Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

63. Le Sayyid Abû Zayd, dernier gouverneur almohade de Valence, et les chrétiens (documents de 1225-1238)

Full text

1La documentation concernant la destinée exceptionnelle du dernier gouverneur almohade de Valence, le sayyid Abû Zayd’Abd al-Rahmân, arrière petit-fils du premier calife almohade Abd al-Mu’min, est assez abondante dans les archives aragonaises. Son grand-père, Abû Hafs’Umar, frère du calife Yûsuf Ier, fut le principal conseiller de ce dernier qui lui accordait une totale confiance et l’investit de très hauts postes jusqu’à sa mort en 1179. Son père, Abû ‘Abd Allâh Muhammad, fut gouverneur de Valence et de Màlaga. L’un de ses frères fut ‘Abd Allâh al-Bayâsî, gouverneur de Cordoue, qui se souleva contre le calife al-‘Adil, s’allia à Ferdinand III de Castille et mourut en 1226 en laissant Baeza entre les mains des chrétiens. Lui-même est en poste à Valence (depuis 1219) lors du soulèvement antialmohade d’Ibn Hûd al-Mutawakkil à Murcie en 1228. Il combat ce dernier et se maintient à Valence, mais au bout de quelques mois il en est chassé par le chef de la cavalerie de cette ville, Zayyân b. Mardanîsh (janvier 1229). Alors que celui-ci, dernier émir de Valence, va tenter de défendre la région contre les attaques de Jacques Ier qui a entrepris en 1232 de conquérir ce « royaume de Valence », il se réfugie à Segorbe, au nord de Valence, dans la vallée du Palancia (act. Prov. de Caste lion de la Plana), puis plus près encore de la frontière aragonaise, sous la protection des chrétiens. Il tient là plusieurs châteaux, dans les hautes vallées du même Palancia et surtout du Mijares, autour d’Arenoso, et se convertit au christianisme. En échange de la cession à Jacques Ier de tous ses « droits » de souveraineté sur Valence, par deux traités passés en 1229 à Calatayud et en 1232 à Teruel, il apparaît lors de la conquête, à laquelle il participe, comme l’un des grands nobles du royaume, cité assez souvent comme faisant partie de l’entourage du roi dans le Llibre dels Feyts, la chronique autobiographique du conquérant de Valence, les chrétiens transcrivant son nom « Ceyt Abu Ceyt ».

2Par deux documents de 1236 et 1238, il donne à l’évêque dit « de Segobriga » les droits ecclésiastiques sur plusieurs localités des hautes vallées du Mijares, du Palancia, et du Turia. Cet évêque était en fait celui d’Albarracin, localité de l’intérieur qui appartenait depuis les années 1170 à la très puissante famille navarraise des Azagra, qui semble avoir obtenu cette importante seigneurie de l’émir de Murcie Ibn Mardanîsh, à l’époque où ce dernier a désespérément besoin de l’aide des chrétiens pour lutter contre les Almohades. Les Azagra se prétendent vassaux de la Vierge, et tentent de rester indépendants entre Castille et Aragon, Les évêques d’Albarracin, dont le siège est déplacé en 1182 à Cuenca reconquise sur les musulmans, jouant de la proximité toponymique entre l’ancien siège épiscopal wisigothique de Segobriga et le nom de la localité de Segorbe (alors que Segobriga était sans doute une cité située davantage à l’intérieur des terres) émettent des prétentions sur la zone Valencienne, prétentions que consolident fortement les donations faites par le prince almohade. L’extension de la juridiction d’Albarracin dans cette direction était peu acceptable pour la monarchie aragonaise, dans la mesure où les évêques d’Albarracin dépendaient de l’archevêque de Tolède, alors que l’ambition des rois d’Aragon était de soumettre tous leurs Etats, et en particulier le nouveau royaume de Valence et son évêché, à la juridiction ecclésiastique de Tarragone. Il s’en suivra un long conflit entre les évêques de Valence et d’Albarracin-Cuenca. Le dernier gouverneur musulman de Vcdence mourut vers 1265-1270, laissant des héritiers chrétiens et musulmans, dont une partie s’intégrèrent à la noblesse aragonaise.

Le Sayyid Abû Zayd, gouverneur de Valence, traite avec Jacques 1er d’Aragon en 1225

3Et après cela nous sortîmes de Tortosa... et vînmes à Horta, qui est du Temple, et ordonnâmes aux riches-hommes, pour les honneurs qu’ils tenaient pour nous, de venir nous trouver à Teruel car nous voulions entrer dans le royaume de Valence pour faire du mal aux musulmans (moros), et qu’ils assurent le service (pour) les honneurs qu’ils tenaient pour nous. Et nous leurs assignâmes un jour... et lorsqu’arriva le jour où les riches-hommes d’Aragon devaient venir nous rejoindre, ils ne vinrent pas, à l’exception de don Blasco d’Alagón, don Artal de Luna et don Ató de Foces. Et nous vîmes qu’ils ne venaient pas le jour que nous leur avions assigné. Et par leur faute nous dûmes manger les provisions que nous avions apportées pour entrer en territoire musulman. Nous décidâmes alors de faire la paix avec Seyt Abu Seit, qui était alors roi de Valence, et qu’il nous donne le cinquième de Valence et de Murcie, des revenus qu’il avait, sauf les peitas. Et il nous l’accorda par les lettres et accords qu’il nous fit ; et nous conclûmes la trève avec lui.

