatre. Les relevés effectués sur place correspondent parfaitement à ce que déclare le compte de la châtellenie333. La « tour dans laquelle sont les latrines » et celle « dans laquelle réside le châtelain » en témoignent, les murs des tours ne sont pas d’une épaisseur identique sur toute leur hauteur. Des retraits de maçonnerie sont réalisés à partir d’une hauteur qui correspond souvent au deuxième étage des tours. Dans la plupart des cas, les retraits apparaissent dans les comptes de manière indirecte, c’est-à-dire que les toises de mur payées pour la même œuvre ne sont pas de même épaisseur, ainsi que nous l’avons vu plus haut. La pose des planchers, par des engins construits à l’intérieur des bâtiments déjà couverts, comme cela est pratiqué pour la tour neuve du château de Pont-d’Ain, en est une autre preuve334. Ces retraits servent d’appuis aux poutres des planchers et offrent l’avantage d’un remplacement facile en cas de détérioration. Les autres avantages résident en une économie des matériaux de construction, de la durée et du coût des travaux et dans une diminution du poids des maçonneries sur les infrastructures. L’affaiblissement de la muraille à chaque retrait est compensé par la hauteur atteinte par le mur à ces niveaux. La sape n’est évidemment pas possible et les projectiles ennemis ont moins de force. En revanche, il n’y a pas l’avantage offert par les poutres introduites dans des trous de boulins et bloquées dans ces derniers par du mortier. Les poutres placées ainsi agissent comme des tirants qui maintiennent et lient les maçonneries entre elles.

  • 335 Ibid. , B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 5, 1302-1303.
  • 336 Ibid. , B 6687, Compte de la châtellenie d'Ambronay, peau 3, 1317-1319.

183La plupart des tours ont été élevées en plusieurs campagnes architecturales. II semble que la première d’entre elles les faisait monter jusqu’à hauteur des courtines. Une seconde série de travaux les surélèvent au-dessus des murailles335. De ce fait les tours sont toutes plus hautes que les courtines, à l’exception de la « tour basse » d’Ambronay dont le sommet est au même niveau que la courtine de façade du château336. Ainsi, le principe du commandement est globalement respecté et permet aux défenseurs placés au sommet des tours de dominer l’ennemi et de battre les courtines, si d’aventure elles sont envahies par les assaillants.

184II est quasiment certain qu’il n’y a pas eu de hauteur unique et standardisée des tours d’un château à l’autre, ni même d’une tour à l’autre à l’intérieur d’un même château. Cela vient du fait que nombre de tours ne datent pas de la même période, mais surtout parce qu’avant l’arrivée des comtes de Savoie et le fonctionnement en réseau, les châteaux appartenaient à des entités politiques différentes. II ne peut, de ce fait, y avoir un concept architectural unique. Néanmoins, les réalités techniques et financières ont établi, à quelques pieds près, des hauteurs relativement proches. Il suffit que la domination des tours sur les courtines leur donne un commandement efficace, que l’allonge des tirs d’arbalètes soient plus importante, que la hauteur totale empêche ou limite l’échelade et que l’on puisse y établir plusieurs salles superposées à l’intérieur. Tels sont les principes qui déterminent la hauteur des tours plutôt qu’un parti pris culturel et conceptuel.

  • 337 Cf. infra p. 307-308.
  • 338 A.D.C.O., B 8052, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 31 305-1306 ; ibid., B 101 (...)
  • 339 Ibid., p. 58.

185Nous sommes peu renseignés par les comptes sur la hauteur précise des tours. Les paiements effectués par les châtelains aux maîtres maçons ne parlent que des mesures linéaires de murs et jamais de hauteur totale. C’est parce que pour chaque toise en longueur correspond une hauteur identique et standardisée quelle que soit l’épaisseur des murs337. Le maître maçon Girard Guiot, originaire de Treffort, assume la direction et la responsabilité des constructions de courtines et de tours dans la plupart des châteaux du Revermont durant les premières années du xive siècle338. Il a beau préciser qu’il a laissé des repères en bois pour indiquer aux ouvriers la hauteur finale en quittant la construction de la tour neuve du château de Pont-d’Ain en 1308, il ne nous informe pas pour autant de la véritable altitude de cette dernière339.

186On peut se reporter aux tours encore en élévation, mais celles-ci sont peu nombreuses et il faut être prudent car des restaurations ultérieures ont pu être réalisées. II ne reste que la tour circulaire de la bâtie des Allymes dont la hauteur de la maçonnerie est d’environ vingt mètres sans compter les pansières ni les merlons et la petite tour d’Ambronay qui atteint une quinzaine de mètres, mais qui a été en partie arasée.

• Les espaces intérieurs

  • 340 A.D.C.O., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1289-1293; ibid., B 10 (...)

187Les tours contiennent plusieurs niveaux. La plupart quatre, certaines trois seulement 340340. Ces niveaux consistent en une salle basse, un ou deux étages formant des chambres et une plateforme sommitale d’où s’effectue l’essentiel de la défense.

  • 341 A.D.C.O., B 9944 (2), Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 8, 1303-1304.
  • 342 P. cattin, « Billiat ... », 1317-1318, op. cit., p. 52.
  • 343 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 7, 1298-1299.
  • 344 A.D.C.O., B 9749, Compte de la châtellenie de Saint-Rambert, 2e compte, peau 9, 1342-1342.

188La salle basse se trouve au niveau du sol de la cour intérieure, car il n’y pas de salle souterraine ou même semi-enterrée dans les tours. II est fort rare que cette salle soit percée d’une porte donnant sur la cour à l’époque de sa construction et s’il existe une poterne dans le pied d’une tour. II faut d’abord passer par le premier étage puis redescendre au moyen d’une échelle ou d’un escalier341. Cette échelle se prend au travers d’une trappe ménagée dans le plancher supérieur. Cette trappe est fermée par un abattant que l’on peut soulever par un anneau de fer et maintenir clos avec des serrures et un verrou342. C’est un système d’accès général à tous les rez-de-chaussée des tours dans les châteaux de Bresse et du Bugey343. Le rez-de-chaussée de la tour cylindrique du château des Allymes a une porte donnant dans la cour, mais son ouverture a été réalisée plusieurs décennies après la construction de la tour. Un versement effectué par le châtelain de Saint-Rambert en 1341 pour des travaux au château des Allymes en témoigne344.

  • 345 Ibid., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 6e compte, peau 18, 1330-1331 ; ibid., B (...)
  • 346 A.D.C.O., B 10162, Compte de la châtellenie de Treffort, 3e compte, peau 10, 1358. Cf. aussi P. cat (...)

189II est impossible d’affirmer que les salles basses des tours élevées sur l’escarpe étaient complètement aveugles. Il me semble logique qu’une petite ouverture, peut-être même une archère, donne un peu de lumière et d’air dans ces espaces, dans la mesure aussi où ces salles basses servent de lieux de dépôt et de réserve pour le vin et la nourriture. C’est pourquoi elles sont nommées cellier ou lardier selon ce que l’on y entrepose. D’autres servent de lieux d’incarcération dans lesquels sont enfermés les prisonniers de guerre et les criminels en attente d’être jugés et de subir leur châtiment345. Nous l’avons vu plus haut, la prison ou ratier est parfois un moyen de distinguer une tour d’une autre. Ces salles basses servent aussi de dépôt de munitions. Elles consistent en de gros blocs de pierre servant à bombarder l’ennemi depuis le sommet de la tour. Elles sont montées depuis le rez-de-chaussée à l’aide d’un coffre ou d’un panier que l’on hisse au moyen d’une corde346.

190La salle basse des tours entièrement fondées dans les fossés n’a pas d’usage domestique. Elle est percée d’archères qui permettent de prendre en enfilade le fond des fossés et de tirer sur les ennemis qui y seraient descendus. Celle de la tour « dans laquelle sont des latrines » du château de Pont-d’Ain est un exemple représentatif de ce système. Le fond de cette tour que l’on atteint par une échelle depuis le premier étage supérieur se trouve au niveau des fossés et est éclairé par deux archères, hautes de 85 centimètres, respectivement percées dans chacun des murs latéraux. Celle du mur occidental prend en enfilade le fond du fossé et le dessous du pont dormant où les ennemis peuvent se réfugier. L’autre, dans le mur oriental, bat le pied de la courtine et le fond du fossé qui protège le château et l’enceinte urbaine.

  • 347 Ibid., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1289-1293.

191Le premier étage de la tour cylindrique de la bâtie des Allymes est posé sur une voûte qui a peut-être été réalisée vers 1341 en même temps que le percement de la porte. Avant cela, un plancher sur poutres constituait le sol du premier étage de cette tour ce qui est le cas pour toutes les tours des autres châteaux, quelle que soit leur forme. Les châteaux de Treffort et de Saint-André dont le flanquement est essentiellement composé par des tours circulaires ont, selon les comptes, un premier étage établi sur un plancher de bois347.

  • 348 Ibid., B 9522, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 4e compte, peau 8, 1311-1312 ; (...)

192Les planchers reposent sur de grosses poutres placées dans des trous de boulins ou sur des retraits de mur. Dans les tours quadrangulaires, les poutres sont toujours disposées dans le sens de la largeur afin de limiter leur portée donc leur fléchissement. Mais comme le bois qui compose les poutraisons est vert et utilisé dès l’abattage, il prend rapidement de la flèche et la durée de vie de ces poutres pourtant épaisses est relativement brève. A cela s’ajoute la détérioration due aux fuites d’eau chroniques dans la couverture des toits et les comptes n’en finissent pas d’enregistrer des réparations ou des remplacements de planchers qui s’écroulent parce qu’ils sont pourris348.

193Les sols des tours circulaires ou en fer à cheval reposent sur un ensemble de solives placées de manière radiale depuis une énorme poutre fixée au plus large du cercle, jusqu’à des trous de boulins régulièrement pratiqués dans la muraille ou sur un retrait de maçonnerie qui court sur tout le pourtour interne de la tour. Ce retrait de maçonnerie n’existe que pour le premier étage car au-dessus les poutres sont toutes placées dans des trous de boulins. Les extrémités de l’énorme poutre y sont d’ailleurs fixées. Ces systèmes sont visibles dans les deux tours de la façade orientale du château de Saint-Germain, les grandes tours des châteaux de Jasseron et de Saint-André-sur-Suran.

  • 349 A.D.C.O., B 8058, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 2, 1323-1325 ; ibid., B 99 (...)
  • 350 A.D.C.O., B 10146 (2), Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 3, 1289-1293.

194Tous les planchers sont recouverts de terre et de mousse afin de limiter les risques d’incendie et peut-être créer une isolation thermique. Cette terre est apportée ici par des manœuvres, tant hommes que femmes, qui la transportent dans des sacs et l’étendent sur les planchers349. Avec le temps et l’usage, ces tapis de terre finissent par s’accumuler dans les coins, à se tasser et être très inégaux et inconfortables. Parfois, ce sont des faisceaux de verges ou de paille qui couvrent les sols350. Toutes ces couvertures sont régulièrement regarnies et refaites.

  • 351 Les carreaux plombés des châteaux de Treffort et de Saint-Martin-le-Châtel, Bourg-en-Bresse, 1914.
  • 352 A.D.C.O., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 4, 1306-1306 ; ibid., B 10 (...)
  • 353 P. cattin, « Pont-d'Ain ... », 1338-1340, op. cit., 1338-1340, t. 2, p. 102.

195Les salles des tours sont très rarement carrelées dès leur construction. Les carreaux plombés du château de Treffort et de Saint-Martin-le-Châtel étudiés par L. Philippe351 ne couvraient que les sols de l ‘aula et de la chambre privée du comte de Savoie352. Il n’y a que dans les salles superposées de « la tour dans laquelle réside le châtelain » à Pont-d’Ain que le sol est tout de suite couvert d’un carrelage353 dont on ne connaîtra sans doute jamais la couleur ni les motifs de décoration.

  • 354 Ibid., 1335-1336, p. 61.
  • 355 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 7, 1300-1301.

196Certaines de ces salles, surtout celles dans laquelle résident le comte, les nobles conseillers, les examinateurs et receveurs des travaux sont appelées chambres. Il y a généralement deux chambres dans chaque tour, parfois trois lorsque le rez-de-chaussée est aménagé pour cela. La chambre du rez-de-chaussée est appelée chambre basse, celle du premier étage chambre du milieu et celle du deuxième étage chambre haute354. Lorsqu’il n’y a que deux chambres, celle du premier étage est dite basse, tandis que celle du deuxième est appelée haute. Certaines de ces salles ont une spécificité propre et elles sont appelées en fonction de leur usage. Par exemple, une salle de la petite tour ronde du château de Saint-Trivier sert de garde-robe. Elle est logiquement appelée chambre de la garde-robe355.

• L’accès et les circulations internes dans les tours

  • 356 Ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort se compte, peau 11, 1297-1298 ; ibid., B 9031, (...)
  • 357 Ibid., p. 94 ; « Saint-Rambert ... », 1320-1320, op. cit., p. 156, 177; « Remens ... », 1345-1346, (...)
  • 358 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322 ; ibid., (...)

197L’entrée dans les tours se fait par les chemins de ronde des courtines, ainsi que nous l’avons vu plus haut. Les portes d’accès n’ouvren.t jamais directement sur le chemin de ronde, mais sur un pont de planches, un tablier relevable, un petit escalier de bois ou une échelle. De ce fait, chaque tour est pensée et conçue, du point de vue défensif, comme un fortin indépendant. Les vantaux des portes sont faits de deux épaisseurs de planches356 clouées perpendiculairement l’une à l’autre par de gros clous à tête ronde et bombée que les comptes nomment « clous chevelus »357. Des serrures, des verrous et des espars de fer en assurent la fermeture de l’intérieur358.

  • 359 A.D.C.O., B 9545, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 16, 1306-1307 ; ibid., (...)

198Les circulations internes, d’un étage à l’autre, se font par des échelles au travers de trappes ou par des escaliers internes359 dont certains sont équipés d’une rampe. L’entrée dans les tours se faisant au niveau du deuxième étage, selon la hauteur des courtines, il faut, pour se rendre dans la salle basse, emprunter successivement deux échelles.

  • 360 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 4, 1300-1301 ; ibid., (...)
  • 361 A.D.C.O .. B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 5e compte, peau 11, 1297-1298 ; ibid., B (...)
  • 362 A.D.C.O., B 9946, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 9, 1311 -1312. Cf. aus (...)
  • 363 B. mandy, « Le château des Allymes, rapport de sondage, 1977 », dans Cahiers René de Lucinge, n° 20 (...)

199Quelques années après leur construction, certaines de ces tours sont percées de nouvelles portes dont une au rez-de chaussée360 où on entrepose du vin en attendant, pour les grands châteaux, d’être doté d’un cellier à part entière à proximité des cuisines. Les comptes ne détaillent pas précisément les niveaux dans lesquels sont percées les nouvelles portes. Cependant, il me semble logique, lorsque deux, voire cinq361 portes avec encadrement de pierre sont réalisées dans la même tour, qu’une d’entre elle soit au rez-de-chaussée. Par ailleurs, il est dit dans les comptes que ces portes sont murées en cas de menace armée du Dauphin et rouvertes dès que le danger est éloigné362. Il ne peut, à mon avis, s’agir que de portes situées au rez-de-chaussée. Ces portes ne sont pas réalisées au ras du sol afin de ne pas offrir un accès trop facile. Les fouilles effectuées par B. Mandy dans le sol de la tour circulaire de la bâtie des Allymes et au pied de cette tour, à l’intérieur de la cour, montrent que la porte s’ouvrait à 80 centimètres au-dessus du sol363. Il fallait donc emprunter un petit escalier de bois pour y accéder.

  • 364 P. cattin, « Pont-d'Ain ... », 1322-1323, op. cit., t. 1, p. 121.

200Dans le château de Pont-d’Ain, le rez-de-chaussée d’une petite tour est ouvert par une porte afin de servir de cellier. Le caractère amusant et anecdotique du témoignage de cette ouverture réside dans l’étroitesse de la porte que les maçons ont faite. Les tonneaux devant y être entreposés sont trop gros et on est obligé de les vider de leur contenu puis de les démonter pour les installer dans le cellier pour les remplir à nouveau364.

• Les éléments du confort à l’intérieur des tours

  • 365 A.D.C.O., B 6695, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 4, 1350-1351.
  • 366 Ibid. , B 8058, Compte de la châtellenie de Jasseron, 4e compte, peau 2, 1327-1328; ibid., B 6688, (...)
  • 367 Ibid., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 5e compte, peau 21, 1328-1329. Cf . aussi (...)

201D’autres salles en étage sont transformées en grenier pour y entreposer les céréales que perçoit le châtelain. Il arrive que l’on construise une cloison à l’intérieur de la salle pour séparer la partie utilisée comme grenier365 de celle qui peut encore servir de chambre ou de passage d’une courtine à l’autre, au travers de la tour. Comme on ne peut entreposer les grains à même le plancher de bois, ce dernier est carrelé ou couvert d’un enduit de mortier et de terre366366. C’est un procédé qui est parfois mis en place en même temps que l’on transforme le sommet de la tour en moulin à vent. Des ailes en bois garnies de toile sont fixées sur un axe traversant la toiture de la tour367.

  • 368 A.D.C.O., B 8057, Compte de la châtellenie de Jasseron, 3e compte, peau 2, 1337- 1338.

202Les comptes n’utilisent que le mot fenêtre pour les baies dans les murs. Il est donc souvent impossible de savoir quand il s’agit de fenêtres, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, ni quand ce mot désigne une archère. On pourrait, en fonction du mur dans lequel elles sont ouvertes, proposer l’une ou l’autre des possibilités, malheureusement les comptes précisent rarement l’oriention des ouvertures. Les volets de bois qui, de l’intérieur, ferment ces fenêtres368, ne signifient pas forcément que ce sont de grandes fenêtres. Leur taille n’est pas mentionnée et il peut s’agir de petits volets, fixés au ras du mur intérieur, destinés à obstruer les archères et empêcher les courants d’air, surtout l’hiver et la nuit. Il est certain que des archères perçaient les murs extérieurs, mais celles-ci étaient dans l’ensemble fort peu nombreuses. Ainsi la tour circulaire de la bâtie des Allymes et la tour pleine du bourg ne montrent aucune trace d’archère sur toute leur circonférence et hauteur.

  • 369 A. chatelain, Châteaux forts, images de pierre des guerres médiévales, op. cit., p. 97-98 ; Ph. dur (...)

203Sur l’ensemble des châteaux et bâties étudiés et visités, je n’ai trouvé des archères encore nettement visibles que dans l’aula du château de Saint-Germain, la grande tour du château de Jasseron et de la bâtie des Allymes, sur lesquelles nous reviendrons, et dans « la tour dans laquelle sont les latrines » du château de Pont-d’Ain. Les deux murs latéraux de cette tour sont équipés d’une archère à chacun des trois niveaux encore en élévation. Ces archères sont simples, c’est-à dire que ce sont des fentes verticales qui, au nu extérieur du mur, sont larges de 15 centimètres, hautes de 85, dépourvues d’élargissement à la base, en forme d’étrier, de rame ou de bêche369. Elles ne sont pas superposées afin de ne pas affaiblir le mur, mais le décalage est minime. Il est un peu plus important pour l’archère du deuxième étage, dans le mur oriental, à cause des latrines construites en encorbellement dans l’angle formé avec la courtine. Cette archère est surmontée d’un forget triangulaire en pierre sur le mur extérieur pour que l’eau de pluie ruisselant le long du mur ne pénètre pas dans la pièce. Dans les salles, ces archères ont un ébrasement triangulaire d’environ 70 centimètres à l’intérieur d’une niche légèrement rectangulaire et profonde de 33 centimètres, soit un pied. La niche de l’archère, percée dans le mur latéral occidental au second étage, est beaucoup plus large et plus haute (1,20 mètre) que les autres. Le creusement dans l’épaisseur du mur est identique, mais il n’y a pas d’ébrasement. Sur l’appui de cette niche est fixée une grande pierre taillée en creux pour former un évier dont l’eau s’évacue par un conduit de pierre au bas de l’archère. Il déborde d’une vingtaine de centimètres à l’extérieur du mur. Les latrines, cet évier, l’archère avec un forget et la fenêtre dans l’angle du mur témoignent du caractère résidentiel de cette salle. Ce sont les seules observations possibles d’archères avec celles des grandes tours de Jasseron, des Allymes et de Saint-Germain. Cela est trop peu pour oser établir une typologie des archères dans la région, à l’époque qui nous intéresse.

  • 370 A.D.C.O., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1289-1293.
  • 371 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 55.

204La salle du deuxième étage qui a une fonction résidentielle est éclairée d’une ou deux petites fenêtres dont une s’ouvre parfois sur l’extérieur du château. La tour « dans laquelle se situent les latrines » du château de Pont-d’Ain ainsi que la grande tour de la bâtie des Allymes ont, à ce niveau, une petite fenêtre carrée percée dans le mur de façade, dans l’angle avec le mur latéral de droite. L’épaisseur du mur est dégagée par un semi-ébrasement, c’est-à-dire que seul le côté gauche coupe en biais l’épaisseur de la muraille, tandis que l'autre est droit. Cet ébrasement descend presque jusqu’au niveau du sol. Un banc de pierre borde le côté en biseau. La position de cette fenêtre dans la grande tour des Allymes correspond à la défense de l’entrée qui se fait le long du mur latéral droit de cette tour. En revanche, on ne comprend pas l'utilité défensive dans « la tour des latrines » de Pont-d’Ain. L’angle de tir très réduit donne sur la contrescarpe du fossé, au-delà du dos d'âne, soit à 35 mètres environ. Cela est d’autant plus étonnant que cette ouverture est unique dans le mur de façade et que cette fenêtre ne vient pas en plus d'archères percées dans les autres étages. Les capacités défensives de cette fenêtre ne sont guère probantes, cependant la fonction d’éclairage est flagrante dans les deux exemples puisque l'ébrasement est pratiqué en direction du centre de la salle. Ce type de fenêtres, ouvertes sur l’extérieur, a pu être réalisé postérieurement à la construction de la tour, comme par exemple celle ouverte dans la tour d’angle du château de Treffort, du côté de la ville370 ou dans la chambre dite « basse », parce qu’elle se situe au premier étage, de la tour neuve du château de Pont-d’Ain371.

  • 372 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298.
  • 373 Ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 8, 12971298.

205A la construction des tours, la plupart des salles ne semblent pas avoir d’ouverture du côté intérieur. Le percement de nouvelles fenêtres372 dont témoignent les comptes montre qu'il y a une évolution du rôle de ces salles et qu’elles remplissent une fonction résidentielle plus régulière. Ces fenêtres sont très simples et consistent en une petite ouverture carrée ou légèrement rectangulaire dans laquelle sont fixés des barreaux de fer373. Le terme ferratura employé par les comptes désignent autant les barreaux que les nombreuses ferrures dont il est question pour les fenêtres. Ces ferrures font partie des éléments de maintien et de mobilité des volets de bois dont on se sert pour se protéger des intempéries, du froid ou des courants d'air. Ces ferrures ne sauraient, à mon avis, correspondre aux pentures et crémones des battants d’un cadre vitré, car les comptes témoigneraient alors de paiements pour le vitrage ou l’obturation des cadres par de la toile huilée, ce qui n’est jamais le cas pour les tours sur le temps couvert par cette étude.

  • 374 Ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 5e compte, peau 11, 1297-12980 ; ibid. B 8054 (...)
  • 375 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 15e compte, peau 27, 13011302.
  • 376 Ibid., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 3, 1297-1298.
  • 377 Ibid., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 7, 1307-1308.
  • 378 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1332-1334, op. cit., t. 2, p. 37.

206D'autres fenêtres qui ne semblent pas vitrées non plus sont plus importantes en taille et paraissent avoir un meneau ou une traverse, car elles sont dites doubles374. Parmi ces grandes fenêtres certaines sont dites anglaises ou à colonnes375, c’est-à-dire que le linteau est remplacé par deux arcs376 qui retombent sur une colonnette à chapiteau. Les formes prestigieuses de ces ouvertures sont réservées aux chambres du comte et de son fils héritier. Elles sont également équipées d’un petit auvent de bois pour les protéger de la pluie377 et de coussièges en pierre placés dans l’ébrasement. Cependant, ces fenêtres, à travers lesquelles peut passer un homme, représentent un risque pour la défense de la tour en cas d’assaut. Il n’est donc pas rare qu’on les obstrue378 en temps de menaces et qu’on les rouvre dès que la situation est moins tendue. Pendant ce temps, le bois des volets est utilisé à d’autres fins, car à chaque réouverture correspond une réfection des pentures et des ferrures.

207Il n’existe pas ou très peu de fenêtres conservées et, en dehors de ce qu’indiquent les comptes, il n’y a pas de renseignements précis. Les encadrements ont été modifiés, d’autres ont été crées, les gonds clairement nommés dans les comptes ont souvent disparu et lorsqu’ils en existent encore, rien ne garantit qu’ils correspondent à ceux de la période étudiée. Aussi, il est impossible, comme pour les archères, d’établir une étude approfondie des fenêtres et de leurs dispositifs de fermeture dans les châteaux savoyards de Bresse et de Bugey au début du XIVe siècle.

  • 379 A.D.C.O., B 9938, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 3, 1275-1276.
  • 380 Ibid., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 6, 1321-1322 ; B 9586, Compte (...)
  • 381 A.D. Isère, 8 B 255, fol. 8, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 1313-1314.

208Les chambres des étages sont équipées d’éléments de confort comme des latrines et une cheminée. La plupart des latrines sont réalisées en même temps que la tour, mais bon nombre d’entre elles le sont après coup, lorsque les salles servent de chambre379. L’épaisseur du mur est percée puis voûtée et une porte de bois, munie d'une serrure, offre un surcroît de confort et d’intimité380. Parfois ce n’est qu’une simple peau d’âne qui ferme l’entrée381.

  • 382 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 9e compte, peau 30, 1330-1331 ; ibid., (...)
  • 383 Ibid.., « Pont-d’Ain... », 1332-1334, op. cit., t. 2, p. 37.
  • 384 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 9e compte, peau 30, 1330-1331. Cf. aus (...)

209Les latrines sont fort rudimentaires à l’origine. Elles sont posées en encorbellement au-dessus des fossés, sur des poutres et sont entièrement faites en bois puis couvertes d’un enduit382. Il arrive très souvent que le vent, les tempêtes et la pluie les détruisent tout ou partie. Elles sont également facilement destructibles par le feu ou les projectiles des engins ennemis et leur chute laisse un trou béant dans la tour. Avec le temps, les comptes montrent qu’elles sont refaites en pierres de taille383 posées sur des corbeaux. Néanmoins, leur couverture demeure en bois et il faut remplacer souvent les bardeaux qui la composent384.

  • 385 E. Lefevre-Pontalis, Le château de Coucy, op. cit., p. 66.
  • 386 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 15e compte, peau 27, 1299-1299.

210Les latrines sont percées d'une fenêtre sur le mur du fond. En réalité il s’agit plutôt d'une archère qui, en plus de favoriser l’aération des lieux, leur donne une fonction défensive. Du mâchicoulis, sous le siège, les défenseurs peuvent bombarder le pied de la tour avec des pierres. Ces latrines sont très souvent placées à la jonction de la tour avec la courtine. Ce coin est un angle mort pour la défense sommitale et les latrines en assurent la protection. Les corbeaux encore en place dans « la tour dans laquelle sont des latrines » à Pont-d’Ain ainsi que dans l’angle de la courtine et de la grande tour d’Ambronay en sont des exemples. C’est un principe assez usité que l’on retrouve dans nombre de châteaux de régions différentes, comme au château de Coucy dans l’Aisne385. Certaines tours sont équipées de latrines à chaque étage. Comme elles sont toutes en encorbellement, elles ne peuvent se superposer et chacune d’elles se situe sur un point stratégique du périmètre de la tour. Ainsi on peut avoir des latrines placées aux angles de la tour ou à ceux formés avec les courtines. Certaines possèdent plusieurs archères386 qui, ouvertes sur les trois murs lorsqu’elles sont placées en façade, peuvent prendre en enfilade le fossé de chaque côté et défendrent l’approche des ennemis en face du château. Dans tous les cas, ces latrines ont une fonction militaire équivalente à celle des bretèches placées au-dessus des portes, des poternes et des échiffes construites dans les angles de tours.

  • 387 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1335-1335, op. cit., p. 178.
  • 388 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 7. Cf. aussi P. Cattin, «  (...)
  • 389 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1325-1325. Cf. auss (...)
  • 390 A.D.C.O., B 9939, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, peau 2, 1276-1277.
  • 391 Ibid., B 9946, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 9, 1309-1310.

211Les cheminées sont assez simples. Elles consistent en un manteau de bois ou de brique enduit de mortier, posé sur un linteau de bois. Les contre-cœurs sont en brique ou en pierre et la chaleur les fait éclater très souvent. Ce n'est qu'au XVe siècle que s’impose l’usage des plaques de fer. Quand certaines chambres sont régulièrement occupées, surtout par des personnages importants, les cheminées ont une conception plus sophistiquée. Des jambages en pierre plus rarement en bois387 soutiennent alors le linteau de chêne388. Ces cheminées sont toujours placées du côté intérieur du château pour que la souche sur le toit ne soit pas du côté exposé à l’ennemi. Ces souches sont très hautes, car pour assurer un bon tirage, il faut qu’elles dépassent le sommet de la toiture. De ce fait, il y a des problèmes endémiques de solidité et les bornes sont régulièrement abattues par le vent. Il faut donc les refaire souvent389. Pareillement, l’écroulement des planchers dû à l’âge ou au pourrissement des poutres entraîne la chute des jambages et de toute la cheminée qu'il faut entièrement refaire390. Des solutions provisoires sont parfois appliquées en étayant les poutres depuis la salle inférieure391.

212Enfin, le plan quadrangulaire de la plupart des tours engendre des espaces plus faciles à vivre et à meubler que ne le proposent les tours cylindriques. C’est une considération qui a sans doute son importance dans le choix du plan d’une tour.

• La défense des tours

213Comme nous l’avons vu plus haut, l'accès dans les tours se fait par les chemins de ronde des courtines qui elles-mêmes ne sont pas accessibles autrement que par des échelles. L’entrée dans une tour depuis les chemins de ronde est compliquée par des ponts ou des petites échelles qui les rendent difficilement attaquables et constituent un premier élément de leur défense. Outre cette défense structurelle, les tours sont équipées d’archères et de fenêtres qui permettent aux arbalétriers d’abattre les assaillants. Les latrines et leurs fonctions défensives faites d’archères et de mâchicoulis défendent les points faibles aux pieds des tours. Tout cet arsenal demeure malgré tout limité à cause de la faiblesse des angles de tirs pour les archères et le bombardement vertical peu étendu depuis les latrines. C’est pourquoi l’essentiel de la défense est organisé au sommet des tours, à partir de la plate-forme sur plancher qui correspond au troisième ou quatrième étage. Ce plancher posé sur de grosses poutres est recouvert de terre et on y accède au moyen d’un escalier de bois ou une échelle.

  • 392 Ibid., B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 3e compte, peau 22, 1353-1353 ; ibid., B 670 (...)
  • 393 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pontd’Ain, peau 25, 1342-1346.
  • 394 Ibid.

214L’ensemble de cette plate forme : plancher, espace, charpente et couverture se nomme la guérite (garita) de la tour392. Le parapet en maçonnerie qui ferme le périmètre ou la circonférence des tours est d’une épaisseur de deux pieds393. Ces parapets, enduits des deux côtés, s’élèvent nettement au-dessus d’un homme, car les créneaux sont des fenêtres dont l’encadrement en pierre de taille est surmonté par un muret394.

  • 395 P. Cattin. « Saint-Rambert... », 1318-1319, op. cit., p 86..
  • 396 A.D.C.O., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 4, 1289-1293 ; Ibid., B 97 (...)

215Les fenêtres au sommet des tours sont peu nombreuses. Quatre seulement sont percées dans la guérite de la tour cylindrique de la bâtie des Allymes. Mais, le haut de cette tour a été refait au XIXe siècle, il n’est donc pas certain qu’il y ait eu si peu de fenêtres au sommet de cette tour. La tour circulaire près de l’entrée du château de Treffort comporte huit fenêtres, mais cette tour était à moitié détruite à la fin du XIXe siècle. Les comptes donnent un nombre de huit fenêtres pour la guérite de la tour carrée de la bâtie de Luisandre395. Toutes ces fenêtres sont fermées par des volets de bois qui fonctionnent de la même manière que ceux des courtines : des gonds de fer sont fixés dans les pierres d’encadrement ; un axe ou des pentures de fer les relient au volet et permettent l’entrebâillement sur l’extérieur396.

  • 397 Cf. supra, p. 220-224.

216Les considérations sur la qualité de la défense du pied des tours sont absolument identiques à celles établies pour les chemins de ronde397 eu égard aux grandes longueurs qui séparent les créneaux. On pourrait même penser que cette défense est moindre à cause de l’absence générale de hourds au sommet des tours. En effet, dans les très nombreuses réparations de hourds dont témoignent les comptes, il n’est jamais fait mention de ces galeries en bois sur une tour de flanquement. Cela ne semble pas être un oubli ni même une imprécision, puisque pour chacune de ces réparations, il est clairement indiqué la position des hourds sur les courtines. A cela s’ajoute l'absence de corbeaux ou de trous de hourds dans les comptes comme sur le sommet des tours conservées jusqu'à cette hauteur. Il est vrai que ce dernier élément d’information est si rare qu’on ne saurait en tirer une théorie absolue.

