Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

64. Les Francs, les Arméniens et le sultan de Konya en 1225-26

Texte intégral

1Ce texte d’Ibn al-Athîr, un des meilleurs historiens de cette époque, montre l’intérêt que les musulmans portaient aux dissenssions entre principautés chrétiennes. Il essaie d’éclairer ses lecteurs arabes sur la complexité des rapports dans le monde d’en face, sur l’autorité morale reconnue au pape de Rome et sur la capacité de celui-ci d’agir au travers des Ordres militaires comme grâce aux sanctions ecclésisastiques. On sent que la sympathie de l’auteur va plutôt aux Francs d’Antioche qu’aux Arméniens. Pourtant, ceux-ci savent tirer partie de leur connaissance séculaire de l’environnement régional pour trouver des alliés contre le prince d’Antioche. Il semble que l’auteur a consigné un récit oral qu’il a cherché à confronter, sans aboutir à une conclusion définitive, avec ceux d’autres témoins.

2Cette année-là, al-Barnis al-Frandjî (le prince franc), maître d’Antioche, rassembla une troupe importante et marcha sur les Arméniens de la région des Défilés (al-Durûb en Cilicie) dans le pays du Fils de Léon. Il y eut entre eux une guerre violente.

3L’origine en était que le Fils de Léon, le maître des Défilés, était mort, ne laissant aucun descendant mâle. Il n’y avait qu’une fille. Les Arméniens en firent leur reine. Puis, comprenant que le royaume ne pouvait se contenter d’une femme, ils lui choisirent comme mari un fils du prince [d’Antioche] qui l’épousa. Il se rendit dans leur pays. Il dirigea le royaume, une année durant. Puis, les Arméniens regrettèrent leur décision, craignant que les Francs ne mettent la haute main sur leur pays. Ils se révoltèrent contre le fils du prince, s’emparèrent de lui et l’incarcérèrent. Son père envoya [un message] leur demandant qu’on libère son fils et qu’on rende à celui-ci son royaume. Ils n’en firent rien. Le prince envoya alors un messager auprès du pape (al-bâbâ), le souverain des Francs dans la Grande Rome (par opposition à l’autre sens d’al-Rûm désignant les Byzantins de Constantinople), lui demandant l’autorisation d’attaquer le pays des Arméniens. L’autorité de ce Roi de Rome ne se discute pas chez les Francs. Le pape lui interdit l’expédition et lui dit :

  • 1 Millat désigne l’appartenance religieuse d’une communauté, différente du dîn qui désigne, opposée (...)

4« Ces Arméniens sont de notre religion (ah ! milla-nâ),1 il n’est pas permis d’attaquer leur pays ! »

5Il (le prince d’Antioche) avait une opinion différente et il envoya un message à ‘Alâ al-dîn Qayqubâdh, le roi de Konya, de Malatiyya et des provinces musulmânes qui se trouvent entre ces deux villes. Il le convainquit d’attaquer le pays du Fils de Léon et de se mettre d’accord avec lui pour mener cette attaque ; ils conclurent, tous deux, un accord. Le prince réunit ses troupes pour se rendre dans le pays des Arméniens. Les Templiers et les Hospitaliers, ce sont les groupes de cavaliers des Francs, se récusèrent face à lui, lui disant :

6« Le Roi de Rome nous a interdit cela, nous lui devons obéissance avant tout autre. »

7Le prince pénétra en bordure du pays des Arméniens, mais c’était un pays tout en défilés, en montagnes et en terres arides et il ne put faire ce qu’il désirait.

8Quant à Kaykâwas (sic, il s’agit toujours de Qayqubâdh), il attaqua le pays des Arméniens à partir de son royaume, d’où l’accès était beaucoup plus facile qu’en venant de Syrie. Il y pénétra en 622, le pilla et l’incendia. Assiégeant nombre de forteresses, il en conquit quatre. Ensuite, la mauvaise saison l’obligea à rentrer chez lui.

9Quand le Pape, Roi des Francs à Rome, l’apprit, il envoya un messager aux Francs d’al-Shâm (de Syrie), les avertissant qu’il avait interdit le prince. Les Templiers et les Hospitaliers et de nombreux autres chevaliers ne se montraient plus en sa présence et n’écoutaient plus ses propos. Lorsqu’arrivait une fête [religieuse chrétienne], le prince se retirait loin des habitants de ses provinces, Antioche et Tripoli, et ce n’est que quand ils avaient fini de célébrer les fêtes qu’il rentrait au pays.

10Le prince envoya un messager au Roi de Rome pour se plaindre des Arméniens, ceux-ci refusaient de libérer son fils. Il réclamait au pape l’autorisation de pénétrer dans leur pays et de les combattre s’ils ne libéraient pas son fils. Le Pape envoya un messager signifier aux Arméniens qu’ils devaient libérer le fils et lui rendre son royaume. Ils devaient le faire car s’ils ne le faisaient pas, il autoriserait le prince à attaquer leur pays. Quand ils reçurent le message, ils ne libérèrent pas le fils. Alors, le prince rassembla [son armée] et marcha sur le pays des Arméniens. Les Arméniens envoyèrent un messager à Alep, à l’atâbak Shihâb al-dîn lui demandant de leur venir en aide. Ils tentaient de l’effrayer : il était possible que le prince occupât leur pays, or, celui-ci était contigu au territoire d’Alep. L’atâbak leur fournit des hommes et des armes.

11Lorsque le prince [d’Antioche] apprit cela, sa volonté d’attaquer leur pays en fut renforcée, il marcha sur eux et leur fit la guerre mais il ne parvint pas à ses fins et revint de chez eux.

12Celui qui me raconta cette affaire faisait partie des [vieux] sages chrétiens ; il était entré dans ces contrées et connaissaient leur histoire. J’ai essayé de recouper ce récit auprès d’autres que lui, certains l’ont confirmé, d’autres l’ont démenti.

13Ibn al-athîr, Al-Kâmil fi l-târîkh, éd. Tornberg, Beyrouth 1966, T. XII, p. 464, an 623/1226.

Notes

1 Millat désigne l’appartenance religieuse d’une communauté, différente du dîn qui désigne, opposée à al-dunyâ/ le bas monde, la religion dans son unité et dans son essence (en fait l’islam, la révélation authentique).

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540