4Chronique de Jacques 1er, éd. F. Soldevila, Barcelone, 1983, chapitre 25 (p. 14-15).

Le même cède à Jacques 1er tous ses droits sur Valence (1232)

5Que tous sachent que moi, Ceyd Abu Ceyd, roi de Valence, pour moi et pour tous mes fils et mes successeurs, de bonne volonté, de bon cœur et volontiers, pour les nombreux et grands services que j’ai reçus et reçois sans cesse de Vous Don Jaime roi d’Aragon je fais don, remets, concède et donne à Vous le susdit roi d’Aragon et à vos successeurs, pour toujours, toute cette part des revenus que j’ai retenue pour moi dans la ville de Valence et ses territoires dans d’autres documents établis entre Vous et Nous dans le passé à Calatayud ; de telle sorte que tous les droits et biens qu’en raison de ces traités et accords ou de quelque autre façon nous avions ou devions avoir dans la ville de Valence ou dans les fruits de son territoire, je vous les remets à vous et aux vôtres et vous les donne et concède pour toujours et à jamais comme votre bien propre pour votre volonté et celle des vôtres, pour toujours sans rien retenir pour moi ni les miens, comme cela peut le mieux être dit pour votre utilité et celle des vôtres, restant sauves les autres dispositions en ma faveur et en celle des miens, selon ce qui est consigné dans ces premiers pactes. Donné à Teruel le 30 janvier de 1232 (1270 de l’Ere).

6Signature de Guillermo scribe qui ai écrit cette charte dans le lieu, jour et Ere indiqués.

7Signature de Bernard de Caderica, notaire, qui ai souscrit comme témoin.

8Signature de Nicolas de Samanes, notaire.

9[en arabe :]

10‘Abd al-Rahmân, fils de Ceyd Abu ‘Abd Allâh, fils du sayyid Abu ‘Abd Allâh, fils du sayyîd Abu Hafs, fils du sayyîd l’imam Amir al-Mu’minîn a lu ce document et approuve et ratifie son contenu, signant et attestant personnellement, le premier de rabî’al-akhîr de 729

11Emilio Molina Lopez, Ceyt Abu Ceyt : novedades y rectificaciones, Alméria, 1977, pp. 76-77 (sans référence d’archive, d’après R. Chabas, El Archive, IV-V, 1890-1891).

Le même confirme les droits de l’évêque de Segorbe sur diverses localités (1238)

12Au nom de Dieu et avec sa grâce. Que tous, présents et futurs, sachent que moi, Açeyt Abuçeyt, ou mieux Vincent, roi de Valence, petit fils du Miramamolin, mu par une volonté spontanée et l’amour de Dieu, et pour la rémission de mes pêchés, je donne et assigne librement et en paix, je concède et confirme sans diminution ni contradiction aucune, tout ce qui appartient au droit épiscopal à vous, S(imon), évêque de Segorbe [Segobrigense] et vos successeurs, à savoir les églises d’Alpuente, de Toza, d’Açagra et de Domeno, et de tous les autres châteaux, villes et alquerfas que je détiens à présent et peux détenir, lesquels devront en droit appartenir au siège de Segorbe, et je vous mets en possession corporelle des susdits de telle sorte que dans tous et chacun de ces lieux vous fassiez et ordonniez de faire des églises à votre volonté, comme il vous semblera bon, selon le droit épiscopal, en l’honneur de Dieu et de la bienheureuse Vierge Marie et de tous les Saints. Et parce que nous voulons que la présente donation ait force et validité, nous avons décidé d’expédier la présente charte autorisée de notre sceau pendant faisant foi.

13Donné à Sainte Marie d’Albarracin le 19 avril 1238 (1276 de l’Ere). Les témoins de cela furent :

14Don Gil, archidiacre de Santa Maria

15Frère Domingo Jiménez de Piedra

16Jimeno Pérez

17Lope, archiprêtre et chanoine

18Don Martin Gonzalez alcaide de Santa Maria

19Jimeno Lopez, chevalier de Don Pedro Ferrandiz

20Hurtado, chevalier du même Ceid

21Et moi, Gonzalo, écrivain public, qui ai écrit cette carte et fait ce signe.

22[En arabe :]

23‘Abd al-Rahmân, fils de notre Seigneur Abû‘Abd Allâh a examiné ceci et l’a signé et approuvé à la date (indiquée).

24Ibid. p. 91-93 (d’après R. Chabas, El-Archivo, IV-V, 1890-1891, d’après un parchemin des archives de la cathédrale de Segorbe).

Bibliography

Bibliographie

Robert Ignatius Burns, The Crusader Kingdom of Valencia. Reconstruction on a thirteenth-century frontier, 2 vol., Harvard University Press, 1967 ; du même : « Le royaume chrétien de Valence et ses vassaux musulmans », Annales E.S.C., janvier-février 1973, pp. 199-225 ; Ambrosio Huici Miranda, Historia musulmana de Valencia y su région, III, Valence, 1970 ; Ma del Carmen Barcelo Torres, « El Sayyid Abu Zayd : principe musulman, senor cristiano », Awrâq (Madrid), 3, 1980, pp. 101-109 ; Pierre Guichard, Les Musulmans de Valence et la Reconquête, Damas, 2 vol., 1990-1991.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Freemium

open access

Provided by L’éditeur de ce site