  • 398 A.D.C.O., B 6701, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 3, 1351-1352 ; ibid., B 6702, 3e compte (...)

217L’absence de hourds semble en revanche assez logique. Les latrines en encorbellement aux différents étages d’une tour et sur la guérite remplacent tout aussi efficacement, par leurs archères et le trou du siège, le rôle défensif des hourds. Comme les latrines et les échiffes ne sont pas superposées, leur rayon d’action se complète et ainsi le pied et le flanquement de la tour sont quasiment aussi bien défendus qu’avec des hourds. Dans le cas où une tour aurait une grande emprise au sol ou que le nombre de latrines serait insuffisant, des échiffes accrochées au sommet reprennent les imperfections défensives laissées par la défense sommitale398.

  • 399 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 10e compte, peau 22, 1299-1299 ; ibid., B (...)
  • 400 Id.., « Saint-Rambert.... « , 1317-1318, op. cit., p. 81.

218La plate-forme est, dans la plupart des cas, couverte d’une charpente dont la description n’est jamais donnée, pas plus d'ailleurs que le nom ni la longueur des pièces de bois qui la composent, ce qui nous permettrait, par déduction, de proposer un type de charpente. Les rares mentions dont on dispose consistent en des piliers de bois qui semblent étayer les longs entraits à leur croisement au centre de la guérite399 et reposant sur le sommet du parapet sur lequel l’espace entre chacun était bouché par de la maçonnerie400.

  • 401 Id. et S. Ullmann, Le château des Allymes, op. cit., p. 53.

219Si les comptes ne décrivent pas les charpentes, on peut tout de même penser que les tours carrées ont logiquement un toit à quatre pans, les tours rectangulaires ont un toit en bâtière à pans coupés et les tours circulaires un toit conique ou tronconique au niveau des coyaux qui se prolonge vers le sommet en forme de pyramide à quatre pans, comme c’est le cas pour la tour ronde de la bâtie des Allymes. Cette charpente est une reconstitution du XIXe siècle, « dans le style de celle du Moyen-Âge »401. Sans doute sa structure se rapproche-t-elle des techniques médiévales, mais je ne pense pas que l’on puisse prendre cette charpente pour une reconstitution absolument authentique.

  • 402 A.D.C.O., B 10147. Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 6, 1297-1298 ; ibid., B 99 (...)
  • 403 Ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1340-1342 ; A.S.T., Compte des rece (...)

220Les toitures semblent assez hautes et pentues, car elles sont le plus souvent couvertes de bardeaux cloués. Ce type de couverture est rapide à réaliser et peu onéreux. En revanche, il est d’une remarquable fragilité et il n’existe quasiment pas de compte sans mentions de travaux de réparation et de recouvrement des toitures. Ils sont, par ailleurs toujours importants à en juger les quantités de planches et de clavins utilisés à cet effet402. Seules les deux grandes tours d’Ambronay sont couvertes de loses, il s’agit là de l’unique exemple de ce type de couverture pour des tours403. Il détermine une charpente et une toiture aux pentes moins fortes.

  • 404 Cf. supra, p. 35, note 54.
  • 405 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 104.
  • 406 J-.M. Poisson, « Les Allymes à Ambérieu-en-Bugey », op. cit., p. 33.
  • 407 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 8, peau 20, 1330-1331.

221La défense depuis le sommet s’effectue par la surveillance des clients et des guetteurs. Ils peuvent sonner l’alerte grâce à des cornes ou des trompettes404. Des pierres et des munitions pour les arbalètes y sont entreposées à demeure et souvent, un engin prêt à fonctionner, y est installé. Cet engin peut-être une espingualle, les comptes ne le précisent pas, mais ce peut être aussi une bricole et pour cette raison, certaines tours demeurent sans couverture. Ainsi le sommet de la tour dite « mancise » du château de Pont-d’Ain405, celui des grandes tours des Allymes406 et d’Ambronay, étaient à l’origine une plate forme crénelée sans toiture. Ce n’est qu’en 1330-1331 que la petite tour d’Ambronay est couverte407.

222Outre la défense contre les traits et le bombardement des ennemis, les toitures et les volets des fenêtres protègent les défenseurs des intempéries et des courants d’air. En effet, à l’instar des salles inférieures réservées aux nobles, la guérite des tours a également une fonction résidentielle. Sans doute, la faiblesse des effectifs courants fait qu’un seul soldat ou guetteur y réside, de même que certaines guérites sont vides de tout occupant en temps de répit ou de trêve. Les châteaux de Treffort et de Pont-d’Ain ont chacun sept tours de flanquement et on a vu qu’un effectif normal était de cinq personnes en plus du châtelain, ce qui laisse deux tours au moins sans résident.

223En période de guerre, pour défendre les châteaux menacés, les effectifs gonflent et les guérites garnies de plusieurs clients trouvent alors toute leur fonction résidentielle. La présence de latrines à ce niveau des défenses en est une preuve. Les toitures des tours n’ont pas forcément besoin d’adapter leur charpente aux toits des latrines ou des échiffes, car celles-ci, en dehors des murs, ne dépassent pas le sommet du parapet. Il suffit d’un prolongement du toit ou d’un coyau pour les couvrir.

Les portes fortifiées

224Les portes des châteaux sont, à l’évidence, le moyen de faire communiquer le châtelain et la garnison avec l’extérieur et inversement. Ces ouvertures sont nécessaires à la vie, à l'organisation et à la défense même des châteaux et bâties, mais elles génèrent, en même temps, un affaiblissement du système défensif puisqu’elles ouvrent un passage dans ce que l’on s’est employé à enfermer. Cet affaiblissement est compensé par une augmentation des moyens de défense et par une recherche d’éléments architecturaux spécifiques afin que le contrôle et l’interdiction des passages soient efficaces.

225Ainsi la fortification des portes des châteaux comme celles des villes et des bourgs ne se limitent pas à un simple système de fermeture dans les murailles. Elle s’étend bien en avant de la porte par des constructions avancées, des passages compliqués et indirects. Au-dessus de la porte ou à proximité, des tours en assurent la sécurité. L’ensemble fait partie intégrante de la défense des entrées.

226En retour, les difficultés recherchées et voulues entravent les communications courantes et la possibilité d’une contre-attaque des défenseurs en cas de siège. Comme il est dangereux d’ouvrir les portes en période de menaces ennemies tout autant qu’en période de répit parce que l’on craint alors la trahison et que le faible effectif de la garnison ne permet pas de contrôler efficacement les passages, les portes principales des châteaux restent fermées la plupart du temps.

  • 408 A.D.C.O., B 9581, compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322 ; P. Catt (...)
  • 409 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 13, 1298-1299. Cf. aus (...)

227Il existe donc, à proximité de la grande porte, une autre ouverture beaucoup plus étroite que les comptes appellent guichet408 et d’autres nommées poternes (posterla - minor porta - parvum adventum) percées à l’opposé de la porte principale ou dans une partie bien protégée de l’enceinte. Les comptes disent qu’elles sont derrière le château409. Ces petites portes beaucoup plus faciles à contrôler servent à l’essentiel des circulations courantes entre le château et l’extérieur. Elles tiennent également un rôle dans la défense du château en cas de siège pour soutenir une sortie des défenseurs.

• Les grandes portes

  • 410 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 3, 1297-1298.

228Les portes principales des châteaux sont appelées grande porte ou première porte du château par les comptes. Elles sont exclusivement ouvertes dans la partie de l’enceinte qui enferme la basse-cour (recept) où se dressent les bâtiments des réserves et ceux à usage domestique. L’ouverture dans les murs se présente toujours sous la forme d’un arc de pierre posé sur des pieds-droits en pierre de taille. Cette disposition est appliquée sans aucune exception à tous les châteaux et bâties des régions de l’étude, que la muraille soit en pierre ou en brique comme à Bagé et à Saint-Trivier410, que l’ouverture se tienne dans une courtine ou dans une tour.

229Les comptes ne donnent jamais les mesures de l'ouverture. La destruction des châteaux a fait disparaître les vestiges, quant à la conservation d'une porte à l’endroit où se trouvait celle d’origine dans les châteaux encore habités comme Pont-d’Ain ; elle ne permet pas de proposer des dimensions précises. Il n’y a que la porte de la bâtie des Allymes qui soit conservée, mais elle avait un usage uniquement piétonnier et ne saurait donc être représentative d’un ensemble.

  • 411 J. Miquel, L'architecture militaire dans le Rouergue, op. cit., p. 258.
  • 412 A. Salamagne, Construire au Moyen-Age, les fortifications de Douai, Paris 2001, p. 27.

230Néanmoins, elle représente un exemple significatif de la faible largeur des portes en général et on peut penser, à partir de cet exemple, sans doute extrême, que les grandes portes n’étaient guère plus larges que l'empattement d’un chariot à deux roues, ce qui donnerait un espace de trois mètres au plus entre les piedsdroits. Cette étroitesse cherche à ne pas offrir aux assaillants la possibilité de se ruer en masse à l’intérieur du château. Ces considérations entraînent logiquement des mesures identiques en d’autres régions, comme le Rouergue par exemple411 ou à Douai pour les portes de saint Eloi et d’Arras412.

231Sans que l’on puisse établir une étude exhaustive et absolument certaine pour toutes les grandes portes des châteaux et bâties, trois types se distinguent à la lecture des comptes et à la vérification in situ, quand elle est possible.

• Les portes simples ouvertes dans d’une courtine

  • 413 P. Cattin, « Billiat... », 1317-1318, 1320-1321, 1352-1353, op. cit., p. 60, 98, 264, 270 ; « Remen (...)
  • 414 A.D.C.O., B 9706, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, peau 1, 1275-1276.
  • 415 Ibid., B 9712, 13e compte, peau 4, 1328-1329.

232C’est un dispositif que l’on ne retrouve que dans deux fortifications dont on remarque qu'elles sont de petite taille : les bâties de Billiat et de Remens. Certes, des échiffes sont accrochées en encorbellement aux angles de la courtine, mais on ne peut pas dire que ces portes soient véritablement encadrées. A ces défenses s’ajoute une autre échijfe faisant bretèche au-dessus de la porte413 et un chemin de ronde court au sommet de la muraille. C’est un procédé d’ouverture et de défense qui est également utilisé dans de nombreux châteaux au début de leur construction. La grande porte du château de Saint-MartinleChâtel n’est, en 1276, qu’une simple ouverture surmontée d’une échiffe414. Elle est modifiée en 1334 par la construction d'une tour par laquelle on entre dans le château415.

233Le deuxième type est fait d’une ou deux tours quadrangulaires encadrant la porte et recouvre huit exemples : Bourg-en-Bresse, Pont d’Ain, Saint-Germain, ChâtillonsurChalaronne, Jasseron dont la porte est bordée par deux tours non flanquantes, Saint-Rambert, Ambronay et la bâtie des Allymes, toutes trois établies contre la grande tour.

  • 416 Ibid., B 6702, Compte de la châtellenie d’Ambronay, 3e compte, peau 10, 1353-1353 ; ibid.. B 9587, (...)

234L’ouverture de la porte est pratiquée dans la courtine et à l’instar des simples portes, elle est surmontée d'une échiffe formant bretèche dans laquelle on accède par le chemin de ronde416. Chaque tour déborde assez largement et tout en flanquant la courtine, elle défend l’accès vers celle-ci.

  • 417 Ibid., B 8057, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 3, 1320-1321.

235L’entrée dans le château de Jasseron est un peu particulière. Il n’y a pas de chemin de ronde ni d'aleria au sommet de la courtine de l’entrée. Une bretèche est néanmoins installée et on peut s’y rendre au moyen d’une échelle417. Mais cette entrée est bordée par deux tours non flanquantes.

236Le troisième type de grandes portes est établi par les tours-portes au travers desquelles passe le chemin d’accès vers l’intérieur du château. J'ai pu établir huit exemples de ce type - Treffort, Saint-Trivier, Pont-d’Ain qui en a cinq dont trois pour la ville, et Saint-Martin-le-Châtel - Ces tour-portes sont flanquantes et de formes quadrangulaires. Une seule, établie au château de Pont-d’Ain, est cylindrique.

  • 418 A.D.C.O., B 9944, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 12, 1303-1304.

237Ce système offre de multiples avantages défensifs : d’abord celui de dominer de haut toute la largeur de la porte et de prendre l’ennemi de face. Les salles situées dans la tour peuvent contenir des espingualles qui ont la capacité de prendre de plein fouet les engins destinés à détruire les portes. La hauteur et le débordement des tours améliorent sensiblement le flanquement de la façade du château et reprennent de manière efficace celui des tours d’angle, comme on peut le voir au château de Treffort ; enfin, le couloir, formé par le passage sous la porte en particulier lorsqu’il est coudé et fermé par une seconde porte, comme dans la tour-porte quadrangulaire du château de Pont d’Ain « par laquelle on va vers la ville », offre un surcroît de défense. Les soldats de la garnison ou les bourgeois des villes pour les tours-portes urbaines ont la possibilité de bombarder les assaillants depuis le premier étage dont le plancher est ouvert pour servir d’assommoir. A cet étage, se trouve le treuil actionnant le pont-levis. Une bretèche en bois placée en encorbellement au sommet de la tour-porte418 permet de battre le pied de la tour et d’interdire la station des ennemis parvenus jusqu'à la porte. A ces considérations défensives s’ajoute le caractère symbolique qui marque de manière très formelle l’entrée dans un site seigneurial par la domination de ceux qui passent sous elles.

  • 419 Ibid., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 4, 1304-1305 ; ibid., B 7563, (...)
  • 420 A.D.C.O., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort,1er compte, peau 3, 1289-1293.
  • 421 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1312-1312, op. cit., t. 1, p. 83 ; « Saint-Rambert... », 1314-1315, o (...)
  • 422 Cf. supra, p. 150,206.
  • 423 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1316-1317, op. cit., t. 2, p. 100.

238Ces tours portes, comme toutes les constructions en maçonnerie des châteaux, ne sont jamais élevées en une seule campagne de travaux et les comptes témoignent souvent des surélévations de leurs murailles419, de l’établissement ultérieur de planchers pour les étages420 et d’une toiture sur la plate-forme sommitale421. On accède aux étages de ces tours par des échelles. La garde des villes est principalement assurée par les bourgeois422 et je ne crois pas que les tours-portes des villes aient une fonction de résidence. Il n’est, en effet, jamais fait mention de latrines ni de cheminées. En revanche, de tels aménagements sont installés dans les tours où un portier demeure en permanence, comme à Pontd’Ain423.

• Les poternes

239Les poternes sont de petites portes dérobées ouvertes en plusieurs points de l’enceinte, dans les recepts et dans le donjon, le plus souvent dans l'angle formé par la jonction d’une tour et d’une courtine. Ainsi, leur approche est contrôlée et défendue par ces deux éléments et surplombée par les hourds ou les échiffes qui sont accrochés au-dessus d’elles. Ces portes sont exclusivement piétonnières et donnent accès sur les fossés et leur contrescarpe, les escarpements naturels ou dans l’espace situé entre les braies et l’enceinte du château. Si on peut les considérer comme secondaires par rapport à la porte principale, elles n’en recouvrent pas moins une importance capitale dans le système défensif.

240En cas de siège, elles offrent le moyen de prendre à revers les assaillants et de soutenir une tentative de sortie depuis la grande porte. Ce procédé est connu et oblige une partie de l’armée d’un siège à s’établir en face d’elles pour contrôler les mouvements de la garnison. De ce fait, la surveillance des poternes diminue la concentration d’hommes au point crucial du siège et diminue d’autant la force des assauts.

  • 424 Ibid., 1311-1312, op. cit., t. 1, p. 80.
  • 425 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 5e compte, peau 21, 1328-1329.

241Indépendamment de leur rôle militaire, les poternes permettent de se rendre directement dans les vignes ou le jardin attenant au château. On peut aussi s’en servir pour y faire entrer des provisions et des matériaux de construction. Cependant leur accès en hauteur est difficile, comme nous l’avons vu plus haut et leurs dimensions sont très restreintes. Une seule fois, les comptes donnent les mesures d’une poterne située comme beaucoup d’autres dans l’enceinte du donjon. Elle est large de 6 pieds (1,88 mètre) et haute de 9 pieds (2,80 mètre)424. Ces mesures correspondent à celles de la poterne qui ouvre le donjon du château de Saint-Germain sur le sentier qui mène vers le vieux bourg. J’ai relevé ici une largeur de deux mètres et une hauteur de trois mètres sous la clé de l’arc brisé de la porte, mesures somme toute assez larges. D’autres châteaux n’ont pas des poternes aussi larges, comme en témoignent les comptes de celle qui s’ouvre au nord, à proximité de la chapelle castrale de Saint-Germain, par laquelle on essaie de faire passer des tonneaux de vin425. Au Château de Saint-André-sur-Suran la poterne du donjon est large de 1,45 m. à Jasseron, la poterne près de la grande tour a une largeur d’à peine plus d’un mètre. La poterne qui fait communiquer la haute cour du château des Allymes au bourg attenant a une largeur de 1,71 m. Elle n’est guère moins large que la porte principale qui ouvre dans le château au pied de la grande tour puisque celle-ci ne mesure qu’l,80 m. de large

  • 426 Ibid.. B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 4, 1304-1305. Cf. aussi P. Ca (...)
  • 427 Ibid., 1325-1325, 1327-1328, p. 143, 158.

242La défense de ces poternes est identique à celle des grandes portes. Outre l’étroitesse du passage, elles sont très souvent bordées d’une tour ou d’un bastion et surmontées d’une bretèche ou échiffe en bois426. Les battants des portes sont composés d’un vantail de bois d’une double épaisseur de planches et fermés par des espars et des serrures. Ces vantaux, exposés aux vents et à la pluie, pourrissent en quelques années et ils sont remplacés régulièrement427.

  • 428 Id., 1324-1325, p. 135 ; « Saint-Rambert... », 1311-1312, op. cit., p. 49.

243L’étroitesse des poternes permet de réaliser un système de fermeture par barres ou entraves de bois qui renforcent la fermeture et la résistance des portes. Ces entraves sont des poutres coulissant dans une gaine pratiquée dans l’épaisseur de la muraille lors de la construction du mur. Elles complètent le système de fermeture des vantaux428. Cela est encore nettement visible dans l’encadrement de la poterne du donjon de Saint-Germain où deux gaines et les encoches dans lesquelles venaient se bloquer les entraves dans le pied-droit opposé illustrent ce système. Le pourrissement des entraves a nécessité leur remplacement, mais il était bien sûr impossible de replacer ces poutres sans ouvrir le mur. Les pieds droits conservent la marque d’une nouvelle encoche faite entre les deux précédentes et d'une autre, entre les gaines, en forme de L inversé dont la petite barre horizontale est taillée en biseau dans l’épaisseur de la pierre. Une extrémité de la nouvelle barre peut ainsi être placée dans l’encoche et l’autre venir s’encastrer par pivotement horizontal dans l’encoche opposée. Quoique la barre soit plus longue que la largeur de la porte, le passage est possible par l’encoche en biseau pratiquée dans l’épaisseur du pied-droit.

  • 429 A.D.C.O. ; B 10148, Compte de la châtellenie deTreffort, 1er compte, peau 4, 1299-1300 ; ibid.. B 9 (...)

244Les poternes qui ouvrent sur les fossés sont équipées d’un petit pont-levis qui permet de rejoindre la partie dormante d’une passerelle429.

• La défense des portes

  • 430 Ibid., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 2, 1325-1325 ; ibid., B 8 (...)
  • 431 Id., « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p. 72, 1335-1336, t. 2, p. 66.
  • 432 A.D.C.O., B 8058, Compte de la châtellenie de Jasseron, 3e compte, peau 4, 1326-1327. Cf. aussi P. (...)
  • 433 Id., « Pont-d’Ain... », 1306-1307, 1309-1310, op. cit., t. 1, p. 54. 69.
  • 434 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-132 ; ibid., (...)
  • 435 A.D.C.O., B 9584, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 4, 1331-1332 ; P. Cattin, « Pont- (...)
  • 436 A.D.C.O., B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 7, 1351-1352.
  • 437 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1321-1322, op. cit., p. 107.
  • 438 Cf. supra, p. 59.

245Les dispositifs de fermeture des portes sont identiques d’un château à l’autre. Ils consistent en deux vantaux de bois respectivement faits d’une double épaisseur de planches430 fixées perpendiculairement l'une à l’autre par de gros clous chevelus431. Ces vantaux exposés au vent et aux intempéries ont une durée de vie assez brève et leur remplacement apparaissent régulièrement parmi les réparations effectuées dans les châteaux432. Le pivotement de ces vantaux se fait par des pentures de fer fixées aux vantaux du côté intérieur et reliées à des gonds scellés au plomb dans les pierres de l’encadrement433. Des espars de fer, des chaînes, des serrures et de gros verrous maintiennent ensemble la fermeture des portes434. Les mécanismes de ces serrures sont fragiles et de ce fait se cassent souvent435. Il arrive parfois que les clés soient perdues436, voire volées et toutes les serrures sont alors à changer437. Il n’est jamais fait mention de herse ni d’appareillage pour les manipuler. Le système de fermeture des portes est donc très simple et n’offre pas une très grande résistance. Il n'y a aucune sophistication dans le système de barrage, ni d’établissement d’un sas par une seconde porte au débouché dans la cour. Cette relative fragilité se retrouve d’ailleurs dans la prise de la maison de Corlier par le comte de Savoie en 1330. Sans doute, il ne s’agit que d’une maison forte dont les défenses avancées sont moindres que celles d’un château : il n’empêche que l'incendie de la porte a suffi pour s’en rendre maître438.

246En avant des portes et formant avec elles un ensemble défensif complet, des ponts et des constructions en pierre contrôlent, autorisent ou interdisent les passages.

  • 439 A.D.C.O., B 6745, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 9, 1304-1305.
  • 440 Ibid., B 6751.1er compte, peau 4, 1313-1314.
  • 441 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de SaintTivier, 15e compte, peau 27, 1299.
  • 442 Ibid., B 6702, Compte de la châtellenie d’Ambronay, 1er compte, peau 3, 1353-1353.
  • 443 B. Mandy, « La « 'barbacane'des Allymes », dans Cahiers René de Lucinge, no 19, 1975, p. 4. 8.
  • 444 A.D.C.O., B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 4, 1351-1352 ; ibid., B (...)
  • 445 A.D.C.O., B 9946, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 5e compte, peau 32, 1322-1313.

247Des ponts de bois permettent de franchir les fossés et les douves pour atteindre, depuis l’extérieur, les grandes portes et les poternes. La largeur des fossés atteint souvent neuf à dix mètres et une grande partie du pont, le pont dormant, est fixe du côté de la contrescarpe. Il est posé sur des séries de chevalets en bois439 ou en brique440 assez hauts car la profondeur des fossés peut atteindre sept mètres441. Les derniers mètres du pont sont un ensemble homogène de poutres et de planches qui forment le tablier d'un pont-levis qui double l'épaisseur des vantaux. La longueur de chaque pont-levis est déterminée par la hauteur de la porte qu'elle dépasse légèrement pour se loger dans une feuillure rectangulaire qui encadre les pieds-droits et la voûte. Les grandes portes ont un pont qui avoisine les cinq mètres de long selon la description qu’en donnent les comptes442, car la feuillure d’encastrement et les fentes par lesquelles passaient les chaînes et les cordes qui permettent de les actionner ont toutes disparues. Hormis, l’entrée de la bâtie des Allymes443, il ne reste aucun vestige des crapaudines à la base des portes ni de mur sur lequel venait se poser le pont, une fois abaissé. Cependant, les comptes parlent souvent des ponts et des multiples réfections de leur tablier ainsi que du changement des pivots, des cordes et des chaînes444. Tous les châteaux, bâties et villes sont équipés de plusieurs pont-levis correspondant à la grande porte et aux poternes445. Les comptes de la châtellenie de Pont-d’Ain parlent de cinq grands pont-levis différents en les situant précisément pour l’ensemble fortifié du château et de la ville. Un pont-levis franchit la tranchée à chacune des deux portes de la ville. Un troisième est actionné depuis le chaffal placé à l’extrémité du pont sur l'Ain, du côté d’Ambronay. Les deux autres donnent respectivement sur la grande porte près de la ville et la porte moyenne du château.

  • 446 Ibid., B 6700. Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 3, 1350-1351.
  • 447 B. Mandy, « La ‘barbacane’ des Allymes », op. cit., p. 3-11.
  • 448 A.D.Côte dor, B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1311-1313.

248Les ponts-levis de la bâtie des Allymes et du château d’Ambronay ont été installés devant la porte446. Aux Allymes, un mur s'appuyant contre l’angle de la grande tour est élevé depuis le fond du fossé et ouvert par une voûte. Il limite une petite esplanade de trois mètres sur quatre faisant sas entre la porte et le pont447. Entourée par un mur, cette esplanade séparait l’entrée même de la bâtie du pontlevis qui ne mesurait pas plus de trois mètres en longueur. Cette courte longueur correspond l’élévation du mur à l’angle de la tour. Dans tous les cas, le dispositif de relevage est assez simple et se limite à un treuil où les cordes et les chaînes s’enroulent autour de l’arbre actionné par deux hommes448. Il rend la remontée du tablier très lente, ce qui est dangereux surtout en période de conflit et, c’est à mon avis, une des raisons de la fermeture quasiment permanente des ponts et des grandes portes des châteaux et du passage plus commode et plus rapide par les guichets et les poternes.

  • 449 La représentation du château et de la ville de Crozet, dans l'Armorial de Revel, témoigne très clai (...)

249Au bord de la contrescarpe et souvent sur le « dos d’âne » qui sépare deux larges fossés en avant des entrées, des constructions fortifiées organisent et défendent l’entrée sur le pont dormant. On appelle barbacane ce genre de construction de forme souvent semi-cylindrique et de faible élévation. La porte de ces constructions est pratiquée sur le bord de la barbacane, à proximité du fossé pour obliger les assaillants à se tenir sous le tir des défenseurs placés sur les murailles des braies. Ainsi, à l’intérieur de la barbacane, le chemin de l’entrée fait un coude pour empêcher tout passage droit et direct vers le pont449.

  • 450 A.D.Côte dor, B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 25, 1342-1346.
  • 451 B. Mandy, « La ‘barbacane’ des Allymes, étude archéologique », dans Cahiers René de Lucinge, no 19, (...)
  • 452 P. Cattin, « Remens... », 1348-1349, op. cit., p. 71.
  • 453 B. Mandy, « La ‘barbacane’ des Allymes », op. cit.
  • 454 P. Cattin, « Les comptes de la châtellenie des Allymes à l’époque dauphinoise », op. cit., p.21.

250Les comptes nomment tourelles rondes (tornella rotonda) ce type de construction située devant des entrées. En réalité, ce dispositif de défense avancée consistait, à la période étudiée, en une tour de faible diamètre (quatre mètres aux Allymes) et de petite hauteur. Le château de Pont-d’Ain450 et les bâtie des Allymes451 et de Remens452 sont les seules fortifications ayant des traces dans les comptes ou dans les ruines de ce type de défenses. L’étroitesse de la tour par laquelle il faut passer prouve, comme aux Allymes, que le passage sur le pont ne peut être que piétonnier ainsi que le démontre B. Mandy453 et que le confirment les comptes dauphinois qui attestent que le ravitaillement de la bâtie se faisait exclusivement à dos d’ânes454.

251La barbacane ou tournelle des Allymes a subit plusieurs transformations qui paraissent avoir été réalisées au-delà de la période étudiée. Elle fut modifiée en barbacane semi-circulaire puis à nouveau reconstruite selon son plan initial. Nous ne connaîtrons peut-être jamais la date des transformations, car il semble bien qu’elles aient été réalisées après l'inféodation de la bâtie en 1354.

252Les autres châteaux de Bresse et de Bugey ne sont certainement pas nus au débouché du pont dormant, mais les comptes sont trop imprécis et les vestiges inexistants pour se permettre d'affirmer qu’il existait des constructions similaires. Sans doute, y avait-il des palissades et des murets que les comptes appellent souvent « charmurs », mais il n’est pas fait mention de toumelle à l’entrée du pont, fors le château de Pont-d’Ain.

Le donjon

  • 455 A.D.C.O., 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1340-1342 ; ibid., B 9581, Compte (...)

253Ainsi que je l’ai déjà dit, le donjon n’est pas une tour plus puissante et plus élevée que les autres, mais un ensemble d’éléments architecturaux aux caractères éminemment symboliques de la puissance seigneuriale, auxquels s’ajoutent des fonctions résidentielles et défensives autour d'un espace que l’on nomme la haute-cour et que les comptes savoyards appellent le pré (pralet) du seigneur, parce qu’il est gazonné455, ou recept du donjon. Les bâtiments qui entourent cet espace sont la tour maîtresse ou grande tour (magna turra), l'aula, les loges et la chapelle castrale. Ces différents édifices sont toujours construits en périphérie de la haute-cour et s’appuient contre les courtines. La chapelle est souvent placée entre basse et haute-cour, à proximité immédiate de l’entrée dans cette dernière.

254Cette partie du château s’emboîte dans l’ensemble de la fortification et son enceinte est le prolongement de celle de la basse-cour. Dans les châteaux construits sur une élévation, elle se situe en position dominante dans le secteur le mieux défendu naturellement, à la pointe de l'éperon. Dans les zones de plaine où c’est une rivière qui assure la protection naturelle, le donjon est toujours placé au bord de celle-ci et jamais le long des fossés creusés et remplis d’eau qui rejoignent la rivière pour isoler l’ensemble du château.

La structure architecturale du donjon

255Le donjon est conçu, du point de vue défensif, comme une structure à part entière séparée de la basse-cour par une muraille aussi puissante que celle qui défend le château. Un fossé est creusé en avant de cette muraille comme par exemple à Saint-Germain où le donjon ne domine pas la basse-cour de très haut. En d’autres châteaux, comme ceux de Jasseron ou de Pont-d'Ain, le terrain sur lequel se situe donjon se différencie de celui de la basse-cour par une importante différence de niveau. A Pont-d'Ain, la pente est retaillée et épaulée par un mur de soutènement qui se prolonge en hauteur autant que les courtines extérieures. Le donjon est donc pensé comme indépendant du reste des fortifications tout en y étant accolé, assurant ainsi le prolongement et l’homogénéité de l'ensemble défensif.

256L’emprise au sol des donjons est, dans la plupart des cas, de forme assez régulière. Les concepteurs ont toujours tenté, malgré les difficultés topographiques, d’obtenir un espace quadrangulaire régulier plus facile à défendre et dans lequel il est plus aisé de construire des bâtiments. Les recherches de régularité spatiale et formelle ne sont pas l’expression d’une culture castrale spécifique au comté de Savoie puisque ces châteaux ont été construits bien avant l’arrivée des comtes dans la région. L’expérience, l’habitude et surtout l’aisance et le confort qui découlent logiquement de ce type de plan en ont assuré la pérennité dans la région depuis le début du XIIIe siècle, sans considération de culture politique. Au château de Pont-d’Ain, les grands travaux de terrassements effectués pour donner une forme rectangulaire et un sol plat à la cour du donjon, répondent davantage au besoin de confort et de logique spatiale qu’à l’application d’un concept unifié.

  • 456 P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 80.
  • 457 A.D.C.O., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 4, 1305-1306.
  • 458 Ibid., B 8058, 1er compte, peau 3, 1323-1325.

257Du point de vue architectural, le donjon est conçu et défendu sur le même principe que le château lui-même et les systèmes d’entrée y sont identiques. Une grande porte ouvre sur le recept et une ou deux poternes donnent sur l’extérieur. Les portes sont inscrites dans une tour-porte quadrangulaire au sommet d’un chemin en pente comme aux châteaux de Pont-d’Ain456 ou de Jasseron457. En d’autres châteaux comme ceux de Saint-Germain et Saint-Rambert, la grande porte est ouverte à proximité de la grande tour dans la muraille qui sépare le donjon de la basse-cour et il faut emprunter un pont-levis pour y pénétrer. Une échiffe en bois est installée au-dessus du passage458.

  • 459 Ibid., B 9584, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 4, 1331-1332.

258Les poternes sont établies et défendues de la même manière. Celles qui donnent sur les fossés ou les douves sont équipées d'un petit pontlevis et dans les bretèches qui les dominent sont installées des espingualles459. Les vantaux sont composés de deux épaisseurs de planches renforcées par les gros clous qui les fixent entre elles. Des barres, des espars, des serrures et des verrous assurent la fermeture de ces portes et poternes.

259L’ensemble architectural du donjon est pensé et conçu comme la fermeture d’un espace au moyen de courtines flanquées de tours dont l’une est la plus haute et la plus puissante de celles construites dans le château. La conception globale du donjon ne diffère guère, dans ses formes, de celles de l’enceinte qui entoure la basse-cour, mais l’espace clos est plus réduit et l’ensemble des bâtiments recouvre des fonctions résidentielles et symboliques.

