Version classiqueVersion mobile

Défendre la Bresse et le Bugey

 | 
Alain Kersuzan

Introduction

Texte intégral

  • 1 Parmi les derniers événements, citons Le colloque international de Vincennes organisé en octobre 1 (...)

1L’étude des châteaux et des fortifications médiévales bénéficie depuis plusieurs décennies d’un intérêt scientifique important, consacré dans son ensemble par le terme de « castellologie ». Les recherches sont nombreuses et donnent matière à des rencontres régulières de spécialistes et à de multiples parutions, souvent d’ailleurs intégrées dans un champ d’investigations ayant trait aux différents éléments constitutifs de l’architecture1.

2Si ce livre consacre une de ses parties à l’étude synthétique des éléments architecturaux de la défense, de la résidence et de la vie domestique des châteaux savoyards de Bresse et de Bugey au tournant des XIIIe et XIVe siècles, et une autre aux matériaux de construction, à leur transport, leur mise en œuvre et leur coût, l’essentiel veut avant tout montrer le fonctionnement en réseau des multiples fortifications de frontière d’un Etat naissant dans un contexte conflictuel.

  • 2 C. Enlart, Manuel d’archéologie française, Paris, 1928-1932, t. 2, Architecture civile et militair (...)
  • 3 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, Paris, 1991, p. 9.

3De ce point de vue, il s’agit bien d’architecture militaire selon l’appellation consacrée par Camille Enlart2. Ce concept peut paraître relativement moderne et inadapté pour l’époque médiévale, puisqu’il renvoie à des notions d’organisation générale, de réseaux constitués et d’encadrement humain par des professionnels de la guerre3. Mais, c’est précisément par ces notions que sont composés les réseaux castraux savoyards sur lesquels s’articule et s’organise la mise en place d’États modernes. Le fil conducteur de cette étude est donc le fonctionnement conjoint et organisé des fortifications tant du point de vue de la défense et de l’attaque que des points de vue administratifs, architecturaux, économiques, techniques et sociaux.

  • 4 M. Constant, « L'établissement de la maison de Savoie au sud du Léman, la châtellenie d'Allinges-T (...)
  • 5 D. de Raemy, La maison de Savoie en pays de Vaud, IX, L’architecture militaire et les rela tions a (...)
  • 6 P. Duparc, Le comté de Genève IXe-XVe siècle, Genève, 1955 ; L. Blondel, Les châteaux de l’ancien (...)
  • 7 M. de La Corbière, A la conquête d’une châtellenie genevoise au pays de Gex : le comte Amédée V de (...)
  • 8 A. Perret, « Châteaux forts en Savoie », L’Histoire en Savoie, 1982 ; P. Messiez-Poche et A. Pallu (...)
  • 9 N. Carrier, La vie montagnarde en Faucigny à la fin du Moyen-Âge, économie et société, fin XIIIe-d (...)
  • 10 Malgré leur importance en nombre, les comptes de Pont-d’Ain ne représentent que 4,5 % des comptes (...)
  • 11 C’est le cas, par exemple, pour le château de Jasseron : J.-F. Genevois, Le château et la seigneur (...)

4Le champ géographique se situe à l’ouest du comté de Savoie, de part et d’autre de la plaine et de la haute vallée de l’Ain, où la guerre entre le comté de Savoie et le Dauphiné fut sans doute la plus âpre. À l’encontre d’autres régions savoyardes pour lesquelles les historiens ont souvent privilégié leurs recherches, telles que le Chablais4, le pays de Vaux5, le Genevois6, le pays de Gex7, Chambéry et sa région8 et plus récemment le Faucigny9, l’histoire de la Bresse, du Bugey et de la guerre qui s’y est déroulée durant la première moitié du XIVe siècle est assez peu connue. Malgré la richesse des sources écrites10 et celle des vestiges archéologiques, les études réalisées jusqu’à ce jour sont peu nombreuses ou revêtent la forme de monographies relatives à l’histoire générale d’un site11.

  • 12 M. André et C. Petit, Pont-d’Ain et sa région, Bourg-en-Bresse, 1988.

