Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

77. L’invention du jeu d’échecs d’après Jacques de Cessoles (xiiie s.)

Texte intégral

1Jacques de Cessoles est un dominicain obscur d’origine italienne, qui a sans doute appartenu au couvent de Gênes. Il rédige pour un public laïque Le livre des mœurs des hommes et des devoirs des nobles ou Livre des échecs entre 1259 et 1273. Le jeu des échecs est né en Inde vers le Ve ou VIe siècle de notre ère. Il passe au Xe siècle en Perse et dans le monde arabe. Un siècle plus tard, il gagne l’Occident, par le sud et par le nord. Ce jeu met quelques décennies pour s’y acclimater car il déconcerte les mentalités occidentales. Le déroulement de la partie et son but final est de rechercher la victoire et de faire en sorte que le roi adverse soit en position de “mat ", pratique contraire aux mœurs féodales où les combats n’ont finalement jamais d’issue et où les rois ne sont pas faits pour être capturés... De même, les pièces sont transformées : le vizir se métamorphose en reine ; l’éléphant (al-fîl) prend des formes diverses devenant dauphin, juge (en ancien français aufin), arbre ou porte-étendard, évêque (figure qui s’est maintenu dans les pays anglo-saxons) ou fou ; le char devient chameau, soldat à cheval, puis tour (roch). Si la structure en damier renvoyait à une symbolique forte (elle signale un mouvement, un passage d’un état à un autre, et donc la mort), les soixante-quatre cases de l’échiquier évoquaient peu de choses aux Occidentaux, comme d’ailleurs le carré, jugé comme une figure trop statique, à l’inverse du cercle. Et pourtant ce jeu s’affirme vite comme un élément essentiel de l’éducation du jeune chevalier. D’autant que l’Église le tolère. Si, en arrivant en Occident, les dés étaient employés pour déterminer la marche des pièces, ils furent progressivement abandonnés, ce qui donna au jeu une “certaine honorabilité” (M. Pastoureau), lui enlevant sa part de hasard. Sans être un jeu populaire, il touche au XIIIe siècle les catégories les plus larges de la population (clercs cultivés, grands bourgeois, étudiants). Le dominicain Jacques de Cessoles sait que pour faire passer le message moral de l’Église, il faut parler en des termes que le public laïque comprend, en utilisant des comparaisons de la vie quotidienne. Le jeu d’échecs lui apparaît alors comme un support tout désigné au contenu de ses sermons puis de son Livre des échecs. Dans le livre Ier, dont le début est traduit ici, Jacques de Cessoles retrace l’historique du jeu d’échecs, en insistant sur son origine perse. Il passera ensuite à la description des pièces nobles : le roi, la reine, les “alphins” (les juges) et les chevaliers, puis à celle des pièces populaires. Pour fonder son propos Jacques de Cessoles a recours à de multiples historiettes et anecdotes empruntées pour l’essentiel aux auteurs de l’Antiquité. Le succès du Livre du jeu d’échecs, en latin comme dans ses innombrables traductions, donnent l’image, à partir d’un jeu oriental fortement occidentalisé, du fonctionnement idéalisé, voire utopique, du pouvoir royal et de la société chrétienne au XIIIe siècle.

  • 1 Évil-Merodak, roi de Babylone (561-560), fds et successeur de Nabuchodonosor.
  • 2 Légende absente de l’Ancien Testament et rapportée par Pierre le Mangeur (mort en 1179) dans son hi (...)
  • 3 Daniel, 2, 1-18.
  • 4 Diomède est notamment un compagnon d’Ulysse. Il y a peut-être eu confusion avec Palamède, héros de (...)

2Parmi tous les signes du mal qui sont en l’homme, il en est un qui l’emporte nettement : quand l’homme ne craint pas d’offenser Dieu par ses fautes et les autres hommes par sa vie dissolue, quand non seulement il ne se soucie pas des reproches mais s’en prend à ceux qui les lui font. Tel fut le cas, lisons-nous, de l’empereur Néron qui tua son maître Sénèque dont il ne pouvait supporter les réprimandes. C’est au temps d’Evilmerodach, roi de Babylone1, homme enjoué, cruel et injuste qui découpa le corps de son père en trois cents morceaux et les donna en pâture à trois cents vautours2, que fut inventé ce jeu qui intéresse les mœurs des hommes et les devoirs des nobles. Parmi d’autres défauts, ce roi en avait un très grave : il mettait à mort ceux qui lui faisaient des reproches et haïssait ceux qui le blâmaient, ce qui est de la dernière sottise. Il ressemblait à Nabuchodonosor, son père, qui, comme nous le lisons au livre du prophète Daniel, voulut mettre à mort tous les sages de Babylone qui ne parvenaient pas à reconstituer un songe qu’il avait oublié3. Certains affirment que ce jeu fut inventé lors de la guerre de Troie. Ce n’est pas la vérité. En effet il fut transmis aux Grecs par les Chaldéens, comme le dit le Grec Diomède4, et acquit une grande réputation chez les Grecs d’abord parmi les philosophes. Par la suite, au temps d’Alexandre le Grand, sa renommée gagna l’Égypte et les parties australes de la terre [...].