La grande tour

260Les grandes tours ou tours maîtresses pour employer un mot plus représentatif de l’expression symbolique du pouvoir et du commandement défensif qu’elles recouvrent, sont d’un point de vue formel assez proches des tours de flanquement de l’enceinte. Les différences qui les caractérisent résident dans les fonctions et le statut qu’elles occupent au sein du complexe architectural et dans la vie du château. Bien sûr, elles sont plus hautes et souvent leur emprise au sol est plus grande que celle des autres tours, ce qui est déjà un moyen de les distinguer comme telles et explique aussi, pour une part, le terme de grandes tours.

261Les tours maîtresses relèvent de trois principes conceptuels. Elles ont des fonctions militaires et défensives augmentées de la surveillance des alentours. Elles sont aussi des lieux de résidence, certes souvent provisoire, mais avec suffisamment d’aménagements pour influencer l’organisation et les circulations internes. Enfin, elles sont porteuses de l’expression symbolique de la puissance seigneuriale par leur hauteur, leur force et les marques ostentatoires extérieures. Le programme architectural des grandes tours est donc établi sur ces trois éléments et même si, pour certains châteaux, les constructions qui s’ajoutent ou se perfectionnent à l’intérieur du donjon en modifient l’usage, le nom et l’esprit initial des espaces intérieurs et de la tour en général, demeurent.

• Les concepts et les structures architecturales des grandes tours

262Toutes les grandes tours font partie de l’enceinte et ont une fonction de flanquement des courtines du donjon. Il n’existe pas d’exemple de grande tour en position centrale dans la haute-cour, ni isolée de l’enceinte comme certaines tours maîtresses philippiennes. (Dourdan, Lillebonne, Vernon, Rouen).

263Trois grandes tours parmi la vingtaine de châteaux et bâties sur lesquels s’appuie cette étude sont élevées à la jonction de la courtine qui sépare la bassecour du donjon et de l’enceinte extérieure. Ce sont les châteaux de SaintRambert, Pont-d’Ain et la bâtie des Allymes. Je ne crois pas que la proximité géographique de ces fortifications explique cette disposition similaire. Je serai plutôt enclin à penser que la faible étendue de l'enceinte et, de ce fait, le petit nombre de tours de flanquement déterminent le choix de cette implantation qui permet à la grande tour de défendre à la fois l’enceinte et les deux cours. Le château de Saint-Germain est certes plus vaste, mais les parois abruptes au pied des murailles le dispense d’être flanqué de nombreuses tours. Son donjon ne contient, en plus de la grande tour, qu'une petite tour carrée. On a vu plus haut que les courtines sont d’ailleurs très peu élevées sur toute la partie qui borde le précipice du côté de l’Albarine.

264Quelle que soit la position de la grande tour sur l’enceinte, celle-ci est toujours située sur le point culminant du site. Dans le château de Saint-Germain, elle se dresse au plus haut du fond du promontoire, la haute-cour, en arrière, est en pente douce en direction du vieux bourg. Dans les châteaux de plaine comme ceux de Saint-Trivier et de Saint-Martin-le-Châtel, la position de la tour maîtresse n’est pas aussi facilement reconnaissable, car aucun vestige ne demeure et les comptes ne sont pas assez précis. Il n’en reste pas moins, qu’à l'instar des autres châteaux et malgré une plus grande régularité du plan général de leur enceinte, elles sont toujours intégrées à cette dernière et en flanquent les courtines. Le passage de l'aula à la chambre du comte dans la grande tour par les alérias des courtines du château de Saint-Trivier en est une illustration.

265La plupart des tours maîtresses débordent largement de part et d’autre des courtines et assurent leur flanquement sur le côté extérieur. Ce qui reste du pied de la grande tour du château de Pont-d'Ain, de la courtine qui la joignait et du fossé en avant de celles-ci en donne un clair exemple. Comme la tour neuve, sa voisine, elle a ses fondations dans le fossé et déborde de 2,65 mètres en avant de la courtine. La grande tour quadrangulaire du château de Châtillon-surChalaronne déborde presque sur toute sa largeur à l’extérieur et sa façade dans la cour intérieure est quasiment dans le prolongement de celles des courtines. Les vestiges des murailles adjacentes à la grande tour d’Ambronay fournissent un autre exemple.

  • 460 A.D.C.O., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, peau 4. 1305-1306.
  • 461 Ibid., B 8050, peau 5, 1304-1305 ; ibid., B 8051, 1er compte, peau 6, 1305-1306.
  • 462 Ibid., B 6747, Compte de la châtellenie de Bagé, 2e compte, peau 4, 1307-1308.

266Il n’y a que dans les châteaux de Saint-Rambert et de Saint-Germain que les grandes tours s’élèvent dans le prolongement des courtines. On peut considérer aussi la grande tour de Jasseron comme non flanquante, mais il n’en a pas toujours été ainsi, car il est flagrant que les courtines qui s’appuient contre elles ont été réalisées devant de plus anciennes, au cours d’une campagne de travaux destinée à agrandir la haute-cour. Le collage des maçonneries est absolument évident. A l’origine, la porte au premier étage donnait sur le chemin de ronde. A la suite du déplacement des courtines, il fallait un escalier ou une échelle pour y accéder460. Par ailleurs, on ne comprend pas pourquoi cette grande tour serait en forme de fer à cheval si, dès le début des constructions, il n’était pas prévu qu'elle déborde les courtines. A mon avis, ces travaux ont été réalisés en 1305 parce que les comptes témoignent, à cette époque, de la fabrication d’un grand raffour, de la pose d’espars et des gonds à l’étroite poterne qui s’ouvre dans la courtine, à deux mètres à peine de la grande tour et de la fabrication d'aliours en claies sur les courtines461. Ces travaux importants sont vérifiés, cette année là, par le bailli de Bagé462.

267La position des tours maîtresses placées sur le bord extrême des éléments naturels, au fond d’un promontoire ou au bord d’un cours d’eau, à l’opposé de la porte d’entrée, donne à penser que celles-ci servent d’ultime refuge. Il est probable que cette conception a fait partie du programme de défense, mais elle s’est également appliquée pour deux autres principes du programme architectural :

  • La volonté d’exprimer la puissance seigneuriale et le marquage du territoire. Elle est satisfaite par cette position qui confère aux grandes tours une allure impressionnante et majestueuse lorsqu’elles sont vues de loin et du fond de la vallée.

  • La position en bordure de l’enceinte, au ras des éléments naturels, est aussi une composante du programme résidentiel. Les fenêtres encadrées de coussièges aux étages les plus élevés offrent une vue sur la campagne environnante plus agréable et plus changeante que celle de la haute-cour et des courtines du château.

  • 463 D. De Raemy, ORBe, « La tour ronde du château », op. cit., p. 187.
  • 464 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1324-1325, op. cit.. p. 125.

268Sans être absolue, la forme quadrangulaire des tours maîtresses est nettement majoritaire. Les châteaux sont anciens et n’ont pas subi l’influence française ni celle de la Savoie où des tours maîtresses de plan circulaire apparaissent vers 1230-1235, dans les châteaux d’Orbe et d’Yverdon, dans le pays de Vaud463. Les grandes tours des châteaux de Bresse et du Bugey s’apparentent au système de défense des tours carrées « romanes ». Ce n’est pas pour autant un archaïsme, cette forme répétée correspond à des considérations architectoniques et conceptuelles logiques. Les mesures au sol sont variables et dépendent de l’ancienneté et de la puissance que l’on veut donner au château. La grande tour du château de Saint-Rambert est un carré de seulement quatre toises de côté464 soit 7, 50 mètres environ. La modestie des mesures de cette tour par rapport à celles des autres châteaux ou bâties vient, à mon avis, du programme architectural établi par les moines de Saint-Rambert à l’époque de la construction. Le château fut sans doute conçu comme un lieu de refuge plutôt que comme une forteresse. Par ailleurs, l’exiguïté du terrain sur lequel il est implanté ne permettait guère d’y construire une tour de grande emprise.

269Dans les autres châteaux, les mesures sont nettement plus importantes. Les fondations de la grande tour de Pont-d’Ain montrent un plan de onze mètres par douze. La grande tour d’Ambronay, encore en élévation, est de 13 mètres par 16 mètres de côté, sans tenir compte du puissant talus de pierre d’une épaisseur de deux mètres à la base. La grande tour de la bâtie des Allymes possède approximativement les mêmes mesures. Les comptes sont muets quant à l’emprise au sol des autres grandes tours. Comme il n’en reste rien de nos jours, il nous est impossible d’en proposer les mesures. Néanmoins, il n’est pas interdit de penser qu’elles avaient sensiblement la même taille que celles de Pont-d’Ain, Ambronay ou les Allymes.

  • 465 « La bastie de Luisandre », dans Cahiers René de Lucinge, no 24, Ambérieu-en-Bugey, 1982-1983, p. 2 (...)

270Cinq autres fortifications ont une tour maîtresse de plan différent. A Jasseron, la grande tour est en fer à cheval et son emprise au sol est assez réduite : 7,50 mètres hors-tout pour le mur droit de fermeture, sur le côté intérieur du château. L’épaisseur des murs est d’une toise à la base, ce qui détermine, à ce niveau, une surface interne de 38,45 mètres carrés. La tour maîtresse du petit château de Saint-André est circulaire. Son diamètre intérieur n’est que de 6,20 mètres avec une épaisseur de mur d’une toise et demie. La surface n’est donc que de 30 mètres carrés. Les grandes tours de Bagé et de Treffort étaient cylindrique elle aussi, mais on ne saurait en restituer les mesures, car il n’en reste rien et les comptes ne donnent aucune indication. L’unique tour en maçonnerie de la bâtie de Luisandre est, selon les relevés effectués par B. Mandy465, de plan polygonal irrégulier aux angles coupés par des pans de murs de différentes longueurs. Des quatre murs principaux de cette tour, deux mesurent 5,50 mètres, un autre est légèrement plus grand et atteint six mètres. Le plus long, à l'intérieur de la bâtie, est de sept mètres.

  • 466 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 7, peau 4. 1318-1319.
  • 467 L. Blondel, op. cit., p. 34-35.
  • 468 P. Cattin, « Billiat... », 1367-1368, op. cit., p. 311.
  • 469 Ch. Dormoy, « L’expertise dendrochronologique du donjon de Loches (Indre-etLoire) : des données fon (...)

271L’épaisseur des murs de toutes ces tours est sensiblement identique et avoisine les six pieds. C’est ce que j’ai relevé sur les fondations de la grande tour de Pont-d’Ain, dans les murs des grandes tours de Châtillon-sur-Chalaronne, de Saint-André-en-Revermont et d’Ambronay où les comptes signalent aussi cette épaisseur466. C’est une épaisseur souvent assez proche que L. Blondel a relevé dans beaucoup de grandes tours pour son étude des tours circulaires au temps de Pierre II467. Les murs de la grande tour de Billiat sont chaînés dans les angles avec des poteaux de bois468. C’est une pratique qui n'est pas originale et que l’on retrouve dans des châteaux beaucoup plus anciens comme la grande tour de Loches469.

272Il est impossible de proposer des hauteurs pour ces tours maîtresses. Une très grande partie d’entre elles a disparu, celles de Saint-André et de Châtillon-surChalaronne sont arasées au niveau du deuxième étage. Il ne reste que les grandes tours de Jasseron, d'Ambronay et des Allymes qui de nos jours s’élèvent jusqu'à ce qui semblent avoir été leur hauteur à l’époque, c’est à dire 28 mètres environ. On ne peut, avec ces trois exemples, affirmer qu’une hauteur sensiblement identique caractérisait toutes les grandes tours savoyardes de Bresse et du Bugey.

  • 470 A.D.C.O., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 5, 1305-1306.
  • 471 L. Blondel, op. cit., p. 14, 16, 18.
  • 472 J-.O. Guilhot, « Le château de Trévoux », dans Châteaux médiévaux en Rhône-Alpes, op. cit.. p. 22.

273Cependant, c’est la hauteur que l’on donne à des tours maîtresses après surélévation comme celle de Jasseron, qui a été remontée au-dessus des anciens créneaux préalablement comblés, comme le montre encore très bien le parement extérieur de cette tour. Les comptes de 1305 témoignent aussi de la construction de la guérite de cette grande tour470. Ainsi on peut supposer que cette grande tour qui n'avait que deux étages à l’origine a été surélevée malgré sa faible emprise au sol pour atteindre la hauteur que l’on considère comme nécessaire à ce genre de construction. C’est une hauteur que l’on retrouve dans les tours circulaires étudiées par L. Blondel471 en d’autres régions et dans les grandes tours de châteaux ayant appartenu à d’autres seigneurs dont certains étaient ennemis des comtes de Savoie. Par exemple, la tour octogonale de Trévoux, édifiée par le sire de Thoire-Villars, s’élevait également à 28 mètres de haut472. On considère donc que cette hauteur est celle que doivent avoir les tours maîtresses pour se défendre de haut, exprimer de loin l’emprise territoriale et la puissance des seigneurs. Il y aurait peut-être une convention alliant de manière traditionnelle, la technique à la culture.

  • 473 Ibid., « Le château d'Ambérieux », dans Châteaux médiévaux en Rhône-Alpes, Lyon, 1990, p. 23.

274Malgré tout, cette hauteur n’est pas générale. Il semble que dans le cas des constructions en briques, l’élévation soit moins importante. Sans doute à cause de la très grande quantité de matériaux nécessaires, il apparaît que la hauteur de ces tours de briques ne dépasse pas vingt mètres. Le château d’Ambérieux-enDombes en est un exemple473.

  • 474 A.D.C.O., B 9952, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 9, 1353-1354 ; ibid., (...)

275Les grandes tours contiennent quatre à cinq niveaux. Les étages reposent suides poutres et des planchers pour la grande majorité d’entre eux. Quatre châteaux, mais il y en avait peut-être davantage, ont un ou deux étages posés sur une voûte d’arêtes. Les comptes témoignent que les grandes tours de Saint-Trivier, SaintGermain et Treffort avaient leur premier étage couvert par une voûte474. La grande tour de la bâtie des Allymes possède deux sols voûtés à calotte surbaissée.

  • 475 P. Cattin. « Pont-d’Ain... », 1336-1338, op. cit. t. 2, p. 75, 85.

276Les poutres des deux premiers étages sont toujours posées dans des trous de boulins. Cela donne une maçonnerie d’égale épaisseur jusqu’à 10 mètres de hauteur environ. Cette disposition permet de ne pas affaiblir les murs, autant pour mieux résister aux chocs des projectiles ennemis que pour assurer la stabilité de la tour et soutenir le poids des niveaux supérieurs. C’est une constante qui se vérifie in situ sur les tours de Jasseron, les Allymes, Ambronay et dans les comptes des châteaux dont il n’y a pas de restes archéologiques. A Pont-d’Ain, l’information nous est donnée à l’occasion du remplacement des poutres du premier étage. Il faut ouvrir le mur à l’endroit où se trouvent les trous pour y faire passer les poutres neuves et y fixer, par la même occasion, des corbeaux de pierre qui doivent éviter ce genre d’inconvénient ultérieurement. Les trous sont ensuite rebouchés475. Pour les niveaux supérieurs, les poutres sont posées sur des retraits de maçonnerie.

• Les accès et les circulations internes

  • 476 A.D.C.O., B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 7, 1314-1316.

277Il y a généralement deux niveaux d’accès par l’extérieur. L’un se fait à hauteur du deuxième étage, par les courtines comme pour les tours flanquantes de l’enceinte. On aboutit dans une salle que l’on nomme souvent la chambre du seigneur. L’accès n’est pas direct et il faut emprunter un pont-levis comme à Teffort476, à Jasseron avant 1305, aux Allymes.

  • 477 Ibid., B 9545. Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 14, 1306-1307.
  • 478 Ibid.. B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 5, 1317-1319.

278Les modifications apportées aux courtines quant à leur hauteur entraînent logiquement des changements dans les niveaux d’accès des grandes tours. Ainsi à Saint-Trivier, à la surélévation de la courtine, entre la grande salle et la tour maîtresse, correspond la remontée des galeries de bois qui, outre la défense du mur, assure la communication entre les deux bâtiments. A partir de 1305, on entre dans la tour par la chambre du comte, au deuxième étage où une porte neuve est ouverte dans le mur tandis que l’on obstrue l’ancienne, à l’étage inférieur477. Il arrive, comme à Ambronay que les courtines accolées à la grande tour ne sont pas de même hauteur. Ainsi, les portes donnant sur les courtines desservent des étages différents. Une porte trilobée ouvre au premier étage de la tour d’Ambronay sur la courtine occidentale dans laquelle est percée la porte du château. Une autre porte au deuxième étage ouvre sur une courtine beaucoup plus haute faisant face aux positions dauphinoises478.

  • 479 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1305-1306, op. cit., t. 1, p. 42 ; « Saint-Rambert... », 1302-1303, 1 (...)

279La salle du premier étage des grandes tours est, malgré son espace réduit et son faible éclairage, la salle d’apparat dans laquelle s’exprime la puissance et la richesse du seigneur qui y rend la justice, reçoit ses visiteurs, réunit son conseil. On accède à cette salle par un escalier indépendant fait en bois le long de la muraille, à l’extérieur de la tour et menant sur un perron également en bois précédant l’entrée. Cet escalier est rapidement et facilement démontable en cas de danger pour ne pas offrir aux assaillants le moyen d’entrer dans la tour maîtresse. Toutes ces portes sont faites de deux épaisseurs de planches équipées de serrures, verrous, chaînes et espars de fer, à l’instar de toutes les portes dans les châteaux479.

280La circulation interne d’un étage à l’autre se fait par des échelles et des escaliers de bois, plus rarement en maçonnerie. Mais ces trois systèmes peuvent cohabiter dans la même tour comme à la bâtie des Allymes. Dans cette tour, on accède au premier niveau par une échelle ou un escalier de bois extérieur. Puis on arrive au deuxième étage par les courtines et pour aller sur la plate-forme sommitale il faut, depuis ce niveau, monter par une échelle jusqu’à une porte située à la base des nervures de la voûte, pour emprunter un étroit escalier pratiqué dans l’épaisseur de la muraille.

  • 480 A.D.C.O., B 9585, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1333-1334.

281Les comptes utilisent les mots scala et gradus sans qu’il nous soit possible de savoir s’il s’agit d’escaliers ou de simples échelles. Pour en être certain, il faut que les comptes nous donnent une description que ceux de la châtellenie d’Ambronay sont les seuls à fournir. Les marches sont faites de claies fixées sur des boulins enfoncés et scellés dans le mur480.

• Les espaces intérieurs

282Les fonctions d’apparat et de résidence se situent au premier et au deuxième étage. Le rez-de-chaussée est aveugle et sert pour garder les provisions ou les prisonniers. Chaque niveau a donc un usage spécifique qui est pourtant en étroite relation pratique et symbolique avec les deux autres.

  • 481 Ibid., B 10154. Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 7, 1321-1322.
  • 482 E. Sirot-Chalmin, « Châteaux de montagne aux XIIIe et XIVe siècle », op. cit., p. 124.

283Le rez-de-chaussée n’est accessible que par une trappe percée dans le plancher du premier étage481. Ce réduit se nomme suturnus ou larderius lorsqu’il sert de réserve et raterius quand on s’en sert de lieu d’incarcération. En cela il n’y a guère de différences avec les tours de flanquement. Il ne semble pas qu’il y ait une spécificité absolue quant à la fonction de réserve et d’incarcération de cet espace. Il est utilisé alternativement pour l’un ou l’autre cas, selon les besoins. Les entraves de fer que l’on fixe dans les murs pour tenir les prisonniers enchaînés482 pourraient démontrer que l'on peut avoir en même temps un condamné et des réserves de nourriture dans un autre coin de la salle-basse. En effet, il n’y a pas vraiment la nécessité d’attacher quelqu’un dans une salle vide d’où il est impossible de s’évader.

  • 483 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1321-1321, op. cit., p. 104.
  • 484 A.D.C.O., B 9035, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, 1er compte, peau 5, 1353-1354.
  • 485 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1335-1335, op. cit., p. 178.

284Il arrive que des prisonniers ou des otages de haut rang soient ramenés au château. Le comte interdit de les enchaîner, eu égard à leur condition sociale. Ainsi les 26 otages délivrés par le châtelain dauphinois de Saint-Germain durant le siège du château sont libres de leurs gestes dans le château de SaintRambert483. On les installe parfois, toujours en considération de leur rang, dans la salle de la grande tour ou dans la chapelle du château d’où ils s’échappent par les latrines484 ou plus simplement par la fenêtre485.

  • 486 Ibid., « Saint-Rambert... », 1302-1303, 1304-1305, 1314-1315, op. cit, . p. 26, 34, 63 ; « Billiat. (...)

285Il faut noter que le rez-de-chaussée des grandes tours ne sert de prison que dans les châteaux assez étendus, ayant plusieurs tours dans lesquelles peuvent être entreposées des provisions. Lorsqu’il n’y a qu’une petite tour en plus de la tour maîtresse, comme à Saint-Rambert ou seulement la grande tour comme à Billiat, une prison de bois et de pierre est construite dans l’enceinte de la hautecour486, car il est plus important d'utiliser l’espace sous la grande tour pour mettre les réserves à l’abri que de s’en servir comme ratier.

  • 487 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 6, 1297-1298.
  • 488 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1327-1328, op. cit., t. 1, p. 144.
  • 489 A.D.C.O., B 8058, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 4, 1323-1325.

286La fonction de réserve finit par s’imposer et des portes sont ouvertes au niveau de la cour pour faciliter le passage des denrées. C’est ainsi que la salle basse des tours maîtresses devient parfois un cellier dans lequel on entrepose le vin487. Dans le château de Pont-d’Ain, elle est transformée, pendant un temps, en écurie après avoir servi de cellier durant plusieurs décennies488. La fonction de prison demeure parfois comme par exemple à Jasseron489.

287Dans les deux usages, prison ou réserve, la salle basse des grandes tours est en relation avec la salle du premier étage que les comptes nomme la salle ou l'aula. Dans cette salle, le seigneur siège avec son conseil, il y rend la justice, il y reçoit ses vassaux et ses alliés, il les nourrit. Cette salle dans laquelle s’exerce le pouvoir et le droit de punir domine l’espace où sont enfermés ceux qui sont placés sous la contrainte seigneuriale. Le caractère formel de la situation se double d'un symbole fort et évident. En tant que cellier, la salle basse fournit le vin et les vivres à la table dressée à l’étage supérieur.

  • 490 Ibid., B 6741, compte de la chatellenie de bage, 1er compte, peau 3, 1297-1298 ; Ibid., B 9952, Com (...)
  • 491 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322.

288Les caractères résidentiels se développent principalement dans la salle au premier étage et dans la chambre du seigneur au deuxième. Des éléments de confort comme des cheminées, des latrines équipées d’une porte et, dans la chambre parce qu'elle est plus haute, des fenêtres cintrées ou à meneaux dont l'ébrasement est bordée de coussièges490, donnent sur la campagne environnante. Les comptes de la châtellenie de SaintGermain indiquent les mesures de deux fenêtres percées du côté du pralet dans la grande tour du château. Elles sont toutes deux de quatre pieds de hauteur et d’un pied et demi en largeur491. Ces dispositifs se retrouvent dans la plupart des tours maîtresses et on peut encore en voir la trace sur les murs comme au château de Saint-André-en-Revermont, de Pontd’Ain et de Jasseron.

  • 492 L. Philippe, . Les carreaux plombés du château de Treffort et de Saint-MartinleChâtel, Bourg, 1914.
  • 493 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 102.
  • 494 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 5, 1297-1298 ; ibid., B 67 (...)
  • 495 A.D.C.O., B 10173, Compte de la châtellenie de Treffort, 10e compte, peau 10, 1389-1391 ; ibid., B (...)
  • 496 A.D.C.O., B 6807, Compte de la châtellenie de Bagé, peau 4, 1383-1385 ; ibid., B 6818, 1397-1398,
  • 497 P. Duparc, Le comté de Genève, IXe-XVe siècle, Genève, 1955, p. 285-286.

289Comme dans les tours de flanquement, le sol est couvert de terre et de mousse à l’exception des châteaux de Treffort492, de Saint-Martin-le-Châtel et de Pont-d’Ain, où à partir de 1339, on pose un carrelage dans la chambre de la grande tour493. Ces améliorations dans le confort des grandes tours ne compensent pas l’exiguïté des espaces surtout dans les tours de faible emprise au sol comme celles de Jasseron et de Saint-Rambert. Avant l’arrivée des comtes de Savoie, il existe déjà dans le donjon des grands châteaux un corps de logis beaucoup plus spacieux que l’on appelle également aula dans laquelle le seigneur a aussi une chambre. A Pont-d’Ain, cette aula est construite en 1315 et comme ailleurs elle ne remplace pas complètement l’ancienne. Ce qui explique que l’on trouve très souvent dans les comptes les mentions d'aula veteris, de camera veteris, de aula nova et de camera nova494. A l’expression de la puissance seigneuriale que la salle confère à la grande tour s’ajoutent des éléments ostentatoires, visibles de loin, qui indiquent et affirment la maîtrise du comte sur la région et ses habitants. Les toitures des grandes tours ont fort souvent des pommeaux de bois ou de cuivre fixés au sommet du cône que forme la couverture lorsqu’elles sont circulaires ou à la jonction des arêtes de la charpente à quatre pans des tours quadrangulaires495. Il y avait aussi des étendards aux armes de Savoie qui flottaient au vent au sommet des grandes tours496. C’est un élément très important dans la symbolique du pouvoir seigneurial. Il n’est qu’à voir les conflits que ces manifestations ostentatoires ont engendrés, en 1349, par exemple dans le comté de Genève497.

• La défense des grandes tours

290Si certaines grandes tours sont équipées d’archères au niveau des salles intérieures ainsi qu’on peut en voir dans les grandes tours de Jasseron et des Allymes, celles-ci sont peu nombreuses et à l’instar des tours qui flanquent l’enceinte, la défense des tours maîtresses est essentiellement organisée à partir du dernier niveau, sur une terrasse en plancher recouvert de terre. Elle est souvent surmontée d’une toiture que l’on nomme aussi garita et qui, par extention, désigne l’ensemble de cette plate-forme sommitale.

  • 498 Voir les plans des archères et la coupe de la tour dans J.-F. Genevois, Le château et la seigneurie (...)

291Une archère est pratiquée au premier étage dans l’axe de la tour à Jasseron, à gauche de la porte. L’ébrasement de plan triangulaire est couverte d'une voussure en plein-cintre. Une autre archère est pratiquée à l’étage supérieur sur la façade droite de la tour, du côté de la cour. L’ébrasement se trouve à l'intérieur d’une grande niche cintrée. Ces deux archères sont hautes d’environ 75 centimètres. Au 3e étage, du côté intérieur, le mur est encore percé d’une archère située au niveau des créneaux remplis pour la surélévation498.

  • 499 Cf. supra, p. 244.

292Le premier étage de la grande tour des Allymes est éclairé par deux archères respectivement ouvertes à proximité des angles sud-est et sud-ouest. Par leur position à la jonction des murailles de la tour, les ébrasements sont asymétriques, c’est-à-dire que seul un côté est taillé en biseau dans l’épaisseur du mur499. Néanmoins, la disposition de chacune d’elle permet de diriger la lumière au centre de la salle. Un coussiège en pierre borde le côté en biais des ébrasements. Ces fenêtres sont identiques à celle de la tour « dans laquelle sont des latrines » du château de Pontd'Ain.

  • 500 Cf. supra, p. 221-222, 248.

293La terrasse des grandes tours est bordée par un haut parapet percé de créneaux ou de fenêtres. Ces ouvertures sont toujours fermées par des mantelets de bois identiques en tout à ceux des courtines et des tours de l’enceinte500. La tour des Allymes avait trois créneaux sur chaque face. Ceux du milieu ont été bouchés, mais la trace de chacun est encore nettement visible sur le parement externe du mur. La grande tour d’Ambronay avait trois fenêtres dans le mur de façade vers l’entrée, les autres n’en avaient que deux. Ces fenêtres ont été remaniées et agrandies jusqu’au ras du plancher à une période inconnue. Les comptes ne donnent pas de détails sur la quantité de fenêtres ou de créneaux au sommet des tours maîtresses et on doit se contenter des rares éléments encore en place. Cependant, la longueur des murs permet de proposer, à l’instar des Allymes et d’Ambronay, un nombre de deux à trois ouvertures par façade. Ce qui détermine des merlons de trois mètres environ pour une grande tour de douze mètres de côté, comme par exemple celle de Pont-d’Ain.

  • 501 A.D.C.O., B 9585, Compte de la châtellenie de Saint-Germain.2e compte, peau 4. 1333-1333. Cf. aussi (...)
  • 502 Id., « Saint-Rambert... ». 13261327, op. cit., p. 138.
  • 503 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 22, 1340-1342. Cf. aussi, P. Cattin, (...)

294Une distance sensiblement égale à celle des tours et des courtines sépare les créneaux et limite les possibilités d’intervention dans cet intervalle. La présence de hourds en bois, accrochés en encorbellement sur toute la périphérie de la tour est absolument générale pour toutes les grandes tours501 et vient compenser cet inconvénient. A cet encorbellement s’ajoutent souvent des latrines en bois posées sur des corbeaux de pierre502. La structure des charpentes des toits est sans doute la même que celle des tours de l’enceinte et leur forme est également déterminée par le plan de la tour. La couverture est le plus souvent en bardeaux, mais il arrive que certaines grandes tours soient protégées par des ardoises, comme à Ambronay ou par des tuiles comme à Saint-Rambert503.

295La toiture de la tour maîtresse du château de Jasseron ne paraît pas avoir été remontée quand les murailles de celle-ci ont été surélevées. Le nouveau chemin de ronde devait donc dominer la partie basse de la toiture dans l’espace intérieur de ce niveau. La jonction de la charpente et de la couverture avec les murs se faisait en dessous du parapet crénelé comme le montrent les gargouilles encore visibles sur le parement du mur.

  • 504 A.D.C.O., B 9387, Compte de la châtellenie de Rossillon, 1er compte, peau 3, 1315-1318.
  • 505 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 66.
  • 506 Id., « Billiat... », 1318-1319, op. cit., p. 77. ; « Saint-Rambert. » 1324-1325, op. cit., p. 123 ; (...)
  • 507 A.D.C.O., B 10153, Compte de la châtellenie de Treffort.1er compte, peau 5, 1316-1317 ; ibid., B 95 (...)

296Une construction, généralement en bois, renforcée par des ferrures, se dresse dans un angle de la terrasse sommitale504. La grande tour de Pont-d’Ain avait deux tournelles à son sommet505, mais c’est un exemple unique. Cette sorte d’échiffe est une petite tour que les comptes appellent tornella, gaytia. Elle sert de tour de guet et sa position en face des terres ennemies fait faire un décrochement à la toiture. Dans les châteaux placés près de la zone des conflits, une trompette ou une corne d’appel y est déposée à demeure pour que l’on puisse immédiatement sonner l'alerte. C'est ce qui explique son nom de bayeta ou baeta, parfois utilisée pour la nommer506. A cette construction et à la trompe qui y est installée correspond un guetteur qui sait s’en servir car ce n’est pas si facile de souffler fort dans ce genre d’instrument. Son salaire, à la fin des comptes, est bien distinct de celui des simples guetteurs507.

  • 508 A.D.C.O., B 6688, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 3, 1336-1337.
  • 509 Infra, p. 307-308.

297Je n’ai relevé qu’un seul exemple de bayette ou baete en pierre sur l’ensemble des grandes tours. Elle remplace au sommet de la grande tour d'Ambronay une autre tournelle plus ancienne qui était en bois. Elle est de forme carrée et chaque côté mesure une toise en longueur. Deux murs seulement sont entièrement construits, les deux autres sont en partie formés par l’angle du parapet. Huit toises linéaires sont réalisées au total. Le parapet est surélevé d’une toise de chaque côté de l’angle et les deux murs qui ferment la tourelle contiennent chacun trois toises superposées508. Ici ne s’applique sûrement pas la hauteur standardisée des toises linéaires509, car la tournelle aurait eu une hauteur de presque douze mètres. Tout au plus, elle devait s'élever de deux ou trois mètres au-dessus du parapet soit environ quatre mètres au-dessus du plancher de la plate-forme. Un cadre de porte cintré permet d’y entrer et, sans doute, on monte au sommet au moyen d’une échelle. Elle est couverte de tuiles.

  • 510 J. Miquel, « La forteresse royale de Najac et les châteaux rouergats », dans Revue du Rouergue, no  (...)

298Sa hauteur est identique à celles que pouvaient atteindre les autres baetes en bois de Bresse et de Bugey et que l’on retrouve en pierre dans de nombreux châteaux d’autres régions où elles sont conservées. Par exemple, à Najac dans l’Aveyron, à Château-Guillaume dans l’Indre ou encore à Morlanne dans les Pyrénées-Atlantiques510.

L'aula ou grande salle

299La grande salle, que les comptes appellent aula ou magna sala, est l’élément principal de l’habitation, de l’apparat et de l’exercice du pouvoir dans un château. Ce terme recouvre une double réalité. Celle du bâtiment lui-même, formant un volume architectural à part entière dans la haute-cour et l’espace intérieur, très grand et très haut, où s’expriment le pouvoir et la puissance (justice-apparat) du comte, nettement différencié des autres espaces résidentiels faisant partie intégrante du bâtiment comme les chambres, la chapelle, les cuisines, la bouteillerie et la paneterie.

