71. Les grands points de la doctrine à l'usage du Sultan de Damas

1C’est à partir du début du XIIIe siècle que la question de la conversion des musulmans au christianisme commence véritablement à se poser pour la Chrétienté occidentale. Deux raisons à cela. En premier lieu les échecs répétés dans la reconquête de Jérusalem, qui ont pu faire considérer que le recours à la croisade n’était peut-être le seul moyen d’arriver au but recherché ; une meilleure connaissance, en Occident, de la situation religieuse du Proche Orient et des efforts pour amener les musulmans à la foi chrétienne pouvaient y contribuer également. Jacques de Vitry, évêque d’Acre de 1216 à 1228 incarne parfaitement cette nouvelle approche. L’apparition des Ordres mendiants, soucieux dès l’origine de convertir tous les non-chrétiens, constitue l’autre facteur décisif de cette évolution. Mais sur le terrain, les obstacles étaient considérables, et la prédication ne pouvait guère s'adresser qu'aux musulmans vivant sous domination chrétienne. Aussi recourut-on à la très classique méthode consistant à obtenir d’abord la conversion des princes, qui entraînerait automatiquement celle de peuples. L’exemple de Lrançois d’Assise tentant, en 1218 à Damiette, de convertir le sultan d’Égypte alMalik al-Kâmil est bien connu. En 1233, le pape Grégoire IX, en même temps qu’il cherchait à nouer des relations avec la Géorgie chrétienne, envoya des Frères Mineurs porteurs d’une lettre circulaire à tous les princes musulmans importants (les sultans du Caire, d’Alep, de Damas, de Konya, ainsi qu’au calife de Bagdad et au calife almohade), leur exposant, en des termes lui paraissant sans doute acceptables pour des musulmans, les fondements de la foi chrétienne et les invitant à se con vertir. Si les messagers furent bien reçus, leur mission n’eut aucun succès, ce qui n’empêcha pas Innocent IV de réitérer cette démarche, confiée cette fois aux Frères Prêcheurs, et sans davantage de résultat, douze ans plus tard.

Lettre de Grégoire IX au sultan al-Ashraf Mûsâ de Damas (15 février 1233)

2Au noble... sultan de Damas, connaître le chemin de la vérité.

3L’élévation du conseil céleste et l’immense bonté du Dieu très haut ont accordé, parmi tout ce que ce dernier a créé, à la seule créature douée de raison que l’œil de la sagesse reconnaisse l’artisan à son œuvre, le créateur à sa créature ; et pour chasser les ténèbres de toute ignorance, il a placé sur le chemin trois ordres d’élus comme trois candélabres selon lesquels les espaces de temps se succèdent : les patriarches d’abord, puis les prophètes et en troisième lieu les apôtres. Il a placé comme fondement de la foi les patriarches, séparés de la multitude aveugle, remarquables par la justice, accueillant les anges, voyant Dieu face à face, ainsi que le dit l’Ecriture : « Abraham a cru en Dieu, et cela lui fut compté comme justice » (Gn 15, 6) et il a vraiment cru, lui qui, alors qu’il distinguait trois hommes, adora en eux une seule substance divine, à rapprocher de la clameur des chérubins dans le ciel qu’entendit Isaïe : « Saint, saint, saint le Seigneur Dieu Sabaoth » (Is 6, 3), de ce que dit David : « Que Dieu nous bénisse, notre Dieu, que Dieu nous bénisse et que toutes les contrées de la terre le craignent » (Ps 66, 8). Alors que trois fois saint et trois fois Dieu sont mentionnés pour le nombre des personnes, le Seigneur Dieu Sabaoth et que toutes les contrées de la terre le craignent sont ajoutés pour souligner l’unité de l’essence, l’Écriture attribuant au Père la puissance, au Fils la sagesse et à l’Esprit saint la bienveillance, propriété du mystère, puisque la puissance, la sagesse et la bienveillance sont une, comme eux-mêmes sont un. Ensuite, après la loi qu’il a proclamée par Moïse, il a fait surgir, comme les murs d’un édifice en construction, les prophètes, tirés du peuple croyant des Hébreux, élus, supérieurs dans la foi, puissants par la sainteté, entourés et révélés par les prières des cieux, soignant les infirmités des hommes, mettant debout les morts. Il a ajouté en complément de l’œuvre le saint nombre parfait des apôtres.

