Version classiqueVersion mobile

Défendre la Bresse et le Bugey

 | 
Alain Kersuzan

Chapitre Ier. Histoire et situation des enjeux territoriaux

Texte intégral

1L’extension savoyarde qui fut d’une relative continuité à partir de Thomas 1er (l 189-1233) s’est réalisée selon une méthode quasiment systématique d’acquisition de territoires par achats, mariages, alliances, pariages. On pourrait croire qu’ainsi, la politique territoriale des comtes fut une poursuite bien établie d’objectifs précis. Sans doute, il émane une ligne d’actions logiques et cohérentes de la part des comtes successifs, cependant l’attentisme et l'opportunisme ont souvent présidé à la création du vaste ensemble territorial savoyard.

  • 1 L. Jacob, La formation des limites entre Dauphiné et Savoie, 11401760, Paris, 1906, p. 8-35.

2Les comblements entre les territoires se sont ensuite réalisés au gré des possibilités par la transformation de fiefs en terre domaniale, par garde de terres d’Église et par avouerie. Mais c’est principalement par des actions militaires que se sont réalisées les jonctions. Ces dernières furent réalisées sous la forme d’un grignotage des marches voisines, en attaquant son rival en une autre région afin de pouvoir ensuite échanger les terres ainsi conquises ou faire reconnaître ses droits sur d’autres territoires1. C’est par ces procédés qu’entre la Bresse et le Bugey, la Savoie s’est étendue vers l'ouest au détriment des seigneuries voisines.

3Au premier rang des seigneurs menacés par le désir des comtes de Savoie à joindre leurs terres sont les sires de La Tour-du-Pin qui, devenus Dauphins de Viennois en 1282, réactivent et du même coup élargissent le conflit qui oppose depuis longtemps la Savoie au Dauphiné. Les Dauphins entraînent avec eux les sires de Thoire-Villars qui sont voisins de la Savoie en deux régions. L’une dans les montagnes du Jura méridional - ce sont les terres de Thoire - l’autre, au sud-ouest de la Bresse, sur le plateau de la Dombes, autour de la ville de Villars-lès-Dombes. Les comtes de Genève sont également impliqués par la possession d’un château et de terres situées à Varey, au plus étroit de l'intervalle qui sépare la Bresse du Bugey savoyard.

4L’ensemble de ces espaces correspondait autrefois à une entité politique unique, la Manche des Coligny. Celle-ci s’est divisée en plusieurs seigneuries fixées sur des régions différentes, aux marges desquelles se sont situés les différends et les conflits. Ce sont les régions du Bas-Bugey, de la plaine de l’Ain, du Revermont et le sud du plateau des Dombes.

Figure 2. La Bresse et le Bugey dans l’espace français

La Manche des Coligny

5Il est bien difficile, sinon impossible de reconstituer de manière complète, précise et exhaustive F histoire de cette région. Les sources manquent et l’entité politique qui recouvre ce territoire est lointaine, floue et de vie brève, puisque dès la fin du XIIIe siècle, on parlait déjà « d’ancienne Manche des Coligny ».

  • 2 S. Guichenon, Histoire des pays de Bresse et Bugey, t. 1, Roanne, 1979, p. 39.
  • 3 Ibid., p. 40.

6Les possessions territoriales des Coligny sont certainement nées de l’éclatement, au Xe siècle, de l’immense pagus de Bresse et il est convenu de voir dans les sires de Coligny, des descendants des comtes carolingiens2. La baronnie s’étend alors sur une grande superficie, s’étirant en longueur du nord au sud, entre deux autres fiefs d’où le nom de Manche. Elle va des environs de Lons-le-Saulnier, au nord, jusqu’au Rhône où un rocher détaché de la montagne, à Serrières-de-Briord, porte le nom de « pierre des Coligny », marquant ainsi la limite sud. D’ouest en est, la Manche allait des environs de Bourg-en-Bresse jusqu’aux abords de Nantua. Toute cette partie nord était limitée à l’ouest, dans le sens nord-sud, par les montagnes du Revermont, terme qui apparaît pour la première fois dans une donation de 9743, tandis que la partie sud était montagneuse à l’est (Bugey) et plate à l’ouest..

Figure 3. Etendue théorique de la Manche des Coligny à la fin du XIIe siècle

  • 4 Les abbés de Saint-Claude possèdent en totalité la terre et le château primitif de Jasseron dans l (...)
  • 5 Pour ce qui concerne l’héritage dans les familles nobles voir R. Fossier, La société médiévale, Pa (...)

7Ce grand domaine fut peu à peu démembré, aussi bien territorialement que juridiquement, par les partages successoraux, les dots des filles, les donations aux institutions religieuses4. A la mort d’Humbert II de Coligny, à la fin du XIIe siècle, les terres sont à nouveau partagées entre les descendants filles et garçons puisque telle est la règle de l’héritage dans cette famille5. Dès lors, il ne reste plus grand chose de l’ensemble originel, mais une multitude de fiefs territoriaux et banaux. Certes, les plus importants appartiennent encore aux aînés, mais ceux-ci n’ont plus de prépondérance sur un bon nombre d’entre eux. Ainsi la région de Lons-le-Saunier leur échappe complètement de même que toute la partie entre Nantua et le Revermont. C’est désormais le sire de Thoire-Villars qui, par son mariage le 11 juillet 1188 avec Alix de Coligny, fille héritière d'Humbert II de Coligny, devient le maître de cette région. Il reçoit aussi les droits sur le péage de Trévoux.

  • 6 Ainsi, Etienne de Coligny était encore en 1303, propriétaire des droits du pont sur l’Ain, à Pont (...)
  • 7 A.D.C.O., B 621, paquet X, folio II.

8Le jeu des alliances, des inféodations, des engagements, des héritages compliquent encore la situation et l’imbroglio territorial et juridique (banalité)6 qui en découle y est plus tard, la cause et le prétexte de tous les conflits entre Savoie et Dauphiné. La dislocation se poursuit avec la mort de Hugues de Coligny en 1226, à la prise de La Serre par le roi Jean de Bulgarie. Son frère lui succède, mais meurt deux ans plus tard. Il laisse ses terres de Coligny en héritage à sa fille Béatrice qui les apporte en dot à son époux, Albert de La Tour-du-Pin, mais à charge d’hommage au comte de Savoie7. Le couple n’ayant pas d’enfant, les baronnies de La Tour et de Coligny passent à Humbert, le frère d’Albert, après le décès de Béatrice et Albert.

  • 8 M.C. Guigue, op. cit., p. 108-109.
  • 9 Le mariage a lieu le 31 août 1273 : J. Richard, « L’accession de la maison de La Tour au Dauphiné (...)

9Dès lors, ce que l’on appelait La Manche des Coligny ne recouvre plus aucune réalité politique puisqu’il n’existe plus de Coligny directs. La réalité territoriale devient, elle aussi un souvenir, les terres étant tenues par d’anciens voisins. Les choses ne s’arrêtèrent pas là. En effet, il se trouve que le duc de Bourgogne, Hugues III, avait épousé en 1184 Béatrix d’Albon, l’héritière du Dauphiné. De ce mariage est né André qui reçut le Dauphiné tandis qu’Eudes III (né d’un premier mariage du duc) recevait la Bourgogne. À sa mort, en 1269, Guigues VII, (fils d’André) laisse la régence du Dauphiné à sa femme, Béatrice de Savoie. Il confie à Hugues IV, le duc de Bourgogne, le soin de protéger Béatrice et ses enfants, Jean, Anne et Catherine. Il était prévu qu’au cas ou Béatrix se remarie ou décède avant la majorité de Jean, ce serait le duc qui assurerait la régence. Hugues IV meurt peu après cet accord, c’est donc son fils Robert II qui remplit le rôle de protecteur avant de devenir régent du Dauphiné puisque Béatrix d’Albon épouse Gaston de Béarn en seconde noce8. Robert II autorise le mariage d’Anne avec Humbert de La Tour-du-Pin9 contre la reprise en fief des terres de Treffort et de Marboz dans la Manche des Coligny.

