Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

76. Vers 1250, le renversement de la conjoncture : abandon et disparition de la ville islamique de Saltés

Texte intégral

  • 1 Sur ce sujet, voir A. Garcia y Bellido, « Tartessos pudo estar donde ahora la isla de Saltés, en e (...)

1Pour bien des chercheurs, Vile de Saltés fut, pendant longtemps, le site de la mythique Tartessos1. C’est là, en effet, qu’abordèrent les aventuriers grecs et carthaginois en quête des terres d’Occident réputées pour leurs minerais de toute sorte ; fragments de tuiles et de poteries signalent une occupation protohistorique puis antique. Jusqu’en 1983 cependant, on négligea la présence des vestiges d’habitat médiéval qui ne furent reconnus comme tels qu’après qu’une étude géophysique et quelques sondages aient montré l’existence, sur la zone consolidée d’El Almendral, d’une ville islamique.

2Etablissement original depuis le Xe siècle – une ville apparemment isolée au mileu des marais de l’embouchure des Rios Tinto et Odiel –, Saltés est une fondation musulmane : centre dynamique d’agriculture et de pêche, elle est surtout connue comme centre de transformation métallurgique, très liée au commerce lointain vers Tanger, Sebta et toute la Méditerranée médiévale.

  • 2 Nous verrons que, selon al-Idrîsî et al-Himyarî, la ville fut plusieurs fois détruite par ces même (...)

3Les facteurs naturels ont étroitement conditionné les implantations humaines sur l’île de Saltés : l’existence d’une zone de terre ferme, la confluence de deux des quatre grands fleuves d’Andalousie, la protection de la marisma, la présence d’eau douce... ont joué un rôle certain dans le choix du site urbain. Or, mentionnée dans les textes arabes à propos d’événements survenus dès le IXe siècle, la ville disparaît au milieu du XIIIe siècle, sans traces de destruction ; cet abandon semble plutôt témoigner du changement de conjoncture qui survient alors et de la rupture des routes nord-sud entre la péninsule Ibérique et le Maghreb. Bien que ni Saltés ou Shaltîsh ni Awnaba (Huelva) ne figurent dans les sources textuelles du Xe siècle, la ville existe bien avant : ainsi, le toponyme apparaît dans la chronique d’al-‘Udhrî, lorsque celui-ci relate les événements qui, au IXe siècle, marquent le règne de ‘Abd al-Rahmân ; elle est encore mentionnée lors de la campagne de 844, quand on signale que les Normands, après le sac de Séville (Ishbîliya), « descendent le fleuve Wabrû jusqu’à l’île de Saltés »2 ; le peu de mentions qui la concernent souligne sans doute le peu d’importance qu’elle avait alors. En revanche, les références sont plus nombreuses au XIe siècle : de 1012 à 1051, Saltés constitue un petit royaume indépendant, que dirige pendant plusieurs décennies‘Izz al-Dawla ‘Abd al-Azîz, père du géographe al-Bakrî ; mais, la petite principauté perd son indépendance quand al-Mu‘tadid ibn ‘Abbâd, roi de Séville, s’empare de la ville et de son territoire. A la fin de l’époque almoravide, la rébellion de l’Algarve entraîne Saltés dans une nouvelle communauté géopolitique qui, en plus des villes déjà mentionnées, comprend aussi Silves, Mértola, Evora et Beja. C’est à l’époque suivante - l’époque almohade - que Saltés parvient à la phase de son plus grand développement urbain, ce que soulignent bien les descriptions que nous en donnent al-Idrîsî puis al-Himyarî. Prise et en partie détruite lors d’un raid de représailles portugais, en 1179, Saltés est de nouveau active et riche pendant toute la fin de l’époque almohade puis jusqu’à la conquête chrétienne. Car, depuis le milieu du XIIe siècle, le développement des offensives almohades donnent à Saltés un nouveau rôle : celui de port annexe – beaucoup plus sûr que Cadix pour le débarquement des troupes maghrébines et la diffusion dans le sud-ouest péninsulaire de l’idéologie almohade.

