Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

66. Contrat de prêt maritime entre Bernard de Manduel, marchand de Marseille et Alfaquin, Sarrasin d’Alexandrie, 2 avril 1227

Texte intégral

1Au XIIIe siècle, les échanges maritimes de Marseille connaissent un vif essor, notamment avec la Syrie, surtout Acre, via la Sicile et l’Italie méridionale, et de plus en plus avec l’Afrique du Nord, principalement les ports de Bougie et Ceuta. Ce commerce nécessite la mise au point de techniques pour le financer, répartir les risques de fortune de mer, résoudre les problèmes de change d’espèces entre les différentes places et assurer les marchandises qui circulent.

2Les activités financières et commerciales de trois hommes d’affaires marseillais – originaires de Manduel, près de Nîmes –, Etienne et ses deux fils, Bernard et Jean, sont assez bien connues grâce à la conservation de leurs archives, saisies par la justice qui condamna Jean à mort. Elles contiennent plusieurs milliers de documents qui couvrent les années 1200 et 1263.

3Les Manduel passent quelques contrats avec des musulmans beaucoup moins nombreux à Marseille qu’à Gênes. Celui du 2 avril 1227 en est un. Il s’agit d’un prêt maritime consenti à un « Sarrasin » d’Alexandrie pour réexporter à Ceuta – qui constitue une des principales destinations du commerce des Manduel – trois produits importés à Marseille. Le remboursement est prévu à Ceuta en bonne monnaie de besants du pays, vingt jours après l’arrivée du navire ; les marchandises vendues servaient de gage et naviguaient, dans la mesure où elles représentaient le prix d’achat, aux risques de Bernard.

  • 1 Cassa est la casse ordinaire. Cassa lignea désigne l’écorce de cannelle de Chine. ; peut-être faut (...)

4Au nom du Seigneur, amen. L’an de l’Incarnation 1227, 15e indiction, le 4 des nones d’avril. Sachent tous que moi, Agaquin, sarrasin d’Alexandrie, confesse et reconnais que j’ai reçu à titre d’achat à crédit, de toi Bernard de Manduel, 2 quintaux d’aloès, et 1 quintal et 80 livres de casse (cassalina)1, et 2 centeniers de corail, pour lesquels je te dois 135 besants de bonne monnaie vieille et de juste poids, renonçant en toute connaissance de cause à toute réclamation pour biens non reçus. Ces 135 besants de bonne monnaie vieille et de juste poids, libres de douane et de toutes charges, je promets par contrat de les remettre à toi Bernard ou à ton représentant qualifié, à Ceuta, dans le délai de 20 jours après que la nef « Le Faucon » ait accosté en ce port. Pour cette dette, je mets en gage toutes les marchandises énumérées supra que j’ai reçues de vous pour la valeur de 135 besants, de sorte que si au terme du délai prévu, je ne les paye pas, qu’il te soit permis, de ta seule initiative, de mettre en vente ledit gage en sa totalité et d’en faire ce qu’il te plaira jusqu’à ce qu’il te soit donné satisfaction au sujet des 135 besants selon ce qui est dit plus haut. De mon côté je promets de bonne foi et sous la garantie de tous mes biens, de respecter ces engagements, renonçant aux contestations des 20 jours et des 4 mois et à toute autre forme de réclamation.

5Fait en la maison qui fut à feu Anselme, en laquelle habite Janvier, notaire. Les témoins pour cela requis et convoqués furent Gui d’Aix, Pierre de Cardelhac, Guillaume des Conches, Hermengaud de Narbonne, Guidolin Béguin, et moi Janvier, notaire public de Marseille qui sur la demande des deux parties, écrivis cela.

6au verso :

7Alfaquin. Bernard de Manduel

8Louis Blancard, Documents inédits sur le commerce de Marseille au Moyen Age, Marseille, 1884, t. l, no 14, p. 18-19.

Bibliographie

Bibliographie

E. Baratter et F. Reynaud, Histoire du commerce de Marseille, Paris, 1951.— André Sayous, « L’activité de deux capitalistes-commerçants marseillais vers le milieu du XIIIe siècle », Revue d’Histoire Economique et Sociale, XVII, 1329, p. 137-155.

Notes

1 Cassa est la casse ordinaire. Cassa lignea désigne l’écorce de cannelle de Chine. ; peut-être faut-il interpréter ainsi le cassalina du texte de la page suivante.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site