  • 10 G. Giordanengo, « L’état dauphinois au milieu du XIIIe siècle : une esquisse », Pierre II de Savoi (...)

10Jean 1er, Dauphin de Viennois meurt d’une chute de cheval le 4 septembre 128210. Avec lui s’éteint la seconde race des Dauphins. Sa sœur Anne hérite et transmet le titre à son époux, Humbert de La-Tour-du-Pin, qui devient Dauphin sous le nom d’Humbert 1er. De ce fait, le Dauphiné s’agrandit au nord, des baronnies de La Tour et de Coligny.

  • 11 J. Richard, op. cit., p. 253.

11Robert II de Bourgogne prétend alors que le Dauphiné ne peut échoir à une femme et qu’en tant que plus proche parent mâle du défunt, c’est à lui qu'il doit revenir. Humbert n’accepte pas ce point de vue et le conflit éclate. Chacun se cherche des alliés. Le Dauphin reçoit l’aide du sire de Thoire-Villars, des comtes de Genève et du comte de Châlon, tandis que le duc de Bourgogne trouve l'alliance très intéressée du comte Philippe de Savoie qui voit d’un mauvais œil la réunion du Dauphiné aux baronnies de La Tour et de Coligny. Cette réunion devant inévitablement menacer ses communications entre la Bresse et la Savoie. Un traité d’alliance est signé entre Savoie et Bourgogne. Il prévoit une rente viagère de 200 livres payées par le duc à Louis de Savoie11, le frère du futur Amédée V, héritier du comté.

  • 12 A.D.C.O., B 9940, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 10, 1282 1283.

12Durant l’été 1282, l’armée du comte de Savoie assiège et prend le château de Saint-Germain-de-Joux12. En 1283, le duc de Bourgogne ravage le Revermont et prend Treffort, puis il se rend à Bourg où l’attend le prince Amédée. En octobre de cette année, Othe, le comte de Bourgogne arbitre des négociations à Lyon, mais celles-ci sont rompues et la guerre reprend. Le comte de Savoie assiège et prend Saint-André-en-Revermont tandis que le duc dévaste le Dauphiné, c’est à cette occasion que Thomas, le frère du comte Philippe de Savoie, est tué dans une escarmouche près de la Côte-Saint-André. Vaincu, le Dauphin négocie et, le 16 août 1285, il reconnaît la suzeraineté du duc sur tout le Revermont. En outre, il s’engage à lui verser 20 000 livres payables en quatre fois. Il abandonne Buenc au comte de Savoie ainsi que des terres dans le Grésivaudan et le Viennois. De son côté, le duc renonce à toute prétention sur le Dauphiné et laisse au Dauphin la partie sud de la Manche des Coligny, c’est-à-dire la plaine de l’Ain ainsi que la montagne au sud de Saint-Rambert-en-Bugey entre Belley et le Rhône jusqu’à Groslée qui est à la Savoie.

  • 13 La moitié du château revient au duc, l’autre étant au comte de Savoie depuis 1231 ; cf. A.D.C.O, B (...)

13Des points de détails comme la seigneurie de Coligny, sont ensuite réglés à Paris vers la fin janvier 1286 par Philippe le Bel, le nouveau roi de France, en présence du Dauphin et du duc13. Ce qui restait de la Manche des Coligny est alors séparé en trois parties territoriales et politiques appartenant désormais à différentes principautés ennemies l’une de l’autre.

Le Bugey savoyard

  • 14 S. Guichenon, Histoire de Bresse et Bugey, op. cit., p. 40 ; J. Cordey, op. cit., p. 7.
  • 15 C. Ducourthial, Châteaux, pouvoirs et peuplement dans les comtés de Belley, de Savoie et de Maurie (...)

14Selon une légende fondée sur aucune source historique14, le comte de Maurienne (futur comte de Savoie) aurait offert à l’empereur Henri IV qui se rend à Canossa, en 1077, le passage par ses terres de Tarentaise. En revenant d’Italie, l’empereur lui donne, pour récompense de son dévouement, toute la partie du Bugey qui se trouve le long de la rive droite du Rhône, depuis Châtillon-deMichaille jusqu’à Groslée ainsi que le Valromey, entre le lac du Bourget et la rive gauche du Rhône. Le comte de Savoie devient alors voisin des Coligny. En réalité, les comtes de Maurienne sont installés, dès 1030, dans cette zone15, mais jusqu’à Dorches seulement et sans aller jusqu’à Châtillon-de-Michaille.

  • 16 Dom. J. Dubois, « Saint Domitien, fondateur de l’abbaye de Saint-Rambert : légende et histoire », (...)
  • 17 H. Dubois, Les foires de Chalon-sur-Saône et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Mo (...)
  • 18 Cet acte est transcrit par S. Guichenon, Histoire généalogique de la maison de Savoie, Roanne, 197 (...)
  • 19 Le traité fut en partie violé plus tard par Pierre de Savoie qui donna le château en dot à sa fill (...)

15Plus à l’ouest, la très ancienne abbaye de Saint-Rambert16, située aux confins occidentaux du Bas-Bugey, était une enclave indépendante dans la partie sud de la Manche. C’est sans doute à cette époque que les abbés ont construit un château sur la hauteur qui domine l’abbaye et le bourg. Il est depuis toujours connu sous le nom de château de Cornillon. A la fin du XIIe siècle, la pression des Coligny et des Thoire-Villars devenant de plus en plus forte, l’abbé, ne parvenant plus à se faire obéir de ses vassaux, décide de placer l’abbaye sous la protection d’une puissance voisine, en l’occurrence la Savoie. Cela convenait parfaitement au comte Thomas 1er, qui ouvrait ainsi une percée à l’ouest depuis les territoires historiques de la Savoie, des environs de Belley et du Valromey. Cette prise de position est une consolidation des assises savoyardes dans le Bugey et correspond parfaitement à la politique expansionniste du comte. La région n’est pas très riche, mais Saint-Rambert possède un péage sur la route qui mène en Italie17. Surtout, c’est la porte qui, des montagnes, ouvre sur la plaine de l’Ain vers les rives de la Saône, Lyon et le royaume de France. Un traité de pariage fut conclu en 1196 entre l’abbé Régnier et le comte Thomas18. Ce dernier recevait le château à perpétuité et devait l’entretenir et lui donner une garnison. En échange, il recevait une partie des droits perçus par l’abbaye. Les accords stipulaient aussi que le château de Cornillon ne devrait jamais être aliéné du comté (castrum quod dicitur Curnillionis ei....tali conditione, ne illudpossit alienare a comitatu), ni remis en dot à une fille19. Le comte recevait également « les terrains qui allaient de la fontaine de Landin (a fontana Landini) jusqu’à la levée de terre du bourg et depuis le fossé dans la colline du château jusqu’à la rivière nommée Albarine ». L’abbaye « conservait la côte toute entière qui se trouve depuis le mur inférieur, du côté de l’abbaye, ainsi que la maison de la confrérie. Les hommes qui avaient leur maison dans cette côte ne devraient rien au comte si ce n’est qu'ils jureront de l’aider de bonne foi, pour la défense du château en échange de la sûreté de leur personne et de leurs biens ». Chacun était respectivement maître des deux montagnes situées de part et d’autre du Brévon, sur la rive droite de l’Albarine.

  • 20 L’essentiel des marchandises passant par Saint-Rambert sont des draps de France venant des foires (...)
  • 21 On trouve très souvent mention de cette pierre dans les comptes de la châtellenie de SaintGermain. (...)
  • 22 Les principaux droits que l’abbé abandonne sont les hommages des vassaux de l’abbaye. Ce qui, selo (...)