5Les sources figuratives sont assez rares. La région ne fut pas aux siècles derniers un haut lieu touristique et la création de la ligne de chemin de fer au XIXe siècle a fait perdre aux villes de Pont-d’Ain, Saint-Germain et Saint-Rambert tout l’intérêt de leur position à la croisée des routes. Les quelques vues qui existent témoignent de châteaux moins délabrés que de nos jours, avec des tours encore debout et font voir des élévations intéressantes12. L’exemple le plus frappant concerne le château de Saint-Rambert, complètement étouffé de nos jours par la végétation, alors que des cartes postales du début du XXe siècle le montrent assez bien dégagé et bordé par des vignes.

6Le cadastre impérial est une source primordiale et très fiable qui malheureusement ne donne pas de précisions sur les châteaux eux-mêmes, mais sur leur emprise au sol et sur ce qui les entourait ou en gardait encore la trace lorsqu'il a été réalisé. La plupart des fossés et des douves ont de nos jours disparu ou des pans entiers des murailles qui joignaient les bourgs aux châteaux n’existent plus. Les plans délivrés par ces cadastres ne rendent pas dans leur intégralité l’emprise des constructions médiévales, mais nous en montrent des tracés plus nombreux que ceux de notre époque et nous permettent de situer avec moins d’erreur le passage d'une courtine ou l’emplacement d’une tour.

7Pour exemple, les fossés autour de la ville de Saint-Trivier-de-Courtes existent encore en très grande partie lorsque le cadastre est tracé, alors qu'ils ont complètement disparu depuis. Il en est de même pour le château de Pont-d’Ain où l’énorme fossé qui barrait l’éperon n’existe quasiment plus.

8Si on peut se fier aux cartes postales anciennes et aux cadastres, il convient d’être plus prudent avec les gravures et les fresques, car ces représentations idéalisent ou transforment beaucoup les châteaux et leur donnent une image parfois éloignée de la réalité archéologique.

9Les vues les plus anciennes de certains châteaux étudiés nous sont offertes par les fresques du château des Échelles à Jujurieux. Elles sont au nombre de cinq, mais deux seulement nous intéressent. Deux fresques restaurées montrent La tour des Échelles, dont une à l’intérieur d’une perspective alignant la tour de Saint-Denis et les châteaux de Saint-Germain et des Allymes. Les deux autres représentent respectivement les châteaux de Poncin et de Pont-d’Ain. Ces fresques ont été peintes au XVIIe siècle pour le propriétaire des cinq châteaux figurés. On peut la dater des environs de 1624 grâce à un petit détail peint sur la fresque de Pont-d’Ain. On y voit un maçon occupé à remonter les murs du chevet de l’église de la ville et l’on sait qu’il y eut cette année-là, une gigantesque inondation qui emporta le chevet et tout le mobilier de l’église dont la châsse contenant le cœur de Philibert-le-Beau.

10On doit également à la fresque de Pont-d’Ain d’être la plus grande de toutes. Elle mesure 4 mètres à la base et 2,50 mètres en hauteur. L’auteur, à jamais inconnu, a montré, sans faire disparaître totalement les caractères militaires d’origine, un château de plaisance assez idéalisé. Les terrasses et les hauts murs qui les enfermaient sont supprimés pour nous montrer un vaste terrain engazonné, descendant en pente douce vers la ville et la rivière, ce qui est loin d’être le cas. Il n’empêche que malgré les déformations apportées à la réalité, on retrouve une bonne partie des bâtiments, même si les proportions sont parfois un peu étonnantes. Grâce à cette fresque on peut placer dans l’enceinte castrale la chapelle privée du comte de Savoie. Les textes en parlent beaucoup, mais ne la situent jamais (figure 1).

11La fresque représentant Saint-Germain et les Allymes est beaucoup plus petite (un mètre à la base pour une hauteur de 1,50 m). La vision en perspective de plusieurs châteaux en réduit considérablement la taille et on ne voit d’eux que leur masse d’où se dégagent les tours.

12Aucun des châteaux faisant partie de cette recherche n’est resté intact. Seul celui des Allymes n’est pas ruiné ou complètement transformé. Il n’empêche que les restes des constructions sont étonnamment parlants, même lorsqu'il ne s’agit plus que de quelques pans de murs rongés par la végétation.