3L’inventeur de ce nouveau jeu fut un philosophe d’Orient, appelé Xerxès par les Chaldéens et Philometor par les Grecs, ce qui signifie chez les Latins “celui qui aime la justice et la mesure”. Sa renommée fut telle parmi les Grecs et les Athéniens que, par la suite, de nombreux philosophes de qualité et amateurs de savoir se réclamèrent de son nom. Il fut si juste qu’il préféra mourir plutôt que vivre, loin de la justice, au milieu des délices royaux. En effet, devant la vie détestable du roi que personne n’osait critiquer à cause de la cruauté qu’il avait montrée en mettant à mort les sages, ce philosophe, à la demande du peuple, s’offrit à la mort, au mépris du danger, préférant finir sa vie pour la justice plutôt que de la prolonger, dans l’infamie, au milieu de mœurs bestiales. [...] Ainsi fit l’inventeur de ce nouveau jeu qui s’exposa à la mort pour protéger la justice et méprisa la vie présente.

4Il y a trois raisons à l’invention de ce divertissement. Il y eut d’abord le désir d’amender le roi, ensuite d’éviter l’oisiveté, enfin d’inventer des règles nombreuses et subtiles.

5Pour ce qui est de la première raison, il faut savoir que lorsque le roi Evilmerodach vit de nombreux chevaliers, barons et ducs jouer ardemment avec le philosophe, émerveillé qu’il était par la beauté du jeu et par le caractère insolite de ce nouveau divertissement, il voulut y participer. Il manifesta le désir d’apprendre à jouer et décida de se mesurer au philosophe. Celui-ci lui fit remarquer que cela n’était possible que s’il apprenait au préalable les règles. Le roi acquiesça et dit que, désireux d’apprendre, il se placerait en tout dans la position du disciple. Alors le philosophe, expliquant la forme de l’échiquier et des pièces et décrivant les mœurs du roi, des nobles et du peuple ainsi que leurs devoirs, comme nous le ferons dans les chapitres suivants, attira l’attention du roi sur la réforme des mœurs et la pratique des vertus. En entendant ces reproches, le roi qui avait déjà fait périr de nombreux sages, interrogea brutalement le philosophe d’un ton menaçant : “Pourquoi as-tu inventé ce jeu ?” Le philosophe lui répondit : “Mon seigneur roi, je désire que ta vie soit glorieuse ; pourtant je ne peux le constater tant que, remarquable par la justice et de bonnes mœurs, tu n’es pas aimé par le peuple. Je te souhaite autre afin que toi qui as empire sur les autres, non par droit mais par force, tu commences par te dominer. En vérité, il est injuste que tu prétendes à un pouvoir sur autrui alors que tu ne peux te maîtriser toi-même. Souviens-toi que les empires tenus par la violence ne peuvent durer longtemps. Te changer, voilà une des raisons de ce jeu. ” Les rois doivent en effet supporter patiemment les reproches des sages de leur entourage et écouter de bon cœur même ceux qui les réprimandent [...].

  • 5 Lettre 82, 3.

6Le deuxième but de l’invention de ce jeu fut d’éviter l’oisiveté. A ce propos, Sénèque dit à Lucilius : “L’oisiveté sans les lettres est la mort et le tombeau du vivant5. ” [...] Et c’est pourquoi il est souvent inévitable que l’oisiveté ardente débouche sur le crime. En effet, d’une telle oisiveté naît une excessive mélancolie de l’âme par laquelle tout plaisir de l’esprit est éteint ; l’esprit se replie sur lui-même comme dans le gouffre du désespoir. Puisque, par ce divertissement, l’oisiveté et la tristesse peuvent être évitées, c’est pour s’éloigner de tout cela que Xerxès ou Philometor inventa ce jeu.

  • 6 Actes des Apôtres, 17, 21.
  • 7 Aulu-Gelle, Nuits attiques, X, 17.
  • 8 Didyme l’Aveugle, mort vers 400.
  • 9 Jérôme, Lettres, 68, 2.

