Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

75. La capitulation de Murcie et le protectorat castillan (1240-1264)

Übersetzt von D. Menjot

Volltext

1L’empire almohade implose à partir de 1228 et donne naissance à une nouvelle génération de taïfas, - la troisième en al-Andalus - qui ne peuvent s’opposer à l’avancée des armées chrétiennes qui s’emparent successivement de Cordoue en 1236, Valence en 1238 et Séville en 1248. L’incorporation de Murcie à la Castille, préparée par une proposition de traité de paix (texte 1) est le résultat non d’une conquête militaire (textes 2 et 3) mais d’un accord qui se traduit par l’établissement d’un protectorat qui se perpétuera jusqu’à la révolte générale des musulmans en 1264 que le roi de Castille mettra dix-huit mois à mater (texte no 3).

1. Lettre de Zayyân ibn Mardanîsh, émir de Murcie à Ferdinand III de Castille (1240)

2Le 13 janvier 1238 avait disparu le prestigieux Ibn Hûd al-Mutawwakil qui, dix ans plus tôt, s’était soulevé contre les almohades. Un groupe de Murciens appella au pouvoir Zayyân Ibn Mardanîsh, qui avait dû abandonner Valence aux chrétiens ; il gouverna Murcie deux ans de 1239 à 1241. Dans une lettre non datée, mais qui a probablement été écrite par son secrétaire Ibn Amira à la fin de l’année 1239 ou du début de l’année suivante, il proposa à Ferdinand III un traité de paix dont il s’engagea à respecter les clauses. Il fit probablement la même offre à Bérengère sa mère, mais cette seconde lettre ne contient que l’adresse. Ces deux documents sont les seuls témoignages de la première tentative d’accord d’un émir murcien de remettre le royaume au roi de Castille.

3Ab l-Mutarrif b. ‘Amîra al Makhzûmî - Dieu ait pitié de lui - écrivit aussi sur l’ordre de Zayyân b. Mardanîsh b. Abu 1-Hamalât au roi de Castille.

4Lettre adressée depuis Murcie au fameux, honorable, illustre, distingué et vertueux roi Ferdinand, roi de Castille, Tolède, Cordoue et Galice, Dieu lui vienne en aide et perpétue le respect de son pouvoir pour son honneur reconnu et sa sagesse comme il convient à son rang et à sa position élevés.

5Nous vous adressons notre lettre - Dieu vous vienne en aide et perpétue votre renommée et le respect de votre pouvoir - Nous rendons grâce à Dieu auquel rien ne se comparer et nous cherchons refuge en lui pour toutes nos affaires - qu’il nous accorde la grâce de sa générosité et de son aide.

6Nous avons pour vous une noble déclaration que nous respecterons et une pieuse action (original illisible) car nous connaissons votre situation et votre position éminente. Ainsi donc il conviendrait d’organiserer une rencontre afin de régler cette affaire grâce à Dieu (...)

7Nous sommes donc disposés à respecter, comme cela a été dit antérieurement, tout ce qui sera conclu, de la même façon nous nous engageons à garantir la connaissance et l’accomplissement de toutes les clauses qui seront stipulées aussi tôt que vous donnerez votre accord pour la réalisation de cette rencontre. Nous avons décidé, afin de faciliter cette affaire de vous envoyer un messager pour qu’il vous fasse savoir notre intention c’est à dire tout ce que nous proposons et sommes disposés à respecter dans cette tentative préalable pour la réalisation d’un accord de paix. Si pour une raison quelconque, votre opinion diverge à l’excès, faites moi savoir par vos nobles et illustres personnes, les conditions du pacte et nous nous effrecerons de les respecter.

8Nous espérons que vous porterez attention à tout ce que nous avons exposé au sujet de la réalisation de l’accord, ce dont nous vous remercions. Veuille Dieu qu’il en soit ainsi.

