Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pays d’Islam et monde latin

 | 
Pierre Guichard
, 
Denis Menjot

62. Le destin des captifs : les Sarrasins du monastère de Sobrado en Galice (premier quart du xiiie siècle)

Traduction de D. Menjot

Texte intégral

1Les multiples affrontements militaires entre musulmans et chrétiens se soldaient par des captures et la réduction en esclavage d’individus des deux sexes, qui alimentaient un marché actif en Péninsule ibérique où il existait encore des esclaves pour dettes ou pour de multiples raisons judiciaires. Un document tout à fait exceptionnel, la Généalogie des sarrasins du monastère de Sobrado, nous renseigne sur la destinée d’un groupe de 59 esclaves musulmans et de leur descendants dans un domaine monastique de Galice au début du XIIIe siècle : modes d’acquisition et provenance, métiers pratiqués par 21 hommes dont l’activité est précisée, composition familiale, anthroponymie, conditions et limites de leur assimilation.

2Trois générations de sarrasins figurent dans ce texte, quatre dans un cas. A cette époque, il n’y avait plus d’autochtones esclaves dans cette région du nord-ouest de la péninsule, leurs descendants dès la deuxième génération étaient tous devenus chrétiens. Ils portaient les mêmes noms que les autochtones chrétiens, ce qui témoigne d’un conformisme qui est le reflet de leur assimilation qui résulte de leur volonté de s’assimiler ou de la volonté de leurs propriétaires de les acculturer. Galiciens et galiciennes ne répugnaient pas à s’unir, légalement ou non, à des Sarrasines et à des Sarrasins bien que l’endogamie prévalait. Le souvenir de leur macule servile ne pouvait perdurer que si l’on maintenait celui de leur origine ethnico-religieuse. C’est à ce souci que l’on doit la rédaction de cette généalogie.

Généalogie des Sarrasins de Santa Maria de Sobrado

3Frère Pelagius Ribeira amena du Portugal le tailleur de pierre Ali et ce maure avait une femme du nom de Zamorana. Ils engendrèrent des fils et des filles, Marina Suarii et Petrus Gil, Thomas et Iohannes Gateira. Ce Iohannes naquit d’un autre maure du nom de Mafumat qu’avait amené le frère Pelagius “de hospicio”. De Marina Suarii et d’Adam naquit Petrus Adam, forgeron. [De Marina] et d’un autre mari, Iohannes Petri dit Galafre qui fut le fils de Mafumat le fournier qu’amena l’abbé Martinus, naquirent Iohannes Johannis et Fernandus Iohannis, tous deux forgerons. D’un autre homme [Marina] eut une fille qui s’appela Maria de Ganantia. De Petrus Gil, pelletier, naquit Iohannes Petri, forgeron, et Ouxuona, femme de Iohannes Gateira. De Thomas, pelletier, naquit Maria Thomas, femme de Dominicus, teixilanus (tisserand). De Iohannes Gateira, pelletier, naquirent Maria Iohannis, dite Gateira, et une autre fille du nom de Miragla. Thomas, avant son baptême, était appelé Gali et Petrus Gil, Papus et Iohannes Gateira, Mosarichi. Telle est la descendance de Ali, le tailleur de pierre et de sa femme Zamorama.

4Frère Menendus Velasquit acheta Ali Muogo, tisserand, qui fut par la suite baptisé sous le nom de Laurentius. De celui-ci et de sa femme Stephania naquirent Iohannes Laurentii, tisserand, Vitalis Laurentii, tisserand et Lupa. De Iohannes Laurentii et de sa femme Maria Martini, fille de Bofada, naquirent Michael et un autre enfant. De Vitalis et de sa femme, Maria Petri, fille de Petrus Nigrus de Faro, fils de Mafumat, naquirent Iohannes Amorosu et une petite fille. De Lupa et de son mari Laurentius naquirent trois filles et de Matheus naquirent deux enfants, Iohannes et une petite fille.

5De Mafumat que l’abbé Martinus amena avec lui, naquirent Petrus Petri de Faro, dit Nigrus que l’on appelait avant son baptême Oleias et Iohannes Petri, forgeron, que l’on appelait Galafre et Matheus qui était dit Zaquti. De Petrus Nigrus de Faro naquirent Petrus Petri de Faro et Maria Petri, épouse de Vitalis. De Iohannes, forgeron et de Marina Suarii, ce que nous avons dit plus haut. Telle est la maisonnée de Mafumat le fournier.

  • 1 Domnus s’applique aussi bien à un abbé qu’à un évêque ou à un laïc haut placé. Il est la marque du (...)