4Et il a allumé une première lumière en gage de telles promesses. Au grand Abraham, père d’une multitude de peuples, dans la chair duquel il a établi le testament, il a dit : « En toi se béniront tous les clans de la terre » (Gn, 12, 3). A Isaac : « Par ta postérité, les peuples seront bénis » (Gn, 22, 18). A Jacob, qui par ses douze fils a répandu tribus et peuple innombrable, le Seigneur a dit : « Je suis le Dieu de ton ancêtre Abraham et le Dieu d’Isaac » (Gn, 28, 13), puis peu après : « Tu déborderas à l’Occident et à l’Orient, au septentrion et au midi et toutes les tribus de la terre se béniront en toi et en ta descendance » (Gn, 28, 14). Jacob, bénissant ses fils un par un, abordant le présent et prévoyant l’avenir, dit de Juda de la descendance duquel sortirent les rois de Jérusalem, et aussi l’homme fils de Dieu, le Christ, qui naîtra du ventre intact de la Vierge : « Le sceptre ne s’éloignera pas de Juda, ni le bâton de chef de son côté, jusqu’à ce qu’il vienne, celui qui doit être envoyé, et lui sera l’espérance des peuples » (Gn, 49, 10).

5Il a allumé aussi une seconde lumière selon l’éclat des témoignages. Isaïe, le premier prophète, a dit : « Voici, une vierge concevra et enfantera un fils et elle l’appellera du nom d’Emmanuel » (Is 7, 14). De plus : « Un petit enfant nous est né, un fils nous a été donné, et on lui a donné un nom admirable, conseiller. Dieu fort, père du siècle à venir, prince de la paix » (Is 9, 6). Et Jérémie, prêtre des prêtres, consacré dans le ventre de sa mère : « Le Seigneur créera du nouveau sur la terre, la femme entourera son mari » (Jr 31, 22). En outre, Baruch : « C’est lui qui est notre Dieu, aucun autre ne lui est comparable, il a inventé la voie entière de la connaissance et l’a montrée à Jacob son enfant et à Israël son bien-aimé, puis après cela il a vécu sur terre et est demeuré parmi les hommes » (Ba 3, 36-38). Et le Seigneur a dit par la bouche d'Osée : « D’Égypte j’ai appelé son fils » (Os 11, 1). Et par Michée : « Et toi Bethléem Ephrata, le plus petit des clans de Juda, c’est de toi que naîtra celui qui doit régner sur Israël ; ses origines remontent au temps jadis, aux jours antiques » (Mi 5, 1).

6Puis, cette semence de bénédiction et de grâce qui avait été promise aux patriarches et qu’Isaïe avait célébré en disant : « Si le Seigneur ne nous avait pas laissé une semence, nous serions à Sodome et à Gomorrhe » (Is, 1, 9), les villes que le Seigneur détruisit en un instant. Et de plus : « Cieux, épanchez-vous là-haut, que les nuages fassent pleuvoir ce qui est juste, que la terre s’ouvre et engendre le sauveur, et produise en même temps la justice. C’est moi, le Seigneur, qui l’ai créé » (Is, 45, 8). Et David : « La vérité est née de la terre, et notre terre a donné son fruit » (Ps 84, 12-13). Et au sujet de la mort et de la résurrection des fidèles il est dit : « C’est l’héritage récompense du fils de Dieu, qui est le fruit des entrailles » (Ps, 126, 3), qui fut semé par l’opération du Saint-Esprit dans le ventre d’une vierge. Il a pu nous racheter sans être humilié, lui qui avec Dieu le père et l’Esprit saint peut tout créer sans difficulté, et, disposant tout avec sagesse, il a apporté ce genre de remède, le seul grâce auquel les enchaînés seront libérés par son seul amour, comme l’avait prophétisé Isaïe : « La châtiment qui nous rend la paix est sur lui, et nous sommes guéris par ses meurtrissures » (Is, 53, 5). Puis : « Il a été offert, parce qu’il l’a voulu, et il n’a pas ouvert la bouche, comme l’agneau qu’on conduit à l’abattoir » (Is 53, 7), et peu après : « Il a été libéré des difficultés et du jugement, qui de sa génération le racontera ? » (Is 53, 8). Et aussi : « Il a livré son âme à la mort et a été compté parmi les criminels et lui-même a porté les péchés de la multitude » (Is 53, 12).