16L’abbaye conservait aussi les droits sur les moulins et les fours tandis que le comte prenait les bans et les droits de justice ainsi que le cens des maisons. Les droits de banvin, perçus pendant deux mois à partir de Noël étaient partagés en deux parts égales. Les revenus du péage allaient au comte, mais l’abbé recevait deux deniers sur chaque charge de drap20. Des territoires en dehors de ces espaces proches du château et de l’abbaye, c’est-à-dire depuis la pierre crépue (petra crispa) à l’ouest, à proximité de Saint-Germain21 et la pierre Altémie (petra Altemiam) à l’est, près d’Arcieu, l’abbé conservait tous les droits sauf les hommages des nobles22. Mais celui d’Aymon de Langes lui revenait.

17Pendant les soixante seize années qui séparent l’emprise savoyarde sur cette partie du Bugey et le mariage, en 1272, du futur comte Amédée V avec Sybille de Bagé, héritière de la Bresse, la Savoie n’en resta pas là de ses désirs d’élargissement vers l’ouest, notamment dans la partie nord du Bugey.

Figure 4. Les environs de l’abbaye de Saint-Rambert en 1196

  • 23 P. Duparc, Le comté de Genève, Genève, 1955, p. 159 ; F. Mugnier, Les Savoyards en Angleterre au X (...)
  • 24 Pierre II de Savoie épousa, en 1234, Agnès de Faucigny. Il était prévu que, sans héritier mâle du (...)
  • 25 Regeste Genevois, no 1244.
  • 26 M. de La Corbière, Frontière et habitat fortifié a la fin du Moyen-Âge : l'exemple des marges sept (...)

18A l’est de Nantua, de l’autre côté de la montagne, aux environs de La Michaille, là où le cours du Rhône se met à descendre vers le sud et le lac du Bourget, à proximité du pays de Gex, l’installation savoyarde se réalisa sous Pierre de Savoie au début du XIIIe siècle, par la prise en garde de plusieurs fiefs. Des rivalités de voisinage prirent naissance immédiatement, principalement avec les comtes de Genève qui obtinrent à la même époque des droits sur La Michaille. Les nombreux conflits aboutirent à une trêve en 1237 durant laquelle les comtes de Genève commirent l’erreur d’enlever Pierre de Savoie, le blesser et le garder prisonnier23. Ils furent condamnés à une forte amende qu’ils ne purent payer et durent donner en gage au comte de Savoie bon nombre de biens fonciers et de châteaux. Une autre sentence fut rendue en 1250, quand les comtes de Genève durent mettre en gage d’autres châteaux dont celui d’Arlod. Une troisième sentence en 1260 augmenta encore les gages tenus par le comte Pierre. En 1282, la guerre reprit entre le comté de Savoie et le comte de Genève, l’évêque de Genève et le Faucigny, devenu dauphinois en 126824. A l’issue de cette guerre, le Dauphin récupéra de sa belle-mère, Béatrix de Faucigny, des biens dans le pays de Gex, le château et la ville de Châtillon-de-Michaille25. La guerre reprit en 1288 avec les mêmes belligérants, mais le comte de Savoie en sortit vainqueur. Par le traité d’Aix, en décembre 1293, le comte de Genève reconnaissait la main mise de son ennemi sur La Michaille et Béatrix de Faucigny donnait tout ce qu’elle possédait depuis Seyssel jusqu’à Fribourg. Les familles nobles des environs reconnurent leur nouveau suzerain et lui prêtèrent hommage, tels ceux de Dorches. C’est ainsi que tout le nord du Bugey passait sous le contrôle direct de la Savoie26.

  • 27 Le premier compte conservé à Dijon date de 1279. A.D.C.O., B 10084, Compte de la châtellenie de Se (...)

19Les comtes de Savoie possédaient des biens à Seyssel ainsi qu’un château, mais ce centre de châtellenie27 était trop éloigné. Il lui fallait renforcer sérieusement ses positions pour contrôler et interdire le passage des troupes du Dauphin depuis le Faucigny et celles du sire de Thoire-Villars vers le comté de Genève par Nantua et La Michaille. Les châteaux d’Arlod, de Dorches et de Billiat devinrent alors des centres de châtellenie et eurent à défendre âprement les positions savoyardes. Ils furent aussi des points d’appuis pour les sièges des châteaux ennemis qui tombèrent ensuite dans le domaine savoyard tels ceux de Saint-Germainde-Joux, Montanges, La Corbière et Ballon.

Figure 5. Les positions savoyardes et dauphinoises vers 1305

La Bresse Savoyarde

  • 28 B. Demotz, « La politique internationale du comté de Savoie pendant deux siècles d’expansion », da (...)

20Dès 1255, Philippe de Savoie, alors archevêque de Lyon, organise le rapprochement de la baronnie de Bagé avec la Savoie28 en payant les dettes de Renaud IV de Bagé, mort à la croisade en 1250. Il prend à sa charge l’éducation de ses enfants et arbitre le conflit entre les héritiers. Quelques temps plus tard, à la mort de Guy de Bagé (frère de Renaud IV), il prend sa fille, la jeune Sybille, âgée de 8 ans, sous sa tutelle. L’accord de mise en tutelle stipule que si Sybille mourait avant d’avoir 12 ans, sa mère pourra revendiquer les droits à la succession, mais pour éviter cet inconvénient possible, Philippe fait rédiger à la jeune fille un testament qui le place à la tête des héritiers.

  • 29 Les sires de Beaujeu tiennent la rive gauche de la Saône depuis Montmerle jusqu’à Jassans. Ils ont (...)
  • 30 Parmi celles-ci la ville de Bourg et les terres environnantes.
  • 31 N. Burtin, La seigneurie de Bagé au temps de Sybille, Dame de Bagé et de Bresse (1272-1294), Mémoi (...)
  • 32 Ce contrat est transcrit par S. Guichenon, Histoire de Bresse et Bugey, op. cit., Preuves, p. 13,
  • 33 Ibid.

21Grâce à cela, les sires de Beaujeu prêtent hommage aux comtes de Savoie pour leurs territoires « à part d’Empire »29 et leur offrent ainsi une alliance supplémentaire, confortée par le mariage d’Eléonore de Savoie avec Louis de Beaujeu en 1270. En 1266, Philippe de Savoie hérite de Renaud V de Bagé, les terres non attribuées par le testament de Sybille30. Ainsi, dès cette date, la Savoie a autorité sur toute la Bresse. Pour ne pas perdre ces territoires qui pourraient lui être contestés, Philippe organise le mariage de Sybille avec Amédée, le prince héritier de Savoie. Celui-ci a lieu à Billon en 127231 avec l’établissement, quelques jours plus tard, d’un contrat rédigé et signé à Billon par Philippe, Sybille et Amédée32. Le couple se rend ensuite à Bagé pour recevoir l’hommage des vassaux de Bresse33.

  • 34 Albert de La Tour tenait Coligny à charge d’hommage au comte de Savoie depuis 1231. Supra, p. 7, n (...)
  • 35 M.-C. Guigue, op. cit., t. 1, p. 108-109.
  • 36 Alix de Méranie, héritière et veuve du duc de Bourgogne s’est remariée en 1268, avec Philippe 1er,(...)
  • 37 Philippe de Savoie est, parmi les fils de Thomas 1er, le troisième qui ait régné sur le comté de S (...)
  • 38 J. Richard, op. cit. p. 249263.

22Il restait cependant à joindre la Bresse aux confins occidentaux du Bugey, où les comtes sont installés dans le château de Cornillon, près de Saint-Ramberten-Bugey. La réalisation de cet objectif est mise en place dès 1270, par la contestation des souverainetés d’Humbert de La Tour-du-Pin sur la seigneurie de Coligny34, tenue en fief du comte de Savoie et celles de Treffort et Marboz tenues en fief du duc de Bourgogne35. Cette contestation est menée par Alix de Méranie36, héritière du duché de Bourgogne et épouse de Philippe de Savoie37. Cela était un moyen rapide et théoriquement légitime de joindre les territoires savoyards, mais Humbert résiste et le plan savoyard est alors obligé de prendre une autre forme sans que les buts en soient pour autant changés38. Ainsi se vérifie l’opiniâtreté des comtes de Savoie pour arriver à leurs fins.