6Domnus1 Didacus Velasquit amena Pedruchi, tailleur de pierre, et celui-ci engendra Martinus Porra qui, avant son baptême, était appelé Lupi et fut le fils d’une femme appelée Cornadessa. Ce Martinus Porra eut une épouse galicienne, née libre et il engendra d’elle Mariam Martini, Petrus, Iohannes et une petite fille.

7Frère Menendus Velasquit amena Cyprien Dente qui fut appelé ainsi après son baptême. Il eut une épouse du nom de Maior, appelée ainsi après son baptême et il engendra Onega Cipriani et Maria Cipriani, surnommée Mariola. De Maria Cipriani naquirent Iohannes, teixilanus, Maria Petri, épouse de Petrus Johannis, fournier de Reparada et Orracha Petri, épouse de Martinus de Feria, Galicien.

8Le frère Menendus Velasquit acheta Ali Gurdu dans la villa de Touru. Cet Ali eut une épouse du nom de Fatima Regannada et tous les deux sont morts païens. Ils eurent cependant une fille du nom de Hobona, qui après son baptême fut appelée Maria Iohannis et un fils à qui on donna au baptême le nom de Michael. Hobona eut pour mari un nommé Valentia qui fut appelé au baptême Martinus Pelagii et ils eurent deux fils et une fille : Dominicus Martini, teixilanus, Maria Martini et Iohannes Martini. Dominicus eut une femme, fille de Thomas et engendra une fille : Maria Dona, épouse de Iohannes Fernandit, charpentier. Iohannes Fernandit, charpentier, frère de Martinus Porra, fut le fils de Pedruchi et d’Axilina qui fut appelée au baptême Maria Petri. Cette Maria Petri eut une fille du nom de Maria Iohannis, fille de Iohannes Palumbo, tailleur de pierre galicien.

9Bofada et son épouse Zeina appartinrent au père de domnus Petrus Vela. Les fils de celui-ci et Velascus Fernandi de Portugal les donnèrent aux frères du monastère de Sobrado. Ce Bofada engendra trois enfants : Elvira Arie, Marta Martini et Laurentius. D’Elvira et de Martinus, verrier, naquirent Iohannes de Deus, Petrus Belu et Iordanus. D’Elvira et d’un autre homme du nom de Iohannes Calvo, charpentier galicien, naquirent deux enfants. De Marie Martini naquirent Fernandus, Michael, Petrus Dunzel. De Laurentius naquirent trois filles : Amorossa, Maria et une autre.

10De Petrus Ordonii naquit Maria Ordonii, et on donna une charte d’affranchissement à ce Petrus Ordonii mais pas à sa fille. De Maria Ordonii naquit Fernandus Munit, fils de Munio Argeiru, Galicien.

11De Fernandus Nigro qui s’appela d’abord Mafumat naquirent Martinus Fernandi et Elvira Fernandi. D’Elvira Fernandi naquit Petrus de Meira, fils d’un père galicien. De Martinus Fernandi et d’une femme de Regaria, galicienne, naquit un petit enfant.

12De Mafumat, teixilanus, qui fut appelé au baptême Martinus Menendi, et qui, par la suite, devint convers, naquit Marina Broca. De cette Marina naquit Maria Petri, fille d’un homme galicien, une autre fille, fille de Iohannes Galafre, forgeron, ainsi qu’une autre fille, fille d’un père galicien, qui fut appelée Zebula.

13Iohannes Zada, charpentier, vint du Portugal et eut, d’une femme galicienne, un fils appelé Petrus Maurus.

14Petrus Lufas, cordonnier, fut le fils d’Orracha Vetula et engendra Iohannes Petri, cordonnier, Martinus, Michael et Maria Petri. Ceux-ci furent les fils du susdit Petrus Lufas et d’une mère galicienne.

15D’Hahanxi et de Zeina naquit Guilelmus Arias. De Guilelmus Arias et d’une galicienne naquirent Serra, Iohannes Guilelmi et Petrus Guilelmi.

16« Genealogia sarracenorum Sancte Marie de Superaddi », Tumbo del monasterio de Sobrado de los monjes, Madrid, 1976, II, 108, p. 129-131, réed J. Gautier-Dalché, « Les Sarrasins... », p. 88-89.

Bibliographie

Bibliographie

J. Gautier-Dalché, « Les Sarrasins du monastère de Sobrado », Minorités et marginaux en Espagne et dans le midi de la France (VIIe-XVIIIe siècles), Paris, 1986, p. 71-94. — Ma. Carmen Pallares Mendez, El monasterio de Sobrado. Un ejemplo del protagonismo monàstico en la Galicia medieval, La Coruna, 1979. — Ch. Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, t. l, Péninsule Ibérique, France, Bruges, 1955.

Notes

1 Domnus s’applique aussi bien à un abbé qu’à un évêque ou à un laïc haut placé. Il est la marque du respect comme à l’heure actuelle le don.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540