Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

67. Le calife al-Ma’mûn répudie la doctrine almohade, affirmant que le seul mahdî dans l’Islam est Jésus (1229)

Texte intégral

1Le sayyid almohade Abu l-‘Ulâ Idrîs, l’un des fils du grand al-Mansûr, le vainqueur d’Alarcos, se soulève à Séville le 2 shawwâl 624/15 septembre 1227, alors que son frère al-Adil (1224-1227) règne à Marrakech dans une situation très confuse, qui provoque son assassinat vingt jours plus tard. Proclamé calife dans la capitale andalouse avec le laqab d’al-Ma’mûn, il doit aller conquérir le pouvoir au Maroc, les shuyûkh almohades, après un temps d’hésitation, ne l’ayant pas reconnu et ayant porté au califat l’un de ses neveux, fils du calife al-Nâsir (1199-1213), Yahyâ b. al-Nâsir al-MuC tasim. Après avoir conclu, en échange d’un tribut de 300 000 maravédis, une trêve avec Ferdinand III de Castille, et tenté, sans obtenir contre lui de succès décisif, de réduire le soulèvement antialmohade d’Ibn Hûd à Murcie (mai 1228), il passe au Maghreb accompagné d’une troupe de mercenaires chrétiens qui lui assure la victoire sur l’armée d’al-MuC tasim et des shuyûkh almohades dans l’hiver 1228-1229, ses adversaires se réfugiant dans l’Atlas alors que lui-même entre à Marrakech où il se livre à une assez sévère épuration des cadres du régime almohade. Souverain cultivé, énergique et sans pitié pour ses adversaires, il manifesta dès la phase andalouse de son soulèvement son intention de renoncer au dogme almohade, qu’il répudia formellement et officiellement dans la lettre circulaire di-dessous, rédigée après son entrée à Marrakech. En 1232, les forces de son adversaire parviennent à reprendre cette capitale, alors que lui-même est occupé à assiéger Ceuta. L’église de ses mercenaires est alors détruite, et des frères mineurs sont exécutés avec d’autres chrétiens, qui auraient alors été complètement éliminés de la capitale marocaine. Il meurt en octobre 1232 alors qu’il se dirige vers la capitale pour tenter de la reprendre, ayant promis à ses mercenaires chrétiens de leur laisser la mettre à sac pendant trois jours.

  • 1 Ici un membre de phrase que je ne comprends pas et ne saurais traduire, mais qui ne me paraît pas (...)
  • 2 Il s’agit du troisième calife almohade, Abu Yûsuf Ya’qûb surnommé al-Mansûr (1184 - 1199), père d’ (...)
  • 3 C’est ainsi que je crois pouvoir interpréter le mot ratîb qui ne figure pas dans les dictionnaires
  • 4 Il s’agit non de Muhammad, mais de Noé qui est explicitement nommé dans le texte coranique, LXXI, (...)

2Le prince des croyants aux savants (talaba), chérifs, notables, à la masse et à tous les croyants et musulmans - Dieu veuille leur inspirer de Le remercier pour l’abondance de Ses grâces, puissent les visages des beaux jours ne jamais se détourner d’eux De la cité de Marrakech - Dieu la protège - nous vous écrivons cette lettre - Dieu vous assigne une conduite docile, un bonheur radieux et un comportement déférent toujours prêt à l’obéissance, afin que triomphent une parole décisive, un jugement lumineux, une sentence irrévocable, une porte qui ne saurait être fermée et les ombres planant sur les horizons et effaçant l’hypocrisie. Après quoi, ce que je vous recommande, c’est de craindre Dieu l’immense, de rechercher Son soutien et de vous confier à Lui. Sachez que nous avons rejeté l’erreur et fait apparaître la vérité et qu’il n’y aura d’autre Mahdî que Jésus... 1 ; il (Ibn Tûmart) n’est nommé Mahdî que parce que vous avez une conception erronée sur ce qu’est le Mahdi. C’est là une hérésie que nous avons fait cesser et puisse Dieu nous aider dans cette attitude que nous avons adoptée. Nous avons supprimé son nom et, comme son infaillibilité n’est pas établie, nous l’avons privé de son titre : il s’efface, il tombe, rien ne subsiste de lui. Notre seigneur al-Mansûr2 avait déjà songé à proclamer ce que nous proclamons maintenant et à soustraire la communauté à l’affliction que nous avons dissipée. Mais son espoir ne l’y aida point, la mort seule l’en ayant empêché, et il se présenta devant son Seigneur avec une intention sincère et pure. Puisque l’infaillibilité ne fut pas reconnue aux compagnons (du Prophère), que penser de celui qui ne savait pas de quelle main prendre son livre ? En vérité ils se sont égarés et ont conduit à l’égarement. Ils se sont corrompus et ont glissé. Aucun argument en l’occurence ne milite en leur faveur. Sois-nous témoin, ô mon Dieu, que nous sommes innocents de ce qu’ils ont fait, comme les élus sont innocents en face des réprouvés. Nous cherchons refuge auprès de toi contre leur dessein immuable (?)3 et leur action néfaste, parce que nous avons la conviction qu’ils sont au nombre des réprouvés et nous disons d’eux ce qu’a dit notre prophète4 - sur lui le meilleur de la prière et du salut - : « Seigneur, ne laisse sur la terre nul vivant parmi les infidèles ». Salut.

3Al-Hulal al-Mawshiyya, traduction et notes R. Le Tourneau : « Sur la disparition de la doctrine almohade », Studia lslamica, 32, 1970, p. 194 - 195. O, peut voir aussi la traduction espagnole d’A. Huici Miranda, “Al-Hulal al Mawshiyya”. Crônica àrabe de las dinastias almorâvide, almohade y benimerin (Crônicas arabes de la Reconquista, 1), Tétouan, 1951, p. 192-193.

Bibliographie

Bibliographie

R. Le Tourneau, The Almohad Movement in North Africa in the Twelfth and Thirteenth Centuries, Princeton, 1969. — J.F.P. Hopkins, Médiéval Muslim Government in Barbary until the Sixth Century of the Hijra, Londres, 1958.— A. Huici Miranda, Historia politica del Imperio Almohade, 2 vol., Tétouan, 1956-1957.

Notes

1 Ici un membre de phrase que je ne comprends pas et ne saurais traduire, mais qui ne me paraît pas modifier le sens général du texte.

2 Il s’agit du troisième calife almohade, Abu Yûsuf Ya’qûb surnommé al-Mansûr (1184 - 1199), père d’al-Ma’mûn.

3 C’est ainsi que je crois pouvoir interpréter le mot ratîb qui ne figure pas dans les dictionnaires.

4 Il s’agit non de Muhammad, mais de Noé qui est explicitement nommé dans le texte coranique, LXXI, 27 (tr. Blachère, p. 618).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540