9Ibn Amira, Rasa ‘il, ms de la Bibliothèque Générale de Rabat, no 233, f. 258, éd. facsimil., transcription et traduction espagnole Emilio Molina Lôpez « El gobierno de Zayyân b. Mardanis en Murcia (1239-1241) », Misceloenea Médiéval Murciana, vol. VII, Murcie, 1981, p.177-182.

10Traduit de l’espagnol par D. Menjot.

2. Pacte conclu entre l’émir de Murcie Ibn Hûd et l’infant de Castille, Alphonse (1243)

11En 1243, le nouvel émir Ibn Hûd avait échoué dans ses tentatives de réunifier le royaume et son autorité effective ne dépassait guère Murcie et ses environs immédiats. Les menaces se précisaient. Celle des Grenadins dont l’émir, al-Ahmar, venait de prendre Alméria et voulait réunifier al-Andalus. Celle des Aragonais dont le roi, Jacques Ier, avait occupé la plus grande partie du royaume de Valence. Celle des Castillans surtout, dont la mainmise sur le territoire murcien avait déjà commencé avec l’occupation par les chevaliers de l’Ordre de Santiago des principales places fortes du Nord et de l’Ouest du royaume. Sans forces militaires suffisantes, poussé peut-être par une population lasse et épuisée par un effort de guerre prolongé et soutenu aussi et surtout par la partie riche de cette population qui espérait d’un protectorat l’allégement des lourdes impositions, l’émir choisit cette solution qui présentait également l’avantage de lui garantir un trône chancelant.

12Les textes narratifs fournissent peu de détails sur la « reconquête » de Murcie, pas plus la chronique arabe de Ibn Idârî Al-Marrâkushî, que celles, catalanes, de Bernat Desclot et Ramon Muntaner, ou castillanes, de Jofre de Loaysa, la Primera Crônica General (1260-1270) et la Crônica de Alphonse X. Ces écrits nous disent que Ibn Hûd et quelques autres potentats locaux pratiquement indépendants, envoyèrent des émissaires pour proposer à l’Infant de Castille : « la ville de Murcie et tous les châteaux depuis Alicante jusqu’à Lorca et Chinchilla ». Ils s’adressèrent semble-t-il directement au jeune Alphonse, probablement par nécessité tactique, son père, le roi Ferdinand III, étant alors officiellement l’allié d’Al-Ahmar. Si les Murciens demandèrent la protection du souverain castillan, c’est que dans leur esprit ce dernier paraissait susceptible de la leur accorder aux conditions les plus favorables car il n’était pas l’ennemi le plus dangereux. Le choix de Grenade était exclu par Ibn Hûd, sinon par ses sujets, car reconnaître la souveraineté du Genadin signifiait pour l’émir murcien la perte de son titre et son remplacement par un représentant d’Al Ahmar comme il en avait eu l’exemple très récemment à Alméria et comme cela allait se passer à Murcie même en 1265. Choisir l’Aragon, dont le souverain n’était peut-être pas d’un tempérament moins conciliant que son voisin castillan, revenait à accepter la domination d’un royaume pour lequel Murcie représentait la dernière zone de reconquête. La Castille, au contraire, s’intéressait beaucoup plus à l’Andalousie. Certes, Murcie faisait partie de son plan de reconquête, mais à plus long terme. L’offre des chefs murciens apparut donc au souverain castillan comme une aubaine. Elle signifiait l’acquisition, sans combat, de forteresses, d’une façade maritime méditerranéenne, d’une riche huerta, et de terrains de parcours pour le bétail. De plus, cette offre renforçait juridiquement la position de la Castille face à l’Aragon qui revendiquait aussi ce royaume et qui risquait, n’étant occupé sur aucun autre terrain de reconquête, d’en prendre possession avant elle, sinon en totalité mais du moins en partie, et qu’il serait difficile ensuite de déloger, en tout cas sans conflit armé. Accepter l’offre c’était s’installer le premier, sans combat, dans la place, avec des droits irréfutables à sa possession. Dans ces conditions on comprend que le roi de Castille se soit montré accommodant et pas trop exigeant.

