Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

73. Lettres diplomatiques égyptiennes à Innocent IV après la prise de Jérusalem par les Khwârizmiens

Texte intégral

1La quinzaine d'années qui suivit la conclusion de la trêve de dix ans entre le sultan al-Malik al-Kâmil et l’empereur Frédéric II en 1229, et dont le résultat le plus significatif était la restitution de Jérusalem – dont les fortifications étaient démantelées – aux Francs, fut fertile en rebondissements. Ce furent d’abord les effets des rivalités internes qui minèrent la cohésion de la domination ayyûbide. Maître de l’Égypte, al-Kâmil (1218-1238) eut du mal à faire reconnaître son autorité de sultan par ses parents de Damas et de l’ensemble de la Syrie. Dans le même temps, le royaume de Jérusalem, malgré ses faiblesses structurelles et ses propres tiraillements, semblait devoir se reconstituer peu à peu. La croisade, voulue par le pape Grégoire IX dès avant l’expiration de la trêve, autant pour venir en aide à la Terre Sainte que pour contrer l'empereur Frédéric II – bientôt excommunié pour la deuxième fois – débarquait à Acre en 1239, devait permettre de consolider ces acquis. Son succès ne dura guère, mais de nouvelles dissensions se faisaient jour dans le camp ayyûbide au lendemain de la disparition du sultan al-Kâmil en 1238. Pour imposer leurs vues, les Ayyûbides de Syrie firent alliance avec les Francs, tandis que le fils d’al-Kâmil, Sâlih Nadjm al-Dîn Ayyûb, qui était parvenu à s’imposer en Égypte en 1240, se tournait vers les Khwârizmiens que l’offensive mongole avait poussés jusqu’en Mésopotamie. Ce sont eux qui s’emparèrent très brutalement de Jérusalem en juillet-août 1244, en en chassant définitivement les Francs, et dont Ayyûb lui-même dénonce les excès dans la deuxième lettre ci-dessous. Par ailleurs, en 1245, ce dernier, fort de ses succès contre les Francs, ne manque pas de rappeler à Innocent IV que, comme en 1229, l’interlocuteur privilégié du sultan d'Égypte en Occident, c’est l’empereur Frédéric II, contre lequel le pape tente alors de mobiliser toute la chrétienté.

Lettre de al-Sâlih Nadjm al-Dîn Ayyûb à Innocent IV (Le Caire, 4 juin 1245)

2Lettre du sultan envoyée au seigneur pape.

3A la puissance du pape, noble, grand, spirituel, affectionné, saint, du treizième apôtre, de la parole universelle des chrétiens, du mainteneur des adorateurs de la croix, du juge du peuple chrétien, du guide des fils du baptême, du pontife suprême des chrétiens : que Dieu le fortifie et lui donne la félicité.

4De la part du très puissant sultan régnant sur l’encolure des nations, disposant de deux forces, celle du glaive et celle de la plume, possédant deux supériorités à savoir dans la doctrine et dans le jugement, roi des deux mers, dominant le nord et le sud, roi d’Égypte, de Syrie, de Mésopotamie et de Perse, d’Idumée et d’Ophir, roi Salech Belfet Ayob, fils du sultan Hadel Bobecre fils d’Ayob, dont Dieu aime le royaume.

5Au nom de Dieu clément et miséricordieux. Des lettres ont été présentées venant du pape, noble, grand, spirituel, affectionné, saint, du treizième apôtre, de la parole universelle des chrétiens, du mainteneur des adorateurs de la croix, du juge du peuple chrétien, du pontife suprême des fils du baptême : que Dieu le range parmi ceux qui aspirent au bien et le font, qui veulent la paix et qui persévèrent dans ses desseins, que Dieu l’aide dans tout ce qui convient à ceux qui sont de sa religion et de son rite et aux autres. Nous avons examiné avec attention les dites lettres et nous avons compris les chapitres qu’elles contenaient ; leur contenu nous a plu et notre ouïe s’est délectée à les entendre.