7La troisième raison consiste en ceci : chaque homme aspire naturellement au savoir et aime entendre des nouveautés. C’est pourquoi, nous lisons à propos des Athéniens qu’ils étudiaient afin d’entendre des choses neuves6. Parce que la vue empêche parfois de saisir nombre de choses subtiles, nous lisons que le philosophe Démétrius se creva les yeux afin d’avoir des pensées plus vives et plus aiguës7. Beaucoup de malvoyants et d’aveugles furent plus pénétrants dans leurs facultés d’invention que les autres hommes. Ce fut le cas de Didyme, évêque d’Alexandrie, qui, aveugle, fut d’une telle intelligence qu’il mérita d’avoir pour disciples Grégoire de Nazianze et Jérôme, cardinal de l’Église de Rome8. Alors qu’il y a des maîtres qui ont commencé à être tels sous la férule d’autres professeurs, eux commencèrent par être les disciples de Didyme d’Alexandrie. Nous lisons que, à cause de la très grande intelligence de Didyme d’Alexandrie, Antoine, l’ermite, l’avait visité et lui avait demandé s’il ne souffrait pas trop d’avoir perdu la vue. Didyme lui avait répondu : “Je m’étonne de te voir douter de ma souffrance. ” On rapporte qu’Antoine répondit : “Certes, père, mais je m’étonne plus encore de te voir souffrir de la perte de ce que tu as en commun avec les bêtes, alors que tu conserves en ton esprit ce que tu as en commun avec les anges9. ”

8C’est donc pour cela que l’inventeur de ce réconfort, pressé par l’angoisse de la mort et oublieux du monde sensible, se concentra et élabora ce jeu, plein de règles innombrables et variées. Ce jeu fut réputé à cause du grand nombre de variantes qu’il offrait et par sa ressemblance avec le combat.

9Traduit du latin d’après E. Koepke, éd., Jacobus de Cessolis, “Liber de moribus hominum ac officiis nobilium sive super ludo scaccorum”, dans Jahresbericht der Mitteilungen aus den Hanschriften der Ritter Akademie zu Brandenburg, II, Brandeburg, 1879, p. 1-2 ; F. Vetter, Das Schachzabelbuch Kunraths von Ammenhausen nebst den Schachbüchern des Jakob von Cessole und des Jakob Mennel, Frauenfeld, 1892, col. 32-84.

Les pièces de ce jeu (il en reste seize), provenant sans doute non pas d’un seul jeu mais de plusieurs jeux semblables, ont été fabriquées en Italie méridionale (sans doute dans un atelier de Salerne) à la fin du XIe siècle. Elles comptent parmi les plus spectaculaires objets d’ivoire que le Moyen Age nous ait laissés. Ce sont des pièces d’apparat, faites non pour jouer, mais pour symboliser. Elles étaient conservées dans le trésor de l’abbaye de Saint-Denis. La légende selon laquelle ce jeu aurait appartenu à Charlemagne s’est forgée avant la mort de saint Louis (1270) ; elle servait tant les intérêts de Saint-Denis que ceux du roi de France qui pouvaient ainsi se rattacher au lignage carolingien.

Bibliographie

Bibliographie

Jacques Berlioz, “Le Livre des échecs” : un best-seller médiéval”, L’Histoire, no 243, mai 2000, p. 20-21. — Jacques de Cessoles, Le livre du jeu d’échecs, ou la société idéale au Moyen Age, XIIIe siècle, traduit et présenté par Jean-Michel Mehl, Paris, 1995 (Stock/Moyen Age). — Michel Pastoureau, L’Échiquier de Charlemagne. Un jeu pour ne pas jouer, Paris, 1990.

Pièce du « jeu de Charlemagne »
Cavalier à bouclier rn amande, fin du XIe siècle, 127 mm, Paris, BnF, Cabinet des médailles

Notes

1 Évil-Merodak, roi de Babylone (561-560), fds et successeur de Nabuchodonosor.

2 Légende absente de l’Ancien Testament et rapportée par Pierre le Mangeur (mort en 1179) dans son histoire de la Bible, l’Historia scholastica, Liber Danielis (PL 198, 1453B-C).

3 Daniel, 2, 1-18.

4 Diomède est notamment un compagnon d’Ulysse. Il y a peut-être eu confusion avec Palamède, héros de la guerre de Troie, élève du centaure Chiron, et à qui furent attribuées de nombreuses inventions : certains caractères de l’alphabet, nombres, monnaie, table du jeu de dés – inventée pour éviter que les soldats ne se mutinent quand ils n’ont rien à faire –, jeu d’osselets, jeu de dames.

5 Lettre 82, 3.

6 Actes des Apôtres, 17, 21.

7 Aulu-Gelle, Nuits attiques, X, 17.

8 Didyme l’Aveugle, mort vers 400.

9 Jérôme, Lettres, 68, 2.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21195/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site