  • 39 L’abbaye d’Ambronay n’a jamais eu à rendre hommage à qui que ce soit : E. Philipon, op. cit., p. 9
  • 40 Une partie de l’acte d’obvention est traduite par L. Poncet, L'abbaye d’Ambronay, Colmar, 1980, p. (...)

23Peu après le mariage d’Amédée avec Sybille, c’est le duc Rodolphe de Bourgogne qui réclame la suzeraineté sur la Manche. Il trouve logiquement le comte de Savoie comme allié, lui-même soutenu par ses vassaux de Beaujeu. Le sire de la Tour-du-Pin subit une forte pression sur plusieurs fronts. Celle-ci devient d’autant plus grande que l’abbaye d’Ambronay sentant monter la tension, se place, en 1282, sous la protection du comte de Savoie. C’était une décision de l’abbé Jean 1er de La Baume, prise en dépit d’une certaine opposition des habitants puisque l’abbaye était jusqu’alors libre de toute suzeraineté39. Mais il était sans doute préférable pour l’abbé d’avoir la Savoie comme appui plutôt que d’être entouré de toute part et sur une assez grande distance par les territoires dauphinois. Les revenus de l’abbaye sont partagés entre l’abbé et le comte qui fortifie la ville et en assure la défense40.

  • 41 Supra, p. 23.
  • 42 L. Poncet, op. cit., p. 132.
  • 43 J. Richard, Les ducs de Bourgogne et la formation du Duché du XIe au XIVe siècles, Paris, 1954, 2e(...)

24Malgré sa puissance nouvelle en tant que Dauphin de Viennois par son mariage avec Anne d’Albon, Humbert II est obligé de céder le Revermont au duc de Bourgogne en 128541 alors que l’abbé d’Ambronay confirme à Amédée V, le nouveau comte de Savoie, la protection de son abbaye42. Il semble bien que, malgré la volonté du duc de Bourgogne à récupérer le Revermont, tout ait été savamment calculé à l’avance entre Savoie et Bourgogne : Que le Revermont devienne bourguignon n’est qu’une tromperie vis-à-vis du Dauphin et qu'une étape dans la stratégie des deux parents. Le duc a des visées sur les terres septentrionales des sires de Thoire-Villars, alliés du Dauphin, quant au comte de Savoie, il veut diminuer la distance qui sépare la Bresse du Bugey. Il apparaît, nettement qu’il y eut une sorte d’accord entre les princes bourguignons et savoyards pour s’étendre chacun de leur côté, aux dépens du Dauphin et des sires de Thoire-Villars. Les Savoyards au sud du Revermont et les Bourguignons au nord43. Ainsi, les premières années du conflit pour la Manche des Coligny impliquent une coalition bourguignonne et savoyarde avec des buts communs et bien précis qui débouchent, une fois atteint, sur un partage établi selon les désirs et nécessités de chacun, comme en témoignent les événements des années suivantes.

  • 44 Le traité d’achat du Revermont est conservé aux Archives départementales de la Côte d’Or à Dijon. (...)
  • 45 A.D.C.O., B 7560. Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 8e compte, peau 19, 1294-1 (...)

25C’est ainsi qu’en 1289, soit quatre ans seulement après qu’il ait acquis le Revermont, le duc de Bourgogne vend ce territoire au comte de Savoie44 pour 16 000 livres en argent, 800 livres en fonds de terre. Le paiement a lieu en trois fois et se fait au moyen de subsides payés par les bourgeois des villes45. Le duc conserve la partie nord depuis les environs de Cuiseaux, car le comte n’en a guère usage et cela ne correspond pas à son souci de cohésion territoriale. Le comte cède également au duc, les villes de Cuisery, Sagy et Savigny-sur-Seille au nord-ouest de la Bresse savoyarde. Cela donne au duché une frontière méridionale assez homogène, en partie naturelle vers l’ouest grâce à la Seille et l’assoit solidement à l’est contre les terres revendiquées aux sires de Thoire-Villars. En outre, cette cession diminue sensiblement la somme à verser au duc et montre que l’acquisition du Revermont par la Savoie a plutôt des allures d’échange que d’achat.

  • 46 En 1300, l'abbaye de Saint-Claude cède tous les droits qu'elle possède sur la moitié du château de (...)
  • 47 C’est aussi à partir de la mort de Sybille que la Bresse devient théoriquement l'apanage des princ (...)
  • 48 Lorsque le bailliage est fixé à Bagé, il est toujours lié à Coligny marquant ainsi la jonction de (...)

26Des enclaves territoriales et des droits seigneuriaux, à l’intérieur de la partie achetée du Revermont, échappent encore au comte, car ils étaient, en partie, tenus par les derniers descendants des Coligny. Le comte de Savoie les rachète les uns après les autres et, en 1307, il est pleinement propriétaire de l’ensemble méridional du Revermont46. A la mort de Sybille, en 1294, la ville de Bourg-en-Bresse prend peu à peu la place de Bagé comme centre principal de la province47 et à partir de 1321, elle devient le centre du bailliage de Bresse48. Le changement est d’ordre symbolique, car en déplaçant le cœur politique de la Bresse, le comte de Savoie marque géographiquement le changement de pouvoir. Mais c’est aussi une nécessité stratégique de créer un centre de bailliage non loin de la frontière avec le Dauphiné. Une bande de terre, d’une quinzaine de kilomètres en largeur, isole encore les nouvelles possessions bressanes du reste de la Savoie. C’est la plaine dans laquelle la ville et l’abbaye d’Ambronay constituent une étape importante sur le chemin qui, à travers les terres ennemies, va de Saint-Rambert à Bourg et qui représente pour le Dauphin et ses alliés une véritable épine dans leurs possessions.

27A partir de ce moment, les comtes n’eurent de cesse que de faire se rejoindre, par tous les moyens, la Bresse et le Revermont au comté. Les Dauphins vont tout faire pour conserver ce qu’il leur reste de la Manche des Coligny, gênant ainsi les communications de leur ennemi séculaire et conservant à leur allié, le sire de Thoire-Villars, le passage entre ses terres de montagne (Thoirette, Cerdon, Poncin) et ses terres de la plaine (Villars-lès-Dombes) ainsi que la protection de Varey où, sont installés les comtes de Genève.

28L’annexion de la Bresse et la volonté de l’unir aux autres territoires savoyards ajoutées aux multiples conflits en Michaille contre les comtes de Gex et ceux de Genève, les incessantes rivalités avec le Dauphiné à propos du Faucigny et des zones frontalières près de la plaine de l’Ain et du Grésivaudan et enfin, celles provoquées par la pression savoyarde tout autour des terres des sires de Thoire-Villars, aussi bien celles de montagne que celle des Dombes, entraînent une coalition d’alliés contre la Savoie. La guerre qui s’installe dans ces régions a des répercussions sur d’autres fronts, en Grésivaudan et en Novalaise par exemple. Elle dure jusqu'au traité de Paris en 1355. C’est un conflit parmi ceux qui, depuis plus d'un siècle, opposent la Savoie à ses voisins dont le Dauphiné plus particulièrement.

29Les acquisitions de grands domaines se sont réalisées, par achats et/ou mariages et non par conquêtes. Il n’y eût jamais d’invasions ni de pénétrations profondes au cœur des territoires adverses. Ce sont les espaces intermédiaires et les limites de l’une ou l’autre des principautés qui ont été les causes, les buts et le champ des opérations. Ce fut une guerre de marche, à la fois tenace, intermittente, limitée dans ses objectifs et ses procédés, entre deux principautés en voie de formation et d’extension.

La question des frontières

  • 49 B. Demotz, « La frontière au Moyen-Âge d’après l’exemple du comté de Savoie », op. cit., p. 95-101
  • 50 P. Toubert, « Frontière et frontières : un objet historique », Castrum, 4, Rome, 1992, p. 9-17.

