Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

74. Innocent IV réclame au califat almohade des places de sûreté pour les chrétiens du Maroc, et menace de retirer les mercenaires à son service

Texte intégral

1Dans le second quart du XIIIe siècle, les pouvoirs musulmans occidentaux font volontiers appel à des mercenaires chrétiens (peu utilisés par les Almohade s, mais qui avaient été importants sous les Almoravides). Déjà le sayyid almohade Abû l-‘Alâ’, un fils du calife al-Mansûr qui était gouverneur de Séville, ayant revendiqué le califat depuis cette ville en 1227 (sous le laqab d’al-Ma’mûn), avait recruté chez les chrétiens cinq cents cavaliers pour aller conquérir le pouvoir à Marrakech. On en trouvera en nombre notable chez les Hafsides de Tunis, où ils sont attestés à partir du milieu du siècle. Il en va de même pour les derniers Almohades de Marrakech, contraints de mener une lutte difficile contre leurs rivaux, les Mérinides, qui gagnent du terrain dans le nord depuis leur apparition après Las Navas de Tolosa (ils progressent dans le R if et s’emparent de Meknès en 1245, puis s’établissent à Fès qui devient leur capitale en 1248) et pour les ‘Abdelwadides de Tlemcen, qui prennent leur indépendance à la même époque (en 1248 le calife almohade ‘Ali Abû l-Hasan al-Sa’îd, au pouvoir depuis 1242, est tué dans un combat contre leur chef Yaghmurâsan ; il est remplacé par un des ses parents, ‘Umar al-Murtadâ, 1248-1266). Le pape Innocent IV (1243-1254) s’inquiète de la sécurité des chrétiens au service du califat almohade. Le franciscain Lope Fernandez de Ayn, qu’innocent IV a nommé évêque de Marrakech en 1246, sert d’intermédiaire pour la correspondance entre la papauté et le califat de Marrakech. Innocent IV croyait en de bonnes dispositions du calife al-Sa’îd, fils d’al-Ma’mûn, envers les chrétiens et envers le christianisme. Dans sa lettre il félicite le calife pour la prise de Sidjilmâssa et la reprise temporaire de Meknès. Innocent IV déploie une grande activité diplomatique en direction des souverains musulmans. On possède la lettre d’al-Murtadâ au pape du 10 juin 1250, qui contient une profession de foi musulmane et une fin de non recevoir s'agissant des propositions du pape.

Lettre d’innocent IV au calife almohade al-Sa’îd (31 octobre 1246)

2A l’illustre roi du Maroc. Craindre Dieu et obéir humblement à ses ordres.

3Nous nous réjouissons dans le Seigneur et nous nous félicitons grandement avec toi que, comme notre vénérable frère [...] l’évêque du Maroc nous l’a appris, à l’exemple des princes chrétiens et, en ce qui te concerne, à celui de tes prédécesseurs, qui ont pourvu l’église du Maroc de nombreux privilèges de liberté et l’ont dotée en lui concédant de nombreux biens, tu aies non seulement défendu celle-ci jusqu’à aujourd’hui contre les entreprises et les attaques des méchants et des ennemis de la foi chrétienne, mais que, de plus, ta magnificence lui ait accordé d’une main généreuse, en considération du nom divin, des immunités et des privilèges non négligeables, que tu aies exalté les chrétiens que tes prédécesseurs avaient appelés dans ton pays et que tu les aies fait bénéficier de faveurs et de privilèges avantageux. Aussi, nous présumons raisonnablement que tu as le projet d’accroître le nombre des lieux pieux et des sectateurs de la foi chrétienne placés sous ta protection. Il est digne d’être honoré avec chaleur et d’être respecté avec sollicitude par toi, afin qu’en toi brille le nom de tes illustres pères et que le monde apprenne que tu es un roi semblable aux rois vertueux.