6Puis un messager envoyé par le saint pape est venu jusqu’à nous. Nous l’avons accueilli avec prévenance, honneur et dilection, avec dévotion et révérence, et nous l’avons fait venir devant nous, nous avons prêté l’oreille à ses paroles et nous avons ajouté foi à ce qu’il nous disait au sujet du Christ sur lequel doit reposer le salut. De ce Christ nous savons plus que vous, et nous le glorifions davantage que vous ne le faîtes. Et à propos de ce que vous dites désirer la tranquillité et le repos, et qu’il y a matière à appeler les peuples à la paix, nous l’avons toujours voulu et désiré. Mais le pape – que Dieu le fortifie – sait qu’entre nous et l’empereur il y a depuis longtemps des rapports étroits, une affection mutuelle et une parfaite concorde depuis le temps du sultan notre père – que Dieu le place dans sa clarté – et entre nous et le susdit empereur. Il ne nous est donc pas permis de composer en quoi que ce soit avec les Chrétiens avant d’avoir à ce sujet le conseil et l’assentiment de l’empereur ; nous avons écrit à notre envoyé, qui est à la cour de l’empereur, à propos des affaires que l’envoyé du pape nous a rapportées, lui communiquant les chapitres et propositions de votre messager. Notre envoyé viendra devant vous, vous parlera et nous rendra compte. Ensuite, nous agirons selon la teneur de la réponse, et nous ne serons pas en désaccord avec ce qui semblera utile pour tous, de telle sorte que nous puissions avoir du mérite aux yeux de Dieu. Nous vous informons de cela, et que le bien s’accroisse à l’avenir, avec l’aide de Dieu.

7Cela a été écrit le septième jour du mois de maharra, qui est la lunaison d’août.

8Louange à Dieu seul et sa bénédiction sur notre seigneur, Mahomet, et sa descendance, et que lui-même soit notre paix.

9K.-E. Lupprian, Die Beziehungen des Papste zu islamischen und mongolischen Herrschem im 13. Jahrhundert anhand ihres Briefwechsels, Rome, 1981, p. 151-154 (coll. Studi e Testi, 291).

Lettre de Fakhr al-Dîn, au nom de al-Sâlih Nadjm al-Dîn Ayyûb, à Innocent IV (15 août 1246)

10Au seigneur du siège très élevé, noble, vénérable, saint, spirituel, bienheureux, qui est l’assurance des prêtres et des religieux, au très excellent pape – qu’il persévère parfaitement.

11Au nom de Dieu clément et miséricordieux.

12Triomphateur, aimant et sauveur.

  • 1 Il s’agit de l’auteur de la lettre : cf. la titulature qu’il se donne supra.

13Une lettre est arrivée venant du très considérable siège et du très haut seigneur régnant, spirituel, bienheureux, juste, saint, chaste, vénérable et honorable, du roi des saints pères, de celui qui maintient les fils dans l’obéissance, refuge du peuple chrétien, victoire de la loi du Christ, secours des prélats et des clercs – qu’il soit toujours sage, plein de largesse et de rétribution, faisant ce qu’il convient pour l’utilité commune et pour tenir des sermons pour conforter et admirer la béatitude parfaite. Le sauveur aimé1 a cherché la signification de cette lettre et a examiné son contenu selon la vérité et la certitude ; il a trouvé en la lisant d’utiles privilèges et de louables usages. Il a exécuté avec diligence et obéissance, en ce qui concerne la garde et le respect de l’église de la Résurrection et Saint-Sépulcre. Ce qui est arrivé là en fait de destruction et de souillure s’est produit sans qu’il le sache et hors de sa présence. Ce sont des armées privées qui ont commis ces actions sanglantes, avant sa propre arrivée.

14Quand arriva le sauveur aimant, il les réprimanda par la plus élevée des remontrances, il interdit aux malfaisants et aux téméraires de nuire ou de s’approcher et il ordonna de faire fermer les portes [de l’église]. Il en confia les clés à certains fidèles, leur ordonnant de n’ouvrir qu’aux pèlerins. Il s’efforça de la reconstruire et de l’embellir, puisque sa reconstruction est le début de la reconstruction de la patrie. Et quand est arrivée la lettre vénérable et son instruction bénie, il a déployé un zèle plus grand pour cette construction et cette restauration ; et sans aucun doute, avant cela, nous n’avions ni l’un ni l’autre d’information, puisque ce qui est arrivé à propos de cette destruction se produisit quand nous parvînmes dans ce pays, sans que nous le sachions. Après, l’amitié et la révérence s’installèrent entre nous, et dorénavant le siège suprême – que son excellence perdure – et tout le peuple chrétien éprouveront au sujet de l’excellence de notre entente et du respect de notre amitié ce qu’ils n’avaient vu avant ou après.

15Des envoyés du très haut siège sont arrivés et nous avons entendu leur rapport en vérité : nous leur avons donné une réponse. Que le siège entende, qu’il apporte sa garantie, qu’il impose l’obéissance et qu’il continue [à envoyer] lettres et messagers. A propos de ce que vous dites des captifs, nous n’en connaissons pas auprès de nous ; ceux sur lesquels vous nous informerez, nous vous les enverrons aussitôt.

16Écrit à la fin de Rabi I, l’an 644.

17Ibid., p. 173-175.

Bibliographie

Bibliographie

J. Prawer, Histoire du Royaume latin de Jérusalem, t. II, Paris, 1970.

Notes

1 Il s’agit de l’auteur de la lettre : cf. la titulature qu’il se donne supra.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540