30Il convient, avant tout, d’essayer de définir ce que l’on entend par frontière ou limite à cette époque. Il n’existe pas, alors, de notion formelle de frontière faisant qu’une limite territoriale, qu’elle soit naturelle ou conventionnelle, marque en même temps des changements juridiques, banaux et ecclésiastiques. La frontière ne recouvre pas non plus une réalité culturelle, ethnique ou linguistique49. Elle n’est jamais linéaire. La frontière est une zone50.

  • 51 Ibid.
  • 52 Ph. Contamine, La guerre de 100 ans. France et Angleterre, Paris, 19942, p. 13.
  • 53 F. Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne languefrançaise, Paris, 1875-1882, s.v. frontière.

31Cette zone frontalière est mouvante et son inscription dans l’espace et le temps n’est que provisoire. En effet, les conditions même de son existence et sa fixation géographique sont l’expression des résultats momentanés d’une politique. Que cette politique se soit réalisée par voie diplomatique ou par voie militaire, la limite nouvellement définie entre les protagonistes marque inévitablement l’emprise de l'un et l’affaiblissement de l’autre. Ce qui engendre, entretient ou renouvelle des conflits et appelle les forces en présence, d'une part à tenter de récupérer les pertes ou de répondre aux menaces que font planer les nouvelles limites pour l’un, d’autre part à poursuivre l'expansion qui peut être plus ou moins réussie et complète pour l’autre. La zone frontalière est par essence le lieu où une volonté de transgression territoriale bute contre la volonté contraire d'un état voisin51, engendrant ainsi un conflit. Elle se déplace et se fixe, mais pour un temps seulement, au gré des fortunes de la guerre ou des alliances. Le mot frontière apparaît au début du XIVe siècle dans la langue française. Il a le sens de zone territoriale défendue militairement52. L’expression « faire frontière à quelqu’un » se rencontre chez Froissart, en l’occurrence contre les Anglais53.

  • 54 A.D.C.O., B 10087, Compte de la châtellenie de Seyssel-Dorches, 3e compte, peau 7, 1306-1308.

32Parmi les éléments qui rendent les frontières aléatoires, se trouvent les remises en question des accords signés antérieurement. Ces remises en cause naissent des circonstances nouvelles qui viennent modifier la donne politique et territoriale donc la représentation symbolique de la frontière. L’achat du Revermont par la Savoie, quatre ans seulement après que le Dauphin ait été contraint de le céder à la Bourgogne, fait logiquement comprendre que celui-ci se sente trompé et qu’il ne soit plus beaucoup question de respecter strictement les accords passés. L'Ain demeure la frontière, mais ce n’est plus la Bourgogne qui est de l’autre côté, c’est le comté de Savoie. De ce fait, la frontière change radicalement de sens et ne marque plus une solution de paix, mais une cause de conflits. Ainsi la guerre bourguignonne que l’on pourrait croire réglée en 1285-1286, reprend. Si elle oppose désormais directement la Savoie au Dauphiné, elle entraîne malgré tout les mêmes protagonistes. Par exemple, Jean de Châlon, allié du Dauphin, menace plusieurs fois la Bresse et le Bugey et participe aux sièges des châteaux savoyards aux côtés du Dauphin et de ses autres alliés54 comme celui de Beauregard aux confins de la Bresse savoyarde et du Beaujolais « à part d’Empire ».

  • 55 C’est ainsi que l’éclatement de la Sabaudia carolingienne a créé une confusion considérable au poi (...)

33Une autre cause de conflit vient des possessions territoriales des princes qui ne sont ni groupées ni homogènes55. Il existe une extraordinaire imbrication des droits et des terres qui s’est établie au temps de la féodalité dont les partages successoraux ont ensuite accentué l’imbroglio créant, de ce fait, une multiplication des causes de désaccords et de conflits.

  • 56 Abbé Rousset, Histoire de Lagnieu-en-Bugey, Lyon. 1924, p. 202.
  • 57 B. Demotz, « La frontière au Moyen-Âge d’après l’exemple du comté de Savoie », Les principautés au (...)
  • 58 A. Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieux de la Savoie, p. 322.
  • 59 B. Guenée, « La géographie administrative de la France à la fin du Moyen-Âge, élections et baillia (...)
  • 60 B. Demotz, « La frontière au Moyen-Âge », op. cit., p. 107.

34Enfin, les seigneuries sont séparées par des marches larges de cinq à quinze kilomètres, situées aux environs des terres incultes, des forêts, des marais, des versants abrupts de montagnes. Tel est le cas par exemple entre la Savoie et les terres des Thoire-Villars aux environs de Cerdon et Poncin, avec le Dauphiné dans la montagne du bas Bugey entre le Rhône et le Valromey. Ces terroirs indéfinis, « les terres vacantes » comme les appelle le concordat entre le comte de Savoie et les moines de la chartreuse de Portes, dans la montagne au sud de Saint-Rambert-en-Bugey56, ou « les marches »57 comme la toponymie en témoigne de nos jours dans la plaine des Marches au sud de Montmélian, entre Les Molettes et Chapareillan58. Ces « marches » peuvent dépendre directement d’une châtellenie. Elles font alors partie de son domaine-ressort qu’il est possible de déterminer géographiquement par l’étude des droits et des redevances inscrits dans les comptes59. D’autres sont tenues par des vassaux qui durent choisir un camp au moment de la guerre, à moins qu’ils n’aient été déjà liés par des liens féodaux-vassaliques ou matrimoniaux. Le choix fut parfois plus imposé que libre quoique chacun ait pu faire des spéculations sur les avantages qu’il pourrait tirer de l'un ou l’autre parti, par exemple des rentes en fief comme pour la famille des Montfaucon, dans le Valais60. C’est ainsi le seigneur de Buenc prêtait hommage au comte et entrait dans la mouvance savoyarde. Le seigneur de Varambon, à l’ouest de Pont-d’Ain, rendait hommage à l’abbaye d’Ambronay. Il se mit sous la garde du comte, en 1282.

  • 61 P. Cattin, « Billiat et sa région (Ain) au XIVe siècle », Cahiers René de Lucinge, no32, 1997, p.  (...)

35Dans le nord du Bugey, près de La Michaille, le même principe fut établi aux marches situées entre les terres de Savoie et celles des Thoire-Villars et du comté de Gex. Le comte Philippe de Savoie obtient la vassalité des seigneurs de Dorches vers 1280 et en 1317, celle d’Hudriset de Châtillon à la frontière méridionale de la Michaille. Avant cela, plusieurs seigneurs comme ceux d’Injoux, l’abbaye de Chézery, s’étaient mis sous la garde des comtes de Savoie61. Au nord de Saint-Rambert, les seigneurs de Rougemont, de Corcelles et d’Aranc passèrent dans le camp savoyard. Dans le sud du Bugey les villages d’Arandas, Innimond et les seigneurs de Groslée sur la rive droite du Rhône, en firent autant.

  • 62 G. Letonnelier, Histoire du Dauphiné, Grenoble, 1958, p. 25-26.
  • 63 B. Demotz, « La frontière au Moyen-Âge d’après l’exemple du comté de Savoie », op. cit., p. 102-10 (...)

36Les limites de ces territoires sont connues, mais il peut y avoir des fluctuations dues aux relations des vassaux avec le comte. Il arrive que certaines familles reviennent sur leur choix à l’occasion des successions. Ainsi les seigneurs de Montdidier, dans le Revermont, passèrent du côté des Thoire-Villars vers 1299, après avoir prêté hommage au comte de Savoie en 1289. En d’autres régions frontalières se produisent les mêmes revirements. Le seigneur de La Rochette, au sud-est de Montmélian, fut obligé de faire hommage au Dauphin en 1249 pour le mandement d’Allevard. Mais ses descendants s'en dégagèrent en le vendant au Dauphin en 1260. La famille de La Rochette passa alors à la Savoie et fortifia le bourg d’Allevard sur ordre du comte Pierre II62. Ce genre d’événement réactive évidemment les rivalités et attise les conflits qui s’ajoutent aux empiétements, viols territoriaux et agressions multiples dont ces marches sont l’objet63.