13Peu de fouilles ont été entreprises pour ces châteaux. La plupart du temps, il ne s’est effectué que des relevés (Saint-Rambert) et quelques sondages. Il est donc difficile de faire la part de ce qui est contemporain à l’époque de notre étude de ce qui est plus tardif. Seuls la bâtie de Gironville, le château des Allymes ont été fouillés et dans une petite mesure ceux de Saint-Germain et de Luisandre. Il n’y a donc pas beaucoup de connaissances archéologiques à mettre en correspondance avec les comptes. Néanmoins, quelques plans précis ont été tracés à partir des murs en élévation et des fondations encore apparentes. Cet apport est précieux, car il est impossible de le faire de nos jours pour certains châteaux, tant ils sont envahis par la végétation.

  • 13 Ormis les comptes des receveurs qui sont conservés à Turin à l’Archivio di Stato di Torino (AST) s (...)
  • 14 J.-L. Gaulin et Ch. Guilleré, « Des rouleaux et des hommes ; premières recherches sur les comptes (...)

14De ce fait, l’essentiel de cette étude repose sur un travail de fond sur les sources manuscrites. À ce titre elles sont multiples - comptes des châtellenies, des receveurs généraux, des péages, des œuvres civiles et militaires et, dans une moindre importance, les comptes de judicature. Tous ces comptes renvoient aux nombreuses dépenses effectuées pour les escarmouches, les sièges, les chevauchées et aux travaux de construction et d’entretien des châteaux. Les comptes savoyards sont rédigés en latin sur des pièces de parchemin cousues l’une à l’autre et formant de longs rouleaux13. L’immensité du corpus ouvre sur des perspectives de recherches nombreuses et variées14.

  • 15 Les comptes dauphinois sont conservés à Grenoble, aux Archives départementales de l’Isère dans la (...)

15Les comptes dauphinois sont inscrits sur des registres de papier. La consultation en est beaucoup plus pratique, mais ces comptes sont nettement moins nombreux et moins détaillés15.

Figure 1 : La fresque représentant Pont d’Ain au château des Échelles

  • 16 N. Chorier, Histoire générale du Dauphiné, t. 1, Grenoble, 1858.
  • 17 M.-C. Guigue, Histoire de l’Ain, Bourg-en-Bresse, 1873, A. C. N. La Teyssonnière, Recherches histo (...)
  • 18 Sur les chroniques de Savoie et leurs liens avec l'abbaye de Hautecombe : A. Perret, « L’abbaye de (...)
  • 19 T. Gouillon, La vie rurale dans les environs de Bourg-en-Bresse à la fin du Moyen-Âge, d’après les (...)

16Du point de vue événementiel et guerrier, certaines opérations militaires, comme les sièges d’Ambronay en 1308, de Saint-Germain en 1321 ou de la maison de Corlier et du château de Saint-Martin-du-Frêne en 1330, sont particulièrement bien documentées. Les informations précises livrées par ces comptes éclairent d’un jour nouveau certains épisodes de cette guerre. Ainsi, ce qu’il est généralement convenu d’appeler la prise d’Ambronay n’est que la révolte de quelques habitants appartenant au parti dauphinois. Aucun homme d’arme dauphinois n’a investi les lieux durant la semaine qu’a duré cette sécession. En outre, cet événement eut lieu en 1308 et non en 1316, date à laquelle une trêve signée à Villar-Benoit, en 1314, était à peu près respectée. Cette date de 1316 fut donnée par N. Chorier16 et répétée par Guigue, Quinsonas, Vingtrinier et d’autres historiens. N. Chorier situe également le siège et la prise de Saint-Germain en 1316 et il est pareillement suivi par les mêmes historiens17. L’étude de la guerre à partir des sources comptables permet de confronter ce que déclarent les chroniques sur les mêmes faits18 et de remettre à une plus juste vérité l’importance des conflits, les effectifs militaires et la véracité même des événements. C’est également un moyen d’enrichir et de compléter les études universitaires réalisées dans d’autres domaines historiques pour la région19.

  • 20 Dictionnaire savoyard, Paris, 1902.
  • 21 Dictionnaire topographique du département de l’Ain, Paris, 1911.
  • 22 Topographie historique du département de l'Ain, Lyon, 1873.

17La toponymie pose des problèmes pour la situation des événements. Ainsi le site de La Perrière s’appelle de nos jours Saint-Julien-de-Raz et Ufelle est devenu Dortan. Il y a, par ailleurs, une foule de lieux se nommant La Beaume ou La Balme ; il existe deux villes de Sainte-Croix, l’une au nord de Montluel et la seconde est le principal centre urbain du sire de Thoire-Villars dans la montagne. On peut confronter ses propres suppositions et propositions avec les dictionnaires locaux comme ceux de A. Constantin et I. Désormaux20, E. Philipon21 ou M.-C. Guigue22.