4Les textes médiévaux associent Saltés et l’industrie du métal : la présence des métallurgistes-population étrange et parfois inquiétante – est une des caractéristiques originales de la ville. Cette mise à l’écart, au milieu des marais, de l’homme du métal – homme ou démiurge, alliant l’usage du feu et de la terre – n’est guère étonnante et on en aurait bien d’autres exemples dans le Moyen Age occidental ; il n’y a pas loin du métallurgiste à l’alchimiste... Les travaux archéologiques effectués mettent l’accent sur quatre aspects complémentaires de la métallurgie islamique à Saltés :

5– La montagne – zone des montées magmatiques hercyniennes-fournit, bien sûr, des produits miniers, mais d’autres zones d’approvisionnement, à la fois plus faciles à exploiter et plus proches, sont mises à profit : il s’agit des secteurs où affleurent schistes et ardoises minéralisées, de ceux où s’étendent les croûtes ferrugineuses contenant jusqu’à 48 % de fer, de ceux enfin où se développent les cuirasses ferrugineuses (cabezas rubias) de la région littorale.

6– Ces minerais polymétalliques demandent un travail spécifique. Les « scories comcomplexes», que fournit l’enquête archéologique ne sont pas des rejets inutilisables mais, au contraire, des produits intermédiaires, témoins d’une succession de phases multiples d’élaboration du métal, à l’aide de procédés répétitifs de concentration : procédés simples, mobilisant des techniques peu coûteuses en moyens mais sophistiquées dans la mesure où elles impliquent une connaissance précise du comportement au feu des pierres-minerais.

  • 3 La fouille signale à l’intérieur de plusieurs maisons la présence de « scories » diverses et, parf (...)

7– Les auteurs arabes insistent sur la spécialisation professionnelle qu’exige la métallurgie. La spécialisation est celle de toute la ville, avec sans doute une distribution spatiale des types d’activités : existent d’une part des ateliers relativement concentrés - au moins au XIIe et XIIIe siècle-sur un secteur bien délimité entre la ville et le marais (leur localisation est sans doute à mettre en relation avec l'orientation des vents dominants), d’autre part des espaces situés à l’intérieur des maisons d’habitation où l’on pouvait, pour certains métaux, réaliser un ultime affinage3.

8Le travail des métaux à Saltés impliquait de nombreux transports par barque, sur les fleuves, et par ces « grands et lourds bâtiments de transport » dont parle al-Idrîsî. La situation géographique de l’île facilite à la fois la concentration de minerais bruts et l’exportation de produits semi-finis : l’essentiel de l’activité saltésienne consistait à obtenir des métaux quasiment purs ou des alliages simples qui étaient ensuite commercialisés en vue d’un traitement ultérieur de façonnage et de forge. Ainsi, les caractères principaux du fonctionnement économique de Saltés placent celle-ci dans les cadres d’une économie d’exploitation de produits primaires. Sa situation sur les estuaires, en un point de rupture de charge, n’est pas sans rappeler ce qu’en d’autres époques on qualifierait d’économie coloniale.

Figure 1. L’Andalousie musulmane au xiiie siècle, carte générale et situation de la ville islamique de Saltés

1. Saltés et le monde musulman médiéval

9Al-Andalus [s’étend] sur la ligne de l’Équateur, depuis la mer où se trouve la péninsule de Saltés ; de là à la cité de Séville, il y a cinquante miles (...). De Cadiz a Saltés [il y a] une journée de navigation, ce qui représente quatre-vingt miles (...) ou, par route de terre, cent miles (...). Plus à l’ouest, se trouve le district de l’Aljarafe (al-Sharaf), qui va jusqu’à l’Océan Atlantique ; parmi ses villes se trouvent Séville, Carmona, Niebla, Huelva et Saltés (...) ».

10Al-Idrîsî, Description de l’Afrique et de l’Espagne (Nuzhat al-Mushtâq), éd., trad. et notes par R. Dozy & M.J. De Goeje, Leyde, 1866 (réimpression anastalique, Amsterdam, 1968), p. 178-179.

2. Description donnée, en plein XIIe siècle, par le géographe al-ldrîsî parlant de Niebla, Huelva et Saltés

11De Niebla à la mer Océane on compte six milles. Là est un bras de mer auprès duquel est située la ville d’Huelva, ville peu considérable mais bien peuplée, ceinte d’une muraille en pierres, pourvue de bazars où l’on fait le négoce, et où l’on exerce divers métiers. Près de la ville est l’île de Chaltîch, qui est entourée de tous côtés par la mer. Du côté de l’ouest, elle touche presque au continent, le bras de mer qui l’en sépare n’étant large que d’un demi jet de pierre ; c’est par ce bras de mer qu’on transporte l’eau nécessaire à la consommation des habitants. Cette île a un peu plus d’un mille de long, et la ville est située du côté du midi. Là est un bras de mer qui coïncide avec l’embouchure de la rivière de Niebla, et qui s’élargit au point d’embrasser plus d’un mille. Les vaisseaux le remontent sans cesse jusqu’au lieu où il se rétrécit et n’a plus que la largeur de la rivière, c’est-à-dire la moitié d’un jet de pierre. La rivière se jette dans la mer au pied d’une montagne au-dessus de laquelle est la ville d’Huelva, et de là la route conduit à Niebla.