37Les conquêtes territoriales faites par les opérations guerrières et le réseau castrai qui les contrôle ensuite sont donc mouvants, aussi bien dans le temps que dans l’espace et les limites comme les alliés ne sont jamais pleinement certains.

  • 64 J.-Ph. Soulerin, op. cit.
  • 65 En 1342, des bouviers de Francin abattent l’orme des Mortes dans la plaine des Marches, au sud de (...)
  • 66 A.D.C.O., B 9583 (3), Compte du péage de Saint-Germain, 3e compte, peau 4, 1325-1326 ; Ibid., B 95 (...)

38Pourtant, il existe des frontières naturelles souvent établies par des cours d’eau et c’est bien avec ces rivières que sont créées des limites franches. L’Ain entre le Revermont et les terres de Thoire, la Seille entre la Bourgogne et la Bresse, l’Albarine entre Savoie et Dauphiné après le traité de Chapareillan en 1334, le Guiers et le Rhône entre la Savoie et le Dauphiné lors du traité de Paris, en 1355. Mais ces frontières, matériellement visibles et évidentes, ne sont pas pour autant des obstacles insurmontables tant politiquement64 que physiquement. Elles sont niées65, franchies et violées sans problème puisqu’elles ne représentent pas une limite culturelle ou ethnique, qu’elles ne sont pas anciennes et qu’elles sont, par l’essence même de la politique expansionniste, appelées à être franchies et reculées. La difficulté des passages n’est pas un frein à la volonté d’agression ou de représailles. Par exemple. l’Ain qui, à partir de Neuville-sur-Ain, s’étale largement tout en demeurant tumultueux et dangereux n’empêche nullement le Dauphin de menacer Pont-d’Ain, de brûler les moulins, de franchir la rivière et ravager plusieurs fois les terres au sud de Bourg-en-Bresse66. Certes il s’agit là d’une action militaire organisée dans le contexte de la guerre, mais la violation des frontières est aussi le fait de provocations et d’actes de délinquance. L’affaire de Thomas de Bourg en est un exemple.

  • 67 J.-Ph. Soulerin, op. cit. p. 37.
  • 68 P. Toubert, op. cit., p. 12

39Avec des complices dauphinois il s'en vient, en armes, vendanger les vignes d’un nommé Berard de Bouis à Saint-Germain-d’Ambérieu (mandement savoyard). Il emmène le produit de sa rapine en Dauphiné en traversant le Rhône. Pourtant ce n’est pas chose facile en l’absence de tout pont à une époque où le fleuve n’est pas endigué comme il l’est aujourd’hui67. Les éléments naturels ne se sont donc jamais imposés par eux même comme limites territoriales. Ils ont été pris uniquement pour le caractère pratique et visible qu’ils offrent pour représenter matériellement et symboliquement une zone frontalière68.

  • 69 « Les dessins de Ch. Evrard » ; P. Caton, « Billiat... », op. cit., p. 17.
  • 70 Supra, p. et.
  • 71 « depuis la fontaine des malades qui est sur la côte de Lay jusqu’aux grosses pierres qui sont sur (...)
  • 72 P. Cattin, « Saint-Rambert... ». 1333-1334, op. cit., p. 173.
  • 73 J.Ph. Soulerin, op. cit., p. 39.

40Quand il n’existe pas de marque naturelle tangible pour matérialiser une frontière, on utilise les bornes existantes comme par exemple les pierres qui délimitent les terroirs des villages ou les mandements, telles celles qui indiquent les limites entre le mandement de Billiat appartenant au comte de Savoie et le Valromey appartenant au baron de Vaud69. On se sert aussi des repères conventionnels tels que les croix, les arbres ou les rochers, ainsi la pierre « altémie » et la « pierre crépue » près de l’abbaye de Saint-Rambert ou « la pierre des Coligny » près de Serrières-de-Briord70. Lorsque sont établies les limites entre les sires de Thoire-Villars et les moines de l’abbaye de Nantua, ce sont encore des éléments naturels qui servent de repères71. Sans doute, les actes de cessions, échanges ou achats définissent clairement les limites, mais la réalité géographique et sociale des terroirs concernés n’est pas aussi évidente. Des villageois peuvent avoir pris l’habitude d’utiliser des terrains ou des passages qui ne relèvent pas de leur terroir. Ils ont bien du mal à ne plus continuer ainsi, sous prétexte que ces lieux sont passés à un autre seigneur. Tel les gens d’Arandas et de Charvieux qui, vers 1334, sont en conflit avec les moines de la chartreuse de Portes à propos des pâtures et des bois72 et ceux de Lagnieu vers 1430 qui se saisissent de six bœufs appartenant aux moines et ravagent leurs cultures en y lâchant leurs porcs73. A l’inverse, le nouvel acquéreur n’entend pas qu’on puisse utiliser librement ses biens. Il suffit qu’avant cela une haine ancestrale oppose deux villages ou deux seigneurs locaux nouvellement séparés par une frontière pour que naissent des affrontements plus forts qui remettent en cause les accords princiers et réactivent la guerre. Ainsi, les problèmes de droit d’usage forment la cause la plus classique des rivalités de frontières qui, de particulières entre villageois ou entre seigneurs locaux, s’étendent aux états rivaux.

  • 74 Lorsque Guichard VIII, le sire de Beaujeu, est pris à Varey en 1325, il livre au Dauphin pour paye (...)

41La problématique physique et matérielle des frontières se double en certains lieux de celle des territoires tenus par des vassaux. A la périphérie des principautés, les limites des châtellenies domaniales sont celles du comté ou du Dauphiné. Mais, en plusieurs endroits, la jonction entre les deux états se fait par l’intermédiaire de territoires qui appartiennent à des vassaux. Bien que leurs frontières ne soient pas véritablement celles des principautés, c'est tout même sur celles-ci que se portent des attaques puisque attaquer le vassal et lui ravager ses terres revient à agresser le suzerain, même si ce dernier n'a pas vraiment autorité sur ce territoire. C’est un moyen de montrer sa détermination et d’affaiblir l’ennemi puisque l'allié sera moins puissant et que par le jeu des liens féodaux-vassaliques le seigneur devra alors indemniser son vassal74. Cela peut être aussi une stratégie de diversion pour attaquer en même temps d’autres lieux. Le « Beaujolais à part d’Empire » des sires de Beaujeu, alliés de la Savoie, autour de Lent et de Chalamont est ainsi attaqué et saccagé régulièrement.

Notes

1 L. Jacob, La formation des limites entre Dauphiné et Savoie, 11401760, Paris, 1906, p. 8-35.

2 S. Guichenon, Histoire des pays de Bresse et Bugey, t. 1, Roanne, 1979, p. 39.

3 Ibid., p. 40.

4 Les abbés de Saint-Claude possèdent en totalité la terre et le château primitif de Jasseron dans le Revermont, depuis la donation de Richier de Coligny dans les années 980990. Cf. J.F. Genevois, op. cit., p. 48.

5 Pour ce qui concerne l’héritage dans les familles nobles voir R. Fossier, La société médiévale, Paris, 1991, p. 164-168 ; G. Duby, La société chevaleresque, Paris, 1988, p. 83-109 ; pour ce qui concerne la Savoie, le Dauphiné et la Bourgogne : L. Ripart, « Genèse de la coutume savoyarde de l’exclusion des filles », Pierre II de Savoie, « Le petit Charlemagne », Actes du colloque de Lausanne 1997, Lausanne, 2000, p. 299-308.

6 Ainsi, Etienne de Coligny était encore en 1303, propriétaire des droits du pont sur l’Ain, à Pont d'Ain, alors qu’à cette date, la région avait changé quatre fois de mains depuis 1228.