18Les remises en état des fortifications, les constructions de châteaux forts, de bâties et la mise en défense des villes et des bourgs font partie intégrante de la guerre. L’analyse des différents types de comptes et les ramifications politiques, administratives, militaires et techniques qui existent entre ces différentes organisations administratives et comptables a démontré l’intérêt d'une étude qui prendrait en compte le fonctionnement effectif de ces ramifications et comment il s’exprime sur le terrain. Ce fonctionnement se réalise concrètement sous la forme d’un réseau de châtellenies agissant ensemble, chacune depuis un château commandé par un officier, le châtelain. Dans chaque région, le réseau est orchestré par un bailli qui remplit sa fonction en correspondance étroite avec ses collègues, car rien n’est entièrement séparé d’un bailliage à l’autre, le tout est contrôlé et dirigé par le comte lui-même et ses conseils. On parvient à dégager, par delà la forme complexe des renseignements, le caractère et le fonctionnement d’une organisation centralisée s’appuyant sur des règles communes bien établies et des relais efficaces de communication, de responsabilités et d’action ne laissant que très peu de place à l’empirisme et à l’improvisation. Les châteaux, les bâties ne sont que des cellules fonctionnant de concert et en réseau à l’intérieur d’organisations administratives plus grandes, les bailliages. Eux-mêmes pris dans un circuit plus vaste au service d’une politique et d’une stratégie unique, celle du comte de Savoie.

19Ces éléments politiques et administratifs du fonctionnement savoyard montrent tout l’intérêt que peut présenter l’analyse des châteaux savoyards. Ces fortifications ont activement et symboliquement participé à la construction de la principauté et à son implantation territoriale. La stratégie militaire et l’administration savoyarde se sont appuyées sur eux. Il est donc nécessaire de connaître de manière synthétique quels ont été les programmes architecturaux et comment se sont élaborés les concepts et les formes. Nous avons tenté de savoir s’il y eut une culture et une expression typiquement savoyarde dans la construction ou les grandes réparations des châteaux. Leur fonctionnement commun au service d’une entité politique unique a-t-il entraîné du point de vue défensif et architectural une unité des formes et des systèmes. À partir d’une trame et d’un profil d’étude allant de la périphérie au cœur des châteaux, nous avons essayé de discerner ce qui rapprochait et ce qui différenciait les châteaux. Nous verrons que l’efficacité de chacun est surtout recherchée et que tous ont davantage été pensés et conçus comme des outils au service des objectifs militaires savoyards plutôt que comme l’expression d’un concept et d’une autorité politique.

20L’analyse des techniques de construction et des matériaux est la suite logique et cohérente de celle des moyens et des systèmes architecturaux. L’étude de l’origine des matériaux, leur transport, leur mise en œuvre et celle des engins nécessaires pour les élever est, à mon avis, indispensable à la compréhension des formes et des systèmes de défenses des fortifications. L’architecture castrale ne saurait être complète si on délaisse cet aspect, car les matériaux ne sont pas que les moyens de la construction, ils font partie intégrante du projet. La proximité de leur gisement par rapport au château, leur poids, leur coût interviennent au premier chef dans la réalisation architecturale. Aussi nous nous sommes efforcés de reconstituer l’organisation technique et financière des chantiers et de traiter par items les matériaux, l’importance de leur utilisation, leur provenance et leur mise en place dans l’œuvre.

  • 23 Le château de Ripaille, p. 593-615.
  • 24 La finanza sabaudia nel sec XIII, III, I rendiconti des Dominio dal 1257 al 1285, Corpus Chartarum (...)
  • 25 Dictionnaire des termes employés dans la construction et concernant la connaissance et l'emploi de (...)
  • 26 « Glossaire des mots de la basse latinité ordinairement employés dans les chartes de Savoie », dan (...)
  • 27 Glossaire français du Moyen-Age à l’usage de l’archéologue et de l’amateur des arts, Paris, 1872.
  • 28 « La construction d'un château au XIVe siècle : Château-Gaillard (Ain) », Cahiers René de Lucinge, (...)
  • 29 Tous les termes relatifs au bois sont édités dans J.-M. Poisson et E. Sirot-Chalmin, « Le bois dan (...)

