Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

65. Les ambassades musulmanes ayyoubides et mamlûkes auprès de Frédéric II et Manfred (1226-1261)

Texte intégral

1Plusieurs envoyés ayyûbides, puis mamlûk-s, vinrent négocier en Sicile avec Frédéric II, puis Manfred. On réunit ci-dessous les passages du Mufarridj al-kurûb de l’historien syrien Djamâl al-Dîn Ibn Wâsîl (1207-1298), qui accorde peut-être un intérêt particulier à ces missions dans la mesure où il fut, comme on le voit dans le troisième extrait, chargé de l’une de ces missions.

Année 624/1226-1227

2Cette année là (624) al-Malikal-Nâsir b. al-Malik al-Mu‘azzamrevint d’Arbil auprès de son père en compagnie du shaykh Shams al-dîn ‘Abd al-Hamîd alKhusrûshâhî, élève de Yimâm Fakhr al-dîn b. al-Khatîb al-Râzî (sur ce savant sunnite, philosophe, théologien, astronome et médecin, mort en 1210, un des plus célèbres esprits de son temps,. Al-Malik al-Nâsir travaillait sous sa direction dans les sciences intellectuelles (al-‘ulûm al-‘aqliyya). Lorsque la brouille entre alMalik al-Mu‘azzam et ses deux frères al-Malik al-Kâmil et al-Malik al-Ashraf se confirma et qu’al-Malik al-Kâmil apprit le rapprochement entre al-Malik alMu‘azzam et le Sultan des provinces iraniennes (sultân al-‘adjam). Djalâl al-dîn b. Khwârizm-shâh, il (al-Malik al-Kâmil) prit peur, craignant que leur alliance n’entraînât la destruction de [son] Etat. Il envoya l’amîr Fakhr al-dîn Yûsuf b. Sadr al-dîn Shaykh al-Shuyûkh comme messager auprès de l’Empereur Frédéric, maître des provinces d’Anbûliya (les Pouilles) et de l’île de Sicile, pour demander à celui-ci de venir à ‘Akkâ. Il lui promettait de lui donner al-Bayt al-Maqdis (Jérusalem) ainsi que quelques conquêtes de Salâh al-dîn (al-futûh al-nâsirî ou al-sâlihî). En faisant ceci, son but de susciter une préoccupation dans l’esprit de son frère al-Malik al-Mu‘azzam afin que celui-ci soit poussé à rechercher son accord et à entrer dans son obédience. L’Empereur se prépara à une expédition vers le littoral [de Palestine]. Al-Malik al-Mu‘azzam, ayant appris son projet, écrivit à son frère al-Malik al-Ashraf, le cajolant. Il lui envoya un message lui demandant son alliance mais l’autre lui répondit violemment lui remettant en mémoire les actes qu’il avait commis. Il lui reprocha ce qu’il avait manigancé contre son juste droit et contre celui de sa famille.

Année 647/1249

  • 1 Al-Malik al-Sâlih Ayyûb b. al-Malik al-Kâmil remplace al-‘Âdil II, déposé en 637/1240.
  • 2 Anatolie anciennement habitée par les Byzantins, Rûm en arabe, conquise au Xle siècle par les Turc (...)

3Lorsqu’al-Malik al-‘Adil fut emprisonné et que le pouvoir revint à son frère, al-Malik al-Sâlih Nadjm al-dîn Ayyûb1, la même situation prévalut. Al-Malik al-Sâlih expédia auprès de l’Empereur le grand savant Sirâdj al-dîn al-Armawî, celui qui est actuellement cadi de Qûniya/Konya dans le pays des Rûm.2 Sirâdj al-dîn se tint à plusieurs reprises en sa présence afin de lui témoigner des marques de respect. Il composa pour lui un ouvrage de logique (mantiq). L’Empereur lui accorda de grandes marques de sa bienveillance et Sirâdj al-dîn revint auprès d’al-Malik al-Sâlih, porteur des témoignages du respect [que l’Empereur portait au souverain ayyûbide].