13L’accord est finalement conclu dans la ville frontière d’Alcaraz reconquise au mois d’avril 1243. Le texte n’a pas été conservé, mais l’émir de Murcie doit accepter de reconnaître la souveraineté de Ferdinand III de Castille et l’établissement d’un protectorat qui se prolongera jusqu’à la révolte de 1264. Il se concrétise par l’établissement de garnisons castillanes dans les villes principales, l’entrée d’Alphonse à Murcie le Ier mai 1243 et l’occupation de l’Alcazar, la nomination dans la ville d’un merino mayor pour représenter le roi de Castille, la perception, en guise de tribut, de la moitié des rentes publiques, l’autre restant entre les mains d’Ibn Hûd et des princes signataires du pacte. Mais la population musulmane, désormais placée sous la protection castillane, conserve sa religion, ses biens, ses coutumes et son gouvernement, ce qui n’est pas le cas en Andalousie et à Valence où les habitants des villes andalouses conquises par la force et ceux de Valence doivent évacuer l’enceinte.

14Il arriva que le roi don Ferdinand étant à Burgos, tomba gravement malade. Et parce que la trêve que le roi de Grenade avait avec lui était terminée et don Alvar Perez qui se chargeait de défendre cette frontière était maintenant mort, le roi ordonna à don Alfonso son fils qu’il s’en allât par là-bas et le prépara très bien et envoya avec lui don Rodrigo Gonzalez Giron. L’infant don Alfonso étant à Tolède et désirant se déplacer vers cette frontière, arrivèrent là des messagers d’Abenhudiel, roi de Murcie qui allaient faire hommage (pleytesia) au roi don Fernando son père, de Murcie et de toutes les autres villes et châteaux de ce royaume qu’ils voulaient donner au roi don Fernando son père et les mettre à sa merci. L’infant quand il vit les messagers et l’hommage dont ils étaient porteurs, en eut grand plaisir et ne les laissa pas aller plus loin mais conclut un accord avec eux au nom du roi et en son nom et ils leur fit ensuite rebrousser chemin et ensuite partit derrière eux.

15Et lui arrivant à Alcaraz, les messagers de Murcie et les autres envoyés (pleyteses) d’Abenhudiel et de toute cette terre y vinrent et signèrent leur accord et don Alfonso partit ensuite de là et s’en fut recevoir le roi de Murcie. S’en fut avec lui le maître, don Pelay Correa, de l’ordre d’Uclès, qui l’aida beaucoup et très bien en raison des accords et à grands frais, le servit très bien lui et le roi son père et encore à grands frais et répartit ses vivres entre les forteresses et avec ceux qui n’en avaient pas et il le fit très bien.

16Les mores remirent l’Alcazar de Murcie à l’infant don Alfonso et lui donnèrent le pouvoir dans toute la seigneurie de lever toutes les rentes de la seigneurie, sauf certaines choses que doivent percevoir Abenhudiel et les autres seigneurs de Crevillente, d’Alicante, d’Elche, d’Orihuela, d’Alhama, d’Aledo, de Ricote, de Cieza et de tous les autres lieux du royaume de Murcie qui étaient en sa seigneurie. Et de cette façon les mores donnèrent le pouvoir à l’infant don Alfonso au nom du roi don Fernando son père sur tout le royaume de Murcie, sauf Lorca, Carthagène et Mula qui ne voulurent pas se donner ni entrer dans l’hommage des autres. Elles y gagnèrent peu car à la fin elles durent le faire contre leur gré. Mais laissons maintenant l’Infant don Alfonso parcourir le royaume de Murcie, ravitaillant les forteresses et pacifiant ces mores qui se donnèrent à lui, attaquant et soumettant ces autres localités rebelles qui ne voulurent pas se donner à lui et don Rodrigo Gonzalez et le maître don Pelayo avec lui (...).

