Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

78. La transmission des savoirs : illustrations de la traduction du « Livre qui contient tout » d’al-Râzî (1282)

Full text

1Le travail de traduction des savoirs grecs et arabes s’est principalement déroulé dans la Péninsule ibérique redevenue chrétienne. Elle devient au XIIe siècle le grand centre intellectuel de la chrétienté latine où se retrouvent des clercs de tout l’Occident. Les traductions qui y sont réalisées s’imposent par leur quantité et leur variété. Elles se poursuivent au XIIIe siècle et connaissent un nouvel essor sous l’impulsion d’Alphonse X de Castille. En Sicile, deuxième grand centre de traductions, l’initiative en revient dès l’origine aux souverains normands. La tradition est poursuivie et renforcée par les Hohenstaufen, Frédéric II et son fils Manfred et conservée par la cour angevine. Les monarques successifs rassemblent à Palerme une cour brillante et cosmopolite où se côtoient savants grecs, juifs, arabes et latins.

2Les grandes étapes de l’histoire de la traduction d’un livre nous sont racontées par trois enluminures. Dans la vignette 2, L’émir hafside de Tunis, représenté barbu avec un sceptre à la main, remet l’ouvrage recherché par le roi de Sicile, Charles Ier d’Anjou à trois ambassadeurs. Dans la vignette 1, les trois hommes remettent à leur retour le précieux manuscrit à Charles Ier. Dans la partie supérieure de la lettrine E, ce dernier confie à un traducteur la tâche d’établir une version latine. Dans la partie inférieure, le traducteur est représenté au travail, il écrit de la main droite tout en suivant le texte de la main gauche. Ce traducteur est connu par la mention de son nom à la fin de la préface, il s’agit d’un juif d’Agrigente, Faraj ben Salem.

3L’ouvrage qui passe de mains en mains, est, nous dit la première ligne du prologue, « le livre Elhauy », transcription d’al-Hâwî c’est à dire « le livre qui contient tout », titre de l’une des grandes encyclopédies médicales d’al-Râzî, Rhazès pour les Latins. D’origine persane, il vécut à Ray, avant de s’installer à Bagdad à la fin du IXe et au début du Xe siècle ; il fut avec Ibn Sînâ, Avicenne (980-1037), l’un des plus grands médecins arabes. Son al-Hâwi est une encyclopédie rédigée par ses disciples d’après les notes qu’il avait rassemblées. Pour chaque sujet traité, il donne les opinions des Anciens (sous forme de citations) puis développe son propre point de vue à partir de ses réflexions et de ses observations cliniques.

Vignettes ornant la première page d’un manuscrit latin exécuté en 1282 pour le roi de Sicile, Charles 1er d’Anjou, éd. F. Micheau, « Le cheminement des connaissances », dans La Science arabe, un héritage oublié, Textes et documents pour la classe, no 686, CNDP, Paris, 1994, p. 21.

Bibliography

Bibliographie

Marie-Thérèse d’Alverny, La transmission des textes philosophiques et scientifiques au Moyen Age, Aldershot, 1994. — K.D. Fischer, U. Weisser, « Das vorwort zur lateinischen übersetzung von Rhazes Liber continens (1281) », Medizin historisches journal, XXI, 1986, p. 211-241. — Danielle Jacquart et Françoise Micheau, La médecine arabe et l’Occident médiéval, Paris, Maisonneuve et Larose, 1990. — Seyyed Hossein Nasr, Sciences et savoir en Islam, Paris, Sindbad, 1979. — Juan Vernet, Ce que la culture doit

List of illustrations

Caption Vignettes ornant la première page d’un manuscrit latin exécuté en 1282 pour le roi de Sicile, Charles 1er d’Anjou, éd. F. Micheau, « Le cheminement des connaissances », dans La Science arabe, un héritage oublié, Textes et documents pour la classe, no 686, CNDP, Paris, 1994, p. 21.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21198/img-1.jpg
File image/jpeg, 575k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Terms of use: http://www.openedition.org/6540