Version classiqueVersion mobile

Défendre la Bresse et le Bugey

 | 
Alain Kersuzan

Préface

Pierre Guichard et Jean-Michel Poisson

Texte intégral

1Voici l’histoire d'une guerre. Une guerre de marche, tenace, à la fois longue et intermittente, limitée dans ses procédés et ses objectifs, sorte de guerre de Cent ans régionale, si tant est que l’on voie dans cet affrontement autre chose qu’un des actes d’une guerre plus étendue dans l’espace et le temps. Mais au-delà des sièges, des constructions de châteaux et des batailles rangées, aussi rares que décisives, la guerre s’inscrit parmi les multiples facteurs d’une construction politique nouvelle et l'historien peut y discerner et analyser les modalités des mutations de la société et du pouvoir.

2Le titre de l’ouvrage est explicite « Défendre la Bresse et le Bugey ». Ces deux régions offrent une illustration de la mise en place, dans un contexte de guerre, d’une politique architecturale, administrative, financière et sociale, établie sur l’ensemble de leurs territoires par les comtes de Savoie qui, de la fin du règne de Philippe Ier au traité de Paris en 1355, affermissent les réformes de Pierre II (1263-1268). Le thème quant à lui, « les châteaux savoyards dans la guerre contre le Dauphiné », est ambitieux car il relève à la fois de l’histoire et de l’archéologie et intéresse autant l’histoire militaire que politique, administrative, économique et technique. Dans le cadre du conflit, la primauté appartient à la dimension militaire du réseau castrai, à son fonctionnement centralisé participant activement à la construction de la principauté et à son implantation territoriale. Les châteaux sont pensés comme des outils au service des objectifs militaires et politiques savoyards, mais ils ont aussi une réalité matérielle et une place très importante est faite à l’architecture et à la construction.

3Nous voici donc en présence d’un livre qui montre à l’œuvre une principauté en voie de formation et d’extension au moyen de châteaux impliqués dans une guerre sur laquelle s’est appuyé le pouvoir pour organiser son administration et établir les bases d’une structure d’État pré-moderne.

4L’intérêt principal de cette étude repose sur la spécificité de la source textuelle unique qui a été utilisée : les comptes de châtellenies savoyards (environ 800). L’ampleur numérique et l’homogénéité de la documentation constituent donc l’originalité et la spécificité de cette étude ; elle démontre par ailleurs une fois de plus la richesse des données contenues dans ces documents comptables, ainsi que la diversité de l’information qui y est contenue, même si le sujet limitait la thématique abordée aux aspects événementiels (conduite de la guerre), architecturaux (organisation des châteaux), techniques (conduite des chantiers) et économiques (exploitation des matériaux), etc. Ces sources textuelles ont été corrélées à des sources de type archéologique : les restes de plusieurs châteaux concernés qui ont été analysés (Pont-d’Ain, Saint-Germain, Saint-André-en-Revermont, les Allymes, Jasseron et plusieurs autres).

5Après une description des enjeux politiques et territoriaux, sont relatés sous forme de chronique les faits de cette guerre de marche, fort peu étudiée jusqu’alors. L’auteur éclaire de façon approfondie et concrète l’histoire des relations delphino-savoyardes ainsi que les techniques de la guerre dans leurs aspects les plus variés : chevauchées, sièges, batailles, armement, commandement, rensiegnement. Il s’en dégage une réflexion sur la stratégie et la tactique militaire que l’éparpillement des actions locales ne rend pas toujours facilement perceptible. La réflexion porte aussi sur les conditions de la supériorité savoyarde qui tient à la définition plus ferme d’un État par la cohérence et la logique de ses actions. Il démontre, en outre, la richesse des données fournies par les documents comptables ainsi que la diversité de l’information qui y est contenue. Il justifie aussi la nécessité d’exploiter tous les types de comptes, même ceux de la justice, afin de construire un appareil critique important, nécessaire à la démonstration.

6Dans la deuxième partie, Alain Kersuzan décline la notion du réseau castrai constitué de châteaux, de bâties et de maisons fortes. Il y montre l’intégration de ces différents éléments dans une organisation rationnelle au plan régional, ainsi que la militarisation des maisons nobles et la gestion des moyens humains (garnisons en temps de paix et en temps de guerre). Il s'agit donc aussi d’une histoire politique et institutionnelle, où se manifeste l’efficacité de la machine administrative qui implique toujours plus la mobilisation constante de moyens humains, financiers et matériels. C’est un tableau tout à fait convaincant du rôle du réseau castrai dans une stratégie militaire de conquête et de contrôle d’un territoire défini et de l’importance de la guerre dans l’affirmation de l’État savoyard.

7Associant utilement les textes et les sources archéologiques, l’auteur nous présente ensuite les acteurs du conflit et de la mutation politique. Il réussit à synthétiser une quantité considérable d’informations pour proposer une interprétation de la typologie, des structures architecturales et de l’organisation des différentes parties des châteaux, présentée de façon analytique et rigoureuse. Ce travail tient le plus grand compte du contexte socio-économique et politique en considérant la modestie des innovations architecturales du fait du poids des traditions locales, mais aussi l’adéquation des solutions par rapport aux coûts et aux dangers, démontrant ainsi qu’il y eut une véritable pensée stratégique et tactique globale de la part des comtes de Savoie.

8Cette étude vaut aussi par ses multiples apports à l’histoire des techniques de la construction et des chantiers. L’auteur établit les conditions matérielles et techniques des constructions par l’analyse des multiples opérations qui président à l’architecture, depuis les considérations intellectuelles des projets jusqu’à leur mise en œuvre matérielle. Alain Kersuzan allie compétence et érudition dans les items consacrés à l’œuvre architecturale, l’exploitation des matières premières, leur transport, leur transformation et leur mise en place. Il a le mérite de ne pas s’arrêter aux généralités, mais d’entrer dans un détail technique méritoire, compte tenu de la difficulté de la terminologie, sans hésiter à proposer des explications sur le fonctionnement d’un engin de levage ou la façon de fabriquer de la chaux en très grande quantité !

9Un recueil d’annexes fort bienvenu présente les plans restitués de différents châteaux concernés et permet de suivre les propos relatifs aux formes et à l’organisation spatiale des fortifications. Le lecteur trouvera aussi, au sein de plusieurs tableaux, d’importants chiffrages des coûts de la guerre sous tous leurs aspects année après année, au cœur de plusieurs châtellenies et péages. Ce livre deviendra un instrument de consultation pour les historiens des techniques et les professionnels du bâtiment, car l’auteur a eu la bonne idée de présenter un glossaire des termes techniques de la construction, œuvre appelée à rendre de grands services tout comme les innombrables et précises références aux sources comptables tout au long des notes.

10Au delà de cette incontestable utilité de détail, cette étude très solide se proposait de mettre en évidence le fonctionnement d’une organisation castrale centralisée, à la fois bien contrôlée par le pouvoir politique, et participant « à la construction de la principauté et à son implantation territoriale », dont les points d’appui sont en définitive « conçus et pensés comme des outils au service des objectifs militaires savoyards ». L’avancée savoyarde est ainsi le résultat d’« un processus raisonné et logique », sous-tendu par « une stratégie cohérente et subtile, organisée sur le long terme ». La démonstration minitieuse qui en est faite nourrit au total une très intéressante réflexion sur les conditions d’émergence de l'une des plus fortes structures princières de la fin du Moyen Âge, et en définitive sur le problème de la construction tant débattue de l’« État moderne ». On se félicitera de voir cet ouvrage mis à la disposition du plus large public historien.

© Presses universitaires de Lyon, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search