12Quant à la ville de Chaltîch, elle n’est point entourée de murailles, ni même d’une clôture. Toutefois les maisons y sont contiguës ; il y a un marché. On y travaille le fer, sorte d’industrie à laquelle on répugne ailleurs de se livrer parce que le fer est d’un travail difficile, mais qui est très commune dans les ports de mer, dans les lieux où mouillent les grands et lourds bâtiments de transport. Les Madjous [c’est-à-dire, les Normands] se sont emparés à plusieurs reprises de cette île ; et les habitants, chaque fois qu’ils entendaient dire que les Madjous revenaient, s’empressaient de prendre la fuite et de quitter l’île.

13De la ville de Chaltîch à la presqu’île de Cadix on compte 100 milles.

14De Cadix à Tarifa, 63 milles.

15De l’île de Chaltîch en suivant la côte vers le nord (il s’agit en fait de l’ouest) au château de Castella (Cacella), sur les bords de la mer, dix-huit milles.

16Al-Idrîsî, Uns al-muhay, trad. J. Abid Mizal, Los caminos de al-Andalus en el siglo XII, Madrid, CSIC, 1989, p. 78, 80, 83 ; traduction révisée par Fatima Roldan.

3. Description donnée au XVe siècle par al-Himyarî, sur la foi d’informations plus anciennes

  • 4 A.M. Anasagasti & I. Rodrîguez, Niebla en la época de Alfonso x, Huelva, 1984, p. 15 ; voir aussi (...)
  • 5 Dès 1264, puis en 1268, les fueros de Huelva qui précisent la délimitation des territoires de Huel (...)
  • 6 Date à laquelle Alphonse X donne à sa fille Beatriz de Guzmán « ... la villa de Niebla con todo su (...)
  • 7 M. L. Pardo Rodríguez, Huelva y Gibraleôn (1282-1495). Documentes para su historia, Huelva, 1980, (...)

17Quand et comment se produisent l’abandon et la destruction de la ville ? La date précise de la conquête chrétienne n’est pas connue mais elle se place un peu après la prise d’Ayamonte de 1250, peut-être en même temps que Huelva, en 1257, en tout cas avant le chute - décisive pour la présence islamique dans la région - de Niebla, en 12624. L’abandon a eu lieu avant l’arrivée des troupes chrétiennes, peut-être à la suite d’un tremblement de terre, ce qui expliquerait que les textes soient, sur ce point, muets5. On sait que la ville est délaissée, sans destruction et sans réoccupation, sans même qu’elle serve de carrière de matériaux ; la citadelle almohade est temporairement réoccupée pendant une quinzaine d’années, pour d’évidentes raisons stratégiques mais la ville, elle, est abandonnée : abandon total, définitif et quasi immédiat. Il est clair que l’économie de Saltés était étroitement dépendante de la Méditerranée et du Maghreb : or, la conquête chrétienne entraîne une rupture des circuits traditionnels : peut-être l’abandon de Saltés joue-t-il dès lors un rôle déterminant dans cette crise des métaux qui frappe le monde musulman à la fin du XIIIe siècle. Les maisons s’effondrent en quelques décennies et se noient sous leurs propres matériaux. À partir de 1283 déjà6, les documents n’indiquent Saltés que comme lieu-dit du territoire de Huelva ; plus encore, en décembre 1280, le texte par lequel Iohan Alonso, représentant d’Isabel de Cerdà, comtesse de Medinaceli, prend possession de Saltés, décrit un paysage rural, une terre de blé mêlée de vigne, de pins, d’oliviers et d’amandiers, ce que confirme un autre document, de 1404 celui-là7. La fragile architecture de terre n’a pas résisté au temps, la ville s’est enfouie sous ses propres décombres.

18Saltés, dans al-Andalus, à proximité de la ville de Niebla. C’est une île, qui n’est entourée ni d’un rempart, ni d’un parapet. Elle forme une agglomération dense, sans espace vide entre les constructions. Il s’y trouve un atelier pour la métallurgie du fer, travail difficile auquel ne se livrent pas les gens de l’intérieur du pays et dans lequel se spécialisent les habitants des ports fréquentés par les navires. Plusieurs fois les Normands se sont emparés de cette île.

