Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

70. Traité de Capdepera entre Jacques Ier d'Aragon et les musulmans de Minorque, 17 juin 1231

Full text

1Après l’occupation de Majorque par le roi Jacques Ier et les Catalans en 1229-1231, le souverain établit son protectorat sur Minorque. Le traité est passé entre les notables musulmans de l'île, avec à leur tête un faqîh ou juriste désigné comme exerçant les fonctions de qâdî (juge) et qâ’id (chef militaire). Le régime ainsi institué est une exception par rapport à l’ensemble de la reconquête, qui correspond plus fréquemment à une destruction des pouvoirs musulmans. Ici, comme à Murcie qui se voit imposer la domination castillane en 1243, le souverain chrétien laisse en place les autorités musulmanes avec une large autonomie, plus durable qu'à Murcie puisque ce n'est qu’en 1287 que le roi Alphonse II y mettra fin, par une expédition de conquête. Le texte, conservé seulement en latin dans une copie de 1281, mais dont il a dû exister une version arabe, est révélateur de certains aspects des structures politico-sociales de l'île. Le chef politique que reconnaît le traité était vraisemblablement le représentant du dernier gouverneur almohade de Majorque, ou un chef reconnu par les notables locaux lors des perturbations entraînées par la conquête de cette dernière. Il sera remplacé peu après à la tête de l’île par Abû’Uthmân Sa‘îd b. Hakam, agent fiscal ou mushrif au moment de la signature du texte (où il apparaît en troisième lieu : Aboaçmen Abenhacam) qui reste en fonctions jusqu’à la fin du régime d’autonomie, et sur le gouvernement duquel quelques textes de nature littéraire rédigés par des personnages de son entourage ou des lettres échangées par ces derniers avec des lettrés andalous jettent quelque lumière.

2Moi, l’alfaqui Aboabdille Mafomet fils de l’alfaqui Abolança Aly Abineixem alcady et alcaid de l’île de Minorque, en mon nom et au nom de tous les anciens (senes) et savants (sapientes), et pour tout le peuple et les habitants de l’île susdite présents et futurs, ayant tenu conseil et avec l’accord de tous, en présence de l’alfaqui Abolaçan Ali mon frère, de l’alfaqui Aboaçmen Abenhacam, de l’alfaqui Aboabdille Abenmomanna, de l’alcaid Abemodien Abnalhaçan, de l’alfaqui Aboali Abenmoanna, d’Aboabdille Abenugaçic, d’Abealbeç ibnap Adulcarim, d’Abulabez Ibnabenxini, d’Abuasmen Abenxairon (+ sept autres noms), convenons de vous recevoir, vous seigneur Jacques roi d’Aragon et du royaume de Majorque, comte de Barcelone et seigneur de Montpellier, ainsi que vos héritiers détenteurs du royaume de Majorque, comme seigneur naturel et propre. En vous prêtant hommages, fidélités et serments, nous nous défaisons et nous renonçons à toute domination, accord, fidélité et serment que nous avons pu prêter jusqu’à ce jour à qui que ce soit. En reconnaissance de votre domination et de la fidélité à laquelle nous vous sommes tenus, nous vous donnons, concédons et délivrons mintenant la potestas du château de Minorque, de telle sorte que votre enseigne ou étendard y soit placé, par les mains de cinq de vos gens, au point le plus haut du château, et que soit proclamé à haute voix par les mêmes personnes votre nom et votre dominium, et cela fait, que le château soit rendu à l’alfaqui qui s’y trouve présentement, ou à celui qui y sera à notre place confirmé par vous. Cette potestas, nous promettons de vous la donner et délivrer, à vous même ou à votre mandataire, sans opposition, une fois par an lorsque vous le voudrez, mais que ces personnes soient tenues de rendre aussitôt le château à l’alfaqui ainsi qu’il a été dit.

3Pour une meilleure reconnaissance de votre domination, nous promettons en outre de vous donner annuellement à vous-même et à vos successeurs 900 almuts d’orge et 100 de blé... cent têtes de bœufs et vaches de deux à six ans, trois cents chèvres, deux cents moutons et brebis et deux quintaux de beurre...

  • 1 Participation au butin de un cinquième, réservée au prince (cf. le khums islamique).

4Nous vous promettons en outre de vous défendre ainsi que vos hommes et leurs biens de bonne foi et de tout notre pouvoir contre tout homme, et de faire en notre nom et sur votre ordre paix et guerre dans notre île, sans recevoir de corsaire ni d’ennemi à vous sur terre et sur mer. Si un navire chrétien subit un naufrage dans l’île de Minorque, nous promettons de recueillir et de conserver les biens qui s’y trouveraient et de les rendre à son propriétaire et à vous même si celui-ci ne peut être identifié. S’il s’agit d’un navire musulman, que nous puissions conserver ses biens et les utiliser pour les travaux du château. Et qu’il en aille de même pour les navires de Minorque dans les lieux de votre domination. Nous promettons aussi que si quelque captif sort ou s’enfuit du royaume de Majorque et vient à Minorque, nous le rendrons à moins qu’il ne soit originaire de Minorque. De même nous concédons que vous ayez les quintas1 des navires appartenant à des hommes de votre terre, mais en ce qui concerne celles des hommes qui n’appartiendraient pas à votre domination, que vous en ayez la moitié, et nous l’autre pour les travaux du château. Ces quintas seront perçues par l’intermédiaire de l’alfaqui en fonctions.