21Ce travail impose naturellement de résoudre le sens de nombreux termes, principalement ceux d’ordre technique et géographique. Il est possible de s’appuyer sur des glossaires comme ceux de M. Bruchet23, M. Chiaudano24, P. Chabat25, M. Billiet26, L. Laborde27, et ceux plus récents de P. Cattin28 qui concernent la région étudiée. Mais il est des mots tirés du patois bressan qui, n’ayant pas été rencontrés par P. Cattin, ne figurent pas dans les éditions publiées dans les Cahiers René de Lucinge. En questionnant les personnes âgées de la région il est parfois possible, par recoupement, de donner une définition à des termes rares et locaux. J.-M. Poisson a dirigé un groupe de travail auquel j’ai participé, pour établir un regroupement des différents glossaires et des découvertes faites par les chercheurs rhône-alpins. Les matériaux et les travaux y sont classés par catégories - bois29 - pierre armes et mobilier.

22Au terme de cette étude, on regrettera sans doute les restrictions géographiques et politiques qui ne permettent pas de connaître les événements de manière précise dans les autres régions du comté de Savoie. Il conviendrait de réaliser les mêmes analyses dans le Grésivaudan et dans le Faucigny où les châteaux et les comptes sont nombreux. Il serait ainsi possible d’établir une connaissance plus vaste du conflit, de comparer les périodes de combat pour tenter de déterminer comment s’est déroulée cette guerre dans son ensemble et tâcher d’établir s’il y eut une stratégie militaire globale pour le parti savoyard ou si les rivalités se sont résolues région par région.

23Des recherches identiques pourraient également être réalisées pour le Dauphiné et ses alliés. Elles permettraient malgré les difficultés offertes par la rareté et la sécheresse des sources manuscrites de cette principauté, de connaître de manière globale l’histoire du conflit qui unit ces deux principautés, en même temps qu’il les divise et d’affiner les nombreux points sur lesquels elles se ressemblent.

24On trouvera dans les notes de bas de page, les références des sources comptables dont je me suis servi. Les rouleaux de parchemin contiennent souvent plusieurs comptes. J’ai indiqué le rang de chaque compte à l'intérieur du rouleau sans considérer que les comptes des châtellenies unies étaient des rendus à part entière. En effet, ces derniers ne font souvent état que des recettes, pour la même période que le compte de la châtellenie « mère » qui le précède. En revanche, j’ai numéroté dans la suite les comptes de péages, mêlés aux comptes de châtellenies au sein des rouleaux, mais nettement distincts du point de vue administratif et économique puisque tenus par un officier spécial durant des périodes différentes de ceux de la châtellenie.

25Très souvent les peaux de parchemin ont été numérotées au XIXe siècle en chiffres romains ou en chiffres arabes. Cependant, cette numérotation n’est pas toujours très homogène. Dans certains rouleaux la numérotation recommence à chaque compte tandis que dans d’autres, elle se poursuit d’un compte à l’autre. Afin d’éviter toute confusion pour qui voudrait consulter les originaux, j’ai toujours indiqué le numéro d’ordre inscrit par les archivistes en haut, à gauche de chaque peau de parchemin.

Notes

1 Parmi les derniers événements, citons Le colloque international de Vincennes organisé en octobre 1998 par O. Chapelot sur le thème des « Maîtres d'ouvrage et maîtres d’œuvre aux XIVe-XVIe siècle », sur celui plus récent organisé en juin 2002, par J. Chapelot et concernant « Le financement de la construction du XIIIe au XVIe siècle ». « Le château et la ville » fut le sujet du 125e congrès des Sociétés historiques et scientifiques à Lille en 2000. Pour la région-Rhône-Alpes Les rencontres d’archéologie médiévales, organisées chaque année depuis 1993, par J.M. Poisson à Lyon. Toutes ces rencontres ont donné lieu à la publication de leurs actes.

2 C. Enlart, Manuel d’archéologie française, Paris, 1928-1932, t. 2, Architecture civile et militaire, 2 vol.

3 J. Mesqui, Châteaux et enceintes de la France médiévale, Paris, 1991, p. 9.

4 M. Constant, « L'établissement de la maison de Savoie au sud du Léman, la châtellenie d'Allinges-Thonon », Mémoires et documents publiés par l'Académie Chablaisienne, Thonon, LX. 1972. p. 253-281.