19La mer entoure l’île de Saltés de tous côtés ; sur l’un d’eux, elle n’est séparée du continent que par un bras de mer dont la largeur n’est que de la moitié d’un jet de pierre (...).

20Décrivant comment la mer entoure l’île de Saltés, ‘Abd al-Djalîl ibn Wahbûn s’exprime ainsi, dans un poème (...) :

Ne vois-tu pas comment [la merl entoure cette île,
comme s’enroule les bracelets ?
Elle t’a réservé sur sa rive un lieu d’ancrage
et, de là, elle n’a pas manqué de te tendre la main,
comme pour annoncer un point de débarquemant facile.
Mais si tu pense pouvoir accepter ses avantages courtois,
Fais attention,
il peut arriver que les mers s’unissent.
La tempête peut te presser et t’envelopper
ainsi que la mer entoure Saltés,
pourtant celle-ci, toujours, restera un ornement
comme, autour du cou, un collier de perles.

21Il y avait dans cette île des lieux de culte de l’Antiquité. Elle tut, lors des troubles [du début du XIe siècle] choisie comme métropole [d’un petit royaume]. Elle possède de vastes faubourgs. On y trouve des puits d’eau douce, où l’on peut puiser sans descendre trop profondément, et de beaux jardins. Cette île contient les plus belles sortes de pins, des gras pâturages toujours verts et des sources d’eau douce ; les laitages et les légumineuses y sont excellents (...). La ville de Saltés est un point d’escale pour les bateaux et les navigateurs : son port est bien abrité de tous les vents ; il est très fréquenté ; il est pourvu d’un chantier où l’on construit des navires.

22Al-Himyarî, Kitâib al-rawd al-mi’tar fi habar al-aqtâr, éd. E. Lévi-Provençal, Leyde, 1938, p. 135-136 (texte arabe, p. 110-111) ; le poème d’ibn Wahbûn a été traduit par A. Bazzana.

Figure 2. Vue aérienne, au milieu des marais de l’Odiel, des fouilles de Saltés, à l’extrémité nord d’EI Almendral ; sur la gauche, on distingue les ruines de la forteresse almohade

Figure 3. Fouilles de Saltés, plan de la maison 5 N

23La maison de Saltés et plus spécialement la maison almohade est l’expression directe de la société médiévale méditerranéenne. L’habitat familial s’organise autour de grands patios intérieurs dont la partie centrale est parfois traitée en jardin : monde clos, domaine privé, fermé de l’extérieur. Une seule ouverture (1) conduit au satwan (2) – le zaguân espagnol , sorte de vestibule où l’on installe le métier à tisser et qui conduit, par un tracé coudé protégeant des regards indiscrets, vers le cœur de la maison, le patio (3). Espace ouvert vers le ciel (bien qu’en partie couvert de portiques latéraux), c’est le lieu privilégié de la convivialité familiale et l’on se souvient de la formule du sociologue pour qui une maison maghrébine qui serait sans cour n’est pas vraiment une maison. Le patio est aussi l’espace de circulation et de commandement des pièces latérales qui occupent trois ou quatre côtés ; celles-ci nous sommes au XIIe et XIIIe siècle v sont à demi spécialisées : grands salons à alcôve (4), cuisine (5), réserves et latrines (6).

4. La transformation des minerais polymétalliques

24Ces minerais demandent un travail spécifique. Après leur recueil, il convient de les traiter de manière à séparer et à isoler les métaux exploitables. L’enquête archéologique procure en abondance des "scories complexes" qui ne sont pas des rejets inutilisables mais, au contraire, des produits intermédiaires, témoins de la succession de phases multiples d’élaboration du métal, à l’aide de procédés répétitifs de concentration : procédés simples, mobilisant des techniques peu coûteuses en moyens mais cependant sophistiquées dans la mesure où elles impliquent une connaissance précise du comportement au feu des pierres-minerais. Les résultats d’une analyse de "scories" – résultats ramenés à la tonne – montrent la présence de métaux divers, qui offrent tous des valeurs correctes d’exploitabilité ; ils sont tous isolables à des températures inférieures à 1100 °.