4Nous comprenons bien, par un clair présage, que cela provient de la volonté céleste, et que la providence du Sauveur conduit glorieusement et merveilleusement tes pas, tandis qu’aidé par ceux qui invoquent le nom du Christ, tu as jusqu’à présent repoussé avec force les insultes et les attaques de la violence de tes adversaires, et que, par le courage des mêmes hommes, tu t’es acquis beaucoup de leurs biens. Plût au ciel que tu t’élèves sur les hauteurs de la contemplation et que tu goûtes un peu à la douceur de la sagesse divine. Là tu comprendras par toi-même combien suave est le Seigneur, et combien agréable il doit être de lui rendre le service dû. O, si tu pénétrais le cœur même et t’efforçais de scruter avec attention dans la demeure la plus retirée de l’esprit ce qui est au-dessus de toi : comme elle sont grandes, comme elles sont ineffables les choses qui sont promises à ceux qui honorent et soutiennent le nom du Christ ! Nous ne doutons pas un instant que si tu juges sainement, tu acceptes ces mêmes promesses et tu deviennes un de ses sectateurs, parce tu auras choisi la meilleure part. Nous songeons aussi avec beaucoup de sollicitude à ceux qui sont autour de toi, en te recevant toi, spécialement parmi les glorieux princes et en plaçant ta terre sous la protection spéciale et la défense du siège apostolique et de nous-même ; et nous ne permettrons pas, par le pouvoir confié de façon divine à l’Église, que tu sois en aucune manière importuné par tes adversaires. O, si tu accédais au cœur profond et si, par une pénétrante méditation, tu appréciais dans le miroir de la raison combien le nom du très haut pouvait être exalté en toi, alors, faisant retour en toi-même, tu ferais en sorte que la multitude innombrable du peuple te suive, toi le seigneur, sur le chemin de la foi ! Nous n’hésitons pas à dire que si l’excellence royale s’efforçait de s’adapter au Dieu vivant, lui-même marquerait immédiatement la terre de ton esprit par la fertilité de la terre et la rosée du ciel. Mais en cela nous avons estimé que tu devais être entièrement laissé à toi-même.

5Mais comme tu as dit avoir des ennemis implacables et pleins de malice qui s’efforcent de ravager ta terre par la ruse et des machinations autant que par la violence, les chrétiens eux-mêmes, sachant que la force provient non de la multitude armée mais du ciel, élèvent vigoureusement contre eux une protection pour la défense de l’Église et de ton royaume ; et en triomphant bien souvent avec force contre ces ennemis, on peut craindre qu’une ruse imprévue et une attaque soudaine desdits adversaires ne les surprennent, et si, ce qu’à Dieu ne plaise, dans la mesure où des ruines importantes découleraient de leur fait dans plusieurs régions de ta terre, comme nous croyons que tu ne puisses l’ignorer, la force triompherait en fin de compte de la vertu, et il y aurait danger pour leurs personnes et leurs biens et un risque irréparable pour toi et ton royaume. Il est donc nécessaire de trouver un remède rapide et efficace face à ce danger futur.

6Nous prions donc et nous avertissons ta sérénité royale, et nous l’engageons par la présente lettre, d’assigner quelques places fortifiées de ta terre - toi-même retenant la seigneurie principale - dans lesquelles en cas de nécessité les dits chrétiens pourraient se retirer, ainsi que la garde de certains ports par lesquels, si la nécessité s’en faisait sentir et Γutilité le recommandait, ils pourraient sortir du pays puis y revenir avec un rapide secours pour la défense des biens et des personnes. Nous croyons que cela ne conviendrait pas moins à l’utilité royale qu’à leur propre avantage, parce que cela ne serait pas plus un secours pour eux qu’un avantage pour toi et ta terre.

7Prends sous ta protection ledit évêque et les frères de son ordre et les chrétiens qui vivent sous ton autorité, par révérence pour Dieu et pour le siège apostolique, en tout ce pour quoi ils auraient recours à toi, de telle manière que de longs jours te soient conservés. Et par là et par d’autres biens que tu feras, tu mériteras de venir à la lumière de la vérité. A propos de ce que le dit évêque te diras de notre part, et qui vise le salut de ton âme, ajoute-y une foi incontestable comme si nous te l’avions dit de notre propre bouche.