  • 511 A.D.C.O., B 9710, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 6e compte, peau 12, 1317-1319
  • 512 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1315-1316, op. cit., t. 1, p. 94.

300Quoique la plupart des châteaux de cette étude aient été construits avant l’arrivée des comtes de Savoie et que l'aula de chacun d’eux fût déjà présente dans l’espace castral, les réparations de ce grand bâtiment ne sont réalisées qu’une fois que le château est à nouveau capable de se défendre. Au château de Saint-Martinle-Châtel l’édification d'une grande salle apparaît en 1318 alors que la construction du château a commencé en 1275-1276511. En attendant, la grande salle de la tour maîtresse remplit les fonctions d’apparat et d’exercice du pouvoir. Le château de Pont-d’Ain est le seul, de nos jours, à avoir conservé sa grande salle. Elle est très remaniée, mais sa structure générale et son emprise au sol sont celles qu’elle avait lors de sa construction en 1315, soit environ seize ans après le début des travaux du château512. L'Aula n’existe que dans les châteaux, les bâties en sont dépourvues, ce qui illustre bien le caractère essentiellement militaire de ces fortifications.

• La structure architecturale des grandes salles

  • 513 P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1318-1319, op. cit., t. 1, p. 104.

301La grande salle est toujours construite dans le donjon, appuyée contre une courtine entre une tour et la grande tour ou dans un angle formé par des courtines comme à Jasseron. Elles se situent le plus souvent en face de l’entrée, du côté des escarpements ou des autres défenses naturelles. Elle a la forme en plan d’un vaste rectangle dont les grands côtés s’étirent sur plusieurs dizaines de mètres. 60 mètres à Treffort, 57 mètres à Pont-d’Ain. L'aula du château de Saint-Trivier est nettement plus réduite en taille. Elle n’existe plus et les comptes ne donnent pas ses mesures, mais à partir des informations connues de Pont-d’Ain, on peut en proposer les mesures. L’aula de Pont-d’Ain est d’une longueur intérieure de 53 mètres et le plancher est supporté par 24 poutres513, ce qui donne une distance de 2,20 mètres environ, d’axe en axe, entre les poutres. La poutraison de l'aula de Saint-Trivier se compose de 15 poutres. En appliquant une distance entre ces poutres égale à celle de Pont-d’Ain, on obtient une longueur intérieure d’une trentaine de mètres. En longueur, l'aula du château de Saint-Trivier devait mesurer environ 35 mètres. Pour garder un caractère majestueux à la salle de SaintTrivier, on n’y a pas fractionné l’espace pour établir une chambre, ce qui explique que la chambre du comte reste celle de la grande tour et qu'il faut s’y rendre par les aleria des courtines. La grande salle du château de Jasseron était sans doute une des plus petites puisque qu’elle ne mesurait que 17,50 mètres en longueur.

  • 514 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 15e compte, peau 27, 1299-1299.
  • 515 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., t. 2, p. 78-80.

302Les murs latéraux des aule sont nettement moins importants et leur longueur est d’environ douze mètres. Cette longeur n’est en rien normalisée ni conventionnelle, elle correspond seulement à la longueur des poutres dont on peut disposer pour l’établissement du plancher et des entraits de la charpente. Cette largeur se vérifie in situ dans les vestiges de l'aula de Jasseron, dans celle de Pont-d’Ain et dans ce qu’en disent les comptes. Par exemple, les poutres du plancher de l'aula de Saint-Trivier ont une longueur de six toises, soit 11,50 mètres environ514. Ces dimensions correspondent à celles que J. Mesqui a relevées dans de nombreux châteaux et palais. Cependant, il ne faut pas confondre les mesures « hors tout » des bâtiments que je propose avec celles sensiblement égales qui constituent seulement l’espace d’apparat des salles citées dans ses exemples515. Les différences correspondent à la puissance du prince et le comte de Savoie ne saurait rivaliser avec le roi de France. La hauteur des maçonneries correspond à celle des courtines contre lesquelles elles sont construites, c’est-à-dire entre de dix et douze mètres, ce qui est sensiblement celle qu’atteint l'aula de Pont-d’Ain, de nos jours.

  • 516 P. Cattin, « Pontd’Ain... », 1318-1319, op. cit., t. 1, p. 103.

303Les grandes salles étant pour la plupart construites avant l’établissement de la châtellenie, les comptes ne témoignent pas des travaux importants pour le gros œuvre. De ce fait, on ne connaît pas l’épaisseur des murs. Le faible nombre de vestiges encore visibles ne permet pas de donner une idée globale de leur force. On peut seulement s’appuyer sur l'aula de Pont-d'Ain, où j’ai relevé une épaisseur de 1,25 mètre qui correspond aux quatre pieds dont parlent les comptes de la châtellenie516. Le mur de l'aula de Jasseron, du côté de la cour, est totalement ruiné et les fondations disparaissent sous un amas de pierres. Cependant, on peut proposer une épaisseur sensiblement identique à celle de Pont-d’Ain, compte tenu que la courtine contre laquelle elle s’appuie n’est large que de 1,90 mètre et que le grand mur parallèle ne pouvait qu’être moins épais. Il faudrait dégager les pierres qui proviennent de l’écroulement de la grande tour et de l'aula elle-même pour connaître les mesures de celle du château de Saint-Germain. En général, le mur du côté de la cour semble garder la même épaisseur de la base au sommet. Il est aussi épais que les courtines (1,35 m.) et doit fournir un espace suffisant pour la circulation à son sommet.

304Les poutres du plancher reposent dans des trous de boulins pratiqués dans le mur lors de sa construction, tandis que des corbeaux de pierres sont fixés dans la courtine, comme à Pont-d’Ain ou sur un retrait de la maçonnerie, comme à Jasseron. Ces deux systèmes permettent de remplacer les poutres sans trop de difficulté.

  • 517 Ibid., 1319-1320. p. 108.

305Les grandes salles ne contiennent qu’un seul et très vaste étage toujours posé sur un plancher reposant sur deux volées de poutres dont une extrémité est posée sur un mur de refend élevé dans la partie basse du bâtiment. Les deux longs espaces formés de part et d’autre du mur de refend sont subdivisés en plusieurs salles par des murs ou des voûtes destinés à soutenir le poids des cloisons de séparation et des cheminées élevées contre celles-ci à l’étage supérieur517.

  • 518 A.D.C.O., B 9522, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 3e compte, peau 9, 1308-131 (...)
  • 519 Ibid., B 9388, Compte de la châtellenie de Rossillon, 1er compte, peau 3, 1319-1321.
  • 520 A.D.C.O., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 17, 1322-1323.

306Nous ne connaîtrons sans doute jamais la structure exacte des charpentes. On peut seulement affirmer qu’elles étaient en bâtière grâce aux murs pignons dont parlent les comptes. La charpente était sans doute composée de fermes triangulées avec de grands entraits qui ont déterminé la largeur du bâtiment. Ils reposent sur des sablières placées au sommet des murs. Un poinçon vertical et des contrefiches soutiennent les arbalétriers. La pente des toits est assez prononcée, ce qui n’empêche pas de réaliser les couvertures en tuiles. Le manque de stabilité et d’accroche des tuiles entraîne leur déplacement, leur envol et leur chute au moindre coup de vent. Comme pour les autres toitures en bardeaux dont la durée d’usage est courte, un entretien et des réfections permanentes et parfois complètes sont à faire, comme en 1310 pour le toit de l'aula du château de SaintAndré qui a été entièrement détruit518. Les fuites d'eau ont également entraîné le pourrissement du plancher de la grande salle et de la chambre du comte dans le château de Rossillon519. Les surfaces de toiture sont impressionnantes et il faut, pour chaque réparation, plusieurs journées de travail à différents ouvriers520.

  • 521 A. Kersuzan, « La construction du château et de l’enceinte urbaine de Pont-d’Ain », op. cit., p 53.
  • 522 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1307-1308, 1324-1325, 1335-1335, op. cit., p. 39, 124, 177.
  • 523 Id., « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 58.
  • 524 A.D.C.O., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 8, 1324-1325.

307La guerre et ses exigences financières font que, pendant plusieurs années, l’entretien des couvertures est abandonné. C’est ainsi que les fuites d’eau, les infiltrations ont complètement détruit les pignons, fissuré les murs, et tout l’intérieur de l'aula de Pont-d'Ain est pourri en 1334521. La vétusté des couvertures et des planchers dans les grandes salles est souvent évoquée dans les textes. A SaintRambert, on place des étais pour soutenir le plancher pourri de la grande salle, on refait les lambris qui couvrent la charpente et le bas des murs522. La nouvelle couverture de Pont-d’Ain est faite de bardeaux523, ce qui laisse à penser que la pente des toits est tout aussi forte, mais que les fuites d’eau ont été moins nombreuses parce que la couverture, à défaut d’être plus solide, ne s’est pas envolée. Les tuiles de l'aula du château de Treffort sont aussi remplacées par des bardeaux en 1325524.

  • 525 P. Cattin, « Billiat... », 1339-1340, op. cit., p. 201.
  • 526 Id., « Pont-d’Ain... », 1323-1324, 1325-1325, op. cit., t. l, p. 129, 143 ; ibid., 1331-1332, t. 2, (...)
  • 527 A.D.C.O., B 9280, Compte de la châtellenie de Pont-de-Veyle, 1er compte, peau 6, 1325-1326.
  • 528 Ibid., B 9946. Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 17, 1308-1309 ; ibid., B (...)

308Il est certain qu’à Pont-d’Ain, la nouvelle toiture fut remontée, puisqu’elle couvre alors, les chemins de ronde et les hourds avec de grands coyaux, ce qui n’était pas le cas auparavant. Avant ces modifications, la partie basse de la toiture était encadrée par les murs et le chemin de ronde comme pour la grande tour du château de Jasseron et pour celle de Billiat525. Les comptes du château de Pontd’Ain déclarent que l’eau des toits devait normalement s’évacuer par un conduit percé au travers du mur et par des gargouilles de pierre. Mais des débris de tuiles, de mortier et de mousse obstruent les conduits et l’eau stagne avant de s’infiltrer dans les maçonneries où, sous l’action du gel, se font « de grandes crevasses dans les jointures des pierres »526. Le même problème se pose dans d’autres châteaux comme celui de Pont-de-Veyle, par exemple527. Sur le bord de fuite de la nouvelle toiture de l'aula de Pont-d’Ain, des gouttières de bois courent le long des forgets pour éviter le ruissellement le long de la façade et pour que le pied du mur ne soit pas inondé528. Cette eau est canalisée dans des chêneaux et va remplir les citernes d’eau qui équipent les châteaux élevés sur un piton rocheux.

  • 529 A.D.C.O., B 6773, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 5, 1348-1349.

309Pour les châteaux de la Bresse, l’eau est tirée d’un puits, on rejette donc directement l’eau des toits dans les fossés529.

• Les accès et les circulations internes

  • 530 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 55, 58.

310Plusieurs accès différents permettent d’entrer dans l'aula. Une porte assez large est ouverte au ras du sol de la haute-cour et donne accès aux diverses salles qui composent le rez-de-chaussée. Celui-ci est parfois légèrement excavé et quelques marches d’escaliers sont construites entre deux poutres de bois qui permettent de faire rouler les tonneaux de vin. Les fonctions de ce rez-de-chaussée se multiplient et changent avec le temps. Ainsi, c’est d’abord une vaste écurie au château de Pont-d’Ain couplée avec un cellier et un lardier530, jusqu’à ce que l'aula soit entièrement refaite et que l’on y intègre, en 1335, une cuisine, un cellier, une paneterie, une chambre dite basse et qu’on y supprime l’écurie.

  • 531 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 17, 1301-1302 ; ibid., (...)

311La grande salle d’apparat et les pièces privées dans lesquelles vivent le seigneur et sa famille sont toutes situées à l’étage. On y pénètre, comme pour les tours, par une porte donnant sur le chemin de ronde des courtines. Dans tous les châteaux, c’est une constante qui donne au comte, à ses familiers et ses serviteurs un accès direct et rapide aux autres bâtiments de la forteresse. Mais on entre principalement dans la grande salle par un long escalier droit qui longe avec adextrement le grand mur du côté de la cour pour aboutir au sommet sur un perron couvert qui prépare et organise l’entrée dans la salle du seigneur531. Cet escalier est une disposition immuable, car il n’existe pas la moindre exception dans tous les châteaux étudiés.

  • 532 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 8, 1300-1301. Cf. auss (...)
  • 533 A.D.C.O., B 8057, Compte de la châtellenie de Jasseron, 6e compte, peau 24, 1323-1323.
  • 534 P. Cattin, « Pontd’Ain... », 1319-1320, op. cit., t. 1, p. 108.
  • 535 A.D.C.O., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 7, 1324-1325.
  • 536 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 15, 1301-1302 ; ibid., (...)

312Cet escalier est souvent en bois, du moins à l’origine532, car parfois on le remplace par des marches de pierre533. Cependant, il arrive qu’il soit réalisé ainsi dès sa construction, comme par exemple à Pont-d’Ain534. Les marches sont toujours larges et nombreuses parce qu’il ne convient pas de monter vers le seigneur dans un escalier étroit et court, mais par une ascension impressionnante et solennelle où de grands personnages se tiennent peut-être déjà sur les marches. Au château de Treffort, les degrés ont un pied et demi de large, soit 2, 80 mètres et la montée se développe sur quatre toises, c’est-à-dire 7,50 mètres535. Ces escaliers sont toujours couverts d’un auvent et cloisonnés par des planches de bois du côté du vide536.

• Résidence et apparat

  • 537 Ibid., 1335-1336, t. 2, p. 57, 62.

313Le rez-de-chaussée des aule est composé de plusieurs pièces qui servent de réserves. Il y a un cellier dans lequel est entreposé une partie du vin conservé dans le château, un lardier avec de grands saloirs où les quartiers des porcs que l’on a abattus en hiver sont conservés toute l’année. Parfois, comme à Pont-d’Ain, il y a une paneterie dans laquelle sont entreposés les pains du seigneur537.

314A partir de 1335, le rez-de-chaussée de l'aula de Pont-d’Ain contient une cuisine éclairée par deux fenêtres avec une vaste cheminée construite contre le mur pignon. Un grand cintre de pierre est appliqué contre ce mur par-dessus le manteau de la cheminée pour soutenir une autre cheminée établie à l’étage. C’est une conception permanente que la superposition des foyers, car elle permet l’utilisation d’une même maçonnerie pour les conduits de fumée. Tout le rez-dechaussée est donc utilisé à des fins culinaires avec la cuisine qui est contiguë à plusieurs pièces dans lesquelles est conservée une partie des victuailles. La proximité de cette cuisine avec la grande salle du premier étage et la chambre du comte rend le service plus pratique.

  • 538 E. Sirot-Chalmin, « Châteaux de montagne », op. cit., p. 124.
  • 539 P. Cattin, « Pontd’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 55.

315Même si, pour des raisons de sécurité, on évite souvent de placer les cuisines dans l’environnement immédiat des bâtiments, à cause du risque d’incendie dans ce genre de pièce où brûle un feu permanent, l’installation d’une seconde cuisine dans la partie résidentielle du château n’est pas rare. Les châteaux d’Annecy, Clermont, Chaumont ont eux aussi une cuisine sous l'aula538. Pour Pont-d’Ain, cette disposition s’explique par l’importance résidentielle du château qui reçoit systématiquement la visite du comte et de sa cour lorsque celui-ci s’en vient en Bresse ou qu’il retourne en Savoie. A côté des salles du rez-de-chaussée dévolues à la conservation et à la préparation des aliments, une chambre pour le comte, appelée chambre basse du seigneur, est aménagée dans les aule de grande dimension539. Cette chambre basse semble avoir une véritable importance eu égard à son confort. Elle est éclairée par une fenêtre et elle peut être chauffée. Sous ce nom de chambre basse du seigneur dans le château de Pont-d’Ain, se cache peut-être une séparation officielle des lieux de résidence du comte et de son fils héritier dans ce château. Le comte de Savoie réside dans la partie haute de l'aula, tandis que son fils héritier a ses appartements dans la partie basse.

  • 540 Ibid., 1336-1338. p. 81.
  • 541 Ibid., 1335-1336. p. 69.
  • 542 A.D.C.O.. B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 16, 1301-1302 ; ibid., (...)
  • 543 P. Deschamps et M. Thibout, La peinture murale en France - Le début de l’époque gothique, Paris, 19 (...)
  • 544 A.D.C.O., B 9712, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 3e compte, peau 12, 1328-1329
  • 545 C. Fernex de Mongex et D. Richard, Peintures médiévales de Cruet, Barberaz, 1990.
  • 546 V. Alegre, L'art roman dans la région albigeoise, Toulouse, 1978 ; E. Rossignol, « La tour Palmata (...)

316L’élément principal de l'aula est la grande salle qui, à l’étage, occupe la majeure partie de l’espace. Elle est très haute car il n’y a pas d’autres étages ni de plafond qui masqueraient la charpente. Ainsi du plancher de la salle au faîtage de la toiture, la hauteur peut s’élever à une dizaine de mètres. La charpente est entièrement lambrissée à l’intérieur ce qui lui donne un aspect soigné et permet de limiter les fuites d’eau. La grandeur de cette pièce et sa hauteur lui confèrent une grande majesté. Pour les mêmes raisons, les murs de cette salle sont enduits de plâtre et peints de motifs décoratifs. Maître Georges, peintre de Lyon, est chargé de réaliser les figures dans l'aula de Pont-d’Ain et de les peindre ensuite. Avec son valet, il dessine d’abord les motifs à partir d’une certaine hauteur sur les murs puisqu’il se sert d’un échafaudage540 et que souvent la partie basse des murs est couverte par des lambris. Il a fallu sans doute attendre que le comte s’exprime sur le choix des thèmes et leurs représentations, avant que le peintre effectue la coloration des décors, comme semblent le suggérer les deux salaires nettement différenciés dans les comptes541. L'aula des autres châteaux est pareillement décorée ainsi qu’à Saint-Trivier ou de Pont-de-Veyle dont les comptes précisent aussi les deux opérations distinctes dans la réalisation du décor542. On ne connaît rien de ces peintures murales, mais on peut logiquement penser qu'à l’instar de celles que l’on peut encore voir dans l'aula de certains châteaux543, elles se composaient d'une suite de scènes historiées représentant des épisodes de chasse ou de guerre, ponctuées d’emblèmes héraldiques. Il n’y a que pour l'aula du château de SaintMartin-le-Châtel qu’un compte nous parle du caractère historié des peintures murales544. Elles sont bordées à leur sommet par un bandeau de figures géométriques. Ainsi les peintures contemporaines dans la grande salle du château savoyard de la Rive à Cruet545 peuvent donner une idée de ce que pouvait être le décor des châteaux de Bresse et de Bugey. Ces peintures restaurées sont désormais visibles au Musée Savoisien de Chambéry. Des décorations représentant des thèmes identiques existent également en d’autres régions comme dans la tour Palmata à Gaillac, dans le Tarn546, la tour Ferrande de Pernes-les-Fontaines.

  • 547 A.D.C.O., B 9280, Compte de la châtellenie de Pont-de-Veyle, 3e compte, peau 10, 1327-1328.
  • 548 Ibid., B 9035, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 6, 1353-1354.
  • 549 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 61.

317Au décor des murs eux-mêmes peut se rajouter l’accrochage d'armes, d’écus et d’étendards comme à Pont-de-Veyle en 1326, à l’occasion du passage du comte Edouard lors de son retour des Flandres547. C’est pour accrocher des étendards·548 ou des tapisseries que l’on suspend des perches dans la grande salle du château de Pont-d’Ain549.

  • 550 A.D.C.O., B 10150, Compte de la châtellenie de Treffort, 3e compte, peau 3, 13061307.
  • 551 P. Cattin, « Pontd’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 102.
  • 552 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 2e compte, peau 5, 1350-1351.

318Le sol de la grande salle est, dans un premier temps, toujours recouvert de terre et de mousse. Ce n’est qu’après quelques années, à l’occasion de la réfection du plancher que ce dernier est recouvert de carrelage en terre cuite. A Treffort, on achète à la carronerie de Meillonas 25 000 carreaux de céramique décorés à l’oxyde de plomb pour en paver la grande salle en 1305550. Cette opération fait suite aux réparations importantes effectuées dans le château après les dégâts commis durant la guerre bourguignonne et les attaques du sire de ThoireVillars. La grande salle et la chambre du comte au château de Pont-d’Ain sont couvertes de terre puis carrelées lors de la réfection quasi complète de l'aula en 1338-1340551. La chambre de la grande tour et des tours de flanquement sont également carrelées à cette époque. C’est ainsi que l’on comprend l’achat de 60 000 carreaux de terre cuite à la tuilerie de Seillon, ce qui représente une quantité bien supérieure au carrelage nécessaire pour la grande salle et la chambre du comte. Avec le temps, les poutres prennent de la flèche, les planchers se creusent, le carrelage se décolle et finit par souffler, ce qui oblige le châtelain à faire effectuer des travaux de réparation552.

  • 553 L. Philippe, op. cit..
  • 554 P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1317, op. cit., t. 1, p. 102.
  • 555 E. Cuaz, « Histoire d’une charte », dans Histoire du château de Pont-d’Ain, Lyon, 1892, p. 218-226.

319De nombreux exemples des carreaux de Treffort sont conservés encore de nos jours. Ils présentent un décor de couleur jaune avec des motifs héraldiques et figurés553 assez proches, sans doute, des décors muraux. L’ensemble coloré et historié des murs et du sol témoigne du soin apporté à l’aspect de la salle dans laquelle se déroulent les événements publics les plus importants. Par exemple, le comte de Savoie vient résider pour la première fois dans la grande salle à Pontd’Ain aux environs du 19 février 1320554. C’est à cette occasion qu’il octroie une charte de libertés aux habitants de la ville555.

  • 556 A.D.C.O., B 8058, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 4, 1323-1325.
  • 557 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 13351336, op. cit., t. 2, p. 54-55.

320En ce qui concerne l’éclairage, on remarque que les grandes salles sont très largement ouvertes de fenêtres. Lorsque le comte de Savoie devient acquéreur du Revermont, il fait ouvrir des fenêtres dans les aule trop sombres, comme à Jasseron556. A l’occasion de la reconstruction de l'aula de Pont-d’Ain, outre la réparation des anciennes fenêtres et l’ouverture de nouvelles pour la chambre basse et la cuisine du rez-de-chaussée, plusieurs autres sont réalisées à l’étage557. Les textes précisent rarement leur disposition, mais il semble logique qu’elles se trouvaient dans le mur donnant sur la cour, la courtine contre laquelle l'aula est appuyée ne pouvant être ouverte et affaiblie face à l’ennemi. Seule la salle du château de Jasseron a des fenêtres qui donnent sur l’extérieur. A cet endroit, la muraille prolonge une haute et abrupte falaise, d’où il est impossible de lancer un assaut ni d’installer un engin d’artillerie.

  • 558 A.D.C.O., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 3, 1318-1319.
  • 559 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298 ; ibid.. B 9952, (...)
  • 560 J-.M. Lescuyer-Montdesert et J-.M. Poisson, « Fonction des pièces dans les châteaux bressans au XIV(...)
  • 561 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 108.
  • 562 A.D.C.O., B 7584, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, peau 4, 1356-1358.
  • 563 A.D.C.O., B 9581, Compte du péage de Saint-Germain, 1er compte, peau 1, 1320-1321.

321Les types de ces fenêtres sont assez variées. Des forgets de pierre sont disposés au-dessus afin que l'eau de pluie qui ruisselle sur les murs ne vienne pas détériorer les croisées de bois558. Souvent elles sont bordées de coussièges559. Les fenestrages sont obstrués par du papier huilé peints aux armes du comte et de la comtesse de Savoie560. C'était très certainement ce même genre de papier huilé qui bouchait les fenêtres de l'aula de Pont-d’Ain jusqu’en 1338, date à laquelle il est remplacé par du verre561, ce qui est rarissime, à l’époque définie par cette étude. Cinq verrières sont réalisées dans la chapelle du château de Châtillon-surChalaronne en 1356562. Ainsi le plomb mentionné dans les comptes correspond davantage aux scellements des gonds des volets et des croisées563 qu’aux sertissages des carreaux de vitre.

  • 564 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 57.
  • 565 A. Kersuzan, La construction du château et de l'enceinte urbaine de Pont-d’Ain, op. cit., p. 79.
  • 566 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322.

322Les cheminées sont présentes dans toutes les grandes salles. Dans certaines comme celle de Pont-d’Ain, il y en a deux564. L’une plaquée contre un des murs pignon, la seconde contre la cloison qui sépare la salle de la chambre du seigneur565. C’est un élément primordial du confort, surtout dans ces régions où les hivers sont rigoureux et humides. Les cheminées sont vastes et leur grande taille ajoute au prestige et à l’apparat du lieu. Les comptes emploient indifféremment les mots chaminata ou charforium. On pourrait croire que ces termes correspondent à des systèmes de chauffage différents. De fait, les descriptions données par les textes sur les formes et les systèmes de fonctionnement semblent bien identiques566. Il ne s’agit, à mon avis, que de synonymes.

  • 567 Ibid., B 9954, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 4, 1355-1356.
  • 568 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 55-56.
  • 569 A.D.C.O., B 9583, Compte du péage de Saint-Germain, 2e compte, peau 7, 1324-1325. Cf. aussi P. Catt (...)

323Dans ce lieu de majesté, elles sont généralement en pierre. Les comptes ne donnent jamais leurs dimensions et se contentent, à l’occasion, de préciser qu’elles ont de grands pieds-droits en pierre. Les linteaux sont en bois567, le manteau est parfois en bois, mais le plus souvent, il est en brique. Le conduit et la souche sur le toit sont également en briques568. Le conduit court à l’intérieur des murs pignons ou contre le mur de séparation de la salle et de la chambre du comte. Dans ce cas, les cheminées semblent accolées dos à dos, de part et d’autre du mur. L’élévation nécessaire à la souche pour qu’il y ait un bon tirage est apparemment rarement atteinte et les remontées de souches pour tenter de remédier à l’enfumage chronique de la salle se répètent assez souvent569. Ce problème est général et les textes témoignent de cet inconvénient pour toutes les cheminées.

  • 570 A.D.C.O., B 6752, Compte de la châtellenie de Bagé, peau 3, 1317-1318 ; ibid., B 9583, Compte du pé (...)
  • 571 A.D.C.O., B 9712, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 1er compte, peau 3, 1324-1326

324Les grandes salles sont équipées de latrines placées en encorbellement sur le côté extérieur du château570. On accède à ces latrines, qui sont éclairées et aérées par une ou deux archères, par un petit couloir percé à travers la muraille et closes du côté de la salle par une porte munie d’un système de fermeture. Comme toutes les latrines qui se trouvent dans les châteaux, celles de la salle ont aussi un usage défensif en servant de bretèche en temps de siège. Leurs archères permettent de prendre en enfilade la longue courtine contre laquelle est construite l'aula. Au château de Saint-Martin, les latrines sont d’une exceptionnelle longueur et semblent être conçues comme une véritable bretèche571. Ainsi la fonction militaire est toujours présente et effective dans quelque espace ou bâtiment des châteaux que ce soit.

  • 572 Ibid., B 9387, Compte de la châtellenie de Rossillon, 2e compte, peau 5, 1354-1356 ; ibid., B 6753, (...)
  • 573 Ibid., 1328-1329, t. 2, p. 8.

325La chambre du comte (camera domini) est un élément important de la fonction résidentielle de l'aula. Elle est incluse dans l'aula quand celle-ci est de vastes dimensions et se tient à l’étage. Elle est séparée de la salle proprement dite par une cloison de pierre ou un galandage de pan de bois posé sur de longues sablières572. La chambre n’occupe pas toute la largeur du bâtiment. Elle laisse souvent un espace assez large formant un couloir par lequel on rejoint une galerie couverte, qui accrochée en encorbellement à la courtine, mène vers une tour573 ou le haut d’un escalier construit en bois le long de la courtine. A l’instar du palier couvert qui précède l’entrée dans la grande salle au sommet de l’escalier extérieur, ce couloir a une fonction d’antichambre dans laquelle des personnages attendent d’être introduits auprès du comte.

  • 574 Ibid., 1306-1307. p. 53.
  • 575 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298.
  • 576 Ibid., « Pontd’Ain... », 1335-1336, t. 2, p. 69.
  • 577 A.D.C.O., B 9712, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 6e compte, peau 10, 1333-1334
  • 578 E. Sirot-Chalmin, Le château d’Annecy, Lyon, 1990, p. 58.
  • 579 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 108.

326La chambre comtale s’étend donc sur une partie restreinte de l’étage574. Contrairement à la salle, elle est plafonnée ce qui la rend plus intime, plus confortable et plus chaude. L’espace au-dessus n’est pas laissé vide. A Pont-d’Ain, il est réservé à la garderobe du comte avec une chambre pour le gardien de cette garde robe. En tant que lieu privé d'habitation du comte de Savoie, sa chambre possède des aménagements soignés et des éléments de confort qui sont sans doute identiques dans leurs formes à ceux de la salle. Les textes mentionnent toujours la présence d’une cheminée, de latrines, d’une ou deux fenêtres bordées de coussièges ainsi qu’à Bagé575. Les murs sont enduits de plâtre et peints576 d’un décor dont on ignore souvent les motifs, mais on peut penser qu’étant en rapport avec le caractère privé et intime de la pièce, ils pouvaient être des représentations d’oiseaux comme à Saint-Martin-le-Châtel577, de feuillages et de plantes comme au château d’Annecy578. Comme pour la salle. Pont-d’Ain offre l’unique exemple de vitres dans les fenêtres de la chambre seigneuriale579.

  • 580 Id., « Saint-Rambert... », 1309-1310, op. cit., p. 44.

327Quand elle n’est pas établie dans le bâtiment de l'aula, la chambre du comte se trouve dans un bâtiment mitoyen et communique directement avec la grande salle, comme à Jasseron ou à Saint-Rambert580. A Saint-Trivier, la chambre seigneuriale est dans la grande tour et la jonction se fait par la galerie couverte du chemin de ronde.

  • 581 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1340-1342.
  • 582 Ibid., B 10154, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 5, 1322-1324.

328Dans les deux cas, la chambre du comte comporte des annexes telles qu’une garde robe, une chapelle qui semble être un simple oratoire contigu. La garde robe constitue parfois une véritable pièce, équipée d'une cheminée581, d’une fenêtre582. Ainsi, la camera domini constitue avec ses annexes un véritable appartement quasiment indépendant du reste du château.

• La défense des grandes salles

  • 583 Ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17, 1340-1342.
  • 584 Ibid., B 10153, Compte de la châtellenie de Treffort, 3e compte, peau 15, 1318-1319. Cf. aussi, P. (...)
  • 585 Ibid., B 9280, Compte de la châtellenie de Pont-de-Veyle, 3e compte, peau 21, 1327-1328.
  • 586 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 74.
  • 587 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 6, 1349-1350. Cf. aussi, (...)

329Malgré son caractère éminemment résidentiel et symbolique, l'aula des châteaux est défendue par des éléments architecturaux adéquats qui se situent, comme pour les tours, essentiellement au sommet. Cependant, des exemples rares montrent qu’il pouvait y avoir des archères au niveau de la grande salle comme en témoigne la haute archère qui, dans l’aula de Saint-Germain, donnait sur la basse-cour du château. Il n’y a pas de plate-forme sommitale et la défense se résume en un chemin de ronde qui fait le tour du bâtiment. Du côté extérieur, c’est le chemin de ronde crénelé de la courtine contre laquelle est appuyée l'aula qui assure sa défense. Le sommet du mur gouttereau du côté de la cour est crénelé583 et équipé de corbeaux de pierre sur lesquels repose une galerie de bois. Ce chemin de ronde est uni à celui de la courtine contre laquelle est construite l'aula par une galerie du même genre accrochée en encorbellement sur des corbeaux de pierre dans les deux murs pignons584. De ce fait, tout le pourtour d’une aula est parcouru par une galerie défensive. L'aula de Pont-de-Veyle est garnie d’une échiffe du côté de la chambre et de l’oratoire. On y accède depuis la chambre du seigneur par un escalier en bois585. Cette échiffe n’est peut-être pas uniquement réalisée à des fins défensives et peut servir aussi de balcon pour l’agrément du comte. Sans doute, les nombreuses fenêtres ouvertes sur la cour dont plusieurs sont au rez-de-chaussée, même si elles sont garnies de barreaux586, limitent l’efficacité de la défense. Les créneaux et la galerie ne peuvent de ce côté que ralentir l’avancée des assaillants avec les arbalètes qui sont mises en réserve dans la grande salle587. On peut penser que ces créneaux et cette galerie sont eux aussi une représentation symbolique de la force seigneuriale.

330On se rend compte, finalement, que l'aula des châteaux est conçue sur le modèle de la grande tour. Certes, le caractère résidentiel est nettement favorisé par la grandeur des espaces, leur décoration, le meilleur éclairage et une circulation interne plus facile, mais on y retrouve le même principe d’un rez-de-chaussée servant de réserve, un étage pour la résidence et l’apparat et un troisième niveau pour la défense.