17Primera Crónica General de España, éd. R. Menéndez Pidal, Madrid, Gredos, 1955, t. 2, p. 741-742, (trad. D. Menjot).

3. Révolte générale des musulmans de Murcie et d’Andalousie (1264)

18Le non respect de toutes les clauses du pacte, les brimades, la pression des chrétiens sur les terres, l’espoir de secouer le joug chrétien provoquent la révolte des musulmans de Murcie. Elle s’inscrit dans un soulèvement général et simultané des vaincus orchestré par le souverain de Grenade al-Ahmar qui l’avait intégré dans une importante offensive de sa propre armée, puissamment renforcée par des contingents mérinides venus d’Afrique du Nord. Les révoltés murciens résistèrent dix-huit mois aux armées de Jacques Ier le Conquérant venu reconquérir le royaume pour gendre Alphonse X, occupé à reprendre l’Andalousie. La Chronique officielle du règne d’Alphonse X, attribuée à Fernán Sánchez de Valladolid et qu’Alphonse XI fit rédiger à la fin de son règne au milieu du XIVe siècle, raconte cette révolte en omettant le rôle du roi d’Aragon.

  • 1 Alboaquez = Abu Bakr b. Hûd al-Wâthiq, détrôna en avril ou mai 1264, le petit-fils d’IbnHûd, le si (...)

19En l’année 1302 de l’ère 1264), (après la mort d’Ibn Hûd, Muhammad Ibn alAhmar fut reconnu roi à Arjona et le roi don Ferdinand, après avoir gagné la ville de Cordoue et les cités et villes de l’évêché de Jaén aida ce Muhammad Ibn al-Ahmar à s’emparer du royaume de Grenade et d’Almerîa. Et en ce temps-là ceux de Murcie ne voulant pas avoir pour seigneur cet al-Ahmar, prirent pour roi Alboaquez1. Craignant de ne pouvoir se défendre contre b. Alhamar puisque le roi don Ferdinand l’aidait, ils envoyèrent leurs messagers au roi Alphonse son fils, qui était infant, auquel ils firent dire qu’ils lui donneraient la ville de Murcie et tous les châteaux qui se trouvent depuis Alicante jusqu’à Lorca et Chinchilla. Ce roi don Alphonse, étant infant, dès qu’il reçut cette ambassade des mores de Murcie, s’en fut là-bas sur l’ordre et avec la volonté du roi don Ferdinand, son père, et ils le reçurent pour seigneur et lui remirent la ville et tous les châteaux et laissèrent toutes les fortereses au pouvoir des chrétiens ; la ville de Murcie et tous les autres localités restèrent peuplées de mores. Ce fut de cette manière que le roi don Ferdinand et l’infant don Alphonse son fils eut pour lui la moitié des rentes et Alboaquez eut l’autre moitié. Et cet Alboaquez fut vassal du roi don Ferdinand toute sa vie et ensuite de l’infant don Alphonse quand il régna en Castille et Léon. Ce roi don Alphonse étant en Castille dans cette neuvième année de son règne, les rois mores du royaume de Murcie et de toutes les autres localités qu’il avait gagnées complotèrent et envoyèrent leurs messagers à b. Alhamar et se mirent d’accord qu’un jour ils se soulèveraient tous contre le roi don Alfonso et ce jourlà le roi de Grenade commencerait la guerre la plus dure qu’il puisse faire et tous les autres feraient de même. Et conformément à cet accord, le roi Alboaquez et tous les autres mores qui étaient restés dans le royaume de Murcie se soulevèrent contre le roi don Alfonso et s’emparèrent de quelques châteaux que tenaient les chrétiens. De même les mores qui étaient restés à Jérez, Arcos, Librilla et Utrera se soulevèrent contre le roi Alphonse et le roi de grenade commença à faire une guerre acharnée.