8Donné à Lyon, le II des calendes de novembre, la quatrième année [de notre pontificat).

9K.-E. Lupprian, Die Beziehungen des Pdpste zu islamischen und mongolischen Herrschern im 13. Jahrhundert anhand ihres Briefwechsels, Rome, 1981, p. 179-181 (coll. Studi e Testi, 291).

Lettre de l’Almohade al-Murtadâ au pape Innocent IV

10Au nom de Dieu clément et miséricordieux ! Que Dieu accorde ses bénédictions et son salut à notre seigneur Muhammad, à sa famille et à ses compagnons !

11Louange à Dieu seul !

12De la part de l’esclave de Dieu, Umar, prince des croyants, fils de notre seigneur le prince Abu Ibrâhîm, fils du prince des croyants (que le Très-Haut les soutienne de Son secours et les assiste de Son appui !), au souverain incontesté des rois de la chrétienté, respecté des princes de la nation romaine, chef du peuple chrétien, sur lequel il a reçu par héritage la suprématie religieuse, le pape Innocent (Înuh sânsi’us), - que le Très-Haut, par son assistance et Sa bonne direction illumine son intelligence, qu’il lui donne comme viatique, en ce monde et dans l’autre, la piété, dont il a fait un précepte, qu’il lui dispense par une direction prévoyante et sûre les grâces qui lui destineront au terme du but suprême une félicité complète et durable ! – noble salut, en réponse aux salutations qui nous sont parvenues de votre part ! Son parfum vous exprimera en quel sens nos sentiments de vénération vous font confiance.

13Puis, nous louons Dieu, hormis Lequel il n’y a pas de dieu, à la manière de celui qui sait qu’il est l’unique Seigneur, dont l’unité est établie par les arguments et les témoignages les plus décisifs.

14Nous savons que les intelligences supérieures répugnent à admettre qu’il ait un fils ou qu’il soit appelé le père ; d’ailleurs, le Souverain miséricordieux est au-dessus des opinions professées par les trinitaires, les idolâtres et les athées. Nous adressons des prières en faveur de notre seigneur Muhammad, ce pur et noble envoyé de Dieu, par lequel furent élargies les voies et routes conduisant au salut éternel, dont les miracles éclatants, accomplis par ses mains, ont bouleversé les habitudes, qui fut victorieux grâce à la terreur que Dieu sema, soumettant tout rebelle opiniâtre à sa discrétion. Nous prions aussi pour sa famille et pour ses nobles compagnons, qui furent l’ornement des réunions pacifiques et des scènes de combats, dont les bras ont manié de courtes épées sur les champs de bataille, et qui ont réalisé leurs espérances en installant l’islam à l’orient et à l’occident de la terre. Nous demandons au Très-Haut de bien vouloir agréer l’lmâm impeccable, le Madhî reconnaissable, qu’une nouvelle jeunesse a entraîné à la défense de la religion du Très-Haut, qui, par une direction éclairée, a attiré une affluence d’habitants sur des contrées autrefois désertes, et a ramené à résipiscence ceux qui perfidement résistaient à son autorité. Que Dieu agrée aussi les califes orthodoxes, bien dirigés, qui ont parachevé l’œuvre commencée, se transmettant l’imamat d’orthodoxe en orthodoxe, rehaussant ainsi les échelons et les degrés qui accèdent au Très-Haut ! Qu’Il agrée aussi notre seigneur, le pur émir Abu Ibrâhîm, fils de notre seigneur, calife et prince des croyants, en qui excellaient le tempérament et la race, qui fut issu d’un tronc, propre au califat, dont les tendres rameaux se sont couverts de feuilles d’une façon prospère et florissante. Ce prince vécut détaché des biens de ce bas-monde périssable par amour de la vie éternelle. Quel excellent homme que celui qui recherche la vie éternelle par l’ascèse !