Les loges

331A partir de 1334 et du traité de Chapareillan, les conflits sont moins violents et moins réguliers. Les châteaux perdent un peu de leur rôle militaire et entament un début d’évolution vers une fonction plus résidentielle de leurs structures architecturales. Outre les aménagements des salles dans les tours, leur décoration et les améliorations du confort dans l'aula, des bâtiments entièrement nouveaux que les comptes appellent loges (logias) sont construits dans le donjon des châteaux.

  • 588 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 62.
  • 589 Ibid., p. 61-62.
  • 590 Id., « Saint-Rambert... », 1339-1340, op. cit., p. 189.
  • 591 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 6, 1297-1298.
  • 592 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 12e compte, peau 38, 1299.

332Leur construction consiste en l’élévation d'un mur parallèle à la courtine reliant deux tours ou l'aula à une tour ou à une courtine perpendiculaire. Au château de Pont-d’Ain, deux loges sont crées simultanément de part et d’autre de la grande salle. Un premier mur qui est ensuite crénelé588 joint la grande tour à la grande salle, un second unit cette dernière à la tour neuve589. Au château de Saint-Rambert le même procédé est utilisé entre l'aula et la petite tour quadrangulaire au sud590 et à Treffort, c’est entre la tour hexagonale et la tour du châtelain qu’est construite une loge591. Au château de Saint-Trivier, la loge est édifiée entre l'aula et le mur d’une courtine formant un angle droit dans l’enceinte592. L’espace compris entre la courtine et le nouveau mur forme la loge.

  • 593 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 56.

333Le mur neuf des loges ne s’aligne pas à la façade de la grande salle. Ainsi cette dernière ne disparaît pas dans une longueur immense de mur, mais par son décrochement elle reste pleinement remarquable depuis la cour pour assurer son rôle ostentatoire. Les poutres des planchers de la loge située entre la tour neuve et l’aula de Pont-d’Ain ne mesurent que cinq toises593 de long soit 9,50 mètres alors que l'aula est large de plus de douze mètres. La loge édifiée entre l'aula et la grande tour est donc en décrochement de 5,65 mètres depuis l’angle de la grande salle.

  • 594 Ibid., 1336-1338, t. 2, p. 75.

334Ces loges ont plusieurs étages qui mettent en communication les différents niveaux des tours et de l’aula. Les poutres des planchers s’emboîtent dans des trous de boulins faits dans le nouveau mur et sur un retrait de muraille du côté de la courtine. Ce retrait est obtenu par un collage de maçonnerie peu épaisse contre la courtine, jusqu’à hauteur de la poutraison594.

  • 595 Ibid.
  • 596 E. Sirot-Chalmin, Le Château d’Annecy, op. cit., p. 26 - 56.

335Intérieurement ces loges augmentent sensiblement les espaces de vie du château et modifient complètement la circulation d’un bâtiment à l’autre. On peut se rendre d’une tour à la grande salle par des passages horizontaux ou presque car, les étages des tours ne correspondent pas forcément à ceux de la grande salle. Pour cela, des escaliers rétablissent les différences de niveaux. Ces loges sont aussi de véritables pièces dans lesquelles toute une activité politique, sociale et ludique peut se dérouler. Elles possèdent toute une panoplie d’éléments de confort. Elles sont chauffées et sont éclairées par des fenêtres ayant un caractère décoratif affirmé grâce à des colonnes595. Dans la loge qui relie la grande salle à la tour neuve du château de Pont-d’Ain, une banquette en pierre de taille court le long du mur aveugle de la courtine jusqu’aux escaliers qui mènent à la chambre de la tour neuve. Cette banquette offre les moyens de s’arrêter pour bavarder ou pour attendre d’être reçu par le comte. Ce sont des espaces semi-transitoires agréables qui relient les pièces non moins agréables que sont les chambres dans les tours. C’est une disposition générale que l’on retrouve en d’autres régions et dans d’autres châteaux du comté596.

  • 597 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 12, 1325-1325.
  • 598 Ibid., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 15, 1301-1302.
  • 599 P. Cattin, « Billiat... », 1335-1336, op. cit., p. 182.

336Les châteaux qui n’ont pas beaucoup d’espace résidentiel parce que le nombre de tours est relativement limité, compensent ce manque par l’installation de chambre dans les étages des loges. C’est le cas, par exemple, au château de Saint-Germain597. Pour la même raison, le rez-de-chaussée des loges peut être utilisé comme espace de travail et de réserve dans lesquels sont entreposées des victuailles. C’est ainsi que la paneterie et la cuisine du château de Saint-Trivier sont installées au premier niveau de la loge598. A Billiat, il sert à y entreposer du foin et du bois599.

La chapelle castrale

  • 600 A.D.C.O., B 10149, Compte de la châtelleneie de Treffort.7e compte, peau 3, 1306-1307.
  • 601 A.D.C.O., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 7, 1318-1319.
  • 602 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1334-1335, op. cit., p. 178.

337Les informations concernant les chapelles castrales sont rares dans les comptes. Il n’y a que dans ceux de la châtellenie de Pont-d’Ain qu’une descrip tion relativement précise et fournie nous est donnée. Pour les autres, ce sont des informations ponctuelles qui nous apprennent peu de choses sur leurs structures. Par exemple, la chapelle du château de Treffort est construite devant la porte du château et son chevet est relié par un mur à une tour d'angle600. Le bas des murs de la chapelle castrale de SaintTrivier est lambrissé pour qu’il ne se détériore pas. Elle est bordée d'un petit cloître601. Les comptes de Saint-Rambert ne parlent de la chapelle du château qu’à l’occasion du scellement de barreaux de fer dans les fenêtres. En effet, elle sert de prison après l’incendie du donjon en 1323 et un prisonnier s’en était enfui facilement602.

  • 603 B. Mandy, « Une chapelle du haut MoyenÂge dans le château de SaintGermain à Ambérieu-en-Bugey », da (...)
  • 604 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322.

338Quant aux données archéologiques, elles ne sont pas plus abondantes. Néanmoins, les fouilles effectuées au château de Saint-Germain par B. Mandy en 1973 ont permis d’affirmer que la chapelle castrale n’était qu’un oratoire situé au rez-de-chaussée d’une tour quadrangulaire, sur la place occupée autrefois par une église plus vaste603. Les comptes ne la nomment d’ailleurs que sous la mention de « chambre de la chapelle »604.

  • 605 M. A.C.N. de La Teyssonniere ; Recherches historiques sur le département de l’ain, t. 3, Roanne, 19 (...)

339Avant 1343, il n’existe aucun édifice religieux dans le château de Pontd’Ain, hormis la petite chapelle privée du seigneur dans la grande salle, dont les comptes ne font que mentionner l’existence. Il n’y avait pas davantage d’église dans la ville, car Pont-d’Ain fait partie de la paroisse d’Oussiat et les fidèles devaient se rendre dans cette ville pour assister aux offices. La construction d’une chapelle dans les châteaux vient de la décision testamentaire du comte Aymon (1329-1343) qui voulait que tous les châteaux du comté ayant un revenu annuel égal ou supérieur à 200 livres viennois soient pourvus d’une église et que le jour de la consécration de chacune, on invite jusqu’à l’équivalent de 4000 pauvres605.

  • 606 Supra, p. 13-15.
  • 607 E. de Quinsonas, Matériaux pour servir à l’histoire de Marguerite d’Autriche, Paris, 1860.

340Aymon est mort à Montmélian, le 24 juin 1343. Pourtant la construction de la chapelle du château de Pont-d’Ain avait commencé peu avant. Comme les comptes ne donnent pas le moindre indice pour déterminer le lieu de sa construction, il faut mettre en relation les détails des travaux avec la position de la chapelle peinte sur la fresque du château des Echelles606, à Jujurieux, pour être certain qu’il s’agit bien du même édifice. Cette dernière montre que la chapelle est construite sous un grand bâtiment que l’on peut identifier comme celui des cuisines et de la maréchalerie. Le comte de Quinsonas reprend cette disposition dans le plan qu’il propose du château de Pont-d’Ain607 alors qu’il restaient encore les traces au sol des murs et des contreforts qui épaulaient le chœur. Il ne reste aucune trace archéologique de cette chapelle de nos jours et je pense, à la lumière des descriptions et des plans, qu’elle se trouvait dans le premier recept, appuyée au mur de soutènement de l’escalier d'accès, à côté de la tour portière accolée à la courtine de la haute-cour. La chapelle est orientée, le chœur se trouve donc du côté de la ville et par conséquent l’entrée se fait à partir de la petite esplanade au sommet du chemin fortifié menant du recept au pralet. La position de cette chapelle n’est pas hasardeuse et répond à des considérations politiques, symboliques et militaires.

341La chapelle est réservée à l’usage du seigneur et de sa cour, il est logique qu’elle se trouve à proximité de sa résidence, mais elle présente trop d’emprise au sol pour se trouver dans la haute-cour. La solution la plus simple est de la repousser dans l’espace du recept, mais avec un accès rapide et pratique depuis la grande-salle. Symboliquement sa situation exprime en les mêlant, l’ascension vers les lieux de représentation du pouvoir comtal et celle en direction du pouvoir suprême de Dieu. Enfin, du point de vue militaire, c’est une position que l’on retrouve souvent dans les châteaux-forts. Située dans l’axe des entrées nord et est du château, la chapelle est un moyen de refréner les assauts de l’ennemi en lui faisant courir le risque d’atteindre ce lieu consacré en bombardant les portes du château. Par ailleurs, les défenseurs des portes peuvent y trouver un rapide refuge si ces dernières viennent à céder aux coups des assaillants.

  • 608 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1340-1342 ; ibid., B 9027, peau (...)

342Les comptes sont très précis sur les mesures de cette chapelle608. La longueur est de six toises, soit 11,30 m., la largeur de trois toises soit 5, 65 m. En revanche, on ne sait pas s’il s’agit des mesures internes ou externes. Les murs gouttereaux, élevés perpendiculairement au mur de l'escalier fortifié, sont d’une épaisseur de 2,5 pieds jusqu’à la hauteur standard de 2,5 toises soit 4,70 mètres. Au dessus, l'épaisseur des murs diminue et n’est plus que de 1,5 pied, soit 47 centimètres pour une hauteur également standard de 2,5 toises. Les poutres du plancher de la chapelle sont donc posées sur un retrait de maçonnerie et les comptes le confirment en nommant « sous la poutraison » (infra travaysionem) la partie épaisse du mur et « sur la poutraison » (supra traveyssionem) la partie plus fine. Le sol de la nef est un plancher dont le niveau correspond approximativement à celui de l'esplanade d’entrée dans le pralet. Il n’est pas dit que la partie basse de la chapelle soit ouverte par une porte, mais on peut logiquement le supposer car il serait saugrenu de laisser vide et inutile cet espace.

  • 609 Ibid., p. 125.

343Selon la description des comptes, confirmée par la fresque, les trois murs du chevet sont à pans coupés et déterminent ainsi une forme en demi-hexagone. Quatre contreforts épaulent les angles pour contrebuter la poussée des arcs en pierre tendus dans le chœur. La voûte de la nef, construite à partir d’un gabarit de bois et de claies, est rythmée par trois arcs doubleaux retombant sur des colonnes engagées qui, techniquement, servent de contreforts internes pour supporter la poussée des arcs et liturgiquement pour marquer les différents espaces. Pardessus la voûte, la charpente soutient une toiture couverte de tuiles. La chapelle est éclairée par quatre fenêtres, dont une se trouve dans l’axe de la nef, deux autres plus petites et carrées ouvrent chacun des murs du chevet, enfin une plus grande, avec un meneau se situe du côté méridional609. L’intérieur est équipé d'un lavabo pour le servant, d'un bénitier et d'un lutrin en chêne (letrerii fustei subtilite carpentati).

  • 610 A.D.C.O., B 9027. Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 26, 1342-1346.

344La porte d'entrée est dite double, il faut comprendre, à mon avis, qu'il y a deux vantaux séparés par un trumeau et non une double épaisseur de battants. Audessus, le tympan, finement sculpté en pierre blanche de Choyut, représente la vierge. Il est ourlé d'une frise de feuillage610. Le portail reste très simple et il n’y a pas d’autre décoration. Cette chapelle est terminée en 1344 et les comptes n'en parlent plus que pour indiquer des remplacements de tuiles et de bardeaux, endommagés par le mauvais temps.

345Malgré le manque d’information, il apparaît que les chapelles castrales ne sont jamais situées dans le donjon, mais dans la basse-cour, voire à l’entrée du château comme à Treffort. A l'intérieur de cet espace, elles se trouvent à proximité immédiate d’une porte et servent ainsi à la défense de l’entrée. Cet usage se fait au double point de vue de la défense active et de la défense passive par la culpabilité de l’adversaire à endommager l’édifice sacré.

346On l’a vu pour le château de Pont-d’Ain et cela se vérifie pour les autres châteaux, le triptyque architectural aula/camera/capella n’est pas de mise en Bresse et en Bugey. Les chapelles sont indépendantes de la grande salle et la liaison par des loges ou des galeries n’est apparemment pas souhaitée. La chapelle castrale de Saint-Rambert est logiquement à l’extérieur de la haute-cour, sinon le prisonnier qui y était retenu n’aurait pu quitter le château. Celle de Treffort est encore en usage de nos jours et sa position montre bien qu’elle arrête la progression directe vers l’entrée du château, à l’extrémité du bourg.

347A Jasseron, on ne peut être pleinement affirmatif quant à la position de la chapelle, mais il semble bien qu’elle se soit située à l’entrée de la basse-cour et qu’elle ait formé une partie du couloir d’accès dans ce lieu. Son orientation et la forme de ses fondations tendent à corroborer cette hypothèse. Elle paraît avoir été construite vers 1346, ce qui correspond à la disposition testamentaire du comte Aymon. Elle se situe à l’entrée du second recept, face à la grande porte d’entrée dans le château.

  • 611 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France Médiévale..., op. cit., t. 2, p. 112.

348Cette disposition n’est pas particulière à la région, ni au comté de Savoie et de nombreux exemples fournissent des témoignages de l’indépendance des chapelles dans l’enceinte castrale. J. Mesqui en cite un certain nombre parmi lesquelles, la chapelle du château de Farcheville à Bouville dans l’Essonne, celle de Druyes-les-Belles-Fontaines dans l’Yonne, Villandraut en Gironde611.

349Les chapelles intégrées au bâtiment de la grande salle ou d’une tour ne sont en réalité que des oratoires destinés à l’usage personnel du seigneur comme en témoigne celui du château de Pont-d’Ain ou celui de Saint-Germain.

Les bâtiments à usage domestique

350Tous ces espaces résidentiels et défensifs, ces aménagements visant à donner davantage de confort, une meilleure qualité de vie dans le château et assurer avant tout sa défense et celle, plus générale du patrimoine foncier, humain et politique du comte ne sauraient fonctionner sans une infrastructure technique qui se fixe dans des bâtiments spécifiques et dont les caractères pratiques et fonctionnels assurent la subsistance, l'accueil et l’entretien de la maison du comte.

• Les cuisines

  • 612 P. Cattin, « Pontd’Ain... », 1336-1338, op. cit.. t. 2. p. 84.

351C’est un élément primordial dans la vie quotidienne de la garnison que la préparation des repas et c’en est un autre dans la vie seigneuriale quand on sait l’importance accordée à l’aspect social des festins avec leur solennité, leur faste, leur luxe qui s’établit à partir de plats nombreux, de mets variés, d'une vaisselle richement ouvragée, posée sur des nappes blanches612. Un local est spécialement affecté pour répondre à ces nécessités humaines et sociales ; la cuisine que les comptes nomment coquina. Ce bâtiment est séparé des zones résidentielles et défensives.

352Nous avons vu qu'il existe dans certains grands châteaux une seconde cuisine installée dans la partie basse de l'aula. Ces cuisines sont nouvelles et ne suppriment pas l'existence ni ne diminuent la fonction des cuisines établies dans un bâtiment indépendant. Le fonctionnement des deux cuisines est complémentaire : Elles sont ainsi toutes deux en service lorsque le comte et sa cour sont présents dans le château. En revanche, le donjon demeurant vide en dehors de la présence du seigneur, la cuisine séparée de l'aula assure la préparation des repas de la garnison, du châtelain et des ouvriers à qui ce repas est dû par accord dans le contrat de travail. Ce second type de cuisine, qui est d’ailleurs le plus fréquent, est situé dans le donjon pour un château de taille moyenne. C’est dans celui-ci que réside le châtelain et seule l'aula demeure fermée. C’est ainsi que des cuisines sont installées dans les loges, mais plus souvent dans un bâtiment séparé afin de limiter le plus possible les risques d'incendie. Dailleurs, la disposition des édifices au sein du château tient compte, dans la mesure du possible, des éléments naturels comme la prédominance des vents et c'est par rapport à eux que se tiennent les locaux où s’entretient un feu permanent. Malgré ces contraintes, on tâche de ne jamais trop éloigner les cuisines pour d’évidentes raisons de commodité du service. Au château de Pont-d’Ain, le bâtiment des cuisines est construit dans le recept de la haute-cour, à proximité immédiate de l'aula, mais en quinconce par rapport à elle.

  • 613 A.D.C.O., B 6752, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 5, 1315-1316. Cf. aussi, P. Ca (...)
  • 614 Ibid., 1336-1338, p. 91-92.
  • 615 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtelleneie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 15, 1301-1302.
  • 616 Ibid., B 7079, Compte de la châtellenie de Bourg-en-Bresse, 2e compte, peau 8, 1275-1277.
  • 617 Ibid., B 10154, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 5, 1322-1324.

353Ces cuisines font partie d'un vaste bâtiment qui comprend plusieurs espaces ayant chacun un usage spécifique et dont la proximité avec celle-ci facilite les travaux culinaires613. Des pièces destinées au stockage des vivres sont donc mitoyennes des cuisines. Parmi celles-ci se trouve le lardier où sont conservés les viandes et les salaisons. En novembre 1337, on entrepose 109 jambons, 174 longes de porc, un sanglier et même une cuisse d’ours dans celui de Pontd’Ain614. La paneterie et la bouteillerie sont souvent nommées ensemble avec les cuisines, ce qui illustre bien leur association dans le même bâtiment et dans leur usage615. Le cellier rempli souvent les mêmes fonctions que le lardier, mais il en existe dont la vocation est spécifiquement viticole comme à Bourg616, à Jasseron, à Treffort où un pressoir est situé à proximité617. A Jasseron, on peut voir qu'il était légèrement excavé par rapport au sol naturel et aux autres pièces. On y descend par un escalier aux marches de pierre.

  • 618 Ibid., B 9712, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 1er compte, peau 3, 1324-1326.
  • 619 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 65, 74.
  • 620 Ibid., 1336-1338, 1338-1340, p. 87-88, 108-109.

354Dans les châteaux de Saint-Martin-le-Châtel et de Pont-d'Ain, c’est une véritable cave qui est creusée à proximité des cuisines618. A Pont-d'Ain, elle est semi-souterraine et installée au-dessous d’une tour élevée ensuite par le prolongement en hauteur des courtines. On décaisse le sol (crosi ubi fit cava) en profitant de la pente naturelle et du creux profond que cela forme avec les courtines619 pour obtenir un espace rectangulaire que l’on soutient du côté excavé par un gros mur épaulé de contreforts. Une longue voûte couvre cet espace et perpendiculairement à celle-ci l’espace entre chaque contrefort est également surmonté d’une petite voûte. Une archère est percée au fond de la cave, assurant ainsi une excellente ventilation de cet espace souterrain et une bonne conservation pour le vin puisqu'elle se situe au nord. Cette archère donne dans le fossé, à proximité du pont dormant et permet de battre le fond de la tranchée. On descend dans cette cave par un escalier droit très raide, fermé au sommet par une porte ferrée. La cave et l’escalier existent encore de nos jours. La présence de cette cave correspond à l’importance du château de Pont-d’Ain qui est sans doute le plus vaste de ceux étudiés et dans lequel résident régulièrement le comte et le prince héritier. Les coteaux autour du château sont plantés de vignes, mais chaque année le châtelain encave du vin venant des châtellenies voisines, du Lyonnais et même du Mâconnais620 pour répondre aux besoins des nombreuses personnes qui accompagnent les deux princes.

  • 621 Ibid., 1335-1336, p. 52, 62.
  • 622 Id., « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 36.
  • 623 A.D.C.O., B 6778, Compte de la châtellenie de Bagé, 2e compte, peau 7, 1352-1353.
  • 624 Ibid., B 9037, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 2e compte, peau 19, 1342-1346.
  • 625 Ibid., B 9940, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 3, 1283-1284.
  • 626 Ibid., B 9522, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 7e compte, peau 3, 1312-1314. (...)
  • 627 G. Jeanton, Les cheminées sarrasines de la Bresse, Mâcon, 1924.
  • 628 P. Cattin, « Pont-d’Ain... ». 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 81.

355Le bâtiment des cuisines est en pierre comme à Pont-d’Ain621 ou en pans de bois comme à Remens622 ou à Bagé623. Les murs sont enduits d’un torchis à l’intérieur et à l’extérieur624. L'élément essentiel y est bien sûr la cheminée qui est en pierre de taille assez large et haute avec un manteau en brique. Elle est doublée d’un four qui leur est parfois associé comme par exemple à Saint-Trivier625. A Pont-d’Ain et à SaintAndré-sur-Suran la cheminée est suspendue626 comme les cheminées traditionnelles bressanes appelées « sarrasines »627. Pour une raison de poids les hottes de ces cheminées sont en bois et afin qu’elles ne s’enflamment pas, elles sont recouvertes de plâtre sur toutes leurs faces628.

356Toutes ces cheminées ont un très mauvais tirage que l’on essaie d'améliorer en surélevant la souche sur le toit. A cet égard, il semble exister de réelles difficultés à construire une cheminée qui tire bien dès sa première construction même dans les cuisines, car les comptes témoignent de très nombreuses modifications par la surélévation des souches sur les toits.

  • 629 A.D.C.O., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 32, 1292-1293.
  • 630 Ibid., B 10154, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 9, 1321-1322 ; ibid., B 7580, (...)
  • 631 Id., « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2. p. 64.

357Ces cuisines sont équipées d'un évier629 dont le canal d’évacuation est en pierre, en bois, en fer ou en céramique630. L’évacuation se fait dans les fossés à travers la courtine contre laquelle est construit le bâtiment. L’étanchéité des conduits en pierre est obtenue par un enduit de poix noire631.

  • 632 A.D.C.O., B 9940, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 1er compte, peau 3, 1279-1280. Cf. auss (...)

358Au-dessus des cuisines il n'est pas rare de trouver une chambre chauffée par une petite cheminée632. La présence permanente d’une petite garnison, du châtelain et de sa famille, la nourriture des maîtres artisans dont il est prévu, par contrat, de les nourrir et le passage répété de clients qui s’en vont ou qui reviennent d’une chevauchée imposent, sans doute, la présence d’un cuisinier permanent qui réside à proximité de sa cuisine qui n’est jamais nommé en temps que tel dans les salaires inscrits dans les comptes, mais qui apparaît tout de même dans les dépense afférentes à l’hôtel du comte.

• Les écuries et la maréchalerie

  • 633 Amédée VI, surnommé le comte rouge (1343-1383) et sa suite font usage de plus de 200 chevaux lors d (...)
  • 634 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 3, 1297-1298 ; ibid., B 95 (...)
  • 635 Ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 18. 1339-1340.

359Une écurie et une maréchalerie sont nécessaires pour l’hébergement des chevaux du châtelain, ceux du comte et sa nombreuse suite633 et aussi ceux des clients de passage. On trouve mention de ces bâtiments dans les comptes, mais les renseignements sont peu explicites et se limitent, la plupart du temps, à positionner ces bâtiments à l’intérieur du château634. Ils sont placés de manière isolée dans la basse-cour. Le danger que représente la maréchalerie dans laquelle brûle un feu quasiment permanent, oblige à l’installer à l’écart des lieux de résidence. Comme ces deux bâtiments sont liés par leur usage, maréchaleries et écuries sont toujours mitoyennes. C’est sans doute pour limiter les risques que représentent les foyers permanents qu’au château de Pont-d’Ain, la maréchalerie, les écuries et la cuisine sont groupées dans un immense bâtiment couvert par un gigantesque toit en bâtière. Il a fallu employer plus de 57 poutres, 34 autres grosses poutres, 120 solives, 66 chevrons pour la charpente et 20 000 tuiles pour la couverture635.

  • 636 A. Kersuzan, La construction du château et de l’enceinte urbaine de Pont-d’Ain, op. cit. p. 88.

360La grande maréchalerie de Pont-d’Ain est construite en 1340, entre la tour du portier et la cuisine, contre la courtine dite « des cuisines ». Un mur est élevé parallèlement à la courtine depuis les cuisines jusqu’à la tour dans laquelle réside le portier. Ce mur supporte le faîtage d’une immense toiture en bâtière dont le pan extérieur se raccorde à la couverture du chemin de ronde pour en faire une sorte de galerie couverte tandis que l’autre pan repose, du côté de la cour, sur de gros piliers de bois alignés dans l’axe de la façade des cuisines. L’espace entre les deux murs devient une écurie équipée, le long de la courtine, de mangeoires et de râteliers pour les grands chevaux (magnis equis) et de râteliers contre le mur nouveau pour les ânes et les coursiers (corseriis) ou les petits chevaux réservés à de simples hommes d’armes, compagnons des chevaliers. Un plancher est posé audessus de cette écurie et trois chambres y sont aménagées et desservies par un escalier de pierre établi le long du mur de faîtage. Chacune d’elles est chauffée par une petite cheminée et le sol est couvert de terre comme toutes les salles dans laquelle il y a un foyer, car on redoute le feu qu’un brandon, échappé de l'âtre, pourrait provoquer. Le plafond est lambrissé avec des planches de pin. Parmi ces trois chambres, il y a sans doute celle d’Etienne Fabre, le maréchal-ferrant du château à cette époque. En avant de l’écurie, sous l’auvent, se tient la forge où il officie636.

• Les citernes et les puits

  • 637 A.D.C.O., B 6697, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 3, 1317-1319 ; ibid., B 9947, Compte de (...)

361A proximité de ces lieux dans lesquels on entretient du feu se trouvent souvent des citernes d’eau ou un puits. Sans doute, cela n’est pas suffisant pour éteindre un incendie et on fait alors davantage la part du feu quand celui-ci a pris trop d’importance et qu’on ne pourra plus l’éteindre. Mais pour un brandon qui gicle de la forge ou de la cheminée des cuisines, un simple seau d’eau est utile et suffisant pour éviter le pire. Ces puits et ces citernes servent aussi à garnir d’eau, les baquets placés au sommet des chaffaux. On en a évidemment besoin pour les travaux de maçonnerie que ce soit pour les constructions ou les réparations. Mais, avant tout, l’eau est nécessaire à la vie, pour la consommation des soldats, des ouvriers et de tout être vivant se trouvant dans le château, comme les chevaux. On en a aussi besoin pour la préparation des repas et pour tout usage domestique. C’est pour ces raisons que, très souvent, les puits ou les citernes se trouvent près des cuisines, des écuries et de la maréchalerie637.

  • 638 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 103
  • 639 Id., « Le compte de construction de la bâtie de Gironville », 1323-1325, op. cit.. p. 7-8.
  • 640 A.D.C.O., B 6753, Compte de la châtellenie de Bagé, 5e compte, peau 38, 1324-1328 ; ibid., B 9942, (...)

362Les puits sont peu nombreux sur l'ensemble des châteaux et bâties étudiés. Il n’y en a aucun dans les fortifications construites sur une hauteur. Seul le château de Pont-d’Ain en possède un, mais son creusement n’est pas réalisé avant 1339-1340638. En revanche, les châteaux des régions de plaine en sont équipés et il semble que ces puits aient été creusés dès les premiers travaux de construction. Cela est logique, car on a besoin d’eau pour la fabrication du mortier, des briques et la nourriture des ouvriers et des soldats qui gardent le chantier. La nappe phréatique n'est pas très loin de la surface du sol dans ces régions humides et le creusement n’offre pas de grandes difficultés ni beaucoup de temps. Ainsi, lors de la construction de la bâtie de Gironville, un puits est creusé en même temps que les premiers travaux de fossoyement639. Les comptes des châtellenies de Bagé, de Saint-Trivier, de Châtillon, de Saint-Martin-le-Châtel et d'Ambronay montrent que les châteaux sont, très tôt, équipés d’un puits, car ils ne le mentionnent que lors de la réparation de la margelle qui s’est écroulée, de la fabrication d’un tour neuf, du changement du seau et de la corde pour puiser l’eau, de l'appentis en bois qui le couvre640. C’est peut-être une preuve que les puits existaient ici avant l’arrivée des comtes de Savoie. Quant aux besoins pour les travaux, les douves autour des châteaux de la Bresse en fournissent autant qu’on en a besoin sans avoir à la transporter donc sans avoir à payer et, c’est à mon avis pour cette raison qu’il n'en est jamais question.

  • 641 Ibid., B 9708, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 6, 1300-1301. Cf (...)
  • 642 Id., « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 73.
  • 643 Ibid., 1312-1314. p. 59, 70, 95.
  • 644 A.D.C.O., B 9584, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 4, 1331-1332 ; ibid., B 10149, Co (...)
  • 645 D. Reynard, Histoire d’eau, Bisses et irrigationen Valais au XIVe siècle, Lausanne, 2002.
  • 646 Ibid., B 1014, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 17, 1293-1294 ; ibid., B 10173 (...)
  • 647 Ibid.. B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 5e compte, peau 12, 1297-1298 ; ibid., B 9388 (...)
  • 648 Ibid.. B 9584, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 4, 1331-1332 ; ibid. B 8056, Compte (...)
  • 649 A.D.C.O., B 9584, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 4, 1331-1332.
  • 650 Ibid., B 9583, Compte du péage de Saint-Germain, 2e compte, peau 7, 1324-1325 ; ibid., B 6753, Comp (...)
  • 651 Ibid., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 7, 1324-1325 ; id., B 8060, (...)
  • 652 E. Sirot-Chalmin, « Châteaux de montagne aux XIIIe et XIVe siècle », op. cit., p. 124

363En revanche, pour les châteaux construits au sommet d’un piton comme Jasseron, Luisandre, Saint-Rambert, Treffort, Saint-Germain on recherche des sources et on aménage des retenues pour stocker l’eau en creusant profondément le sol et en formant tout autour une épaisse digue de terre641. Ces sortes de réservoirs de chasse sont globalement appelées des pessières ou des palières. Cela n’est pas toujours efficace ni suffisant surtout lorsque des travaux de maçonnerie exige davantage d’eau que la consommation courante des petites garnisons. On est alors obligé de transporter l’eau dans des conditions parfois difficiles. Pour la construction de la bâtie de Luisandre, l’eau est puisée dans l’Albarine et transportée dans des tonneaux à travers la montagne, sur des chemins étroits et non carrossables depuis Saint-Rambert642. Ici, elle est conservée dans une grande cuve en bois que l'on a déposée dans une excavation réalisée dans ce but dans la cour de la bâtie643. A Jasseron, à Saint-Germain et à Treffort, des citernes sont taillées à même la roche de la basse-cour644. Ces citernes sont alimentées par l’eau des pessières que l’on canalise vers le château au moyen de tuyaux (bornellus) ou de canaux (canalis) en bois. Ces conduits parcourent, en pente douce, la distance entre le réservoir et le château tantôt coincés dans des rigoles creusées dans la terre ou le rocher, tantôt supportés par des chevalets. A bien des égards, ces canalisations sont conçues comme les canaux d’irrigation des prairies alpines du Valais que l’on nomme des bisses645. Arrivé au château, le conduit passe au travers des courtines comme à Treffort et à Rossillon646. Mais, l’eau est capricieuse, se détourne des conduits647, les dauphinois viennent détruire les chevalets et le plus souvent, les citernes sont remplies par l’eau de pluie récupérée au moyen de gouttières fixées à la bordure des toits et dirigée par des canaux de bois648. Ces citernes sont protégées du soleil et des impuretés par des toitures en bois649, mais cela n’empêche pas qu’il faille les curer régulièrement650. A Jasseron, quatre cuves de pierre sont côte à côte dans le sol en pente de la bassecour. L’eau se décante et se déverse de la plus haute à la plus basse et se trouve ainsi épurée dans la dernière. A Treffort, elle semble assez profonde puisqu'il faut se servir d’un treuil pour y puiser l’eau651. Ce système de récupération et de conservation de l’eau se retrouve en maints autres châteaux savoyards de montagne652.

  • 653 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, 1336-1338, op. cit., t. 2. p. 54, 87.
  • 654 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pontd'Ain, peau 19, 1340-1342.
  • 655 Ibid., B 9027, peau 29, 1342-1346.

364Au château de Pont-d’Ain, il y avait très certainement des cuves dans lesquelles l’eau récupérée des toitures était conservée. La proximité de l’Ain permet d’avoir de l’eau sans difficulté pour les constructions. Cependant, il fallait la transporter dans des grosses bennes (benna) placées sur des chariots653. En 1339-1340, l’essentiel des grands travaux de construction est quasiment achevé et on peut entreprendre le creusement d’un puits qui apporte plus de facilité et de confort dans la vie du château. Ce puits, encore visible de nos jours, n’est terminé qu’en 1341 et approfondi en 1342-1343. Il est creusé à même le roc et ce travail est difficile654. Il est de section carrée et les trois puisatiers qui s’y relaient, aidés par des manœuvres qui évacuent les gravats dans le recept, sont payés à la toise carrée de profondeur (qualibet teyssiari profundi quadrata). La partie haute, creusée dans la terre avant d’atteindre le rocher, est immédiatement maçonnée pour éviter que la terre ne retombe655. En comptant la margelle, il est réalisé un total de 5 pieds de maçonnerie en hauteur, soit 1,60 mètre.