Métaux

403,60 kg/t

Soufre/phosphore

10,80 kg/t

Silice, silicates

585,60 kg/t

total

1.000,00 kg/t

Métaux

Teneursde la scorie

Teneur maximale rencontrée

Teneur moyenne exploitable

Fer

400,00 kg/t

540,00 kg/t

300,000 kg/t

Or

0,50 kg/t

7.50 kg/t

0,010 kg/t

Argent

1,10 kg/t

6.90 kg/t

0,100 kg/t

Mercure

0,20 kg/t

3.50 kg/t

4,000 kg/t

Cuivre

0,90 kg/t

5,40 kg/t

5,000 kg/t

Étain

0,30 kg/t

5,40 kg/t

1,000 kg/t

Plomb

0,60 kg/t

3.90 kg/t

50,000 kg/t

total

403,60 kg/t

Tableaux 1 et 2 : Teneurs moyennes d’une scorie provenant du site de Samltès, d’après N. Trauth

Bibliographie

Bibliographie

A. Bazzana, « Shaltîsh », Encyclopédie de l’Islam, 2e édition, IX, p. 267-268. —A. Bazzana, J. Bedia Garcia & J. De Meulemeester, « Shaltîsh (Huelva - Espagne). Une ville dans les marais », Archéologie islamique, 4, 1994, p. 87-116.— A. Bazzana & N. Trauth, « L’île de Saltés (Huelva) : la ville islamique, centre d’une métallurgie de concentration au Moyen Age », Comptes-rendus de l’Académie des Inscriptions et BellesLettres, séances de l’année 1997 (janvier-mars), Paris, 1998, p. 47-74.— A. Bazzana & N. Trauth, « Mines et métallurgie dans la ville islamique de Shaltîsh, à Huelva (Xe-XIIIe siècles) », Actes du VIe Congrès international d’archéologie médiévale, sous la direction de P. Beck, Paris, 1998, p. 118-122.— A. Kermorvant & M. Ponsich, « Prospection géophysique à Saltés (Huelva) », Mélanges de la Casa de Velázquez, XX, 1984, p. 497-501.— N. Trauth, « Les produits métallurgiques du site médiéval de Saltés (Huelva - Andalousie) », Archéologie islamique, 6, 1996, p. 77-88.

Notes

1 Sur ce sujet, voir A. Garcia y Bellido, « Tartessos pudo estar donde ahora la isla de Saltés, en el estuario de Huelva », Archive Espanol de Arqueologia, XVII, 1944, p. 191-195 ; F. Wattenberg, « Saltés, la isla de la Atlantida y Tartessos », Boletin del Seminario de Arte y Arqueologia, XXXII, 1966, p. 125-209 ; J.M. Luzôn, « Romanizaciôn. Notas para una carta arqucolôgica de yacimientos romanos », Huelva. Prehistoria y Antigüedad, Madrid, 1974, p. 303-320.

2 Nous verrons que, selon al-Idrîsî et al-Himyarî, la ville fut plusieurs fois détruite par ces mêmes Normands.

3 La fouille signale à l’intérieur de plusieurs maisons la présence de « scories » diverses et, parfois, de traces de foyers à usage artisanal. On se souviendra qu’à l’extrême fin du Moyen Age, Jean Léon l’Africain remarque avec un certain étonnement que, dans les gros villages du Rif, la transformation des métaux ferreux est une activité familiale, éclatée dans les maisons : J.-L. L’Africain, Description de l’Afrique, trad. A. Epaulard, Paris, 1956, p. 293.

4 A.M. Anasagasti & I. Rodrîguez, Niebla en la época de Alfonso x, Huelva, 1984, p. 15 ; voir aussi F. Roldán, Niebla musulmana (siglos viii-xiii), Huelva, 1993, p. 124-125.

5 Dès 1264, puis en 1268, les fueros de Huelva qui précisent la délimitation des territoires de Huelva et de Gibraleôn citent Saltés mais s’intéressent plus au château qu’à la ville.

6 Date à laquelle Alphonse X donne à sa fille Beatriz de Guzmán « ... la villa de Niebla con todo su regnado que es Gibraleôn, Huelva, Saltés, Ayamonte... » : R. Amador de los Ríos, Huelva, Barcelona, 1983 (1e éd. 1933), p. 775-776.

7 M. L. Pardo Rodríguez, Huelva y Gibraleôn (1282-1495). Documentes para su historia, Huelva, 1980, p. 143-144.

Table des illustrations

Légende Figure 1. L’Andalousie musulmane au xiiie siècle, carte générale et situation de la ville islamique de Saltés
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21192/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Figure 2. Vue aérienne, au milieu des marais de l’Odiel, des fouilles de Saltés, à l’extrémité nord d’EI Almendral ; sur la gauche, on distingue les ruines de la forteresse almohade
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21192/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Figure 3. Fouilles de Saltés, plan de la maison 5 N
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/21192/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 343k

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site