15Voici notre lettre (que Dieu nous destine des chances croissantes et abondantes de sa satisfaction, et qu’il nous procure ainsi qu’à vous tous ce qui peut nous disposer facilement à acquérir la récompense auprès de lui !), écrite de la résedence de Marrakech (que le Très-Haut la garde !). Les échelons et les degrés de la religion de Dieu sont élevés, mais celui qui porte au cou la chaîne de la doctrine de Son unité est manifestement paré d’un bijou, et l’effort secondé et bien dirigé en vue d’atteindre Dieu est efficace. Louange à Dieu, le maître des mondes, louange que les langues répètent et réitèrent sans interruption ! Nous Le supplions d’accorder des grâces surérogatoires, supérieures à celles qu’il a promises à quiconque Lui exprime sa reconnaissance et célèbre Sa gloire. Que, par son assistance, Dieu facilite également votre bonheur, qu’il maintienne vos ordres et vos intentions dans Son obéissance, qu’il a exprimée clairement à Ses créatures ! Nous vous avons, jusqu’ici, accusé réception de vos lettres dignes d’attention, qui nous sont parvenues, nous efforçant, dans les réponses que nous vous avons adressées, de vous rendre, en la complétant, votre bienfaisance. Nous vous faisons savoir que nous respectons votre dignité, la plus considérable qui soit chez votre peuple, et que vos religionnaires reconnaissent comme la dignité suprême, au-dessus de toutes les autres fonctions qui existent parmi eux. C’est pourquoi vous êtes pour nous l’objet d’un témoignage solennel d’honneur et une parfaite sollicitude vous est acquise de notre part. Nous confirmons donc, dans la mesure où cela est légitime, nos raisons d’union avec vous et vous renouvelons, autant qu’il convient de la faire, l’assurance de notre considération, tout en vous exprimant notre reconnaissance pour les magnifiques marques d’estime que vous n’avez cessé de manifester, d’une façon réitérée, à notre endroit.

16L’évêque qui nous avait apporté votre lettre a quitté ses jours derniers la résidence des Unitaires (que Dieu les rende puissants !). A l’occasion de ce départ nous n’avons pas manqué de lui témoigner notre bienveillance et notre estime et nous n’avons pas négligé de lui manifester notre zèle et notre intérêt, de même qu’au cours du séjour que le destin lui assigna auprès de nous, nous l’avons toujours entouré de faveurs et de bienfaits. Il emporte la lettre que nous vous adressons pour vous faire savoir qu’il est parti de sa propre initiative, pour vous exposer les mesures qu’il a choisies pour faciliter son voyage. Il ne lui a échappé aucun manquement, tant pendant son séjour qu’au moment de son voyage, et il ne s’est jamais départi d’une courtoisie accueillante et digne, d’une bienveillance pleine de distinction et de sagacité, faisant en cela honneur au choix qui vous l’avait fait désigner, cheminant ainsi sur les voies spacieuses de la bonté. Dans toutes les situations Dieu dirige toujours vers les actes les plus purs à ses yeux et il assiste de sa grâce, dans les paroles et les actions, vers ce qui peut rapprocher de Lui. Quand il vous plaira (que Dieu vous conserve heureux dans Sa crainte !) d’envoyer à ces chrétiens, en service dans l’empire des Unitaires (que Dieu les rende puissants !), un homme qui s’occupera de leurs intérêts religieux et les poussera à observer leurs lois habituelles, choisissez-le d’une intelligence supérieure, d’une bonne conduite : qu’il soit de ceux qui, d’une façon manifeste, se plaisent à éviter le mal, de ceux qui, dans leur service, se distinguent par une doctrine excellente et une intention louable. Un pareil homme, lorsqu’il aura été désigné par vous comme réunissant les qualités décrites et manifestant un naturel aussi digne d’éloges, agira au mieux dans le service du Seigneur, et il lui sera facile de faire le bien, souvent et abondamment. Vous pourrez accomplir ce dessein lorsqu’il vous semblera bon d’envoyer quelqu’un en qui vous aurez toute confiance, chargé de cette mission, comme il en est de tous les actes dus à votre initiative. Nous vous serons reconnaissants de toutes les instructions que vous lui donnerez vis-à-vis de nous pour la bonne marche des intentions et des affaires. Nous comptons que vous ne lui ménagerez pas votre appui par des gestes dus à votre généreuse inspiration, que vous vous empresserez de lui procurer la considération voulue eu égard à la haute dignité dont vous jouissez parmi vos coreligionnaires. Nous saurons alors reconnaître la sincérité de vos bons procédés à notre égard, et nous chercherons à éviter tout ce qui pourrait nuire à la bonne entente avec vous, avec le souci de vous rendre bienfaits pour bienfaits et la préoccupation d’assurer la continuité et la durée de vos bonnes relations, grâce à la force et à la puissance du Très-Haut. C’est Lui (grâces lui en soient rendues !), Qui nous facilitera l’acquisition de la vertu et l’augmentation de Ses grâces, Qui, dans Sa bonté et Sa générosité, nous mettra, ainsi que vous par l’assistance qu’il nous dispensera, dans le premier groupe des tenants de la vérité. Il n’y a pas de Seigneur au dehors de lui. Ecrit le 18 du mois rabî‘ I de l’année 648 (10 juin 1250).