• Les maisons du four et du grenier

  • 656 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1329-1330, op. cit., t. 2, p. 13 ; « Billiat... », 1332-1333, op.cit. (...)
  • 657 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 15, 1299-1299 ; id., B (...)

365Tous les châteaux sont équipés d’un four à pain656 dont l’usage régulier entraîne des détériorations fréquentes. La plupart du temps, c’est un petit bâtiment couvert d’un appentis en bois657. Cependant, le four peut être couplé avec un grenier ou une grange comme à Pont-d’Ain ou Saint-André.

  • 658 Id., B 9526, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 1er compte, peau 3, 1338-1338.
  • 659 H. Raulin, Architecture rurale traditionnelle, Savoie, Montmélian, 1993, p. 50-51.
  • 660 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 98.
  • 661 J.-O. Guilhot, Se nourrir à Besançon au MoyenÂge, Besançon, 1990, p. 18.

366Au château de Pont-d’Ain, pour répondre aux besoins du comte, de son fils héritier et de leur cour, le four est une une longue bâtisse sur cave appelée « la maison du four et du grenier » (domo furni et granerii). Ce vaste ensemble architectural se situe dans le premier recept, nettement en dessous du recept dans lequel se trouvent les cuisines et la maréchalerie. Le même principe est appliqué à Saint-André658. La place de sa construction est rigoureusement déterminée par le gisement des vents dominants. Il se dresse à l’est de ces constructions, d’où le vent ne souffle pas. Au nord, il n’y a rien d’autre que la muraille et les fossés, au sud et à l’ouest, la ville est éloignée et en contrebas. Ainsi les réserves de grains sont protégées des flammèches portées par le vent. Ce principe qui fait isoler les biens et les richesses des lieux d’habitations est encore très présent dans les constructions rurales savoyardes. Ce grenier est construit dans le respect des structures traditionnelles des greniers savoyards, c’est-à-dire sur une cave voûtée aux murs épais659. Pour réaliser cette cave, on a procédé de la même manière que pour la cave sous la tour du portier, en décaissant la pente pour obtenir un fond rectangulaire aux parois verticales. De petites fenêtres équipées de barreaux de fer, l’éclairent et l’aèrent660. La cave est appelée « le grand cellier » pour la différencier de celui qui est sous la grande salle. Sa fonction viticole était encore attestée vers 1950. Vin et grain ne font pas bon ménage661, mais la conservation de l’un au sous-sol et l’autre en étage, rendent possible ce double stockage. En revanche, il est étonnant et contradictoire eu égard aux précautions prises pour éviter l’incendie qu'il y ait la présence d’un four dans cet édifice. Des raisons de commodité peuvent fournir une explication puisqu'il il s’agit d'un four à pain et que l’on a à proximité les céréales nécessaires à son utilisation. Ce bâtiment, dont les poutres de la charpente portent gravée la date de 1410, existe encore. Il est transformé en habitation.

367Les châteaux savoyards de Bresse et du Bugey ont suivi et appliqué comme ceux des Dauphins, des sires de Thoire-Villars ou de Beaujeu, les principes en vigueur à chaque époque en ce qui concerne l’évolution des éléments défensifs. Les plans des châteaux ne semblent guère avoir évolué, ni les grandes tours seigneuriales. Cette réalité peut être attribué aux exigences financières de la guerre qui obligeaient à faire des choix bien précis en limitant les possibilités d’innovation. On sait cependant que les guerres sont très souvent sources de progrès techniques, notamment, en matière architecturale. Les croisades et la guerre entre la France et le royaume Anglo-Nornand de la fin du XIIe et début XIIIe en sont des preuves. Sans doute la Savoie, comme le Dauphiné d’ailleurs, n’ont pas développé une politique étrangère de grande envergure à cause de cette guerre. Mais les liens et les contacts avec le royaume de France sont réels pour les deux partis. Ils ont donc pu prendre connaissance des nouveautés introduites par les constructeurs du nord de la France. Ils n’en n’ont pas tiré parti et l'influence anglaise pour les tours rondes du Chablais, si elle a vraiment existé, est restée limitée dans l’espace géographique savoyard et dans le temps.

368La force des traditions est très pesante pour ce qui concerne le concept architectural et les programmes des constructions. Les modèles sont d’ordre général et local. C’est ainsi que l’on retrouve les mêmes dimensions, les mêmes distributions. La reprise des plans antérieurs et celle des matériaux anciens est quasiment systématique. Cela se vérifie pour le château de Pont-d’Ain qui est construit selon les mêmes principes que ceux, beaucoup plus anciens, de la région. Si la guerre est génératrice de techniques nouvelles, les capacités immédiates de réaction qu’elle impose limitent la mise en œuvre des nouveautés puisqu’il faut faire vite. Les progrès sont donc mis en œuvre une fois que celle-ci est terminée. A cela s’ajoute l’idée d’ancienneté qui donne une valeur symbolique aux édifices et par conséquent au pouvoir.

369Les principes défensifs reposent sur le commandement et un profil en profondeur des éléments architecturaux. L’ouvrage défensif situé en arrière défend toujours celui qui le précède. A ceux-ci s’ajoute le principe du flanquement horizontal et vertical. Ce sont des principes élémentaires toujours appliqués. Il n’existe pas de tours en amande, de tours à bec, de gaines dans l’épaisseur des murailles qui sont, pour la plupart, très modestes en hauteur et en épaisseur.

370L’évolution architecturale et utile des châteaux suit le contexte politique et va vers les fonctions résidentielles. Mais elle n’est pas générale, car tous les châteaux n’ont pas suivi cette adaptation. Des petits châteaux finirent même par être abandonnés et inféodés. On se rend compte qu’il y a, dans le cadre défensif, une organisation et des niveaux de valeur qui correspondent strictement à l’importance frontalière et stratégique. Cette situation eut une influence directe sur les éléments constituant du château. Par exemple, les bâties n’ont pas d'aula, mais elles possèdent une ou plusieurs tours. C’est pourquoi certaines références disparaissent complètement dans l’analyse des éléments de la défense et qu'elle ne peut s’appuyer que sur les châteaux relativement importants en taille et en valeur politique et militaire. Bien que toutes les fortifications reposent sur les mêmes principes, il y a de nettes différences dans leur ampleur et leur réalisation. Les comparaisons que l’on peut faire se limitent donc aux éléments constitutifs pris de manière individuelle : par exemple, la grande tour d’un château et celle d’une bâtie. Elles ont les mêmes formes et le même concept, cependant leur position dans le site et leur rôle dans la défense sont très différents.

371Enfin, la place très importante du bois dans les constructions défensives et résidentielles est remarquable. Les vestiges, même lorsqu’ils sont importants et bien conservés trompent par l’absence de cette part complémentaire primordiale qui assurait le fonctionnement et la logique des édifices. Seuls les textes nous les restituent et nous montrent à quel point la place de ce matériau périssable était omniprésente dans les châteaux. Il n’est qu’à voir le nombre impressionnant de réparations concernant les édifices en bois pour s’en faire une idée. C’est d’ailleurs à cause ou plutôt grâce à sa fragilité et sa courte durée de vie que l’intervention humaine est sollicitée si souvent et qu’en fin de compte, on est informé des emplacements, de la forme et des fonctions des bâtiments.

Notes

1 M. de La Corbière, « Les comptes de châtellenie au service de l’archéologie castrale : le château gésien de La Corbière. (Ain) 1301-1407 », Pages d'archéologie médiévale en Rhône-Alpes, Ciham, 1996, p. 35-45 ; A. Kersuzan, La construction du château et de l'enceinte urbaine de Pontd’Ain. Mémoire de maîtrise, Université Lyon 2, 1997, (dactyl.), p. 21.

2 A. Bon, « Quatre campagnes de fouilles au château des Allymes », dans Cahiers René de Lucinge, no 12, 1967, p. 13 ; B. Mandy, « La barbacane des Allymes », ibid., no 19, 1975, p. 3-11.

3 B. Mandy, « Les fouilles du château de Saint-Germain-d’Ambérieu », dans Mémoires et documents, no 2, 1975 ; ibid. « Une chapelle du haut Moyen-Âge dans le château de Saint-Germain à Ambérieu-en-Bugey », Mémoires et documents, no 4, 1978 ; id., « Origine et évolution du château de Saint-Germain à Ambérieu en Bugey », dans Urbanisme et architecture en Savoie, Actes du 27e Congrès des sociétés savantes de Savoie, 1978, Thonon, 1982, p. 115-124.

4 J. F. Reynaud, « La bastie de Luisandre », Cahiers René de Lucinges, no 24, 1982, p. 19-20.

5 J.-M. Poisson, « Recherches archéologiques sur un site fossoyé du XIVe siècle : La bastide de Gironville (« FortSarrazin », Ambronay, Ain) », dans Château Gaillard, XII, 1984, p. 225-236.

6 P. Cattin, « Le compte de la construction de la bastide de Gironville », dans Cahiers René de Lucinge, no22, Ambérieu, 1979, p. 3-18.

7 J.-F. Genevois, Le château et la seigneurie de Jasseron au Moyen-Âge, Jasseron, 1973 ; F. Cotton, La vie rurale à Treffort au MoyenÂge, Bourg, 1984.

8 J.-M. Poisson, « Fonctions des pièces dans les châteaux bressans au XIVe siècle : l’apport des textes pour l’archéologue », dans Le château médiéval, forteresse habitée (XIe-XVIe siècles) Actes du colloque de Lyon 1988, J.-M. Poisson dir., Perspectives de la recherche en Rhône-Alpes. Documents d’Archéologie Française, 31, Paris, 1991, p. 23, 26 ; F. Bosman., « Saint-André-sur-Suran », dans Châteaux médiévaux en Rhône-Alpes, Cahiers René de Lucinge, no spécial 6, Lyon, 1990, p. 30

9 Châteaux et enceintes de la France médiévale, Paris, 1991.

10 L'architecture militaire dans le Rouergue au Moyen-Âge, Rodez 1981, 2 vol.

11 A. Chatelain, Architecture militaire médiévale, principes élémentaires, Paris, 1970 ; ibid., Châteaux forts, images de pierre des guerres féodales, Paris, 1988 ; G. Coppola G et A. Palumbo, Dizionario terminologico dell'architecttura militaire, Naples, 1996 ; J.-F. Fino, Forteresses de la France médiévale. Construction, attaque, défense, Paris 1977 ; S. Gondoin, Les châteaux forts, Apt, 2001 ; J. Mesqui, « A propos de la fortification du pont, pons castri et castrum pontis », dans Château-Gaillard, Etudes de castellologie européenne, II, 1983 ; ibid. « La fortification des portes avant la Guerre de 100 ans. Essai de typologie des défenses des ouvrages d’entrée avant 1350 », dans Archéologie médiévale, Paris, 1981, p. 202-229. ; ibid., Châteaux et enceintes de la France au MoyenÂge, de la défense à la résidence, Paris, . 1991-1993, 2 vol. ; J. Miquel, L’architecture militaire dans le Rouergue au Moyen-Âge, op. cit. ; J.-M. Poisson (dir.) Le château médiéval, forteresse habitée (XIe-XVIe siècles) Actes du colloque de Lyon, 1988, Perspectives de la recherche en Rhône-Alpes. Documents d’Archéologie Française, no31, Paris, 1991 ; A. Salamagne., « Pour une approche typologique de l’architecture militaire ; l’exemple de la famille monumentale des tours-portes de plan curviligne », dans. Archéologie médiévale 18, 1988, p. 179-213 ; id., Construire au Moyen-Age, les chantiers de fortifications de Douai, Paris, 2001 ; E. Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’ar chitecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, 1854-1868, 9 vol.

12 G. Castelnuovo et Ch. Guilleré, « Les finances et l’administration de la Maison de Savoie au XIIIe siècle », dans Pierre II de Savoie, « Le petit Charlemagne », Actes du colloque international de Lausanne, 1997, CLHM. 27, Lausanne, 2000, p. 5960, 103-105.

13 L. Blondel, « L’architecture militaire au temps de Pierre II de Savoie, les donjons circulaires », dans Genava, 13, 1935, p. 31, Châteaux et guerriers de la France au Moyen-Âge, Evolution architecturale et essai d’une typologie, Strasbourg, 1981, p. 52 ; R. Ritter, L’architecture militaire au Moyen-Âge, Paris, 1974, p. 59.

14 D. De Raemy, Le développement de l'architecture castrale dans les anciens Etats de Savoie et leur périphérie (1230-1330). Un cas exemplaire : le château d’Yverdon, des origines à nos jours. Thèse de doctorat d’histoire de l’art monumental, Université de Lausanne, 2002, (dactyl), p. 291.

15 Ibid. p. 201.

16 E. Sirot-Chalmin, « Châteaux de montagne aux XIIIe et XIVe siècles : organisation de l’espace d’après les comptes de châtellenie », dans J.-M. Poisson (dir). Le château médiéval, forteresse habitée, op. cit., p. 119-125.

17 Infra, p. 198-199.

18 L. Blondel, « L’architecture militaire au temps de Pierre II », op. cit., p. 31.

19 P. Cattin, « Les comptes de construction de la bastide de Gironville », dans Cahiers René de Lucinge, no22, 1979.

20 La bâtie de Remens est une exception. Le plan est triangulaire et sans tour aux angles. Son flanquement est uniquement fait d’un chaffal et d’échauguettes en bois. Cf. P. Cattin, « La construction d’un château au XIVe siècle, Château-Gaillard », dans Cahiers René de Lucinge, no 26, 1990, p. 34, 36, 62, 64, 81.

21 Ibid., « La construction d’un château au XIVe siècle », p. 13, 25.

22 Ibid., « Le château de SaintRambert au début du XIVe siècle », dans Cahiers René de Lucinge, no30, Ambérieu-en-Bugey. 1995, p. 71, 77, 83, 88, 97, 105.

23 Ibid., « Billiat et sa région (Ain) au XIVe siècle », dans Cahiers René de Lucinge, no32, 1997, p. 105 et 132.

24 Ibid., op. cit., p. 13, 25.

25 M. de La Corbière, A la conquête d’une châtellenie genevoise au pays de Gex : le comte Amédée V de Savoie et La Corbière (1285-1323), Mémoire de maîtrise, Université de Savoie, 1992, (dactyl.), p. 15-16.

26 Ibid. p. 72-101.

27 A. Kersuzan, La construction du château de Pontd'Ain, op. cit., p. 14.

28 Ibid., p. 42.

29 E. Lefèvre-Pontalis, Le château de Coucy, Paris, 1909. p. 51 ; E. Viollet-Le-Duc, Description du château de Coucy, Paris, 1869.

30 V. Mortet et P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l’histoire de l’architecture et à la condition des architectes en France au Moyen-Age, Paris, 19952, p. 233.

31 M. Bur, Le château, Typologie des sources du Moyen-Age occidental, fasc. 79, Turnhout, 1999, p. 88-99 ; Ph. Contamine, La guerre au Moyen-Âge, Paris, 1980, p. 218219.

32 S. Guenot, Les maisons fortes en Bresse et en Revermont de la fin du XIIIe au début du XVIe siècle, Mémoire de maîtrise, Université Lyon 2, (dactyl.), 1997 ; ibid., Maisons fortes sur tertre artificiel dans les régions de Bresse et en Dombes (Ain) du XIIIe au XVe siècle, Mémoire de DEA, Université Lyon 2, (dactyl.), 1998 ; V. Charbonnier, Les maisons fortes du Bugey du XIIIe au XVIe siècle, Mémoire de maîtrise. Université Lyon 2, (dactyl.) 2000,

33 M. Brocard, E. Sirot. H. Baud, J.-Y. Mariotte, Châteaux et maisons fortes savoyards, Roanne, 1990, 2 vol. ; C. Bœkholt, Châteaux et maisons fortes et leurs grangeages, Annecy-leVieux, 1995 ; M. Bur, (dir) ; « La maison forte au Moyen-Âge », Actes de la table ronde de Nancy - Pont-à-Mousson, 1984, Paris, 1986 ; G. Giuliato, Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, DAF no 33, Paris, 1992 ; V. Lallemand, « La maison forte de pré-Putet à Izeure, Allier : Les données du terrain », Pages d'Archéologie Médiévales, VI, 2001, sous presse ; J.M. Pesez et F. Piponnier, « Les maisons fortes bourguignonnes », dans Château Gaillard, V, Caen, 1972.

34 Châteaux et pouvoirs Xe-XIXe siècles, C.R.O.C.E.M.C et L.H.A.M.A.S, Bordeaux, 1996 ; A. Debord, Aristocratie et pouvoir, Le rôle du château dans la France médiévale, Paris, 2000, 197-218 ; G. Fournier, Le château dans la France médiévale, op. cit., p. 100-148 ; F. Rapp, Le châteaufort dans la vie médiévale. Le château-fort et la politique territoriale, Strasbourg, 1968 ; J. Yvert, « Les châteaux-forts en Normandie jusqu’au milieu du XIIe siècle. Contribution à l’histoire du pouvoir ducal », Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, t. 53, .1955-1956, p. 28-121.

35 A. Erlande-Brandebourg, A-.B. Merel-Brandebourg, Histoire de l'architecture française du Moyen-äge à la renaissance (IVe- début XVIe s.) Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites, Paris, 1995, p. 314-315.

36 A. Châtelain, Châteaux-forts, images de pierres des guerres féodales, Paris, 1984 ; ibid., « La nouvelle architecture militaire du XIIIe siècle en Ile-de-France, quelques hypothèses », dans Liber castellorum, Zutphen, 1981, p. 66-75 ; ibid., Châteaux forts et féodalité en Ile-de-France, Paris, 1982. ; J.-.F. Fino, Forteresses de la France médiévale, op. cit., p. 191-288 ; P. Helliot, « Les transformations de l’architecture française au temps de Philippe-Auguste », Bulletin de la Commission départementale d’histoire et d'archéologie du Pas-de-Calais, XI 3, 1983, p. 363-381 ; R. Ritter, L’architecture militaire médiévale, Paris, 1974.

37 A. Erlande-Brandebourg, A.B. Merel-Brandebourg, op. cit., p. 316.

38 E. Lefevre-Pontalis, Le château de Coucy, op. cit. ; E. Viollet-Le-Duc, Description du château de Coucy, op. cit.

39 Par exemple : la grosse tour cylindrique, appelée tour Talbot, édifiée par Philippe-Auguste vers 1207 à Falaise et rattachée à un angle de la chemise du donjon. Cf. Dorlando, (dir.) « Le château de Falaise », Congrès archéologique de France, 1953, p. 181-200 ; J. Mesqui, Châteauxforts et fortifications en France, Paris, 1997, p. 163-165 ; C.-L. Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen-Age en France, Strasbourg, 1979, p. 466-467.

40 L. Blondel, op. cit., p. 8-13.

41 D. De Raemy, « Orbe, la tour ronde du château », dans Des pierres et des hommes, Lausanne, 1995, p. 175190.

42 Jean Mesqui penche pour une influence Angevine. Cf. Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., p. 69.

43 A.-J. Taylor, « Master James of Saint George s », English Historical Review, 65, 1950, p. 433-457.

44 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., t. 1, p. 29.

45 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 9e compte, peau 6, 1330-1331.

46 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, . p. 77, 101 ; ibid., « SaintRambert... », 1311-1312, op. cit. p. 49.

47 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1312-1314, op. cit., t. 1, p. 86.

48 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322 ; ibid.. B 8054. Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 4, 1309-1310. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1329-1330, op. cit., t. 2, p. 14.

49 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 13, 1321-1323 ; ibid.. B 9035, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 7, 1353-1354 ; ibid., B 7562, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 2e compte, peau 9, 1303-1304. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 100. La prise du château d’Orbe, en 1475, se termine au sommet de la « tour du donjon », c’est-à-dire la tour-maîtresse située dans la haute-cour. Cf. D. De Raemy, op. cit., p. 175.

50 Annales de Vendôme, Recueil d’annales angevines et vendomoises, Halphen, Paris 1903, p. 60 ; P. Richer, Les classiques de l'Histoire de France au Moyen-Âge (888-995). Paris, 19372, p. 135.

51 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., t. 1, p. 89.

52 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1317-1318-1326-1327, op. cit., p. 80, 86, 138 ; ihid., « Billiat... », 1319-1320-1323-1324, op. cit., p. 94, 116.

53 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1328-1329, op. cit., t. 2, p. 8.

54 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 12, 1325-1325.

55 A. Kersuzan, La construction du château et de l’enceinte urbaine de Pont-d’Ain, op. cit., p. 41-42.

56 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. fit., t. 1, p. 346.

57 D. De Raemy, op. cit.. p. 175.

58 A.D.C.O., B 9940, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 2, 1279-1280 ; ibid. B 6739, Compte de la châtellenie de Bagé, peau 1, 1273-1275.

59 Ibid., B 9940, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 2, 1279-1280.

60 J. Curacull, « Le château de Fougères sur les marches de Bretagne », Archéologia, no 310, mars 1995, p. 42 ; ibid. et F. Champagne, « Bilan de trois années de fouilles archéologiques au château de Fougères », Le pays de Fougères, no 68, p. 2-6.

61 Les amendes pour fraudes sont pléthores dans les recettes des comptes. En 1305, le châtelain fait payer 10 sous à Perraud de la Chapelle qui, profitant du faible débit de la rivière, avait pour éviter le péage, fait traverser son char dans l'eau. Cf. L. Moyret, Le péage de Pont-d'Ain au début du XIVe siècle, Mémoire de maîtrise, Paris I. 1983, (dactyl.), p. 129-130.

62 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1321-1321, op. cit., p. 116.

63 A.D.C.O., B 6749, Compte de la châtellenie de Bagé, peau 5, 1309-1309.

64 Ce genre de moulin flottant appelé aussi « à bateaux » est très répandu sur toute les rivières de France. Cf. F. Desportes, Le pain au MoyenÂge, Paris, 1987, p. 22-23 ; P. Mane, « Les moulins à eau dans l’iconographie médiévale », dans Moulins et meuniers dans les campagnes européennes (IXe-XVIIIe siècle). Actes des XXIe Journées Internationales d’Histoire de l'abbaye de Flaran, 1999, Toulouse, 2002, p. 198-199.

65 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », op. cit., t. 1, p. 73, 116-117, 123, 131, 138, 143 ; t. 2, p. 111-113.

66 Ibid., 1309-1310, p. 69.

67 Ibid., p. 73

68 Ibid.. 1324-1325, p. 138.

69 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 23, 1340-1342.

70 Ibid.. B 9033 1er compte, peau 6, 1352-1353.

71 P Cattin, « Pont-d’Ain... », 1305-1306, op. cit., t. 1, p. 39.

72 Cf. infra, p. 306-307

73 A.D.C.O., B 9028, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 8, 1346-134. Cf. aussi P Cattin. « Pont-d’Ain... », 1305-1306, op. cit., t. 1, p. 41.

74 A.D.C.O., B 9031. Compte de la châtellenie de Pontd’Ain, peau 7. 1350-1351.

75 Effet d’accélération des molécules d’un fluide dans un passage devenant de plus en plus étroit. Principe découvert et théorisé par G.B. Venturi, physicien italien (1746-1822). Cf. Encyclopédia Universalis, t. 9, p. 561c.

76 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1332-1334, op. cit., t. 2, p. 39.

77 Ibid., 1334-1335, p. 45.

78 H. Delhumeau, « Château-Gaillard. Bilan historique et architectural », dans Connaissance de l’Eure, no 89-90, juillet-octobre 1993, p. 36-46 ; J.-F. FINO, Forteresses de la France médiévale, op. cit., p. 336-340 ; P. Heliot, « Le Château-Gaillard et les forteresses du XIIe et XIIIe siècles en Europe », dans Château-Gaillard, t. 1, Caen, 1964, p. 54-75 ; E. Viollet-Le-Duc, op. cit., t. 3, art. « château ».

79 Vitruvius Pollio, Les dix livres d'architecture, A. Choisy, Paris, 1971, I. p. 24.

80 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 7, 1342-1346.

81 Ibid., B 9605, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 8, 1363-1364.

82 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1307-1308, 1320, op. cit., p. 40, 96 ; ibid., «  ;Billiat... », . 1329-1330-1333-1334, op. cit., p. 154, 170, 175 ; ibid., « Pont-d’Ain... », 1328-1329, 1332-1334, op. cit., t. 2, p. 10, 41.

83 Y. Barel, La ville méviévale, Système social, système urbain, Grenoble, 1975 ; Ph. Contamine, « Ville et châteaux en France à la fin du Moyen-Âge : paysage, société, institutions », dans Un'idea di città. L’imaginaire de la ville médiévale, Paris, 1992 ; B. Cursente, Les castelnaux de la Gascogne médiévale, Bordeaux, 1980 ; M. Bur, (dir.), Les peuplements castraux dans le pays de l’entre deux, Actes du colloque de Nancy, 1992, Nancy 1993 ; G. Fournier., Le château dans la France médiévale, op. cit., p. 44-53 ; p. 168-201 ; J. Heers, La ville au Moyen-Âge, Paris, 1993, p. 148-202 ; J. Rossiaud, « La ville médiévale des Carolingiens à la Renaissance », dans Histoire de la France urbaine, t. 2 ; Paris, 1980, p. 59-101.

84 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1317-1318, 1318-13019, op. cit., p. 82-83 et 86-87.

85 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 6, peau 12, 1317-1318.

86 J.-C. Maire-Vigueur, « Guerres, conquêtes du contado et transformation de l’habitat en Italie centrale au XIIIe siècle », dans Guerre, fortification et habitat dans le monde méditerranéen au Moyen-Âge, Actes du colloque organisé par La Casa Velazquez, et l’Ecole Française de Rome, Madrid, 1985, Castrum 3, 1988, p. 273.

87 Ibid.

88 A.D.C.O., B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 4, 1311-1313 ; A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 3, peau 17, 1312-1314. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1320-1321, op. cit., p. 99.

89 En 1296, le compte de subside témoigne de la réfection d’une pile du pont par le maçon Amédée. Cf. P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1296-1298, op. cit., t. 1, p. 23.

90 H. Dubois, Les foires de Châlon-sur-Saône et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen-Age, vers 1280-vers 1430, Paris, 1976 ; L. Moyret, Le péage de Pont d'Ain au début du XIVe siècle, Mémoire de maîtrise, Paris I, 1983. (dactyl.).

91 A.D.C.O., B 7561, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, peau 5, 1300-1301.

92 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1325. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1316-1317, op. cit., t. 1, p. 99.

93 L. Blondel, « Les fondations de villes neuves ou bourgs neufs aux environs de Genève », Bulletin de la Société d'histoire et d'archéologie de Genève, t. IX, Genève, 1946-1947, p. 16-17 ; L. Blondel, « Châteaux de l’ancien diocèse de Genève », dans Mémoires et documents publiés par la Société d'histoire et d'archéologie de Genève, 4e série, t. VII, Genève, 1956, p. 24-27.

94 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1328 ; ibid., B 9583, Compte du péage de Saint-Germain. 1er compte, peau 4, 1322-1322.

95 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 76.

96 Ici., « Pont-d’Ain... », 1323-1324, op. cit., t. 1, p. 133.

97 Ibid., 1319-1320, p. 108.

98 Texte de Lambert d’Ardres, Chroniques, chap. 152, cité dans J.-F. Fino, Forteresses de la France médiévale, op. cit., p. 112-113.

99 A.D.C.O., B, 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1328. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1323-1324, op. cit., t. 1, p. 133.

100 A.D.C.O., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 12e compte, peau 20, 1292-1293.

101 Ibid., B 9527, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 1er compte, peau 4, 1341-1342.

102 Id, B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 7, 1351-1352.

103 Ibid., B 6769, Compte du conseiller Martin Gratoux de Saint-Rambert, 1344-1345.

104 B.n.F., ms fr 22297, f. 27.

105 A.D.C.O., B 9583, Compte du péage de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 1323-1324.

106 Ibid., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 3, 1289-1293.

107 P. Cattin, « Pont-d’Ain.., », 1330-1331, op. cit., t. 2, p. 23.

108 V. Mortet et P. Deschamps, Recueil de textes relatifs à l'histoire de l’architecture. Paris, 19952, t. 1, p. 67-69, 1335-1336, t. 2, p. 49-50,

109 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 8, peau 17, 1330-1331.

110 L. Poncet, L’abbaye d’Ambronay, Colmar, 1980, p. 56.

111 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 7, peau 9, 1318-1319.

112 A.D.C.O., B 9583, Compte du péage de Saint-Germain, 2e compte, peau 8, 1324-1325 ; ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 12, 1298-1299 ; ibid. B 9943, 2e compte, peau 3, , 1300-1301. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1311, 1314-1315, op. cit., t. 1, p.75, 90, 1336-1338, t. 2, p. 88 ; « Saint-Rambert... », 1321-1321, 1323-1323, op. cit., p. 104, 120 ; « Billiat... », 1321-1322, op. cit., p. 104,

113 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 2, 1297-1298.

114 A.D.C.O., B 7093, Compte de la châtellenie de Bourg, 4e compte, peau 6, 13191322.

115 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1305-1305, 1307-1308, op. cit., t. 1, p. 32-33, 35, 63,

116 Ibid., 1312-1314, p. 86.

117 Ibid., 1329-1330, t. 2, p. 18-19.

118 A.D.C.O., B 9589, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 4, 1338-1338.

119 R. Mariotte-Lober, Ville et seigneurie, les chartes de franchises des comtes de Savoie, fin XIIe siècle-1343, MDAF, t. IV, 1973. p. 54 ; P. Vaillant, « La politique d'affranchissement des comtes de Savoie », dans Etudes historiques à la Mémoire de Noël Didier, Paris, 1960, p. 315-323.

120 « Les frais de garde et de guet et les autres réparations des murs et fossés seront pris sur le commun de la ville et du territoire ». Cf. L. Poncet, L’abbaye d'Ambronay, op. cit., p. 56

121 « Tout bourgeois, outre les religieux, prêtres et clercs qui usant du présent privilège, font feu, doivent les sentinelles et garites pour la garde de la dite cité », Cf. E. Cuaz, « Histoire d’une charte », dans Histoire du château de Pont-d'Ain, Lyon, 1892, p. 218-226.

122 « Tout le monde doit la garde de nuit de la ville de Billiat, sauf le clergé ». Cf. P. Cattin, « Billiat... », 1324, op. cit., p. 335.

123 A.D.C.O., B 9589, Compte de la châtellenie de SaintGermain, 3e compte, peau 7, 1338-1338.

124 C. Duguy, A. Perrin, « Villes et châteaux dans la baronnie de La Tour-du-Pin en Dauphiné XIe - XVe siècle), dans Le château et la ville. Conjonction, opposition, juxtaposition (XIe-XVIIIe siècle), Actes du125e congrès historique et scientifique, Lille, 2000, Paris 2002, p. 179-197 ; P. Vaillant, « La politique des Dauphins de la troisième dynastie quant à la diffusion des chartes de franchise (1282-1349) », dans Les principautés au Moyen-Age, Actes du 4e congrès de la Société des historiens médiévistes de l'Enseignement supérieur public, Bordeaux, 1973, Bordeaux, 1979, p. 87-91.

125 Le château dans la France médiévale, essai de sociologie monumentale, Paris, 1978, p. 339-340.

126 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 17, 1324-1325.

127 A. Kersuzan, « La construction du château de Pont d'Ain », op. cit., p. 38-39.

128 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1306-1306, op. cit., t. 1, p. 52-53.

129 Ibid., 1307-1308, p. 57.

130 A.D.C.O., B 9719, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 1er compte, peau 8, 1353-1354. ; ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont d’Ain, peau 19. 1340-1342 ; ibid., B 9027, peau 22, 1342-1346. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p.75, 80 ; t. 2, p. 89, 95, 106 ; « Saint-Rambert... », 1325-1326, op. cit., p. 135.

131 Id., « Pontd'Ain... », 13071308, op. rit., t. 1, p. 62.

132 A.D.C.O., B 9708. Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 5, 1300-1301.

133 P. Cattin, « Gironville... », 1323-1325, op. cit., p. 5.

134 Ibid., p. 6.

135 A.D.C.O., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 10, 1302-1303 ; ibid., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1342-1346. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1305, op. cit.. t. 1, p. 35 ; 1329-1330, t. 2, p. 14, 75, 86, 99 ; « Remens... », 1347-1348, op. cit.. p. 50.

136 A.D.C.O., B 9028, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 6, 1346-1349 ; Ibid.. B 9033, peau 6, 1351-1352 ; cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », op. cit., t. 2, p. 59, 61, 78, 86-87, 104 ; « Saint-Rambert... », 1317-1318, 1339-1340, op. cit, p. 81, 189 ; « Billiat... », 1319-1320, op. cit., p. 95 ; « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 31.

137 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, 1348-1349, op. cit.. p. 35, 63.