7Il a été conçu selon l’annonce de l’ange à la fin des temps, comme cela avait été annoncé par les paroles des prophètes. Une étoile brillant d’une lumière nouvelle a annoncé sa venue aux rois de l’Orient, et l’ange l’a fait aux bergers de Judée, eux dont la simplicité ne pouvait pervertir la parole ni changer le message, et avec lui la multitude de la milice céleste loue Dieu en disant : « Gloire au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté » (Le 2, 14). Et cet ange, qui avait donné le signe, en a donné aux rois la signification, et ce qu’il avait donné à comprendre, il l’a fait rechercher : conduits par l’étoile nouvelle, ils sont venus pour adorer le Seigneur de majesté dans les langes de l’enfance. Jean - personne parmi ceux qui sont nés d’une femme n’est plus grand que lui - qui était si grand que par lui le peuple crut au Christ, dès qu’il le vit, le montra du doigt en disant : « Voici l’agneau de Dieu, voici celui qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29). Après cela, il guérit les malades de leurs maladies et ressuscita les morts. Tous les éléments reconnurent en lui leur créateur, il put marcher sur la mer, et à son commandement, les flots et la surface des eaux se calmèrent. Sa volonté fit changer la substance de l’eau en vin, et sa bénédiction permit de nourrir plusieurs milliers d’hommes de pain convenable. Lorsqu’il mourut, la terre trembla, le soleil cacha les rayons de sa lumière. Le voile du temple et les rochers se fendirent, les tombeaux s’ouvrirent et de nombreux corps de défunts surgirent dans la Ville ainsi que l’attestent de nombreux témoins. Enfin, ayant vaincu la mort, il daigna souffrir pour le salut du monde entier, il laissa des apôtres pour accomplir son œuvre, leur concédant le pouvoir de faire des miracles, et sous leurs yeux il s’éleva au ciel où il demeure dans l’attente de juger les vivants et les morts. Aussi les apôtres, qu’il laissa dans sa troisième lumière, ne firent pas moins de miracles qu’ils avaient vu Dieu en faire ; et chaque jour, aussi bien par leurs reliques vénérables que par plusieurs personnes qui suivent leur foi et leurs œuvres, l’Église catholique, notre mère, est illustrée par des miracles : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les possédés délivrés, les morts ressuscités, ce qui ne s’est produit ni ne se produit dans aucune autre religion.

