Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

69. Les marchands pisans commercent avec le Maghreb à partir de la Sardaigne

Texte intégral

[12311], 24 sept., Cagliari

  • 1 Le document porte Dominice incarnationis anno millésime ducentesimo secundo, c’est-à-dire 1202, st (...)

1Le marchand pisan Ildebrando Mele remet à son associé Pandolfo Gelso 15 livres de génois à investir dans l'acquisition de blé à Bougie. La marchandise sera chargée sur la nef de Giovanni Bellerba qui s’apprête à partir du port d’Oristano (Sardaigne). Ildebrando promet de restituer le capital dans les quinze jours qui suivront son retour à Cagliari.

  • 2 en fait commende.
  • 3 Port situé près d’Oristano (Arborea) lieu-dit « S. Maria de Nabin » (anc. Neapolis).
  • 4 Cité pisane de Cagliari.

2Au nom de Dieu, amen. Par cet acte public qu’il soit connu de tous que Pandulfinus Gelsus fils de feu Rainerius Gelsus a reconnu avoir reçu de Ildebrandus Melle fils de Gualfredus Melle quinze livres de bons deniers génois, en renonçant à l’exception de la somme non reçue au comptant, pour les porter en société de mer2 dans sa cargaison, pour un voyage qu’il s’apprête à faire depuis le Portus Napolitanus3 du judicat d’Arborea vers Bougie, sur la nef appelée « Saint-Jacques » dont Johannes Bellerba est le patron. Là il devra charger du blé et revenir à Cagliari avec la cargaison, sur ce navire ou sur un autre. Ledit Pandolfinus devra rendre le capital de quinze livres génoises et les trois-quarts du profit que Dieu accordera, audit Ildebrandus, à ses héritiers ou à son agent, s’obligeant, lui et ses héritiers, sous peine du double, à cette restitution avant les quinze jours qui suivront le retour dudit Pandulfinus avec sa cargaison, ou de la cargaison seule, à Cagliari. Faute de quoi, il s’engage par stipulation solennelle à rembourser ladite peine, toutes les dépenses de justice, et toutes les autres dépenses. Il renonce à toutes les exceptions habituelles. Et ainsi il a demandé au notaire Jacobus de rédiger cet acte. Fait à Cagliari dans le Castellum Castri4, dans la maison qui fut à Ildebrandinus Longus, en présence de Magaloctus fils de feu Maragone, et de Marghianus Catellus fils de feu Jannes Catellus, témoins appelés pour cela. L’an de l’Incarnation du Seigneur mille deux cent [trente] deux, quinzième indiction, huitième jour des kalendes d’octobre. Moi Bartholomeus fils de Lambertus, notaire du seigneur Fredericus par la grâce de Dieu très excellent empereur des Romains et roi de Jérusalem et de Sicile, j’ai copié cet acte rédigé par le susdit notaire Jacobus et je l’ai signé.

3Archivio di Stato di Pisa, fonds Colletti. Ed. F. Artizzu, Documenti inediti relativi ai rapporti economici tra la Sardegna e Pisa nel Medioevo, Padoue, 1961, t. I, no 4.

1228, 4 mai, Cagliari

4Ottolino Rainaldi reconnaît avoir reçu d’Alberto Romanese 40 sous génois pour un voyage commercial dans le buzze de Guido Del Tignoso, de Cagliari à Tunis et retour.

5Au nom de Dieu, amen. Par cet acte public qu’il soit connu de tous que Octulinus fils de feu Rainaldus a reconnu avoir reçu de Albertus Romanese fils de Coiarius en société marchande de mer, quarante sous de deniers génois de capital, en renonçant à l’exception de la somme non reçue au comptant, pour les porter en société marchande de mer dans sa cargaison, sur le buzze appelée « Benvenuto » dont Guido de Tinioso est le patron, pour un voyage commercial qu’il s’apprête à faire à Tunis ou n’importe où ailleurs pour le bénéfice de cette société, et ensuite rentrer à Cagliari avec ladite cargaison. Ledit Albertus ou son agent recevra ledit capital avec le profit qui lui revient, sans contestation, sous peine du double, au terme de ladite société. Albertus supportera le risque et Octulinus voyagera avec la cargaison. Fait à Cagliari dans le castellum castri devant la maison qui fut à Bonaiunta de Villano, en présence de Bonaiunta Guercio et de maître Guglielmus barbier de feu Iohannis, témoins. L’an de l’Incarnation du Seigneur mille deux cent vingt neuf, première indiction, quatrième jour des Nones de mai. Moi Rolandus Vesdominus notaire du seigneur Otton empereur des Romains, présent à tout ce qui est écrit ci-dessus, et enjoint de l’écrire en forme publique, je l’ai rédigé et signé.

6Archivio di Slalo di Pisa, fonds Cappelli. Ed. F. Artizzu, Documenti inediti relativi ai rapporti economici tra la Sardegna e Pisa nel Medioevo, Padoue, 1961, t. 1, no 5.

Bibliographie

Bibliographie

Ciro Manca, Nuove prospettive sulla storia economica della Sardegna pisana dalla fine del secolo XII all’inizio del XIV, Economia e Storia, 1963, p. 179-200.— Evandro Putzulu, Il problema delle origini del Castellum Castri di Cagliari, ASS, t. XXX, 1970, p. 91-144. — Marco Tangheroni, Commercio, finanza, funzione pubblica. Stranieri in Sicilia e in Sardegna nei secoli XIII-XIV, Pise, 1989.

Notes

1 Le document porte Dominice incarnationis anno millésime ducentesimo secundo, c’est-à-dire 1202, style pisan, soit 1201 pour la date du 24 sept., rapportée au style commun. Cette date, acceptée par Besta (1905), Loddo-Canepa, Artizzu, éditeur du texte, Boscolo, dans son introduction au même ouvrage, est impossible pour plusieurs raisons : elle ne correspond ni à l’indiction 5, à la titulature de Frédéric II, roi de Sicile et Jérusalem seulement après 1229, ni à la formulation de l’Actum Callari in Castello castri, qui se fait de cette façon toujours après 1217, à l’activité de Ildebrando Mele qui apparaît en 1235, 1238, 1239. Il faut restituer 1231, qui correspond à l’indiction 5, à Frédéric II et à l’activité d’Ildcbrando Mele. Le scribe a oublié le mol trigesimo.

2 en fait commende.

3 Port situé près d’Oristano (Arborea) lieu-dit « S. Maria de Nabin » (anc. Neapolis).

4 Cité pisane de Cagliari.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site