20(suit la prise des différentes places de Murcie et d’Andalousie).

  • 2 Allusion au calife almohade amîr al-Mu’minîn vaincu à la bataille de Las Navas de Tolosa.

21Le roi de Grenade, voyant l’acharnement de la guerre envoya prier Aben Yucaf de lui envoyer des troupes à son aide ; il lui envoya 1000 caballeros avec pour chef un more qui était borgne dont on disait qu’il était des plus puissants qu’il y avait de l’autre côté de la mer. Et selon ce que l’on trouve dans les écrits, on dit qu’il furent les premiers à traverser la mer depuis que le Miramamolin avait été vaincu2 (...). Ils effrayèrent beaucoup les chrétiens disant qu’ils étaient beaucoup plus nombreux...

22(suit le récit de la lente reconquête de l’Andalousie par les armées d’Alphonse X)

23Le roi de Grenade conclut la trêve et le roi Alphonse se transporta à Jaen et dirigea toute son armée vers le royaume de Murcie. Et Alboaquez, qui était roi de Murcie, dès qu’il sut que le roi de Grenade l’avait abandonné et que les rois marchaient contre lui avec d’importantes forces et aussi parce qu’il savait que le roi don Alphonse l’avait condamné à mort, vint se mettre à sa merci à Sant Esteban del Puerto et le roi don Alphonse alla à Murcie. Et cet Alboaquez et les mores qui l’accompagnaient la lui remirent (Murcie) et il laissa l’alcazar à l’infant don Manuel, son frère, et il s’en fut ensuite à toutes les autres places qui s’étaient soulevées et elles se rendirent. Le roi installa des alcaides dans tous les châteaux et accorda la citoyenneté (vecindad) à de nombreux chrétiens qui voulaient la prendre mais comme la terre était vaste et qu’il ne pouvait avoir immédiatement suffisamment de gens pour la peupler il laissa beaucoup de mores qui y habitaient auparavant ; (il) déposa le roi Alboaquez et ne voulut pas le tuer et ordonna qu’il demeure parmi les chrétiens et lui donna des rentes pour qu’il subvienne à ses besoins. Et parce que ce roi don Alfonso voulait avoir des rois pour vassaux, il fit régner à Murcie Muhammad, frère d’ibn-Hud et ordonna de lui donner le tiers des rentes du royaume de Murcie.

24Crónica de Alfonso X, éd. Manuel Gonzalez Jiménez, Real Academia Alfonso X el Sabio, Murcie, 1998, p. 29

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Manuel Gonzalez Jiménez, Alfonso X el Sabio, 1252-1284, Palencia, col. reyes de Castilla, 1993. — Pierre Guichard, Les musulmans de Valence et la reconquête (XIe-XIIIe siècles), Damas, 1990, p. 139-161. — Emilio Molina López, « Murcia en el marco historico del segundo tercio del siglo XIII » dans De la Murcia musulmana a la Murcia cristiana (V1II-XIII), Historia de la région murciana, t. III, Murcie, 1980, p. 188-262. — Miguel Rodríguez Llopis, « La expansion territorial castellana sobre la cuenca del Segura (1235-1325) », Miscelànea Médiéval Murciana, vol XII, Murcie, 1985, p. 105-138.— Juan Torres Fontes, La incorporaciôn del reino de Murcia a la Corona de Castilla, Murcie, 1973. —Juan Torres Fontes, La reconquista de Murcia en 1266 por Jaime I de Aragon, Murcie, 1967.

Anmerkungen

1 Alboaquez = Abu Bakr b. Hûd al-Wâthiq, détrôna en avril ou mai 1264, le petit-fils d’IbnHûd, le signataire du pacte d’Alcaraz, qui mourut vers 1260.

2 Allusion au calife almohade amîr al-Mu’minîn vaincu à la bataille de Las Navas de Tolosa.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Freemium

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site