Version classiqueVersion mobile

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

76. Vers 1250, le renversement de la conjoncture : abandon et disparition de la ville islamique de Saltés

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour bien des chercheurs, Vile de Saltés fut, pendant longtemps, le site de la mythique Tartessos1. C’est là, en effet, qu’abordèrent les aventuriers grecs et carthaginois en quête des terres d’Occident réputées pour leurs minerais de toute sorte ; fragments de tuiles et de poteries signalent une occupation protohistorique puis antique. Jusqu’en 1983 cependant, on négligea la présence des vestiges d’habitat médiéval qui ne furent reconnus comme tels qu’après qu’une étude géophysique et quelques sondages aient montré l’existence, sur la zone consolidée d’El Almendral, d’une ville islamique.

Etablissement original depuis le Xe siècle – une ville apparemment isolée au mileu des marais de l’embouchure des Rios Tinto et Odiel –, Saltés est une fondation musulmane : centre dynamique d’agriculture et de pêche, elle est surtout connue comme centre de transformation métallurgique, très liée au commerce lointain vers Tanger, Sebta et toute la Méditerranée médiévale.

Les facteurs naturels ont ét...

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search