5 D. de Raemy, La maison de Savoie en pays de Vaud, IX, L’architecture militaire et les rela tions avec l’Angleterre, Lausanne, 1990 ; « L’apport de la dendrochronologie pour l’étude des châteaux de l’ancien pays de Vaud (XIIIe-XIVe siècles), le cas de Chillon et Grandson », Revue Suisse d’Art et d’Archéologie, 1988/4, p. 263-276 ; « Orbe, la tour ronde du château », Des pierres et des hommes. Lausanne, 1995 ; M. Bruchet, Le château de Ripaille, Chambéry. 1906.

6 P. Duparc, Le comté de Genève IXe-XVe siècle, Genève, 1955 ; L. Blondel, Les châteaux de l’ancien diocèse de Genève, Genève, 1956 ; G. Detraz, « Fonctions militaire et résidentielle des châteaux à la fin du Moyen-Age : l’exemple du comté de Genève », Etudes Savoisiennes, 1, 1992, p. 43-59 ; M. Bruchet, « Etudes archéologiques sur le château d’Annecy », Revue Savoisienne. 1900. p. 246-327 ; E. Sirot-Chalmin, Le château d’Annecy, Lyon, 1990 ; F. Raynaud, Le château et la seigneurie du Vuache, Lyon, 1992 (Documents d’archéologie en Rhône-Alpes, 6).

7 M. de La Corbière, A la conquête d’une châtellenie genevoise au pays de Gex : le comte Amédée V de Savoie et La Corbière (1285-1323), Mémoire de maîtrise, Université de Savoie, 1992 (dactyl.) ; id., « Les comptes de châtellenie au service de l’archéologie castrale : le château gessien de La Corbière (Ain) 1301-1407 », Pages d’archéologie médiévale en Rhône-Alpes 3, Actes de la 3e rencontre Rhône-Alpes d’Archéologie Médiévale, Lyon, 1996, p. 35-45 ; id., La fortification du Rhône genevois lors de la guerre delphino-savoyarde. Les châteaux de Léaz, La Cluse et La Corbière (1234-1355), Mémoire de DEA, Université de Savoie, 1995, (dactyl.) ; id., Frontière et habitat fortifié à la fin du Moyen-Âge : l’exemple des marges septentrionales du comté de Genève, (XIIeXlVe siècle), Thèse de doctorat, Université Lyon 2, 2000, (dactyl.).

8 A. Perret, « Châteaux forts en Savoie », L’Histoire en Savoie, 1982 ; P. Messiez-Poche et A. Palluel-Guillard, « Le château de Chambéry », L’histoire en Savoie, 61. 1981 ; C. Lechenet, Le château de Chambéry au XIVe siècle, Mémoire de maîtrise, Université de Savoie, 1994, (dactyl.) ; B. Demotz, « Le château de Montmélian au Moyen-Âge », Association des amis de Montmélian et de ses environs, Bulletin, n°5, 4e trim. 1987 ; V. Guhl, Les comptes de la châtellenie de Montmélian (1285-1315), Mémoire de maîtrise. Université de Savoie, 1992, (dactyl.) ; P. Faraut, La châtellenie du Bourget de 1289 à 1303, T.E.R. Université de Savoie, 1992 (dactyl.) ; M. Vialet, Une châtellenie savoyarde au début du XVe siècle : Le Bourget (1408-1434), T.E.R. Université de Savoie, 1989, (dactyl.).

9 N. Carrier, La vie montagnarde en Faucigny à la fin du Moyen-Âge, économie et société, fin XIIIe-début XIVe siècle, Paris, 2001,

10 Malgré leur importance en nombre, les comptes de Pont-d’Ain ne représentent que 4,5 % des comptes de la Bresse et du Bugey : P. Cattin, « Le château et le pont de Pont-d’Ain au début du XIVe siècle », Cahiers René de Lucinge, no 27, 1992, p. 19.

11 C’est le cas, par exemple, pour le château de Jasseron : J.-F. Genevois, Le château et la seigneurie de Jasseron au Moyen-Âge, Jasseron, 1973 ; ou celui de Saint-Germain. A. Decour, Saint-Germain-d’Ambérieu, Trévoux, 1977.