7 A.D.C.O., B 621, paquet X, folio II.

8 M.C. Guigue, op. cit., p. 108-109.

9 Le mariage a lieu le 31 août 1273 : J. Richard, « L’accession de la maison de La Tour au Dauphiné de Viennois, la guerre bourguignonne de 12831285 », Bulletin philologique et historique, Paris, 1951, p. 252.

10 G. Giordanengo, « L’état dauphinois au milieu du XIIIe siècle : une esquisse », Pierre II de Savoie, « Le petit Charlemagne », op. cit., p. 333-368 ; N. Chorier, op. cit., p. 170-171.

11 J. Richard, op. cit., p. 253.

12 A.D.C.O., B 9940, Compte de la châtellenie de Saint-Trivier, 3e compte, peau 10, 1282 1283.

13 La moitié du château revient au duc, l’autre étant au comte de Savoie depuis 1231 ; cf. A.D.C.O, B 621, paquet X.

14 S. Guichenon, Histoire de Bresse et Bugey, op. cit., p. 40 ; J. Cordey, op. cit., p. 7.

15 C. Ducourthial, Châteaux, pouvoirs et peuplement dans les comtés de Belley, de Savoie et de Maurienne, Mémoire de DEA, Université Lyon 2, (dactyl.), 2000.

16 Dom. J. Dubois, « Saint Domitien, fondateur de l’abbaye de Saint-Rambert : légende et histoire », Le Bugey, 1961, no48, p. 3-21 ; F. Ract, « La chapelle saint Jean Baptiste ou les origines de l’abbaye de Saint-Rambert », Art et Histoire des pays de l’Ain, Bourg, 1979, p. 28-39 ; S. Guichenon retranscrit les écrits de l'abbaye concernant la légende de saint Domitien et la légende de Saint Rambert, Histoire de Bresse et Bugey, op. cit., Preuves p. 233 ; Saint-Rambert. Un culte régional depuis l'époque mérovingienne, Paris, 1995, mais pour ce qui concerne plus particulièrement l’abbaye, M.-C. Vandembeusche, L’abbaye de Saint-Rambert-de-Joux, Mémoire de DEA, Université Lyon 2, 1958, (dactyl.).

17 H. Dubois, Les foires de Chalon-sur-Saône et le commerce dans la vallée de la Saône à la fin du Moyen-Âge, vers 1280 - vers 1430, Paris, 1976 ; L. Moyret, Le péage de Pont d’Ain au début du XIVe siècle, Mémoire de maîtrise, Université Paris I, (dactyl.), 1983 ; A. Perret, Les routes et les péages dans les états savoyards et le commerce international, A.D. Ain, div. XIX, J 265.

18 Cet acte est transcrit par S. Guichenon, Histoire généalogique de la maison de Savoie, Roanne, 1977, Preuves, p. 45 ; A.C.N. La Teyssonniere en donne un extrait, Recherches historiques sur le département de l’Ain, t. 1, Roanne, 1979, p. 155-156.

19 Le traité fut en partie violé plus tard par Pierre de Savoie qui donna le château en dot à sa fille Béatrice. Il s’ensuivit un différend avec l’abbé et un nouvel accord fut établi avec Philippe de Savoie en 1275 (A.D.A, Hl).

20 L’essentiel des marchandises passant par Saint-Rambert sont des draps de France venant des foires de Châlon, cf. J.-M. Lescuyer-Montdesert, « Un péage à Saint-Germain-d’Ambérieu en 1355 », dans Art et histoire des pays de l’Ain, 3, 1979 ; L. Moyret, op. cit. ; H. Dubois, op. cit. ; A. Perret, op. cit.

21 On trouve très souvent mention de cette pierre dans les comptes de la châtellenie de SaintGermain. A l’instar de P. Cattin, je pense qu’elle pourrait se trouver près du lieu dit des Balmettes. P. Cattin, « Saint-Rambert... », op. cit., p. 6.

22 Les principaux droits que l’abbé abandonne sont les hommages des vassaux de l’abbaye. Ce qui, selon M.-C. Vandembeusche, serait la cause essentielle de l’obvention faite par l’abbé, op. cit., p. 26.

23 P. Duparc, Le comté de Genève, Genève, 1955, p. 159 ; F. Mugnier, Les Savoyards en Angleterre au XIIIe siècle, S.S.H.A., 1890, p. 184-185.

24 Pierre II de Savoie épousa, en 1234, Agnès de Faucigny. Il était prévu que, sans héritier mâle du comte, le Faucigny reviendrait à Agnès. Le couple n'eut qu'une fille, promise au Dauphin Guigues VII qu’elle épousa en 1241. C’est ainsi qu’en 1268, à la mort d’Agnès, le Faucigny passa, par les femmes, dans les mains du Dauphin et devint une enclave dans les terres savoyardes. Cf. B. Demotz, Le comté de Savoie du début du XIIIe au début du XVe siècle. Etude du pouvoir dans une principauté réussie. Thèse de Doctorat d’État, Lyon, 1985 (dactyl.), p. 49. Une frontière se crée entre deux états, là où elle n’était qu’une limite entre deux provinces de la même principauté. Les accords paraissent clairement définis et les deux partis sont d’accord. Il n’empêche que le comte de Savoie Amédée V, ravage le Faucigny en 1286.

25 Regeste Genevois, no 1244.

26 M. de La Corbière, Frontière et habitat fortifié a la fin du Moyen-Âge : l'exemple des marges septentrionales du comté de Genève (XIIe-XIVe siècle), op. cit., p. 102-106.

27 Le premier compte conservé à Dijon date de 1279. A.D.C.O., B 10084, Compte de la châtellenie de Seyssel.

28 B. Demotz, « La politique internationale du comté de Savoie pendant deux siècles d’expansion », dans Cahiers d’histoire, 19, 1973, p. 34-36.

29 Les sires de Beaujeu tiennent la rive gauche de la Saône depuis Montmerle jusqu’à Jassans. Ils ont des terres autour de Chalamont et Saint-Paul-de-Varax et une partie de la seigneurie de Loye que le sire Etienne de Villars avait engagé, par besoin d'argent en 1227, à Humbert de Beaujeu ; cf. B. Demotz, « La frontière au Moyen-Âge d'après l’exemple du comté de Savoie », dans Les principautés au Moyen-Âge, Actes du colloque de la S.H.M.E.S.P., Bordeaux, 1991, p. 107 ; H. de Varax, Les Archives de la Principauté de Dombes (Ain), Bourg-en-Bresse, 1996.

30 Parmi celles-ci la ville de Bourg et les terres environnantes.

31 N. Burtin, La seigneurie de Bagé au temps de Sybille, Dame de Bagé et de Bresse (1272-1294), Mémoire de maîtrise, Université Lyon III, 1992 (dactyl.), p. 10.

32 Ce contrat est transcrit par S. Guichenon, Histoire de Bresse et Bugey, op. cit., Preuves, p. 13,

33 Ibid.

34 Albert de La Tour tenait Coligny à charge d’hommage au comte de Savoie depuis 1231. Supra, p. 7, note 11.

35 M.-C. Guigue, op. cit., t. 1, p. 108-109.

36 Alix de Méranie, héritière et veuve du duc de Bourgogne s’est remariée en 1268, avec Philippe 1er, le comte de Savoie, ancien archevêque de Lyon, âgé de 60 ans lors de la cérémonie. Robert de Bourgogne est le fils d’Alix et Philippe de Savoie son beau-père. R. Edighoffer, Histoire de la Savoie, Paris. 1960.

37 Philippe de Savoie est, parmi les fils de Thomas 1er, le troisième qui ait régné sur le comté de Savoie. Comme ecclésiastique, il soutient le pape Innocent IV, qui organise à Lyon un concile dirigé contre l’empereur. Pour le récompenser, le pape nomme Philippe à la tête de l’archevêché de Lyon. Afin de pouvoir succéder à Pierre II, il quitte la soutane pour épouser Alix, la comtesse de Bourgogne. En 1268, il devient comte de Savoie et de Bourgogne : ibid., et aussi L. Ripart, « Genèse de la coutume savoyarde de l’exclusion des filles », op. cit., p. 295-332.