138 Id., « Saint-Rambert... », 1326-1327, op. cit., p. 139.

139 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1340-1342 ; ibid., B 9938, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, peau 1, 1275-1276. Cf. aussi P. Cattin, « Pont bourd’Ain...», 1328-1338, op. cit., t. 2, p. 8, 15, 24, 38, 100-101 ; « Saint-Rambert... », 1316-1320, op. cit., p. 76, 94-95.

140 A.D.C.O., B 9945, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 6, 1305-1306. Cf. aussi P. Cattin, « Gironville... », 1323-1325, op. cit., p. 5-6.

141 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 24, 1342-1346. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1306-1306, op. cit., t. 1, p. 47 ; t. 2, p. 99 ; « Remens... » 1349-1350, op. cit., p. 70.

142 Ibid., « Pont-d’Ain... », 1323-1324, t. l, op. cit., p. 129.

143 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 7, peau 4, 1318-1319.

144 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1305-1306, 1309-1310, op. cit., t. 1, p. 32, 35, 39, 46, 69 ; « Remens... », op. cit., p. 70.

145 Id., « Gironville... », 1323-1325, op. cit., t. 1, 1318-1319, p. 5.

146 A.D.C.O.., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 10e compte, peau 12, 1292-1293.

147 A.D.C.O., B 10150 (2), Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 5, 1306-1307 ; P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1330-1331, op. cit., t. 2, p, 24 ; « Saint-Rambert... », 1319-1320, op. cit., p. 90.

148 J.-P. Leguay, La pollution au Moyen-Âge, Paris, 1999.

149 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pontd’Ain, peau 20, 1340-1342.

150 Ibid., B 6761, Compte la châtellenie de Bagé, peau 11, 1337-1339.

151 Ibid., B 9943, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 4e compte, peau 9, 1301-1302 ; ibid., B 9708, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 5, 1300-1301. Cf. aussi P. Cattin, « Remens... », 13451346, op. cit., p. 32.

152 A.D.C.O., B 9718, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, peau 5, 1351-1352. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1329-1330, op. cit, t. 2, p. 15 ; « Remens... », 1345-1346. op. cit., p. 32 ; « Saint-Rambert... », 1312-1314, op. cit., p. 60 ; « Gironville... », 1323-1325, op. cit., p. 5.

153 A.D.C.O., B 9719, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, peau 8, 1354-1355.

154 P. Cattin, « Gironville... », 1323-1325, op. cit., p 5-6.

155 A. Kersuzan, La construction du château de Pont d’Ain, op. cit., p. 52.

156 A.D.C.O., B 9502, Compte de la châtellenie de Saint-André-de-Briord et Lhuis, peau 4, 1355-1356.

157 A.D.A, Pièce 50, F. 18 v°, Pont-de-Veyle, 1358 ; A.D.C.O., B 7079, Compte du péage de Bourgen-Bresse, 3e compte, peau 3, 1274-1275 ; ibid., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 2e compte, peau 7, 1298-1300.

158 Cf. supra, p. 197.

159 A.D.C.O., B 7079, Compte de la châtellenie de Bourg-en-Bresse, 1er compte, peau 3, 1274-1275.

160 Ibid., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 14, 1319-1320.

161 Ibid., B 9940, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 1er compte, peau 2, 1279-1280 ; ibid., B 9948, 4e compte, peau 37, 1327-1328.

162 G. Louise, « La seigneurie de Bellême, Xe-XIIe s », t. 2, p. 252. Ph. Siguret, « Trois mottes de la région de Bellême - Orne », dans Château-Gaillard, t. 1. 1964, p. 133-148.

163 B. Jouaux, « Les fossés-le-roi », dans Les cahiers percherons, no spécial, châteaux et guerres au Moyen-Age, no58, 1978, p. 6-8.

164 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 76.

165 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1328 ; Ibid., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, 2e compte, peau 8, 1350-1351 ; ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 4, 1294-1295 ; ibid., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 6, 12891290 ; ibid., B 9719, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, peau 8, 1353-1354 ; ibid., B 9280, Compte de la châtellenie de Pontde-Veyle, 1er compte, peau 6, 1325-1328. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1312-1314, 1319-1320, op. cit., p. 58, 90.

166 A.D.C.O., B 9946, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 20, 1311-1312 ; ibid., B 8240, Compte de la châtellenie de Loyes, f.72, 1355-1357 ; ibid., B 9696, Compte de la châtellenie de Saint-Laurent-les-Mâcon, 3e compte, peau 7, 1315-1317.

167 L’amiral Jean de Bueil témoigne de cette pratique dans une autobiographie romancée appelée Le Jouvencel. Cf. Ph. Contamine, « La guerre de siège au temps de Jeanne d’Arc », dans Archéologia, no34, mai 1979, p. 14.

168 A.D.C.O., B 9938, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, peau 2, 1275-1276.

169 A.D.C.O., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 4, 1286 1287 ; A.D.A., F 19, Compte de la ville de Pont de Veyle, 19 v°, 1345.

170 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1311, 1353-1354, op. cit., t. 1, p.72 ; « Remens... », op. cit., p. 100.

171 E. Viollet-Le-Duc, op. cit, art. Architecture militaire, fig. 30.

172 A.D.A, pièce 54, Ville de Pont-de-Veyle, f. 4, v° 7, 1359 ; ibid., pièce 50, f. 19 v° 22, 1359.

173 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1314-1315, op. cit., t. 1, p. 89.

174 A.D.C.O., B 9581 (1), Compte du péage de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 1320-132.

175 P. Cattin, « SaintRambert... », 1301-1302, 1312-1314, 1315-1316, op. cit., p. 23, 59, 67 ; « Pont-d'Ain... », 1314-1315 op. cit., t. 1, p. 89.

176 Id., « Pont-d’Ain... », op. cit., 1338-1340, t. 2, p 105.

177 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 21, 1340-1342.

178 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, 1336-1338, op. cit., t. 2„ p. 56, 76.

179 Ibid., p. 107.

180 Ibid., p. 99.

181 A.D.C.O., B 8057, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 3, 1320-1321 ; cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1312-1312, op. cit., t. 1, p. 83, 1338-1340, t. 2, p. 52, 105.

182 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 9, 1294-1295.

183 Ibid., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 8, 13251327.

184 P. Cattin, « Pont-d’Ain... « , 1311-1312, 1324-1325, op. cit., t. 1, p. 80, 135. On en a des exemples dans d'autres châteaux comme celui de Coucy. Cf. J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale., op. cit., p. 363.

185 A.D.C.O., B 9952, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 10, 1352-1353 ; id.. B 9953, 1er compte, peau 6, 1355-1357 ; ibid., B 10148, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 5, 1299-1300 ; ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 20, 1340-1342.

186 J.-F. Fino, Forteresses de la France médiévale, op. cit., p. 149-165.

187 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., t. 1., p. 3437, 224225.

188 P. Cattin, « Remens... », 1343-1344, 1345-1346, 1347-1348, op. cit. p. 14-21, 29-30, 49.

189 A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 3, 1317-1319. Cf. aussi P. Cattin, « Remens... », 1343-1344, op. cit. p. 14.

190 A.D.C.O., B 10148, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1299-1300.

191 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 24, 1342-1346.

192 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346. op. cit. p. 33.

193 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17, 1340-1342 ; ibid., B 9027, peau 24, 1342-1346. Cf. aussi P. Cattin, « Remens... », 1349-1350, op. cit., p. 70.

194 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 10e compte, peau 18, 1299-1299 ; ibid., B 6751, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1313-1314.

195 Cf. Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., t. 1, p. 228.

196 A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 2, 1317-1319.

197 P. Cattin, « Remens... », 1343-1344, op. cit. p. 14.

198 A.D.C.O., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 12e compte, peau 21, 1292-1293 ; ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 6, 1340-1342 ; ibid., B 9027, peau 6, 1342-1346. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1306-1307, 1310-1311, 1317, t. 1, op. cit., p. 53, 75, 102 ; « Saint-Rambert... », 1305-1306, op. cit., p. 36.

199 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 8, 1300-1301. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », op. cit., 1335-1336, t.2, p. 55.

200 A.D.C.O. B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 5, 12971298 ; ibid.. B 6744, 1er compte, peau 7, 1302-1303 ; ibid.. B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 12, 1298-1299 ; ibid., B 9943, 2e compte, peau 3, 1301-1302.

201 D. Gandreau, « L’architecture de brique et la création architecturale au Moyen-Âge », dans Dossiers d’archéologie, no 251, mars 2000, p. 22-27

202 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 12, 1298-1299 ; ibid., B 9707, Compte de la châtellenie de Saint-Martinle-Châtel, 3e compte, peau 7, 12961297.

203 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 15e compte, peau 27, 1299-1299 ; ibid., 9943, 4e compte, peau 7, 1304-1304.

204 Ibid., B 9947, 1er compte, peau 7, 1318-1319 ; ibid., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 7, 1349-1350. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 65, 85.

205 J. Miquel, L’architecture militaire dans le Rouergue, op. cit. p. 245.

206 Cf. infra, p. 307-308.

207 Ch. Jarrin, Manuel des poids et mesures du département de l’Ain, B.N.F. V 42490 ; A. Machabey, La métrologie dans les musées de province et sa contribution à l'histoire des poids et mesures depuis le XIIIe siècle, Paris, 1962, p. 46.

208 P. Cattin, « Remens... », 1343-1344, 1345-1346, 13471348, 1348-1349, op. cit., p. 20, 33, 35, 49, 50, 62.

209 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 15e compte, peau 28, 1299.

210 Ibid., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont d’Ain, peau 25, 1342-1346. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1318-1319, op. cit., t. 1, p. 103 ; 1335-1336, 1335-1336, 1336-1338, 1338-1340, t. 2, p. 56, 80, 98 ; « Saint-Rambert... », 1315-1316, 1316-1317, 1339-1340, op. cit., p. 69, 73, 189.

211 Id., « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., p. 98-99.

212 Id., « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 72.

213 A.D.C.O., B 9527, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 1er compte, peau 3, 1341-134. ; ibid, B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 8, 1351-1352.

214 J.-F. Fino, Forteresses de la France médiévale, op. cit., p. 171 ; J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., p. 240.

215 P. Cattin, « Remens... », 1347-1348, 1348-1349, op. cit., p. 49, 62.

216 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 5, 1298-1299.

217 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 15e compte, peau 28, 1299-1299.

218 Ibid., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 4, 1289-1293.

219 P. Cattin, « Billiat... », 1336-1337, op. cit., p. 186.

220 J, F. Fino, Forteresses de ta France médiévale, op. cit., p. 174.

221 A.D.C.O., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 4, 1305-1306. Cf. aussi P. Cattin, « Billiat... », 1318-1320, 1336-1335, op. cit., p. 77, 95, 189 ; « Saint-Rambert... », 1/052/1301-1302. 1312, op. cit., p. 23, 52.

222 Cf. article « hourds ».

223 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 99.

224 A. Kersuzan, La construction du château et de l’enceinte urbaine de Pont-d'Ain, op. cit., p. 74.

225 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », op. cit., t. 2, p. 8 ; « Billiat... », 1352-1353, op. cit., p. 264.

226 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 24, 1342-1346. Cf. aussi P. Cattin, « Billiat... », 1319-1320, 1367-1368, op. cit., p. 96, 311, « Pont-d’Ain... », 1306-1306, op. cit., t. 1, p. 47, 1335-1336, 1336-1338, t. 2, p. 52, 75.

227 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17, 1340-1342.

228 Ibid., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 24, 1342-1346.

229 Ibid. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 75.

230 A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 5, 1317-1319 ; ibid., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 4, 1289-1293 ; ibid., B 10151, 5e compte, peau 2, 1310-1311. Cf P. Cattin, « Saint-Rambert... », 13181319, 1320-1321, op. cit., p. 86, 99, 123 ; ibid., « Billiat... », 1367-1368, op. cit., p. 311.

231 Id, « Pont-d’Ain... », 1306-1306, op. cit., t. 1, p. 47.

232 Id., « Saint-Rambert... », 1314-1315, 1322-1323, op. cit., p. 63, 113 ; id., « Billiat... », op. cit., p. 94, 123, 136, 150, 169, 177, 200, 210, 254, 317.

233 A.D.C.O., B 8053, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 3, 1307-1308 ; ibid., B 8054, 3e compte, peau 4, 1310-1311 ; ibid., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 5, 1289-1293 ; ibid., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 13, 1292 1293 ; ibid., B 9581, Compte du péage de Saint-Germain, 1er compte, peau 2, 1320-1321. P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1311-1312, op. cit., t. 1, p. 80 ; « Saint-Rambert.... », 1317-1318, op. cit., p. 81.

234 Id., « Billiat... », 1367-1368, op. cit., p. 311.

235 Id., « Saint-Rambert... », 1324-1325, op. cit., p. 124.

236 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 24, 1342-1346.

237 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 52.

238 A.D.C.O., B 9513, Compte de la châtellenie de Saint-André-de-Briord-Lhuis, 4e compte, peau 8, 1376-1379. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », op. cit., 1329-1330, t. 2, p. 14.

239 Ibid., 1338-1340. p. 99 ; « Remens... », 13471348, op. cit., p. 50.

240 Cf. B.n.F., ms fr, 22297, f. 349.

241 H. Nodet, « Réflexions à propos des créneaux », dans M.H.F. 1938, p. 136-144.

242 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1312-1314. op. cit., p. 58.

243 C’est un principe défensif ancien, mais largement généralisé dans les châteaux philippiens. Cf. J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., p. 245.

244 A.D.C.O., B 9585, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1333-1333 ; ibid.. B 7572, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 2e compte, peau 5, 1339-1340 ; ibid., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, peau 4, 1305-1306. Cf.aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », op. cit., 1312, t. 1, p. 83, 1338-1340, t. 2, p. 105 ; « Saint-Rambert... », op. cit. p. 59.

245 Id, « Saint-Rambert... », 1312-1314, op. cit., p. 59.

246 A.D.C.O., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 5, 1317-1319 ; ibid., B 9035, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 5, 1353-1354.

247 Ibid., B 9943, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 2e compte, peau 3, 1300-1301.

248 Ibid., B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 25, 1317-1319. Cf. aussi P. Cattin, « Billiat... », 1371-1372, op. cit., p. 327 ; « Pontd’Ain... », 1328-1329, op. cit., t. 2, p. 7, 8.

249 Id., « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit.. p. 76.

250 A.D.C.O., B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 7, 1314-1316.

251 J.-M. Poisson, « Les Allymes à Ambérieu-en-Bugey », dans Châteaux médiévaux en Rhône-alpes, Cahiers René de Lucinge, Ambérieu-en-Bugey, 1990. p. 33.

252 P. Cattin, « Billiat... », 1321-1322, op. cit., p. 102.

253 Cf. J.-P. Adam, L’architecture militaire grecque, Paris 1982 ; A. Blanchet, Les enceintes romaines de la Gaule, Paris, 1907 ; P. Ducrey, « La fortification dans l’histoire du monde grec », dans Actes du colloque international de Valbonne, 1982, Paris, 1986 ; ibid., « A la découverte des forteresses grecques », dans Les dossiers d'archéologie, no 179, février 1993 ; J.-F. Fino, Forteresses de la France médiévale, op. cit., 56-68.

254 D. De Raemy, Le développement de l'architecture castrale dans les anciens Etats de Savoie...op. cit., p. 201.

255 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 75.

256 A. Bon, « Fouilles exécutées en 1965 aux château des Allymes », dans Cahiers René de Lucinge no 8, 1965, p. 12.

257 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., p. 263 ; V. Serdon, « Les fers de traits médiévaux : approche d’étude archéologique. Chrono-typologie des carreaux d’ar balète », dans Pages d’archéologie médiévale en Rhône-Alpes, no 2, Lyon, 1995, p. 75-86 ; A. Salamagne, « Archères, mâchicoulis et tours dans l’Architecture militaire du Moyen-Âge (XIIIe-XVe siècles) : éléments fonctionnels ou symboliques ? « dans Aux marches du palais, Actes du VIF congrès international d'Archéologie Médiévale, Le Mans, 1999, Paris, 2001, p. 77-85 ; E. Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’Architecture, op. cit., art. Meutrière, p. 338.

258 E.viollet-Le-Duc, Description du château de Coucy, Paris, 1869 ; Dictionnaire raisonné de l’Architecture française, op. cit., art. château.

259 E. Lefebvre-Pontalis, Le château de Coucy, Paris, 1910, p. 7.

260 J. Androuet Du Cerceau, Les plus excellens bastiments de France, Paris, 1872, t. 1.

261 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17, 1342-1346 ; ibid., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 5, 1321-1322 ; ibid., B 10148, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 7, 1299-1300. Cf. aussi P. Cattin, « Remens », 1345-1346, op. cit., p.30-31 ; « Extraits des comptes relatifs à la construction de la bastide de Gironville », dans Cahiers René de Lucinge, no 24, Amhérieu, 19821983, p. 2124.

262 Id., « Le compte de la construction de la bastide de Gironville près d'Ambérieu-enBugey », dans Cahiers René de Lucinge, no22, Ambérieu, 1979, p. 3-18

263 J.-M. Poisson, « Recherches archéologiques sur un site fossoyé du XIVe siècle, la bastide de Gironville « fort sarrazin « Ain, Château Gaillard », dans Etudes de castellologie européenne, 12, p. 1984. 15-36 ; « La bastide de Gironville à Ambronay » dans Châteaux de terre : de la motte à la maison forte, Direction des antiquités historiques de la région Rhône-Alpes, CIHAM, CAHM, Grenoble et Isère, 1988, p. 61 - 64.

264 Cf. Paris, B.n.F., ms fr22297, f. 27.

265 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322 ; ibid., B 9585, 1er compte, peau 4, 1333-1333. Cf aussi, P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1312-1314, op. cit., p. 58.

266 Id., « Pont-d’Ain... », 1305, op. cit., t. 1, p. 35

267 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 5, 1321-1322. Cf. aussi, P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1306-1306, op. cit., t. 1, p. 46 ; « Saint-Rambert... », 1312-1314, op. cit., p. 59, 65, « Billiat... », 1318, 1319-1320, 1324-1325, 1325-1326, 1339-1340, op. cit., p. 78, 94, 123, 130, 136, 200, 216.

268 J-.M. Poisson, « Recherches archéologiques sur un site fossoyé du XIVe siècle », op. cit., p. 230.

269 P. Cattin, « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 30.

270 A.D.C.O., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 4, 1309-1310.

271 Ibid., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 5, 1321-1322. Cf. aussi. P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1329-1330, op. cit., t. 2, p. 17 ; « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 32.

272 Ibid., « Gironville... », 1323-1325, op. cit., p. 10-12 ; « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 31.

273 Id., « Pont-d’Ain... », 1305-1305, op. cit., t. 1, p. 35.

274 A.D.C.O., B 6749, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1309-1309.

275 P. Cattin, « Gironville... », 1323-1325, op. cit., p. 11.

276 Id., « Billiat... », 1319-1320, op. cit., p. 94 ; « Saint-Rambert... » 1320-1320, op. cit., p. 95.

277 Id., « Gironville... », 1323-1325, p. 10.

278 Id., « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 31.

279 Id., « Gironville... », 1323-1325. Ibid., p. 8.

280 Ibid., p. 12.

281 Ibid., p. 11 ; « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 31, 37.

282 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 29, 1342-1346.

283 Ibid.. B 9583, Compte du péage de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 1323-1324 ; ibid., B 9945, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 5, 1305-1306. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1312-1314, 1323-1323, op. cit., p. 59, 120.

284 A.D.C.O., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort 1er compte, peau 4, 1289-1290.

285 A.D.C.O., B 9952, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 20, 1353-1354.

286 P. Cattin, « Saint-Rambert...», 1320-1320, op. cil., p. 94.

287 Id.Billiat ... » , 1353-1354, op. cit., p. 270.

288 Id., « Remens ... », 1349-1350, 1350-1351, op. cit. , p. 74, 81.

289 Par exemple aux châteaux de Bouterelle, Paris, B.n.F., ms fr, 22297 ,_f. 477 ; de Crozet, Paris, B.n.F., ms. fr. 22297, f. 482 ou sur les remparts de la ville de Saint-Pourcam-sur-S10ule, Pans, B.n.F., ms fr, 22297, f. 27.

290 P. Cattin, « Pont-d'Ain ... » , 1312-1314, op cit., t. 1, p. 86.

291 A.D.C.0., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 5, 1306-1306.

292 P. Cattin, « Saint-Rambert.. .. », 1314-1315, op. cit., p. 65.

293 A.D.C.0., B 9584, Compte de Saint-Germain, peau 4, 1331-1332. aussi, P. CATIIN,

« Saint-Rambert...», 1323-1323, op. cit., p. 120.

294 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d' Ain, 2e compte, peau 8, 1350-1351.

295 Ibid., B 9585, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 1333-1333.

296 Ibid. , B 7562, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 1er compte, peau 4, 1301-1303.

297 Ibid. , 2e compte, peau 8, 1303-1304.

298 J.MESQUI, Châteaux et enceintes de la France médiévale .. . , op. cit., t. 1, p. 255.

299 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 5, 1342-1346 ; ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 15, 1299-1299.

300 Ibid. , B. 6698, Compte de la châtellenie d'Ambronay, peau 3, 1335-1336. Cf. aussi P. CATTIN, « Pont-d'Ain…», 1332-1332, op. cit., t. 2, p. 37.

301 Ibid., 1336-1338, p. 86.

302 A.D.C.0., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 5, 1289-1293.

303 Ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d' Ain, peau 5, 1340-1342 ; ibid., B 9582 (9), Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 9e compte, peau 30, 1330-1331.

304 Ibid., B 6749, Compte de la châtellenie de Bagé, peau 8, 1309-1309 ; ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 7, 1297-1298.

305 Ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 12, 1298-1299.

306 Ibid. , B 9582, compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 12, 1325-1325; ibid. , B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 13, 1306-1306; A.S.T., Comptedes receveurs généraux, inv. 16, rouieau 7, peau 4, 1318-1319. Cf. aussi P. CATIIN, « Pont-d'Ain ... », 1323-1324, op. cit., t. 1, p. 129

307 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 3, 1293-1294; Ibid. , B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d' Ain, peau 20, 1340-1342.

308 Ibid., B 9970, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 15, 1389; ibid. , B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 12, 1297-1298 ; ibid., B 6813, Compte de la châtellenie de Bagé, 3e compte, peau 14, 1391.

309 Ibid., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 5, 1300-1301.

310 P. Cattin, « Pont-d' Ain ... », 1336-1338, op. cil., t. 2, p. 81.

311 A.D.C.O., B 10153, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1316-1317.

312 Ibid. , B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 6e compte, peau 25, 1330-1331 .

313 Ibid., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, 1er compte, peau 7, 1349-1350.

314 G. detraz, « Fonctions militaires et résidentielles des châteaux à la fin du Moyen-âge : l’exemple du comte, de Genêve au xive siècle », dans Etudes savoisiennes, 2, 1993, p. 52.

315 P. Cattin, « Pont-d'Ain ... », 1336-1338, op. cil., t. 2, p. 76, 97.

316 Châteaux et enceintes de la France médiévale... , op. cit. p. 290-291.

317 « L'architecture militaire au temps de Pierre II de Savoie, les donjons circulaires », op. cit.

318 A.D.C.O., B 9954, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 4, 1355.

319 lbid., B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 1313-1314.

320 Ces mesures viennent de ce que j'ai pu relever in situ, les comptes ne donnant aucune précision.

321 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, 1er compte, peau 7, 1349-1350.

322 Châteaux et enceinte de la France médiévale..., op. cit., t. 1, p. 294.

323 Humbert VI de Thoire-Villars inféoda en 1306 le site de Bouligneux à Girard de La Palud, seigneur de Varambon, avec le droit d'y établir une maison forte. Les menaces savoyardes firent que la construction de ce fortin fut très longue et ne s'acheva que sous le petit-fils de Girard. Cf. F. VIGNIER, Dictionnaire des châteaux de France - Franche Comté, Pays de l'Ain, Paris, 1979, p. 30.

324 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 102.

325 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 4, peau 28, 1315-1316.

326 Ibid., rouleau 7, peau 4, 1318-1319.

327 P. cattin, « Pont-d’Ain ... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 77.

328 A. KERSUZAN, La construction du château de Pont-d'Ain, op. cit., p. 75-77.

329 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 5, 1340-1342.

330 P. cattin, « Saint-Rambert ... », 1315-1316, op. cit., p. 69.

331 Ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17, 1340-1342. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Rambert...», 1315-1316, op. cit., p. 69; « Pont-d'Ain ... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 97-98.

332 Ces mesures sont issues de mes relévés in situ, car les comptes ne donnent pas les épaisseursseurs des murs pour les tours en général et en particulier pour celle du châtelain.

333 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17, 1340-1342.

334 P. cattin, « Pont-d 'Ain ... » , 1310-1 311, op. cit. , t. 2, p. 76.

335 Ibid. , B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 5, 1302-1303.

336 Ibid. , B 6687, Compte de la châtellenie d'Ambronay, peau 3, 1317-1319.

337 Cf. infra p. 307-308.

338 A.D.C.O., B 8052, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 31 305-1306 ; ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 5e compte, peau 8, 1297-1298 ; ibid., B 6749, Compte de la châtellenie de Bagé, peau 8, 1309-1309. Cf. aussi P. cattin, « Pont-d'Ain ... » , 1296- 1298, 1307-1308, op. cit., t. 1, p.28, 58.

339 Ibid., p. 58.

340 A.D.C.O., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1289-1293; ibid., B 10149, 4e compte, peau 9, 1304-1305 ; ibid., B 9952, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 2e compte, peau 29, 1353-1354; ibid. , B 9707, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-leChâtel, 2e compte, peau 5, 1295-1296. Cf. aussi, P.cattin, « Pont-d' Ain ... » , 13 I0- !3 ! 1, op. cit,. t. J, p. 76-77, t. 2, p. 61, 117 ; « Saint-Rambert ... », 1317-1318, op. cit. p. 81.

341 A.D.C.O., B 9944 (2), Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 8, 1303-1304.

342 P. cattin, « Billiat ... », 1317-1318, op. cit., p. 52.

343 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 7, 1298-1299.

344 A.D.C.O., B 9749, Compte de la châtellenie de Saint-Rambert, 2e compte, peau 9, 1342-1342.

345 Ibid., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 6e compte, peau 18, 1330-1331 ; ibid., B 9522, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 7e compte, peau 8, ibid., B 9954, Compte de la châtellenie de Jasseron, 3e compte, peau 3, 1310-1311. Cf. aussi P. CATTIN, « Pont-d’Ain ... », 1306-1307, op. cit., t. 1 ; p. 54, 55, 147 ; « Saint-Ramb~1't.. .», 1302-1303, 1305-1306, 1314-1315, 1317-1318, op. cit., p. 26, 29, 37, 49, 65, 77, 83, 164; « Bilhat ... », 1317-1318, op. cit., p. 61 , 78, 111, 159, 224.

346 A.D.C.O., B 10162, Compte de la châtellenie de Treffort, 3e compte, peau 10, 1358. Cf. aussi P. cattin, « Saint-Rambert... », 1305-1306, op. cit. p. 36

347 Ibid., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1289-1293.

348 Ibid., B 9522, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 4e compte, peau 8, 1311-1312 ; ibid., B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 3e compte, peau 7, 1353-1353 ; 1311-1312 ; ibid., B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 3e compte, peau 7, 1353-1353 ; P. cattin, « Pont-d'Ain ... », 1310-1311, 1323-1324, op. cit., t. 1, p. 77, 129; t. 2, p. 61, 79; « Billiat ... », 1321-1322, 1330-1331, 1336-1337, op. cit., p. 102, 165,189; « Saint-Rambert ... », 1324-1325, op. cit., p. 125.

349 A.D.C.O., B 8058, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 2, 1323-1325 ; ibid., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 6, 1300-1301. Cf aussi P. cattin, « Pont-d'Ain ... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 79; « Billiat ... », 1319-1320, op. cit., p. 95; « Saint-Rambert...», 1317-1318, op. cit., p. 81.

350 A.D.C.O., B 10146 (2), Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 3, 1289-1293.

351 Les carreaux plombés des châteaux de Treffort et de Saint-Martin-le-Châtel, Bourg-en-Bresse, 1914.

352 A.D.C.O., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 4, 1306-1306 ; ibid., B 10150, 3e compte, peau 3, 1306-1307.

353 P. cattin, « Pont-d'Ain ... », 1338-1340, op. cit., 1338-1340, t. 2, p. 102.

354 Ibid., 1335-1336, p. 61.

355 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 7, 1300-1301.

356 Ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort se compte, peau 11, 1297-1298 ; ibid., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, 1er compte, peau 7, 1349-1350 ; ibid., B 6702, Compte de la châtellenie d’Ambronay, 3e compte, peau 10, 1353-1354. Cf. aussi, P. cattin, « Pont-d’Ain... », 1332-1334, op. cit., t. 2, p. 37, 57, 80.

357 Ibid., p. 94 ; « Saint-Rambert ... », 1320-1320, op. cit., p. 156, 177; « Remens ... », 1345-1346, op. cit., p. 40.

358 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322 ; ibid., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1289-1293 ; ibid.., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 3, 1297-1298; ibid., B 9035, Compte de la châtellenie de Pont-d' Ain, l er compte, peau 5, 1355-1356 ; ibid., B 6687, Compte de la châtellenie d'Ambronay, peau 5, 1317-1319. Cf. aussi P. cattin, « Pont-d'Ain ... », 1328-1329, op. cit., t. 2, p. 8 ; « Saint-Rambert ... », 1314-1315, op. cit., p. 63; « Billiat... », 1317-1318, op. cit., p. 60.

359 A.D.C.O., B 9545, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 16, 1306-1307 ; ibid., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 4, 1305-1306 ; ibid., B 6687, Compte de la châtellenie d'Ambronay, peau 4, 1317-1319. Cf. aussi P. cattin « Pont-d'Ain ... », 1335-1336, 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 61, 86 ; « Billiat ... », op. cit., p. 102,254, 317.

360 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 4, 1300-1301 ; ibid., B 8052, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 4, 1305-1307 ; ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 8, 1297-1298. Cf. aussi P. cattin, « Pont-d'Ain ... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 56-57.

361 A.D.C.O .. B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 5e compte, peau 11, 1297-1298 ; ibid., B 9945, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 4, 1306-1307. Cf. aussi P. cattin, « Pont-d'Ain ... », 1332-1334, op. cit., t. 2, p. 37.

362 A.D.C.O., B 9946, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 9, 1311 -1312. Cf. aussi, P. cattin, « Pont-d'Ain ... », 1328-1329, op. cit. , t. 2, p. 8.

363 B. mandy, « Le château des Allymes, rapport de sondage, 1977 », dans Cahiers René de Lucinge, n° 20, Ambérieu-en-Bugey, 1977, p. 23.

364 P. cattin, « Pont-d'Ain ... », 1322-1323, op. cit., t. 1, p. 121.

365 A.D.C.O., B 6695, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 4, 1350-1351.

366 Ibid. , B 8058, Compte de la châtellenie de Jasseron, 4e compte, peau 2, 1327-1328; ibid., B 6688, Compte de la châtellenie d'Ambronay, 3e compte, peau 3, 1336-1337 ; ibid., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1302-1303.

367 Ibid., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 5e compte, peau 21, 1328-1329. Cf . aussi P. cattin, « Pont-d'Ain ... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 81, 113.

368 A.D.C.O., B 8057, Compte de la châtellenie de Jasseron, 3e compte, peau 2, 1337- 1338.

369 A. chatelain, Châteaux forts, images de pierre des guerres médiévales, op. cit., p. 97-98 ; Ph. durand, « L’expérimentation de tir dans les châteaux : de nouvelles perspectives pour la castellogie », dans Bulletin monumental, t. 156-III, Société Française d’Archéologie, Paris, 1998, p. 257-274 ; J. mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale ..., op. cit., t. 2, p. 297-300.

370 A.D.C.O., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1289-1293.

371 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 55.

372 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298.

373 Ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 8, 12971298.

374 Ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 5e compte, peau 11, 1297-12980 ; ibid. B 8054, compte de la châtellenie de Jasseron, 3e compte, peau 8, 1310-1311.

375 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 15e compte, peau 27, 13011302.

376 Ibid., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 3, 1297-1298.

377 Ibid., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 7, 1307-1308.

378 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1332-1334, op. cit., t. 2, p. 37.

379 A.D.C.O., B 9938, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 3, 1275-1276.

380 Ibid., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 6, 1321-1322 ; B 9586, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 3, 1333-1334 ; ibid., B 9712, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 6e compte, peau 10, 1333-1334. Cf. aussi P. Cattin, « PontPont-d’Ain...», 1336-1338, op. cit.. t. 2, p. 87 ; « Saint-Rambert... », 1312-1314, 1316-1317, op. cit., p. 58. 76, 80.

381 A.D. Isère, 8 B 255, fol. 8, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 1313-1314.

382 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 9e compte, peau 30, 1330-1331 ; ibid., B 9581, Compte du péage de Saint-Germain, 1er compte, peau 1, 1320-1321. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 87.

383 Ibid.., « Pont-d’Ain... », 1332-1334, op. cit., t. 2, p. 37.

384 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 9e compte, peau 30, 1330-1331. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1304-1305, op. cit., p. 34 ; « Pont-d’Ain... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 86.