12 M. André et C. Petit, Pont-d’Ain et sa région, Bourg-en-Bresse, 1988.

13 Ormis les comptes des receveurs qui sont conservés à Turin à l’Archivio di Stato di Torino (AST) sous la cote inv. 16, les comptes savoyards de Bresse et de Bugey se trouvent à Dijon, aux Archives départementales de la Côte d’Or et sont classés dans la série B. Ils sont connus sous le nom plus général de « rouleaux de Bresse ».

14 J.-L. Gaulin et Ch. Guilleré, « Des rouleaux et des hommes ; premières recherches sur les comptes de châtellenies savoyardes », Études savoisiennes, 1, Chambéry, 1992, p. 50109.

15 Les comptes dauphinois sont conservés à Grenoble, aux Archives départementales de l’Isère dans la série B.

16 N. Chorier, Histoire générale du Dauphiné, t. 1, Grenoble, 1858.

17 M.-C. Guigue, Histoire de l’Ain, Bourg-en-Bresse, 1873, A. C. N. La Teyssonnière, Recherches historiques sur le département de l’Ain, t. 3, Roanne, 1979 ; E. Quinsonas, Matériaux pour servir à l'histoire de Marguerite d’Autriche, Paris, 1860 ; A. Vingtrinier, Vieux châteaux de la Bresse et du Bugey, Lyon, 1860.

18 Sur les chroniques de Savoie et leurs liens avec l'abbaye de Hautecombe : A. Perret, « L’abbaye de Hautecombe et les chroniques de Savoie », Bulletin Philologique et Historique, 1965, p. 669-684.

19 T. Gouillon, La vie rurale dans les environs de Bourg-en-Bresse à la fin du Moyen-Âge, d’après les comptes de châtellenie de Corgenon, Mémoire de maîtrise, Université Lyon 2, 1992, (dactyl.) ; Y. Illes, Les incidences de la guerre entre la Savoie et le Dauphiné sur l’économie d’une châtellenie, Mémoire de maîtrise, Université Lyon 2, 1992, (dactyl.) ; D. Bourly, Châtillon-surChalaronne (1285-1323), Mémoire de maîtrise, Université Lyon III, 1985 (dactyl.) ; C. Dussuc, L'impact de la peste noire dans les châtellenies savoyardes de Bresse, Mémoire de maîtrise, Université Lyon III, 1988 (dactyl.) ; F. Cotton, La vie rurale à Treffort et en Revermont au Moyen-Âge, Bourg-en-Bresse, 1984.

20 Dictionnaire savoyard, Paris, 1902.

21 Dictionnaire topographique du département de l’Ain, Paris, 1911.

22 Topographie historique du département de l'Ain, Lyon, 1873.

23 Le château de Ripaille, p. 593-615.

24 La finanza sabaudia nel sec XIII, III, I rendiconti des Dominio dal 1257 al 1285, Corpus Chartarum Italiae.

25 Dictionnaire des termes employés dans la construction et concernant la connaissance et l'emploi des matériaux, de l’outillage,.... Paris. 1875, 5 vol.

26 « Glossaire des mots de la basse latinité ordinairement employés dans les chartes de Savoie », dans Chartes du diocèse de Maurienne, Chambéry, 1856, t. 2, p. 401-436.

27 Glossaire français du Moyen-Age à l’usage de l’archéologue et de l’amateur des arts, Paris, 1872.

28 « La construction d'un château au XIVe siècle : Château-Gaillard (Ain) », Cahiers René de Lucinge, 26, Ambérieu-en Bugey, 1990, p. 103-109 ; « Le château et le pont de Pont-d’Ain au début du XIVe siècle d'après les comptes de châtellenie », ibid., p. 163-179 ; « Le château de Saint-Rambert au début du XIVe siècle » ; ibid., p. 197-205 ; « Billiat et sa région (Ain) au début du XIVe siècle » ; ibid., p. 339-350.

29 Tous les termes relatifs au bois sont édités dans J.-M. Poisson et E. Sirot-Chalmin, « Le bois dans les châteaux et maisons nobles de Savoie d'après les comptes de châtellenie », Le bois dans le château de pierre au Moyen-Âge, Actes du colloque de Lons-le-Saunier, 1997, P.U.F.C. 2003, p 437-455.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : La fresque représentant Pont d’Ain au château des Échelles
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search