8Et donc, parce que nous devons rechercher le salut de tous, nous, le serviteur des serviteurs de celui qui veut que personne ne périsse, ce n’est pas à tort que, épanchant autour de toi et de ceux qui te sont soumis un cœur de miséricorde, nous t'appliquons l’affection de Paul, le docteur des gentils, qui, sachant que le créateur de toutes choses ne fait pas acception des personnes, fut établi pour tous et confirmé pour les malades, afin de pouvoir les gagner au Seigneur. Sachant que le temps de la correction des âmes dans l'erreur est proche et que les peuples doivent venir à la foi par la grâce avant la conversion d’Israël, qui est hostile, nous avons décidé de vous annoncer - à vous qui avez jusqu’à présent résisté, n’ayant pas la connaissance de l’évangile de Jésus-Christ fils de Dieu, à savoir la bonne nouvelle, qu’il a lui-même apporté et transmis, et qui êtes comme des abysses agités par la passion de la chair contre le navire flottant de l’église catholique - la parole du Christ et le sacrement de la foi chrétienne caché depuis des siècles, révélé non pas à tous en même temps, mais, comme en a disposé de toute éternité la sagesse divine, aux uns après les autres, à savoir le mystère éternel du salut et de la paix ; nous te prêchons à toi et aux tiens par notre lettre et par des hommes de sa vertu, ministres de la grâce, Jésus-Christ, vrai Dieu, fils du vrai Dieu, si Dieu tout puissant qui appelle les choses qui existent comme celles qui n’existent pas, veut bien répandre dans vos cœurs cette lumière que, préfigurant l’appel à tous les peuples, il avait jadis inspirée dans le cœur des trois mages d’Orient, parce que, venant chez lui, il n'avait pas été reçu par les siens, cette même lumière que, par l’évangile, le peuple de Paul qui marchait dans les ténèbres a comprise, et qui maintenant brille dans les ténèbres, mais n’est pas vue par certains, parce qu’il refuse de venir à la forteresse de la vérité, celui qui n’abandonne pas l’erreur. Aussi invoquons-nous la cour céleste, le ciel et la terre comme témoins ; en effet, si, ce qu’à Dieu ne plaise, vous négligez de tenir et de recevoir une foi approuvée par tant d’arguments, par de tels témoignages, tant de signes et de miracles, vous ne pourrez avoir aucune excuse en prétextant le péché, aucune excuse à ses yeux, lui qui viendra juger le siècle par le feu dans le pouvoir et la majesté.

9Par ailleurs, c’est à vous et non à vos biens que nous en avons, c’est le gain de vos âmes que nous désirons ardemment avec Jésus-Christ ; nous ne cherchons pas à soustraire quoi que ce soit à vos richesses, ni à diminuer votre honneur, mais nous prétendons au contraire vous élever et vous exalter. Il adviendra à partir de là, Jésus-Christ ayant donné son assentiment à nos désirs, que toi, qui es la tête et le prince de ton peuple, distingué par la grâce, de façon à ce que tu sois séparé de la multitude soumise, si tu écoutes patiemment ce qui t’est proposé par les messagers de paix, tu deviennes par la connaissance de la foi, les prémices du peuple appelé à croire, ainsi que cela s’est produit avec les princes de certaines nations ; ceux-ci, croyant selon le signe susdit donné à eux seuls, sont devenus la cause du salut de leurs nombreux sujets, sans que leur gloire temporelle soit perdue - elle fut au contraire augmentée - et ils ont mérité de recevoir de Dieu le royaume des cieux qui n’a pas de fin.

10Aussi nous exhortons ton énergie, et nous t’enjoignons par celui qui a tout créé de recevoir volontiers et d'écouter attentivement nos très chers fils [...] et frères [...] de l’ordre des frères Mineurs, envoyés vers toi pour ton salut et celui des tiens. Ne rejette pas comme inutile ce qui a été disposé par nous dans cette affaire ces tout derniers temps sous l’inspiration divine et sur le conseil de nos frères avides d’apporter la lumière à tous les peuples, le tout non sans l’autorité des divines Écritures.

11Monumenta Germaniae Historica, Epistolae saeculi XIII e regestis pontificum Romanorum selectae, t. I, Berlin, 1883, p. 410-412.

Bibliographie

Bibiographie

K.-E. Lupprian, Die Beziehungen des Papste zu islamischen und mongolischen Herrschern im 13. Jahrhundert anhand ihres Briefwechsels, Rome, 1981. — J. Richard, La Papauté et les missions d’Orient au Moyen Age (XIIIe-XVe siècles), Rome, 1977.