  • 3 Mot d’origine persane employé à la cour ayyûbide puis mamlûke, pour désigner le chef de la chancel (...)

4Quand le Roi de France (Raydâ Frans), c’est un des plus grands souverains parmi les Francs (Firanj), décida d’attaquer l’Égypte en 647/1249, l’Empereur lui envoya un messager pour le détourner de ce projet, tentant de l’effrayer en lui faisant apparaître les conséquences fâcheuses d’une telle action. Le roi de France refusa de se rendre à ses arguments. Sirnard (?) qui était mihmindâr3 de Manfrîd, le fils de l’Empereur, m’a confié :

5« L’Empereur m’a envoyé secrètement auprès d’al-Malik al-Sâlih Nadjm aldîn Ayyûb pour l’informer des intentions du Roi de France d’attaquer l’Égypte et le mettre en garde contre celui-ci. Il lui conseillait de se préparer à une telle éventualité et al-Malik al-Sâlih s’y prépara effectivement. Je revins auprès de l’Empereur. Lors de mon voyage, à l’aller comme au retour, j’avais revêtu des habits de marchand. Personne ne devait s’aviser de ma rencontre avec al-Malik al-Sâlih de peur que que les Francs n’apprissent les agissements de l’Empereur contre eux et en faveur des musulmans. »

Année 659/1260-1261

  • 4 C’est Ibn Wâsil, l’historien auteur de Mufarridj al-kurûb, ici traduit, qui raconte une expérience (...)
  • 5 Al-barr al-tawîl, le continent allongé, c’est-à-dire l'Italie.

6Je fus envoyé comme messager4 auprès de Manfred par al-Malik al-Zâhir Rukn al-dîn Baybars, qu’Allâh l’ait en Sa miséricorde, au mois de ramadân 659. Je me tins auprès de lui pour lui témoigner des marques de respect dans une des villes des Pouilles (Anbûliyya), dans la péninsule5, celle qui est reliée à l’Espagne (barr Andalus). J’eus de nombreuses rencontres avec lui, je trouvais en lui un homme sortant du commun, passionné de disciplines intellectuelles. Il connaissait par cœur dix chapitres du Traité de géométrie d’Euclide (Kitâb al-Awqlîdus fî I-handasa). Près de l’endroit où je m’étais installé, se trouvait une ville appelée Lucera (Lûdjâruh) dont la population, musulmane en totalité, était originaire de l’île de Sicile. On y célébrait la prière du djum’a et les signes distinctifs de l’islam s’y affichaient. Ce privilège (hâdhih al-sifa) avait été accordé à cette ville par un acte (‘ahd) de son père, l’Empereur. Manfred avait eu le projet d’y construire une Maison de la Science (dâr’ilm) afin qu’on s’y emploie à pratiquer toutes les variétés de disciplines spéculatives (‘ulûm al-nazariyya). Je découvris que la majorité de ses hommes qui se consacraient à répondre à ses directives dans ce domaine étaient des musulmans. Dans son camp, l’appel (musulman) à la prière comme les prières (musulmanes) étaient publiquement pratiqués.

7Ibn Wâsil, mufarridj al-kurûb, tome IV, Année 624

8Extraits des pages 206, 248-249.

Notes

1 Al-Malik al-Sâlih Ayyûb b. al-Malik al-Kâmil remplace al-‘Âdil II, déposé en 637/1240.

2 Anatolie anciennement habitée par les Byzantins, Rûm en arabe, conquise au Xle siècle par les Turcomans et les Saljuqides qui y établirent des États sunnites, mais dont les territoires demeurent désignés par les Arabes sous le vocable Rûm.

3 Mot d’origine persane employé à la cour ayyûbide puis mamlûke, pour désigner le chef de la chancellerie, responsable de la correspondance reçue et expédiée par le souverain.

4 C’est Ibn Wâsil, l’historien auteur de Mufarridj al-kurûb, ici traduit, qui raconte une expérience personnelle.

5 Al-barr al-tawîl, le continent allongé, c’est-à-dire l'Italie.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540