Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

68. Le traité de Jaffa (626/1229)

Texte intégral

1Le traité de Jaffa signé le 1er février 1229 entre le souverain ayyûbide d’Égypte al-Kâmil (1218-1238) et Frédéric II est un moment très important de l'histoire des relations entre musulmans du Proche Orient et chrétiens latins, en particulier du fait des réactions négatives qu'il suscita des deux côtés. On donne ici une traduction française du passage le concernant du Mufarridj al-kurûb de l’historien syrien (né à Hama) et fonctionnaire sous les Ayyûbides et les premiers Mamlûk-s Djamâl al-Dîn Ibn Wâsil (1207-1298), directement à partir du texte arabe (celle qui figure dans l’édition française des Chroniques arabes des croisades de Gabrieli est traduite de l’italien).

2Après qu’al-Malik al-Ashraf soit parti pour Damas, le Sultân al-Malik al-Kâmil s’arrêta à Tall al-‘Adjûl afin de mener à bonne fin la conclusion de la trêve avec les Francs ; il voulait avoir l’esprit libéré de leur côté. Une correspondance nourrie s’échangeait entre lui et l’Empereur, Roi des Francs. La convoitise de celui-ci était liée au projet qu’ils avaient tous deux établi, plus tôt, avant la mort d’al-Malik al-Mu‘azzam. L’Empereur ne voulait pas rentrer dans son pays sans qu’ait été remplie la clause qui prévoyait que Jérusalem, ainsi que certaines des autres reconquêtes de Salâh al-dîn, lui seraient remises. Al-Malik al-Kâmil se refusait à lui livrer tout cela. En fin de compte l’accord se fit entre eux deux, prévoyant que Jérusalem serait remise à l’Empereur sous la condition qu’elle demeure détruite, la muraille ne devant pas être reconstruite. Les Francs ne seraient maîtres d’absolument rien d’autre, à l’extérieur de la ville. Seuls, les musulmans détiendraient tous les villages, sous l’autorité d’un gouverneur (musulman) résidant à al-Bîra, dans la province de Jérusalem au nord de la cité. Le Haram al-Sharîf, (la Noble Enceinte) avec le Rocher (la Coupole d’al-Sakhra) et la mosquée al-Aqsâ (la mosquée lointaine), devait demeurer entre les mains des musulmans. Les signes extérieurs de l’islam y seraient affichés. Les Francs n’y pénétreraient que pour la visite et l’administration en relèverait d’un conseil de musulmans. Les Francs détiendraient exceptionnellement un nombre limité de villages le long de leur route joignant ‘Akkâ à Jérusalem. Ces villages seraient entre leurs mains de crainte qu’un musulman n’attaque [les passants francs] à l’improviste. Al-Malik al-Kâmil pensait que s’il refusait de s’entendre avec l’Empereur et s’il n’arrivait pas à un accord total avec lui, cela ouvrirait la voie à la guerre contre les Francs. Alors, l’incendie gagnerait, et lui échapperait tout ce qu’il avait pu récolter grâce à lui (ce rapprochement). 11 désirait aboutir à un accord avec les Francs en leur livrant Jérusalem [aux murailles] en ruines et en concluant un armistice temporaire. Ensuite, il aurait la capacité de leur reprendre cela quand il le voudrait.

  • 1 Al-hakimiyya, de hukm, esprit de jugement, i. e., philosophie, logique, science politique, économi (...)

3La personne par laquelle s’effectuaient ces échanges incessants de messages entre al-Malik et l’Empereur était l’amîr Fakhr al-dîn b. al-Shaykh. Entre les deux souverains, les discussions portaient sur des sujets variés. Durant ces négociations, l’Empereur fit parvenir à al-Malik des questions portant sur les sciences intellectuelles1, d’autres portant sur la géométrie, ou sur l’arithmétique complexe, afin de tester les savants que ce dernier avait à sa cour. Al-Malik al-Kâmil présenta les questions d’arithmétique au Shaykh ‘Alam al-dîn Qaysar b. Abî 1Qâsim, un maître dans cette discipline, et il présenta les autres problèmes à un groupe des meilleurs savants. Ils répondirent à toutes les questions.

4Ensuite, le sultân al-Malik al-Kâmil s’engagea par serment sur ce qu’avait prévu l’accord négocié entre eux, de même l’Empereur s’engagea par serment. L’acte d’armistice avait une durée déterminée. Les choses se firent de façon organisée entre eux. Chacun des deux accorda son amân à l’autre. On m’a rapporté que l’Empereur aurait confié à l’amîr Fakhr al-dîn : “Si ce n’était que j’avais peur que mon autorité ne s’effondrât chez les Francs, jamais je n’aurais obligé le sultân à accomplir quoi que ce soit de cela ; je n’ai nul désir de m’emparer de Jérusalem ou d’autre chose ! Simplement, j’ai voulu conserver mon statut auprès des Francs”.

5Ibn Wâsil, Mufarridj al-Kurûb, Tome IV p. 241-51.

Notes

1 Al-hakimiyya, de hukm, esprit de jugement, i. e., philosophie, logique, science politique, économie, métaphysique et théologie.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site