  • 2 Le mushrif est un agent du fisc chargé de la perception des taxes et impôts.

5Et nous, le susdit roi Jacques, pour nous, nos héritiers et nos hommes, nous promettons à tous et à chacun des habitants de Minorque de vous défendre et protéger ainsi que tous vos biens sur terre et sur mer. Et par grâce spéciale et honneur que nous voulons vous faire, qu’aucun Chrétien ni Juif ne puisse résider de façon continue dans l’île de Minorque sinon avec votre accord. Et à cause de cela nous concédons et confirmons en qualité d'alfaqui, avec autorité sur vous à notre place, le vénérable et légal alfaqui actuellement en place du nom d’Aboabdille Abenixem, pour être alfaqui sa vie durant. Et après sa mort, qu’il vous soit permis de choisir parmi vous l’alfaqui que vous voudrez, et que l’alfaqui, l’alfaqui, l’alfaqui et l’almoxerif2 soient toujours pris parmi vous. Et lorsque vous choisirez un alfaqui, que vous nous le fassiez savoir par un envoyé et des lettres, afin que nous le confirmions. Nous devrons alors vous adresser un envoyé qui reçoive son serment d’observer toutes les choses susdites. Et s’il arrivait que vous ne vous accordiez pas sur ce choix, que nous puissions choisir l'un d’entre vous pour alcaid, et l’établir avec l’accord de vos anciens.

6Nous vous concédons et vous accordons en outre que lorsque l’un ou quelques uns d’entre vous voudrez venir dans un lieu quelconque de notre terre pour y faire du commerce, vous soyez saufs, sûrs et francs de tout péage et leude et de toute demande pour cause de commerce. Nous vous concédons aussi que lorsque des navires sarrasins viendront à Minorque pour faire du commerce, ils ne soient pas capturés par nous, ni sur terre ni dans le port, ni par nos hommes, sans qu’il y ait d’obligation pour nous une fois sortis du port. Nous concédons que tout habitant de Minorque avec l’accord de l’alfaqui en fonctions, puisse se transférer pour y habiter où il voudra en terre de Sarrasins ou de Chrétiens. Et s’il vient à Majorque, qu’il relève du droit (fuero) des autres Sarrasins qui se trouveront dans la région où il viendra. Nous promettons enfin que si quelqu’un de nos hommes prend un Sarrasin habitant de Minorque ou s’il en est de captif en quelque lieu de notre terre, nous lui rendrons sa liberté avec tous ses biens.

7Donné à Capdepera le 15 des kalendes de juillet, année du seigneur 1231.

8Signum de Jacques par la grâce de Dieu roi d’Aragon et du royaume de Majorque, comte de Barcelone et seigneur de Montpellier.

9Témoins de cet acte : F. prepositus de Tarragone ; Frère R. de Serra commandeur de la maison du Temple de Majorque ; Frère R. de Pelarrava ; Frère B. de Altaripa ; B. de Sancta Eugenia ; B. de Foxa ; Cainarius ; G.R. de Pavo ; Assalitus de Gudal ; Sancius de Orta ; P. Maça ; Garcia de Orta ; Domnus Ladro ; Lupus Ex. de Luçia.

10Signum de Guillem Scriba qui sur l’ordre du roi et des susdits Sarrasins a fait écrire cette charte aux lieu, jour et an indiqués ci-dessus.

11Trad. d’après la transcription donnée dans Miquel Barcelo, « El tractat de Capdepera de 17 de juny de 12.31 entre Jaume 1 i Abû ‘Abd Allâh Muhammad de Manûrqa. Sobre la funciô social i polftica dels fuqahâ’ », dans Sobre Mayûrqa, Quaderns de Ca la Gran Cristiana/2-1984, Palma de Majorque, 1984, p. 82-84 (original : BN Paris, Ms. Latin 9261).

Bibliography

Bibliographie

Pierre Guichard, Les Musulmans de Valence et la Reconquête (XIe-XIIIe siècles), 2 vol., Damas, 1990-1991.

Notes

1 Participation au butin de un cinquième, réservée au prince (cf. le khums islamique).

2 Le mushrif est un agent du fisc chargé de la perception des taxes et impôts.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Freemium

open access

Provided by L’éditeur de ce site