17Adresse :

18Au souverain incontesté des rois de la chrétienté, respecté des princes de la nation romaine, chef du peuple chrétien, sur lequel il a reçu par héritage la suprématie religieuse, le pape Innocent - que le Très-Haut, par Son assistance et Sa bonne direction, illumine son intelligence et qu’il lui procure, en lui inspirant Sa crainte, le bonheur en ce monde et en l’autre !

19Texte arabe traduit dans E. Tisserant et G. Wiet, « Une lettre de l’almohade Murtada au pape Innocent IV », Hespéris, 6, 1926, p. 27-53.

Lettre d'innocent IV au calife almohade al-Murtadâ’ (17 mars 1251)

20A Miramolinus illustre roi du Maroc. Crainte et amour du nom divin.

21Parvenu en notre présence, notre vénérable frère, l’évêque du Maroc, nous a exposé que - alors que nous t’avions précédemment adressé nos prières pour tu accordes libéralement aux chrétiens de ces régions des forteresses et des châteaux sis au bord de la mer dans lesquels ils pourraient habiter en toute sécurité et se protéger, selon les nécessités des temps, contre leurs agresseurs - négligeant d’accomplir ces prières à ce sujet, tu as oublié de les exécuter. A cause de cela les dits chrétiens sont obligés de subir de graves dommages tant dans leurs personnes que dans leurs biens. En effet, comme il arrive que beaucoup d’entre eux vont souvent servir dans ton armée, ou que d’autres travaillent à ton service, et qu’ils n’ont pas de lieux sûrs où ils puissent laisser leurs femmes, leurs enfants et autres parents, les Sarrasins saisissent l’occasion, en tuent un grand nombre et forcent certains à abjurer la foi catholique. Comme ta grandeur ne doit pas souffrir que les chrétiens, qui s’engagent si ardemment à ton service, subissent, par manque de lieux où ils puissent se retirer en temps de nécessité, tant d’injures et de désagréments sous ton autorité (dominium), nous avertissons ton excellence et lui demandons à nouveau à d’avoir à concéder sans aucune difficulté aux dits chrétiens les forteresses et châteaux susdits, afin qu’ils puissent se protéger. Faute de quoi, nous enjoignons par lettre au susdit évêque de rappeler les chrétiens qui sont à ton service dans ces régions, et de veiller à ce que d’autres n’y viennent pas, en opposant aux récalcitrants, en cas d’appel, la censure ecclésiastique.

22Donné à Lyon [le XVI des calendes d’avril, la huitième année (de notre pontificat)].

23K.-E. Lupprian, Die Beziehungen des Papste zu islamischen und mongolischen Herrschern im 13. Jahrhundert anhand ihres Briefwechsels, Rome, 1981, p. 204-205.

Bibliographie

Bibliographie

Ambrosio Huici Miranda, Historia politica del imperio almohade, Tetouan, 2 vol., 1957.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site