385 E. Lefevre-Pontalis, Le château de Coucy, op. cit., p. 66.

386 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 15e compte, peau 27, 1299-1299.

387 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1335-1335, op. cit., p. 178.

388 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 7. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, 1336-1338. op. cit., t. 2, p. 57, 75.

389 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1325-1325. Cf. aussi P. Cattin, « Pontd'Ain... », op. cit., t. 1, p. 149, t. 2, p. 75 ; id., « Saint-Rambert... », 1301-1302, 1303-1304, 1312-1314, op. cit., p. 23, 29, 58 ; « Billiat... », 1317-1318, 1354-1355, op. cit., p. 60-61, 280.

390 A.D.C.O., B 9939, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, peau 2, 1276-1277.

391 Ibid., B 9946, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 9, 1309-1310.

392 Ibid., B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 3e compte, peau 22, 1353-1353 ; ibid., B 6702, Compte de la châtellenie d’Ambronay, 3e compte, peau 10, 1352-1353 ; ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 5e compte, peau 9, 1297-1298. Cf. aussi P. Cattin, « Saint Rambert... », 1304-1305, op. cit., p. 34, 138.

393 A.D.C.O., B 9027, Compte de la châtellenie de Pontd’Ain, peau 25, 1342-1346.

394 Ibid.

395 P. Cattin. « Saint-Rambert... », 1318-1319, op. cit., p 86..

396 A.D.C.O., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 4, 1289-1293 ; Ibid., B 9707, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 5, 1295-1296. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1307-1308, op. c/7, t. 1, p. 58, 80, « Saint-Rambert... », 1318-1319, op. cit., p. 81, 86, 91.

397 Cf. supra, p. 220-224.

398 A.D.C.O., B 6701, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 3, 1351-1352 ; ibid., B 6702, 3e compte, peau 10, 1353-1353.

399 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 10e compte, peau 22, 1299-1299 ; ibid., B. 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 8, 1309-1310. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p. 77.

400 Id.., « Saint-Rambert.... « , 1317-1318, op. cit., p. 81.

401 Id. et S. Ullmann, Le château des Allymes, op. cit., p. 53.

402 A.D.C.O., B 10147. Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 6, 1297-1298 ; ibid., B 9941, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 6e compte, peau 8 1290-1291 ; ibid., B 9522, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 3e compte, peau 7, 1308-1311 ; ibid., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 4, 1309-1310 ; ibid., B 9028, Compte de la châtellenie de Pont d’Ain, peau 11, 1346-1349 ; ibid., B 6688, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 4, 1335-1336.

403 Ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1340-1342 ; A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 7, peau 4, 1318-1319.

404 Cf. supra, p. 35, note 54.

405 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 104.

406 J-.M. Poisson, « Les Allymes à Ambérieu-en-Bugey », op. cit., p. 33.

407 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 8, peau 20, 1330-1331.

408 A.D.C.O., B 9581, compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322 ; P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1311-1312, 1320-1321, op. cit., t. 1, p. 80, 111, « Saint-Saint-Rambert...», 1314-1315, op. cit., p. 67.

409 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 7e compte, peau 13, 1298-1299. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1311-1312, op. cit., t. 1, p. 80.

410 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 3, 1297-1298.

411 J. Miquel, L'architecture militaire dans le Rouergue, op. cit., p. 258.

412 A. Salamagne, Construire au Moyen-Age, les fortifications de Douai, Paris 2001, p. 27.

413 P. Cattin, « Billiat... », 1317-1318, 1320-1321, 1352-1353, op. cit., p. 60, 98, 264, 270 ; « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 36.

414 A.D.C.O., B 9706, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, peau 1, 1275-1276.

415 Ibid., B 9712, 13e compte, peau 4, 1328-1329.

416 Ibid., B 6702, Compte de la châtellenie d’Ambronay, 3e compte, peau 10, 1353-1353 ; ibid.. B 9587, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 13351336.

417 Ibid., B 8057, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 3, 1320-1321.

418 A.D.C.O., B 9944, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 12, 1303-1304.

419 Ibid., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 4, 1304-1305 ; ibid., B 7563, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 1er compte, peau 3, 1306-1307. Cf. aussi P. Cattin, « Pontd’Ain... », 1312-1314, op. cit., t. 1, p. 85.

420 A.D.C.O., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort,1er compte, peau 3, 1289-1293.

421 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1312-1312, op. cit., t. 1, p. 83 ; « Saint-Rambert... », 1314-1315, op. cit., p. 63.

422 Cf. supra, p. 150,206.

423 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1316-1317, op. cit., t. 2, p. 100.

424 Ibid., 1311-1312, op. cit., t. 1, p. 80.

425 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 5e compte, peau 21, 1328-1329.

426 Ibid.. B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 4, 1304-1305. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... » 1305-1305, op. cit.. t. 1, p. 33.

427 Ibid., 1325-1325, 1327-1328, p. 143, 158.

428 Id., 1324-1325, p. 135 ; « Saint-Rambert... », 1311-1312, op. cit., p. 49.

429 A.D.C.O. ; B 10148, Compte de la châtellenie deTreffort, 1er compte, peau 4, 1299-1300 ; ibid.. B 9944, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 9, 1304-1304.

430 Ibid., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 2, 1325-1325 ; ibid., B 8052, Compte de la châtellenie de Jasseron, 3e compte, peau 4, 13051308 ; ibid., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 4, 1289-1293. Cf. aussi P. Cattin, « PontPont-d’Ain...», 1305-1305, 1311-1312, 1324-1325, op. cit., t. 1, p. 33, 80, 135, 143. ; « Saint-Rambert... », 1302-1303-1316-1317, op. cit.. p. 26, 75

431 Id., « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p. 72, 1335-1336, t. 2, p. 66.

432 A.D.C.O., B 8058, Compte de la châtellenie de Jasseron, 3e compte, peau 4, 1326-1327. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1325-1325, op. cit., p. 131 ; « Pont-d’Ain... », 1325, 1325-1327, op. cit, t. 1, p. 143,150.

433 Id., « Pont-d’Ain... », 1306-1307, 1309-1310, op. cit., t. 1, p. 54. 69.

434 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-132 ; ibid., B 10146, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1289-1293 ; ibid., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 11e compte, peau 16, 1292-1293 ; ibid., B 9706, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, peau 1, 1275-1276. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Saint-Rambert...», 1312-1312, op. cit., p. 55 ; Id., « Pont-d’Ain... », op. cit., 1305-1306, 1311-1312, 1324-1325, t. 1, p. 40, 46. 54, 80, 135, t. 2, p. 66, 106.

435 A.D.C.O., B 9584, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 4, 1331-1332 ; P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1310-1311, op. cit., t. 1, p. 72, 135, t. 2, p. 14 ; « Saint-Rambert... », 1321-1322, op. cit., p. 107, « Billiat... », 1320-1321, op. cit., p. 98.

436 A.D.C.O., B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 7, 1351-1352.

437 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1321-1322, op. cit., p. 107.

438 Cf. supra, p. 59.

439 A.D.C.O., B 6745, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 9, 1304-1305.

440 Ibid., B 6751.1er compte, peau 4, 1313-1314.

441 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de SaintTivier, 15e compte, peau 27, 1299.

442 Ibid., B 6702, Compte de la châtellenie d’Ambronay, 1er compte, peau 3, 1353-1353.

443 B. Mandy, « La « 'barbacane'des Allymes », dans Cahiers René de Lucinge, no 19, 1975, p. 4. 8.

444 A.D.C.O., B 9033, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 4, 1351-1352 ; ibid., B 6688, Compte de la châtellenie d’Ambronay, 3e compte, peau 3, 1335-1336 ; ibid., B 9941, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 3e compte, peau 9, 1286-1287 ; ibid, B 9942, 15e compte, peau 27, 1299-1299 ; ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 10, 1297-1298 ; ibid., B 10151, 4e compte, peau 18, 1310-1311 ; ibid., B 10152, 1er compte, peau 3, 1311-1312. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », op. cit., t. 1, p. 41, 94, 142, 158 ; « SaintSaint-Rambert...», 1320-1320, op. cit., p. 94 ; « Billiat... », op. cit., p ; 77, 98, 130, 136, 250, 265, 281.

445 A.D.C.O., B 9946, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 5e compte, peau 32, 1322-1313.

446 Ibid., B 6700. Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 3, 1350-1351.

447 B. Mandy, « La ‘barbacane’ des Allymes », op. cit., p. 3-11.

448 A.D.Côte dor, B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 3, 1311-1313.

449 La représentation du château et de la ville de Crozet, dans l'Armorial de Revel, témoigne très clairement de ce dispositif. Cf. Paris, B.n.F., ms fr 22297, f. 482.

450 A.D.Côte dor, B 9027, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 25, 1342-1346.

451 B. Mandy, « La ‘barbacane’ des Allymes, étude archéologique », dans Cahiers René de Lucinge, no 19, 1975, 1976, p. 3-11.

452 P. Cattin, « Remens... », 1348-1349, op. cit., p. 71.

453 B. Mandy, « La ‘barbacane’ des Allymes », op. cit.

454 P. Cattin, « Les comptes de la châtellenie des Allymes à l’époque dauphinoise », op. cit., p.21.

455 A.D.C.O., 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1340-1342 ; ibid., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322. Cf. aussi, P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 62, 99, 105.

456 P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 80.

457 A.D.C.O., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 4, 1305-1306.

458 Ibid., B 8058, 1er compte, peau 3, 1323-1325.

459 Ibid., B 9584, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 4, 1331-1332.

460 A.D.C.O., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, peau 4. 1305-1306.

461 Ibid., B 8050, peau 5, 1304-1305 ; ibid., B 8051, 1er compte, peau 6, 1305-1306.

462 Ibid., B 6747, Compte de la châtellenie de Bagé, 2e compte, peau 4, 1307-1308.

463 D. De Raemy, ORBe, « La tour ronde du château », op. cit., p. 187.

464 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1324-1325, op. cit.. p. 125.

465 « La bastie de Luisandre », dans Cahiers René de Lucinge, no 24, Ambérieu-en-Bugey, 1982-1983, p. 20.

466 A.S.T., Compte des receveurs généraux, inv. 16, rouleau 7, peau 4. 1318-1319.

467 L. Blondel, op. cit., p. 34-35.

468 P. Cattin, « Billiat... », 1367-1368, op. cit., p. 311.

469 Ch. Dormoy, « L’expertise dendrochronologique du donjon de Loches (Indre-etLoire) : des données fondamentales pour sa datation », dans Archéologie médiévale, t. XXVII, 1997, p. 73-89.

470 A.D.C.O., B 8051, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 5, 1305-1306.

471 L. Blondel, op. cit., p. 14, 16, 18.

472 J-.O. Guilhot, « Le château de Trévoux », dans Châteaux médiévaux en Rhône-Alpes, op. cit.. p. 22.

473 Ibid., « Le château d'Ambérieux », dans Châteaux médiévaux en Rhône-Alpes, Lyon, 1990, p. 23.

474 A.D.C.O., B 9952, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 9, 1353-1354 ; ibid., B 9583, Compte du péage de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 1323-1324 ; ibid., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 5e compte, peau 9, 1297-1298.

475 P. Cattin. « Pont-d’Ain... », 1336-1338, op. cit. t. 2, p. 75, 85.

476 A.D.C.O., B 10152, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 7, 1314-1316.

477 Ibid., B 9545. Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 14, 1306-1307.

478 Ibid.. B 6687, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 5, 1317-1319.

479 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1305-1306, op. cit., t. 1, p. 42 ; « Saint-Rambert... », 1302-1303, 1304-1305, op. cit., p. 26, 34.

480 A.D.C.O., B 9585, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1333-1334.

481 Ibid., B 10154. Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 7, 1321-1322.

482 E. Sirot-Chalmin, « Châteaux de montagne aux XIIIe et XIVe siècle », op. cit., p. 124.

483 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1321-1321, op. cit., p. 104.

484 A.D.C.O., B 9035, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, 1er compte, peau 5, 1353-1354.

485 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1335-1335, op. cit., p. 178.

486 Ibid., « Saint-Rambert... », 1302-1303, 1304-1305, 1314-1315, op. cit, . p. 26, 34, 63 ; « Billiat... », 1335-1336, 1337-1338, op. cit., p. 181, 196.

487 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 6, 1297-1298.

488 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1327-1328, op. cit., t. 1, p. 144.

489 A.D.C.O., B 8058, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 4, 1323-1325.

490 Ibid., B 6741, compte de la chatellenie de bage, 1er compte, peau 3, 1297-1298 ; Ibid., B 9952, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 9, 1353-1354 ; ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 19, 1340-1342. Cf. aussi, P. Cattin, « SaintSaint-Rambert...», 1316-1317, op. cit., p. 76.

491 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322.

492 L. Philippe, . Les carreaux plombés du château de Treffort et de Saint-MartinleChâtel, Bourg, 1914.

493 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 102.

494 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 5, 1297-1298 ; ibid., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1302-1303 ; ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 12e compte, peau 21, 1299-1299 ; ibid., B 8055, Compte de la châtellenie de Jasseron, 10e compte, peau 30, 1318-1318. Cf. aussi, E. Sirot-Chalmin, « Châteaux de montagne », op. cit., p. 124125.

495 A.D.C.O., B 10173, Compte de la châtellenie de Treffort, 10e compte, peau 10, 1389-1391 ; ibid., B 9581, Compte de la châtellenie de SaintGermain, 4e compte, peau 10, 1322-1323. Cf. aussi, P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1339-1340, op. cit., p. 189.

496 A.D.C.O., B 6807, Compte de la châtellenie de Bagé, peau 4, 1383-1385 ; ibid., B 6818, 1397-1398,

497 P. Duparc, Le comté de Genève, IXe-XVe siècle, Genève, 1955, p. 285-286.

498 Voir les plans des archères et la coupe de la tour dans J.-F. Genevois, Le château et la seigneurie de Jasseron, op. cit.. p. 21-23.

499 Cf. supra, p. 244.

500 Cf. supra, p. 221-222, 248.

501 A.D.C.O., B 9585, Compte de la châtellenie de Saint-Germain.2e compte, peau 4. 1333-1333. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1302-1303, 1339-1340, op. cit., p. 26, 190 ; « Billiat... », 1318-1319, 1319-1320, op. cit., p. 77, 94.

502 Id., « Saint-Rambert... ». 13261327, op. cit., p. 138.

503 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 22, 1340-1342. Cf. aussi, P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1317-1318, op. cit., p. 81.

504 A.D.C.O., B 9387, Compte de la châtellenie de Rossillon, 1er compte, peau 3, 1315-1318.

505 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 66.

506 Id., « Billiat... », 1318-1319, op. cit., p. 77. ; « Saint-Rambert. » 1324-1325, op. cit., p. 123 ; « Pont-d’Ain. », 1326, 1327, op. cit., t. 1, p. 149.

507 A.D.C.O., B 10153, Compte de la châtellenie de Treffort.1er compte, peau 5, 1316-1317 ; ibid., B 9589, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 6, 1338 ; ibid., B. Cf. aussi P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1320-1321, op. cit, p. 100, « Pont-d’Ain... », 1308-1309, t. 1, op. cit., p.66.

508 A.D.C.O., B 6688, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 3, 1336-1337.

509 Infra, p. 307-308.

510 J. Miquel, « La forteresse royale de Najac et les châteaux rouergats », dans Revue du Rouergue, no 139, 1981, p. 193-212 ; H. Nodet, « Le château de Najac en Rouergue », dans Bulletin Monumental, 1886, p. 352362, P. Caillaulamicq, P. Massie, J. Staes, P. Tucoo-Chala, Morlanne et son château, sup. à la Revue de Pau et du Béarn, no 10, Pau, 1983.

511 A.D.C.O., B 9710, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 6e compte, peau 12, 1317-1319.

512 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1315-1316, op. cit., t. 1, p. 94.

513 P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1318-1319, op. cit., t. 1, p. 104.

514 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 15e compte, peau 27, 1299-1299.

515 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale..., op. cit., t. 2, p. 78-80.

516 P. Cattin, « Pontd’Ain... », 1318-1319, op. cit., t. 1, p. 103.

517 Ibid., 1319-1320. p. 108.

518 A.D.C.O., B 9522, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 3e compte, peau 9, 1308-1311.

519 Ibid., B 9388, Compte de la châtellenie de Rossillon, 1er compte, peau 3, 1319-1321.

520 A.D.C.O., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 17, 1322-1323.

521 A. Kersuzan, « La construction du château et de l’enceinte urbaine de Pont-d’Ain », op. cit., p 53.

522 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1307-1308, 1324-1325, 1335-1335, op. cit., p. 39, 124, 177.

523 Id., « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 58.

524 A.D.C.O., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 8, 1324-1325.

525 P. Cattin, « Billiat... », 1339-1340, op. cit., p. 201.

526 Id., « Pont-d’Ain... », 1323-1324, 1325-1325, op. cit., t. l, p. 129, 143 ; ibid., 1331-1332, t. 2, p. 28.

527 A.D.C.O., B 9280, Compte de la châtellenie de Pont-de-Veyle, 1er compte, peau 6, 1325-1326.

528 Ibid., B 9946. Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 17, 1308-1309 ; ibid., B 6754, Compte de la châtellenie de Bagé, 2e compte, peau 7, 1330-1331. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1325-1327, op. cit., p. 149.

529 A.D.C.O., B 6773, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 5, 1348-1349.

530 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 55, 58.

531 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 4e compte, peau 17, 1301-1302 ; ibid., B. 6817, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1396-1397.

532 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 8, 1300-1301. Cf. aussi P. Cattin, « Billiat... », 1337-1338, op. cit., p. 195.

533 A.D.C.O., B 8057, Compte de la châtellenie de Jasseron, 6e compte, peau 24, 1323-1323.

534 P. Cattin, « Pontd’Ain... », 1319-1320, op. cit., t. 1, p. 108.

535 A.D.C.O., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 7, 1324-1325.

536 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 15, 1301-1302 ; ibid., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 7, 1324-1325. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1325-1325, op. cit., t. 1, p. 143, 149.

537 Ibid., 1335-1336, t. 2, p. 57, 62.

538 E. Sirot-Chalmin, « Châteaux de montagne », op. cit., p. 124.

539 P. Cattin, « Pontd’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 55.

540 Ibid., 1336-1338. p. 81.

541 Ibid., 1335-1336. p. 69.

542 A.D.C.O.. B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 16, 1301-1302 ; ibid., B 9280, Compte de la châtellenie de PontdeVeyle, 2e compte, peau 13, 1327-1328.

543 P. Deschamps et M. Thibout, La peinture murale en France - Le début de l’époque gothique, Paris, 1963.

544 A.D.C.O., B 9712, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 3e compte, peau 12, 1328-1329.

545 C. Fernex de Mongex et D. Richard, Peintures médiévales de Cruet, Barberaz, 1990.

546 V. Alegre, L'art roman dans la région albigeoise, Toulouse, 1978 ; E. Rossignol, « La tour Palmata à Gaillac (Tarn) son histoire, son architecture et ses peintures », dans Mémoires de la Société Archéologique du Midi, T. VIII, 1861-1865, p. 298-303.

547 A.D.C.O., B 9280, Compte de la châtellenie de Pont-de-Veyle, 3e compte, peau 10, 1327-1328.

548 Ibid., B 9035, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 6, 1353-1354.

549 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 61.

550 A.D.C.O., B 10150, Compte de la châtellenie de Treffort, 3e compte, peau 3, 13061307.

551 P. Cattin, « Pontd’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 102.

552 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 2e compte, peau 5, 1350-1351.

553 L. Philippe, op. cit..

554 P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1317, op. cit., t. 1, p. 102.

555 E. Cuaz, « Histoire d’une charte », dans Histoire du château de Pont-d’Ain, Lyon, 1892, p. 218-226.

556 A.D.C.O., B 8058, Compte de la châtellenie de Jasseron, 1er compte, peau 4, 1323-1325.

557 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 13351336, op. cit., t. 2, p. 54-55.

558 A.D.C.O., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 3, 1318-1319.

559 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298 ; ibid.. B 9952, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 2e compte, peau 28, 1353-1354 ; ibid., B 9280, Compte de la châtellenie de Pont-de-Veyle, 2e compte, peau 13, 1326-1327 ; ibid., 3e compte, peau 21, 1327-1328.

560 J-.M. Lescuyer-Montdesert et J-.M. Poisson, « Fonction des pièces dans les châteaux bressans au XIVe siècle : l’apport des textes à l’archéologie », dans Le château médiéval forteresse habitée, op. cit., J.-M. Poisson, (dir.) p. 24.

561 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 108.

562 A.D.C.O., B 7584, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, peau 4, 1356-1358.

563 A.D.C.O., B 9581, Compte du péage de Saint-Germain, 1er compte, peau 1, 1320-1321.

564 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 57.

565 A. Kersuzan, La construction du château et de l'enceinte urbaine de Pont-d’Ain, op. cit., p. 79.

566 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322.

567 Ibid., B 9954, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 4, 1355-1356.

568 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 55-56.

569 A.D.C.O., B 9583, Compte du péage de Saint-Germain, 2e compte, peau 7, 1324-1325. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1323-1324, op. cit., t. 1, p. 129 ; « Saint-Rambert... », 1303-1304, op. cit., p. 29.

570 A.D.C.O., B 6752, Compte de la châtellenie de Bagé, peau 3, 1317-1318 ; ibid., B 9583, Compte du péage de SaintGermain, 2e compte, peau 8, 1324-1325. Cf. aussi P. Cattin, « PontPont-d’Ain...», 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 87.

571 A.D.C.O., B 9712, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 1er compte, peau 3, 1324-1326.

572 Ibid., B 9387, Compte de la châtellenie de Rossillon, 2e compte, peau 5, 1354-1356 ; ibid., B 6753, Compte de la châtellenie de Bagé, 5e compte, peau 2, 1319-1319. Cf. aussi P. Cattin, « PontPont-d'Ain...», 1327-1328, op. cit., t. 1, p. 157.

573 Ibid., 1328-1329, t. 2, p. 8.

574 Ibid., 1306-1307. p. 53.

575 A.D.C.O., B 6741, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 4, 1297-1298.

576 Ibid., « Pontd’Ain... », 1335-1336, t. 2, p. 69.

577 A.D.C.O., B 9712, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 6e compte, peau 10, 1333-1334.

578 E. Sirot-Chalmin, Le château d’Annecy, Lyon, 1990, p. 58.

579 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 108.

580 Id., « Saint-Rambert... », 1309-1310, op. cit., p. 44.

581 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1340-1342.

582 Ibid., B 10154, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 5, 1322-1324.

583 Ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 17, 1340-1342.

584 Ibid., B 10153, Compte de la châtellenie de Treffort, 3e compte, peau 15, 1318-1319. Cf. aussi, P. Cattin, « Pont-d'Ain... », 1323-1324, op. cit., t 1, p. 129.

585 Ibid., B 9280, Compte de la châtellenie de Pont-de-Veyle, 3e compte, peau 21, 1327-1328.

586 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 74.

587 A.D.C.O., B 9031, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 1er compte, peau 6, 1349-1350. Cf. aussi, P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 87.

588 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 62.

589 Ibid., p. 61-62.

590 Id., « Saint-Rambert... », 1339-1340, op. cit., p. 189.

591 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 6, 1297-1298.

592 Ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 12e compte, peau 38, 1299.

593 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 56.

594 Ibid., 1336-1338, t. 2, p. 75.

595 Ibid.

596 E. Sirot-Chalmin, Le Château d’Annecy, op. cit., p. 26 - 56.

597 A.D.C.O., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 3e compte, peau 12, 1325-1325.

598 Ibid., B 9943, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 15, 1301-1302.

599 P. Cattin, « Billiat... », 1335-1336, op. cit., p. 182.

600 A.D.C.O., B 10149, Compte de la châtelleneie de Treffort.7e compte, peau 3, 1306-1307.

601 A.D.C.O., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 7, 1318-1319.

602 P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1334-1335, op. cit., p. 178.

603 B. Mandy, « Une chapelle du haut MoyenÂge dans le château de SaintGermain à Ambérieu-en-Bugey », dans Mémoires et documents, no2, 1975, p. 11-20 ; ibid., « Origine et évolution du château de Saint-Germain à Ambérieu-en-Bugey », dans Urbanisme et Architecture en Savoie, Actes du27e congrès des Sociétés Savantes en Savoie, Thonon, 1978-1982, p. 115-123.

604 A.D.C.O., B 9581, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 2e compte, peau 4, 1321-1322.

605 M. A.C.N. de La Teyssonniere ; Recherches historiques sur le département de l’ain, t. 3, Roanne, 1979, p. 301..

606 Supra, p. 13-15.

607 E. de Quinsonas, Matériaux pour servir à l’histoire de Marguerite d’Autriche, Paris, 1860.

608 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 22, 1340-1342 ; ibid., B 9027, peau 26, 1342-1346 ; ibid., B 9031, 1er compte, peau 8, 1349-1350. Transcription et traduction de ces comptes dans A. Kersuzan, La construction du château et de l’enceinte urbaine de Pontd’Ain, op. cit., annexes, p. 1-94.

609 Ibid., p. 125.

610 A.D.C.O., B 9027. Compte de la châtellenie de Pont-d'Ain, peau 26, 1342-1346.

611 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France Médiévale..., op. cit., t. 2, p. 112.

612 P. Cattin, « Pontd’Ain... », 1336-1338, op. cit.. t. 2. p. 84.

613 A.D.C.O., B 6752, Compte de la châtellenie de Bagé, 1er compte, peau 5, 1315-1316. Cf. aussi, P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 74.

614 Ibid., 1336-1338, p. 91-92.

615 A.D.C.O., B 9943, Compte de la châtelleneie de Saint-Trivier, 6e compte, peau 15, 1301-1302.

616 Ibid., B 7079, Compte de la châtellenie de Bourg-en-Bresse, 2e compte, peau 8, 1275-1277.

617 Ibid., B 10154, Compte de la châtellenie de Treffort, 4e compte, peau 5, 1322-1324.

618 Ibid., B 9712, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 1er compte, peau 3, 1324-1326.

619 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 65, 74.

620 Ibid., 1336-1338, 1338-1340, p. 87-88, 108-109.

621 Ibid., 1335-1336, p. 52, 62.

622 Id., « Remens... », 1345-1346, op. cit., p. 36.

623 A.D.C.O., B 6778, Compte de la châtellenie de Bagé, 2e compte, peau 7, 1352-1353.

624 Ibid., B 9037, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, 2e compte, peau 19, 1342-1346.

625 Ibid., B 9940, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 1er compte, peau 3, 1283-1284.

626 Ibid., B 9522, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 7e compte, peau 3, 1312-1314. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 63.

627 G. Jeanton, Les cheminées sarrasines de la Bresse, Mâcon, 1924.

628 P. Cattin, « Pont-d’Ain... ». 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 81.

629 A.D.C.O., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 32, 1292-1293.

630 Ibid., B 10154, Compte de la châtellenie de Treffort, 2e compte, peau 9, 1321-1322 ; ibid., B 7580, Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, peau 3, 1351-1352 ; ibid., B 9387, Compte de la châtellenie de Rossillon, 1er compte, peau 3, 1315-1316. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-Pont-d’Ain...», 1336-1338, op. cit., t. 2, p. 75 ; « Saint-Rambert... », 1330-1331, op. cit., p. 160 ; « Billiat... », 1335-1336, op. cit., p. 181.

631 Id., « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2. p. 64.

632 A.D.C.O., B 9940, Compte de la châtellenie de SaintTrivier, 1er compte, peau 3, 1279-1280. Cf. aussi P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1336-1338, op. cit., t. 2, p.74.

633 Amédée VI, surnommé le comte rouge (1343-1383) et sa suite font usage de plus de 200 chevaux lors de leurs déplacements. Cf. J. Cordey, Les comtes de Savoie et les rois de France pendant la guerre de 100 ans, Paris, 1911, p. 12.

634 A.D.C.O., B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 3, 1297-1298 ; ibid., B 9526, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 3e compte, peau 9, 1339 1340 ; ibid., B 9941, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 5e compte, peau 7, 1288-1288 ; ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 18, 1340-1341 ; ibid., B 7100, Compte de la châtellenie de SaintRambert, 1er compte, peau 6, 1349-1350 ; ibid., B 9582, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 4e compte, peau 17, 1325-1328 ; ibid., B 9584, peau 4, 1331-1332 ; ibid., B 6697, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 3, 1317-1319 ; ibid., B 8054, Compte de la châtellenie de Jasseron, 3e compte, peau 12, 1310-1311.

635 Ibid., B 9026, Compte de la châtellenie de Pont-d’Ain, peau 18. 1339-1340.

636 A. Kersuzan, La construction du château et de l’enceinte urbaine de Pont-d’Ain, op. cit. p. 88.

637 A.D.C.O., B 6697, Compte de la châtellenie d’Ambronay, peau 3, 1317-1319 ; ibid., B 9947, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 5e compte, peau 9, 1323-1323. Cf. aussi E. Sirot-Chalmin, « Les modèles princiers et leur imitation dans le milieu seigneurial en territoire genevois et savoyard (XIVe-XVe siècle) », dans Aux marches du palais, op. cit., p. 114.

638 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 103

639 Id., « Le compte de construction de la bâtie de Gironville », 1323-1325, op. cit.. p. 7-8.

640 A.D.C.O., B 6753, Compte de la châtellenie de Bagé, 5e compte, peau 38, 1324-1328 ; ibid., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 15, 1299-1299 ; ibid., 9942, 10e compte, peau 18, 1301-1302 ; ibid., B 6688, Compte de la châtellenie d’Ambronay, 1er compte, peau 3, 1335-1336 ; ibid., B 7576. Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, peau 7, 1335-1336 ; ibid., B 9706, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 1275-1276.

641 Ibid., B 9708, Compte de la châtellenie de Saint-Martin-le-Châtel, 2e compte, peau 6, 1300-1301. Cf. P. Cattin, « Saint-Rambert... », 1315-1316, op. cit., p. 70, 73 ; « Pont-d’Ain... », 1335-1336, op. cit., t. 2, p. 63.

642 Id., « Saint-Rambert... », 1316-1317, op. cit., p. 73.

643 Ibid., 1312-1314. p. 59, 70, 95.

644 A.D.C.O., B 9584, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 4, 1331-1332 ; ibid., B 10149, Compte de la châtellenie de Treffort, Ier compte, peau 3, 1302-1303.

645 D. Reynard, Histoire d’eau, Bisses et irrigationen Valais au XIVe siècle, Lausanne, 2002.

646 Ibid., B 1014, Compte de la châtellenie de Treffort, 6e compte, peau 17, 1293-1294 ; ibid., B 10173, 2e compte, peau 9, 1390-1391 ; ibid., B 9387, Compte de la châtellenie de Rossillon, 3e compte, peau 4, 1317-1318.

647 Ibid.. B 10147, Compte de la châtellenie de Treffort, 5e compte, peau 12, 1297-1298 ; ibid., B 9388, Compte de la châtellenie de Rossillon, 3e compte, peau 4, 1322-1323.

648 Ibid.. B 9584, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 4, 1331-1332 ; ibid. B 8056, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 7, 1319-1320 ; ibid.. B 9388, Compte de la châtellenie de Rossillon, 1er compte, peau 3, 1319-1320 ; ibid., B 9281, Compte de la châtellenie de PontdeVeyle, peau 7, 1329-1330. Cf. aussi, P. Cattin, « Billiat... », 1339-1340, op. cit., p. 201.

649 A.D.C.O., B 9584, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, peau 4, 1331-1332.

650 Ibid., B 9583, Compte du péage de Saint-Germain, 2e compte, peau 7, 1324-1325 ; ibid., B 6753, Compte de la châtellenie de Bagé.5e compte, peau 38, 1319-1320.

651 Ibid., B 10155, Compte de la châtellenie de Treffort, 1er compte, peau 7, 1324-1325 ; id., B 8060, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 3, 1349-1349.

652 E. Sirot-Chalmin, « Châteaux de montagne aux XIIIe et XIVe siècle », op. cit., p. 124

653 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1335-1336, 1336-1338, op. cit., t. 2. p. 54, 87.

654 A.D.C.O., B 9026, Compte de la châtellenie de Pontd'Ain, peau 19, 1340-1342.

655 Ibid., B 9027, peau 29, 1342-1346.

656 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1329-1330, op. cit., t. 2, p. 13 ; « Billiat... », 1332-1333, op.cit., p. 146, 165, 189 ; « Saint-Rambert... », 1304-1305, 1320, 1324-1325, op. cit., p. 34, 95, 126.

657 A.D.C.O., B 9942, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 8e compte, peau 15, 1299-1299 ; id., B 8060, Compte de la châtellenie de Jasseron, 2e compte, peau 3, 1350-1350.

658 Id., B 9526, Compte de la châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 1er compte, peau 3, 1338-1338.

659 H. Raulin, Architecture rurale traditionnelle, Savoie, Montmélian, 1993, p. 50-51.

660 P. Cattin, « Pont-d’Ain... », 1338-1340, op. cit., t. 2, p. 98.

661 J.-O. Guilhot, Se nourrir à Besançon au MoyenÂge, Besançon, 1990, p. 18.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search