38 J. Richard, op. cit. p. 249263.

39 L’abbaye d’Ambronay n’a jamais eu à rendre hommage à qui que ce soit : E. Philipon, op. cit., p. 9.

40 Une partie de l’acte d’obvention est traduite par L. Poncet, L'abbaye d’Ambronay, Colmar, 1980, p. 49.

41 Supra, p. 23.

42 L. Poncet, op. cit., p. 132.

43 J. Richard, Les ducs de Bourgogne et la formation du Duché du XIe au XIVe siècles, Paris, 1954, 2e partie, p. 210.

44 Le traité d’achat du Revermont est conservé aux Archives départementales de la Côte d’Or à Dijon. A l’issue de l'achat, Robert de Bourgogne envoya à Humbert de la Balme une lettre lui signifiant que désormais, il devrait rendre son hommage à Amédée V. Cette lettre est reproduite par E. Cuaz, Histoire du château de Pont-d’Ain, op. cit., p. 57.

45 A.D.C.O., B 7560. Compte de la châtellenie de Châtillon-sur-Chalaronne, 8e compte, peau 19, 1294-1295.

46 En 1300, l'abbaye de Saint-Claude cède tous les droits qu'elle possède sur la moitié du château de Jasseron. Cette même année, le comte achète également, à Etienne de Coligny « chargé de dettes intolérables » les droits de pontonage à Pont-d’Ain, puis en 1304 au même Etienne « pressé par des nécessités urgentes et inévitables » la seconde moitié du château de Jasseron et en 1307, ce qui lui reste du château de Treffort. Cf., M. Dubouchet, Preuves de l’histoire de l’illustre maison de Coligny, Bourgen-Bresse, p. 99-105 ; S. Guichenon, Histoire des pays de Bresse et de Bugey, op. cit., p. 45.

47 C’est aussi à partir de la mort de Sybille que la Bresse devient théoriquement l'apanage des princes héritiers de Savoie : S. Guichenon, Histoire de Bresse et de Bugey, op. cit., p. 59.

48 Lorsque le bailliage est fixé à Bagé, il est toujours lié à Coligny marquant ainsi la jonction de la Bresse au Revermont, : A.D.C.O., B 6688, Compte de la châtellenie d'Ambronay, 2e compte, peau 4. 1336-1336 ; ibid., B 9587, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 1er compte, peau 5, 1335-1336. Il arrive que le bailli soit le même pour les deux bailliages - Bourg et Bagé : ibid., B 9585, Compte de la châtellenie de Saint-Germain, 1er compte, peau 4, 1333.

49 B. Demotz, « La frontière au Moyen-Âge d’après l’exemple du comté de Savoie », op. cit., p. 95-101.

50 P. Toubert, « Frontière et frontières : un objet historique », Castrum, 4, Rome, 1992, p. 9-17.

51 Ibid.

52 Ph. Contamine, La guerre de 100 ans. France et Angleterre, Paris, 19942, p. 13.

53 F. Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne languefrançaise, Paris, 1875-1882, s.v. frontière.

54 A.D.C.O., B 10087, Compte de la châtellenie de Seyssel-Dorches, 3e compte, peau 7, 1306-1308.

55 C’est ainsi que l’éclatement de la Sabaudia carolingienne a créé une confusion considérable au point que les comtes de Savoie sont, au XIe siècle, possesseurs de terres en Savoie, dans le nord Viennois, dans le Sermorens, en Chablais, en Tarentaise : G. de Manteyer, Les origines de la Maison de Savoie en Bourgogne, Rome, 1899, p. 278-279 ; R.-H. Bautier et J. Sornay, Les sources de l'histoire économique et sociale du Moyen-Âge, Paris, 1971-1974, p. 101.

56 Abbé Rousset, Histoire de Lagnieu-en-Bugey, Lyon. 1924, p. 202.

57 B. Demotz, « La frontière au Moyen-Âge d’après l’exemple du comté de Savoie », Les principautés au MoyenÂge, Actes du colloque de la S.H.M.E.S.P., op. cit., 1979, p. 102.

58 A. Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieux de la Savoie, p. 322.

59 B. Guenée, « La géographie administrative de la France à la fin du Moyen-Âge, élections et bailliages », Le Moyen-Âge, 1961, p. 293-323.

60 B. Demotz, « La frontière au Moyen-Âge », op. cit., p. 107.

61 P. Cattin, « Billiat et sa région (Ain) au XIVe siècle », Cahiers René de Lucinge, no32, 1997, p. 42-44.

62 G. Letonnelier, Histoire du Dauphiné, Grenoble, 1958, p. 25-26.

63 B. Demotz, « La frontière au Moyen-Âge d’après l’exemple du comté de Savoie », op. cit., p. 102-105 ; J. Hubert, « La frontière occidentale du comté de Champagne du XIe au XIIIe siècles », Art et vie sociale de la fin du monde antique au Moyen-Âge, Paris, 1987, p. 56-85 ; J.-Ph. Soulerin, « La notion de limite et de frontière au Moyen-Âge d’après l’exemple de la châtellenie de Saint-Sorlin (Ain) au XVe siècle », Cahiers René de Lucinge, no 24, 3e série, 1982-1983, p. 35-41 ; M. de La Corbiere, A la conquête d'une châtellenie genevoise, op. cit. p. 30.

64 J.-Ph. Soulerin, op. cit.

65 En 1342, des bouviers de Francin abattent l’orme des Mortes dans la plaine des Marches, au sud de Montmélian, pour remettre en question la frontière delphino-savoyarde. Cf. B. Demotz, « La frontière au Moyen-Âge », op. cit., p. 105.

66 A.D.C.O., B 9583 (3), Compte du péage de Saint-Germain, 3e compte, peau 4, 1325-1326 ; Ibid., B 9524, Compte de la Châtellenie de Saint-André-en-Revermont, 4e compte, peau 3, 1327-1328 ; Ibid., B 8058, Compte de la châtellenie de Jasseron, 3e compte, peau 3, 1326-1327 ; Ibid., B 7087, Compte de la châtellenie de Bourg, 2e compte, peau 5, 1299-1300 ; cf. P. Cattin, « Pont d’Ain... », 1325-1327, op. cit., p. 153.

67 J.-Ph. Soulerin, op. cit. p. 37.

68 P. Toubert, op. cit., p. 12

69 « Les dessins de Ch. Evrard » ; P. Caton, « Billiat... », op. cit., p. 17.

70 Supra, p. et.

71 « depuis la fontaine des malades qui est sur la côte de Lay jusqu’aux grosses pierres qui sont sur la côte des malades ».Cf., S. Guichenon, Histoire de Bresse et Bugey, op. cit., Preuves, p. 251.

72 P. Cattin, « Saint-Rambert... ». 1333-1334, op. cit., p. 173.

73 J.Ph. Soulerin, op. cit., p. 39.

74 Lorsque Guichard VIII, le sire de Beaujeu, est pris à Varey en 1325, il livre au Dauphin pour payer sa rançon les revenus qu’il détient sur les seigneuries de Loye, Meximieux, Montellier, Corzieu, Bourg-Saint-Christophe. Le comte de Savoie lui donne les châteaux de Buenc dans le Revermont, Lent au sud de Bourg-en-Bresse et lui promet une somme d’argent compensatrice. Cf. A.C.N de La Teyssonniere, op. cil., p. 211-216.

Table des illustrations

Légende Figure 2. La Bresse et le Bugey dans l’espace français
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Figure 3. Etendue théorique de la Manche des Coligny à la fin du XIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Figure 4. Les environs de l’abbaye de Saint-Rambert en 1196
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21279/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende Figure 5. Les positions savoyardes et dauphinoises vers 1305
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21279/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 370k

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search